Chapitres VI et VII
Précédente Accueil Remonter Suivante

 

CHAPITRE VI

DE LA TACITURNITE
OU ESPRIT DE SILENCE

            Suivons l'exemple du Prophète : " J'ai résolu, dit-il, de me tenir sur mes gardes, afin d'éviter les péchés de la langue. J'ai mis un frein à mes lèvres, je me rends muet, je m'efface, je me défends de parler même à bon escient. " Le Prophète montre par là que non seulement la peine due au péché nous interdit tout abus de langage, mais que le souci de nous taire doit nous porter parfois à renoncer à de bons entretiens.

            Telle est donc l'importance du silence que, même pour deviser de choses utiles, saintes, édifiantes, on n'accordera que rarement licence de parler à ceux qui s'exercent à la vie parfaite. Il est écrit: " En bavardant, tu ne saurais éviter le péché," et ailleurs : "La mort et la vie sont en la puissance de la langue." Et, de fait, parler et instruire est le rôle du maître ; au disciple, il sied de se taire et d'écouter, et s'il doit s'enquérir de quoi que ce soit auprès du supérieur, qu'il le fasse avec humilité, soumission et respect.

          Quant aux bouffonneries, aux paroles oiseuses, aux mots pour rire, nous les condamnons et frappons d'exclusion partout et à jamais.  Rien n'autorise un religieux à ouvrir la bouche pour de tels propos.

CHAPITRE VII

DE  L'HUMILITE
     

         La divine Ecriture, mes frères, proclame pour notre gouverne : "Quiconque s'élève sera humilié, et celui qui s'humilie sera glorifié." En tenant ce langage, elle nous montre que tout élèvement s'apparente à l'orgueil, et nécessite les précautions dont se munit le Prophète disant :  "Seigneur, j'ai fui l'élèvement du cœur et les hautes ambitions ; je n'ai point marché dans des voies prétentieuses, ni vers le mirage d'une condition supérieure à la mienne. " Bien plus, il poursuit : " Si je n'entretiens de bas sentiments de moi-même, Si je m'estime plus que je ne dois, tu me traiteras dans ta justice comme l'enfant trop tôt sevré, qu'on arrache des bras de sa mère.

        Voulons-nous, par conséquent, mes frères, atteindre au sommet de cette souveraine humilité, voulons-nous parvenir par une ascension rapide à ces hauteurs célestes où mène l'abaissement de la vie présente,  il s'agit alors d'y monter par la gradation de nos œuvres, et de dresser vers le ciel cette même échelle où Jacob vit en songe monter et descendre

Précédente Accueil Suivante