Bienheureuse Rita de la Vierge des douleurs et du Cœur de Jésus PUJALTE Y SANCHEZ

Nom: PUJALTE Y SANCHEZ

Prénom: Rita Dolores

Nom de religion: Rita de la Vierge des douleurs et du Cœur de Jésus (Rita Dolores)

Pays: Espagne

Naissance: 19.02.1853  à Aspe (Alicante)

Mort: 20.07.1936  à Canillejas (près de Madrid)

Etat: Religieuse - Supérieure générale  -  Martyre

Note: 1888 Entre chez les "Hermanas de la Caridad del Sagrado Corazon de Jesus". 1900-1928 Supérieure générale. Fusillée avec la Bse Francisca Aldea Araujo  2 .

Béatification: 10.05.1998  à Rome  par Jean Paul II

Canonisation:

Fête: 20 juillet

Réf. dans l’Osservatore Romano: 1998 n.19 & 20

Réf. dans la Documentation Catholique: 1998 n.12 p.599

Notice

Rita Dolores PUJALTE Y SANCHEZ naît en 1853 à Aspe dans la province d'Alicante en Espagne. Ses parents, Antonio Pujalte et Luisa Sanchez ont quatre enfants dont Rita est l'aînée. Ils leur donnent une éducation profondément chrétienne. Rita et une de ses sœurs embrasseront la vie religieuse dans le même Institut. Avant d'entrer au couvent, Rita se distingue déjà par sa piété et l'apostolat auquel elle se livre: elle appartient aux filles de Marie, au Tiers-Ordre de Saint-François, aux conférences de Saint-Vincent de Paul et elle fait du catéchisme.

En 1888, elle prend le voile chez les religieuses de la Charité du Sacré-Cœur ("Hermanas de la Caridad del Sagrado Corazon de Jesus"). En 1890, elle fait ses premiers vœux. Jouissant de l'estime de toutes et de tous, elle occupe à partir de l'année suivante des postes de responsabilité dans l'Institut. La fondatrice Isabel de Larranaga (dont la cause de béatification est en cours) suggère aux sœurs de la choisir comme Supérieure générale avant de mourir elle-même à Cuba en 1899. C'est ainsi qu'en 1900, Mère Rita Dolores est élue par ses consœurs à cette charge qu'elle occupe pendant 28 ans. Après quoi, elle se retire dans la maison Santa Suzanna de Madrid où les religieuses ont un collège. La sœur Francisca, économe générale, l'assiste également comme infirmière, car à la fin de sa vie la Mère est devenue presque aveugle.

Le 20 juillet 1936, les révolutionnaires assaillent le collège, enfoncent les portes et entrent en tirant des coups de feu. Toutes les sœurs se sont réfugiées dans la chapelle. La supérieure prie les révolutionnaires d'épargner la Mère en raison de son grand âge et la sœur Francisca qui est malade elle aussi. Dans un premier temps, elle peuvent se réfugier dans un appartement proche du collège, mais deux heures plus tard, un autre groupe intervient et les emprisonne. Elles sont emmenées en voiture près d'un petit village des environs de Madrid appelé Canillejas et elles sont fusillées. Elles sont béatifiées le même jour par Jean Paul II (10 mai 1998). "Leur martyre mit un terme à une vie de dévouement total à Dieu et au prochain, conformément à leur consécration religieuse (…) et leur exemple est un appel à tous les chrétiens, les invitant à aimer comme le Christ aime, même face aux plus grandes difficultés." (Jean Paul II, mai 1998)