Bienheureuse Jeanne Marie: CONDESA LLUCH

Nom: CONDESA LLUCH

Prénom: Jeanne Marie (Juana Maria)

Nom de religion: Jeanne Marie (Juana Maria)

Pays: Espagne

Naissance: 30.03.1862  à Valencia

Mort: 16.01.1916  à Valencia

Etat: Religieuse - Fondatrice

Note: Fonde en 1892 les “Servantes de l'Immaculée Conception” pour les ouvrières et leur famille.

Béatification: 23.03.2003  à Rome  par Jean Paul II

Canonisation:

Fête: 16 janvier

Réf. dans l’Osservatore Romano: 2003 n.12 p.1-3  -  n.13 p.5

Réf. dans la Documentation Catholique:

Notice

Juana Maria (Jeanne Marie) Condesa Lluch naît en 1862 à Valence (Espagne) dans une famille aisée. Elle reçoit une éducation humaine et chrétienne soignée qui contraste avec le milieu ambiant, dans une région et à une époque gagnées peu à peu par le rationalisme et la déchristianisation. Elle a une grande piété qu'elle nourrit par la messe et la communion quotidiennes. D'une extrême sensibilité religieuse, elle prend bientôt conscience du grand don que Dieu lui a fait en répandant à profusion l'amour divin dans son cœur (cf. Rm 5,5). Elle se doit donc d'être le temple du Saint-Esprit (cf. 1Cor 3,16). Cette disposition permet aux fruits de l'Esprit de mûrir en elle. Par sa joie et son humilité, elle est en mesure de toucher une multitude de cœurs. Les témoins remarquent surtout qu'elle vit "l'ordinaire de manière extraordinaire".

Quand elle part en vacances au bord de la mer avec sa famille, elle peut observer de sa voiture le sort déplorable réservé aux femmes ouvrières. En cette période d'industrialisation, les jeunes femmes quittent la campagne pour chercher du travail en ville et elles sont traitées comme de simples instruments de production. A 18 ans, Juana ressent l'appel du Seigneur. Elle veut se consacrer totalement à la cause du Royaume au moyen de l'évangélisation et du service des ouvrières. Mais l'évêque la trouve trop jeune pour se charger d'une œuvre; finalement, il lui donne son accord et, en 1884, elle ouvre une maison pour accueillir les ouvrières. Puis, elle crée une école pour les petites filles d'ouvrières. Convaincue que son œuvre vient de l'Esprit Saint et désirant qu'elle devienne une réalité ecclésiale, elle continue à insister pour obtenir la permission de pouvoir ériger son groupement en congrégation religieuse. Elle obtient l'approbation diocésaine en 1892. Ainsi naissent les " Servantes de l'Immaculée-Conception ": Ce nom s'explique par sa grande dévotion mariale qui la pousse à être, comme Marie, totalement disponible à la volonté de Dieu sur elle. S'inspirant de sa réponse: "Voici la servante du Seigneur" Sœur Juana veut être "servante de la Servante du Seigneur". Les vocations affluent. L'œuvre s'implante en d'autres zones industrielles. Les premières sœurs font leurs vœux simples en 1895 et leurs vœux perpétuels en 1911.

Mère Condesa meurt en 1916. Elle "laisse en héritage – dit Jean-Paul II – la grande qualité de savoir s'approcher de ceux qui ont besoin d'aide matérielle ou spirituelle."