LES CONFESSIONS
Précédente Accueil Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
HISTOIRE
LES RÉTRACTATIONS
LETTRES
LES CONFESSIONS
LA CITÉ DE DIEU
DE LA TRINITÉ
GENÈSE
LOCUTIONS
QUESTIONS
JOB
COM. ECRITURES II
LES PSAUMES
SAINT JEAN
PARTHES
SERMONS DÉT.
SERMONS INÉDITS
DOCTRINE Xtienne
V. THÉOLOGALES
COMBAT CHRÉTIEN
CATÉCHISME
CONTINENCE
MARIAGE
VIRGINITÉ
VIDUITÉ
UNIONS ADULTÈRES
DU MENSONGE
Ctre LE MENSONGE
TRAVAIL D. MOINES
DIVINATION
DEV.  AUX MORTS
DE LA PATIENCE
DU SYMBOLE
DISC. CHRÉTIENNE
CANTIQUE NOUVEAU
UTILITÉ DU JEUNE
RUINE DE  ROME
LES SOLILOQUES
IMMORTALITÉ
VIE BIENHEUREUSE
DU MAÎTRE
DE L'ORDRE
ACADÉMICIENS
GRANDEUR DE L'AME
LIBRE ARBITRE
DE LA MUSIQUE
DES MOEURS
VRAIE RELIGION
RÈGLE  S. AUGUSTIN
POLÉMIQUES

 

wpe69553.gif (344120 octets)

 

LES CONFESSIONS DE SAINT AUGUSTIN

Cette traduction des Confessions est l’œuvre de M. Moreau (1864)

(N.B. Orthographes et vocabulaires sont du XIXème siècle!)

 

 

 

LIVRE PREMIER : ENFANCE DE SAINT AUGUSTIN 

Invocation. — Ses premières années. — Péchés de son enfance . — Haine de l’étude . — Amour du jeu.

LIVRE DEUXIÈME : AUGUSTIN A SEIZE ANS 

Désordres de sa première jeunesse. — Ses débauches à l’âge de seize ans. — Larcin dont il s’accuse sévèrement.

LIVRE TROISIÈME : EGAREMENTS DE CŒUR ET D’ESPRIT

Amours impurs. — Il tombe à dix-neuf ans dans l’hérésie des Manichéens. — Prières et larmes de sa mère.   Paroles prophétiques d’un évêque.

LIVRE QUATRIÈME : LE GÉNIE ET LE CŒUR D’AUGUSTIN >

Neuf années d’erreur. — Sa passion pour l’astrologie. — Mort d’un ami; violence de sa douleur. — Ses livres de la Beauté et de la Convenance. — Force e t vivacité de son intelligence.

LIVRE CINQUIÈME : AUGUSTIN A VINGT-NEUF ANS

Il se dégoûte des doctrines manichéennes à l’âge de vingt-neuf ans. — Il va à Rome, puis à Milan pour enseigner la rhétorique. — Ayant entendu saint Ambroise, il rompt avec les manichéens et demeure catéchumène dans l’Eglise.

LIVRE SIXIÈME : AUGUSTIN A TRENTE ANS

Sainte Monique retrouve son fils à Milan. — Assiduité d’Augustin aux prédications de saint Ambroise. — Son ami Alypius. — Projet de vie en commun avec ses amis. — Sa crainte de la mort et du jugement. 

LIVRE SEPTIÈME : AUGUSTIN A TRENTE ET UN AN

Peines de son esprit dans la recherche du mal. — Par quels degrés il s’élève à la connaissance de Dieu. — Erreur de ses sentiments sur la personne de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

LIVRE HUITIÈME : LA CONVERSION D’AUGUSTIN 

Arrivé à la trente-deuxième année, il va trouver le vieillard Simplicianus. — Il apprend la conversion de Victorinus, rhéteur célèbre. — Potitianus lui fait le récit de la vie de saint Antoine. — Agitation de son âme pendant ce récit. — Lutte entre la chair et l’esprit. — Derniers combats. — Il se rend à cette voix du ciel : Prends, lis! Prends, lis!

LIVRE NEUVIÈME : MORT DE SAINTE MONIQUE

Il renonce à sa profession. — Sa retraite dans la villa de Verecundus. — Son baptême. — Mort de sa mère.

LIVRE DIXIÈME : CHANGEMENT PRODUIT DANS L’AME D’AUGUSTIN 

Confession du coeur. — Ce qu’il sait avec certitude, c’est qu’il aime Dieu. — Il le cherche et le trouve dans sa mémoire. —Puissance incompréhensible dont il décrit les merveilles. — Il s’interroge sur la triple tentation de la volupté, de la curiosité et de l’orgueil. — Il remet à Notre-Seigneur Jésus-Christ, seul médiateur entre Dieu et les hommes, la guérison des maux de son âme.

LIVRE ONZIÈME : LA CRÉATION ET LE TEMPS 

Il demande à Dieu l’intelligence des Ecritures. — Il cherche à  expliquer les premières paroles de la Genèse : « Dans le principe Dieu fit le ciel et la terre. » — Il répond à cette question : « Que faisait Dieu avant la création du monde? » — Point de temps avant la création. — Qu’est-ce que le temps? — Quelle est la mesure du temps?

LIVRE DOUZIÈME : LE CIEL ET LA TERRE  

Le Ciel, création des natures spirituelles. — La Terre, création de la matière primitive. — Profondeur de I’Ecriture. —Des divers sens qu’elle peut réunir. — Tous les sens prévus par le Saint-Esprit.

LIVRE TREIZIÈME : SENS MYSTIQUE DE LA CRÉATION. 

Toute créature tient l’être de la pure bonté de Dieu. —  Il découvre dans les premières paroles de la Genèse et la Trinité de Dieu et la propriété de la personne du Saint-Esprit. — Image de la Trinité dans l’Homme. — Dieu procède dans l’institution de l’Eglise comme dans la création du monde. — Sens mystique de la création.


 

Haut du document