CHAPITRE XX
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
AVIS DE L'ÉDITEUR
CHAPITRE I
CHAPITRE II
CHAPITRE III
CHAPITRE IV
CHAPITRE V
CHAPITRE VI
CHAPITRE VII
CHAPITRE VIII
CHAPITRE IX
CHAPITRE X
CHAPITRE XI
CHAPITRE XII
CHAPITRE XIII
CHAPITRE XIV
CHAPITRE XV
CHAPITRE XVI
CHAPITRE XVII
CHAPITRE XVIII
CHAPITRE XIX
CHAPITRE XX
CHAPITRE XXI
CHAPITRE XXII
CHAPITRE XXIII
CHAPITRE XXIV
CHAPITRE XXV
CHAPITRE XXVI
CHAPITRE XXVII
CHAPITRE XXVIII
CHAPITRE XXIX
CHAPITRE XXX
CHAPITRE XXXI
CHAPITRE XXXII
CHAPITRE XXXIII
CHAPITRE XXXIV
CHAPITRE XXXV
CHAPITRE XXXVI
CHAPITRE XXXVII
CHAPITRE XXXVIII
CHAPITRE XXXIX
CHAPITRE XL
CHAPITRE XLI
CHAPITRE XLII
CHAPITRE XLIII
CHAPITRE XLIV
CHAPITRE XLV
CHAPITRE XLVI
CHAPITRE XLVII
CHAPITRE XLVIII
CHAPITRE XLIX
CHAPITRE L
CHAPITRE LI
CHAPITRE LII
CHAPITRE LIII
CHAPITRE LIV
CHAPITRE LV

CHAPITRE VINGTIÈME. Le livre de la Nature du bien, contre les manichéens. —  Le livre contre Secondinus. (405.)

 

            Il y aurait un ouvrage à faire sur les perpétuels obstacles que la vérité rencontre sur sa route, et cet ouvrage serait la meilleure histoire de l'esprit humain. L'ignorance, la mauvaise foi , l'habitude, l'orgueil, se liguent entre eux pour empêcher la vérité de passer; les intérêts se mêlent au complot, et donnent mille prétextes à une résistance calculée. La (99) marche du monde est une immense conjuration contre la vérité ; aussi ses moindres progrès, ses moindres conquêtes coûtent d'inexprimables efforts; elle a besoin de recommencer des luttes pour chaque pas qu'elle fait, et c'est surtout de la vérité qu'on peut dire que son passage en ce monde est un combat continuel. Les hommes dévoués à sa défense sont donc condamnés à des travaux qui n'ont pas de fin sur la terre ; il faut que leur voix crie sans cesse, et qu'on l'entende à chaque aurore et à chaque soir, comme le soir des cloches de nos églises. Il faut qu'ils soient la tour de guerre avec ses créneaux toujours armés. Tel fut le grand Augustin d'Hippone; ce qu'il avait prouvé vingt fois, il le prouvait encore : après avoir abattu, il frappait encore les ruines, car l'erreur renversée est semblable au serpent coupé en morceaux, qui s'épuise en efforts pour réunir ses tronçons sanglants.

Plus d'une fois le docteur avait établi que Dieu est le souverain bien, la source de tous lesbiens visibles et invisibles; il avait établi ce qu'est le bien, ce qu'est le mal, ce qu'est le péché. Dans son livre De la Nature du bien, contre les Manichéens (1), composé au commencement de l'année 405, il revint sur ces questions avec une remarquable netteté, et s'efforça de faire toucher la vérité à ses adversaires. Augustin leur répétait que Dieu est immuable, mais que la mutabilité est le partage de toutes les choses créées de rien ; que la puissance divine se déploie dans la création de tous les biens, grands ou petits; que tout ce qui existe est bon à divers degrés. Saint Paul avait dit Toute créature de Dieu est bonne (2) : le mode, l'espèce, l'ordre représentent la généralité des biens dans la création. Le mal n'a pas de nature propre ; ce n'est que la diminution ou le retranchement du bien. La matière primitive appelée Hyle (3), et dont les manichéens avaient fait une puissance créatrice, était elle-même un bien, car elle était susceptible de recevoir des formes, par conséquent susceptible de beauté. Quand notre Dieu a dit à son serviteur : « Je suis celui qui suis, » il a donné une magnifique et complète définition de lui-même,

 

1 Fénelon, dans sa Réfutation du système du P. Malebranche sur la Nature et la Grâce, s'est appuyé de plusieurs passages de ce livre de saint Augustin pour prouver au célèbre oratorien que Dieu n'est pas obligé de donner à ses ouvrages la plus haute perfection possible, et qu'une créature, par cela seul qu'elle a reçu l'être, est bonne et digne de Dieu.

2 Timot., I, IV, 4.

3 Yle

 

il a révélé sa nature immuable. Ce caractère de la nature divine se retrouve en plusieurs passages de nos livres inspirés. « Vous changerez les choses, et elles seront changées, dit le psalmiste (1) au Seigneur; mais vous, vous demeurez le même. » La Sagesse, dans le livre  (2) qui porte son nom, a dit : « Demeurant en elle-même, la sagesse renouvelle toutes choses. » L'apôtre Paul parle de Dieu comme étant seul incorruptible. L'apôtre Jacques (3) dit, en parlant du Père des lumières, qu'en lui il n'y a pas de changement, ni un seul moment d'ombre.

Après avoir mis à nu toutes les abominations qui étaient au fond des croyances des manichéens, et qui outrageaient la nature divine, Augustin nous apprend un fait curieux; c'est qu'il y avait dans les Gaules des sectateurs de cette doctrine ; l'évêque d'Hippone le tenait d'un chrétien catholique de Rome. Il cite la Paphlagonie, comme un des pays d'Asiequi étaient particulièrement infectés de manichéisme. C'est là, en effet, que Manichée, poursuivi par la cour de Perse, avait subi son premier exil : le sectaire avait dû y laisser des traces. Augustin termine son livre de la Nature du mal par une prière où il demande instamment à Dieu de délivrer, au moyen de son ministère, ce qui reste des manichéens, comme il en a déjà délivré un grand nombre. « Telle est, dit-il, la grandeur de votre miséricorde et de votre puissance, telle est la vérité de votre baptême, et telle est la force des clefs du royaume des cieux dans votre sainte Eglise, qu'il ne faut pas désespérer d'eux, tant qu'ils sont sur la terre, par votre patience, etc., etc. »

La réponse à Secondinus suivit de près le livre De la Nature du mal. Secondinus était un auditeur manichéen; nous pensons qu'il n'habitait pas l'Afrique, mais l'Italie, d'après un passage de la réponse d'Augustin, où le grand docteur le renvoie à soir ouvrage sur le Libre arbitre, qu'il pourra trouver, lui dit-il, à Nole en Campanie, auprès de Paulin, noble serviteur de Dieu. Augustin ne le connaissait pas même de figure, ce qui n'empêcha pas l'auditeur de lui écrire, comme à un ami, pour le presser de mettre fin à ses luttes contre le manichéisme, et de revenir à la doctrine des deux principes. Cette lettre est fort curieuse; Secondinus considérait l'évêque d'Hippone comme une grande intelligence jetée dans une fausse

 

1 Ps. CI. 27. — 2 XI, 21. — 3 I, 17.

 

100

 

voie. La main de 1a vérité avait placé une lampe dans le cœur d'Augustin, mais il ne fallait pas que les voleurs vinssent piller son trésor; c'était à l'amitié à ne pas permettre que cette maison, bâtie sur la pierre de la science, s'écroulât. En lisant les écrits d'Augustin, Secondinus y avait partout reconnu le grand orateur et presque le dieu de l'éloquence. « J'avoue, lui disait-il encore, que les marbres de la demeure d'Anicius brillent moins d'art et d'ordre que vos écrits ne brillent d'éloquence. Si vous aviez voulu la faire servir à la vérité, cette éloquence eût été pour nous une grande gloire. Je vous en prie, n'allez pas contre votre nature, ne soyez pas la lance de l'erreur, qui perça le côté du Sauveur..... Qui vous défendra au tribunal du souverain juge, lorsque, sur votre propre témoignage, vous serez convaincu de vos discours et de vos oeuvres? Le Perse (Manichée) que vous avez accusé ne sera point présent. « Excepté lui , qui vous consolera dans vos larmes? Qui sauvera le Punique?... Plût à Dieu qu'en quittant Manichée vous fussiez allé à l'Académie, ou que vous eussiez commenté les guerres des Romains, qui triomphèrent de tout. Que de grandes et de belles choses vous y auriez trouvées ! Et vous, qui aimez la chasteté et la pauvreté, vous ne seriez pas allé à cette nation juive aux moeurs barbares, etc., etc... »

Secondinus, dans sa pitié pour un grand génie égaré, ajoutait ces paroles, en s'adressant à Augustin : « Oh ! je vous en prie, je vous en supplie, daignez m'accorder mon pardon, si votre coeur d'or est fâché de ce discours; c'est un accès de zèle qui me presse ; je ne veux pas que vous soyez séparé de notre troupeau, de ce troupeau dont j'étais écarté, et loin duquel j'aurais péri si je n'avais, en toute hâte, renoncé à une communion inique... Laissez-là la gloire des hommes, si vous voulez plaire au Christ. Soyez , pour notre âge, un second Paul qui, étant docteur de la loi juive, obtint du Seigneur la grâce de l'apostolat , et méprisa comme de la boue toutes les douceurs pour gagner le Christ. Venez au secours de votre âme si brillante ; vous ne savez pas à quelle heure le voleur doit venir. Cessez d'orner les morts, vous qui êtes l'ornement des vivants. Ne marchez point dans la grande route qui fait face au pays des Amorrhéens, mais hâtez-vous d'entrer dans la voie étroite, pour gagner l'éternelle vie. Cessez d'enfermer le Christ dans le sein d'une femme, de peur que vous n'y soyez renfermé vous-même une seconde fois. Cessez de faire de deux natures une seule nature, parce que le jugement du Seigneur approche. Malheur à ceux qui changent en amertume ce qui est doux !  » Si Augustin nourrissait quelques doutes, Secondinus était tout prêt à lui rendre raison dans un paisible entretien. Toutefois, on ne doit pas s'attendre à tout expliquer : la raison divine surpasse les coeurs des mortels. Après avoir essayé de montrer ce qu'il entend par la vraie doctrine, Secondinus termine ainsi sa lettre :

« Lorsque j'expose de telles choses à votre admirable et sublime prudence, c'est comme si le Jourdain prêtait son eau à l'Océan, une lampe sa lumière au soleil, et le peuple sa sainteté à l'évêque. C'est pourquoi il faut supporter tout ce que renferme cette lettre.  Si je n'avais connu votre divine patience, qui pardonne facilement à chacun, jamais je n'aurais écrit de la sorte, quoique vous puissiez voir que j'ai rapidement touché aux opinions les meilleures, et que j'ai pris garde de n'être pas long. Que ces choses trouvent donc créance auprès de votre sainteté, pour que nous soyons sauvés ensemble ; sinon vous pourriez tirer de là des milliers de volumes, ô maître bien digne d'être loué et honoré ! »

Telle est cette étonnante lettre , que nous devons croire l'expression d'un sentiment vrai, et qui annonce la considération, l'admiration profonde dont jouissait Augusti a dans les rangs mêmes de ses adversaires. Secondinus, tranquille dans son erreur, éprouva pour l'évêque d'Hippone cet intérêt vif et tendre que la vérité a fait éprouver plus d'une fois à l'égard des génies entraînés sur les -routes du mal. Deux mots de cette lettre auraient été pourtant de nature à blesser le cœur d'Augustin ; c'était l'insinuation d'avoir quitté le manichéisme par crainte (1), et dans l'espérance d'avoir part à la gloire des hommes. Secondinus avait pu lire les Confessions et reconnaître quelle voie avait conduit Augustin au baptême catholique.

Ce qu'il y a de prodigieux dans cette pièce, c'est le reproche adressé au saint docteur de

 

1 Recessionem tuam ad veritatem, quae per timorem facta est, converte. Dans la même phrase, Secondinus dit à Augustin : « Laisse la perfidie de la nation punique. »

 

101

 

n'être pas chrétien et de ne rien faire pour plaire au Christ : la pleine adoption des doctrines manichéennes était donc la seule manière de se conformer exactement à la foi évangélique.

Il est intéressant de voir comment l'évêque d'Hippone répondit aux avances affectueuses et à la singulière invitation de l'auditeur manichéen. Cette réponse forme un livre que saint Augustin, dans sa Revue (1), préfère à tout ce qu'il a écrit contre le manichéisme.

« La bienveillance pour moi qui se montre dans votre lettre m'est. douce, dit Augustin à Secondinus en commençant; mais, plus il me faut vous rendre amour pour amour, plus je suis triste de votre ténacité dans de faux soupçons, les uns contre moi, les autres coutre la vérité, qui ne peut changer. Je dédaigne facilement ce qui n'est pas vrai dans vos jugements sur mon caractère : quoiqu'ils ne soient pas exacts pour moi, ils peuvent l'être cependant pour l'homme. Vos erreurs sur mon compte ne sont donc pas de nature à me retrancher du nombre des humains; ce que vous supposez à tort en moi peut se rencontrer dans un caractère d'homme. Ainsi, il n'est pas nécessaire que je m'efforce d'enlever ce soupçon de votre esprit. Ce n'est pas de moi que dépend votre espérance , et vous n'avez pas besoin que je sois bon pour le devenir vous-même. Pensez sur Augustin tout ce qui vous plaira, pourvu que ma conscience ne m'accuse point devant Dieu. » Passant ensuite au soupçon d'avoir abandonné le manichéisme par crainte et par désir de la gloire, Augustin l'accepte pieusement comme une utile correction.

Il dit ensuite que la crainte lui a fait quitter le manichéisme , mais que c'est la crainte de ces paroles de saint Paul, qui atteignent le manichéisme avec tant de force : « Or, l'Esprit dit expressément que, dans les temps à venir, quelques-uns abandonneront la foi, en suivant

 

1 Livre II, chap. 10.

 

des esprits d'erreur, des doctrines diaboliques enseignées par des imposteurs pleins d'hypocrisie, dont la conscience est noircie de crimes; ces imposteurs interdiront le mariage et l'usage des viandes que Dieu a créées pour être reçues avec action de grâces par les fidèles et par ceux qui ont reçu la connaissance de la vérité. Car tout ce que Dieu a créé est bon, et on ne doit rien rejeter de ce qui se mange avec action de grâces, parce qu'il est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière (1). » Quant à l'amour de l'honneur, oui, Augustin a brûlé de cet amour en se séparant de la société des manichéens; mais l'honneur qui le pressait, c'est celui dont parle l'Apôtre : « L'honneur, la gloire , la paix sont pour tout homme qui fait le bien (2). »

L'évêque d'Hippone combat Secondinus avec sa propre lettre, et , prenant la fleur des idées et des preuves éparses dans ses nombreux travaux contre les manichéens (3), il établit ce qu'il faut penser de Dieu, du Christ et de l'âme; il caractérise le péché , et reprend sa profonde et belle manière d'entendre le mal qui n'est pas une substance, mais la diminution ou la défaillance du bien. Si de tous les ouvrages par lesquels le grand docteur a sapé le manichéisme, il n'était resté à la postérité que la réponse à Secondinus, cette réponse suffirait pour nous mettre en possession des arguments invincibles qui ruinent la doctrine des deux principes. Nous ajouterons que l'expression en est limpide, vive et forte. Dans les dernières pages de sa réponse, Augustin exhorte l'auditeur manichéen à ne pas repousser ses avis, à revenir à ce Dieu qui ne change pas, afin qu'on puisse lui appliquer ces paroles de l'Apôtre : « Vous étiez autrefois ténèbres, vous êtes maintenant lumière en Notre-Seigneur (4). »

 

1 Saint Paul, I Epit. à Tim., chap. 4. — 2 Rom. II, 10.

2 Les ouvrages contre les manichéens sont contenus dans le huitième volume des Oeuvres de saint Augustin, édit. des Bénédictins.

4 Eph., V, 8.

 

Haut du document

 

 


 

Précédente Accueil Remonter Suivante