Suppl II Sec. I (2)
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
Suppl I Sec. I
Suppl I Sec. II (1)
Suppl I Sec. II (2)
Suppl I Sec. III
Suppl I Sec. IV
Suppl II Sec. I (1)
Suppl II Sec. I (2)
Suppl II Sec. II
Suppl III (1)
Suppl III (2)
Suppl III (3)
Suppl IV Sec. I
Suppl IV Sec. II (1)
Suppl IV Sec. II (2)

 DEUXIÈME SUPPLÉMENT.

PREMIÈRE SECTION (2)

 422

SEIZIÈME SERMON. POUR LA FÊTE DES MARTYRS SCILLITAINS.

DIX-SEPTIÈME SERMON. POUR LA FÊTE DES MACHABÉES (I ).,

DIX-HUITIÈME SERMON. POUR LA FÊTE DU MARTYR QUADRATUS (1).

DIX-NEUVIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DE L'APÔTRE : « JE VOUS ENSEIGNE UNE VOIE BEAUCOUP PLUS RELEVÉE [1 Cor. XII, 31] (1) ».

VINGTIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DU PSAUME XXXVIII, 1-5 « J'AI DIT : JE VEILLERAI SUR MES VOIES (1) ».

VINGT ET UNIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DU PSAUME XXXII, v. 1: « TRESSAILLEZ DANS LE SEIGNEUR, Ô VOUS QUI ÊTES JUSTES, ETC. »

VINGT-DEUXIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DU PSAUME LI, v. 10 « J'AI ESPÉRÉ DANS LA MISÉRICORDE DE DIEU (1) ».

VINGT-TROISIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DU PSAUME CXLV,  v. 1 : « JE BÉNIRAI LE SEIGNEUR PENDANT MA VIE ; ETC. (1) ».

VINGT-QUATRIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DE L'ÉVANGILE, [LUC, XVI, 19-31] : « IL Y AVAIT UN HOMME RICHE, ETC. (1) ».

VINGT-CINQUIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DE L'ÉVANGILE [MATTH. XII, 41-50] : « IL Y A ICI PLUS QUE JONAS, ETC. (1) »

 

 

 

SEIZIÈME SERMON. POUR LA FÊTE DES MARTYRS SCILLITAINS.

 

ANALYSE.— 1. A l'exemple des martyrs, on ne doit renier le Christ, ni à cause des biens superflus du monde, ni à cause des biens nécessaires.— 2. D'où vient et qu'est-ce que l'amour du prochain.—3. La santé et un ami, deux choses nécessaires, comment les envisager. —  4. Lutte entre le martyr et le persécuteur, au sujet du superflu.— 5. Lutte entre le martyr et le persécuteur, au sujet du nécessaire.— 6. De quelle manière on apostasie le Christ.— 7. La constance récompensée dans le ciel.

 

1. Craignant de mourir s'ils vivaient., les saints martyrs, les témoins de Dieu, ont préféré mourir afin de vivre, de peur que l'effroi de la mort ne leur fît renier la vie, ils ont méprisé la vie par amour de la vie. Pour leur faire apostasier le Christ, l'ennemi leur promettait la vie, mais non telle que la promettait le Christ. Leur foi donc aux promesses du Sauveur leur a fait dédaigner les menaces des persécuteurs. Mes frères, quand nous célébrons les fêtes des martyrs, puissions-nous connaître ce que nous pouvons acquérir en imitant leurs exemples. Cette foule qui se presse n'ajoute rien à leur gloire. Car leur couronne est en spectacle à la foule des Anges; et nous, la lecture de leurs combats nous les peut faire connaître. Ce qu'ils ont acquis, « l'œil ne l'a point vu, l'oreille ne l'a point entendu (1) ». Parmi les biens de cette vie, en effet, les uns sont superflus, les autres nécessaires. Ecoutez à ce sujet nos paroles , et distinguons autant que possible quels sont ici-bas les biens superflus, et quels sont lesbiens nécessaires, afin que vous compreniez qu'on ne doit apostasier le Christ ni pour les biens superflus, ni pour les biens nécessaires. Qui pourra énumérer les choses superflues de la vie ? Entreprendre de les énumérer, c'est nous retarder beaucoup. Disons donc ce qui est nécessaire ; le reste, quel qu'il soit, sera superflu. Voici les deux biens

 

1. Cor. I,9.

 

nécessaires en ce monde : la santé et un ami. Tels sont les deux biens dont nous devons faire grand cas, et que nous ne saurions mépriser. La santé et un ami sont deux biens naturels. Dieu, en faisant l'homme, voulut qu'il existât, qu'il vécût. c'est la santé. Mais de peur qu'il ne demeurât seul, il lui donna l'amitié. Dès lors l'amitié commence par l'épouse et par les enfants , pour s'étendre jusqu'aux étrangers. Mais si nous considérons que nous n'avons qu'un seul père et une seule mère, quel sera pour nous l'étranger? Tout homme a pour prochain tout autre homme. Interroge la nature. Est-ce un inconnu? c'est un homme. Un ennemi? c'est un homme. Un étranger? c'est un homme. Un ami? Qu'il demeure ami. Est-il ennemi? Qu'il devienne ami.

2. A ces deux choses nécessaires en cette vie, la santé, et un ami, vient se joindre la Sagesse qui est étrangère. Elle ne trouve ici-bas que des insensés, qui s'égarent, qui s'éprennent du superflu, qui aiment ce qui est du temps, qui ne savent rien de l'éternité. Cette sagesse n'est point aimée des insensés. Or, comme elle n'était point aimée des insensés, elle a revêtu la forme du prochain, et s'est ainsi approchée de nous. C'est là tout le mystère du Christ. Quoi de plus éloigné que la folie et la sagesse ? Quoi de plus rapproché que l'homme et l'homme? Oui , dis -je , quoi de plus éloigné que la folie et la sagesse? La sagesse

 

(1) Au catalogue, fol. 39, on lit : « Sermon de saint Augustin, évêque, pour la fête des saints martyrs de Scillite ».— Originaires d'un bourg nommé Scilla ou Scillite dans l'Afrique proconsulaire, ils furent martyrisés à Carthage au nombre de douze, comme on le croit, vers l'an 200. on trouve dans Baronius d'autres actes à l'année 202, et d'autres encore chez les Bollandistes, tom. IV, de la bibliothèque ecclésiastique de Tolède, au 17 juillet, jour où l'on en fait mémoire. Saint Augustin prêcha en leur honneur dans la basilique de Carthage le sermon CLV, de notre édition. Mais, comme Possidius mentionne deux traités dans son Indic.,Opp., eb..9; Ge. Cuper, Acta Sanctorum, tom. sit., pag. 206, dit, à propos de l'autre sermon, qu'il n'a point paru même dans les plus récentes éditions de saint Augustin et qu'il doit être perdu, ou dans la poussière. Mais, grâce au cardinal Garainpius, il sort de cette poussière, comme une relique admirable du génie d'Augustin.

 

423

 

donc s'est revêtue de l'humanité, et s'est approchée de l'homme par ce qui en était le plus près. Et voilà, car la sagesse elle-même l'a dit à l'homme, voilà que la piété c'est la sagesse: le propre de la sagesse dans l'homme est d'adorer Dieu, puisque telle est là piété; et dès lors deux préceptes sont donnés à l'homme : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit ». Voici l'autre précepte : « Tu « aimeras ton prochain comme toi-même (1) ». Et celui qui entendait répliqua : « Et qui donc est mon prochain (2)? » Il pensait que le Seigneur allait dire : C'est ton père, c'est ta mère, c'est ton épouse, ce sont tes enfants, tes frères, tes sueurs. Telle ne fut point sa réponse; mais pour vous bien faire comprendre que tout homme est le prochain de tout autre homme, le Sauveur commença ce récit : « Un certain homme », dit-il. Qui, ce certain homme? Enfin un homme. «Un homme donc ». Qui, cet homme? Quelqu'un, mais un homme. « Descendait de Jérusalem à Jéricho, et tomba entre les mains des voleurs (3) ». On appelle aussi voleurs ceux qui nous persécutent. Blessé, dépouillé, demi mort, abandonné sur le grand chemin, il fut un objet de mépris pour le prêtre et le lévite qui vinrent à passer, et remarqué du samaritain qui le rencontra. Voilà qu'on s'approche de lui , qu'on lui donne des soins, qu'on le met sur un cheval, pour le conduire à l'hôtellerie, qu'on donne l'ordre de le soigner, qu'on paie sa dépense. Or, le Sauveur demande à celui qui l'avait interrogé: Quel est le prochain de cet homme demi mort? Car deux hommes l'avaient dédaigné, et ces dédaigneux étaient ses proches; ce fut l'étranger qui l'aborda. Car cet homme de Jérusalem avait pour proches les prêtres, les lévites, et les Samaritains pour étrangers. Les proches passèrent donc, et l'étranger lui devint un proche. Quel était donc le prochain pour cet homme? Réponds, ô toi qui avais fait cette question : « Qui est mon prochain? » Réponds à ton tour, selon la vérité. C'était l'orgueil qui questionnait , que la nature parle. Que dit-il donc? « Je crois que c'est celui qui a usé de miséricorde envers lui ». Et le Seigneur : « Va, et fais de même à ton tour (4) » .

3. Revenons à notre sujet. Nous avons déjà trois objets: la santé, l'ami, la sagesse. Mais il

 

1. Luc, X, 27.— 2. Ibid. 29.—  3. Ibid. 30.— 4. Ibid. 37.

 

423

 

n'y a de ce monde que la santé et l'ami; la sagesse est d'ailleurs. C'est pour la santé que nous avons la nourriture et le vêtement, et en cas de maladie la médecine. A ceux qui ont la santé, l'Apôtre en santé lui-même disait : « Or, c'est,une grande richesse que la piété qui  se contente du nécessaire. Nous n'avons rien apporté en ce monde, et nous n'en pouvons rien emporter. Ayant la nourriture et le vêtement, nous devons nous en contenter ». Voilà ce qui est nécessaire pour la santé. Que dira-t-il pour le superflu? « Quant à ceux qui veulent s'enrichir (c'est bien là le superflu) ils tombent dans la tentation, dans les piéges, dans une foule de désirs insensés et nuisibles qui précipitent l'homme dans la mort et dans la perdition (1) ». Où donc est la santé? C'est donc à la santé que revient cette parole : « Ayant la nourriture et le vêtement, nous devons nous en contenter ». Que dira-t-il pour l'ami? Que dire de plus que ceci : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même?» Que la santé soit donc à toi, et la santé encore à ton ami. A propos du vêtement de l'ami : « Que celui qui a deux tuniques en donne une à celui qui n'en a point ». Et pour la nourriture de cet ami : « Que celui qui a de la nourriture agisse de même (2)». Tu es rassasié, rassasie les autres ; tu es vêtu, revêts les autres. Tout cela est de ce monde : quant à ce qui vient d'en haut, ou la sagesse, tu l'apprends et tu l'enseignes.

4. Remettez maintenant devant vos yeux le combat des martyrs. L'ennemi vint et voulut faire renier le Christ. Mais voyons d'abord ses flatteries, et non ses fureurs. Il promet honneurs et richesses. Ce sont là des choses superflues. Quiconque trouverait en ces biens une tentation de renier le Christ, n'est pas encore descendu dans l'arène, ne s'est pas initié au combat, n'a point encore, par une vigoureuse résistance, provoqué l'antique ennemi. Mais il a méprisé tous les biens qu'on lui offrait, l'homme fidèle qui s'est écrié: Est-ce pour de tels biens que je renierai le Christ? Des richesses me feront-elles renoncer aux richesses ? L'or me fera-t-il renier le vrai trésor? N'est-ce pas en effet le Christ qui, « étant riche, s'est fait pauvre pour nous, afin de nous enrichir de sa pauvreté (3)? » N'est-ce point de lui que l'Apôtre a dit : « En.

 

1. Tim. VI, 6, 9.— 2. Luc, III, 11.—  3. II Cor. VIII, 9.

 

 

424

 

lui sont renfermés tous les trésors de la sagesse et de la science (1) ? » Tu considères ce que tu promets, parce que tu ne saurais voir ce que tu veux nous ravir. Pour moi, c'est par la foi que je vois ce que tu veux m'enlever, et toi par les yeux de la chair ce que tu veux donner. Ce que découvre 1'œil du coeur est bien préférable à ce que voit l'oeil de la chair; car ce que l'on voit est temporel, ce que l'on ne voit pas est éternel. Dès lors je méprise tes dons, dit l'âme fidèle, qui sont temporels, qui sont superflus, qui sont périssables, qui sont changeants, qui sont pleins de périls, pleins de tentations. Nul ne les possède à son gré, on les perd quand on ne le voudrait point. Nous méprisons le prometteur, en voici un autre, c'est le persécuteur. On repousse la séduction, voici que vient la violence : on méprise le serpent, il se change en lion. Tu ne veux pas, dit-il, être par moi comblé de richesses? Eh bien ! si tu ne renonces au Christ, je t'enlèverai ce que tu possèdes. Ce n'est là sévir que contre mon superflu. « Tu agis en fourbe, comme le rasoir tranchant (2) » ; tu rases les cheveux, mais sans entamer la peau. Enlève-moi tous ces biens; oui, puisque tu as vu qu'ils me servent à faire des largesses aux pauvres, à recevoir l'étranger, à suivre l'avis de Paul : « Ordonnez aux riches de ce monde », a-t-il dit à Timothée, « ordonnez-leur de n'être point orgueilleux,de ne mettre point leur confiance dans les richesses incertaines, mais dans le Dieu vivant qui nous donne avec abondance ce qui est nécessaire à la vie ; d'être bienfaisants, riches en bonnes oeuvres, de donner de bon coeur, de faire part de leurs biens, de se faire un trésor et un fondement solide pour l'avenir, afin d'embrasser la véritable vie ». Voilà des oeuvres que je ne ferai plus, dès que tu m'enlèves mes biens. En serai-je amoindri devant Dieu, pour vouloir sans pouvoir ? Serai-je à ce point sourd à la parole des anges : « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté (3) » ? Enlève donc mon superflu. Nous n'avons rien apporté sur la terre, et nous n'en pouvons rien emporter. « Ayant de quoi nous nourrir et nous vêtir, nous devons nous en contenter (4) ».

5. Mais, dit le persécuteur, j'enlèverai la

 

1. Coloss. II, 3.— 2. Ps. LI, 4. — 2. I Tim. VI, 17-19.— 3. Luc, II, 14.— 4. I Tim.VI, 8.

 

nourriture et le vêtement. Voilà le combat qui commence. L'ennemi sévit avec plus de violence. Il n'y a plus de superflu, nous voici au nécessaire. « Ne vous éloignez pas de moi, parce que la tribulation est proche (1) ». Rien n'est plus proche de notre âme que notre chair. C'est dans la chair que se font sentir et la faim, et la soif, et la chaleur. C'est là que je veux te voir, ô courageux martyr ! noble témoin de Dieu ! Vois ! me dit-il, vois ! « Qui nous séparera de l'amour du Christ ? A quoi bon tes menaces, de m'enlever la nourriture et le vêtement? Sera-ce la tribulation, l'angoisse, la faim, la nudité (2) ? » Tourne ailleurs tes menaces. Je t'enlèverai ton ami, j'égorgerai sous tes yeux ceux qui te sont les plus chers, je massacrerai ton épouse et tes enfants ! Tuer, tuer, dis-tu ? Qu'ils ne renoncent pas au Christ, et tu ne les tueras pas. Comment, tu ne saurais m'effrayer pour moi-même, et tu m'effraieras pour les miens ? Si les miens ne renoncent pas, tu ne saurais les tuer; s'ils renoncent, tu ne tueras que des étrangers. Que le persécuteur insiste, et que dans sa fureur il s'écrie : Si tu n'as nul souci des tiens, c'est toi que je priverai de cette lumière. De cette lumière ? Mais de la lumière éternelle ? De quelle lumière pourras-tu me priver ? De celle qui m'est commune avec toi ? Elle n'est pas grande, celle dont tu jouis. Mais, pour cette lumière, je ne veux point renoncer à la lumière. Car, « il était la lumière véritable (3) ». Je sais encore à qui je dois dire: « En vous est la source de la vie, et c'est dans votre lumière que nous verrons la lumière (4) » . Ote-moi cette vie, ôte-moi cette lumière, j'aurai une autre vie, j'aurai une autre lumière. J'aurai une vie que tu ne pourras tuer en moi, j'aurai une lumière que, non-seulement toi, mais aucune obscurité ne pourra me dérober. Le martyr a triomphé, et pourrions-nous rencontrer quelque part un plus noble combat ? Sans le menacer de la mort, le persécuteur en veut à son salut :,il le laboure de ses ongles, le déchire dans les tourments, il l'expose aux flammes, à la fureur des bêtes ; et c'est lui qui est vaincu. Pourquoi est-il vaincu ? « Parce que nous pouvons tout surmonter en celui qui nous a aimés (5) » .

6. Donc, mes frères, ne renonçons au Christ ni pour notre superflu, ni pour notre

 

1. Ps. XXI, 11, 12.— 2. Rom. VIII, 35.— 3. Jean, I, 9.— 4. Ps. XXXV, 10.— 5. Rom. VIII, 37.

425

 

nécessaire. Nul n'est plus nécessaire que lui. J'appelais nécessaires, la santé, un ami. Pour la santé, te voilà pécheur, apostat du Christ. Mais ton amour de la santé te fait manquer la véritable santé. Pour ton ami, te voilà pécheur, et pour ne point l'offenser tu renies le Christ. Hélas ! malheur à nous ! Il suffit souvent de rougir pour le renier. Il n'y a là ni violence de la persécution, ni spoliation de l'exécuteur, ni menace de bourreau ; tu crains seulement de déplaire à un ami, et tu renies ton Dieu. Je vois ce que t'a enlevé un ami ; montre-moi ce qu'il pourra te donner. Oui, que pourra-t-il te donner? Ses amitiés qui seront une source de péché pour toi, qui t'envelopperont et feront de toi un ennemi de Dieu. Celui-là ne serait point ton ami, si tu savais l'aimer. Mais parce que tu es son ennemi , tu prends pour un ami ton propre ennemi. Comment cet homme peut-il être ton ami ? Parce que tu aimes l'iniquité. « Or, aimer l’iniquité, c'est haïr son âme (1) ». Toutefois on ne renie point le Christ, pour plaire à un ami impie et pervers, on ne le renie point toujours, mais cet impie blasphème le Christ, cet impie l'accuse, et un fidèle n'ose le défendre, il en rougit, il l'abandonne; au lieu de le prêcher, il se tait. Le blasphème se répand, la louange se tait. Combien de crimes l'on commet, sous prétexte du nécessaire, pour la nourriture, pour le vêtement, pour la santé, pour un ami, et tout ce que l'on recherche ainsi n'en périt que plus sûrement. Mais si, au contraire, tu méprises les biens du temps, Dieu te donnera les biens éternels. Méprise la santé, et tu auras 1'immortûlité; méprise la mort, et tu auras la vie; méprise les honneurs, tu auras une couronne; méprise l'amitié d'un homme, tu auras l'amitié de Dieu. Et là même où tu jouiras de l'amitié de Dieu, tu ne seras pas sans amitié du prochain. Tu auras pour amis ceux dont nous

 

1. Ps. X, 6.

 

lisions tout à l'heure les actes et les confessions.

7. Nous venons d'entendre les actes virils des hommes, leurs vaillantes confessions. Nous venons d'entendre ces femmes, oublieuses de leur sexe, et s'attachant au Christ, non plus comme des femmes. Or, la haut nous formerons avec ces bienheureux cette amitié pure de toute convoitise charnelle, et nous n'aurons de commun avec nos amis que les jouissances de la sagesse. Voilà ce que nous perdrons, si nous aimons les biens d'ici-bas, jusqu'à renier le Christ. C'est là que la mort du prochain n'aura rien d'effrayant pour nous. Il n'y a nul deuil à redouter, dès lorsqu'on jouit de la vie éternelle, et le nécessaire ne sera plus dans cette parole « Ayant la nourriture et le vêtement, nous devons être satisfaits ». Notre vêtement sera l'immortalité, notre nourriture la charité ; la vie sera sans fin, nous n'y ferons plus de ces oeuvres que l'on appelle bonnes oeuvres, et toutefois nous ne saurions y parvenir qu'en les faisant ici-bas. On ne te dira plus : « Partage ton pain avec celui qui a faim (1) », puisqu'il n'y aura nul affamé. On ne te dira point : Donne l'hospitalité, puisqu'il n'y aura point d'étranger. On ne te dira point : Délivre l'opprimé, puisqu'il n'y aura nul oppresseur. On ne te dira point : Accommode ces différends, puisqu'il y aura une paix inaltérable. Voyez, mes frères, combien on souffre ici-bas pour acquérir cette paix, que nous posséderons où nous ne pourrons plus périr. Tu veux la santé? Méprise-la, et tu la trouveras. Tu renies le Christ parce que tu crains d'offusquer l'amitié des hommes? Confesse le Christ, et tu auras pour amies, et la cité des anges, et la cité des patriarches, et la cité des prophètes, et la cité des apôtres, et la cité des martyrs, et la cité de tous les fidèles qui auront fait le bien. Car c'est elle que le Christ a fondée pour l'éternité (2).

 

1. Isaïe, LVIII, 7. — 2. Ps. XLVII, 9.

 

427

 

DIX-SEPTIÈME SERMON. POUR LA FÊTE DES MACHABÉES (I ).,

 

ANALYSE.- 1. Les paroles de l'Evangile regardent tous les âges.— 2. Exposition de la parabole de la construction de la tour, et des deux rois.— 3. Le jeune homme riche qui vent se joindre au Christ.— 4. Après les apôtres, beaucoup de Juifs convertis, et beaucoup de chrétiens ont renoncé à leurs biens.— 5. Comment nous devons faire preuve de notre foi au Christ, même dans ce qui est de chaque jour.— 6. Les promesses doivent nous exciter à faire preuve de notre foi.- 7. Combat des Machabées avec les spectacles profanes.— 8, 9. Eloignement qu'il faut avoir pour les spectacles profanes.

 

1. L'Evangile, la parole vive du Seigneur, qui pénètre au vif de l'âme, qui s'adresse au plus intime du coeur, s'offre à nous tous pour notre salut, et ne revient à l'homme, qu'à la condition que l'homme revienne à lui-même. Voilà que, devant nous, se pose comme un miroir dans lequel nous devons nous considérer, et si notre visage accuse à nos regards quelque tache, il nous la faut essuyer avec grand soin, de peur qu'un second retard ne nous oblige de rougir. La foule suivait le Seigneur, comme nous l'avons entendu à la lecture de l'Evangile, et il se tourne vers ceux qui le suivaient, pour leur parler. Car s'il n'eût adressé qu'aux seuls apôtres les enseignements qu'il donna, chacun de nous eût pu dire : C'est pour eux, et non pour nous qu'il a parlé. Autres, semble-t-il, sont les enseignements adressés aux pasteurs, autres ceux qui s'adressent aux troupeaux. Le Sauveur s'est adressé à ceux qui le suivaient, donc à vous tous, et à nous tous. Et parce que nous n'étions pas encore, il ne faut pas croire qu'il n'a point parlé pour nous. Nous croyons en effet en ce même Dieu qu'ils ont vu; nous tenons, par la foi, à celui qu'ils ont considéré des yeux ; l'important n'était pas de voir le Christ des yeux de la chair ; autrement la nation juive serait arrivée la première au salut, puisqu'il est certain que les juifs l'ont vu et néanmoins l'ont méprisé, et, de plus, après l'avoir vu et méprisé, l'ont mis à mort. Mais nous, assurément, nous ne l'avons pas vu, et néanmoins nous croyons en lui, et néanmoins notre coeur fait accueil à celui que n'ont point vu nos yeux. De là cette parole adressée à l'un des siens qui était parmi les douze: « Parce a que tu as vu, tu as cru. Bienheureux ceux qui ne voient point, et qui croient (1) ». Que Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur soit maintenant devant nous en sa chair et garde le silence, que nous en reviendra-t-il ? Mais si sa parole a été utile, il parle maintenant, quand on nous lit l'Evangile. Toutefois, comme Dieu il nous procure de grands avantages par sa présence. Où donc n'est pas Dieu, et quand serait-il éloigné ? Toi, ne t'éloigne pas de Dieu, et Dieu sera avec toi. L'important, c'est qu'il nous a fait une promesse, et que nous tenons cette promesse écrite comme une cédule. « Voilà que je suis avec vous jusqu'à la consommation des siècles (2) ». C'est nous qu'il avait en vue, c'est à nous qu'il promettait.

2. Revenons donc à notre sujet, écoutons ses paroles, et, comme je l'ai déjà dit, considérons-nous, afin d'essuyer avec soin tout ce que nous verrons faire tache à notre beauté,qui plaît à ses yeux. Et comme nous ne saurions suffire, implorons son secours. Qu'il nous réforme celui qui nous a formés, que le Créateur nous crée de nouveau, afin que, ayant semé en nous le froment , il récolte en nous aussi un froment parfait. Voici donc ses paroles : « Quel homme, voulant bâtir une

 

1. Jean, XX, 29.— 2. Matth. XXVII, 20.

 

(1) Dans le Codex, fol. 40, page 2, on lit: « Sermon de saint Augustin, évêque, pour la naissance des saints Machabées ». — Après le commentaire sur les chapitres XIV, 28, de saint Luc, et XIX, 16, de saint Matthieu, après avoir excité les fidèles à la persévérance, ce beau sermon contient des invectives contre les spectacles. Saint Augustin le prêcha à Balla-Regio à la prière de l'évêque. Notre ami, dit en effet Possidius, vitae cap. 8, ne prêchait pas seulement dans un seul pays, mais partout, sur l'invitation qu'on lui en faisait.

 

427

 

tour, ne se rend pas compte auparavant de la dépense nécessaire, pour savoir s'il peut l'achever ? De peur que, s'il jette les fondements et ne puisse terminer, ceux qui passeront par là ne disent: Voilà un homme qui a commencé à bâtir sans pouvoir achever. Ou bien, quel est encore le roi qui, voulant combattre un autre roi, n'examine pas, auparavant , s'il peut marcher avec dix mille hommes contre celui qui en a vingt mille? Et, s'il ne le peut, il lui envoie demander la paix quand il est encore loin ». Et voici la conclusion qu'il donne à ces deux comparaisons: « De même, tout homme qui ne renonce point à tout ce qu'il possède ne saurait être mon disciple (1)».Or, s'il n'y a que les disciples présents pour porter ce nom, ces paroles ne s'adressent point à nous. Mais comme, selon le témoignage de l'Écriture, tous les chrétiens sont disciples du Christ: « Car vous « n'avez qu'un seul maître qui est le Christ" 1b, que celui-là seul renonce à être disciple du Christ, qui ne veut point le Christ pour maî tre. Ce n'est point, en effet, parce que nous vous parlons d'un lieu plus élevé, que nous sommes des maîtres pour vous. Car c'est le maître de tous qui a sa chaire par-dessus tous les cieux, et vous et nous sommes condisciples; seulement, nous sommes des moniteurs, comme les plus élevés en classe. Il y a donc une tour et des dépenses, la foi et la patience. La tour c'est la           foi, les dépenses sont la patience. Quiconque ne saurait supporter les peines de cette vie, est au-dessous des dépenses. Le roi méchant qui marche avec vingt mille hommes, c'est le diable ; et celui qui marche avec dix mille, c'est le chrétien. Un contre deux; la vérité contre le mensonge, la simplicité contre la duplicité ; sois simple de coeur ; loin de toi toute hypocrisie , qui montre une chose et en fait une autre, et tu vaincras la duplicité qui se transforme en ange de lumière. D'où viennent et où sont ces dépenses? Où est cette simplicité parfaite, absolument stable et inébranlable dans sa persévérance ? Dans la parole qui suit et qui nous paraît dure : c'est-à-dire, comme nous l'avons avancé, que la parole ,de Dieu n'est flatteuse pour personne. Celle-ci, par exemple : « Quiconque ne renonce point à tout ce qu'il possède, ne saurait être mon disciple ». Beaucoup l'ont fait et se sont anéantis

 

1. Luc, XIV, 28-33.— 2. Matth, XXI , 10.

 

avant d'être pressés par la persécution, et ont renoncé à tout ce qu'ils avaient au monde pour suivre le Christ. Ainsi en fut-il des Apôtres, qui dirent : « Voilà que nous avons tout abandonné pour vous suivre (1)». Toutefois eux-mêmes n'ont pas abandonné de grands biens, puisqu'ils étaient pauvres ; mais, à nos yeux, vaincre toutes les convoitises, c'est abandonner de grandes richesses.

3. Enfin, les disciples tinrent ce langage au Seigneur, quand s'en alla, tout triste, le jeune homme riche qui avait recueilli de la bouche du Maître le plus véridique, le conseil de la vie éternelle qu'il avait demandé. Un jeune homme riche était venu en effet trouver le divin Maître, et lui avait dit : « Bon Maître, quel bien dois-je faire pour acquérir la vie éternelle (2) ? » On dirait que parmi les interminables délices de ses richesses, il ressentait l'aiguillon de la mort à venir, et séchait de dépit ; car il savait qu'il n'emporterait rien avec lui de ses grands biens, et son âme dénuée de tout gémissait au milieu des richesses du temps. Environné de biens, il disait, ce semble, en lui-même : Tout cela est bien, tout cela est beau, tout cela est délicieux, tout cela est agréable; mais quand viendra l'heure unique, l'heure dernière, il faudra tout abandonner, rien de tout cela ne s'emporte. Il ne reste que la vie et la conscience; oui, après le corps, la vie de l'âme, et uniquement la conscience. Et si la conscience est mauvaise, ce n'est plus une vie, mais une autre mort, qu'il faut appeler, et la pire des morts. Rien en effet n'est pire que la mort, sinon cette mort quine meurt point. Telles étaient, au milieu de ses délices, les pensées de ce jeune homme si riche qui vient trouver le Sauveur. Il se disait donc: Si je puis avoir la vie éternelle après ces grandes richesses, quel bonheur surpassera le mien ? De là cette inquiétude qui le porte à interroger et à dire : « Bon Maître, que ferai-je pour acquérir la vie éternelle?» Et le Seigneur lui répondit tout d'abord : « Pourquoi m'appeler bon ? Il n'y a de bon que Dieu seul (3)». Ce qui revient à dire : Nul ne peut te rendre heureux, que Dieu seul. Les biens que possèdent les riches sont des biens, à la vérité, mais qui ne rendent pas bons leurs possesseurs. Si ces biens rendaient bons, l'homme serait d'autant supérieur en bonté, qu'il l'est en. richesses. Mais quand nous les

 

1. Luc, XVIII, 28.— 2. Matth. XIX, 16.— 3. Ibid. 17.

 

 

442

 

voyons d'autant plus mauvais qu'ils sont plus ripes, assurément il nous faut chercher d'autres biens qui nous fassent bons. Ce sont les biens que ne peuvent avoir les méchants : la justice, la piété, la tempérance, la religion, la charité, le culte de Dieu, et Dieu enfin. Tel est le bien qu'il nous faut rechercher, et nous ne pourrons l'avoir qu'en méprisant les autres.

4. Est-ce à moi de vous ménager, quand l'Evangile n'a de ménagements ni pour vous, ni pour nous ? Je me borne à exalter votre charité, mes frères, selon cette parole de l'Apôtre : « Le temps est court. Il faut, dès lors, que ceux qui ont des femmes soient comme n'en ayant pas, et ceux qui pleurent, comme ne pleurant point, et ceux qui se réjouissent, comme ne se réjouissant pas, et ceux qui achètent comme n'achetant point, et ceux qui usent des choses de ce monde, comme n'en usant pas (1) ». Les Apôtres donc abandonnèrent tout ce qu'ils possédaient, et de là cette parole de Pierre: « Voilà que nous avons tout abandonné ». Qu'as-tu abandonné, Pierre ? Une barque, un filet ? J'ai abandonné l'univers entier, me répondrait-il, puisque je ne me suis rien réservé. La pauvreté chez tous, c'est-à-dire chez tous les pauvres, n'a que peu de biens, mais elle a de grands désirs. Et Dieu ne regarde pas ce qu'elle possède, mais ce qu'elle désire. C'est notre volonté qui est jugée, et que sonde invisiblement celui qui est invisible. Ils ont donc tout abandonné, et abandonné l'univers entier, parce qu'ils ont renoncé à toute espérance dans ce monde, et qu'ils ont suivi celui qui a créé le monde et cru en ses promesses, ainsi que beaucoup l'ont fait dans la suite. Est-il étonnant, mes frères, que des hommes l'aient fait ? Ceux-là mêmes l'ont fait, qui ont mis à mort le Sauveur. Là, dans Jérusalem, après que le Seigneur fut monté aux cieux, et eut, dix jours après, accompli sa promesse par l'envoi du Saint-Esprit, les disciples, remplis de l'Esprit-Saint, parlèrent les langues de toutes les nations (2). Alors beaucoup de Juifs qui étaient à Jérusalem, et qui les entendaient, pleins d'admiration poux ces dons de la grâce du Sauveur, et se demandant avec stupeur d'où venait ce prodige, reçurent des Apôtres cette réponse, que celui qui opérait. ces prodiges par son Esprit-Saint, était celui-là même qu'ils avaient mis à mort, et demandèrent

 

1. I Cor. VII, 29-31.— 2. Act. II.

 

comment ils pourraient être sauvés. Ils étaient en effet saisis de désespoir, et ne pensaient point qu'ils pussent obtenir le pardon de ce crime énorme, d'avoir mis à mort le Maître de toutes créatures. Or, les Apôtres les consolèrent, leur promirent le pardon, et cette promesse du pardon leur fit embrasser la foi, et devenus d'autant meilleurs qu'ils avaient eu plus de crainte, ils vendaient leurs biens pour en apporter le prix aux pieds des Apôtres. La crainte leur extorqua leurs délices. Voilà ce que firent ceux qui avaient mis à mort le Seigneur ; beaucoup d'autres l'ont fait depuis, et le font encore. Nous le savons, nous en avons des exemples, beaucoup nous donnent cette consolation, beaucoup cette joie, parce que la parole du Seigneur n'est point inutile pour eux, puisqu'ils l'écoutent avec foi. Mais quelques-uns qui n'agirent point ainsi, n'ont-ils pas été éprouvés par la persécution ? Oui, parce qu'ils usaient de ce monde comme n'en usant pas. Non-seulement des hommes du peuple, non-seulement des artisans, non seulement des pauvres, des indigents, des gens médiocres, mais des grands, mais des riches, mais des sénateurs, mais des femmes illustres, en face de la persécution, ont su renoncer à leurs biens , afin d'élever leur tour et de vaincre, par la simplicité du courage et de la piété, la duplicité et les artifices du diable.

5. Jésus-Christ donc, Notre-Seigneur, nous exhortant au martyre, a dit : « De même, celui qui ne renonce point à tout ce qu'il possède, ne saurait être mon disciple ». C'est donc à toi que je m'adresse, ô âme chrétienne ! Si je te répète ce qui fut dit au riche : « Va, et toi aussi vends ce que tu as, et tu posséderas un trésor dans le ciel, puis viens et suis le Christ (1) », t'en iras-tu avec tristesse ? Car le jeune homme de l'Evangile s'en alla triste. Et pourtant, il n'y a que le chrétien pour comprendre ces paroles. Or, pendant qu'on lisait l'Evangile, as-tu bien pu boucher tes oreilles, contrairement à ton salut ? Tu as entendu ceci : « Quiconque ne renonce à tout ce qu'il possède ne saurait être mon disciple ». Réfléchis donc en toi-même : Te voilà devenu fidèle, tu es baptisé, tu as embrassé la foi. Tu n'as pas abandonné tes biens, mais j'en appelle à ta foi. Comment as-tu pu croire ? Voici pour ta foi le danger. On te dit : Si tu persistes, je saisis ton bien.

 

1. Matth. XIX, 2.

 

429

 

C'est ton âme que j'interroge ; si tu dis en ton âme : Qu'il prenne ce que je possède, mais je n'abandonne point ma foi 1 tu possèdes et tu as néanmoins renoncé. Et tu possèdes sans être possédé. Ce n'est pas posséder qui est un mal, mais bien être possédé. Oui, le mal est d'être possédé. Toutefois, il n'y a point de persécution, et tu n'as aucun moyen de prouver à Dieu la fidélité à tes promesses ? Les affaires de chaque jour sont pour l'homme une épreuve. Mais qu'arrivera-t-il, si quelqu'un t'excite au faux témoignage, un homme puissant, que l'on puisse craindre ici-bas, s'il te menace, et s'il peut réellement nuire, qu'arrivera-t-il s'il te vient demander un faux témoignage? Il ne te dit point: Renonce au Christ ; car c'est contre cela que tu étais prêt. Mais, dans sa duplicité, il s'insinue chez toi d'une manière que tu n'attendais pas et à laquelle tu n'étais point préparé. Fais-moi, dit-il, ce faux témoignage. Si tu ne le fais, je m'en vengerai de telle ou telle manière. Il menace de la proscription, de la mort. C'est là qu'il te faut éprouver, qu'il faut veiller sur toi. Feras-tu le faux témoignage ? C'est renier le Christ qui a dit: «Je suis la vérité (1) ». Tuas fait un faux témoignage, tu, as donc parlé contre la vérité, et dès lors renié le Christ. Or, que pouvait te faire cet homme en te menaçant de la proscription ? Te rendre pauvre ? Mais de quoi peux-tu manquer, si Dieu est avec toi ? Mais sa menace était plus grave. Comment plus grave? Il menaçait de te tuer. Ta chair, est-ce ton âme ? Tu considères la menace, et non ce que tu dois faire. Cet adversaire menaçait de tuer ta chair. « Or, la bouche qui ment tue l'âme $ », est-il dit. Vous voilà deux, ton ennemi et toi; et toutefois, c'est un homme comme toi. Vous avez tous deux une chair corruptible, tous deux une âme immortelle, tous deux vous passerez dans le temps, et n'êtes sur la terre que des étrangers et des pèlerins. Lui te menace de la mort, ne sachant pas s'il ne mourra point avant d'avoir accompli sa menace; et toutefois, admettons que cette menace il l'accomplisse : examinons lequel des deux, lui ou toi, est plus ennemi de toi-même. Il prend une hache pour tuer ta chair, et toi la langue du mensonge pour tuer ton âme. Quel glaive a frappé? lequel a donné une mort plus déplorable? lequel a pénétré plus avant? L'un a

 

1. Jean, XIV, 6. — 2. Sag. I, 11.

 

 

429

pénétré jusqu'aux os, jusqu'aux entrailles, toi jusqu'au coeur. Or, tu n'as plus rien d'intact dès que ton cœur est perdu. « La bouche qui ment tue », est-il dit, non le corps, mais l'âme.

6. Tels sont journellement les efforts des hommes. Quand on se trouve en face de l'iniquité, sur le point, ou de commettre l'iniquité, ou d'endurer ce qu'il plait à Dieu de nous faire endurer en cette vie, vois dès lors le double ennemi, vois les défenses de cette tour. Mais la pensée te fait défaillir; invoque alors celui qui a donné des préceptes. Qu'il aide ses préceptes en toi, et il te rendra de lui-même ce qu'il a promis. Or, que t'a promis Dieu ? Que dirai-je, mes frères, pour stimuler nos désirs? Que dirai-je ? Est-ce de l'or ? Est-ce de l'argent ? Des domaines, des honneurs? Tout ce que nous connaissons sur la terre ? Tout cela est vil. Mais « l'oeil n'a point vu, l'oreille n'a point entendu, le cœur de l'homme n'a jamais compris ce que Dieu a préparé à ceux qui l'aiment (1) » ; en un mot, ce ne sont plus des promesses, c'est Dieu lui-même. Il est plus grand que tout, celui qui a tout créé. Il est plus beau que tout, celui qui a donné à chaque objet sa beauté. Il est plus puissant que tout, celui qui a donné la force à tout ce qui est fort. Donc, tout ce que nous aimons sur la terre, n'est rien en comparaison de Dieu. C'est peu dire, tout ce que nous aimons n'est rien, mais nous-mêmes ne sommes rien. Celui qui aime doit se mépriser en comparaison de ce qu'il doit aimer. Telle est la charité qui nous est ordonnée : « De tout notre coeur, de toute « notre âme, de tout notre esprit ». Mais le Seigneur ajoute : « Tu aimeras ton prochain « comme toi-même. Ces deux préceptes résument toute la loi et les Prophètes (2) ». Ce qui te laisse à comprendre qu'aimer le Seigneur c'est t'aimer toi-même ; et que ne pas aimer le Seigneur, au contraire, c'est ne point t'aimer. Si donc tu aspires à t'aimer en aimant le Seigneur, élève ton prochain jusqu'à Dieu, afin de jouir du bien, et de ce grand bien qui est Dieu.

7. Tout à l'heure nous avons eu en spectacle ce grand combat des sept frères et de leur mère. Noble lutte, mes frères, si nos esprits ont su la considérer ! Comparez à ce saint combat les plaisirs voluptueux des théâtres. Là, les

 

1. I Cor. 11, 9.— 2. Matth. XXII, 37-10.

 

 430

 

yeux sont souillés; ici, les coeurs purifiés; ici, il y a gloire pour le spectateur, s'il devient imitateur; là, honte pour le spectateur, et infamie pour l'imitateur. Enfin j'aime les martyrs et je considère les martyrs. Quand on lit les souffrances des martyrs, je regarde. Dis-moi : Sois martyr, c'est un éloge. Pour toi, vois le mime, vois le pantomime; et je te dirai : Sois semblable, et ne t'en fâche pas. Que si cette parole : Sois semblable, vient à t'irriter, voilà que tu es accusé non par mes paroles, mais par ta colère. Ta colère fait juger de toi-même; car tu aimes ce que tu redouterais d'être. Le spectacle des saints Machabées, dont nous solennisons aujourd'hui la victoire, nous vient à propos afin de dire un mot à votre charité, au sujet des spectacles du théâtre. O mes frères de Bulla (1) ! dans toutes les villes qui vous environnent, la licence qui règne chez vous consterne la piété. Ne rougissez-vous point d'être les derniers à donner asile à ces vénales turpitudes ? Sur ces marchés romains, dans ces grands encans, où vous achetez le blé, le vin, l'huile, des animaux, du bétail, y a-t-il donc un charme pour vous à trafiquer de la honte, à l'acheter ou à la vendre ? Et quand les étrangers viennent dans ces contrées, pour ces échanges, si on leur disait: Que cherchez-vous ? des mimes? des prostituées? vous en trouverez à Bulla ; serait-ce pour vous un honneur, pensez-vous? Pour moi, je ne vois point de plus grande infamie. Oui, mes frères, c'est la douleur qui me fait parler, mais toutes les villes qui vous environnent vous condamnent et devant les hommes et au jugement de Dieu. Quiconque veut suivre le mal prend exemple sur vous dans notre Hippone, où tout cela est fini depuis longtemps; c'est de votre ville que l'on nous amène ces infamies. Mais, direz-vous, en cela nous ressemblons à Carthage. II y a sans doute à Carthage un peuple saint et religieux, mais la foule est si nombreuse dans cette grande cité, que chacun peut rejeter cela sur les autres. Ce sont des païens, ce sont des Juifs qui agissent ainsi, peut-on dire à Carthage, mais ici il n'y a que des chrétiens, et des chrétiens agissent de la sorte ! C'est avec une douleur bien vive que je vous parle ainsi. Puissiez-vous un jour, en vous corrigeant, guérir la blessure de notre cœur ! Nous le disons à votre charité : Nous

 

1. Bulla, ville située entre Hipponne et Carthage.

 

connaissons au nom du Seigneur, et votre ville et les villes voisines, nous savons quelle en est la population, quel en est le peuple. Pouvez-vous n'être point connus de celui qui est constitué pour vous dispenser la parole de Dieu et les sacrements ? Qui peut se disculper de cette honte ? Voici des spectacles. Que les chrétiens s'abstiennent, et nous verrons si le vide n'est pas tel, qu'il fera rougir la turpitude elle-même. Voyons si ces personnages infâmes ne finiront point par secouer leurs chaînes pour se tourner vers Dieu, ou abandonner cette ville, s'ils veulent persévérer dans leur honteux métier. Procurez-vous cet honneur, ô chrétiens ; ne hantez plus les théâtres.

8. Mais je ne vous vois ici qu'en petit nombre. voici que viendront les jours de la passion du Christ, que viendra Pâques, et ces lieux seront trop étroits pour votre multitude. Ils occuperont donc ces places, ces mêmes hommes qui remplissent aujourd'hui les théâtres? Ah! comparez les lieux, et frappez vos poitrines. Vous direz peut-être : s'abstenir, c'est bien pour vous, qui êtes clercs, qui êtes évêques; mais nous sommes laïques. Quelle justesse voyez-vous donc dans cette excuse? Eh! que sommes-nous si vous venez à périr? Autre est ce que nous sommes pour nous, et autre ce que nous sommes pour vous. C'est pour nous que nous sommes chrétiens, pour vous seulement que nous sommes clercs et évêques. Ce n'est ni aux clercs ni aux évêques, ni aux prêtres que s'adressait l'Apôtre quand il disait : « Vous êtes les membres du Christ » ; c'est à la multitude , c'est aux fidèles, c'est aux chrétiens qu'il disait. « Vous êtes les membres du Christ ». Voyez de quel corps vous êtes les membres, voyez sous quelle tête vous vivez dans l'union d'un même corps. Je reprends donc les paroles de l'Apôtre : « Prendrai-je les membres du Christ, pour en faire les membres d'une prostituée (1) ? » Et nos chrétiens non-seulement aimeront, mais encore établiront des prostituées? Non-seulement ils aiment celles qui l'étaient, mais ils en font de celles qui ne l'étaient point, comme si ces femmes n'avaient point une âme, comme si le sang du Christ n'eût pas été répandu pour elles, comme s'il n'était pas dit : « Les prostituées et les publia tains entreront avant vous dans le royaume

 

1. I Cor. VI, 15.

 

431

 

des cieux (1) ». Et dès lors, quand il nous faut les gagner à la vie, on choisit de périr avec elles, et c'est là le fait des chrétiens ! je n'oserais dire des fidèles. Un catéchumène se méprisant lui-même, nous dira: Je ne suis qu'un catéchumène. Comment, tu es catéchumène? Oui, catéchumène. Autre est donc ton front marqué du signe du Christ, et autre ton front pour aller au théâtre? Tu veux y aller? Change ton front, et va ensuite. Mais ce front que tu ne saurais changer, garde-toi de le perdre. Le nom du Seigneur est invoqué sur toi, le nom du Christ est invoqué sur toi, Dieu est invoqué sur toi, le signe de la croix du Christ a été marqué, peint sur ton front. C'est vous tous que j'exhorte, mes frères, à vous tous que je m'adresse. Vous verrez combien le nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ sera bien plus glorieux pour vous.

9. Oserai-je vous dire : Imitez la ville qui vous avoisine ? Imitez la ville de Simittu (2) qui est proche ? Je n'en dis pas davantage. Ou plutôt parlons plus clairement au nom du Seigneur Jésus. Là nul n'entre au théâtre nul libertin n'est resté là. Un légat voulut y rétablir ces obscénités; nul homme de la haute ni de la basse classe n'y mit le pied ; pas un juif n'y entra. N'y a-t-il pas là des habitants

 

1. Matth. XXI, 31.

2. La ville de Simittu est à quelques milles de Bulle. On voit dans Vict. vit., parmi des noms d'évêques : Deuterius Simminensis, et Florentiu Seminensis ; l'un des deux doit appartenir à cette ville.

 

 

honorables? n'y a-t-il pas là une cité ? Cette colonie n'est-elle pas d'autant plus honorable qu'il y a moins de ces obscénités ? Je ne vous tiendrais pas ce langage, si j'entendais dire de vous le même bien. Mais je crains que mon silence n'attire sur moi une semblable condamnation. Dieu donc a voulu, mes frères, que je vinsse à passer par ici. Mon frère m'a retenu (1), m'a commandé, m'a supplié, m'a forcé de vous prêcher. Que dire, sinon ce que je redoute le plus? Que dire, sinon ce qui m'est le plus douloureux? Ne savez-vous point que moi, que nous tous, nous rendrons compte à Dieu de vos louanges (2) ? » Croyez-vous que ces éloges soient un honneur pour nous? C'est une charge plus qu'un honneur. Il nous sera demandé un compte sévère de ces louanges, et je crains sérieusement que le Christ ne nous dise au jour de son jugement : Mauvais serviteur, vous receviez volontiers les acclamations de mon peuple, et vous gardiez sur leur mort un coupable silence. Mais le Seigneur notre Dieu nous accordera d'entendre à l'avenir du bien de vous, et dans sa miséricorde, il nous consolera par votre conversion. Ma joie sera d'autant plus grande alors que aujourd'hui ma tristesse est plus profonde.

 

1. L'évêque de Simittu.

2. Saint Augustin, à son arrivée, paraît avoir été reçu avec pompe.

 

 

DIX-HUITIÈME SERMON. POUR LA FÊTE DU MARTYR QUADRATUS (1).

 

ANALYSE.— 1. Trois sortes d'hommes vont à Dieu.— 2. L'exemple de saint Paul leur est proposé.— 3. Autre est celui qui voyage parfaitement, autre celui qui arrive parfaitement, ce qu'on- voit dans saint Quadratus.— 4. Donner maintenant à la justice autant qu'on a donné auparavant à l'impureté.— 5. Et même on doit plus donner à la justice.— 6. Et cela en dehors de tout respect humain.— 7. Principalement à l'égard des païens qui insultent aux Chrétiens.

 

1. Le Seigneur notre Dieu nous a fait cette grâce, dont nous le remercions, de vous voir et d'être vu par vous. Et si nous voir en cette chair mortelle, « a rempli de joie notre

 

(1) Au Codex, fol. 51, on lit cette inscription : « Sermon de saint Augustin, évêque, sur l'amélioration de la vie, les progrès vers Dieu, avec l'éloge de saint Quadratus .— L'exorde nous montre que ce sermon ne fut point prêché à Hippone, mais dans quelque localité qui honorait saint Quadratus. Possidius en fait mention in Indicul. Opp., ch. 9.

 

 

432

 

bouche, et notre langue d'allégresse (1) », que sera-ce quand nous nous retrouverons dans ces lieux où nous n'aurons plus aucune crainte? L'Apôtre l'a dit : « Nous jouissons dans l'espérance (2) ». Notre joie ici-bas est donc dans l'espérance, et non dans la réalité. « Or, l'espérance que l'on voit n'est déjà plus l'espérance; comment espérer ce que l'on voit? Si donc nous espérons ce qui est invisible pour nous, nous l'attendons par la patience (3) ». Or, si des compagnons de voyage se réjouissent quand ils sont en chemin, quelle ne sera point leur joie dans la patrie ? Telle est la voie sur laquelle ont combattu les martyrs, et en combattant ils marchaient, et en marchant ils n'hésitaient point. Aimer, en effet, c'est marcher. Or, ce n'est point avec des pas, mais avec l'amour que l'on va vers Dieu. Notre voie veut donc des marcheurs (4). Mais il y a trois sortes d'hommes que voit le Seigneur : l'homme qui s'arrête, l'homme qui rebrousse chemin, et l'homme qui s'égare. Avec le secours de Dieu, puisse notre voyage être affranchi, délivré de ces trois maux ! Et toutefois, quand nous marchons, l'un va plus lentement, l'autre plus vite; tous deux marchent néanmoins. Il faut donc stimuler ceux qui s'arrêtent, rappeler ceux qui retournent, ramener au bon chemin ceux qui s'égarent, exhorter les retardataires, imiter ceux qui précipitent la marche. Ne faire aucun progrès, c'est s'arrêter en chemin. Abandonner une bonne résolution pour revenir à ce qu'on avait délaissé, s'appelle rebrousser chemin. Abandonner la foi, c'est errer. Occupons-nous de ceux qui ralentissent leur marche , en comparaison des plus empressés, mais qui marchent néanmoins.

2. Quel est l'homme qui ne marche point? Celui qui s'est cru sage, qui a dit : Il me suffit d'être comme je suis; qui n'écoute point cette parole : « J'oublie ce qui est en arrière, pour m'étendre à ce qui est devant « moi, pour atteindre ce but auquel je suis « appelé par Dieu en Jésus-Christ (5) ». L'Apôtre dit qu'il court; il dit qu'il cherche. Il ne s'arrête point et ne regarde pas en arrière, lui qui

 

1. Ps. CXXV, 2.— 2. Rom. XII, 12.— 3. Id. VIII, 21, 25.

2. On trouve la même sentence, Cod. Bibl. Palat. théol. XIX, parmi les sermons inconnus ad Fratres in Bremo, sermon XIX, que les bénédictins de Saint-Maur n'ont pas édités. Ce sermon-ci a donc été connu de l'imposteur qui a rassemblé tous les inconnus.

5. Philipp. III, 13, 14.

 

enseignait la voie, qui la suivait, qui la montrait. Pour nous faire imiter sa vitesse, il nous dit : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis du Christ (1) ». Nous croyons donc, mes frères, marcher avec vous dans la voie; si nous sommes attardés, devancez-nous. Sans aucune jalousie, nous cherchons quelqu'un à suivre.. Si vous trouvez rapide notre course, courez avec nous. Il est un point que tous nous .voulons atteindre, soit que nous marchions vite, soit que nous marchions lentement. L'Apôtre nous l'indique : « Il est un point », dit-il, « c'est que, oubliant ce qui est en arrière, et m'étendant à ce qui est devant moi, je me propose d'atteindre la palme à laquelle Dieu m'appelle en Jésus-Christ Notre-Seigneur ». L'ordre de ces paroles est celui-ci : « Je ne poursuis qu'un seul but », Or, pour parler ainsi, qu'avait-il dit auparavant? « Mes frères, je ne me flatte point d'être arrivé (2) ». Voilà l'homme qui ne s'arrête pas en chemin, qui ne s'imagine pas être arrivé. Le voilà qui ne veut pas d'un long pèlerinage; le voilà qui ne s'arrête pas en chemin et qui se réjouira dans la patrie : « Pour moi », dit-il; qui moi? « moi qui ai travaillé plus que les autres (3) »; et toutefois, dire : « J'ai travaillé plus que les autres », ce n'est point dire : « Je ne me crois pas arrivé au but ». J'aime qu'il dise : « Pour moi », quand il faut s'humilier, et non s'élever. « Pour moi », dit-il, « autant a que j'en puis juger, je ne pense pas avoir atteint le but ». Voilà sa parole. Et quand il dit : « J'ai travaillé plus que les autres », il ajoute : « Non pas moi, mais la grâce de Dieu avec moi ». Est-ce que la grâce n'a pas atteint le but? Il a raison de dire ici: « pour moi ». Car ne pas atteindre le but, c'est l'effet de notre faiblesse, et l'atteindre c'est l'effet de la grâce divine, et non de la faiblesse humaine. Qui donc nous montrera la voie? Qui nous instruira? Qui pourra convenablement nous convaincre de cette vérité, qui est une vérité indubitable, qu'il n'y a en nous rien qui nous soit propre, sinon le péché? Voilà ce que doit reconnaître la piété, ce que l'infirmité doit accuser en elle-même, ce que la charité cherche à guérir. « Non que « j'aie atteint mon but, ou que je sois parfait (4) ». Et alors il ajoute : « Mes frères, je ne

 

1. II Cor. IV, 6.— 2. Phillpp. III, 13.— 3. I Cor. XV, 10. — 4. Philipp. III, 12.

 

433

 

crois pas que j'aie moi-même atteint le but », et quand il nous exhorte à courir et à étendre notre coeur « à ce qui est en avant, nous qui sommes parfaits, a-t-il ajouté, soyons de ce sentiment (1) ». Plus haut il avait dit : « Non que j'aie atteint le but ou que je sois parfait » ; et le voilà qui ajoute : « Nous qui sommes parfaits, soyons de ce sentiment ». Et tout à l'heure, tu voyais de l'imperfection dans un si grand Apôtre, et tu vois maintenant un si grand nombre d'hommes parfaits que tu dis : « Nous qui sommes parfaits, soyons de ce sentiment ». Il y a donc perfection et perfection.

3. Il y a le parfait voyageur, qui n'est point le parfait arrivant: Le parfait voyageur s'avance bien, marche bien, suit le bon chemin; mais il est voyageur et n'est pas encore au but. Et cela est évident, puisqu'il marche, puisqu'il est en- chemin, qu'il se dirige sur quelque point, et qu'il veut atteindre un but. L'Apôtre non plus, n'avait pas atteint le but où il s'efforçait d'arriver. Il exhorte les parfaits, afin qu'ils sachent qu'ils ne sont point complètement parfaits, qu'ils connaissent leur imperfection. La perfection, pour un voyageur, est de savoir qu'il n'est point arrivé au but qu'il poursuit. Il sait en effet et le chemin qu'il a fait, et celui qui lui reste à faire. Sachons donc bien que nous ne sommes point parfaits, quelle que soit notre perfection, afin de ne point demeurer imparfaits. Que dirons-nous, mes frères? Le martyr Quadratus (2) n'était-il point parfait? Quoi de plus parfait que Quadratus ou le carré? Ses côtés sont égaux, sa forme est partout la même, et sur quelque face qu'on puisse le poser, il se tient debout et ne tombe point. O nom magnifique, qui désigne une figure et présage l'avenir. Il s'appelait déjà Quadratus avant d'être couronné. Alors n'était pas encore venue l'épreuve qui devait montrer cette quadrature, et toutefois ce nom qui lui est donné était, même avant la création du monde, le signe de sa prédestination, et pour être ainsi appelé, il devait souffrir, afin de le justifier; et néanmoins il marchait, et néanmoins il était

 

1. Philipp. III, 15.

2. S. Quadrati memoria, voilà ce .qu'on lit dans God. Henschénius, Acta Sanctorum, tom. VI, 26 mai, pag. 369, après Usuard, Adon, Notker, et les modernes. Voici ce qu'on lit au martyrologe romain : In Africa S. Quadrati martyris, in cujus solemnitate S. Augustinus sermonen habuit. Baronius ajoute : . Il est fait mention de ce sermon dans l’Ind. de Possidius : et puisse-t-il être mis au jour: « Le voeu du grand historien est accompli.

 

encore en voyage, et tant qu'il était dans ce corps mortel, il y avait à craindre, ou qu'il ne demeurât en chemin, ou qu'il ne retournât en arrière, ou qu'il ne sortît de la voie. Maintenant, voilà qu'il a couru, qu'il est au bout de sa route, que son pied est demeuré ferme, et qu'il a trouvé place dans la construction de cette arche du Seigneur, qui dut être, en figure, construite de bois carrés: Maintenant il n'a plus aucune épreuve à redouter. Il a entendu l'appel de Dieu, et Dieu a entendu sa prière, il a suivi son Sauveur, qu'il porte maintenant en lui-même (1). Il a méprisé les séductions du monde, vaincu ses menaces, échappé à ses violences. Elle est grande, mes frères, la gloire des martyrs, c'est la première dans l'Église. Toutes les autres, quel qu'en soit l'éclat, ne viennent qu'après. Ce n'est pas en effet sans raison qu'il a été dit à quelques-uns : « Vous n'avez pas encore résisté jusqu'au sang, dans la lutte contre le péché (2); comment soutenir, comment supporter les violences du monde, si l'on n'en méprise pas les séductions ?

4. Le même Apôtre nous dit : « Je parle humainement, à cause de la faiblesse de votre chair. Comme vous avez fait servir vos membres à l'impureté pour l'iniquité, de même, faites-les servir maintenant à la justice pour votre sanctification (3) ». C'est là sans doute un noble but que l'on nous présente. Que chacun se mesure sur ces paroles de l'Apôtre. Que nul ne se flatte, mais que chacun se pèse et se dise la vérité. Que veut-il entendre de moi ? Qu'il se le dise lui-même. Tout mon but est de vous mettre sous les yeux un miroir où chacun se puisse considérer. Car je ne suis point ce brillant du miroir qui réfléchit à chacun l'image de sa face. Et en parlant de face, je veux dire votre face intérieure. Je puis l'aller trouver par l'oreille, mais je ne saurais la voir. C'est donc un miroir que je propose. Que chacun se considère et renonce à soi-même. Prenez pour miroir les paroles de l'Apôtre, que je viens de citer. « Je parle humainement à cause de la faiblesse de votre chair. Comme vous avez fait servir vos membres à l'immondice pour l'iniquité, ainsi, faites-les servir maintenant

 

1. On connaît les surnoms dérivés du grec, Theophores, Christophores.

2. Hébr. XII, 9.— 3. Rom. VI, 19.

 

 

434

 

à la justice pour votre sanctification       ». Qu'est-ce à dire « ainsi ? » Faites l'un dans la proportion que vous avez fait l'autre. Quand tu faisais de tes membres des instruments qui servaient au péché par l'impureté, y trouvais-tu des charmes ?Voilà ma question. Ecoute et réponds-moi. Y trouvais-tu des charmes ?Ton silence même est une réponse pour moi. Tu ne l'aurais point fait sans ce plaisir. De même donc que tu as livré tes membres comme instruments d'impureté pour le péché, et que tu as en cela goûté un plaisir, de même qu'il y ait un plaisir pour toi dans la pratique de la justice. Je ne veux point que tu agisses par crainte, dit le Seigneur. Ce que tu faisais, en effet, le faisais-tu par crainte? « De même », est-il dit, « de même que vous avez livré vos membres comme instruments d'impureté  pour l'iniquité, de même aujourd'hui livrez vos membres comme instruments de justice pour la sanctification ». C'est la crainte qui te pousse à la justice, et c'était l'amour qui te faisait courir à l'iniquité. Quoi de plus beau que la sagesse? je vous le demande. Elle est digne qu'on l'aime, comme l'on aimait l'impureté. Quand tu courais à l'impureté, il y avait une défense, et tu y courais néanmoins. Tu outrageais ton père, et tu y courais. Tu préférais être privé de l'héritage plutôt que de rompre avec la dépravation. Qu'en dis-tu ? La justice exige de toi tout ce que l'impureté avait chez toi. N'avez-vous pas entendu l'Evangile : « Je ne suis point venu apporter la paix, mais le glaive (1)? » Le Seigneur dit qu'il séparera les fils de leurs parents. Vois alors cette hache à deux tranchants. Peut-être veux-tu servir Dieu, et un père t'en empêche ? Mais quand tu aimais l'impureté, tu y courais malgré ton père, Maintenant c'est la justice que tu aimes qui te l'interdit. Ici encore tu trouveras un père qui la défend. Déploie ici ta liberté, comme tu as déployé ta passion. Tu préférais être privé de l'héritage, plutôt que de rompre avec la dépravation ; préfère maintenant être sans héritage, plutôt que de rompre avec les charmes de la justice. C'est grand, mais c'est juste. Qui donc oserait nous dire: Mais l'impureté a dû être plus aimée que la justice? La justice, toutefois, se borne pour le moment à une comparaison. Assurément, dit-elle, je ne lui ressemble pas ; il y a un espace immense

 

1. Matth. X, 31

 

entre les ténèbres de l'injustice et la lumière que je répands, entré sa dépravation et ma beauté, entre sa laideur et mon éclat. Il y a tout un monde. J'établis néanmoins une com. paraison. Telle est ma volonté. Car je dois aller plus loin, oh ! bien plus loin. Plus je suis éloignée, plus je dois marcher. « Mais je parle humainement », je fais une concession à cause de ce qui est humain, pourquoi en faire en ce qui est divin ? « Je parle d'après l'humanité, à cause de l'infirmité de votre chair ». Je dis donc, « de même », par égard pour l'humanité. C'est pourquoi, « de même que vous avez mis vos « membres au service de l'impureté pour l'injustice »,      de même (vous devez plus faire maintenant sans aucun doute), mais marchez au moins ainsi, arrivez à ce point, pour passer outre ensuite. En attendant, « je le dis par égard pour l'humanité », mais faites l'un comme vous faisiez l'autre.

5. Quadratus fit-il donc ainsi? Non pas ainsi, mais plus et beaucoup plus. Voyez ces impuretés, et voyez combien exigent de vous davantage, et la piété, et la charité, et la splendeur de la justice, et les douceurs de la sanctification. Voyez ce que tout cela exige en plus de vous. L'homme adonné à l'impureté ne veut point que l'on connaisse ses fautes ; il craint de s'attirer par là une condamnation, il craint la prison, il craint le juge, il craint le bourreau. Il cherche à séduire l'épouse d'un autre, il trompe le mari, il cherche les ténèbres, il redoute surtout un témoin, il craint le juge, il craint d'être connu, parce qu'il craint le châtiment qui en peut survenir. Or, ce qu'exige de plus la beauté de la justice, et que l'Apôtre met de côté, quand il nous dit : « Je parle d'après l'humanité à cause de la faiblesse de votre chair » , écoutez-le dans la bouche du Seigneur : « Ce que je vous enseigne dans les ténèbres » , c'est-à-dire dans le secret, « dites-le au grand jour, et ce que je vous dis à l'oreille, prêchez-le sur les toits (1) ». Or, l'adultère va-t-il prêcher son déshonneur sur les toits ? Mais pourquoi cet homme, loin de prêcher sa faute sur les toits, cherche-t-il à la cacher sous le toit ? Pourquoi cela ? Parce que si l'amour impur a pu aller jusque-là, néanmoins il craint d'être découvert, il craint le châtiment. Mais les

 

1. Matth. X, 27.

 

435

 

amants de cette invisible beauté, les amants de cette gloire, où nous rencontrons « Celui qui surpasse en beauté les enfants des hommes (1) », les amants de cette beauté, disons-nous, pourquoi ne craignent-ils point de prêcher sur les toits ce qu'ils ont entendu de leurs oreilles ? Cherche ce qui fait craindre à l'un d'être connu et châtié ; cherche aussi ce qui empêche l'autre de rien redouter. Le Seigneur a daigné nous le dire ensuite. Après ces mots : « Ce que je vous enseigne dans les ténèbres, dites-le à la lumière, et ce que je vous dis, prêchez-le sur les toits; ne craignez pas » , a-t-il ajouté , « ceux qui tuent le corps (2) ». Afin d'oser dire en plein jour ce que vous avez entendu dans les ténèbres, et de prêcher sur les toits ce qu'ont entendu vos oreilles : « Gardez-vous de craindre ceux qui tuent le corps ». L'adultère peut craindre ceux qui tuent le corps, car pour lui, perdre le corps c'est perdre le siège des voluptés. Il peut craindre la perte du corps, lui qui vit par le corps ; car c'est par le corps qu'il arrive à l'objet de ses convoitises ; aussi nul plaisir ne peut lui suffire; il brûle de désirs, jusqu'à ce qu'il arrive aux immondes voluptés du corps. Mais toi, ô homme de Dieu ! si ton cœur a des yeux pour te montrer la gloire de la charité, la gloire de la piété ; si ton coeur a des yeux, vois comment tu pourras jouir de l'objet de ton amour. Pour en jouir, tu n'as nul besoin des membres du corps. Qu'il craigne la mort ce corps qui aime les sordides voluptés, mais « paix sur la terre aux hommes de bonne « volonté (3) » .

6. Combien tu es loin de cet amour, ô chrétien ! Puisses-tu en venir à ce degré humain encore, de goûter le plaisir dans le bien, comme tu le goûtais auparavant dans le mal. Si le bien a pour toi des charmes, si la foi dans le Christ a des charmes, s'il y a des charmes pour toi à goûter sa sagesse dans la mesure de tes capacités, si tu trouves des charmes à écouter ses préceptes et à les accomplir , alors il est en toi déjà, ce degré humain, à cause de ton infirmité. Déjà tu commences à goûter le don d'en haut, sans égaler encore Quadratus. Mais, je l'ai dit, une fois arrivé là, continue, tu as encore du chemin à faire ; ne t'arrête point ; tu as beaucoup à travailler encore. Bannis toute crainte,

 

1. Ps. XLIV, 3.— 2. Matth. X, 28.— 3. Luc, II, 14.

 

et loin de toi de cacher par crainte tes bonnes œuvres. Ceux qui te blâment, qui te haïssent, que diront-ils? Te voilà un grand Apôtre tes pieds sont suspendus au ciel. D'où viens-tu ? Et tu n'oserais répondre: de l'église, de peur qu'on n'ajoute : Un sage comme toi ne rougit pas d'aller avec les veuves et les vieilles femmes ? La peur de la raillerie t'empêche de dire: de viens de l'église. Comment supporter la persécution quand on redoute un sarcasme ? Et pourtant nous sommes en temps de paix; et ce sont les persécuteurs qui doivent rougir. Ils rougissent, ces hommes sans nombre qui sont arrivés, et ils ne rougissent point les quelques-uns qui sont demeurés païens. Où sont arrivés les uns? où sont demeurés les autres ? Les uns sont arrivés à la lumière de la paix , les autres sont demeurés dans les ténèbres de la confusion. Ne rougirez-vous donc point de rougir quand il faut vous glorifier? Ils ne rougissent point de leur honte, et vous rougissez de votre gloire ? Où est donc cette parole que vous avez entendue: « Approchez-vous de lui , et soyez éclairés, et   la honte ne couvrira point votre visage (1) ? »

7. Si je vous ai tenu ce langage, mes frères, c'est que je sais bien, et j'en suis attristé, que l'on redoute les langues de ces quelques païens, qui sont loin de sévir, qui ne peuvent qu'insulter, et que c'est là ce qui retient les cœurs de ceux qui voudraient croire, et les empêcher de céder aux exhortations des chrétiens. Bornons-nous ici; que puis-je vous dire encore ? Tu vois qu'on harcèle ce païen, pour l'empêcher d'embrasser la foi chrétienne; et toi, chrétien,tu gardes le silence et tu prends pour beaucoup d'être épargné, c'est-à-dire de n'être pas insulté ? Quand on détourne cet autre, tu dis en ton coeur : Grâces à Dieu l On ne m'a rien dit. Tu fuis ; non ta chair, mais ton esprit; tu es là, et tu n'en fuis pas moins. Tu crains que cette langue ne se tourne vers toi pour te maudire, et tu ne viens pas en aide à celui que tu dois gagner au Christ. Tu ne lui viens pas en aide, tu gardes le silence ; tu fuis, ai-je dit, non ta chair, mais ton esprit, tues un mercenaire, tu fuis à la vue du loup (2). Que dirai-je de plus ? Nous venons de l'entendre tous. Que le Seigneur nous inspire de la crainte. Qu'on le craigne, celui qu'on doit aimer. « Quiconque n, dit-il, « me confessera devant « les hommes n. Et voyez, quand parlait-il

 

1. Ps. XXXIII, 6.— 2. Jean, X, 12.

 

 

436

 

ainsi ? Quand ce monde, bien loin de croire, frémissait de colère. « Celui qui rougira de moi devant les hommes, je rougirai de lui devant mon Père qui est au ciel. Mais celui qui me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est au ciel (1) » . Veux-tu être avoué ou désavoué par le Christ ? Tes insulteurs seront-ils donc loin de toi, quand le Christ te désavouera? Il viendra, puisqu'il l'a promis. Celui qui s'est montré si véridique, serait-il menteur pour le seul jour du jugement ? Nullement. Que les païens gardent leur infidélité, ou plutôt,

 

1. Matth. X, 32, 33.

 

qu'ils ne soient plus infidèles; vous, soyez pour eux des modèles en confessant Jésus-Christ, et non des vaincus qui gardent le silence. S'ils voient en effet que les plus forts d'entre les chrétiens soutiennent les plus faibles dans l'affirmation de leur foi, par la sainte liberté de leur confession, par leur prudence à les instruire, par leur charité à les former, ils se tairont, croyez-le bien. Car ils n'ont plus rien à dire. Les cris ne sont rien, c'est « une cymbale retentissante (1) », qui a cessé dans leur temple et qui n'est plus que dans leur bouche.

 

1. I Cor. XIII, 1.

DIX-NEUVIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DE L'APÔTRE : « JE VOUS ENSEIGNE UNE VOIE BEAUCOUP PLUS RELEVÉE [1 Cor. XII, 31] (1) ».

 

ANALYSE.— 1. La charité surpasse tous les autres dons que l'on pourrait avoir sans elle.— 2. Prophétie sans charité en Saül et en sa garde.— 3. Prophétie sans la charité en Caïphe.— 4. La foi sans la charité chez les démons.— 5. Exemple de la charité réciproque dans les membres du corps humain.— 6. Diverses dignités dans les membres, et surtout la santé qu'il faut considérer.— 7. Les Donatistes, membres malades, sont retranchés.— 8. Condamnation de Crispions, et auparavant des Donatistes dans la cause de Cécilien et de Majorin.— 9. Ces membres retranchés peuvent revenir é l'Eglise.— 10. L'Eglise répandue dans tout l'univers est catholique, vraie.— 11. Le don des langues, accordé aux premiers fidèles, signifiait que l’Eglise les parlerait toutes.— 12. Il engage les Donatistes à opérer leur retour.

 

1. A ceux qui aiment la charité, il est bon de parler de cette vertu qui fait aimer comme il convient tout ce que l'on aime. C'est dans la charité, en effet, que se trouve la voie la plus relevée dont a parlé l'Apôtre. On le lisait tout à l'heure, et nous l'avons entendu. « Je vous montre », dit-il, « une voie bien plus relevée (1) ».Il énumère ensuite plusieurs dons, des plus éclatants, et qu'on ne saurait dédaigner; et toutefois il déclare qu'ils ne servent de rien aux hommes, s'ils n'ont la charité. Parmi ces dons il fait mention de parler la langue des hommes et des anges, de posséder toute prophétie, toute science, toute foi, jusqu'à

 

1. I Cor. XII, 31.

 

transporter les montagnes, jusqu'à distribuer tous ses biens aux pauvres, jusqu'à livrer son corps pour être brûlé 1. Tout cela sans doute est grand, est divin; mais à la condition d'avoir pour base la charité, de grandir sur la racine de la charité. Qu'il y ait eu beaucoup de chrétiens pour posséder beaucoup de ces dons sans avoir en môme temps la charité, c'est ce que je n'oserais dire, si l'exemple de certains hommes, non pas les premiers venus, ni pris au hasard, mais choisis dans les saintes écritures, ne nous apprenait que nul ne saurait avoir la charité, s'il n'a d'abord la foi. Mais parmi les principaux, que nous y rencontrons,

 

1. I Cor. XIII, 1-3.

 

(1) On lit dans le manuscrit, foi. 64 : « Sermon de saint Augustin, évêque, sur la charité ».— C'est un beau traité contre les Donatistes, dont la deuxième partie est historique. Possidius, dans son Indic. Opp., c. 9, fait mention de deux traités sur la charité.

 

437

 

c'est un grand don que la prophétie ou la foi. Que dire du reste? S'il ne sert de rien à personne de posséder le don de prophétie, sans avoir aussi la charité; si nul, même avec la foi, ne saurait sans la charité arriver au royaume de Dieu, que dirons-nous du reste? Parler diverses langues, qu'est-ce que cela auprès de la prophétie et de la foi? Qu'est-ce, auprès de la prophétie, que distribuer son bien aux pauvres et livrer son corps pour être brûlé? Des téméraires, des hommes sans retenue, font souvent cela. Il y a donc là deux dons, et des plus grands, et il y aurait de quoi nous étonner si nous pouvions trouver un homme possédant le don de prophétie sans avoir la charité, ou bien ayant la foi sans avoir aussi la charité.

2. Pour la prophétie, nous en trouvons un exemple dans le livre des Rois (1): Saül persécutant David qui était saint. Or, dans ces poursuites, il envoya des gardes pour le prendre et le faire mourir; et ces gardes envoyés pour amener David au supplice, le trouvèrent parmi les Prophètes, avec qui était aussi Samuel, ce saint enfant d'Anne, autrefois stérile, qui avait demandé au Seigneur d'être mère, qui l'avait reçu du Seigneur, et l'avait consacré au Seigneur dès sa naissance. Samuel était donc là en même temps que David, Samuel, ce Prophète par excellence et qui donna à David l'onction royale. Ainsi lorsque David était poursuivi par Saül, il chercha un asile auprès de Samuel, comme ferait aujourd'hui un homme poursuivi au dehors, et qui chercherait un refuge dans l'église. David était donc venu auprès de Samuel, et cet éminent Prophète n'était point seul, mais beaucoup d'autres Prophètes étaient auprès de lui. Ce fut donc au milieu d'eux, quand ils prophétisaient, que vinrent les envoyés de Saül pour prendre David et le mener au supplice. L'Esprit de Dieu les saisit, et voilà qu'ils commencèrent à prophétiser, eux qui venaient ravir par le glaive, et emmener du milieu des Prophètes le juste, le saint de Dieu. Les voilà tout à coup pleins de l'esprit de Dieu, et devenus Prophètes. Peut-être ceux-ci étaient-ils innocents, puisqu'ils n'étaient point venus d'eux-mêmes pour prendre David , mais sur un ordre du roi. Peut-être venaient-ils, à la vérité, où était David, mais sans le dessein d'exécuter les ordres de Saül. Peut-être

 

1. Reg. XIX.

 

devaient-ils demeurer en ce lieu. Car tout cela arrive encore aujourd'hui. Le pouvoir suprême envoie un héraut enlever un homme de l'église. Cet envoyé n'ose agir contre Dieu, et pour ne pas encourir la peine du glaive, demeure dans cette église, où il a été envoyé. Quelqu'un dira dans son étonnement que ces envoyés sont tout à coup devenus Prophètes , parce qu'ils étaient innocents, et que cette innocence est prouvée par la prophétie elle-même. Ils sont venus sur l'ordre qui leur a été donné, mais ils n'eussent pas exécuté l'ordre injuste. Croyons-le de ceux-ci. D'autres sont envoyés, et voilà que l'esprit de Dieu s'en empare, et ils prophétisent à leur tour. Accordons encore à ceux-ci l'innocence comme aux premiers. D'autres sont envoyés en troisième lieu, et il en fut de même. Tous étaient innocents. Comme ils tardaient à venir, et que l'ordre de Saül ne s'accomplissait point,    il vint     lui-même. Etait-il innocent, lui aussi? Etait-il envoyé à son tour par quelque puissance d'en haut, et n'obéissait-il point à sa coupable volonté? Et néanmoins il fut à son tour saisi de l'esprit de Dieu et se mit à prophétiser. Voilà donc Saül qui a le don de prophétie, mais qui n'a pas la charité. Il a été un instrument qu'a touché l'Esprit-Saint, mais sans le purifier.

3. Car l'Esprit-Saint touche en effet, par le don de prophétie, certains coeurs qu'il ne purifie point. Mais les toucher sans les purifier, n'est-ce point pour l'Esprit-Saint se souiller à son tour? Il est de la substance divine de toucher à tout sans contracter aucune souillure. Et ne soyez point étonnés que cette lumière qui nous vient du ciel touche à toutes les immondices répandues çà et là, sans en être obscurcie le moins du monde. Or, il n'en est pas seulement ainsi de la lumière qui nous vient du ciel, mais de la lumière qui vient d'une lampe: quiconque porte cette lumière, passera parfois dans un cloaque et en sera maculé; mais la lumière de cette lampe qu'il porte passera sur toutes sortes d'objets sans contracter la moindre souillure. Or, si Dieu a pu donner un tel privilège à des corps lumineux, lui qui est la lumière véritable, éternelle, inaltérable, pourra-t-il être maculé quelque part? ou bien la lumière de Dieu peut-elle faire défaut quelque part, quand il est dit d'elle, a qu'elle atteint d'une a extrémité à l'autre avec force, et dispose (438) « toutes choses             avec douceur (1) ? »    Elle touche donc ce qu'elle veut, et purifie ce qu'elle veut. Sans purifier tout ce qu'elle touche, elle touche ce qu'elle a purifié. L'Esprit de Dieu n'avait donc point purifié Saül, mais l'avait touché dans le sens prophétique. Caïphe, prince des prêtres, persécutait le Christ, et néanmoins il prophétisa, quand il dit : « Il vous est bon qu'un homme meure, et non a pas que toute la nation périsse (2) ». L'Evangéliste, après nous avoir donné le mot prophétique, poursuit: « Or, il ne dit point cela de lui-même, mais étant grand prêtre de cette année, il prophétisa (3) ». Caïphe donc prophétisa, Saül prophétisa. Ils avaient la prophétie, sans avoir néanmoins la charité. Avait-il en effet la charité, ce Caïphe persécuteur du Fils de Dieu, venu parmi nous par la charité? Avait-il la charité, ce Saül qui persécutait celui dont la vaillante main l'avait délivré de ses ennemis, lui, non-seulement jaloux, mais ingrat ? La prophétie peut donc se trouver chez un homme qui n'a pas la charité: nous en avons fait la preuve. Chez ceux-là le don de prophétie ne sert de rien, selon cette parole de l'Apôtre: « Si je n'ai point la charité, je ne suis rien (4) ». Il ne dit point: la prophétie n'est rien, ou la foi n'est rien; mais bien: Je ne suis rien, si je n'ai la charité. Bien qu'il ait de grands dons, et quels que soient ces dons, il n'est rien. Car ces dons éminents qu'il possède, au lieu de le soutenir, servent pour son jugement. C'est un avantage de n'avoir point de grands dons, mais bien user des grands dons que l'on possède est un avantage aussi. Or, c'est n'en pas bien user, que n'avoir point la charité. Car il n'y a que la volonté vraiment bonne qui puisse faire d'une chose un bon usage; or, il n'y a pas de volonté vraiment bonne sans charité.

4. Que dire de la foi? Où trouver un homme qui ait la foi sans la charité? Il en est beaucoup qui croient sans aimer. Sans compter les hommes, il y a les démons qui croient ce que nous croyons, sans aimer ce que nous aimons. Car l'apôtre saint Jacques blâmait ceux qui se persuadaient qu'il leur suffit de croire, et qui refusaient de vivre régulièrement, ce qui n'est possible que par la charité; car une vie régulière est du domaine de la charité, et .l'on ne peut avoir la charité et mal vivre, puisque bien vivre n'est autre chose que se laisser

 

1. Sag. VIII, 1.— 2. Jean, XI, 50.— 3. Ibid. 51.— 4. I Cor. XIII, 2.

 

diriger par la charité. Quelques-uns donc se vantaient de croire en Dieu, et ne voulaient point mener une vie régulière et conforme à la sainteté de cette foi qu'ils avaient embrassée, et l'Apôtre les compare à des démons et s'écrie : « Tu dis qu'il n'y a qu'un Dieu unis que, c'est bien croire; mais les démons a croient aussi et tremblent (1) ». Si donc tu as la foi sans la charité, tu as cela de commun avec les démons. Pierre dit: « Vous êtes le Fils de Dieu », et il lui est répondu: « Tu es bienheureux, Simon, fils de Jean, parce que la chair et le sang ne te l'ont point révélé, mais mon Père qui est dans les cieux (2) ». Nous voyons que les démons dirent aussi: « Qu'y a-t-il de commun entre vous et nous, ô Fils de Dieu (3) ? » Les Apôtres donc le proclament Fils de Dieu, et les démons aussi le proclament Fils de Dieu. La confession est égale, mais la charité inégale. Les premiers croient et aiment, les autres croient et tremblent. L'amour attend sa récompense, la crainte son châtiment. Nous le voyons donc, il est possible d'avoir la foi sans avoir la charité. Que nul ne se vante de posséder quelque don dans l'Eglise, surtout s'il n'est élevé dans l'Eglise qu'à l'occasion de ce privilège, mais qu'il considère s'il a la charité. Le même apôtre saint Paul, qui a parlé de ces dons si divers d'en haut, qui les a énumérés parmi les membres du Christ ou dans l'Eglise, dit que chacun a le don qui lui est propre, et qu'il est impossible que tous aient le même don. Toutefois, nul ne demeurera sans quelque don. L'Apôtre énumère les Prophètes, les docteurs, les interprètes, le don de parler, le don de guérir les maladies, le don d'assistance, le don de gouvernement, le don de parler diverses langues. Voilà ce qu'il énumère, et nous voyons que tel a cette vertu, tel autre une autre vertu. Que nul donc ne s'afflige de n'avoir point le don qu'il trouve dans les autres. Qu'il ait la charité, et sans rien envier à celui qui possède, il aura ce que celui-ci possède. Tout ce qui est en effet chez mon frère, si je ne lui porte point envie, si j'ai la charité, tout cela est à moi ; si je ne l'ai point en moi, je l'ai en lui. Mais ce ne serait point à moi, si nous n'étions dans un même corps et sous une même tête.

5. Que ta main droite, par exemple, qui fait partie de ton corps, ait un anneau, sans que ta

 

1. Jacques, II, 19.— 2. Matth. XVI, 16,17.— 3. Id. VIII, 29.

 

 

 

439

 

main gauche en ait un aussi. Est-ce que cette dernière est tout à fait sans ornement? Vois chacune des mains, et tu verras un anneau à l'une, rien à l'autre. Vois l'enchaînement des parties du corps, parmi lesquelles ces deux mains, et vois que l'une, qui n'a pas d'anneau, en a un néanmoins dans celle qui l'a. Tes yeux voient où l'on va; tes pieds vont où voient tes yeux, et néanmoins tes pieds ne sauraient voir, ni tes yeux marcher. Mais le pied te répond: J'ai la lumière, non pas en moi, mais dans l'œil. Car l'oeil ne voit pas pour lui seul; il voit pour moi. Les yeux disent à leur tour: Nous marchons, non par nous-mêmes, mais bien par les pieds; car les pieds ne se portent point seuls, mais nous avec eux. Donc chacun des membres agit selon la faculté qui lui est départie, et selon que l'esprit le dirige. Toutefois ces membres constitués en un même corps et tenant à l'unité sans s'arroger pour chacun d'eux ce qu'ont les autres membres, et qu'ils n'ont point, ne se regardent point comme frustrés de ce qui est dans un même corps, et dont ils jouissent également. Enfin, mes frères, qu'un membre du corps vienne à souffrir, quel autre membre lui refusera son secours ? Dans l'homme, quoi de plus éloigné que le pied, et dans le pied quoi de plus éloigné que la plante? Et dans cette plante, quoi de plus éloigné que la peau qui foule la terre? Et toutefois cette extrémité de tout le corps tient si bien à l'unité, que si une épine la vient meurtrir quelque part, tous les membres viennent à son secours pour arracher, cette épine. Les jarrets se plient à l'instant, on courbe l'épine, non pas celle qui a meurtri le pied, mais celle qui soutient notre dos ; on s'assied afin d'arracher l'épine maudite. Mais s'asseoir pour en agir ainsi, c'est l'oeuvre de tout le corps. Combien est rétréci l'endroit qui souffre! C'est un endroit bien étroit que celui qu'une épine peut meurtrir, et à cette extrémité; et néanmoins tout le corps ne dédaigne pas de soulager une souffrance dans un endroit si restreint. Les autres membres, sans souffrir en eux-mêmes, souffrent néanmoins dans cet unique endroit. De là vient que l'Apôtre a pris là un exemple de charité, en nous exhortant à nous aimer, les uns les autres, de cet amour qui est entre les membres d'un même corps. « Si quelque membre vient à souffrir », nous dit-il, « tous les autres souffrent en lui; et si un membre reçoit de l'honneur, tous les autres se réjouissent en lui. Vous êtes le corps du Christ et ses membres (1) ». S'il y a de l'amour entre ces membres qui ont leur chef sur la terre, comment se doivent aimer des membres qui ont leur chef dans le ciel? Assurément, ils ne s'aiment point eux-mêmes, s'ils sont abandonnés de leur chef. Mais ce chef, vraiment chef, est élevé en gloire, est placé à la droite de Dieu, dans le ciel, de manière, néanmoins, à souffrir sur la terre, non en lui-même, mais dans ses membres, au point de dire au dernier jour: « J'ai eu faim, j'ai eu soif, j'ai été étranger » ; et quand on lui demandera: « Quand est-ce que nous vous avons vu avoir faim ou soit? » il semblera répondre: Pour moi je suis la tête et j'étais dans le ciel, mais sur la terre mes membres avaient soif; il ajoutera enfin: « Ce que vous avez fait au moindre des miens, c'est à moi que vous l'avez fait (2) »; et à ceux qui ne l'auront point soulagé: « N'avoir rien fait pour le moindre des miens, c'est n'avoir rien fait pour moi? » Ce n'est donc que par la charité que l'on s'unit à un tel chef.

6. Nous voyons en effet, mes frères, que dans nos membres chacun a un office qui lui est propre: c'est à l'oeil de voir, et non d'agir; à la main, au contraire, d'agir et non de voir; à l'oreille, d'entendre, sans voir et sans agir; à la langue, de parler sans entendre et sans voir; et, bien que chacun de ces membres ait son office à part, ils n'en forment pas moins un seul et même corps, ayant quelque chose de commun à tous. Les offices sont divers, la santé est la même. La charité sera donc pour les membres du Christ ce qu'est la santé aux membres du corps humain: L'oeil occupe la plus haute place, l'endroit le plus éminent; il est placé à dessein dans une citadelle, d'où il peut découvrir, voir et montrer. L'oeil a l'honneur d'occuper un lieu plus élevé, d'être un sens plus vif, d'avoir une agilité, une certaine force qu'on ne retrouve point dans les autres sens. Aussi la plupart des hommes jurent-ils par leurs yeux, plutôt que par tout autre membre. Nul ne dit à un autre: Je t'aime comme mes oreilles; quoique le sens de l'ouïe soit presque égal à celui des yeux, et tout rapproché. Que dirai-je des autres? Chaque jour on dit: Je t'aime comme mes yeux. Et l'apôtre saint Paul témoigne

 

1. I Cor. XII, 26.— 2. Matth. XXV, 35-45.

 

 

440     

 

que nous avons pour nos yeux plus d'amour que pour les autres membres, quand il exprime ainsi l'attachement des Églises pour lui: « Je « vous rends ce témoignage que vous étiez « prêts à vous arracher les yeux, s'il eût été possible, pour me les donner (1) ». Dans le corps humain donc, la place la plus élevée, la plus honorable, est pour les yeux, et dans ce même corps, rien n'est plus éloigné que le dernier doigt du pied. Et toutefois, dans un corps humain, un doigt qui est sain est plus avantageux que l'œil qui est chassieux et obscurci. Car, la santé qui est commune à tous les membres du corps, est plus précieuse néanmoins quand il s'agit de l'office de chacun. De même, tu vois dans l'Eglise un homme peu élevé, mais qui a reçu quelque don, et qui a la charité; un autre homme est plus élevé dans l'Eglise par un don supérieur, mais il n'a pas la charité. Que l'un soit pour nous le dernier doigt, et l'autre l'oeil. Celui-là est plus lié au corps, qui jouit d'une santé plus complète. Enfin ce qu'il y a de malade en un corps, est nuisible à tout autre corps, et tous les membres s'appliquent à guérir une partie malade, et souvent y parviennent. Mais si l'on ne peut la guérir, et qu'elle soit gangrenée au point de ne plus guérir, on garantit les autres membres, en retranchant cette partie de l'unité du corps.

7. Que le premier venu, que Donat, par exemple, soit comme l'œil dans le corps humain; qu'il soit donc l'œil, car nous ne savons ce qu'il a été, mais qu'il soit l'homme doué, comme son nom l'indique; de quoi lui a servi la supériorité de l'honneur et de la gloire? 11 n'a pu conserver la santé, parce qu'il n'avait pas la charité. Ensuite, ces membres-là sont tellement gangrenés, qu'il a fallu de toute nécessité les retrancher, et ceux qu'ils se vantent d'avoir gagnés sont des vers de pourriture. Ce sont des vers retranchés, et qui ne sauraient arriver à la santé. Car un membre peut revenir à la santé, tant qu'il fait partie du corps, sans en être retranché. Des membres sains, en effet, peut découler la santé sur un endroit blessé. Mais qu'un membre soit retranché et souffre d'une blessure, il n'y a plus pour lui ni canal, ni source, d'où la santé puisse arriver jusqu'à lui. Aussi sont-ils comparés à des sarments retranchés, dans notre Evangile, lequel est d'accord avec l'épître

 

1. Galat. IV, 15.

 

de l'Apôtre. Là aussi, le Seigneur ne nous a recommandé, pour demeurer en lui, rien de si efficace que la charité: « Pour moi », dit-il, « je suis la vigne, vous êtes les branches, et mon Père le vigneron. Tout sarment qui rapporte du fruit en moi, il l'émonde, afin qu'il en rapporte davantage; mais il retranche tout ce qui ne rapporte aucun fruit en moi (1) ». Or, le fruit vient de la charité ; car le fruit ne vient que sur la racine. Et l'Apôtre a dit « Soyez enracinés et fondés sur la charité (2) ». La racine est donc là d'où sort tout fruit. Quiconque en est séparé , bien qu'il paraisse y tenir, ou bien est déjà retranché secrètement, ou bien le sera au grand jour: il ne peut donc rapporter aucun fruit. Ceux-là étaient jadis dans l'unité, on les a retranchés; d'où retranchés? de l'unité. Mais, c'est vous, disent-ils, qui êtes retranchés. Que faire? Moi je vous dis: Vous êtes retranchés; vous, de votre côté, me dites: C'est vous qui êtes retranchés. Que le Seigneur en juge. C'est donc remettre la cause, pour la porter au jugement de Dieu? Point du tout. Bien souvent nous en agissons ainsi, quand le jugement de Dieu ne s'est point encore manifesté. Mais quand il apparaît, saisissons-le, et nulle remise. J'ouvre les Ecritures, et je vois qui est retranché de l'Eglise. Si l'Ecriture, en effet, rend témoignage au parti de Donat, à quelque Eglise établie sur une certaine partie de la terre, comme le parti de Donat est établi en Afrique, qu'ils disent que nous sommes retranchés, qu'ils disent que ce sont eux qui sont sur la racine. Mais si l'Ecriture ne rend témoignage qu'à l'Eglise qui est répandue par toute la terre, à quoi bon plaider notre cause au tribunal d'un homme? Nous avons Dieu pour juge; et s'il ne siège pas sur un tribunal, il siège dans l'Evangile.

8. Naguère on a jugé Crispinus comme hérétique (3). Mais qu'a-t-il dit? Suis-je donc condamné par l'Evangile ? alléguant ainsi qu'il n'est point condamné, puisque c'est le proconsul et non le Christ qui s'est prononcé contre lui. Lui-même a importuné le proconsul, pour lui demander une sentence; lui-même a dit : Ecoutez-moi. Je ne suis point un hérétique. Tu déclines maintenant le jugement que tu as toi-même invoqué ? Pourquoi ?

 

1. Jean, XV, 1, 2.— 2. Ephés. III, 17.

2. L'an 401, voyez l'histoire de saint Augustin et saint Augustin en plusieurs endroits.

 

 

Parce qu'il est contre toi. Qu'il soit en ta laveur, et il serait bon ; mais dès qu'il est contre toi . il est mauvais. Avant de prononcer, il était compétent ce juge à qui tu as dit : Je ne suis point hérétique, écoutez-moi; mais, dit-il encore, le proconsul a prononcé d'après la loi des empereurs, et non d'après les lois de l'Evangile. Soit, que le proconsul ait jugé d'après les lois des empereurs; mais si les empereurs ont tort de te condamner, pourquoi du proconsul en appeler aux empereurs ? Les lois des empereurs étaient-elles déjà contre toi, ou non ? Si elles n'étaient pas contre toi, ce n'est point d'après ces lois qu'a prononcé le proconsul. Si elles étaient contre toi, les empereurs iront-ils, pour toi, juger contre leurs lois? Mais je te demanderai ensuite : Quelles sont ces lois des empereurs qui sont contre toi ? Que s'est-il fait ? renseigne-moi. Il est évident, et personne ne le niera, qu'il y a contre ces gens beaucoup de lois impériales. D'où vient cela ? Comment cela s'est-il fait ? C'est nous peut-être qui sommes des persécuteurs et qui avons mal parlé de vous aux empereurs. Voilà ce qu'ils racontent à ces malheureux ignorants qu'ils parviennent à tromper. Car ils se gardent bien de dire à ces gens qu'ils veulent tromper comment s'est plaidée leur cause. Mais, en dépit de leurs efforts, voilà qu'on la déterre, qu'on la place au grand jour, qu'on la met sous les yeux mêmes de ceux qui les ferment et ne veulent pas voir. Qu'on fasse la lumière devant ceux qui ferment les yeux, qui ne veulent point voir la lumière. Qu'ils ne puissent cacher l'évidence ! Qu'ils ne se puissent détourner de ce qui est visible , ni obscurcir ce qui est clair. Je les poursuivrai avec la torche de la vérité. Vous avez sollicité le jugement de l'empereur. C'est faux, disent-ils. On en lit le monument public (1). Les Donatistes du parti de Majorin, qui fut ordonné le premier, allèrent contre Cécilien au proconsul d'alors, Anullinusl, et lui présentèrent des pièces d'accusation contre Cécilien, alléguant qu'elles étaient scellées dans les enveloppes, mais qu'ils avaient contre Cécilien des crimes consignés sur l'acte d'accusation, et le suppliant d'envoyer cette accusation à l'empereur,

 

1. La cause avait été jugée antérieurement sous Constantin le Grand, entre Majorin et Cécilien. Voyez la lettre du clergé d'Hippone, parmi les lettres de saint Augustin, lettre LXXXVIII, et le saint docteur lui-même en plusieurs endroits.

2. Les bénédictins de Saint-Maur écrivent Anulinus, c'est mieux peut-être. Et, toutefois, on trouve, vers l'année 199 de la Chron. P. Corn., Anulinus, et en l'année 216, Sext. Corn., Anullinus.

 

443

 

en son palais. Il existe encore, ce compte rendu du proconsul Anullinus, écrivant à l'empereur Constantin que des hommes du parti de Majorin étaient venus le trouver avec des pièces portant accusation contre Cécilien, le suppliant d'envoyer ces pièces à l'empereur, et disant qu'il a fait selon leur demande. L'empereur en écrivit à l'évêque Meltiade (1) et à Mareus, déclinant ainsi une cause ecclésiastique et la leur envoyant. Dans ces mêmes lettres l'empereur écrit qu'il envoie les pièces venues par Anullinus, et comme les lettres ne font point connaître les pièces, on le sait néanmoins par la relation d'Anullinus, consignée aujourd'hui dans les recueils publics. Ensuite Constantin écrit à Anullinus, lui enjoignant d'envoyer les parties à Rome, au jugement du souverain Pontife. Puis, Anullinus constate qu'il a envoyé les parties. C'est donc vous qui êtes allés à l'empereur, vous qui avez porté au tribunal d'un homme une cause de l'Eglise. L'empereur a mieux jugé que vous. Vous portiez devant lui une cause qu'il a déférée aux évêques. C'est donc d'après vos accusations, que la cause a été tout d'abord plaidée devant les évêques. La sentence a été en faveur de Cécilien. Mais eux, mécontents de cette sentence, murmurèrent et en appelèrent une seconde fois à l'empereur; ils invoquèrent le jugement impérial après le jugement des évêques; une seconde sentence lut rendue à Arles Q: nouvel appel de leur part à l'empereur. Encore vaincu par leur importunité, il voulut lui-même évoquer leur cause et en connaître. Le voilà qui siège, qui instruit la cause, qui juge Cécilien tout à fait innocent, et qui renouvelle contre eux toutes les prescriptions des empereurs. Quoi d'étonnant? Tu en appelles à un tribunal, puis tu oses bien récuser la sentence ? Pourquoi vouloir lui déférer ta cause ? Ton église était en Afrique, et non dans toute la terre ? Mais où donc allaient-ils, ceux qui déjà s'en étaient détachés ? Ils ne tenaient déjà plus à l'Eglise, mais il y tenait, cet empereur dont ils invoquaient le jugement. Ce fut donc par bienveillance qu'il fit juger la cause par des évêques, puis leur succéda pour juger lui-même. Delà ces lois qui sont contre vous; voyez si vous n'êtes point contre elles. C'est vous qui avez

 

1. C'est sans doute Melchiade ou Miltiade, souverain Pontife de Rome. Quel est ce Marc? Est-ce le successeur de Melchiade dans le pontificat? ou l'un des trois évêques des Gaules, qu'il s'adjoignit pour juger cette cause?

2 En l'an 314, l'année d'après le jugement de Rome.

 

 

442

 

attaqué les premiers, accusé les premiers; appelé les derniers, et les derniers encore. murmuré. Et toutefois, est-ce donc l'Evangile qui nous a condamnés, disent-ils? Vous êtes condamnés au tribunal que vous avez choisi.

9. Mais nous ne récusons point le jugement de l'Évangile. Et quand notre adversaire ne le dirait point, nous lirions l'Évangile pour en tirer des citations, des preuves. Qu'on lise l'Évangile. Mais voyons où est l'Église, d'après Notre-Seigneur Jésus-Christ. Car assurément c'est à lui qu'il faut ouvrir et nos oreilles et nos coeurs. Écoutons-le. Qu'il nous dise où est l'Église. S'il nous dit que son Eglise est en Afrique, nous nous rangeons tous au parti de Donat. Mais s'il dit que l'Église est répandue dans l'univers entier, c'est aux membres retranchés à revenir à l'unité. Car ces rameaux ne sont point coupés de manière qu'une nouvelle insertion soit impossible. Nous avons l'apôtre saint Paul qui nous le dit: « Ces rameaux », diras-tu, «ont été brisés pour que je fusse inséré. Il est vrai. Mais ils ont été rompus à cause de leur incrédulité, et toi, c'est par la foi que tu es debout. Garde-toi de t'élever, mais crains. Car si Dieu n'a pas épargné les branches naturelles, il pourra bien ne te pas épargner (1) ». Ainsi donc les Juifs, qui étaient comme les branches naturelles, ont été brisés, et les gentils ont été insérés comme l'olivier sauvage sur l'olivier franc. Par ces rameaux insérés, par cet olivier sauvage ainsi enté, nous avons tous notre part à l'olivier. Mais selon cette menace que faisait l'Apôtre aux rameaux orgueilleux de l'olivier sauvage, nos adversaires sont devenus tels par leur orgueil, qu'ils ont mérité à cause de cet orgueil, d'être brisés à leur tour avec les rameaux naturels déjà retranchés. Or, que dit l'Apôtre? « Pour eux», dit-il, « s'ils ne demeurent point dans leur incrédulité, ils seront insérés à leur tour (2) », de même que tu seras retranché, si tu ne demeures pas dans la foi. Que nul donc ne s'enorgueillisse dans la vigne, que nul ne désespère, en dehors de la vigne. En t'enorgueillissant dans la vigne, crains d'en être retranché. Que ceux qui sont en dehors de la vigne se prémunissent contre le désespoir, qu'ils osent espérer l'insertion. Cette insertion n'est pas l'oeuvre de la main, puisque l'Apôtre, dit : « Dieu est assez puissant pour les enter de nouveau (3) ». Qu'ils ne

 

1. Rom. XI, 19-21.— 2. Ibid. 28.— 3. Ibid.

 

disent point : Comment insérer de nouveau un rameau retranché, brisé ? Cela est impossible, sans doute, si l'on s'en tient aux forces de l'humanité; mais non si l'on fait appel à la Majesté divine. Quoi donc ? Ce qui a été fait par le Seigneur, tout vigneron pourrait le faire? Il prend un olivier sauvage, et il y insère l'olivier franc, et le sauvageon inséré sur l'olivier donne l'olive, et non des baies amères ? Qu'un homme le fasse aujourd'hui, qu'il ente le sauvageon sur l'olivier, et il verra qu'il n'en sortira que des baies sauvages. Dieu donc a la puissance d'enter, non l'olivier sur le sauvageon, mais bien le sauvageon sur le franc, de faire couler dans le sauvageon la succulence de l'olivier franc, de manière qu'il n'ait plus aucune amertume, mais une saveur agréable, et il ne pourrait t'insérer par l'humilité, toi qui es retranché à cause de ton orgueil ? C'est bien, dira notre homme, vous m'exhortez, mais il faut d'abord me montrer que je suis retranché, de peur que vous n'ayez à vous prêcher vous-même, afin de venir à moi, et non moi à me faire enter sur vous-même. J'ose bien dire : Écoute-moi, et néanmoins cet écoute-moi, je crains de le dire, je crains qu'il ne méprise l'homme en moi ; eh bien 1 soit, qu'il méprise l'homme. Car s'il méprisait l'homme, il ne suivrait point le parti de Donat. Donat aussi était homme. Si donc nous parlons de nous-mêmes , qu'il nous méprise mais si nous parlons avec le Christ, qu'il entende celui qu'on n'entend point en vain, qu'on ne méprise point en vain. L'écouter, en effet, c'est mériter une récompense; ne l'écouter point, c'est mériter le supplice. Ecoutons-le donc, donnons la parole au Seigneur.

10. Il nous parle de l'Église en plusieurs endroits ; et pourtant j'en citerai un. Après sa résurrection, vous le savez, mes frères, il se montra à ses disciples, étala devant eux ses plaies, qu'il leur fit toucher et non-seulement voir. Eux, néanmoins, qui le voyaient, le touchaient, le reconnaissaient, hésitaient encore dans leur joie, comme nous l'apprend l'Evangile, qu'il nous faut croire, qu'il est criminel de révoquer en doute. Comme donc ils hésitaient dans leur joie, comme ils doutaient encore, le Sauveur les raffermit par les saintes Écritures, et leur dit. « Voilà ce que je vous disais quand j'étais avec vous : c'est qu'il faut que s'accomplisse tout ce qui est écrit à mon sujet dans la loi, dans les Prophètes (443) et dans les psaumes. Il leur ouvrit alors l'intelligence, afin qu'ils entendissent les Écritures, puis il leur dit: Il fallait, selon qu'il a est écrit, que le Christ souffrît et qu'il ressuscitât le troisième jour, et qu'on prêchât a en son nom la pénitence et la rémission des a péchés à toutes les nations, en commençant a par Jérusalem (1) ». Tu n'es pas là, toi. Mais j'y suis, à quoi bon attendre qu'un homme prononce à ton sujet du haut d'un tribunal? Écoute le Christ dans l'Évangile: « Dans toutes les nations», dit-il, « en commençant par Jérusalem». Es-tu de cette Eglise? Es-tu en communion avec toutes les nations? En communion avec cette Eglise répandue parmi toutes les nations, en commençant par Jérusalem? Si tu es en communion, tu es avec elle, dans la vigne, et non retranché. L’Eglise du Christ, en effet, n'est autre que cette vigne qui a pris de l’accroissement, qui a rempli toute la terre; c'est le corps du Christ, dont la tête est au ciel. Mais si tu communiques seulement avec les Africains, et si de l'Afrique tu ne saurais envoyer qu'à la dérobée consoler quelques étrangers, ne vois-tu point que tu es seulement dans la partie, et en dehors du tout? Qu'as-tu dit au jugement du proconsul? Je suis catholique. Telle est en effet sa parole. On la trouve dans les Actes. Catholique, sois dans le tout. « Holon », en effet, signifie tout, et l'Église a été surnommée Catholique, parce qu'elle est partout. Est-ce bien Catamérique, son nom, et pas Catholique? « Meros » veut dire, en effet, partie, et « Holon » le tout. Catholique vient du grec et signifie totalité. Te voilà donc en communion avec l'univers? Non, répond-il. Donc tu es dans la partie, et dès lors comment seras-tu catholique? Il y a bien de la différence entre le tout et la partie. D'où vient à l'Église le surnom de Catholique? Tu as reçu ton nom du parti de Donat, elle se nomme catholique, de toutes les parties de la terre. Mais c'est nous qui nous disons dans toutes les contrées de la terre, et peut-être Dieu ne le dit-il pas? Nous en avons appelé à l'Évangile, et cité ce passage de l'Évangile « Dans toutes les nations », dit-il, « en commençant par Jérusalem ». N'est-ce pas de là que l'Évangile est venu en Afrique? S'il commence par Jérusalem, il est venu jusqu'à toi, en remplissant toute la terre, non en se desséchant

 

1. Luc, XXIV, 44-47,

 

quelque part. Qui donc viendra nous dire: On a conduit le ruisseau de manière à l'amener à moi, mais il s'est desséché en chemin et m'est arrivé. S'il s'est desséché sur la voie, par où a-t-il pu arriver à toi? Il n'est arrivé jusqu'à toi qu'en remplissant toute la terre. Canal ingrat, pourquoi blasphémer contre la source? Si elle ne coulait, tu ne serais pas rempli. Mais je crains pour toi le desséchement. Car tout canal séparé de la source tarit nécessairement. Ils parlent contre l'Église avec une désolante sécheresse: ils auraient des paroles de douceur, s'ils étaient arrosés par elle. Je suis catholique, qu'est-ce qu'un catholique? Un homme de Numidie? Interroge au moins les Grecs; car le mot catholique n'est point de langue punique, c'est un mot grec. Cherche un interprète. Il est bien juste que tu sois dans une erreur de langage, quand tu es en désaccord avec toutes les langues.

11. Quand l'Esprit-Saint vint du ciel, et remplit ceux qui croyaient en Jésus-Christ, ils parlèrent toutes les langues, et parler toutes les langues, c'était alors le signe que l'on avait reçu l'Esprit-Saint (1). Mais, aujourd'hui, l'Esprit-Saint n'est-il donc plus donné? Gardons-nous de le croire, autrement nous n'aurions plus l'espérance. Nos adversaires avouent, en effet, que l'Esprit-Saint est donné aux fidèles; or, nous le disons aussi, nous le croyons, nous disons surtout que cela n'a lieu que dans l'Église catholique. Que nos adversaires soient catholiques, et l'Esprit-Saint est donné chez eux; que nous soyons catholiques, et c'est chez nous qu'est donné l'Esprit-Saint. Pour le moment, ne cherchons point quelle est la différence et quels sont les catholiques; il est évident que le Saint-Esprit est donné. Pourquoi tous ceux qui ont reçu l'Esprit-Saint ne parlent-ils point toutes les langues, si ce n'est parce que dans ce moment était figuré dans quelques-uns ce qui devait plus tard apparaître dans tous? Que voulut prédire l'Esprit-Saint, en touchant les coeurs de ceux qu’il remplissait, et en leur apprenant toutes les langues? A peine un homme apprend-il deux langues, ou trois, quatre tout au plus, soit par des maîtres, soit en se familiarisant avec le pays qu'il parcourt. Mais ceux qui reçurent l'Esprit-Saint les parlaient toutes, et tout à coup, sans les avoir apprises peu à peu. Que voulait donc nous

 

1. Act. II, X, XIX.

 

 

444

 

enseigner l'Esprit-Saint? Dis-moi, pourquoi ne le fait-il plus maintenant, sinon parce qu'il y avait là une figure? Quelle était cette figure, sinon que l'Evangile serait prêché en toutes les langues? J'ose l'affirmer. Et voilà que maintenant on le prêche en toute langue. C'est en toute langue que l'Evangile se fait entendre, et ce que je .disais tout à l'heure des membres, je le dis maintenant des langues. Et de même que l'oeil dit: Le pied marche pour moi; que le pied dit à son tour L'oeil voit pour moi; de même je dis maintenant: La langue grecque est la mienne, la langue hébraïque est la mienne, la langue syriaque est la mienne. Car tous n'ont qu'une même foi, tous sont dans les liens de la même charité. Ce que le Seigneur a démontré, les Prophètes l'avaient prédit: «Leur voix a retenti dans toute la terre, et leurs paroles jusqu'aux extrémités du monde (1) ». Ainsi l'Eglise a grandi, au point d'être appelée catholique, de l'univers entier. Et voyez que toutes les langues ont parcouru toutes les terres. « Il n'est point d'idiome, point de langage dans lequel on n'entende cette voix (2) ».

12. Je suis donc dans cette Eglise, et toi tu n'y es pas. Si donc tu en es retranché, vois d'où tu es retranché; reviens pour être inséré de nouveau, de peur que tu ne viennes à dessécher pour être jeté au feu. Ce sont les Prophètes, ce sont les Apôtres, c'est le Seigneur qui vous parle de l'Eglise répandue dans toute la terre. Tous portent ce jugement qui te condamne. Du proconsul, on va au tribunal de l'empereur; mais de l'Evangile, à qui en appeler? A Donat? Donat jugera à l'encontre du Christ? Que t'enseignera Donat ? J'ai mon Christ que j'ai prêché en Afrique. Que t'enseignera-t-il? Dira-t-il: Je me suis exposé pour le Christ, et : j'ai succédé au Christ? Tel est son unique parti : dire qu'il a osé retrancher des hommes du corps de l'Eglise, parce qu'il a succédé au Christ. Telle est la sentence da Christ, ainsi disent les Evangiles. « Dans toutes les nations », dit le Seigneur, «en commençant

 

1. Ps. XVIII, 5.— 2. Ibid. 4.

 

par Jérusalem ». C'est donc par Jérusalem que l'Evangile a commencé; c'est là qu'est descendu le Saint-Esprit, là qu'étaient les Apôtres quand il est descendu sur eux, là que l'Evangile a commencé à être prêché pour passer de là en Afrique. Où donc est-il allé ensuite? Les aurait-il abandonnés? Il ne les a point abandonnés, s'ils ne le veulent point. Car nous aussi, nous sommes de l'Afrique. Et l'Evangile venu en Afrique est demeuré parmi les catholiques africains, comme il demeure chez toutes les nations. Parmi toutes les nations, en effet, il y a des hérétiques, les uns ici, les autres là, et ceux des autres nations ne sont point nés en Afrique. Ils ont été retranchés de la vigne, car la vigne catholique les connaît tous, tandis qu'eux-mêmes ne se connaissent point. Elle connaît les sarments, cette vigne d'où ils ont été retranchés; elle les connaît tous, et ceux qui demeurent en elle, et ceux qui en sont retranchés, puisque l'Eglise catholique est répandue partout. Ces sarments sont demeurés à l'endroit même où ils ont été retranchés, ils n'ont pu se disperser çà et là dans le monde; au lieu que cette vigne répandue partout alimente partout ses rameaux, et partout pleure ceux qui sont retranchés. Elle crie à tous de revenir, afin qu'on les insère de nouveau. Son appel n'est point toujours entendu, et toutefois les mamelles de sa charité ne se fatiguent point à épancher le lait de l'exhortation. Elle est dans l'anxiété pour ceux qui sont retranchés; en Afrique, elle crie vers les Donatistes; en Orient, vers les Ariens, vers les Photiniens, vers les autres, et ces autres encore. Répandue en effet partout, elle trouve partout à rappeler en elle ceux qui étaient ses branches et qui sont retranchés. Ce sont des sarments qui ont commencé par devenir stériles et qu'on a dû séparer. S'ils ne s'obstinent point dans l'infidélité, ils seront insérés de nouveau. Voilà, mes frères, ce qu'il nous faut écouter avec crainte, et sans orgueil; avec charité, afin de prier pour eux. Adressons-nous au Seigneur, etc.

 

 

VINGTIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DU PSAUME XXXVIII, 1-5 « J'AI DIT : JE VEILLERAI SUR MES VOIES (1) ».

 

ANALYSE.— 1. Du souci d'avancer chaque jour, et pour cela d'implorer le secours divin.— 2. L’usage de la langue aussi nécessaire que dangereux.— 3. La langue est dirigée par l'esprit.— 4. La langue trompeuse des Juifs couverte de confusion.— 5. Le bon usage de la langue chez une femme adultère.— 6. La confession de la femme adultère est une instruction pour nous.— 7. Comment agir avec celui qui nous insulte.— 8. Il faut pardonner à ceux qui nous injurient et prier pour eux.— 9. Quelle est la fin de l'homme.— 10. La fin de l'homme c'est le Christ.—  11. C'est par la foi et par les oeuvres que l'on peut y atteindre.— 12. Quel est le but des tentations et comment nous y comporter.— 13. Récapitulation.

 

1. C'est un devoir pour les chrétiens, de s'avancer chaque jour vers Dieu, de concevoir une sainte joie de Dieu et de ses dons. Car le temps de notre pèlerinage est très-court, et notre patrie ne connaît point le temps. Il y a, en effet, une grande distance entre le temps et l'éternité. C'est ici que la piété s'enquiert, là qu'elle repose. De là, pour nous, comme pour de bons négociants, la nécessité de connaître le gain de chaque jour. Car notre sollicitude ne doit pas se borner à écouter, mais il faut agir aussi. Dans cette école, où Dieu seul est maître, il faut de bons disciples, non d'un moment, mais vraiment studieux. L'Apôtre dit: « Ne soyez point paresseux dans ce qui est du devoir, mais fervents en esprit, joyeux par l'espérance (1) ». Dans cette école donc, nous apprenons chaque jour. Nous nous instruisons dans les préceptes, dans les exemples, et dans les sacrements; cartels sont les remèdes à nos blessures, les stimulants à nos études. Nous répondions tout à l'heure : « Exaucez, ô mon Dieu, mes supplications et mes prières ». Inaurire, c'est-à-dire: « Recevez mes larmes dans votre oreille (2) ». Que penses-tu que doive demander le Prophète quand il désire que Dieu lui soit propice? Que demandera-t-il à Dieu? Voyons, écoutons. Peut-être les richesses ou quelque jouissance de cette vie? Qu'il nous dise ce qu'il va

 

1. Rom. XII, 11.— 2. Ps. XXXVIII, 13.

 

demander quand il fait à Dieu cette supplication. Il a vu, en effet, qu'il ne saurait avoir de lui-même, et qu'il peut avoir par Dieu. Il a entendu cette parole: «Demandez et vous recevrez (1) » . Il savait donc ce qu'il devait demander , puisqu'il suppliait Dieu. Donc « Exaucez ma prière, ô mon Dieu ». Et comme si on lui demandait: Que veux-tu, pourquoi frapper, pourquoi crier, pourquoi en appeler à Dieu ? J'écouterai. Que veux-tu ? Qu'est-ce que je veux? répond-il. Ecoutez ma résolution et perfectionnez vos oeuvres. Quelle est ma résolution ? « J'ai dit : Je veillerai sur mes voies, afin que je ne pèche pas avec ma langue (2)». Ce qu'il se propose est difficile, mais il n'hésite pas, parce que tout d'abord il invoque le Seigneur. Il connaissait cette doctrine de saint Paul: « Non pas moi, mais la grâce de Dieu avec moi (3) ».

2. Donc: « J'ai dit: je veillerai sur mes Voies». Quelles voies? Les voies de la terre. Est-ce que nous marchons sur la terre, au moyen de la langue? Sur la terre, où nous nous servons de nos pieds, ou des pieds des autres. Car les animaux nous transportent, ou nous allons sur nos pieds. Que signifie donc cette parole, et quelle voie cherche le Prophète ? Il ne veut point pécher, par la langue. C'est là, mes frères, un grand enseignement. De même que, dans une seule

 

1. Jean, XVI, 24.— 2. Ps. XXXVIII, 1.— 3. I Cor, XV, 10.

(1) On lit dans le Codex, fol. 68: « Sermon de saint Augustin , évêque ». Il traite principalement de l'usage de la langue et de la fia de l'homme. A vrai dire, il y a quelques incohérences qui me paraissent peu dignes de saint Augustin; les paroles du psaume y sont répétées sans opportunité, quelquefois forcées ; ce qui fait soupçonner une interpolation. Je laisse à juger à ceux qui sont plus habitués que moi à la lecture du saint docteur.

  

446

 

heure, nous pouvons manger et nous reposer, nous est-il aussi facile de parler et de nous taire dans l'espace d'un instant? Comme nous avons des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, et les autres sens pour recevoir des impressions, nous avons aussi la langue pour parler. Et nous avons un grand besoin de la langue. Il nous faut écouter pour répondre, ou parler pour enseigner. Est-ce au moyen de l’oeil que nous parlons, et non de la langue? Et si c'est l'oreille qui entend, c'est la langue qui doit répondre. Que faisons-nous d'un membre si utile? Nous prions Dieu, nous réparons nos offenses, nous chantons les louanges de Dieu, nous le célébrons d'une voix unanime, et chaque jour nous exerçons la miséricorde, en parlant aux autres, ou en donnant des conseils. Que faisons-nous maintenant? Notre langue nous prête son ministère auprès de vous. Que faisons-nous pour ne point pécher par la langue, surtout qu'il est dit: « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue (1)? » et encore : « J'en ai vu beaucoup tomber par le glaive, mais en moins grand nombre que ceux qui sont tombés par la langue (2) » ; et encore: « Et la langue est un de nos membres qui infecte tout le corps (3)». Enfin le même Seigneur nous dit aussi: « Ils ont appris à leur langue à dire le mensonge (4) ». Ils ont enseigné. C'est en effet l'habitude qui fait dire le mensonge : elle dit le mensonge en quelque sorte malgré nous. Voyez une roue, si vous lui imprimez un premier mouvement, dès que vous la poussez de la main, sa configuration, sa rondeur la fait mouvoir en quelque sorte dans son instabilité, dans son mouvement naturel; il en est de même de notre langue: il n'est pas besoin qu'on lui apprenne à dire le mensonge: elle va spontanément à ce qui la fait mouvoir avec plus de facilité. Autre est votre pensée, et autre parfois ce qu'elle dit par habitude. Que faire alors, mes frères? Vous le voyez, assurément, quel balancier ne faut-il pas établir dans le coeur, pour que la langue émette quelque chose au dehors ! Car elle ne se meut point d'elle-même, c'est le coeur qui la met en mouvement.

3. Il est en effet une force qui donne l'impulsion et à elle-même et à tout ce qui dépend d'elle. Or, que celui qui dirige soit bon et, avec

 

1. Prov. XVIII, 2l.— 2. Eccli. XXVIII, 22. — 3. Jacques, III, 6.—3 Jérémie, IX, 5.

 

le secours de la grâce, il surmontera toute habitude perverse. Que le ministre soit bon, et le ministère se calme. Un soldat a bien des armes, elles ne servent de rien s'il n'en frappe. De même notre langue est parmi nos membres une arme pour l'âme. C'est d'elle qu'il est dit: « C'est un mal sans repos (1) ». Oh  oui, sans repos. Qui a fait ce mal, sinon celui qui est sans repos ? Pour toi, ne sois pas sans repos, et ce mal cessera. Garde-toi de l'agiter, et rien ne s'agitera. Car ce n'est point l'esprit qui a besoin d'être mis en mouvement, mais le corps qui est inerte. Ne l'agite pas, et il est sans mouvement. Or, vois comme c'est toi qui agites cette langue. C'est d'elle que beaucoup d'hommes se servent pour la fraude, dans le culte de l'avarice, et quand il s'agit d'une affaire, ils oublient que ce membre est. créé pour la louange de Dieu, et s'en servent pour blasphémer le Seigneur et dire: Par le Christ ! j'ai acheté tant, je vends tant. Quand je t'ai dit: Donne-moi ta parole, quel est ton dernier prix? Je t'ai bien demandé ton dernier prix. Dix pièces, vingt pièces d'argent. Jures-tu par le Christ? Jure par tes yeux, jure par tes enfants, ta conscience en est à l'instant troublée. O langue impie ! Tu méprises le Créateur, pour épargner la créature. « O mal inquiet, ô langue pleine d'un venin mortel ! C'est par elle que nous bénissons Dieu, notre Père ». Notre Dieu par sa nature, notre Père par sa grâce. « Et par elle nous maudissons l'homme qui a été créé à l'image de Dieu (2) ». Voyez, mes frères, ce que vous portez; oui, dis-je, voilà ce que nous portons, car moi je suis homme comme vous. Mais reprenons...

4. « Ecoutez ma prière, ô mon Dieu ». C'est de là que viennent ces Juifs dont il était question tout à l'heure dans l'Evangile. Leur langue les conduisit à la mort. Nous l'avons entendu tout à l'heure, en effet. Ces Juifs, dit l'Evangile, amenèrent au Seigneur une femme de mauvaise vie, et lui dirent pour le tenter: « Maître, nous avons surpris cette femme en adultère (3) ». Or, il est écrit dans la loi de Moïse que toute femme surprise en adultère doit être lapidée. « Vous donc, que dites-vous? » Voilà ce que disait la langue, mais sans le connaître comme Créateur. Ils étaient loin, ces hommes, de prier et de dire: « Délivrez mon âme des fourberies de la langue (4) ». Car ils ne venaient que par fourberie,

 

1. Jacques, III, 8.— 2. Id. 9.— 3. I Jean, VIII, 4.— 4. Ps. CXIX, 2.

 

447

 

et n'avaient d'autre dessein. Or, le Seigneur était venu, «non pour détruire la a loi, mais pour l'accomplir (1) » et pardonner les péchés. Les Juifs donc se disaient entre eux: S'il dit: Qu'elle soit lapidée ! nous lui répondrons: Où est donc le pardon des péchés? N'est-ce point vous qui dites: « Vos péchés vous sont pardonnés (2)?» S'il dit : Qu'on la renvoie ! nous répondrons: Comment se fait-il que vous soyez venu pour accomplir la loi, non pour la détruire? Voyez la langue fourbe en face de Dieu. Celui qui était venu pour racheter et non pour condamner (car il était venu racheter ce qui avait péri (3)) se détourna d'eux comme pour n'y point arrêter ses regards. Cette aversion du Sauveur pour ces fourbes ne manque pas d'un certain sens, et l'on y peut découvrir quelque chose. Le Sauveur semble dire: Vous m'amenez une pécheresse, vous pécheurs ! Si vous croyez que je doive condamner les pécheurs, c'est par vous que je commence. Or lui, qui était venu pour remettre les péchés, leur dit: « Que celui d'entre vous qui se croit sans péché, lui jette la première pierre (4) ». Admirable réponse, ou plutôt admirable proposition ! S'ils commencent à lapider la pécheresse, à l'instant il leur dira: « On portera contre vous le jugement que vous aurez porté (5) ». Vous avez condamné, vous serez condamnés. Pour eux, néanmoins, bien qu'ils ne reconnussent pas en lui le Créateur, ils connaissaient leur propre conscience. Dès lors, se tournant le dos mutuellement, afin de ne pas se voir l'un l'autre à cause de leur honte, ils se retirèrent; c'est là ce que dit l'Evangile, depuis les plus anciens jusqu'aux plus jeunes. L'Esprit-Saint avait dit: « Tous se sont égarés, tous sont devenus incapables; ils n'en est pas un qui fasse le bien, pas un seul (6) ».

5. Tous donc se retirèrent. Il ne resta que Jésus et la pécheresse, que le Créateur et la créature, que la misère et la miséricorde, que celle qui connaissait son péché et Celui qui remettait le péché. Car voilà ce que signifiait son action d'écrire sur la terre. Le Sauveur écrivait en effet sur la terre, dit l'Evangile; or, quand l'homme pécha, il lui fut dit: Tu es terre (7). Et quand le Seigneur accordait à la pécheresse son pardon, il le lui accordait en

 

1. Matth. V, 17.— 2. Id. IX, 5; Marc, II, 5-9 ; Luc, V, 25.— 3. Matth. XIII, 11.— 4. Jean, VIII, 7.— 5. Matth. VII, 2.— 6. Ps. XIII, 3.— 7. Gen. III, 19.

 

 

écrivant sur la terre. Il accordait donc le pardon, et en accordant ce pardon, levant les yeux vers la pécheresse : « Personne ne vous a-t-il condamnée, lui dit-il? » Et cette femme ne dit point: Pourquoi me condamner? Qu'ai-je fait, Seigneur? Suis-je donc une coupable? Elle ne dit point ainsi; mais seulement: « Personne, Seigneur ! » C'est là s'accuser. Parce que les Juifs ne purent prouver, ils se retirèrent. Mais elle avoua, cette femme dont le Seigneur connaissait la faute, et cherchait la foi et l'aveu. « Personne ne vous a-t-il condamnée ? » Personne, Seigneur ! Personne est ici pour l'aveu du péché, et Seigneur, pour le pardon de ses fautes. « Personne, Seigneur (1) » Je connais tout à la fois, et qui vous êtes, et qui je suis. Je vous le confesse; car j'ai entendu cette parole: « Confessez au Seigneur, parce qu'il est bon (2) ». Je connais ma confession, et je connais votre miséricorde. Elle s'est dit: « Je veillerai sur mes voies, afin de ne point pécher par la langue ». Pour eux, ils ont péché en faisant la fourberie; et, pour elle, son aveu lui a valu son pardon. « Personne ne vous a-t-il condamnée ? Personne », répondit-elle. Et Jésus écrivit une seconde fois en silence. Il écrivit deux fois. Comprenons cette figure. Il écrivit      deux fois: une première fois en accordant le pardon; et une seconde fois, en renouvelant le précepte. Voilà ce qui se renouvelle quand le pardon nous est accordé. L'empereur a souscrit. Puis vient une seconde formule, comme si l'on nous enjoignait d'autres préceptes. Ce sont les mêmes qui nous prescrivent la charité, comme nous l'avons vu dans l'Apôtre (2). Car nous avons d'abord entendu cette lecture; puis le Seigneur nous a dit lui-même: « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toutes tes forces, et tu aimeras ton prochain comme toi-même. Ces deux préceptes renferment la loi et les Prophètes (3)».

6. Pour ne point donner à chercher, il y a là deux paroles : Dieu et le prochain ; Celui qui t'a créé, et celui qu'il t'a donné pour compagnon. Nul ne t'a dit : Aime le soleil, aime la lune, aime la terre, et tout ce qui a été fait; mais on doit louer Dieu dans toutes

 

1. Ps. CV, 1.

2. On avait lu l'épître de saint Jacques, V, 9, où il appelle la charité nomon basilikon ; de là ce mot imperatam pour prescrire, et  l’allusion au rescrit impérial.

 

1. Matth. XXII, 37-40.

 

 

448

 

ces oeuvres, on doit en bénir l'auteur. « Combien vos oeuvres sont admirables ! » disons

nous.    « Vous avez tout fait dans votre sagesse (1) ». Tout cela est à vous, car tout est votre ouvrage. Grâces vous en soient rendues ! Mais vous nous avez créés au-dessus de tout cela. Grâces vous en soient rendues ! Nous sommes votre image et votre ressemblance. Grâces vous en soient rendues ! Nous avons péché, et vous nous avez recherchés. Grâces vous en soient rendues ! Nous vous avons négligés, sans être négligés de vous. Grâces vous en soient rendues ! Nous vous avons méprisé sans être méprisé de vous. De peur que l'homme n'en vînt à oublier votre divinité et à vous perdre, vous avez daigné revêtir notre humanité. Grâces vous en soient rendues ! Où n'est-il point de grâces à vous rendre? « J'ai dit, dès lors: Je garderai mes voies, pour ne point pécher par ma langue ». Cette femme que l'on présente au Sauveur, pour cause d'adultère, reçut son pardon et fut délivrée, et des chrétiens trouveront onéreux que tous reçoivent le pardon de leurs péchés par le baptême, par la confession, par la grâce? Qu'on ne vienne pas nous dire : Cette femme reçut son pardon, et moi je suis encore catéchumène. A moi l'adultère, puisque j'en recevrai le pardon. Faites que je sois seul comme cette femme qui avoua sa faute et fut délivrée. Notre Dieu est bon, et s'il m'arrive de tomber dans le péché, je lui confesserai ma faute et en obtiendrai le pardon. Tu fais attention à sa bonté, mais considère sa justice. De même que la bonté l'incline au pardon, la justice l'incline au châtiment. « J'ai dit : Je veillerai sur mes voies, pour ne point pécher par ma langue ». Je voudrais bien savoir s'il n'est personne pour pécher par sa langue, dans l'instant même où nous prêchons votre charité. Depuis que nous sommes ici, nul sans doute n'a dit aucun mal, mais peut-être a-t-il pensé au mal. Ecoutez alors: « J'ai dit : Je garderai mes voies, afin de ne point pécher par ma langue ». Dis en toute vérité : «J'ai mis un frein à ma bouche, quand le pécheur s'élevait contre moi (2) ».

7. Ecoutez : « J'ai mis un frein à ma bouche, quand le pécheur s'élevait contre moi ». Voilà qu'un méchant s'élève contre toi, t'accablant d'injures, te reprochant même

 

1. Ps. CIII, 24.— 2. Ps. XXXVIII, 2.

 

ce que tu ignores. Mets alors un frein à ta bouche. « J'ai dit: Je garderai mes voies, pour ne point pécher par ma langue ». Laisse-le dire; entends et tais-toi. De deux choses l'une, ou ce qu'il dit est vrai, ou bien cela est faux. S'il dit vrai, tu lui as donné occasion de parler, et c'est peut-être un acte de miséricorde. Comme tu ne veux pas entendre ce que tu as fait, Dieu, qui prend soin de toi, te le dit par un autre, afin que la confusion qui va te couvrir te force à recourir au remède. Garde-toi donc de lui rendre le mal pour le mal, puisque tu ne sais qui te parle ainsi par sa bouche. Si donc il te reproche ce que tu as réellement fait, reconnais que tu as obtenu miséricorde ; car ou tu avais oublié ta faute, ou tu dois penser que ces injures sont pour ta confusion. Si tu n'es point coupable, ta conscience est libre. Pourquoi t'inquiéter, pourquoi t'irriter de ce que tu n'as point fait? Qu'a dit, en effet, ton adversaire? Voleur ! Ivrogne ! Cherche à l'instant dans les replis de ta conscience. Examine-toi intérieurement. Sois pour toi un juge, un examinateur sévère. C'est là qu'il te faut chercher. Où penses-tu que sont placés les péchés que j'ai commis? Si tu n'en as point, dis : Je n'en ai point. Si ta conscience répond : Je n'en ai point, dis alors : « Telle est notre gloire, le témoignage de notre conscience (1) ». Or, ta conscience t'a dit: Tais-toi et plains celui qui t'injurie. Dis encore au Seigneur : Mon Père, pardonnez-lui, car il ne sait ce qu'il dit. Prie Dieu pour lui. « J'ai dit : Je garderai mes voies pour ne point pécher par ma langue. J'ai mis une garde à ma bouche, quand le pécheur s'élevait contre moi ». Loin de toi de croire que l'on te prendra pour un saint, parce que nul ne te met à l'épreuve; mais tu es un saint, quand les injures ne t'émeuvent point, quand tu plains celui qui t'injurie, quand, sans t'arrêter à ce que tu souffres, tu plains celui qui te fait souffrir. Voilà toute la miséricorde. Tu plains cet homme, parce qu'il est ton frère, un de tes membres. Il s'emporte follement contre toi, c'est un homme en délire, un malade. Tu dois le plaindre, sans t'en réjouir aucunement; n'aie d'autre joie que dans la sincérité de ta conscience, mais lui, tu dois le plaindre. Tu es homme; vois à n'être point tenté, toi aussi. Car il est dit : « Portez mutuellement (1)

 

1. II Cor. 1, 12.

 

450 

vos fardeaux, et ainsi vous accomplirez la loi de Jésus-Christ (1) ». Maintenant qu'il crie, tais-toi; plus tard, quand il s'apaisera, dis-lui : Mon frère, par ton salut, pourquoi me reprocher ce que je n'ai point fait? Tu m'as offensé, et néanmoins je prie Dieu pour toi. Je te pardonne en invoquant pour toi mon Dieu que tu as offensé par tes injures contre moi. N'en dis point davantage, préserve-toi de l'orgueil! Je ne dis point : Vengez-moi, mon Dieu, de celui qui m'a reproché ce que je n'ai point fait. Je ne veux point tenir ce langage. « J'ai mis une garde à ma bouche, quand le pécheur s'élevait contre moi ».

8. « Je suis demeuré sourd et humilié », dit ensuite le Prophète, « je me suis tu sur le bien (2) ». « Je suis demeuré sourd ». Je n'ai point écouté ses clameurs. Quel progrès dans cet homme qui tonnait l'erreur de son frère, mais qui, fort de la joie de sa conscience, n'entend même pas que l'on aboie contre lui ! Quelle âme ! quelle sécurité ! quelle joie ! C'est elle qui dit à Dieu : « Je marchais dans l'innocence de mon coeur, au milieu de votre maison (3) ». Les voleurs en battaient les portes, mais la maison résistait. « Je suis donc demeuré sourd et  humilié », sans aucun orgueil en face de mon adversaire; « et dans mon humilité, je me suis tu sur le bien »; car ce n'était point le moment pour moi de parler du bien. Ton seul parti alors, c'est le silence; et quand il sera revenu à la vérité, tu pourras parler, il te comprendra. Quelquefois, dans le délire d'une maladie, des enfants ont frappé leurs parents, et en face de cette maladie, les parents essuyaient ces injures et pleuraient. De quelle tendresse des parents n'environnent-ils point leurs enfants contre la mort, et n'appellent-ils point leur santé ! Mais, diras-tu, mon adversaire n'est point mon fils ! Il est toutefois l'oeuvre de Dieu, l'image de Dieu, le fils de Dieu. Si tu le dédaignes, parce qu'il n'est point ton fils, ne dédaignes en lui ni le fils de Dieu, ni ton frère. « Donc, je suis demeuré sourd et humilié ». Je ne me suis point livré à l'orgueil, mais « je me suis tu sur le bien, et ma douleur en a été renouvelée », non à mon sujet, mais au sujet de celui qui m'a reproché ce que je n'ai point fait. J'ai souffert, mais souffert parce qu'il a parlé de la sorte.

 

1. Galat. VI, 2.— 2. Ps. XXXVIII, 3.— 3. Id. c, 2.

 

 

Car c'est ma sollicitude pour mon frère qui a attisé ma douleur. Telle est la voie, car c'est ainsi qu'en agit le Seigneur notre Père, qui est appelé aussi l'Epoux. « Les fils de l'Epoux ne jeûneront point tant que l'Epoux est avec eux (1) », est-il dit. Il a donc souffert de la part de ses enfants en délire, ces frénétiques l'ont mis à mort. Il a prié pour eux. Plus tard, ils sont revenus à la vérité, l'ont reconnu, ont cru en lui, et ceux qui n'avaient pas voulu être guéris par le médecin se sont laissé guérir par le disciple du médecin; car ce fut Pierre qui les guérit. Comme Pierre, en effet, leur reprochait leur crime, « que ferons-nous? » dirent-ils. Et Pierre: «Faites pénitence, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ Notre-Seigneur (2) ». Les voilà furieux, puis les voilà fidèles. Voyez ce que produit la maladie d'abord, la santé ensuite. Pendant leur maladie, Dieu les tolère; quand ils sont guéris, ils sont rachetés. De là pour nous, mes frères, la nécessité de garder le silence, quand nous souffrons les mêmes injustices, afin de ne point nous départir de ceci : Ou il dit vrai, ou il dit faux. Quand il ne le dirait point, si je l'ai fait, qu'arrivera-t-il ?Et dès lorsqu'il se tait, et que je suis coupable, il faut désirer qu'il le publie, afin que, coupable, je sois couvert de confusion. Mais s'il publie ce que je n'ai point fait, je dois me réjouir de ma sécurité et m'affliger de la faiblesse de mon frère. « Mon coeur s'est échauffé en moi-même (3)», mon coeur a tressailli pour mon frère d'une effervescence d'amour; mais je n'ai pu faire naître le temps de parler. De là ce mot de saint Paul: « Je n'ai pu vous parler comme à « des hommes spirituels, mais comme à des hommes charnels (4) ». Et néanmoins, il a parlé. Quel a été son langage? « Mon cœur s'est échauffé en moi-même, un feu m'embrase dans ma méditation ». C'est le feu de la charité qui est en moi, et je n'ai personne à qui je puisse parler, tant ils sont faibles. Je m'humilierai donc, et un temps viendra sans doute où je pourrai parler. Toutefois, « remettez-nous nos dettes comme nous les remettons à ceux qui nous doivent (5) ». Je lui pardonnerai, parce que rien ne pèse sur ma conscience. C'est peu que rien ne pèse sur ma conscience, mais je

 

1. Luc, V, 34.— 2. Act. II, 38.— 3. Ps. XXXVIII, 4. — 4. II Cor. III, 1. — 5. Matth. VI, 12.

 

450

 

prierai pour lui, à cause de ma conscience.

9. Le Prophète avait dit : « J'ai dit : Je garderai mes voies, afin de ne point pécher en ma langue : J'ai mis un frein à ma bouche, et je me suis humilié »; puis : « Un feu s'est embrasé dans ma méditation ». Je ne sais maintenant ce qui tout à coup se produit de plus grand, et après tant de combats et des luttes si violentes, écoutez ce qu'il dit : « J'ai a parlé dans ma langue (1) ». Or, la langue est pour l'âme le mouvement de la volonté. De même, en effet, que la langue a son mouvement dans le corps, de même la volonté est un mouvement dans l'âme. Tel est le langage primitif, c'est par là que l'on parle à Dieu. La langue du corps a son mouvement pour les hommes placés au dehors ; mais le langage qui consiste dans le mouvement de la volonté, n'a de mouvement que pour celui qui demeure dans son temple intérieur. C’est là le véritable langage. De là vient que le Seigneur a dit de ceux qui l'adorent, « qu'ils doivent l'adorer en esprit et en vérité (2) ». Tel est donc le véritable langage. « J'ai dit dans ma langue : Seigneur, faites-moi connaître ma fin et quel est le nombre de mes jours, afin que je sache ce qui me fait défaut (3) ». Avec un peu d'attention, votre sainteté doit comprendre cette pensée, et le Seigneur, dans sa miséricorde dont nous faisons journellement l'expérience, nous donnera par nos prières de pouvoir vous l'exposer, ce qui est assez difficile. « J'ai parlé en ma langue : Seigneur, faites-moi connaître ma fin et quel est le nombre de mes jours, afin que je sache ce qui me fait défaut ». Voyez ce qu'il demande : « Seigneur, faites-moi connaître quelle est ma fin ». Notre fin, mes frères, c'est le but auquel nous tendons et où nous devons demeurer. En sortant de nos maisons, notre fin était de venir à l'église. Donc notre voyage est à sa fin. De là pour chacun une fin nouvelle, qui est de retourner à la maison. C'est là la fin, là qu'il tendait. Donc, dans le pèlerinage de cette vie, nous avons une fin vers laquelle nous tendons. Où tendons-nous dès lors ?Vers la patrie. Quelle est notre patrie? Jérusalem, la mère de ceux qui sont pieux, la mère des vivants. C'est là que nous tendons ; telle est notre fin. Et comme nous n'en connaissions pas la voie, le maître de cette cité s'en est fait la voie. Nous ne

 

1. Ps. XXXVIII, 5.— 2. Jean, IV, 23.— 3. Ps. XXXVIII, 5, 6.

 

savions où aller. Des circuits hérissés d'épines et de rochers nous faisaient une voie très-difficile. Et voilà que celui qui est le principal citoyen de la cité est descendu le premier pour chercher des habitants. Nous étions égarés, en effet; citoyens de Jérusalem, nous étions devenus citoyens de Babylone, fils de la confusion; car Babylone signifie confusion. Il est donc descendu, et, pour se chercher des citoyens, il s'est fait notre concitoyen. Nous ne connaissions point cette cité, nous ignorions cette province. Mais parce que nous n'allions point à cette cité par excellence, voilà qu'il est descendu vers ses concitoyens, qu'il s'est fait l'un deux, non en prenant leurs pensées, mais en prenant leur nature. Il est descendu ici-bas.  Comment est-il descendu? Sous la forme de l'esclave. Dieu-Homme, il a demeuré parmi nous. Comme homme seulement, il n'eût pu nous conduire à Dieu. Dieu seulement, il n'eût pu se lier avec les hommes. Il a donc partagé avec nous l'égalité de condition, lui qui possédait la divinité avec son Père ; il a voulu être avec nous dans le temps, celui qui possède avec son Père l'éternité. Egal à nous ici-bas, égal à son Père dans le ciel. Il descend donc pour être notre concitoyen et nous dire : Que faites-vous ? Habitants de Jérusalem, ce n'est qu'en Jérusalem que l'on porte bien haut l'image et la ressemblance de Dieu ! Ce n'est point en cette vie que s'élèvent les statues de Dieu. Travaillons à retourner. Où retourner? Voilà que je me mets sous vos pieds, que je deviens votre voie et ainsi votre fin. Soyez mes imitateurs. « Faites-moi connaître, Seigneur quelle est ma fin » . Nous l'en croyons, celui qui est notre fin.

10. C'est Dieu le Père qui parle maintenant. Je te le dis, ô âme que j'ai créée, ô homme que j'ai créé ; je te le dis, tu avais fini. Qu'est-ce à dire, tu avais fini ? Tu avais péri. J'ai envoyé quelqu'un pour te chercher, quelqu'un pour marcher avec toi, quelqu'un pour te pardonner, ses pieds donc ont marché, ses mains ont pardonné. De là, quand il revint après sa résurrection, il montra ses mains, son côté, ses pieds ; ses mains, qui avaient accordé le pardon des péchés ; ses pieds, qui étaient venus annoncer la paix aux hommes délaissés; son côté, d'où coula le sang de la rédemption. « Le Christ est donc la fin de la loi pour tous ceux qui croiront (1), Seigneur,

 

1. Rom. X, 4.

 

 

faites-moi connaître ma fin ». Déjà cette fin, qui est la tienne, est connue de toi. Comment s'est-elle fait connaître à toi? Ta fin a été pauvre, ta fin a été humble, ta fin a été souffletée, ta fin a été couverte de crachats, ta fin a été en butte au faux témoignage. « J'ai mis un frein à ma bouche, quand le pécheur s'élevait contre moi ». Lui-même encore s'est fait ta voie. « Celui qui dit qu'il demeure en Jésus-Christ, doit marcher lui-même comme Jésus-Christ a marché (1) ». Il est la voie, marchons maintenant, sans craindre de nous égarer. Ne marchons pas en dehors de la voie, car il est dit : « Ils ont placé près du chemin des piéges pour me prendre, ils ont a ouvert pour moi un précipice près du chemin (2) », Et voici la miséricorde. Afin que tu évites le piège, tu as pour voie la miséricorde. « Seigneur, faites-moi connaître ma fin ». Telle est donc votre fin, imitez le Christ votre rédempteur. « Soyez mes imitateurs, comme je le suis du Christ (3) ». Quand est-ce que Paul imita le Christ ? Ecoutez ses paroles. « Dans la faim et dans la soif, dans le froid et dans la nudité », et le reste, jusqu'à ces autres : « Qui donc est scandalisé sans que je brûle (4) ? » Je me suis fait tout à tous, afin de les gagner tous (5). J'ai mis un frein à ma bouche, quand le pécheur s'élevait contre moi ». Ainsi dit saint Paul, mes frères. « Qui pourra nous séparer de l'amour du Christ ? » Ecoute la fin. « Qui pourra me séparer de l'amour du Christ? la tribulation, l'angoisse, la persécution, la nudité, le péril (6) ? » Quel homme, plein d'amour, de ferveur, qui court, qui arrive ! Que pouvait endurer cette âme ? quelle ferveur, quel enseignement ! « Qui me séparera de l'amour du Christ ? l'angoisse », et le reste jusqu'à ces paroles: « ou le glaive ? » Voilà ce qu'il a souffert; et de peur qu'on ne croie qu'il en tire vanité, il ajoute : « Mes frères, je ne prétends pas être arrivé (7) » .

11. Mais pourquoi maintenant : « Faites-moi connaître , Seigneur, quelle est ma fin et quel est le nombre de mes jours » : combien j'ai de jours ici-bas. De quoi te servira de connaître ces jours ? « Afin de savoir ce qui me manque ». Oui, ce qui me manque, mais pour l'éternité. Ecoute aussi Paul. Après de si grands travaux qu'il énumère, « je ne

 

1. Jean, II, 6.— 2. Ps. CXXIX, 6. — 3. Philipp. III, 17.— 4. II Cor, XI, 27-29.— 5. II Cor. IX, 22.— 6. Rom. VIII, 35. — 7. Philipp. III,13.

 

me flatte point d'être arrivé ». Ecoute-le nous dire : « Ce qui me manque ». Que nul ne dise : J'ai beaucoup jeûné, beaucoup travaillé, beaucoup pardonné ; j'ai accompli tous les préceptes de Dieu. Je l'ai fait hier, je l'ai fait aujourd'hui, et il y aura encore un aujourd'hui, si tu l'as fait quelquefois. Hier a toujours un aujourd'hui. Si tu arrives au lendemain, ce sera un aujourd'hui, et dans dix ans, si tu vis, ce sera aujourd'hui. Dis donc chaque jour : Qu'est-ce qui me manque aujourd'hui ? Si Paul, en effet, ce laborieux champion du ciel, si Paul, après tant de travaux, de si sublimes révélations, Paul ravi jusqu'au troisième ciel, pour entendre d'ineffables paroles , dut néanmoins ressentir l'aiguillon de la chair qui l'humiliait, de peur que ses révélations ne lui donnassent de l'orgueil, qui oserait dire : Il me suffit ? De là donc cette parole du Prophète : « Seigneur, faites-moi connaître ma fin ». Voilà que tu as devant toi le Christ qui est ta fin. Tu n'as plus rien à chercher. Croire, pour toi, c'était connaître. Cependant la foi ne suffit point seule, il faut la foi et l'oeuvre. L'une et l'autre sont nécessaires.

« Car les démons aussi croient et tremblent (1) », vous a dit l'Apôtre ; et la foi ne leur sert de rien. C'est peu que la foi seule, si l'on n'y joint les oeuvres. « C'est la foi qui agit par la charité (2) », dit l'Apôtre. « Faites-moi connaître, Seigneur, quelle est ma fin et quel est le nombre de mes jours ». C'est ce qui ne se dit point, car si chacun de nous connaissait l'heure de sa mort , il prendrait la résolution de bien vivre en ce moment. De là cette parole du Maître qui voulait nous laisser dans l'inquiétude, et à qui l'on demandait le jour et l'heure : « Quant au jour et quant à l'heure, nul n'en sait rien », dit-il. Car il ne voulait pas le leur enseigner. « Pas même le Fils (3) », a-t-il ajouté. C'est-à-dire, il n'est pas utile pour vous de le savoir, vous en seriez négligents, et non pleins de sollicitude. Mais votre vie en sera d'autant plus pure, quand vous serez dans l'ignorance du jour ; car ce n'est pas que je l'ignore, puisque « tout ce qui est à mon Père est à moi (4). Faites-moi connaître, ô mon Dieu,  quelle est ma fin, et quel est le nombre de mes jours ». Faites-le moi connaître, de manière à me tenir dans une inquiétude

 

1. Jacob, II, 19.— 2. Galat. V, 6.— 3. Marc, XIII, 32.— 4. Jean, XVI, 15.

 

 

452

 

continuelle, parce que je ne sais quand viendra le voleur, faites-moi connaître « ce qui me fait défaut ».

12. Ici, mes frères, soyons sur nos gardes, afin de savoir ce qui nous fait défaut. La tentation du chrétien est l'épreuve du chrétien. Car celui qui est tenté comprend ce qui lui manque. De deux choses l'une : ou il comprend ce qu'il possède, ou il comprend ce qui lui manque. Abraham fut tenté, non pour qu'il comprît ce qui lui manquait, mais afin que nous pussions voir en lui un modèle à imiter. Il fut tenté au sujet de son fils. Quelle fut cette tentation ? Il désira un fils quand son âge avancé ne lui en laissait plus espérer. Et néanmoins, quand il entendit la promesse de Dieu, il n'hésita pas un instant ; il crut et eut un fils ; il le mérita et le reçut du Seigneur. Ce fils naquit, fut nourri, avança en âge, fut sevré, et il fut dit à Abraham : « Toutes les nations seront bénies en ta race (1) ». Abraham savait en qui de sa race; et nous en avons le témoignage dans l'Evangile. « Abraham désira voir mon jour », dit le Sauveur, « il le vit et en tressaillit de joie (2) ». Abraham le connaissait donc. Après tout ce qu'il avait cru, il entendit cet ordre du Seigneur: Abraham, va m'offrir ton fils en sacrifice. Pourquoi cette tentation (3) ? Dieu ne connaissait-il point sa foi ? Assurément, mais c'est pour nous que Dieu daigna la mettre en évidence. C'est à nous qu'il est dit : Offre-moi ta bourse en sacrifice ; et nous hésitons. Quel est ce sacrifice ? « Faites l'aumône, et voilà que tout est pur pour vous (4) ». Et encore : « Je veux la miséricorde plutôt que le sacrifice (5) ». Donne de ta bourse, dit l'Evangile, et toi tu la resserres. Que serait-ce, si l'on te demandait ton fils ? Quand tu hésites au sujet de ta bourse, que ferais-tu au sujet de ton fils ? « Afin que je sache ce qui me fait défaut. ». Je le dirai, mais non sans en souffrir et en rougir. Bien des femmes veulent souvent se dévouer au service de Dieu, et quand elles en ont le courage, elles disent à leurs parents : Laissez-moi aller. Je veux être la vierge de Dieu, ou je veux être le serviteur

 

1. Gen. XXII, 18.— 2. Jean, VIII, 56.— 3. Gen. XXII.— 4. Luc, XI, 41.— 5. Matth IX, 13; XII, 7.

 

de Dieu ; et ils s'entendent répondre: ni sauvée, ni sauvé. Il n'en sera point selon tes désirs. Tu feras ce que je voudrai. Que serait-ce, si l'on te disait : Donne-toi la mort ? Tu vis, la vie éternelle t'est promise, elle est devant toi, et tu refuses, tu hésites, tu entres en lutte ? Assurément, tu es chrétien ? Pourquoi, mon cher ? Parce que je suis chrétien, faut-il que je sois sans postérité ? Faut-il que tu sois sans postérité ? Tu sais alors ce qui te fait défaut. Tu as jeûné hier ? Chante ce que chantait David : « Faites-moi connaître, Seigneur, quelle est ma fin et le nombre de mes jours, afin que je sache ce qui me fait défaut ». Que Dieu, dans sa miséricorde, nous mette chaque jour dans l'agitation, dans la tentation, dans l'épreuve, dans le labeur, afin que nous avancions dans la vertu. « Car la tribulation produit la patience, la patience l'épreuve, et l'épreuve l'espérance. Or, cette espérance n'est point vaine (1) ».

13. Donc, mes frères, soyons avides chaque jour de connaître ce qui nous fait défaut, de peur que, si nous étions dans la sécurité, le grand jour ne vienne et qu'il n'y ait plus rien de ce que nous comptions avoir ; et qu'alors nous n'entendions cette parole : « Qui vous confessera dans l'enfer (2) ? » Donc, mes frères, appliquons-nous à marcher vers Dieu chaque jour, faisant bon marché de ces biens passagers que nous devons laisser ici-bas. Fixons les yeux sur la foi d'Abraham, et comme lui aussi fut notre père, imitons sa piété, imitons sa foi. Si l'épreuve nous vient à propos de nos enfants, demeurons sans crainte ; si elle vient du côté de nos biens, soyons également sans crainte ; s'il nous arrive des infirmités corporelles, plaçons notre espoir dans le Seigneur. Nous sommes chrétiens, nous sommes étrangers ici-bas. Soyons sans crainte, la patrie n'est point en cette vie. Celui qui veut se faire une patrie sur la terre, perdra cette patrie et n'arrivera point à l'autre. Comme des fils dévoués, allons à cette patrie; afin que Dieu lui-même approuve et dirige notre course. Tournons-nous du côté du Seigneur, etc.

 

1. Rom. V, 3.— 2. Ps. VI, 6.

453

 

VINGT ET UNIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DU PSAUME XXXII, v. 1: « TRESSAILLEZ DANS LE SEIGNEUR, Ô VOUS QUI ÊTES JUSTES, ETC. »

 

ANALYSE.— 1. A qui convient-il de louer Dieu.— 2. On ne doit pas juger de Dieu sur le bonheur temporel des méchants.— 3. Les hommes au cœur droit louent Dieu, même dans l'adversité.— 4. Dieu nous châtie en Père.— 5. C'est l'usage qui rend les richesses bonnes ou mauvaises.— 6. Exemple de Job proposé aux chrétiens.— 7. Droiture du cœur de Job dans toutes ses épreuves.— 8. On doit adorer les desseins de Dieu et non les discuter.— 9. Nous devons néanmoins l'implorer dans l'adversité.

 

1. Le psaume que nous venons de chanter nous avertit de bénir Dieu avec joie et de conformer notre vie à la louange de Dieu. « Tressaillez dans le Seigneur, ô vous qui êtes justes ; c'est aux cœurs droits qu'il appartient de le bénir (1) ». S'il appartient aux coeurs droits, il n'appartient pas aux coeurs dépravés. Or, ces coeurs droits que le Prophète convie à bénir le Seigneur sont aussi les justes, et c'est à eux qu'appartient la louange. Quels sont les hommes dépravés, sinon les pécheurs, qui ne sauraient tressaillir dans le Seigneur; car la louange ne leur convient pas. C'est avec raison qu'un autre psaume a dit : « Dieu a dit au pécheur : Est-ce à toi qu'il appartient de publier mes décrets, et pourquoi ta bouche annonce-t-elle mon alliance (2) ? Car c'est aux coeurs droits qu'il «appartient de me louer », et les secrets de Dieu, comme le testament de Dieu, sont bien l'objet de la louange. C'est donc à bon droit qu'il est dit ailleurs : « La louange est sans éclat dans la bouche de l'impie (3) ». Elle est en effet sans éclat où elle ne convient point, et où elle convient elle reprend cet éclat.

2. Or, en feuilletant les Ecritures, nous connaissons quels sont les hommes droits, et chacun peut connaître si la louange de Dieu convient dans sa bouche. Nous lisons dans un psaume : « Combien est bon le Dieu d'Israël aux hommes qui ont le cœur droit ».

 

1. Ps. XXXII, 1.— 2. Id. XLIX, 16.— 3. Eccli. XV, 9.

 

Et ensuite : « Mes pieds se sont presque égarés, parce que je me suis indigné contre les méchants, en voyant la paix des pécheurs (1) » . Le Prophète nous confesse ici, non point son aversion, non plus que sa chute, mais le danger qu'il a couru. Il ne dit point qu'il est tombé, mais que ses pieds chancelaient à le faire tomber. Voici en effet ses paroles : « Combien est bon le Dieu d'Israël pour les hommes au cœur droit ». « Mes pieds ont presque chancelé ». Comme il part de son aversion pour se distinguer de ceux qui ont le cœur droit, il confesse dès lors que son cœur n'a pas toujours été droit, et dès lors ses pieds ont presque chancelé. « Le Dieu d'Israël est donc bon aux yeux des hommes au cœur droit », mais un jour je ne vis point qu'il était bon, parce que mon cœur n'était pas droit. Le Prophète n'ose point dire : Dieu ne m'a point paru bon ; et néanmoins il le dit. Quand, en effet, il s'écrie : « Combien est bon le Dieu d'Israël aux yeux des hommes au cœur droit ; quant à moi, mes pieds ont presque chancelé », il nous laisse entendre que ses pieds chancelaient précisément parce que Dieu ne lui paraissait pas bon. D'où vient alors qu'il n'a point vu la bonté de Dieu ? « Mes pieds ont presque chancelé ». « Presque », en quel sens ? Peu s'en est fallu qu'ils ne chancelassent. Pourquoi ? « C'est que j'étais indigné contre les pécheurs, en

 

1. Ps. LXXII, 1-3.

(1) On lit dans le Codex, fol. 71, pag. 2 : « Sermon de saint Augustin à propos du riche et de Lazare ». Cette histoire, ainsi que celle de Job, fart conclure à notre saint docteur que ni la félicité des méchants, ni les malheurs, ne doivent empêcher l'homme droit de louer le Seigneur.

 

 

454

 

voyant la paix dont ils jouissent u. J'ai vu; dit-il, des pécheurs qui n'adorent pas Dieu, qui blasphèment Dieu, qui lui lancent l'insulte; je les ai vus au comble de la paix, au comble de la félicité, et il m'a paru qu'un Dieu qui donne le bonheur à ceux qui le blasphèment n'est point juste dans ses jugements. A cette vue, c'est-à-dire à la vue du bonheur des méchants, le Prophète nous dit que ses pieds ont chancelé, au point que Dieu ne lui paraissait point juste. Mais ensuite, parce qu'il a connu, selon qu'il est dit dans le psaume : « Je me suis imposé la tâche de connaître », et qu'il ajoute : « Tel est le labeur qui s'impose à moi » ; c'est-à-dire la cause du bonheur des méchants « est un labeur qui s'impose à moi ; jusqu'à ce que j'entre dans le sanctuaire de Dieu et que je comprenne quelle sera leur fin (1) » ; c'est-à-dire que si les méchants jouissent aujourd'hui d'une félicité passagère, c'est qu'une peine éternelle les attend au dernier jour. Cette connaissance, une fois acquise, a donné au Prophète un cœur droit, et dès lors il s'est mis à louer Dieu en toutes choses, et dans les perplexités de l'homme juste, et dans la félicité du méchant, parce qu'il voit qu'au dernier jour Dieu rendra à chacun ce qui sera juste, bien qu'il accorde une félicité temporelle à quelques-uns, auxquels est réservée la damnation éternelle au dernier jour; bien qu'il mette aujourd'hui à l'épreuve du malheur ceux qu'il se réserve de combler du bonheur éternel; car les rôles doivent changer , comme il arriva pour ce riche « qui a donnait tous les jours de magnifiques repas (2) », et pour ce pauvre couvert d'ulcères, couché à la porte du riche et désirant se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche. A la mort de l'un et de l'autre, le premier subit son châtiment dans l'enfer, et le second se reposa au sein d'Abraham. Or, comme cela paraissait insupportable au riche, et qu'il désirait que le doigt de Lazare fît tomber sur lui une goutte d'eau, lui dont Lazare enviait les miettes qui tombaient de sa table, qui envie à son tour une goutte d'eau tombant du doigt de Lazare, entendit de la bouche d'Abraham cette sentence de la justice de Dieu : « Mon fils, souvenez-vous que vous avez reçu les biens pendant la vie, et Lazare les maux; or,

 

1. Ps. LXXII, 16, 17.— 2. Luc, XVI, 19.

 

maintenant le repos est pour lui, et pour vous le châtiment (1) ». C'est donc sur le dernier jour qu'il jette son regard, en entrant dans le sanctuaire de Dieu, cet homme à qui Dieu ne paraissait pas juste, parce qu'il s'irritait contre les justes, à la vue de la paix dont ils jouissent ; il reconnaît que les jugements de Dieu sont droits et justes, et ce qui existe même aujourd'hui, mais couvert d'un voile, deviendra manifeste au dernier jugement ; et alors, en face de cette règle de la justice de Dieu, qui redresse les coeurs tortueux, son coeur se redressa de sa dépravation naturelle, et il s'écria : « Combien est bon le Seigneur d'Israël, pour les hommes au coeur droit ! » Aujourd'hui que mon cœur est droit, je comprends que Dieu est bon ; auparavant, il ne me paraissait point juste, parce que mes pieds chancelaient. « Je me suis indigné contre les pécheurs, en voyant la paix dont ils jouissent ».

3. Si donc le Seigneur te parait bon, même quand il donne la félicité aux méchants, ce qui soulevait autrefois tes murmures contre lui, alors ton cœur est droit, et il te convient de le louer : « C'est aux coeurs droits qu'il appartient de le bénir ». Mais si tu es dépravé, la louange ne va point dans ta bouche. Pourquoi n'y va-t-elle point? Cette louange que tu donnes à Dieu ne sera point persévérante. Car tu bénis Dieu seulement quand tu es heureux ; tu blasphèmes Dieu dès qu'il t'arrive un malheur. Car Dieu te plaît quand il t'envoie la félicité, il te déplaît s'il te châtie. Ton cœur n'est donc point droit, et tu ne saurais chanter cette parole d'un autre psaume : « Je bénirai le Seigneur en tout temps , sa louange sera toujours en ma bouche (2) ». Comment le bénir « toujours », si tu le bénis dans la félicité, et non dans l'adversité ? Car ce que l'on appelle adversité pour toi, est un bien, si tu comprends que c'est un père qui te redresse. C'est l'enfant insensé qui aime le maître, alors qu'il en est flatté, qui le déteste quand il en est corrigé ; mais l'enfant vraiment intelligent comprend que c'est la bonté du maître qui le porte à corriger comme à flatter. On flatte un enfant, pour qu'il ne se trouve point en défaut ; on le châtie, de peur qu'il ne se perde. Un homme donc ayant un cœur semblable, c'est-à-dire un cœur droit, de telle sorte que Dieu ne lui

 

1. Luc, XVI, 25.— 2. Ps. XXXIII, 2.

 

455

 

déplaise point, quand même il lui paraîtrait momentanément ennemi, cet homme peut louer Dieu en toute sécurité, parce qu'il le bénira « toujours » et que la louange convient dans sa bouche, et qu'il chante en toute vérité : « Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sera toujours en ma bouche. Il châtie celui qu'il reçoit parmi ses enfants (1) ». Que choisis-tu donc ? Etre châtié et reçu, ou épargné mais non reçu ? Vois quel fils tu veux être. Si tu aspires à l'héritage paternel, ne refuse point le châtiment. Si tu refuses le châtiment, renonce à l'héritage. Pourquoi te redresser, sinon pour te donner son héritage ? Pour arriver à l'héritage de ton père, n'as-tu pas été par lui réprimandé , redressé , châtié , fustigé ? Dans quel but ? Afin que tu devinsses l'héritier d'une maison qui tombera un jour, d'un fond de terre qui passera, d'un or qui ne doit durer en cette vie qu'autant que toi qui le possèdes. Car, ou bien tu le perdras pendant ta vie, ou tu le laisseras à ta mort. C'est pour un héritage aussi peu durable que tu as supporté les châtiments de ton père, et tu murmures lorsque Dieu te redresse pour-te donner le royaume des cieux?

4. Si donc tu es disposé à aimer Dieu, à l'aimer quand il te corrige, car ou bien il y a en toi quelque chose que le châtiment doit redresser, ou c'est ta droiture qui est mise à l'épreuve du châtiment; dès que tu es ainsi disposé, bénis le Seigneur; car tu le bénis en toute sécurité. Pourquoi en sécurité? Parce que tu le bénis convenablement et avec persévérance. Car je ne crains plus alors que tu le bénisses maintenant, pour le blasphémer tout à l'heure. Je ne crains plus que l'homme en santé bénisse Dieu, et que la langue du malade appelle, soit l'astrologue, soit le sorcier, soit l'enchanteur, soit l'alligator avec ses ligatures diaboliques. Je suis sans crainte, parce que tu as compris que Dieu est bon, même quand il châtie, et que tu sais bien que celui qui châtie un fils connaît le moment de pardonner. Il te convient donc de le bénir, parce que tu le béniras toujours et que la louange du Seigneur sera continuellement dans ta bouche. Tu reçois avec joie les caresses d'un père, reçois avec la même joie ses châtiments. Tu ne cours point après lui, quand il te flatte, pour fuir quand il te châtie.

 

1. Hébr. XII, 6.

 

Autrement tu ressemblerais à l'enfant qui, fuyant le châtiment de son père, tomba dans les caresses du marchand d'esclaves, qu'il trouvait bon, quand son père lui paraissait méchant, qui préféra la fourberie des caresses à la vérité du châtiment, et à qui cette préférence fit échanger l'héritage paternel contre l'esclavage. Change de dessein, et fais-toi un coeur droit: Ce n'est point Dieu qui change quand il te châtie , mais c'est toi qui es changeant. Pour lui, il a un but en te changeant, c'est de te changer en mieux, pour te donner son héritage. T'abandonner, te négliger, c'est un terrible effet de sa colère, alors même qu'il te paraît bon. Que votre charité veuille bien écouter ce que dit dans un autre psaume la sainte Ecriture : « Le pécheur a irrité le Seigneur », est-il dit. Com. ment l'a-t-il irrité ? Voyez à l'endroit où le Prophète nous parle de cette irritation du Seigneur. Mais le pécheur a excité a son comble cette colère de Dieu. « Sa colère est si grande que Dieu ne le recherchera point (1) »; dit le Prophète.

5. Le saint homme Job, au contraire, bénis sait Dieu en tout temps, avait toujours sa louange à la bouche ; au temps de ses richesses, il bénissait Dieu par ces mêmes richesses qu'il employait à toutes ces bonnes oeuvres énumérées dans son livre, à donner du pain au pauvre, à vêtir celui qui était nu, à recevoir l'étranger, et toutes ces autres œuvres qui sont le seul avantage que les riches peuvent tirer de leurs biens, le seul bénéfice qui leur en revienne. Ce n'est pas un gain, en effet, ce n'est pas prélever un bénéfice que de laisser du bien à ses enfants; car on ne sait qui doit posséder après la mort le fruit de tant de labeur. Aussi l'Ecriture a-t-elle mis cela au nombre des vanités: « Tout homme vivant sur la terre n'est que vanité », nous dit-elle. « Il amasse les trésors et ne sait qui les recueillera (2) ». Donc tout le gain que l'on peut faire au moyen des richesses, c'est le trésor du royaume des cieux. De là ce conseil que te donne le Seigneur, non de perdre ton or, mais de le changer de place. Il ne te dit point que le donner c'est le perdre ; mais, comme il ne profite point sur la terre, je te le conserverai dans le ciel. Pourquoi crains-tu de le perdre? Tu le mets dans le ciel sous la garde du Christ. Si le lieu

 

1. Ps. X, 4. — 2. Ps. XXXVIII, 6, 7.

 

 

456

 

t'inspire de la crainte, c'est le ciel; si c'est le gardien, c'est le Christ. Comment craindrais-tu de le perdre? Tel est donc l'usage que Job faisait de ses biens, et dès lors ces oeuvres étaient une louange à Dieu, il bénissait Dieu dans les biens qu'il en avait reçus. Car c'est à tort, mes frères, que l'on accuse les richesses. Quand vous voyez de mauvais riches, pensez-vous que, pour cela, les richesses soient mauvaises ? Ce ne sont pas les richesses, mais les riches qui sont mauvais. Quant aux richesses, elles sont un don de Dieu. Mettez-les entre les mains d'un juste, et vous verrez l'usage qu'il en fera. Le vin serait-il donc mauvais parce que tel individu s'enivre? Donnez-le à l'homme sobre, et il y verra un présent divin. De même, donnez de l'or à l'homme avare, et, pour grossir son bien, il ne reculera devant aucun crime. Donnez de l'or à l'homme juste, au contraire, et voyez comme il fera des aumônes,comme il viendra au secours des autres, comme il soulagera autant qu'il pourra les besoins des autres. Ce ne sont donc point les richesses qui sont mauvaises, mais celui qui en use mal. Job fit de ses richesses un saint usage, ainsi qu'Abraham. Il était bien pauvre sans doute, mes frères, ce mendiant couvert d'ulcères, couché à la porte du riche, et dont les chiens léchaient les plaies. Voilà ce que nous lisons, voilà ce qui est écrit, et néanmoins où fut-il porté? « Dans le sein d'Abraham (1) ». Compulse les Ecritures, vois si cet Abraham fut pauvre sur la terre. Tu verras qu'il possédait beaucoup d'or, beaucoup d'argent, de grands troupeaux, beaucoup d'esclaves, et de grands biens. Le pauvre trouve donc le soulagement au sein du riche. Si la pauvreté lui était un mérite, Abraham ne le précéderait pas au lieu du repos , il ne le recevrait point venant après lui; mais comme il y avait chez ce pauvre Lazare tout ce qu'on trouvait chez le riche Abraham, c'est-à-dire l'humilité, la piété, le culte de Dieu, l'observance de ses préceptes; pour l'un, les richesses ne furent point un obstacle, ni pour l'autre la pauvreté; la piété constitua pour l'un et pour l'autre le vrai mérite. De là vient, mes frères, que, dans ce riche de l'Evangile qui a si tristement changé les rôles, ce, ne sont point ses richesses que l'on blâme, mais son esprit. « Il était revêtu de pourpre et de fin lin, et donnait

 

1. Luc, XVI, 22.

 

de grands festins tous les jours (1) ». Et il endurait qu'un mendiant couvert d'ulcères fût couché à sa porte ? Et, dans son orgueilleux mépris, il n'apaisait pas sa faim ? Quelles paroles de mépris contre l'indigent mettrez-vous dans la bouche de ce riche ? Que fait ce mendiant couché à ma porte ! Il était donc bien juste que sa langue souhaitât une goutte d'eau du doigt de ce pauvre qu'il avait méprisé.

6. Donc le saint homme Job, comme je l'ai dit, au milieu de ses richesses, loua Dieu et fut tenté pour être mis à l'épreuve, éprouvé pour devenir un modèle. Il était en effet inconnu aux hommes, et non-seulement aux hommes, mais au diable qui voit de plus près qu'aucun homme. On ne connaissait donc point ce qu'était Job; mais le Seigneur le connaissait. Il permit au tentateur de l'éprouver, et il voulut cette épreuve non pour lui, mais pour nous donner un modèle à imiter. Car ce n'est point au diable que le Seigneur voulait montrer Job, mais à `nous par le moyen du diable, afin de proposer à notre imitation sa victoire sur le diable. Donc, après avoir tout perdu, non peu à peu, mais tout d'un coup, il s'écria : « Le Seigneur l'a donné, le Seigneur l'a ôté. Comme il a plu au Seigneur, ainsi il a été fait, que le nom du Seigneur soit béni (2) ». « Comme il a plu au Seigneur, ainsi il a été fait ». Ce qui plaît au cœur droit ne peut être dépravé ; ce qui plaît à celui qui est bon ne saurait être mauvais. « Le Dieu d'Israël est bon aux yeux de l'homme au cœur droit ». Job avait le cœur droit et, dès lors, il lui convenait de louer Dieu. « Le Seigneur l'a donné, le Seigneur l'a ôté. Comme il a plu au Seigneur, ainsi il a été fait ». Sa confession est une louange: « Que le nom du Seigneur soit béni. Le Seigneur l'a donné, le Seigneur l'a ôté ». C'était alors l'abondance, maintenant c'est la pauvreté. Les biens sont changés pour moi, mais Dieu n'est point changé. Pour moi, je suis tantôt riche, et tantôt pauvre; mais Dieu est toujours riche, toujours droit, toujours père. « Que le nom du Seigneur soit béni ! » Non pas que le nom du Seigneur ait été béni dans mes richesses, et maudit pendant ma pauvreté. Qu'à Dieu ne plaise ! Voilà ce que disait Job enrichi des biens intérieurs.. Toute sa maison était en ruine, mais son cœur regorgeait.

 

1 Luc, XVI, 22. — 2. Job, I, 21.

 

457

 

Sa maison était en ruine, son or perdu, mais son cœur était plein. Dieu lui-même lui tenait lieu de tout ce qu'il lui avait donné. « Le Seigneur l'a donné, le Seigneur l'a ôté ». Voyez comme il comprend cette puissance suréminente. Garde-toi, ô chrétien, d'adorer Dieu pour le royaume du ciel, et de craindre le diable pour les biens d'ici-bas. Toute puissance, et la souveraine puissance est en Dieu. Le diable a seulement eu la volonté de nuire; mais il ne l'a pu sans la permission de Dieu. C'est donc en Dieu qu'est toute la puissance. Au reste, si le diable avait le pouvoir comme la volonté, qui donc serait encore chrétien? Dieu aurait-il encore un adorateur sur la terre ? Ne voyez-vous point s'effondrer le temple du démon, ses idoles se briser, ses prêtres se convertir au vrai Dieu? Croyez-vous qu'il n'y ait en cela nulle douleur pour le diable, nulle torture ? Si donc sa puissance égalait sa douleur , quelle église pourrait encore subsister ici-bas ? De là vient que, dans sa sainteté, Job dépouillé de tout par les artifices du démon, ne lui accorde néanmoins aucune puissance. Quand il bénit Dieu, il ne dit point: Le Seigneur l'a donné, le diable l'a ôté; mais il s'écrie : « Le Seigneur l'a donné, « le Seigneur l'a ôté ». Que le diable ne s'arroge rien. C'est par Dieu que j'étais riche, et par Dieu encore que je suis pauvre. S'il lui a été permis de m'éprouver, il ne lui a pas été permis de m'ôter la vie. Or, il m'eût ôté la vie, non en me tenant à la gorge et en m'étranglant, mais en tuant mon âme. Que Job, en effet, au milieu de ses tribulations, eût échappé de sa bouche une parole de blasphème, t'eût été mourir, puisque t'eût été chasser de lui-même l'esprit de vie. Or, c'est ce qu'il ne fait ni dans sa pauvreté si subite, ni dans ses derniers malheurs.

7. C'était peu, en effet, pour le diable, de lui avoir enlevé toutes ses possessions; il lui enleva aussi ses enfants, pour qui il possédait ses richesses, et ne lui laissa que sa femme. Il n'y eut qu'elle qu'il n'enleva point, parce qu'il avait dessein de s'en servir. Il savait que Adam avait été séduit par Eve. Il se réservait donc en elle une ressource plutôt qu'une consolation pour son mari. C'était encore peu pour lui d'avoir ôté à Job tous ses biens, ne lui laissant que sa femme qui devait lui servir pour le tenter, il demanda à lui ôter aussi la santé du corps. Il lui fut permis de l'ôter encore, afin que, dans cette nouvelle,blessure, Job louât Dieu dans la droiture de son coeur, sans varier nullement, puisque c'est à lui que convient la louange. Cette femme donc réservée pour cette tin, s'approcha de Job et lui persuada de blasphémer Dieu, lui conseilla même. « Quels malheurs sont les nôtres ! » dit-elle en effet : « Parle contre Dieu et meurs (1) ». Eve, la première, fut séduite par le diable qui semblait la convier à vivre, et trouva la mort. Le diable, en effet, lui avait dit: « Tu ne mourras point de mort (2)». Dans la pensée qu'elle vivrait, elle trouva la mort, parce qu'elle agit contrairement au précepte du Seigneur, et qu'elle persuada à son mari d'agir contre ce précepte. Ici c'est le contraire : « Parle contre Dieu et meurs ! ». Qu'il suffise à Eve d'avoir engagé son mari à transgresser le précepte de Dieu. Celle-ci est une nouvelle Eve. Mais Job n'est plus Adam. Elle était pleine de l'esprit du diable, et lui, corrigé par l'exemple. Job sur son fumier est supérieur à Adam au paradis. Afin que vous compreniez ce que c'est qu'avoir un cœur droit, comment Job put-il vaincre le diable, dans sa pauvreté et couvert de telles plaies ? Voici, en effet, la réponse qu'il fit à sa femme « Vous avez parlé comme une femme insensée ; si nous avons reçu les biens de la main de Dieu, pourquoi n'en pas recevoir les maux (3) ? » Il bénit le Seigneur en tout temps, sa louange fut toujours en sa bouche. Car son cœur était droit, et il lui convenait de bénir Dieu. Ayez le cœur droit. Et si vous voulez avoir le cœur droit, que Dieu ne vous déplaise en rien. Ou bien, en effet, tu découvres la cause qui fait agir Dieu, et à la vue de cette cause, tu ne saurais te plaindre, ou cette cause t'échappe, et tu dois alors savoir que celui qui agit ne saurait déplaire en rien.

8. Un homme renverse sa maison, et on l'en blâme. Si l'on connaît la cause qui le fait agir, il peut arriver qu'on ne l'en blâme point. Nous voici dans une basilique fort étroite, et il plaît au Seigneur que l'on en bâtisse une autre; alors on détruira celle-ci. Qu'un homme la voie détruire quand on y mettra les ouvriers, il dira : N'est-ce point là qu'on priait? là qu'on invoquait le nom du Seigneur? Que fait cet oratoire à ces hommes, pour le détruire? On désapprouve l'ouvrage, parce qu'on en ignore le dessein. C'est donc

 

1. Job, II, 9.— 2. Gen. III, 4. — 3. Job, II, 10.

 

 

458

 

ainsi que Dieu agit quelquefois. Ou tu connais ses motifs d'agir, et tu le bénis; ou tu les ignores, et tu crois si tu as le coeur droit. Tel homme, en effet, a le coeur droit, qui bénit Dieu dans les causes qu'il découvre et qui n'accuse pas Dieu de son ignorance quand il ne comprend point. Il y a injustice, ô homme, qui gouvernes ta maison, il y a folie de te blâmer, quand on ignore les motifs de tes actions, quand on ignore tes desseins ! Et toi, tu oses bien t'en prendre à Celui qui gouverne le monde entier, au Créateur du ciel et de la terre, quand le vent souffle, quand la vigne meurt, quand un nuage s'élève et vomit la grêle ? Loin de toi tout blâme. Dieu sait diriger et compter toutes ses oeuvres. Assurément tu n'as pu bâtir le ciel et la terre, et pourtant, peu s'en faut que tu ne dises à Dieu : Ah ! si je gouvernais, je m'y prendrais autrement. Qu'une chose te déplaise dans les oeuvres de Dieu, ne voudrais-tu pas gouverner le monde? Honte à toi. Vois à qui tu voudrais succéder. Toi, mortel, à Celui qui est immortel; toi, homme, à Dieu ! Il est mieux à toi de lui céder, que de chercher à lui succéder. Cède à Dieu, parce qu'il est Dieu, lui qui, en agissant quelquefois contre ta volonté, n'agit cependant point contre ton bien. Combien de fois les médecins n'agissent-ils pas contre le gré des malades, sans rien faire contre leur santé? Or, un médecin se trompe quelquefois, mais Dieu, jamais. Si donc tu te confies au médecin qui se trompe, si tu as confiance à un homme, non-seulement pour panser une plaie, ce qui est peu de chose, ou pour poser un appareil souvent douloureux; mais pour brûler, pour trancher, pour amputer un de tes membres né avec toi; si tu as foi en lui, tout en disant Celui-ci peut-être se trompe, et j'en serai pour un doigt de moins ; si tu lui permets d'enlever ton doigt de peur que la gangrène ne gagne tout le corps , ne permettras-tu pas à Dieu de trancher , afin de récolter en toi quelques fruits, si tu es assez sage pour pratiquer l'obéissance?

9. Ayez donc, mes frères, le cœur droit, c'est-à-dire que Dieu ne vous déplaise en rien. Loin de moi de vous dire de ne point prier; au contraire, priez dans l'affliction, autant que vous le pouvez. Refuse-t-il la pluie, il faut le prier ; nous la donne-t-il, bénissons-le ; mais dût-il la refuser, qu'il faut le louer et le prier. Nous ne vous prêchons pas de ne pas prier. Parfois il se laisse fléchir et accorde à ceux qui demandent, refusant tout à ceux qui ne demandent point. Dieu veut qu'on le prie, au point de ne rien accorder qu'à la prière. Mais alors l'âme la plus humble contribue à la grandeur de Dieu, s'il vient à son secours dans la tribulation, de manière à nous consoler quand nous prions dans nos épreuves. S'il est miséricordieux envers nous, c'est pour notre avantage et non pour le sien. Vois en effet combien il serait malheureux que le monde eût pour toi des douceurs et Dieu des amertumes, lui qui a fait le monde. Ne faudrait-il pas te changer, te redresser, pour avoir le coeur droit? Que le monde alors ait pour toi des amertumes, et Dieu des douceurs. Que le Seigneur notre Dieu répande alors des amertumes sur les biens de ce monde. Oui, qu'il y répande l'amertume? Jouir ici-bas, être dans l'abondance, regorger de délices, oublier Dieu, voilà ce qui plaît. A-t-on (1) quelque superflu d'argent, on l'emploie en frivolités, on refuse d'en faire un noble usage, d'acheter le ciel à ce prix ; on s'obstine à perdre cet argent, et soi-même, et les autres compagnons de dé. penses. Ne voulez-vous donc point que Dieu retranche le superflu, pour empêcher la gangrène de s'étendre partout? Dieu sait ce qu'il doit faire. Laissons-le agir, abandonnons-nous à ses soins qui nous guériront, et ne donnons pas de conseils au médecin. Tournons-nous vers le Seigneur, etc.

 

1. Cette phrase paraît une interpolation.

 

 

VINGT-DEUXIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DU PSAUME LI, v. 10 « J'AI ESPÉRÉ DANS LA MISÉRICORDE DE DIEU (1) ».

 

ANALYSE.— 1. Combien doit durer notre espérance.— 2. Les espérances humaines traînent en longueur, sont vaines, trompeuses.— 3. Quand est-ce que notre espérance est vraie.

 

1. Il me faut répondre tout d'abord à mon frère, à mon collègue dans l'épiscopat. J'ai avancé, le matin, que la charité n'est pas tranquille, point paresseuse ; mais puisqu'il l'a voulu, nous obéirons et à lui, et à Dieu par lui, et à vous, demandant au Seigneur qu'il mette en vous l'obéissance. Nous venons de chanter : « J'ai espéré dans la miséricorde de Dieu (1) ». Disons un mot de notre espérance. Quand il en sera temps, nous mettrons un terme aux paroles de notre discours, mais l'espérance dont il est question doit durer toujours, et ne point finir avec notre discours lui-même. Que nous parlions et que nous cessions de parler, notre espérance crie incessamment vers le Seigneur. Toutefois l'espérance elle-même (ce que je vais dire paraîtra dur, sans doute, mais ne blessera personne, j'ai la confiance que ma parole bien expliquée sera inoffensive), cette même espérance n'aura point une éternelle durée. Quand la réalité sera venue, il n'y aura plus d'espérance. Elle porte en effet ce nom d'espérance, tant que nous ne possédons pas la réalité, selon cette parole de l'Apôtre : « L'espérance que l'on voit n'est plus une espérance. Comment espérer ce que l'on voit? Or, si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons par la patience (2) ». Si donc l'espérance que l'on voit n'est plus une espérance, puisque nul ne saurait espérer ce qu'il voit, et qu'elle porte ce nom d'espérance parce qu'elle a pour objet ce que nous ne

 

1. Ps. LI, 10.— 2. Rom. VIII, 24, 25.

 

voyons point; quand cet objet sera devenu visible, alors il n'y aura plus espérance, mais réalité. Ce ne sera point alors une malédiction d'être sans espérance; tandis que maintenant, vivre sans espérance, c'est pour chacun une malédiction, un opprobre. Malheur à celui qui est sans espérance en cette vie ! Vivre en effet sans espérance est un grand malheur ici-bas, puisque nous ne tenons pas la réalité. Mais en face de la réalité, arrière toute espérance.

2. Toutefois, cette réalité que nous tiendrons alors, quelle est-elle? Qu'est-ce qui doit succéder à l'espérance? Nous rencontrons bien des hommes qui nourrissent beaucoup d'espérances terrestres et purement de cette vie. Pour nul homme la vie n'est sans espérance, et cette espérance ne s'éteint qu'à la mort. Pour les enfants, il y a espérance de grandir, de s'instruire, de connaître. L'adolescent a pour espérance le mariage, des enfants. Les parents ont l'espérance de nourrir leurs enfants, de les instruire, de voir grandir ceux qu'ils ont cajolés dans leur enfance. En sorte qu'on pourrait dire que c'est l'espérance qui domine dans la vie humaine, que c'est ce qu'il y a de plus naturel, de plus excusable et de plus vulgaire. Il est en effet bien des espérances vulgaires et très-répréhensibles ; mais bornons-nous à la plus honnête, à la plus naturelle. Chacun ne vient au monde que pour croître, pour s'unir par le mariage, pour avoir des enfants, les instruire, être appelé près de ses enfants. Que cherche-t-il de

 

(1) Dans le Codex, fol. 74, on lit : « Sermon de saint Augustin, évêque ». Il parle avec beaucoup d'éclat de l'espérance humaine et de l'espérance divine. On croit, d'après l'exorde, qu'il le prêcha le soir. On ne sait quel fut cet évêque qui préféra la charité tranquille à la charité inquiète. Possidius, dans son Indiculus Opp., c. 8, fait mention d'un sermon sur la charité inquiète, que l'on retrouverait peut-être, si les fureteurs de bibliothèques ne se contentaient point de parcourir les tables ou les titres. Possidius, au même endroit, fait mention de celui-ci.

 

 

460

 

plus? Là ne se borne point son espérance. Il aspire à donner des épouses à ses fils; il l'espère encore. A-t-il atteint ce but, qu'il désire des petits-fils. Quand il en a, quand il est à sa troisième génération, le voilà vieillard, mais cédant à regret sa place à ses petits-fils. Il cherche encore ce qu'il pourrait désirer, ce qu'il pourrait espérer, et il se drape de bienveillance. Puisse, dit-il, cet enfant m'appeler grand-père; puissé-je entendre ce mot de sa bouche et mourir ! L'enfant grandit, l'appelle grand-père; mais celui-ci ne se regarde point encore comme aïeul. Car s'il est aïeul, s'il est vieillard, pourquoi ne point reconnaître qu'il doit s'en aller et faire place aux autres ? Mais quand il entend ce nom d'honneur dans la bouche d'un enfant, cet enfant, il veut l'instruire. Et pourquoi se refuserait-il l'espérance d'un arrière-petit-fils ? C'est ainsi qu'il meurt, tout en espérant; qu'il espère tantôt une chose, tantôt une autre chose, quand il a obtenu ce qu'il espérait. Mais voir une espérance réalisée ne le satisfait point, il se jette dans une autre. Pourquoi cette espérance vient-elle à se réaliser? Assurément, c'est pour mettre un terme à ton voyage ; car ce terme n'est pas reculé. Et combien sont dupes de cette espérance, espérance usée? D'abord elle ne satisfait point, quand elle se réalise, et combien n'arrivent pas à la réalité ! Combien ont espéré le mariage, sans y arriver? Combien l'ont espéré, avec celles qu'ils aimaient, ont réussi, pour n'aboutir qu'à des tourments ! Combien ont désiré des enfants sans pouvoir en obtenir ! Combien ont dû gémir de ceux qu'ils avaient obtenus ! Ainsi du reste. Tel désire les richesses, ne les a-t-il point, que le désir le dévore ; les a-t-il, qu'il est torturé par la crainte. Il n'est personne qui cesse d'espérer, personne qui soit rassasié. Les dupes sont en si grand nombre, et toutefois nul n'abandonne ses espérances mondaines.

3. Qu'elle se réalise un jour cette espérance qui n'est point trompeuse, mais qui rassasie, qui nous donnera ce bien qu'on ne saurait dépasser. Quel est donc cet objet de notre espérance, dont la réalisation mettra fin à toute espérance ? Quel est cet objet ? La terre? Non. Quelque chose qui naît sur la terre, comme l'or, l'argent, un arbre, des moissons, des fleuves ? Rien de tout cela. Quelque chose qui vole dans les airs? Mon âme l'a en horreur. Serait-ce le ciel, si beau, si étincelant de lumière ? Quoi de plus beau parmi les choses visibles, quoi de plus séduisant ? Ce n'est point cela non plus. Qu'est-ce donc ? Tout cela est beau, est délicieux, plein de charmes. Cherche celui qui a fait tout cela. C'est lui, ton espérance. Il est ici-bas ton espérance, avant d'être plus tard ton bien. L'espérance pour la foi, la réalité pour la vision. Dis-lui : « Vous êtes mon espérance ». Oui, tu as raison de dire ici-bas : « Vous êtes mon espérance ». Car tu crois, tu ne vois pas encore. Tu as la promesse, non la réalité. Tant que tu es dans ce corps, tu es éloigné de Dieu, tu es en chemin, non dans la patrie. C'est Dieu qui te dirige ; celui qui a fait la patrie s'est fait aussi la voie pour t'y conduire. Dis-lui donc maintenant : « Vous êtes mon espérance ». Que sera-t-il ensuite ? « Ma portion dans la terre des vivants (1) ». Celui-là qui est maintenant ton espérance, sera plus tard ta portion. Qu'il soit ton espérance sur la terre des mourants, et il sera ta portion sur la terre des vivants. Tournons-nous vers le Seigneur, etc.

 

1. Ps. CXIII, 6.

 

461

 

VINGT-TROISIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DU PSAUME CXLV,  v. 1 : « JE BÉNIRAI LE SEIGNEUR PENDANT MA VIE ; ETC. (1) ».

 

ANALYSE.— 1. La louange de Dieu doit se prolonger au-delà de cette vie.— 2. Rien ne dure en cette vie.— 3. Que le chrétien ne s'abuse point sur son bonheur passager.— 4. Que la fin du riche et de Lazare soit une leçon pour nous.

 

1. Daigne le Seigneur m'accorder de vous dire un mot sur les paroles du psaume que nous venons de chanter. Nous avons dit en effet : « Je bénirai le Seigneur pendant ma vie, je chanterai mon Dieu tant que je vivrai (1) ». A ces paroles, nous devons un avis à votre charité: c'est de ne point comprendre, quand vous entendez dire, ou que vous dites vous-mêmes : « Je bénirai Dieu tant que je vivrai », qu'après cette vie finira aussi la louange du Seigneur. Nous le bénirons mieux, en réalité, quand nous jouirons de la vie sales fin. Si nous le bénissons, en effet, dans ce pèlerinage qui doit finir, comment le bénirons-nous dans ce palais d'où nous ne sortirons plus ? On dit, on chante, on lit dans un autre psaume : « Bienheureux ceux qui habitent votre maison ; ils vous béniront dans les siècles des siècles (2) ». Or, quand tu entends « les siècles des siècles », il n'y a aucune fin, et l'on jouit de cette vie bienheureuse, où l'on voit Dieu sans trembler, on l'aime sans l'offenser, on le bénit sans fin. Notre vie alors sera de voir Dieu, de l'aimer, de le bénir. Si donc nous bénissons Dieu quand nous ne le voyons que par la foi, comment le bénirons-nous quand nous le verrons à découvert ? Quelle sera l'allégresse de la claire-vue, si telle est la bénédiction de la foi ? L'Apôtre nous dit en effet : « Tant que nous sommes dans ce corps, nous marchons loin du Seigneur; car nous n'allons à lui que par la foi, sans le voir à découvert (3) ». Ici-bas c'est

 

1. Ps. CXLV, 1.— 2. Id. LXXXIII, 5.— 3. II Cor. V, 6, 7.

donc la foi, là-haut ce sera la claire-vue. Maintenant nous croyons ce que nous ne voyons pas, alors nous verrons ce que nous aurons cru. Celui qui croit, le fait sans confusion, car il est vrai qu'il verra. Le Seigneur a d'abord établi en nous la foi, afin que si la foi mérite une récompense, on ne 1a cherche point avant d'avoir cru.

2. Mais, dira-t-on, pourquoi le psaume dit-il : « Je chanterai mon Dieu tant que je vivrai », et non: Je chanterai mon Dieu éternellement ? Cette expression, en effet: « Tant que je vivrai », semble appeler une fin, bien qu'on ne l'entende pas ainsi. Si tu veux appliquer « tant que je vivrai n à cette vie terrestre, vois si cette vie est bien longue. Quel que soit le nombre des années, la vie est courte. Comment serait longue une vie qui ne te rassasie point ? Un enfant dit que tel homme qu'il voit vieillard a vécu longtemps; mais que lui-même arrive à l'âge de cet homme, et il sait que ce temps est peu long. Les années s'envolent et les moments se précipitent si rapidement, que c'est avant-hier que nous étions enfants, hier adolescents, aujourd'hui vieillards. Nous sommes donc fondés à croire que ces paroles: « Aussi longtemps que je vivrai je chanterai mon Dieu », ne s'entendent pas de cette vie. Dès lors, en effet, que le Prophète a dit : « Aussi longtemps que je vivrai », on ne saurait l'entendre de cette vie où rien ne dure « longtemps ». Des sages de ce monde ont pu en faire la remarque, et des chrétiens ne le

 

(1) Dans le Codex, fol. 74, pag. 2, on lit : « Sermon de saint Augustin, évêque », sur la brièveté de la vie et son bonheur passager, mis en lumière une seconde fois par l'exemple du riche et de Lazare.

 

462

 

pourraient voir ? Un de ces sages, l'homme le plus éloquent a dit: « Qu'est-ce donc, en effet, que ce longtemps, puisqu'il a une fin (1) ? » Il ne veut donc point qu'il y ait un longtemps, quand la fin peut arriver un jour. Es-tu parvenu à la dernière vieillesse ? tu as vécu un temps, et non pas un long temps. Car la vie d'un homme , surtout aujourd'hui , n'est « qu'une fumée qui apparaît un moment ». Ce que je dis, l'Ecriture le dit aux hommes dans leurs jubilations, alors qu'ils s'élèvent dans leur orgueil et ne savent point s'ils ne mourront pas à l'instant. Les divines Ecritures leur tiennent ce langage et leur donnent cet avertissement dans leur accès d'orgueil, dans la vaine confiance que leur donne une fragilité si peu durable. « Qu'est-ce que votre vie, dit-elle? C'est une vapeur qui parait un moment jusqu'à ce qu'elle soit dissipée (2) ». S'élever dès lors dans l'orgueil, c'est se confier dans une vapeur, s'enfler de vaine gloire, pour périr avec cette vapeur. II faut donc réprimer notre orgueil, le fouler aux pieds autant que possible, comprendre que nous ne vivons ici-bas que pour mourir, élever nos pensées vers cette fin qui ne finira pas. Qui que tu sois, en effet, ô homme qui as vieilli, si tu en ressens de l'orgueil, si tu crois avoir vécu longtemps, toi qui dois finir un jour, sache que si Adam vivait encore, et devait mourir, non pas maintenant, mais à la fin du monde, il n'aurait pas vécu un temps bien long, puisque ce temps aurait une fin (3). Et ceci est très-vrai, tout homme prudent le comprendra, et non-seulement c'est une vérité que l'on prêche, mais une vérité que les auditeurs comprennent.

3. Reportons notre attention au psaume que nous avons chanté, afin d'y trouver que le Prophète n'a dit : « Je chanterai le Seigneur « aussi longtemps que je vivrai », que dans le sens de cette vie qui dure toujours. S'il n'est, en effet, rien de bien long dans cette vie, parce qu'elle a une fin, ce n'est point cette vie que nous sommes appelés à désirer quand nous devenons chrétiens. Et de fait, nous ne devenons point chrétiens pour être heureux en cette vie de la terre. Car si nous avons embrassé le christianisme, pour jouir du bonheur seulement en cette vie du temps, et

 

1. Cicero, Orat. pro M. Marcello, n. 28.— 2. Jacob, IV, 15.

3. Cette dernière phrase parait à l'éditeur une épiphonème assez inepte, qui aura passé de la marge dans le texte.

 

encore d'un bonheur si frivole, si vaporeux, nous sommes dans une profonde erreur; vos pieds seront chancelants en voyant un homme, revêtu de dignité et dominant ceux qui l'entourent, jouir de la santé corporelle et arriver à une vieillesse qui s'éteint lentement. Voilà ce que voit le chrétien pauvre, sans honneur, soupirant chaque jour dans la peine et les gémissements, et qui dit en lui-même : Que me revient-il d'être chrétien ? En quoi suis-je plus heureux que cet autre qui ne l'est pas? que cet autre qui ne croit pas au Christ? que cet autre qui blasphème mon Dieu? Voici l'avertissement du Psalmiste: «Ne mettez point votre confiance dans les princes ». Quel charme a pour toi la fleur du foin ? « Car toute chair n'est qu'un foin ». C'est ce que dit le Prophète, qui non-seulement le dit , mais le crie. Et le Seigneur lui dit: « Crie ». Et il répondit : « Que faut-il crier? Que toute chair n'est qu'un foin, et toute beauté de la chair, la fleur du foin. Le foin est desséché, la fleur est tombée ». Tout donc a-t-il péri? Non. « Le Verbe de Dieu demeure éternellement (1) ». Quel charme a pour toi du foin? Voilà que ce foin périt; veux-tu ne point périr? Attache-toi au Verbe. Ainsi le dit aussi notre psaume. Ce chrétien dans l’indigence, dans la bassesse de sa condition, voyait dans ce païen riche et puissant la fleur du foin, et peut-être eût-il préféré être à son service plutôt qu'au service de Dieu. C'est à lui que le Psalmiste adresse ces paroles. « Ne mets point ta confiance dans les princes, ni dans les fils des hommes, en qui n'est pas le salut (2) ». Et notre interlocuteur de répondre: Veut-il parler de celui qui a le salut? Le voilà en santé. Je le vois aujourd'hui plein de verdeur. Et moi je suis plutôt misérable et languissant. A quoi bon t'arrêter à ce qui a pour toi de l'attrait et des charmes? Ce n'est point là le salut. « Le souffle s'en ira de lui, et il retournera dans la terre qui est son partage ». Voilà tout salut pour lui. « C'est une vapeur qui apparaît un instant. L'esprit sortira de lui, et il retournera dans la terre qui est son partage ». Laissez passer quelques années, laissez écouler l'eau du fleuve comme à l'ordinaire. Parcourez quelques tombeaux des morts, et distinguez les os du riche des os du pauvre. Quand l'esprit s'est retiré, il est retourné dans la terre qui est son

 

1. Isaïe, XL, 6-8.— 2. Ps. CXLV, 3.

 

463

 

partage. Le Prophète a grandement raison de ne rien dire de l'esprit de cet homme qui n'a eu pendant sa vie nulle pensée spirituelle. « Il est retourné dans la terre qui lui est propre », c'est-à-dire cette chair, ce corps qui était tout pour lui, ce corps d'orgueil, cette chair si trompeuse et dont l'apparente félicité t'aveuglait. « L'esprit sortira, et il retournera dans la terre qui est son partage; en ce jour périront toutes leurs pensées (1) ». Ces pensées qui étaient si terrestres ; voilà ce qu'il faut faire, ce qu'il faut achever, où il faut parvenir. Voilà ce que je veux acheter, ce que je veux acquérir, à quel honneur je prétends arriver. «En ce jour s'évanouiront toutes ses pensées ».Mais comme « la vertu de Dieu demeure éternellement », en t'attachant au Verbe, pour lui demander la vie éternelle, non-seulement ta pensée ne périra point, mais c'est alors qu'elle se réalisera. Quand elle périt pour lui, elle se réalise pour toi. Cet homme n'avait que des pensées du temps et de la terre, d'ajouter un champ à un champ, d'entasser trésor sur trésor, de briller dans les honneurs, de s'enfler de sa puissance. Comme donc il avait de telles pensées, « ces pensées mourront toutes en ce « jour ». Mais toi, chrétien, si tes pensées, loin de s'arrêter à la félicité de cette vie, ont pour objet le repos sans fin, lorsque ton corps retournera dans la terre, c'est alors que ton âme aura trouvé ce repos.

4. Ecoute l'Evangile, vois et considère les pensées de deux hommes. «Il y avait un riche, qui était revêtu de pourpre et de fin lin, et qui donnait tous les jours de splendides festins (2) ». Tous les jours le foin, et la fleur du foin. Ne te laisse pas séduire parla félicité de cet homme qui est revêtu de pourpre et de fin lin, et qui donne de splendides festins chaque jour. C'était un orgueilleux, un impie, n'ayant que des pensées vaines et de vains désirs. Quand il mourut, ce jour-là ses pensées moururent avec lui. Or, il y avait à sa porte un pauvre nommé Lazare. L'Evangile, qui tait le nom du riche, nous dit le nom du pauvre. Dieu n'a point dit un nom qu'emporte le vent. Mais Dieu a daigné nommer celui dont on ne disait pas le nom. Ne t'en étonne pas, je t'en prie. Dieu a raconté ce qu'il a vu écrit en son livre. Or, il est dit des impies: « Qu'ils ne soient pas inscrits sur votre livre (3)». De même, quand les Apôtres se glorifiaient de

 

1. Ps. CXLV, 4.— 2. Luc, XVI, 19.— 3. Ps. LXVIII, 29.

 

ce qu'au nom du Seigneur les démons leur étaient soumis, de peur qu'ils ne vinssent à en concevoir de l'orgueil, comme le reste des hommes, à s'en vanter, bien que ce fût une grande et glorieuse puissance, le Sauveur leur dit: « Ne vous réjouissez point de ce que les démons vous soient soumis; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans le ciel (1) ». Le Dieu qui habite le ciel garda le silence sur le nom du riche, qu'il ne trouva point écrit dans le ciel; il proclama celui du pauvre, parce qu'il l'y vit écrit, ou plutôt qu'il l'y fit écrire. Mais voyez ce pauvre. A propos des pensées de ce riche      impie , fastueux, vêtu de pourpre et de fin lin et donnant de splendides festins tous les jours, nous avons dit qu'elles périrent avec lui à sa mort. Or, à la porte de ce riche était un pauvre du nom de Lazare, « couvert d'ulcères, et qui désirait se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche, sans que personne les lui donnât; tandis que les chiens venaient et léchaient ses ulcères (2) ». C'est là que je veux te voir, ô chrétien; car c'est là que nous apprenons la fin de ces deux hommes. Dieu, dans sa puissance, peut nous donner le salut en cette vie, et nous délivrer de la pauvreté, et donner au chrétien ce qui est suffisant. Et toutefois, si cela venait à manquer, que choisirais-tu? D'être ce pauvre ou ce riche? Loin de toi toute illusion. Ecoute la fin, et tu verras quel choix est mauvais. Assurément ce pauvre, qui était pieux, méditait, au milieu de ses malheurs temporels, sur cette vie qui doit finir un jour et sur le repos éternel qui doit nous échoir. Tous deux moururent, mais les pensées de ce pauvre ne périrent point avec lui. Car s'il mourut pauvre, il fut porté par les anges au sein d'Abraham. En ce jour toutes ses pensées se réalisèrent. Et comme Lazare signifie, en latin, Adjutus ou aidé, la parole du Psalmiste s'accomplit. « Bienheureux l'homme à qui le Dieu de Jacob vient en aide (3) ». Quand son esprit s'en alla, quand sa chair retourna dans la terre qui est son partage, ses pensées ne périrent point avec lui, « parce que son espérance était dans le Seigneur son Dieu ». Voilà ce que l'on apprend donc à l'école où enseigne le Christ, voilà ce qu'espère l'âme de son disciple fidèle, voilà la plus réelle récompense du Sauveur.

 

1. Luc, X, 20.— 2. Id. XVI, 21.— 3. Ps. CXLV, 5.

 

464

 

 

VINGT-QUATRIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DE L'ÉVANGILE, [LUC, XVI, 19-31] : « IL Y AVAIT UN HOMME RICHE, ETC. (1) ».

 

ANALYSE.— 1. Les Juifs ne croient pas encore aux oracles des Prophètes qui concernent le Christ et son Eglise.— 2. L'incrédulité des Juifs est combattue par l'exemple de ce riche aux grands festins.— 3. Ce riche est pour nous un exemple salutaire.— 4. Suffisamment avertis de l'avenir, nous n'avons aucune excuse.— 5. Ce qui est accompli, ce que Dieu nous a promis, doit confirmer notre foi.— 6. Promesses que Dieu a faites dans la nation juive, au sujet d'Abraham, dont la foi est hautement proclamée.— 7. Fidélité de Dieu dans l'accomplissement de ses promesses, et folie des idolâtres.— 8. Dieu cherche son image dans notre âme, comme César sur sa monnaie. — 9. Combien de promesses de Dieu sont accomplies déjà.— 10. La foi d'Abraham est pour nous un exemple.— 11. Double comparaison pour nous faire supporter l'adversité.— 12. Nous devons user de la patience de Dieu et l'imiter.— 13. Dans l'adversité, il faut nous confier à Dieu sans nous plaindre.— 14. Exhortation à la patience.

 

1. Telle est la foi chrétienne, qui est pour les impies et pour les infidèles un sujet de dérision, c'est que nous croyons qu'il est une autre vie après celle-ci, qu'il y a une résurrection des morts, et, après la fin du monde, un jugement. Comme ce point de foi n'était point en vigueur parmi les hommes, et qu'il leur paraissait même inacceptable, en dépit des prédications et des affirmations des Prophètes serviteurs de Dieu et de la loi établie par le ministère de Moïse, Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur, est venu en ce monde pour le persuader aux hommes. Lui qui était Fils de Dieu, né du Père d'une manière invisible et ineffable, lui, coéternel au Père et égal au Père, et Dieu unique avec le Père; lui, Verbe du Père, par qui tout a été fait; lui, conseil du Père, par qui tout se dirige, déposa pour un temps cette grandeur sans mesure, cette incompréhensible majesté, cette sublime puissance, en venant sur la terre se revêtir de notre chair et se montrer aux yeux des hommes. Comme donc on ne voyait pas Dieu ou la divinité dans le Christ, on méprisait sa chair que l'on voyait; mais lui prouvait par des prodiges la divinité qui était en lui. Et comme, au simple aspect, 1'œil humain pouvait le mépriser, il faisait de tels miracles, que ces oeuvres montraient en lui le Fils de Dieu. Comme donc il opérait des prodiges, donnait des préceptes utiles, corrigeait les vices et les reprenait, enseignait les vertus, guérissait même les maladies du corps, afin de guérir les esprits des infidèles, le peuple où il avait pris naissance, grandi, fait ses prodiges, s'irrita contre lui et lui donna la mort. Mais lui, qui était venu pour naître parmi nous, était venu aussi pour mourir. Or, cette mort de son corps, qu'il avait voulu subir pour nous donner un exemple de résurrection, il ne voulut pas qu'elle fût infructueuse; mais il permit -qu'elle lui fût donnée par la main des impies, de sorte que ces hommes qui ne voulaient point obéir à ses préceptes lui firent souffrir ce qu'il voulait. Ainsi fut fait. Le Christ fut mis à mort, enseveli, ressuscita, comme nous le savons, comme l'atteste l'Evangile, comme on le prêche dans l'univers entier, et les Juifs, vous le voyez, ne veulent point croire au Christ, même après qu'il est ressuscité d'entre les morts, qu'il a été glorifié aux yeux de ses disciples en montant au ciel, quand s'accomplissent dans l'univers entier les oracles des Prophètes. Car tous les Prophètes qui ont annoncé que le Christ devait naître, mourir, ressusciter , monter au ciel, ont prédit aussi que l'Eglise s'étendrait par toute la terre. Quant aux Juifs, s'ils n'ont point vu le Christ à sa résurrection et à son ascension

 

(1) On lit dans le Codex, fol. 80 : « Sermon de saint Augustin, évêque, sur le riche et Lazare ». C'est plutôt l'exposition de la vérité de la religion chrétienne prouvée par tout ce qui s'est accompli jusqu'alors, et par les promesses de Dieu qui doivent l'être ensuite, avec une exhortation â la patience. Possidius en fait mention dans son Indicul. Opp., c. S.

 

 

465

 

au ciel; du moins, qu'ils voient l'Eglise répandue sur la terre entière, et dans ce fait l'accomplissement des paroles des Prophètes.

2. Maintenant s'accomplit parmi eux ce que nous venons d'entendre dans l'Evangile. Ils n'écoutent pas le Christ après qu'il est ressuscité d'entre les morts, parce qu'ils n'ont -pas écouté le Christ vivant sur la terre. C'est ce que dit Abraham à ce riche, qui était tourmenté dans l'enfer, et qui voulait que l'on envoyât en ce monde avertir ses frères de ce que l'on souffre en enfer, et, avant qu'ils ne tombassent dans ce lieu de tourments, de bien vivre, de faire pénitence de leurs péchés, afin de mériter d'aller dans le sein d'Abraham, plutôt que dans ces supplices où lui-même était tombé. Voilà ce que faisait ce riche tardivement miséricordieux, qui avait méprisé le pauvre couché devant sa porte, et sans doute en punition de son orgueil envers lui, sa langue était desséchée, et il soupirait après une goutte d'eau. Comme il n'avait point fait sur la terre ce qu'il y devait faire pour ne point arriver au lieu des tourments, il fut trop tard miséricordieux envers les autres. Mais que lui dit Abraham ? « S'ils n'écoutent point Moïse et les Prophètes, ils ne croiront pas, quand même quelqu'un des morts ressusciterait (1) ». Voilà ce qui s'est vérifié, mes frères. 'On ne saurait aujourd'hui persuader aux Juifs de croire en Celui qui est ressuscité des morts, parce qu'ils n'écoutent pas Moïse et les Prophètes. S'ils voulaient, en effet, les écouter, ils trouveraient en eux la prédiction de ce qui vient de s'accomplir et qu'ils ne veulent pas croire. Ce que nous disons des Juifs faisons-le donc pour nous, de peur qu'en regardant les autres, nous ne tombions nous-mêmes dans l'impiété. On ne lit point l'Evangile aux Juifs, mes frères bien-aimés, on leur lit Moïse et les Prophètes, qu'ils ne veulent point croire. Gardons-nous de faire, quand on nous lit l'Evangile, ce qu'ils font quand on leur lit les Prophètes. Car ce n'est point chez eux, dis-je, mais chez nous, qu'on récite l'Evangile.

3. L'Evangile, vous venez de l'entendre, nous annonce deux vies : la vie présente et la vie future. Nous avons la vie présente, nous croyons à la vie à venir. Nous sommes dans la vie présente, sans être arrivés encore à la vie future. Mais en cette vie présente, amassons-nous de quoi mériter la vie éternelle ;

 

1. Luc, XVI, 31.

 

car nous ne sommes point morts encore. Est-ce que l'on récite l'Evangile dans les enfers ? Quand même on l'y réciterait, ce riche l'entendrait en vain , puisque sa pénitence ne saurait plus être fructueuse. C'est ici-bas qu'on le lit pour nous, et nous l'entendons ici-bas où nous pouvons nous corriger tant que dure notre vie, de peur que nous ne tombions dans ces tourments. Croyons-nous, ou ne croyons-nous pas ce qu'on nous lit ? Loin de moi d'outrager votre charité jusqu'à penser que vous ne croyez point ! Car vous êtes chrétiens, et vous ne seriez nullement chrétiens si vous ne croyiez point à l'Evangile. Il est donc évident que vous croyez à l'Evangile dès lors que vous êtes chrétiens. Nous l'avons entendu ; on vient de nous le réciter. Il y avait donc un homme riche, plein d'orgueil, se prévalant de ses richesses, qui « était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui donnait de splendides festins tous les jours (1) ». Or, à sa porte était couché un pauvre du nom de Lazare, couvert d'ulcères que les chiens venaient lécher ; et « il désirait se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche (2) » et ne le pouvait. Voilà donc le crime du riche ; c'est qu'il désirait se rassasier de miettes, et ne pouvait le faire, celui qui devait se revêtir de la nature humaine. Et dès lors si ce riche eût pris en pitié le pauvre couché à sa porte, il serait arrivé où ce pauvre est arrivé lui-même. Ce qui a conduit en effet Lazare au lieu du repos, c'est moins la pauvreté que l'humilité ; et ce qui en a détourné le riche, ce sont moins les richesses que l'orgueil et l'infidélité. Car, vous le savez, mes frères, le langage qu'il tient dans les enfers prouve que ce riche fut infidèle sur la terre. Ecoutez en effet. Il voulait que quelqu'un d'entre les morts allât annoncer à ses frères ce que l'on endure en enfer, et comme Abraham le lui refusait en disant : « Ils ont Moïse et les Prophètes, qu'ils les écoutent. Non, Abraham, mon père », répond-il, « mais si quelqu'un d'entre les morts y allait, il les persuaderait » ; nous montrant par là que lui-même, quand il était en cette vie, ne croyait ni à Moïse, ni aux Prophètes, mais désirait qu'un homme sortit d'entre les morts pour venir à lui. Examinez ceux qui pensent comme lui, et voyez, si vous avez la foi, quel avertissement nous donne l'exemple de ce

 

1. Luc, XVI, 19.— 2. Ibid. 21.

 

 

466

 

riche. Combien nous disent maintenant Jouissons de la vie tant qu'elle dure ? Mangeons, buvons, plongeons-nous dans les délices ! Qu'est-ce que l'on nous annonce, qu'il y a une autre vie ? Qui en est revenu ? Qui est ressuscité? Voilà ce qu'on nous dit, ce que disait ce riche, qui éprouve après la mort ce qu'il ne croyait point pendant sa vie. Il eût été mieux de se corriger utilement pendant la vie, que d'endurer après la mort tant de tourments inutiles !

4. Retournons maintenant ses paroles, afin de voir s'il n'y a personne parmi nous pour raisonner comme lui. Car Dieu n'a point mis sous nos yeux ici-bas ce qu'il nous a ordonné de croire ; et il nous l'a dérobé afin que notre foi fût méritoire. Quel mérite, en effet, aurais-tu de croire, si Dieu te l'avait mis sous les yeux ? Ce ne serait plus croire alors, mais voir. C'est donc pour attiser ta foi que Dieu ne t'a rien manifesté ; il t'ordonne ici-bas de croire, et se réserve de te montrer à découvert ce que tu crois. Mais si tu ne crois pas quand il t'impose la foi, il ne te réserve point de voir sa face, mais il te réserve les tourments du riche dans l'enfer. Et quand viendra Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur, dont on nous prêche qu'il est venu, de manière à nous faire espérer qu'il doit venir, il viendra avec des rétributions pour les fidèles et pour les infidèles ; aux fidèles il donnera des récompenses, et jettera les infidèles au feu éternel. Il annonce en effet, dans l'Evangile, comment il doit juger à la fin du monde: il mettra les uns à sa droite, les autres à sa gauche, il fera le discernement des nations, comme le berger qui sépare les brebis des boucs ; il placera les justes à sa droite, les impies à sa gauche, et dira aux justes : « Venez, les bénis de mon Père, recevez le royaume qui vous est préparé dès l'origine du monde » ; aux impies et aux infidèles : « Allez au feu éternel, qui a été préparé au diable et à ses anges (1) ». Ce juge pouvait-il être plus obligeant pour toi, que de t'annoncer la sentence définitive, pour te faire éviter de l'encourir? Mes frères, tout homme qui menace ne veut point frapper, mais s'il nous surprenait tout à coup, c'est alors qu'il nous frapperait. Quiconque dit : Garde à toi, ne veut trouver personne à frapper. C'est donc pour les hommes se préparer un châtiment, c'est pour les

 

1. Matth. XXV, 31-41.

 

hommes s'amasser un trésor de douleur, que refuser de croire , quand Dieu nous dit Garde à vous. Quant à la peine de nos errements en cette vie, c'est souvent quelque affliction, quelque fléau, qui est pour nous corriger ou nous mettre à l'épreuve. Ou bien, en effet, Dieu veut corriger l'homme de ses fautes, de peur que son impénitence n'aboutisse à de grands châtiments, ou il met à l'épreuve la foi de chacun de nous, afin de voir avec quel courage, avec quelle patience nous demeurerons sous le châtiment d'un père, sans murmurer de ses paternelles corrections , nous réjouissant de ses caresses, et toutefois ne goûtant cette joie qu'en lui rendant grâces même quand il nous redresse ; « puisque Dieu châtie celui qu'il reçoit parmi ses enfants (1) ». Quelles ne furent point les douleurs des martyrs ! Quel fut leur courage ! Quelles chaînes, quelles prisons fétides, quels déchirements des chairs, quelles flammes, quelle férocité des bêtes, quels genres de mort ! Ils triomphèrent de tout. L'esprit leur montrait de quoi mépriser ce qu'ils voyaient des yeux du corps. Car il y avait en eux 1'œil de la foi fixé sur l'avenir, et qui dédaignait le présent. biais celui dont l'œil ne voit point l'avenir, craint pour le présent et, n'arrive point à cet avenir.

5. C'est donc la foi qui s'édifie en nous. Que tout homme qui refuse maintenant de croire que le Christ est né de la vierge Marie, qu'il a souffert, qu'il a été crucifié, en croie les Juifs quant à son existence et à sa mort, et en croie l'Evangile quant à sa naissance d'une Vierge et à sa résurrection. Il y a là des motifs de croire. Les Juifs nos ennemis n'oseraient dire : Le Christ n'a pas existé dans notre nation, ou bien : il n'a pas existé cet Homme qu'adorent les chrétiens. Il a existé, disent-ils, et nos pères l'ont mis à mort, et il est mort comme tout autre homme. Si nous trouvons dans les Prophètes ce qui devait suivre sa mort, que l'on devait parcourir le monde en son nom, que toutes les nations devaient l'adorer, ainsi que toutes les contrées habitées, parce que tous les rois eux-mêmes devaient accepter son joug, et si nous voyons s'accomplir après la mort du Christ ce qui était annoncé bien avant sa naissance, dans quelle erreur ne tombons-nous point si nous refusons de croire le reste des prophéties,

 

1. Hébr. XII, 6.

 

467

 

quand nous en voyons déjà tant d'accomplies parmi nous? Et en effet, mes frères, nous chrétiens qui sommes ici, nous ne sommes point nous seulement, nous sommes le monde entier. Il y a quelques années, nous n'étions pas, et ce qu'il y a de surprenant, c'est qu'on voie aujourd'hui s'accomplir ce qui pendant tant de siècles n'était pas. Voilà ce que nous lisons dans les Prophètes ; nous le trouvons prédit, de peur que nous n'en venions à n'y voir que l'effet du hasard. Voilà ce qui doit augmenter notre foi, l'édifier, la consolider. Nul ne dit : Cela s'est fait subitement. D'où cela vient-il ? Nous voyons, de nos jours, ce qui n'est jamais arrivé sur la terre. De fois à autre, nous trouvons dans les Ecritures que Dieu est traité comme un débiteur, mais qui doit s'acquitter au temps qu'il a choisi. Comment Dieu pouvait-il devoir ? S'était-il donc vu dans la nécessité d'emprunter, lui qui donne à tous en surabondance, lui qui avait ceux mêmes qui devaient recevoir ses dons? Car, auparavant, il n'y avait aucun homme qu'il pût combler de ses bienfaits Quelqu'un me dira-t-il : C'est à mes mérites que Dieu a bien voulu accorder tous ces dons. Mais ton existence, aux mérites de qui l'a-t-il accordée ? De qui pouvait-il se gratifier quand tu n'étais pas ? D'une existence gratuite. Car tu n'avais pu la mériter avant d'être. C'est sur sa parole qu'il te faut croire qu'il t'a fait gratuitement les autres dons. Nous sommes donc en possession de la grâce de Dieu, et Dieu était en quelque sorte le débiteur du monde entier. Ou plutôt, le monde n'avait aucun titre sur Dieu, parce qu'il ne connaissait pas la caution qu'il nous avait faite. Il s'est fait débiteur par ses promesses, et non par l'emprunt qu'il nous a fait. Car un homme peut être appelé débiteur de deux façons. Il doit rendre ce qu'il a reçu ou ce qu'il a promis. Mais comme on ne saurait employer le mot rendre, à l'occasion des promesses de Dieu, puisque Dieu, qui a tout donné à l'homme, n'en a rien reçu ; il n'y a plus pour lui qu'un moyen d'être débiteur, c'est qu'il a daigné promettre.

6. Or, cette promesse était consignée dans les Ecritures, et les Ecritures étaient entre les mains de la nation juive, qu'il avait choisie, afin de naître de la chair de son serviteur, de son fidèle, qui crut en lui. Et de qui est née cette nation ? D'Abraham déjà vieux, et de Sara qui était stérile ? Ce fut un miracle, que l'enfantement, que la naissance d'Isaac, souche de la nation juive (1). Le vieillard n'osait plus rien espérer de ses membres vieillis, il n'osait rien désirer d'une épouse stérile. Or, ce qu'il n'espérait plus, Dieu le lui offrit, et il crut à Dieu qui lui offrait ce qu'il n'eût osé demander à Dieu même. Et comme, en récompense de sa foi, un fils lui était né, en qui il croyait avoir une postérité innombrable, voilà que Dieu lui demande de lui offrir ce même fils en sacrifice (2). Or, telle était la foi d'Abraham, qu'il n'hésita point à immoler ce fils, au sujet duquel il avait reçu les promesses de Dieu. Le voyons-nous hésiter et dire à Dieu : Seigneur, un fils dans ma vieillesse était une grande faveur, le comble de mes vieux, une joie ineffable, un fils m'est né contre mon espérance; et vous exigez que je l'immole ? Ne m'en point donner n'eût-il pas été mieux que me le redemander après me l'avoir donné? Il ne dit rien de semblable, mais il crut utile tout ce qu'il voyait que Dieu exigeait. Telle est la foi , mes frères. Ce pauvre dont nous parlons fut porté au sein d'Abraham, et le riche précipité dans les supplices de l'enfer. Or, afin que vous sachiez que ce n'est pas dans les richesses qu'est le péché, il était riche cet Abraham au sein duquel fut porté Lazare; Abraham était riche sur la terre, comme l'Ecriture nous l'enseigne. Il avait beaucoup d'or et d'argent, de troupeaux, de serviteurs. Il était riche, mais sans orgueil; afin de vous faire comprendre que la cause des tourments du riche de l'Evangile, c'était son orgueil, c'étaient ses vices. Eux seuls méritaient le châtiment, et non une substance de Dieu; car une substance de Dieu est un bien, peu importe à qui il la donne. Mais quiconque en use bien s'acquiert une récompense, quiconque en use mal encourt un châtiment. Or, voyez comment Abraham possède les richesses. Les réserve-t-il à son fils? Quel mépris n'avait-il point pour des richesses, l'homme qui, pour obéir à Dieu, lui offrit son fils même.

7. Les Juifs donc ne comprenaient point ce passage de l'Ecriture, où Dieu se faisait notre débiteur par ses promesses. Or, voici venir Jésus-Christ Notre-Seigneur , né selon les Ecritures, parce qu'il nous est rendu selon cette même Ecriture encore. Il a souffert selon l’Ecriture, parce qu'elle annonçait ce

 

1. Gen. XVII et XXI.— 2. Id. XXI.

 

 

468

 

qu'il devait souffrir. Selon l'Ecriture encore, il est ressuscité, parce qu'elle annonçait sa résurrection. Selon l'Ecriture, il est monté aux cieux, parce qu'elle annonçait son ascension. Après cette ascension ignorée des Juifs, il envoya ses Apôtres vers les nations, afin de les réveiller en quelque sorte de leur sommeil, et de leur dire : Levez-vous, recevez ce qui vous est dû, ce que l'on vous a promis dans les temps anciens ! Qui donc va éveiller son créancier, pour lui offrir ce qu'il lui doit? Car ce ne sont point les nations qui se sont éveillées, parce qu'elles avaient Dieu pour débiteur. Elles ont été appelées, ont commencé à examiner les Ecritures et à y lire qu'elles recevaient ce qui leur avait jadis été promis. Elles ont accueilli le Christ promis et mis sous leurs yeux; elles ont accueilli la grâce de Dieu, l'Esprit-Saint promis et manifesté; elles ont accueilli l'Eglise dispersée parmi les nations, promise et manifestée. Les idoles qu'adoraient les nations, Dieu avait promis de les détruire. Voilà ce qu'on lit dans les Ecritures, voilà ce qu'on y trouve (1). Vous voyez comment Dieu accomplit de nos jours ce qu'il a promis tant de milliers d'années auparavant. Car les hommes s'étaient détournés de celui qui les avait créés, pour se tourner vers l'ouvrage de leurs mains. Or, comme l'ouvrier est toujours supérieur à son oeuvre, Dieu dès lors est supérieur non-seulement à l'homme qu'il a fait, mais supérieur à tous les anges, aux vertus, aux puissances, aux trônes, aux dominations, puisqu'il les a tous créés (2) et que toute oeuvre de l'homme est inférieure à l'homme lui-même. Telle était la démence des hommes, qu'ils adoraient les idoles qu'ils auraient dû condamner. Encore s'ils eussent adoré l'ouvrier qui avait fait l'idole, car l'ouvrier est supérieur à l'idole qu'il a faite. Adorer un ouvrier, t'eût été de la part des hommes une abomination, et les voilà qui adorent l'idole faite par l'ouvrier. C'eût été une abomination d'adorer l'ouvrier, mais t'eût été mieux encore que d'adorer l'idole. Or, s'il faut condamner ceux qui font mieux, quelles pleurs donner à ceux qui font pire ? Et si nous portons condamnation contre celui qui adore l'ouvrier, celui qui abandonne l'ouvrier pour passer à l'idole, qui délaisse le mieux pour passer au pire, quelle condamnation

 

1. Isaïe, II, 18 ; Ezéch. VI, 6 ;  Mich. I, 7.— 2. Ephés. I, 21, et Coloss. I, 16.

 

méritera-t-il ?Mais quel mieux a-t-il délaissé tout d'abord ? Dieu, par qui il a été fait. Il cherche l'image de Dieu, et il l'a en lui-même. L'ouvrier n'a pu faire l'image de Dieu, mais Dieu a pu se faire une image. Or, adorer l'image de l'homme qu'a faite l'ouvrier, c'est mutiler l'image de Dieu, gravée en toi par Dieu même. Et quand il t'appelle pour te ramener à lui, c'est pour te rendre cette image que tu as perdue, effacée, en l'usant au contact des convoitises terrestres.

8. C'est pourquoi, mes frères, Dieu nous redemande son image. C'est ce qu'il veut dire aux Juifs quand ceux-ci lui présentèrent une pièce de monnaie. D'abord ils voulaient le tenter, en disant : « Maître, est-il permis de payer le tribut à César (1) ? » afin que, s'il répondait : il est permis, ils pussent l'accuser de malédiction contre Israël, qu'il voudrait assujétir à l'impôt et rendre tributaire sous le joug d'un roi. Que si, au contraire, il répondait : Il n'est pas permis, ils pussent l'accuser de parler contre César, d'être cause qu'on refusait l'impôt que l'on devait, puisqu'on était sous le joug. Il vit leur piège, comme la vérité découvre le mensonge, et il les convainquit de mensonge par leur propre bouche. Il ne les condamna point de sa propre bouche, mais il leur fit prononcer eux-mêmes leur sentence, ainsi qu'il est écrit : « Tu seras justifié par tes paroles et condamné par tes paroles (2). Pourquoi me tentez-vous », leur dit-il? « Hypocrites, montrez-moi la pièce d'argent du tribut ». Et ils lui en montrèrent une. « De qui est cette image et cette inscription? De César, répondirent-ils. Et le Sauveur : Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu (3) ». De même que César cherche son image sur une pièce de monnaie, Dieu recherche son image en ton âme. Rends à César, dit le Sauveur, ce qui appartient à César. Que réclame de toi César ? Son image. Que réclame de toi le Seigneur? Son image. Mais l'image de César est sur une pièce de monnaie, l'image de Dieu est en toi. Si la perte d'une pièce de monnaie te fait pleurer, parce que tu as perdu l'image de César ; adorer les idoles , ne sera-ce point pour toi un sujet de larmes, puisque c'est faire injure en toi à l'image de Dieu?

9. Examinez donc, mes frères, la promesse

 

1. Matth. XXII, 17.— 2. Id. XII, 37.— 3. Id. XXII, 18-21.

 

470

 

du Seigneur notre Dieu, et voyez, d'après le nombre de ses promesses, combien il nous a déjà donné. Le Christ n'était point né encore, mais il était promis dans les saintes Ecritures ; il a tenu cette promesse. Il est né; mais il n'avait point souffert encore, il n'était pas ressuscité; il a également tenu cette promesse. Il a souffert, a été crucifié, est ressuscité. Sa passion est notre récompense, son sang le prix de notre rédemption. Il est monté aux cieux, comme il l'avait promis ; nouvelle promesse que Dieu a tenue. Il a envoyé l'Evangile dans toutes les nations, et c'est pour cela qu'il voulut avoir quatre évangélistes, afin que ce nombre de quatre indiquât l'univers entier, par l'Orient et l'Occident, le Nord et le Midi. Pour cela encore qu'il voulut avoir, douze disciples, afin d'en envoyer trois dans chacune des quatre parties, parce que le monde entier est appelé en la sainte Trinité, au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Encore une promesse qu'il a tenue. Il a donc lancé l'Evangile selon cette prédiction : « Qu'ils sont beaux, les pieds de ceux qui annoncent l'Evangile de paix, qui évangélisent les vrais biens (1) ! Leur voix  s'est répandue par toute la terre, et leurs paroles sur les confins de la terre (2) ». II a donc envoyé comme il l'avait promis. C'est dans toutes les contrées que l'Evangile est écrit. L'Eglise aussi tout d'abord souffrit persécution : c'est une promesse acquittée par Dieu qui avait promis des martyrs. Cite-nous cette promesse : « Précieuse est devant le Seigneur la mort de ses justes (3) ». Que doit-il acquitter encore ? « Tous les rois de la terre se prosterneront en sa présence (4) ». Ils ont cru aussi, ces rois qui, tout d'abord, avaient fait des martyrs par la persécution. Nous voyons donc aussi maintenant des rois qui embrassent la foi. Dieu a donc tenu à ses promesses, au point qu'ils ordonnent maintenant de briser les idoles, ces mêmes rois qui ordonnaient de mettre à mort les chrétiens. Il a fait encore disparaître les idoles, comme il l'avait promis : « Les idoles des nations ne seront point épargnées (5) ». Après l'accomplissement de tant de promesses, pourquoi, mes frères, ne point croire en lui? Dieu est-il donc devenu un débiteur moins solvable ? Quand même il n'aurait rien accompli

 

1. Rom. X, 15.— 2. Ps. XVIII, 4, 5.— 3. Id. CXV, 15. — 4. LXXI, 11.— 5. Sap. XIV, 1.

 

encore, il n'en serait pas moins débiteur solvable, lui qui a créé le ciel et la terre. Car il ne saurait devenir pauvre au point de n'avoir pas de quoi payer, ni tromper, puisqu'il est la vérité, ou bien la puissance de Dieu peut-elle être renversée avant qu'il ait le temps de s'acquitter?

10. Il est juste, mes frères, que l'on croie en Dieu avant qu'il acquitte quoi que ce soit; car il ne saurait ni mentir, ni tromper aucunement. Il est Dieu. Ainsi nos pères ont cru en lui. Ainsi crut en lui Abraham. C'est ainsi que la foi est louable, qu'elle est exemplaire. Il n'avait rien reçu de Dieu encore, et il crut à sa promesse; et nous qui avons déjà tant reçu de lui, nous ne croyons pas. Abraham pouvait-il lui dire : Je croirai en vous parce que vous avez accompli telle promesse que vous m'aviez faite? A la première injonction, il crut sans rien avoir vu s'accomplir de semblable. « Sors de la terre, lui fut-il dit, de ta parenté, et va dans la terre que je te montrerai (1) ». Et il crut à l'instant, quoique Dieu ne lui eût point donné cette terre, mais l'eût réservée à sa postérité, et que promit-il à cette postérité? « En ta postérité seront bénies toutes les nations (2)». Sa postérité c'est le Christ, puisque d'Abraham naquit Isaac, d'Isaac Jacob, de Jacob les douze patriarches, des douze patriarches le peuple juif , du peuple juif la vierge Marie, et de la vierge Marie Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ce même Jésus-Christ Notre-Seigneur est donc la postérité d'Abraham, et la promesse faite à Abraham, nous la voyons accomplie en nous. En « ta postérité, lui fut-il dit, seront bénies toutes les nations ». Voilà ce qu'il crut avant d'avoir rien vu. Il crut sans avoir vu ce qu'on lui promettait. C'est nous qui voyons la promesse qui lui fut faite. Et tout ce qui lui était promis devait s'accomplir. Qu'est-ce que Dieu n'a point accompli ? Il a 'prédit des peines pour cette vie, des peines pour ses saints, ses fidèles, qui en recueilleront le fruit par la patience (3). Il les a prédites, et nous les voyons; nous ployons sous les calamités. Quelles épreuves ne sont point annoncées encore? Gardez-vous de croire, en effet, mes frères, que les malheurs qui nous accablent dans ces temps ne sont point consignés dans les saintes Ecritures. Tout est consigné, et la patience recommandée aux chrétiens, et sur

 

1. Gen. III, 1.— 2. Id. XXII, 18.— 3. Luc, VIII, 15.

 

470

 

tout les biens à venir, parce que sont venus sur nous les maux qui devaient arriver d'après les prédictions. Si les maux prédits n'étaient point arrivés, ils nous rendraient incrédules au sujet des biens; mais les maux sont accomplis pour nous faire croire aux biens de la vie future.

11. Tel est le monde ici-bas; c'est un pressoir qui foule. Mais si tu n'es que le marc impur, tu vas aux cloaques; si tu es l'huile, tu es recueilli dans le vase. Il faut en effet qu'il y ait un pressoir. Voyez plutôt le pressoir et voyez l'huile. Le pressoir foule quelquefois dans le monde; ainsi, c'est la famine, la guerre, la disette, la pauvreté, la mortalité, les pillages, l'avarice, la misère des pauvres, les calamités des villes. C'est tout cela, et nous le voyons. Tout cela est prédit, et nous le voyons s'accomplir. Or, au milieu de ces calamités, nous entendons des hommes qui murmurent et qui disent : Combien de malheurs depuis que le monde est chrétien ! Avant qu'on ne fût chrétien, quelle abondance de richesses ! Nous n'avions pas à subir tant de calamités. C'est le marc sortant du pressoir, et coulant au cloaque. Aussi sa bouche est-elle noire de ses blasphèmes; il n'a nulle beauté, tandis que l'huile a un certain éclat. Nous rencontrons un autre homme qui sort du pressoir, de dessous cette meule qui l'a broyé. S'il est tout disloqué, n'est-ce point l'effet du pressoir ? Après avoir entendu le marc, prêtez l'oreille à l'huile. Grâces au Seigneur ! Que votre nom soit béni, ô mon Dieu ! Tous ces maux dont vous nous accablez étaient prédits. Nous voici dans la certitude que les biens viendront aussi. Quand vous nous redressez ainsi que les méchants, c'est votre volonté qui s'accomplit. Nous trouvons en vous un Père dans vos promesses, un Père encore dans vos châtiments. Redressez-nous, et rendez-nous l'héritage que vous nous avez promis pour la fin. Nous, bénissons votre saint nom, parce que le mensonge ne fut jamais en vous. Toujours vous avez dirigé les événements selon votre prédiction. C'est au milieu de ces bénédictions qui s'échappent du pressoir, que l'huile s'écoule dans les vases. Et toutefois, comme le monde entier n'est qu'un pressoir, on en tire une autre comparaison. De même que c'est dans la fournaise que l'on éprouve l'or et l'argent, de même c'est au feu de la tribulation que le juste est mis à l'épreuve ; et le creuset de l'orfèvre nous fournit cette comparaison. Dans cet étroit creuset, nous trouvons trois choses : le feu, l'or et la paille ; et voilà ce qui nous donne l'image du monde entier. Il y a dans le monde, en effet, et de la paille, et de l'or, et du feu ; de la paille qui est brûlée, du feu qui embrase, de l'or qui est éprouvé. De même, en ce bas monde, on rencontre partout des justes, des impies et la tribulation. Le monde ressemble à la fournaise de l'orfèvre, les justes à l'or, les impies à la paille, et la tribulation au feu qui embrase. Pourrait-on purifier l'or si la paille n'était brûlée ? De là vient que les impies sont réduits en cendres. Ils ne sont que cendres en effet, quand ils blasphèment, quand ils murmurent contre Dieu. Ils sont un or épuré, les justes qui supportent patiemment toutes les calamités de cette vie, qui bénissent le Seigneur au milieu de leurs tribulations, et que Dieu met dans ses trésors comme un or précieux. Car Dieu a des trésors où il met l'or épuré, de même qu'il a des égouts pour jeter les cendres de la paille. Or, il redemande pour lui tout ce qui est en ce monde. Vois ce que tu es, car il faut que le feu vienne. S'il trouve que tu sois de l'or, il épurera en toi les scories; s'il trouve que tu sois de la paille, il te consumera et te réduira en cendres. Choisis le sort que tu veux subir ; car tu ne saurais dire : J'éviterai le feu. Te voilà dans le creuset de l'orfèvre, où le feu viendra nécessairement; et il est plus nécessaire encore que tu y sois, puisque tu ne saurais éviter le feu.

12. Pourquoi donc, mes frères, ne pas croire que la fin du monde arrivera, ainsi que le jour du jugement, afin que chacun de nous reçoive selon ses oeuvres en cette vie, bonnes ou mauvaises ? Quand nous voyons s'accomplir, se manifester, et nous arriver tant de promesses faites, pourquoi, pendant notre vie, ne point choisir le parti qui nous fera vivre toujours? Ainsi, parce que nous avons été négligents, soyons diligents aujourd'hui. Car la négligence ne nous est jamais permise. Tu ne sais ce que demain sera pour toi. Dieu, dans sa patience, nous avertit de redresser et nous et notre vie, si elle a été mauvaise, et de faire un meilleur choix quand il en est temps. Pensez-vous que Dieu dort et ne voit point ceux qui font le mal? En nous enseignant la patience, il nous en donne le (471) premier l'exemple. Or, il trouve un homme qui a fait des progrès, qui ne marche plus comme il marchait, c'est-à-dire dans le mal. Mais cet homme est en butte à la méchanceté d'un ennemi , et il voudrait que Dieu le retirât de ce monde ; et il murmure contre le Seigneur, qui lui laisse ici-bas un ennemi puissant, et ne le délivre point de ses vexations. Cet homme oublie que le Seigneur l'a supporté avec patience, et que, s'il eût usé de sévérité envers lui, il ne serait plus là pour murmurer. Tu demandes à Dieu d'être sévère ? Mais tu as passé, souffre qu'un autre passe aussi. Car tu n'as pas, après ton passage, coupé le pont de la divine miséricorde. Il en est d'autres à passer. Dieu t'a fait bon, de mauvais que tu étais, il veut qu'un autre aussi, de mauvais devienne bon, comme toi-même as changé du mal au bien. Ainsi tous viennent à leur tour. Mais certains refusent de venir, d'autres viennent volontiers. C'est aux premiers que l'Apôtre a dit : « Par votre dureté, par l'impénitence de votre coeur, vous vous amassez un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation a du juste jugement de Dieu qui rendra à chacun selon ses oeuvres (1) ». Et puis, si le méchant veut persévérer dans le mal, au lieu d'être un compagnon pour toi, il sera une occasion d'épreuve. Car s'il est méchant, et toi bon, ta patience à supporter le mal prouve en toi la bonté. Tu recevras donc la couronne de l'épreuve, tandis qu'il subira la peine de sa persévérance dans le mal. Quoi que fasse le Seigneur, attendons avec patience sa paternelle correction. Il est père, en effet, il est bienveillant, il est miséricordieux. Qu'il laisse nos jours s'écouler en paix, c'est alors que, pour notre malheur, il s'irrite contre nous.

13. Voyez, mes frères, jetez un coup d'oeil sur ces amphitéâtres qui s'écroulent aujourd'hui. La luxure les a construits. Pensez-vous, en effet, qu'ils soient l'oeuvre de la piété ? Non, ils ne sont l'oeuvre que de la luxure des hommes impies. Or, ne voulez-vous point que s'écroulent un jour les édifices de la luxure et que s'élèvent les édifices de la piété? Quand on construisait ces monuments, Dieu permit qu'un jour les hommes reconnussent les désordres qu'ils commettaient. Mais comme ils ne les voulurent point reconnaître, Notre-Seigneur Jésus-Christ est venu, a commencé

 

1. Rom. II, 5.

 

à prêcher leurs désordres , à détruire ce qu'ils avaient de plus cher, et les voilà qui disent : Les temps sont mauvais depuis le christianisme. Pourquoi ? Parce que l'on détruit sous tes yeux ce qui te faisait mourir. Mais, nous disent-ils, on regorgeait de biens, quand se donnaient ces spectacles. Sans doute, et c'est de là que venaient ces grands biens. Si donc tu reconnais que Dieu t'a donné un jour cette abondance dont tu as fait mauvais usage, usage de perdition, comprends que cette abondance t'a conduit à la mollesse et à la perte de ton âme. Alors est venu le Père qui a dit avec sévérité: Voilà un enfant indiscipliné. Je lui ai confié tel ou tel bien , comment donc a-t-il perdu l'un et l'autre ? Si nous-mêmes nous ne confions aucune semence à la terre, qu'elle ne soit bien préparée, de peur que cette semence ne vienne à se perdre, comment voulez-vous que Dieu nous donne ses biens en abondance, quand nous sommes insubordonnés au point de négliger notre vie, quand cette abondance deviendrait une source d'abus, et ne voulez-vous pas que Dieu arrête les hommes sur la pente de la perdition. Mes frères, Dieu est médecin, et il sait nous enlever un membre gangréné, de peur que le mal ne gagne les autres. Il faut couper ce doigt, dit-il; car un doigt de moins est mieux que tout le corps s'en allant en pourriture. Si le médecin, qui est un homme, en agit ainsi d'après son art, si l'art médical retranche quelque partie des membres , pour empêcher la gangrène de tout envahir, pourquoi Dieu n'amputerait-il pas chez les hommes ce qu'il connaît de gangréné, pour les faire arriver au salut?

14. Loin de nous donc, mes frères, cet ennui pour la main sévère de Dieu, de peur qu'il ne nous laisse et que nous ne périssions éternellement; demandons-lui plutôt qu'il tempère les châtiments, qu'il les proportionne de manière que nous ne succombions point, demandons-lui qu'il nous redresse pour notre salut, qu'il mesure l'épreuve, et nous rende ensuite ce qu'il a promis à ses saints. Voyez ce qu'a dit l'Ecriture : « Le pécheur a irrité le Seigneur, et dans sa grande colère il n'en tirera point vengeance (1).» Qu'est-ce à dire, qu' « il n'en tirera pas vengeance dans sa colère? » C'est-à-dire que telle est sa colère, qu'il ne recherchera point ses fautes, mais qu'il

 

1. Ps. X, 4.

 

 

472

 

le laissera périr éternellement. Si donc négliger le châtiment est l'effet d'une grande colère, nous exercer est l'effet de sa miséricorde. Or, il nous exerce , quand il nous châtie, quand il attire à lui notre coeur par l'affliction. Tenons donc à ce salut qu'il nous présente, et ne fuyons point ses châtiments. Tels sont les enseignements et les avertissements qu'il nous donne, c'est en cela même qu'il nous affermit. Lui, Fils de Dieu, qui est venu ici-bas nous consoler, quelle prospérité, dites-moi, a-t-il goûtée ici-bas? Il est, à n'en pas douter, le Fils de Dieu, Verbe de Dieu, par qui tout a été fait. Or, quelle prospérité at-il goûtée en cette vie? N'est-ce point lui qui, en chassant les démons, entendait résonner à ses oreilles cette injure : « Vous êtes possédé du démon (1) ». Oui, au Fils de Dieu qui chassait les démons, les Juifs disaient: « Vous êtes possédé du démon ». Ils valaient mieux que les Juifs, ces démons qui confessaient qu'il était le Messie (2). Ils faisaient du moins cette confession que les Juifs ne faisaient point. Or, telle était sa patience, telle était sa grandeur, telle était sa puissance, qu'il endurait toutes ces injures. Il fut flagellé et outragé, sa face fut meurtrie de soufflets, couverte de crachats, il fut couronné d'épines, tourné en dérision, insulté, enfin suspendu à

 

1. Jean, VII, 20.— 2. Luc, IV, 41.

 

la croix, puis enseveli. Tout cela, le Fils de Dieu l'a enduré. S'il en est ainsi du Maître, à combien plus forte raison du disciple? Ainsi de celui qui nous a créés, à combien plus forte raison de sa créature? Lui qui nous a légué la patience afin de nous donner l'exemple. Pourquoi manquer de patience, comme si nous avions perdu notre chef qui nous a précédé au ciel? Mais ce chef ne nous a précédé au ciel que pour nous dire en quelque sorte : C'est là, là qu'il vous faut venir par la douleur et la patience. Telle est la voie que j'ouvre devant vous. Mais où conduit cette voie par laquelle vous me voyez monter? Au ciel. Refuser de prendre cette voie, c'est refuser d'aller au ciel. Quiconque veut venir à moi, doit y venir par le chemin que j'ai enseigné, et vous ne pouvez y :arriver que par le chemin des chagrins, des douleurs, des tribulations, des angoisses. C'est par là que tu arriveras au repos qui ne t'est point refusé. Mais si tu aspires à ce repos qui est pour un temps, si tu veux t'éloigner de la voie du Christ, considère les tourments de ce riche qui était torturé dans les enfers, et qui, en recherchant le repos d'ici-bas, trouva les peines éternelles. Mes frères bien-aimés, choisissons la vie pénible qui doit aboutir au repos sans fin. Tournons-nous du côté du Seigneur, etc.

 

 

 

VINGT-CINQUIÈME SERMON. SUR CES PAROLES DE L'ÉVANGILE [MATTH. XII, 41-50] : « IL Y A ICI PLUS QUE JONAS, ETC. (1) »

 

ANALYSE.— 1. Les Juifs pires que les Ninivites, et la reine de Saba.— 2. Comment le dernier état de l’homme délivré du démon devient-il pire que le premier.— 3. Le Christ enseigne aux parents à n'empêcher point les enfants en fait de bonnes oeuvres.— 4. Le. Christ en naissant a fait honneur aux deux sexes, de là le devoir des enfants.— 5. Réfutation des Manichéens qui soutiennent que le Christ n'eut point de mère.— 6. Preuve contre les Manichéens que le Christ eut une mère.— 7. De là, excellence de la vierge Marie.— 8. Comment le chrétien peut-il devenir mère du Christ.

 

1. Si nous voulions reprendre en détail, mes frères bien-aimés, tout ce qu'on vient de

nous dire dans l'Evangile, c'est à peine si notre temps suffirait pour chacun des Points,

 

(1) On lit dans le Codex, fol. 89 : . Mercredi de la première semaine de Carême, sermon de saint Augustin, évêque, contre les Manichéens.. Il dispute contre eux, dans la dernière partie, avec une grande subtilité. Dans la première, sur l'aveuglement des Juifs, sur les pécheurs récidifs, sur les devoirs des parents et des enfants.

 

473

 

et dès lors il sera loin de nous suffire pour tous. Le Sauveur lui-même veut bien nous montrer que, dans le Prophète Jonas qui fut jeté dans la mer, qu'un monstre marin reçut dans ses entrailles et vomit le troisième jour, il y avait- une figure du Sauveur, qui souffrit et qui ressuscita le troisième jour. Le Seigneur accusait les Juifs en les comparant aux Ninivites, car ces Ninivites auxquels Jonas fut envoyé pour les réprimander, apaisèrent la colère de Dieu par la pénitence et méritèrent qu'il les prit en pitié. « Or », dit le Sauveur, « il y a ici plus que Jonas (1) », voulant nous faire comprendre que c'est lui, le Christ et le Seigneur. Les Ninivites écoutèrent le serviteur et redressèrent leurs voies ; tandis que les Juifs entendirent le Maître, et non-seulement ils ne redressèrent point leurs voies, mais ils le mirent à mort. « La reine du Midi s'élèvera au jugement contre cette génération, pour la condamner », dit le Sauveur. « Car elle vint des confins de la terre, pour entendre la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon (2)». Ce n'était point s'élever pour le Christ, que se mettre au-dessus de Jonas, au-dessus de Salomon; car il était le maître, tandis que ceux-ci n'étaient que les serviteurs. Et toutefois, quels sont ces hommes qui ont méprisé le Seigneur présent sous leurs yeux, quand des étrangers ont obéi à ses serviteurs !

2. Nous lisons ensuite : « Quand l'esprit immonde sort d'un homme, il erre dans les lieux arides, cherchant le repos, et il ne le trouve pas; et il dit: Je reviendrai dans ma maison d'où je suis sorti; et, revenant, il la trouve vide, nettoyée et ornée. Alors il va et prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui, et entrant, ils y habitent, et le dernier état de cet homme devient pire que le premier, et ainsi en sera-t-il de cette génération criminelle (3) ». Il nous faudrait un long discours pour exposer ce passage convenablement. Nous en dirons néanmoins quelques mots avec le secours de Dieu, afin de ne point vous laisser sans quelque idée de ces paroles. Quand on nous remet nos péchés par les sacrements, on nettoie la maison; mais il est nécessaire que le Saint-Esprit la vienne habiter. Or, le Saint-Esprit n'habite que chez les humbles de coeur. Car le Seigneur a dit: «En qui repose mon Esprit? »Et il fait cette réponse: « Sur l'homme humble,

 

1. Matth. XII, 41.— 2. Ibid. 42.— 3. Ibid. 43-45.

 

sur l'homme calme, sur l'homme qui redoute ma parole (1)». Que l'Esprit-Saint habite en nous, en effet, et alors il nous absorbe, nous redresse, nous conduit, nous arrête dans le mal, nous excite au bien, nous fait goûter les charmes de la justice à ce point que l'homme fait le bien par amour pour le bien et non par la crainte du châtiment. Or, agir ainsi par lui-même, l'homme ne le trouve point dans sa nature; mais que le Saint-Esprit habite en lui, il l'aide à faire toutes sortes de bien. Que l'orgueilleux, au contraire, après la rémission de ses péchés, compte pour faire le bien sur l'unique impulsion de sa bonne volonté, son orgueil éloigne de lui l'Esprit-Saint, et alors il est une demeure purifiée des péchés, mais vide de tout bien. Tes péchés te sont remis, il n'y a plus aucun mal en toi, mais il n'y a que le Saint-Esprit seul qui te puisse remplir de biens; et ton orgueil l'éloigne de toi, ta présomption le force à t'abandonner. Ta confiance en toi te livre à toi-même. Mais cette convoitise qui te rendait mauvais et que tu as expulsée de toi-même ou de ton âme, lorsque tes péchés ont été remis, erre dans les lieux arides, cherchant le repos et ne le trouvant point, cette convoitise revient à la maison, qu'elle trouve nettoyée, « elle amène avec elle sept autres esprits plus méchants qu'elle-même, et le  dernier état de cet homme devient pire que le premier ». « Elle amène sept autres esprits avec elle ». Que signifient ces « sept autres? » L'esprit immonde est-il septénaire à son tour? Qu'est-ce que cela signifie? Le nombre sept exprime l'universalité : il était parti entièrement, il est entièrement revenu, et plût à Dieu qu'il pût revenir seul ! Qu'est-ce à dire, qu' « il amène avec lui sept autres esprits? » C'est-à-dire des esprits que le méchant n'avait point dans ses désordres, et qu'il aura, quand il ne sera bon qu'en apparence. Prêtez-moi toute votre attention, dont j'ai besoin pour vous expliquer ma pensée autant que je le puis avec le secours de Dieu. Il y a sept actes du Saint-Esprit tel qu'on nous le prêche; il est pour nous « l'Esprit de sagesse et d'intelligence, de conseil et de force, de science, de piété et de crainte de Dieu (2) ». Or, à ce nombre septénaire du bien, opposez sept actes mauvais: l'esprit de folie et d'erreur, l'esprit de témérité et de lâcheté, l'esprit

 

1. Isaï. LXVI, 2.— 2. Id. XI, 2, 3.

 

474

 

d'ignorance et d'impiété, et l'esprit d'orgueil opposé à l'esprit de crainte de Dieu. Voilà les sept esprits du mal. Quels soit les sept autres pires. Nous retrouvons les sept autres pires dans l'hypocrisie. C'est un mauvais esprit que l'esprit de folie, il a son pire dans la sagesse simulée. L'esprit d'erreur est mauvais, la vérité simulée est pire. L'esprit de témérité est mauvais, le conseil simulé est pire encore ; l'esprit de paresse est un mal, le courage simulé est pire encore ; l'esprit d'ignorance est un mal, une science simulée est pire encore; l'esprit d'impiété est un mal, la piété simulée est pire encore ; l'esprit d'orgueil est un mal, la crainte simulée est pire encore. En supporter sept était difficile; mais quatorze, qui le pourra? Dès lorsque la vérité simulée vient s'ajouter à la malice, il est nécessaire que le dernier état de cet homme devienne pire que le premier.

3. « Comme il parlait ainsi devant la foule  (je cite l'Evangile), sa mère et ses frères étaient au dehors, cherchant à lui parler. Quelqu'un lui dit: Voilà votre mère et vos frères qui sont dehors et qui désirent parler avec vous. Et lui : Qui est ma mère et qui sont mes frères? Puis, étendant la main sur ses disciples, il dit: Voici ma mère et mes frères. Car, quiconque fera la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mou frère, est ma soeur, est ma mère (1) » . C'est à ceci que je voudrais me borner, mais pour n'avoir pas voulu laisser ce qui précède, j'y ai donné, je le sens, une assez grande part de mon temps. Ce que j'entreprends maintenant a bien des faux-fuyants, bien des difficultés, comment Notre-Seigneur Jésus-Christ a pu, dans sa piété filiale, mépriser sa mère, non telle ou telle mère, mais une mère vierge, et une mère d'autant plus vierge qu'il lui avait apporté la fécondité sans effleurer son intégrité, une mère qui concevait dans sa virginité, qui enfantait dans sa virginité, qui demeurait dans une perpétuelle virginité. Ce fut cette mère qu'il méprisa, de peur que l'affection maternelle ne lui fût un obstacle dans l'œuvre qu'il accomplissait. Quelle était cette oeuvre? Il parlait aux populations, détruisait le vieil homme, faisait naître l'homme nouveau, délivrait les âmes, déliait ceux qui étaient enchaînés, éclairait les esprits aveugles, faisait le bien, et, dans l'accomplissement du bien,

 

1. Matth. XII, 46-50.

 

apportait le feu de son action et de sa parole. Ce fut alors qu'on lui fit part d'une affection charnelle. Vous avez entendu sa réponse, à quoi bon la répéter? Que les mères l'entendent, et que leur affection charnelle ne soit point un obstacle aux bonnes oeuvres de leurs enfants. Apporter de tels obstacles, entraver des actions saintes, au point de les interrompre, c'est mériter le mépris de leurs fils. Et quand le Christ ne. prend point garde à la vierge Marie, que sera-ce d'une mère, mariée ou veuve, qui s'irrite contre son fils qui s'adonne au bien de toute son âme, et qui dès lors né prend point garde à l'arrivée de sa mère? Mais, direz-vous Est-ce que vous comparez mon fils au Christ? Je ne le compare point au Christ, ni vous à Marie. Le Seigneur, sans condamner l'affection maternelle, nous a donné en lui-même un grand exemple du peu d'obstacle que doit être une mère dans l'œuvre de Dieu; sa parole était un enseignement, le peu de cas qu'il faisait un enseignement, et il a daigné faire peu attention à sa mère, afin de t'apprendre à ne pas t'arrêter à ton père et à ta mère, quand il s'agit de travailler pour Dieu.

4. Sans doute Notre-Seigneur Jésus-Christ ne pouvait devenir homme sans une mère, lui qui l'a bien pu sans un père. S'il fallait, ou plutôt parce qu'il fallait que celui qui a fait l'homme devint homme, à cause de l'homme lui-même, considérez bien attentivement comment il fit le premier homme. Le premier homme fut fait sans père et sans mère. Or, les dispositions que Dieu a pu prendre tout d'abord pour établir la race humaine, n'aurait-il pu ensuite se les appliquer à lui-même quand il s'agit de réparer cette race des hommes? Etait-ce donc une difficulté pour la sagesse de Dieu, pour le Verbe de Dieu, pour la vertu de Dieu, pour le Fils unique de Dieu, était-ce une difficulté de prendre quelque part, à son gré, cet homme qu'il devait s'adapter à lui-même? Les anges sont devenus des hommes, pour communiquer avec les hommes. Abraham donna un festin à des anges, et les invita comme s'ils eussent été des hommes, et non-seulement il les vit, mais il les toucha, puisqu'il leur lava les pieds (1). Or, tout ce que firent alors les anges n'était-ce donc que des jeux fantastiques? Si donc un ange a pu, à son gré, prendre une forme humaine, et forme

 

1. Gen, XVIII.

 

475

 

réelle, le Maître des anges ne pouvait-il pas prendre où il voulait cet homme qu'il devait s'unir? Toutefois, il ne voulut point avoir un homme pour père, ni venir parmi les hommes, par le moyen de la convoitise charnelle; mais il voulut avoir une mère, afin qu'en ne s'arrêtant point à cette mère, quand il faisait l'œuvre de Dieu, il donnât l'exemple aux hommes. Il voulut choisir pour lui le sexe de l'homme, et néanmoins honorer dans sa mère le sexe de la femme. Car au commencement ce fut la femme qui commit le péché et qui le fit commettre à l'homme (1). Chacun des deux époux fut trompé par la ruse du diable. Que le Christ se soit fait homme, sans avoir relevé en honneur le sexe féminin, les femmes désespéreraient d'elles-mêmes, surtout que c'est par la femme que l'homme est tombé. Il a donc voulu honorer l'un et l'autre sexe, les relever, les consacrer en lui-même. Il est né d'une femme. Ne désespérez point, ô hommes, puisque le Christ a daigné se faire homme. Ne désespérez point, ô femmes, puisque le Christ a daigné prendre une femme pour mère. Que chacun des deux sexes ait sa part dans le salut du Christ. Que l'homme y vienne, que la femme y vienne aussi. Car dans la foi il n'y a ni homme ni femme (2). Donc le Christ t'enseigne tout â la fois et à mépriser tes parents, et à aimer tes parents. C'est aimer ses parents avec le dévouement qui convient, que ne point les préférer à Dieu. « Celui qui aime son père et sa mère plus que moi, n'est pas digne de moi (3) ». Ce sont les paroles du Seigneur, et ces paroles semblent nous dissuader d'aimer, ou plutôt, si l'on y fait attention, elles nous avertissent d'aimer nos parents. Le Seigneur aurait pu dire: Celui qui aime son père ou sa mère n'est pas digne de moi. Or, il n'a point tenu ce langage, pour ne point parler contre la loi; car c'est lui qui a donné la loi par Moïse, son serviteur, loi qui porte : « Honore ton père et ta mère (4) ». Il n'a point proclamé une loi contraire, mais il a recommandé celle-ci, en y réglant la piété filiale sans la détruire. « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi ». Qu'il les aime donc, mais non plus que moi. Dieu est Dieu, et l'homme est homme. Aime tes parents, obéis à tes parents, honore tes parents; mais si Dieu t'appelle à de plus hauts desseins

 

1. Gen. III.— 2. Galat. III, 28.— 3. Matth. X, 37. — 4. Exod. XX,12; Deut. V, 16.

 

où l'amour des parents puisse être un obstacle, observe l'ordre et ne renverse pas la charité.

5. Or, dans cette doctrine si vraie de Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur, qui croirait que les Manichéens sont allés chercher ces assertions calomnieuses par lesquelles ils voudraient nous enseigner que Notre-Seigneur Jésus-Christ n'eut point de mère. Dans leur sagesse, ou plutôt dans leur folie, ils nous disent que le Seigneur Jésus n'eut point de mère dans la race de l'homme, et cela contrairement à l'Évangile, contre la vérité la plus éclatante. Et voyez d'où ils tirent leur argumentation. Voilà, disent-ils, que lui-même l'a enseigné. Que dit-il? « Qui est ma mère, et qui sont mes frères (1) ? » Le voilà qui nie, et ce qu'il nie, tu veux nous forcer à le croire. Lui-même dit : « Qui est ma mère et qui sont mes frères? » et tu viens nous dire : Il a une mère. O insensé, ô misérable, ô détestable disputeur ! Réponds-moi: d'où sais-tu que le Seigneur a dit : « Qui est ma mère et qui sont mes frères? » Tu prétends que le Christ n'eut point de mère, et cette prétention, tu veux l'appuyer sur cette parole : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères? » Qu'un autre s'en vienne et te dise que le Seigneur n'a point tenu ce langage, comment pourras-tu l'en convaincre? Réponds, si tu le peux, à celui qui viendra nier cette parole du Christ. Ton arme pour le convaincre doit te convaincre toi-même. Est-ce bien le Christ qui t'a soufflé à l'oreille qu'il a tenu ce langage? Réponds, afin d'être convaincu par ta propre bouche. Réponds, afin de me convaincre que le Christ a tenu ce langage. Je sais ce que tu vas dire. Je prendrai son livre, j'ouvrirai l'Évangile, et je réciterai ses paroles consignées dans l'Évangile. C'est bien, très-bien ! C'est avec l'Évangile que je te tiendrai, avec l'Évangile que je vais t'enlacer, avec l'Évangile que je vais t'étouffer. Récite dans l'Évangile ce que tu crois en ta faveur. Ouvre et lis : « Qui est ma mère? » Tu verras plus haut ce qui te fait parler de la sorte. Quelqu'un lui vint dire : « Voilà votre mère et vos frères qui se tiennent dehors (2) ». Je ne te presse pas encore, je ne te tiens pas, je ne t'étouffe pas encore , puisque tu peux dire que c'était là une assertion fausse, contraire à la vérité, mensongère, et que dès lors le Seigneur la réfuta,

 

1. Matth. XIV, 48.— 2. Ibid. 47.

 

 

476

 

puisque à cette nouvelle il répondit « Qui est ma mère? » comme s'il disait: Tu viens me dire que ma mère est dehors, et moi je te réponds : « Qui est ma mère?» Auquel devons-nous croire ? A celui qui donne cette nouvelle, ou au Christ qui n'accepte pas ce qu'il semblait dire? Ecoute-moi bien, encore une question, seulement fixe-toi à l’Evangile, et ne jette point le livre derrière toi. Tiens l'Evangile, acceptes-en l'autorité, autrement tu ne pourras plus me prouver que le Seigneur a dit : « Qui est ma mère ? » Et quand tu auras reconnu l'autorité de l'Evangile, écoute ma question. Tout à l'heure, je te demandais d'où sais-tu que le Christ a dit: « Qui est ma mère? » Qu'est-ce qui prouve cette question ? Quelqu'un vient dire au Christ : Votre mère est dehors. Mais avant la parole de cet homme, ou plutôt pour le faire parler ainsi, qu'est-ce qui précède? Lis bien, je t'en prie. On dirait que tu crains de lire. « Le Seigneur répondit et dit ».  Qui est-ce qui parle ici? Je ne dis point qui est-ce qui dit : « Qui est ma mère ? » car tu me répondras : C'est le Seigneur; mais bien qui est-ce qui dit : « Le Seigneur répondit ». Tu es forcé de répondre que c'est l'Evangéliste. Or, cet Evangéliste a-t-il dit vrai ou non? Tu ne sauras échapper, il te faut dire qu'il a dit vrai ou faux. Cette parole de l'Evangéliste : « Le Seigneur répondit et lui dit » est-elle vraie ou non ? Si tu me dis que cette assertion de l'Evangéliste, que le Seigneur répondit, est une assertion fausse; d'où sais-tu que le Seigneur dit : « Qui est ma mère ? » Mais si tu nous affirmes que cette parole: « Qui est ma mère » est vraiment du Sauveur, par cela seul que l'Evangéliste le lui attribue, tu ne saurais affirmer que le Seigneur a tenu ce langage sans croire à l'Evangéliste. Mais si tu crois à l'Evangéliste, et si tu ne saurais rien affirmer sans croire à l'Evangéliste, lis aussi ce que cet Evangéliste a dit plus haut.

6. Combien je dois t'impatienter ! Combien je te tiens en suspens ! C'est mon avantage pour te vaincre plus tôt. Vois, considère et lis. Tu ne voudrais pas, je crois. Donne le livre et je lirai : « Comme il parlait ainsi à la foule ». Qui tient ce langage? L'Evangéliste, et si tu ne crois pas à l'Evangéliste, alors le Christ n'a rien dit. Si le Christ n'a rien dit, il n'a pas dit : « Qui est ma mère? » mais s'il a dit : « Qui est ma mère? » ce qu'a écrit l'Evangéliste est selon la vérité. Ecoute ce qu'il a dit auparavant : « Comme il parlait ainsi à la foule, sa mère et ses frères se tenaient au dehors, cherchant à lui parler ». Cet homme n'a rien annoncé encore d'où tu puisses l'accuser de mensonge. Vois ce qu'il a dit, vois ce que l'Evangéliste a écrit plus haut : « Comme le Seigneur parlait ainsi a à la foule, sa mère et ses frères se tenaient dehors ». Qui parle ainsi ? L'Evangéliste, que tu en crois quant à cette parole du Seigneur : « Qui est ma mère? » Mais si tu ne crois pas les paroles précédentes, aussi bien que ces dernières, alors le Seigneur n'a donc point dit: « Qui est ma mère?» Mais le Seigneur a vraiment dit : « Qui est ma mère ? » Crois donc à celui qui attribue au Seigneur cette parole : « Qui est ma mère? » Celui qui attribue au Seigneur cette parole : « Qui est ma mère? » a dit aussi : « Comme il parlait de la sorte, sa mère se tenait au dehors ». Pourquoi donc a-t-il nié qu'elle fût sa mère. Loin de là! comprends bien. Sans renier sa mère, il lui préféra l'œuvre qu'il faisait. Il ne nous reste plus qu'à chercher pourquoi le Seigneur a dit : « Qui est ma mère ? » Voyons d'abord ce qu'on lui rapportait, pour dire : « Qui est ma mère ? » On lui disait qu'elle était là dehors, et voulait lui parler. Réponds-moi, d'où sais-tu cela? L'Evangéliste le rapporte, et si je ne l'en crois point, le Seigneur n'a rien dit. Donc il avait une mère; mais que veut dire : « Qui est ma mère ? » Dans l'oeuvre que j'accomplis, qu'est-ce que ma mère? Qu'un homme qui a un père, soit exposé au danger, et dis-lui : Que ton père te délivre, quand surtout il sait que ce père ne pourrait délivrer son fils, ne répondra-t-il point en toute vérité et sans offenser la piété filiale : « Qu'est-ce que mon père? » Dans l'oeuvre que j'entreprends, et pour le besoin que je ressens, qu'est-ce que mon père? Or, pour l'oeuvre du Christ qui délivrait les captifs,,qui rendait la lumière aux aveugles, qui édifiait l'homme intérieur, qui se construisait un temple spirituel, qu'était-ce que sa mère? Mais si tu veux en conclure qu'il n'avait point de mère ici-bas , parce qu'il dit : Qui est ma mère? les disciples, à leur tour, n'auront point de père en cette vie, puisque le Seigneur leur dit : « Ne dites point que vous avez un père sur la terre ». Ce sont là les paroles du Seigneur : « N'appelez personne (477) votre père ; vous n'avez qu'un seul père qui est Dieu (1) ». Non pas qu'ils n'aient point de pères, mais quand il s'agit de la régénération, cherchons un père dans le sens de la régénération, et sans condamner celui qui nous a engendrés, préférons-lui celui qui nous a régénérés.

7. Mais considérez bien ceci, mes frères bien-aimés, considérez, je vous en supplie, ce que dit Notre-Seigneur Jésus-Christ en étendant la main sur ses disciples : « Voici ma mère, voici mes frères. Et celui qui fera la volonté de mon Père qui m'a envoyé, celui-là est mon frère, ma soeur et ma mère ». N'a-t-elle point fait la volonté du Père, cette vierge Marie qui a cru, qui a conçu par la foi, qui a été choisie, afin que d'elle le salut vînt aux hommes; qui a été créée par le Christ avant que le Christ fût créé en elle ? Oui, Marie qui est sainte a fait la volonté du Père, et dès lors il est plus glorieux pour Marie d'avoir été disciple du Christ que mère du Christ, plus heureux pour Marie d'avoir été disciple du Christ que mère du Christ. Marie était donc bienheureuse de porter le Maître dans son coeur avant de le mettre au monde. Vois si je ne dis point la vérité. Comme le Seigneur venait à passer avec la foule qui le suivait, et faisait des oeuvres divines, une femme s'écria : « Bienheureux le sein qui vous a porté ! bienheureuses les entrailles qui vous ont porté (2) ! » Et le Seigneur, pour qu'on ne recherchât point la félicité dans ce qui est charnel, que répondit-il ! « Bien plus heureux ceux qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique (3) ». Le bonheur de Marie vient donc de ce qu'elle a entendu et mis en pratique la parole de Dieu. Son âme a plus gardé la vérité que ses entrailles n'ont gardé la chair. Car le Christ est vérité, comme le Christ est chair. A l'âme de Marie le Christ vérité , aux entrailles de Marie le Christ fait chair. Car ce qui est dans l'âme est bien supérieur à ce que renferment les entrailles. Marie est donc sainte, Marie est bienheureuse, mais l'Eglise est supérieure à Marie. Pourquoi? Parce que Marie est une portion de l'Eglise, un membre saint, membre excellent, membre suréminent, mais pourtant membre du

 

1. Matth. XXIII, 9.

2. Cette citation est-elle bien de saint Augustin ?

3. Luc, XI, 27, 28.

 

corps entier. Mais si elle fait partie du corps entier, assurément ce corps entier est supérieur à un membre. C'est le Seigneur qui est la tête, et la tête et le corps forment tout le Christ. Que dirai-je? Nous avons une tête divine, et Dieu est notre tête.

8. Donc, mes frères bien-aimés, écoutez encore. Vous êtes les membres du Christ, le corps du Christ. Considérez comment vous êtes ce qui est dit ici : « Voilà ma mère et mes frères ». Comment serez-vous la mère du Christ? « Quiconque entend, et quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans le ciel, celui-là est mon frère, ma soeur, ma mère (1) ». Frères, je comprends, soeurs, je comprends encore; car il n'y a qu'un seul héritage, et dans sa miséricorde, le Christ Fils unique du Père ne voulut point être seul à partager l'héritage de son Père, il voulut nous faire ses cohéritiers. Tel est en effet l'héritage, que le grand nombre des héritiers ne saurait le diminuer. Je comprends dès lors que nous sommes les frères du Christ et que les soeurs du Christ seront les femmes saintes et fidèles; comment pourrons-nous comprendre les mères du Christ? Quoi donc! Oser nous dire mères du Christ? Eh bien! oui, mères du Christ, j'oserai le dire. Je dirai que vous êtes ses frères, et je n'oserais dire sa mère ? Mais j'oserai bien moins encore nier ce que le Christ a dit lui-même. Voyez donc, mes bien-aimés, voyez comment l'Eglise est l'épouse du Christ, ce qui est évident; de même elle est mère du Christ, ce qui nous paraît plus difficile à comprendre et n'en est pas moins vrai. La vierge Marie a été d'avance le type de l'Eglise. Or, je vous le demande, comment Marie est-elle mère du Christ, sinon parce qu'elle a enfanté les membres du Christ? Maintenant, qui vous a enfantés? J'entends le cri de votre coeur Notre mère la sainte Eglise. Semblable à Marie, cette mère sainte et glorieuse enfante et demeure vierge. Qu'elle enfante, je le prouve par vous-mêmes. C'est d'elle que vous êtes nés, et dès lors elle enfante le Christ, puisque vous êtes membres du Christ. J'ai prouvé qu'elle enfante, je prouverai qu'elle est vierge. Je ne suis point dépourvu de divins témoignages, ils ne me font pas défaut. Viens parler à mon peuple, 8 bienheureux Paul. Sois le garant de mon assertion. Crie

 

1. Matth. XII, 49, 50.

 

 

478

 

bien haut, et dis ce que je veux dire: « Je a vous ai fiancés à cet unique époux Jésus-Christ, pour vous présenter à lui comme une vierge pure (1) ». Où est donc cette virginité? Où redoute-t-on jusqu'à l'ombre de la corruption? Qu'il réponde, celui qui a proféré ce nom de vierge. « Je vous ai fiancés à cet a unique époux Jésus-Christ, pour vous présenter à lui comme une vierge pure. Mais je crains que, comme Eve fut séduite par les artifices du serpent, vos esprits de même ne se corrompent et ne dégénèrent de la chasteté qui est selon Jésus-Christ ». Gardez dans vos esprits la virginité d'esprit. La virginité de la foi catholique, c'est son intégrité. Où Eve se

 

1. II Cor. XI, 2.

 

laissa séduire à la parole du serpent, l'Eglise catholique doit être vierge parle don du Tout-Puissant. Que les membres du Christ enfantent dès lors par l'esprit, comme les entrailles virginales de Marie enfantèrent le Christ, et vous serez par là mères du Christ. Cette oeuvre n'est point trop éloignée de vous, n'est point au-dessus de vous, n'a rien d'incompatible avec vous. Vous avez été des fils, soyez aussi des mères; fils de la mère quand vous avez été baptisés, alors vous êtes nés membres du Christ. Amenez au bain du baptême ceux que vous pourrez amener; et de même que vous avez été des fils en naissant, vous serez des mères du Christ, en donnant naissance à d'autres.

 

 

Haut du document

 

Précédente Accueil Suivante