TRAITÉ CVII
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
TRAITÉ I
TRAITÉ II
TRAITÉ III
TRAITÉ IV
TRAITÉ V
TRAITÉ VI
TRAITÉ VII
TRAITÉ VIII
TRAITÉ IX
TRAITÉ X
TRAITÉ XI
TRAITÉ XII
TRAITÉ XIII
TRAITÉ XIV
TRAITÉ XV
TRAITÉ XVI
TRAITÉ XVII
TRAITÉ XVIII
TRAITÉ XIX
TRAITÉ XX
TRAITÉ XXI
TRAITÉ XXII
TRAITÉ XXIII
TRAITÉ XXIV
TRAITÉ XXV
TRAITÉ XXVI
TRAITÉ XXVII
TRAITÉ XXVIII
TRAITÉ XXIX
TRAITÉ XXX
TRAITÉ XXXI
TRAITÉ XXXII
TRAITÉ XXXIII
TRAITÉ XXXIV
TRAITÉ XXXV
TRAITÉ XXXVI
TRAITÉ XXXVII
TRAITÉ XXXVIII
TRAITÉ XXXIX
TRAITÉ XL
TRAITÉ XLI
TRAITÉ XLII
TRAITÉ XLIII
TRAITÉ XLIV
TRAITÉ XLV
TRAITÉ XLVI
TRAITÉ XLVII
TRAITÉ XLVIII
TRAITÉ XLIX
TRAITÉ L
TRAITÉ LI
TRAITÉ LII
TRAITÉ LIII
TRAITÉ LIV
TRAITÉ LV
TRAITÉ LVI
TRAITÉ LVII
TRAITÉ LVIII
TRAITÉ LIX
TRAITÉ LX
TRAITÉ LXI
TRAITÉ LXII
TRAITÉ LXIII
TRAITÉ LXIV
TRAITÉ LXV
TRAITÉ LXVI
TRAITÉ LXVII
TRAITÉ LXVIII
TRAITÉ LXIX
TRAITÉ LXX
TRAITÉ LXXI
TRAITÉ LXXII
TRAITÉ LXXIII
TRAITÉ LXXIV
TRAITÉ LXXV
TRAITÉ LXXVI
TRAITÉ LXXVII
TRAITÉ LXXVIII
TRAITÉ LXXIX
TRAITÉ LXXX
TRAITÉ LXXXI
TRAITÉ LXXXII
TRAITÉ LXXXIII
TRAITÉ LXXXIV
TRAITÉ LXXXV
TRAITÉ LXXXVI
TRAITÉ LXXXVII
TRAITÉ LXXXVIII
TRAITÉ LXXXIX
TRAITÉ XC
TRAITÉ XCI
TRAITÉ XCII
TRAITÉ XCIII
TRAITÉ XCIV
TRAITÉ XCV
TRAITÉ XCVI
TRAITÉ XCVII
TRAITÉ XCVIII
TRAITÉ XCIX
TRAITÉ C
TRAITÉ CI
TRAITÉ CII
TRAITÉ CIII
TRAITÉ CIV
TRAITÉ CV
TRAITÉ CVI
TRAITÉ CVII
TRAITÉ CVIII
TRAITÉ CIX
TRAITÉ CX
TRAITÉ CXI
TRAITÉ CXII
TRAITÉ CXIII
TRAITÉ CXIV
TRAITÉ CXV
TRAITÉ CXVI
TRAITÉ CXVII
TRAITÉ CXVIII
TRAITÉ CXIX
TRAITÉ CXX
TRAITÉ CXXI
TRAITÉ CXXII
TRAITÉ CXXIII
TRAITÉ CXXIV

101

 

CENT-SEPTIÈME TRAITÉ.

DEPUIS CES PAROLES DE JÉSUS : « MOI JE PRIE POUR EUX », JUSQU'A CES AUTRES : « AFIN QU'ILS AIENT MA JOIE ACCOMPLIE EN EUX-MÊMES ». (Chap. XVII, 9-13.)

 

REMISE DES APOTRES A LA GARDE DU PÈRE.

 

Le Sauveur prie pour ses disciples qui sont1dans le monde, mais qu'en qualité d'homme il a reçus de la part de Dieu, du milieu du monde. Le Père va le glorifier, il est sur le point de les quitter ; c'est donc au Père de veiller sur eux et de leur communiquer la plénitude de la paix et de la joie.

 

1. En parlant à son Père de ceux qu'il avait déjà pour disciples, le Sauveur lui dit entre autres choses : « Moi, je prie pour eux ; je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que vous m'avez donnés » . Par monde, il veut ici qu'on entende ceux qui vivent selon la concupiscence du monde, et ne sont pas à tel point privilégiés de la grâce qu'ils soient par lui choisis du milieu du monde. Aussi dit-il qu'il prie, non pour le monde, mais pour ceux que le Père lui a donnés. En effet, par cela même que le Père les lui a déjà donnés, ils n'appartiennent plus à ce monde, pour lequel il ne prie pas.

2. Il ajoute ensuite : « Parce qu'ils sont à vous ». De ce que le Père les a donnés au Fils, il ne suit pas qu'il les ait perdus; car le Fils continue et dit : « Et tout ce qui est à moi vous appartient, et tout ce qui est à  vous est à moi ». Par là, il paraît assez comment sont au Fils unique toutes les choses qui appartiennent au Père : c'est qu'il est Dieu lui-même et que, né du Père, il lui est égal. Il ne faut donc pas entendre ces paroles de la manière dont il a été dit à l'un des deux fils, c'est-à-dire à l'aîné: « Toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi. est à toi (1) ». Dans le premier cas, il est question de toutes les créatures placées au-dessous de la créature sainte et raisonnable, et qui sont soumises à l'autorité de l'Eglise ; or, dans cette Eglise universelle se trouvent compris ces deux fils, l'aîné et le plus jeune, avec tous les saints Anges, auxquels nous serons égaux dans le royaume de Jésus-Christ et de Dieu (2). Mais voici ce qu'a dit Jésus-Christ : « Tout ce qui est à moi est à vous, et tout ce

 

1. Luc, XV, 31. — 2. Matth. XXII, 30.

 

qui est à vous est à moi ». Ces paroles s'appliquent donc à la créature raisonnable elle-même, à cette créature qui n'est inférieure, qu'à Dieu et qui tient sous sa dépendance tout ce qui se trouve au-dessous d'elle. Cette créature raisonnable appartient à Dieu le Père, mais elle n'appartiendrait pas en même temps au Fils, si le Fils n'était pas égal au Père. C'est d'elle qu'il entendait parler, lorsqu'il disait : « Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que vous m'avez donnés ; parce qu'ils sont à vous, et que tout ce qui est à moi est à vous; et que tout ce qui est à vous est à moi ». Et il est impossible que les saints dont il dit ces choses, appartiennent à d'autres qu'à celui qui les a créés et sanctifiés. Par conséquent, tout ce qui est à eux doit aussi nécessairement appartenir à Celui à qui ils appartiennent eux-mêmes. Donc, comme ils appartiennent et au Père et au Fils, c'est la preuve que le Père et le Fils sont égaux, puisqu'ils leur appartiennent également. Ce qu'il disait, en parlant du Saint-Esprit : « Tout ce que le Père possède est à moi; c'est pourquoi j'ai dit qu'il recevra de ce qui est à moi et vous l'annoncera (1) »; il le disait des choses qui appartiennent à la divinité même du Père, et dans lesquelles il lui est égal, puisqu'il a tout ce que le Père a lui-même. Car le Saint-Esprit ne devait pas recevoir d'une créature soumise au Père et au Fils ce qu'il veut indiquer par ces mots : « Il recevra du mien »; mais il le reçoit du Père dont il procède, et de qui le Fils lui-même est né.

3. « Et », ajoute Notre-Seigneur, «j'ai été glorifié en eux ». Maintenant, il parle de sa

 

1. Jean. XVI, 15.

 

102

 

glorification comme si elle était déjà accomplie, quoiqu'elle ne doive s'accomplir que plus tard. Tout à l'heure il demandait à son Père qu'elle s'accomplît. Mais il faut voir si c'est bien là cette glorification dont il avait dit : « Et maintenant, vous, Père, glorifiez-moi de cette glorification que j'ai eue en vous, avant que le monde fût (1) ». Oui, voilà ce qu'il faut voir. Si c'est « en vous », comment est-ce « en eux? » Ou bien, lorsqu'il s'est fait connaître à eux, ne lui ont-ils pas servi à le faire connaître à tous ses témoins qui les ont crus? Nous pouvons parfaitement admettre qu'en ce sens Notre-Seigneur avait été glorifié dans ses Apôtres. En parlant de cela comme d'un fait déjà accompli, il montre que c'était une chose prédestinée, et-il veut qu'on regarde comme certain ce qui ne devait néanmoins arriver que plus tard.

4. « Et déjà », continue Notre-Seigneur, « je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde ». Si vous ne faites attention qu'au moment où il parle, ils étaient encore dans le monde, les uns et les autres, Notre-Seigneur et ceux dont il parlait. Mais ces paroles, nous ne pouvons ni ne devons les entendre des dispositions de leur coeur et de leur conduite, en ce sens que les disciples étaient encore dans le monde, parce qu'ils aimaient encore les choses du monde, tandis que Jésus-Christ n'était déjà plus dans le monde, parce qu'il goûtait les choses divines. Il se trouve là un mot qui nous empêche absolument de les interpréter ainsi. Il ne dit pas, en effet : Je ne suis pas dans le monde; mais bien : « Déjà, je ne suis plus dans le monde ». Et il montre par là qu'il avait été dans le monde, et qu'il n'y était déjà plus. En conséquence , nous serait-il permis de croire qu'il avait, pendant quelque temps, aimé les choses du monde, et que, délivré de cette erreur, il ne les aimait plus? Qui est-ce qui pourrait admettre un sens si impie? Voici donc ce qui nous reste à admettre : Il annonce qu'il n'est déjà plus dans le monde, dans le sens dans lequel il s'y était trouvé, c'est-à-dire corporellement. Il faisait donc connaître qu'il allait bientôt s'éloigner du monde, tandis que ses disciples ne s'en éloigneraient crue plus tard, et, pour l'indiquer, il dit qu'il n'est déjà plus dans le monde

 

1. Jean, XVII, 1, 5.

 

et qu'ils y sont encore, quoiqu'ils y soient encore également les uns et les autres. Il a parlé ainsi, comme un homme qui s'adresse à des hommes, et selon le langage habituel des hommes. Ne disons-nous pas tous les jours : Il n'est déjà plus là, en parlant de quelqu'un qui doit partir bientôt ? C'est surtout de ceux qui vont mourir qu'on parle ainsi. Toutefois , Notre-Seigneur prévoyait que ces paroles pourraient embarrasser ceux qui liraient ceci ; car il ajoute :«Et je viens à vous », expliquant en quelque sorte pourquoi il a dit : « Déjà je ne suis plus dans ce monde ».

5. Notre-Seigneur recommande donc au Père ceux qu'il allait en quelque sorte abandonner par son absence corporelle : « Père saint, conservez en votre nom ceux que vous m'avez donnés ». Comme homme, il prie Dieu pour les disciples qu'il a reçus de Dieu; mais faites bien attention à ce qui suit : « Afin qu'ils soient un comme nous ». Il ne dit pas : afin qu'ils soient un avec nous, ni afin que nous et eux nous soyons un, comme nous-mêmes nous sommes un ; mais il dit : « Afin qu'ils soient un comme nous ». C'est-à-dire qu'ils soient un. dans leur nature, comme nous sommes un dans la nôtre. Chose qui assurément ne serait pas vraie, s'il ne la disait pour montrer que c'est comme Dieu, et non comme homme, qu'il est de même nature que le Père, comme il le dit ailleurs : « Le Père et moi, nous sommes un (1) ». Car, en tant qu'homme, il dit : « Le Père est plus grand que moi (2) ». Mais comme, en lui, le Dieu et l'homme ne forment qu'une seule personne , nous le voyons homme quand il prie; et nous le voyons Dieu, quand il ne fait qu'un avec celui qu'il prie. Mais, dans ce qui suit, nous trouverons un passage où nous traiterons ce sujet avec plus de soin.

6. Maintenant, il continue : « Lorsque j'étais avec eux, je les gardais en votre nom ». Et comme je viens à vous, gardez-les en votre nom, ce nom dans lequel je les gardais lorsque j'étais avec eux. En tant qu'homme, le Fils gardait ses disciples au nom du Père, lorsque son humanité était présente au milieu d'eux. Mais le Père, lui aussi, gardait au nom du Fils ceux qu'il exauçait quand ils le priaient en son nom. C'est à

 

1. Jean, X, 30. — 2. Id, XIV, 28.

 

103

 

eux-mêmes que le même Fils avait dit: « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous demandez quelque chose au Père en mon nom, il vous le donnera (1) ». Nous ne devons cependant pas donner à cela un sens charnel, comme si le Père et le Fils nous gardaient, chacun à son tour, la protection de l'un succédant à celle de l'autre, et le premier arrivant au moment où le second s'éloigne. Nous sommes gardés en même temps et par le Père, et par le Fils, et par le Saint-Esprit; car ils ne forment tous trois qu'un seul Dieu véritable et bienheureux. Mais l'Écriture ne nous élève qu'autant qu'elle descend jusqu'à nous, de la même manière que le Verbe, en se faisant chair, est descendu pour nous élever, mais n'est pas tombé à terre pour y rester. Si nous connaissons Celui qui est descendu vers nous, élevons-nous avec lui puisqu'il veut nous élever. Et comprenons-le bien, lorsqu'il parle ainsi, il distingue les personnes, mais il n'établit pas plusieurs natures. Quand donc le Fils gardait corporellement ses disciples , le Père, pour les garder, n'attendait pas que le Fils s'éloignât, afin de lui succéder; mais tous les deux les gardaient de leur puissance spirituelle. Et quand le Fils leur enleva sa présence corporelle, il continua avec le Père sa garde spirituelle. Lorsqu'en tant qu'homme le Fils reçut la mission de les garder, il ne les enleva pas à la garde du Père ; et quand le Père les donna à garder au Fils, il ne les donna pas séparément de Celui à qui il les donnait ;

 

1. Jean, XVI, 23.

 

il les donna au Fils en tant qu'homme, mais il n'agit pas séparément de son Fils en tant que Dieu.

7. Le Fils continue donc et dit: «Ceux que vous m'avez donnés, je les ai gardés, et  aucun d'eux n'a péri, si ce n'est le fils de perdition, afin que l'Écriture fût accomplie ». Celui qui est appelé fils de perdition, c'est celui qui a trahi Jésus-Christ; il était prédestiné à la perdition, selon l'Écriture, car elle a prophétisé de lui surtout au psaume cent huitième.

8. « Mais maintenant », dit Notre-Seigneur, « je viens à vous, et je dis ces choses dans le « monde, afin qu'ils aient en eux la plénitude de ma joie ». Voilà qu'il dit : je parle dans le monde , et pourtant, un peu auparavant il avait dit : « Déjà je ne suis plus dans le monde ». Pourquoi l'a-t-il dit ? C'est ce que nous avons alors expliqué; et même nous avons montré qu'il l'expliquait lui-même. Donc, comme il n'était pas encore parti, il était encore là, et comme il devait bientôt partir,il n'y était en quelque sorte déjà plus. Mais quelle est cette joie dont il dit : « Afin qu'ils aient en eux la plénitude de ma joie ? » C'est ce qu'il a exprimé plus haut en disant : « Afin qu'ils soient un comme nous ». Cette joie qui est la sienne, c'est-à-dire qu'il a alise en eux, il veut qu'elle y soit complète ; voilà pourquoi il dit qu'il a parlé dans le monde. Cette joie, c'est la paix et la béatitude de la vie future; et pour l'obtenir il faut vivre en celle-ci avec tempérance, justice et piété.

 

 

 Haut du document

 

 

Précédente Accueil Suivante