TRAITÉ CVIII
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
TRAITÉ I
TRAITÉ II
TRAITÉ III
TRAITÉ IV
TRAITÉ V
TRAITÉ VI
TRAITÉ VII
TRAITÉ VIII
TRAITÉ IX
TRAITÉ X
TRAITÉ XI
TRAITÉ XII
TRAITÉ XIII
TRAITÉ XIV
TRAITÉ XV
TRAITÉ XVI
TRAITÉ XVII
TRAITÉ XVIII
TRAITÉ XIX
TRAITÉ XX
TRAITÉ XXI
TRAITÉ XXII
TRAITÉ XXIII
TRAITÉ XXIV
TRAITÉ XXV
TRAITÉ XXVI
TRAITÉ XXVII
TRAITÉ XXVIII
TRAITÉ XXIX
TRAITÉ XXX
TRAITÉ XXXI
TRAITÉ XXXII
TRAITÉ XXXIII
TRAITÉ XXXIV
TRAITÉ XXXV
TRAITÉ XXXVI
TRAITÉ XXXVII
TRAITÉ XXXVIII
TRAITÉ XXXIX
TRAITÉ XL
TRAITÉ XLI
TRAITÉ XLII
TRAITÉ XLIII
TRAITÉ XLIV
TRAITÉ XLV
TRAITÉ XLVI
TRAITÉ XLVII
TRAITÉ XLVIII
TRAITÉ XLIX
TRAITÉ L
TRAITÉ LI
TRAITÉ LII
TRAITÉ LIII
TRAITÉ LIV
TRAITÉ LV
TRAITÉ LVI
TRAITÉ LVII
TRAITÉ LVIII
TRAITÉ LIX
TRAITÉ LX
TRAITÉ LXI
TRAITÉ LXII
TRAITÉ LXIII
TRAITÉ LXIV
TRAITÉ LXV
TRAITÉ LXVI
TRAITÉ LXVII
TRAITÉ LXVIII
TRAITÉ LXIX
TRAITÉ LXX
TRAITÉ LXXI
TRAITÉ LXXII
TRAITÉ LXXIII
TRAITÉ LXXIV
TRAITÉ LXXV
TRAITÉ LXXVI
TRAITÉ LXXVII
TRAITÉ LXXVIII
TRAITÉ LXXIX
TRAITÉ LXXX
TRAITÉ LXXXI
TRAITÉ LXXXII
TRAITÉ LXXXIII
TRAITÉ LXXXIV
TRAITÉ LXXXV
TRAITÉ LXXXVI
TRAITÉ LXXXVII
TRAITÉ LXXXVIII
TRAITÉ LXXXIX
TRAITÉ XC
TRAITÉ XCI
TRAITÉ XCII
TRAITÉ XCIII
TRAITÉ XCIV
TRAITÉ XCV
TRAITÉ XCVI
TRAITÉ XCVII
TRAITÉ XCVIII
TRAITÉ XCIX
TRAITÉ C
TRAITÉ CI
TRAITÉ CII
TRAITÉ CIII
TRAITÉ CIV
TRAITÉ CV
TRAITÉ CVI
TRAITÉ CVII
TRAITÉ CVIII
TRAITÉ CIX
TRAITÉ CX
TRAITÉ CXI
TRAITÉ CXII
TRAITÉ CXIII
TRAITÉ CXIV
TRAITÉ CXV
TRAITÉ CXVI
TRAITÉ CXVII
TRAITÉ CXVIII
TRAITÉ CXIX
TRAITÉ CXX
TRAITÉ CXXI
TRAITÉ CXXII
TRAITÉ CXXIII
TRAITÉ CXXIV

CENT HUITIÈME TRAITÉ.

DEPUIS CES PAROLES DE JÉSUS : « JE LEUR AI DONNÉ MA PAROLE », JUSQU'À CES MOTS : « AFIN QU'ILS SOIENT, EUX AUSSI, SANCTIFIÉS EN VÉRITÉ ». (Chap. XVII, 14-19.)

 

SANCTIFICATION DES APOTRES.

 

Notre-Seigneur prie son Père de préserver du mal ses disciples et de les sanctifier dans la vérité, mais non de les retirer du monde : ainsi pourra-t-il les envoyer dans le monde , comme il y a été lui-même envoyé.

 

1. Notre-Seigneur s'adressant encore au Père et priant pour ses disciples, dit: « Je leur ai donné votre parole, et le monde les a pris en haine ». Ils n'avaient pas encore éprouvé (104) cette haine par les souffrances qui les attendaient dans la suite ; mais selon sa coutume, Notre-Seigneur annonçait ces choses et indiquait par un temps passé ce qui était encore à venir; il ajoute ensuite la cause pour laquelle le monde les déteste : « Parce qu'ils ne sont pas de ce monde, comme moi-même je ne suis pas de ce monde ». Cette grâce leur avait été conférée par la régénération : car par leur naissance ils étaient du monde; c'est pourquoi il leur avait déjà dit : « Je vous ai choisis du monde (1) ». Il leur avait donc été accordé de n'être pas plus du monde, que lui-même, qui les avait délivrés du monde. Pour lui, il n'a jamais été du monde ; car, même selon la forme d'esclave, il est né du Saint-Esprit qui leur a communiqué la grâce de renaître. En effet, si les disciples ne sont plus du monde, parce qu'ils ont puisé dans le Saint-Esprit une seconde vie, Notre-Seigneur n'a jamais été du monde, puisqu'il est né du Saint-Esprit.

2. « Je ne prie pas », continue-t-il, « pour que vous les enleviez du monde, mais pour que vous les préserviez du mal ». En effet, quoiqu'ils ne fussent plus du monde, ils avaient besoin d'y demeurer encore. Il répète la même pensée. « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde, sanctifiez-les dans la vérité ». Ainsi, en effet, seront-ils préservés du mal; voilà ce que tout à l'heure déjà il demandait pour eux. On peut faire cette question : Comment n'étaient-ils plus du monde, s'ils n'étaient pas encore sanctifiés dans la vérité ; ou bien, s'ils l'étaient déjà, pourquoi Jésus-Christ demande-t-il qu'ils le soient ? N'est-ce pas parce que, étant déjà sanctifiés, ils font des progrès dans cette sainteté et deviennent encore plus saints ? Mais si leur sainteté se perfectionne, la grâce de Dieu est loin d'y être étrangère ; car celui qui en a consacré le commencement, en consacre aussi le perfectionnement. Aussi l'Apôtre dit-il : « Celui a qui en vous a commencé la bonne oeuvre, la perfectionnera jusqu'au jour de Jésus-Christ (2) ». C'est pourquoi les héritiers du Nouveau Testament sont sanctifiés dans la vérité, dont les sanctifications de l'Ancien Testament n'étaient que les ombres ; et quand ils sont sanctifiés dans la vérité, assurément ils le sont en Jésus-Christ, qui a dit avec

 

1. Jean, XV, 19. — 2. Philipp. I, 6.

 

vérité: « C'est moi qui suis la voie, la vérité et la vie (1) ». De même en est-il quand il dit : « La vérité vous délivrera » ; car, pour expliquer ensuite ce qu'il a voulu dire, il ajoute peu après: « Si le Fils vous délivre, alors vous serez vraiment libres (2) ». II voulait montrer par là que ce qu'il appelait la vérité était ce que plus loin il appelait le Fils. Que veut-il donc dire en cet endroit : « Sanctifiez-les dans la vérité », sinon: sanctifiez-les en moi ?

3. Enfin Notre-Seigneur continue, et il ne cesse de faire entendre la même chose plus clairement : « Votre parole est la vérité ». Etait-ce dire autre chose que ceci : Je suis la vérité ? Le texte grec de l'Evangile porte le mot logos, qui se lit aussi au passage où il est dit : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu ». Et nous avons reconnu que le Verbe était le Fils unique de Dieu, « qui s'est fait chair et qui a habité parmi nous (3) ». C'est pourquoi on aurait pu mettre ici, et on le trouve dans quelques exemplaires : Votre Verbe est la vérité ; de même que dans quelques exemplaires il est écrit : « Au commencement était la Parole ». En grec, on lit invariablement ici et là: Logos. C'est pourquoi le Père sanctifie dans la vérité, c'est-à-dire dans son Verbe, dans son Fils unique, ses héritiers et les cohéritiers de celui-ci.

4. Mais le Sauveur parle encore des Apôtres, car il continue en ces termes « Comme vous m'avez envoyé dans le monde, et moi aussi je les ai envoyés dans le monde». Qui a-t-il envoyé, sinon ses Apôtres? Le nom même d'Apôtres, qui est un nom grec, ne signifie pas, en latin, autre chose qu'envoyés. Dieu a donc envoyé son Fils, non pas dans une chair de péché (4), mais sous la ressemblance de la chair du péché ; et son Fils a envoyé ceux qui, étant nés dans la chair du péché, ont été par lui purifiés de la tache du péché.

5. Mais par cela même que le médiateur de Dieu et des hommes, Jésus-Christ homme est devenu le chef de l'Eglise, les Apôtres sont ses membres ; c'est pourquoi Notre-Seigneur ajoute ce qui suit: «Et pour eux, je me sanctifie moi-même». Qu'est-ce à dire: «Et pour eux, je me sanctifie moi-même ? » Le voici : Je les sanctifie en moi-même, puisqu'ils ne sont autre chose que moi-même. Car, comme

 

1. Jean, XIV, 6. — 2. Id. VIII, 32, 36. — 3. Id. I,1,14. — 4. Rom. VIII, 3.

 

105

 

je viens de le dire, ceux dont il parle sont ses membres; et la tête et le corps ne forment qu'un seul Christ. C'est la doctrine de l'Apôtre, car il dit en parlant de la race d'Abraham : « Mais si vous êtes de Jésus-Christ, donc vous êtes la race d'Abraham ». Il avait dit plus haut : « Il ne dit pas à plusieurs de la race, mais à un seul de sa race, lequel est Jésus-Christ (1) ». Si donc la race d'Abraham n'est autre que Jésus-Christ, qu'a-t-on voulu dire à ceux auxquels l'Apôtre adressait ces paroles: « Donc vous êtes la race d'Abraham ? » Ceci évidemment : Donc vous êtes Jésus-Christ. Telle est la base du raisonnement que le même Apôtre fait dans un autre endroit : « Maintenant je me réjouis en mes souffrances pour vous, et j'accomplis ce qui manque aux souffrances de Jésus-Christ en ma chair (2) ». Il ne dit pas : à mes souffrances ; mais, aux « souffrances de Jésus« Christ », parce qu'il était an membre de Jésus-Christ; et, par ses souffrances semblables à celles que Jésus-Christ devait endurer dans tout son corps, l'Apôtre accomplissait, pour sa part, ce qui manquait à celles de Jésus-Christ. Veux-tu te convaincre que tel est le sens de ces paroles de Notre-Seigneur ? Ecoute ce qui suit. Après avoir dit : « Et c'est pour eux que je me sanctifie moi-même »,

 

1. Galat. III, 29,16. — 2. Coloss. I, 24.

 

pour nous faire entendre qu'il parlait ainsi parce qu'il les sanctifiait en lui-même, le Sauveur ajoute aussitôt : « Afin qu'ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité » ; ce qui veut dire, en moi-même, puisque la vérité c'est le Verbe, Dieu dès le commencement. C'est en ce même Verbe que le Fils de l'homme lui-même a été sanctifié dès le commencement de sa création, au moment où le Verbe s'est fait chair; car le Verbe et l'homme se sont réunis en une seule personne. Alors il s'est sanctifié lui-même, en lui-même, c'est-à-dire, lui homme, en lui Verbe ; parce que le Verbe et l'homme sont un seul Jésus-Christ qui sanctifie l'homme dans le Verbe. « Et pour eux », dit-il, c'est-à-dire pour leur avantage, parce qu'ils sont moi, comme il m'a été avantageux en moi-même parce que je suis homme sans eux : « Et je me sanctifie moi-même » ; c'est-à-dire, je les sanctifie en moi, comme moi-même, parce que en moi ils sont moi-même. « Afin qu'eux aussi soient sanctifiés dans la vérité ». Que signifient ces mots: « eux aussi », sinon, comme moi? et, « dans la vérité », sinon ce que je suis moi-même ? Ensuite, il parla non plus seulement de ses Apôtres, mais de ses autres membres. Avec la grâce de Dieu, nous expliquerons dans un autre discours la suite de ses paroles.

 

Haut du document

 

 

 

Précédente Accueil Suivante