TRAITÉ CXIII
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
TRAITÉ I
TRAITÉ II
TRAITÉ III
TRAITÉ IV
TRAITÉ V
TRAITÉ VI
TRAITÉ VII
TRAITÉ VIII
TRAITÉ IX
TRAITÉ X
TRAITÉ XI
TRAITÉ XII
TRAITÉ XIII
TRAITÉ XIV
TRAITÉ XV
TRAITÉ XVI
TRAITÉ XVII
TRAITÉ XVIII
TRAITÉ XIX
TRAITÉ XX
TRAITÉ XXI
TRAITÉ XXII
TRAITÉ XXIII
TRAITÉ XXIV
TRAITÉ XXV
TRAITÉ XXVI
TRAITÉ XXVII
TRAITÉ XXVIII
TRAITÉ XXIX
TRAITÉ XXX
TRAITÉ XXXI
TRAITÉ XXXII
TRAITÉ XXXIII
TRAITÉ XXXIV
TRAITÉ XXXV
TRAITÉ XXXVI
TRAITÉ XXXVII
TRAITÉ XXXVIII
TRAITÉ XXXIX
TRAITÉ XL
TRAITÉ XLI
TRAITÉ XLII
TRAITÉ XLIII
TRAITÉ XLIV
TRAITÉ XLV
TRAITÉ XLVI
TRAITÉ XLVII
TRAITÉ XLVIII
TRAITÉ XLIX
TRAITÉ L
TRAITÉ LI
TRAITÉ LII
TRAITÉ LIII
TRAITÉ LIV
TRAITÉ LV
TRAITÉ LVI
TRAITÉ LVII
TRAITÉ LVIII
TRAITÉ LIX
TRAITÉ LX
TRAITÉ LXI
TRAITÉ LXII
TRAITÉ LXIII
TRAITÉ LXIV
TRAITÉ LXV
TRAITÉ LXVI
TRAITÉ LXVII
TRAITÉ LXVIII
TRAITÉ LXIX
TRAITÉ LXX
TRAITÉ LXXI
TRAITÉ LXXII
TRAITÉ LXXIII
TRAITÉ LXXIV
TRAITÉ LXXV
TRAITÉ LXXVI
TRAITÉ LXXVII
TRAITÉ LXXVIII
TRAITÉ LXXIX
TRAITÉ LXXX
TRAITÉ LXXXI
TRAITÉ LXXXII
TRAITÉ LXXXIII
TRAITÉ LXXXIV
TRAITÉ LXXXV
TRAITÉ LXXXVI
TRAITÉ LXXXVII
TRAITÉ LXXXVIII
TRAITÉ LXXXIX
TRAITÉ XC
TRAITÉ XCI
TRAITÉ XCII
TRAITÉ XCIII
TRAITÉ XCIV
TRAITÉ XCV
TRAITÉ XCVI
TRAITÉ XCVII
TRAITÉ XCVIII
TRAITÉ XCIX
TRAITÉ C
TRAITÉ CI
TRAITÉ CII
TRAITÉ CIII
TRAITÉ CIV
TRAITÉ CV
TRAITÉ CVI
TRAITÉ CVII
TRAITÉ CVIII
TRAITÉ CIX
TRAITÉ CX
TRAITÉ CXI
TRAITÉ CXII
TRAITÉ CXIII
TRAITÉ CXIV
TRAITÉ CXV
TRAITÉ CXVI
TRAITÉ CXVII
TRAITÉ CXVIII
TRAITÉ CXIX
TRAITÉ CXX
TRAITÉ CXXI
TRAITÉ CXXII
TRAITÉ CXXIII
TRAITÉ CXXIV

CENT TREIZIÈME TRAITÉ.

DEPUIS CES PAROLES : « ET ILS LE CONDUISIRENT D'ABORD VERS ANNE », JUSQU'À CES AUTRES : « PIERRE LE NIA ENCORE UNE FOIS, ET AUSSITOT LE COQ CHANTA ». (Chap. XVIII, 43-27.)

 

JÉSUS CHEZ ANNE ET CHEZ CAÏPHE.

 

Le Sauveur, trahi par Judas, traîné chez Anne, y est renié trois fois, par Pierre : ensuite, on le conduit chez Caïphe, un assistant le soufflette, et il répond à cette injure avec une dignité et un calme qui doivent nous servir d'exemple.

 

1. Les persécuteurs de Notre-Seigneur, après que Judas le leur eut livré, le saisirent et le lièrent; car il nous a aimés, il s'est livré lui-même pour nous (1), et le Père ne l'a pas épargné, mais il l'a livré pour nous tous (2).

 

1. Ephés. V, 2. — 2. Rom, VIII, 32.

 

120

 

Mais il ne faut pas croire que Judas soit à louanger pour le bien que nous avons tiré de sa trahison, il n'a mérité que la condamnation due à un si grand crime. « Ils le conduisirent », nous raconte l'Evangéliste Jean, d'abord chez « Anne ». Et il nous en donne la raison . « Car », dit-il, « il était beau-père de Caïphe qui était le Pontife de cette année. « Caïphe », continue-t-il, « était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs: Il est utile qu'un seul homme meure pour tout le peuple ». Matthieu, qui a voulu raconter plus brièvement le fait, rapporte que Notre-Seigneur fut conduit vers Caïphe (1). Car s'il fut conduit d'abord vers Anne, c'est qu'Anne était le beau-père de Caïphe ; de là nous devons conclure que Caïphe avait voulu qu'il en fût ainsi.

2. L'Evangéliste continue : « Or, Simon Pierre et un autre disciple suivaient Jésus ». Quel est cet autre disciple? Le dire serait parler témérairement, puisqu'on ne nous l'apprend pas ; remarquez-le , néanmoins. C'est ainsi que Jean se désigne ordinairement lui-même en ajoutant « que Jésus l'aimait (2) ». Aussi, est-ce peut-être lui. Mais, quel qu'il soit, voyons ce qui suit : « Ce disciple était connu du grand prêtre, et il entra avec Jésus dans la cour du grand prêtre. Or, Pierre se tenait dehors à la porte. Mais cet autre disciple qui était connu du grand prêtre sortit, parla à la portière et fit entrer Pierre. Or, cette servante, la portière, dit à Pierre : Et toi, n'es-tu pas aussi des disciples de cet homme? « Il lui répondit : Je n'en suis point ». Cette colonne qui se croyait si ferme, la voilà ébranlée jusque dans ses fondements par le moindre souffle du vent. Où est l'audace de cet homme qui promettait tant de choses et présumait si fort de lui-même ? Où sont ces paroles qu'il avait prononcées : « Pourquoi ne puis-je pas vous suivre maintenant ? je donnerai ma vie pour vous (3) ?» Nier qu'on soit le disciple de son maître, est-ce le suivre? Donne-t-on sa vie pour son maître, quand, par crainte de mourir, on tremble à la voix d'une servante ? Mais faut-il nous étonner si les prédictions de Dieu sont infaillibles, et si les présomptions de l'homme sont trompeuses? D'après ce que l'Evangile a commencé de nous ,dire du. reniement de l'apôtre Pierre, nous devons le remarquer

 

1. Matth. XXV, 57 — 2. Jean, XIII, 23 ; XIX, 26. — 3. Id. XIII, 37.

 

on renie Jésus-Christ, non-seulement en disant qu'il n'est pas le Christ, mais encore en soutenant qu'on n'est pas chrétien, quand on l'est. Notre-Seigneur n'a pas dit à Pierre Tu nieras que tu es mon disciple; mais : « Tu me nieras (1) » ; il l'a donc nié lui-même, quand il a nié qu'il fût son disciple. Et en niant qu'il fût son disciple, qu'a-t-il nié, sinon qu'il fût chrétien ? Sans doute, les disciples de Jésus-Christ n'étaient pas encore appelés de ce nom; ils ne furent pour la première fois appelés chrétiens, que quelque temps après. l'ascension, à Antioche (2). Mais déjà existait le motif qui devait leur faire donner ce nom-là; déjà existaient les disciples qui plus tard furent appelés chrétiens ; et ils ont transmis à leur postérité ce nom qui leur était commun, comme la foi qui leur était commune. Celui donc qui niait être disciple de Jésus-Christ, niait la chose que l'on désigne par le nom de chrétien. Dans la suite, combien de personnes se sont montrées capables de ce que n'a pu faire ce disciple qui tenait les clefs du royaume des cieux s ? Ici, je ne parle ni de vieillards ni de vieilles femmes à qui le dégoût de la vie a pu inspirer plus facilement le mépris de la mort endurée pour confesser Jésus-Christ; je ne parle pas non plus de jeunes gens de l'un et de l'autre sexe, car on est en droit d'exiger de cet âge la force et le courage ; mais je parle de petits garçons et de petites filles, et de cette troupe innombrable de saints martyrs qui sont entrés par force et par violence dans le royaume des cieux. Aussi, quand Celui qui nous a rachetés de son sang se livra pour nous, il dit : « Laissez ceux-là s'en aller », afin que fût accomplie la parole qu'il avait dite : « Ceux que vous m'avez donnés, je n'en ai pas perdu un seul ». En effet, si Pierre était mort après avoir renié Jésus-Christ, n'aurait-il pas été perdu ?

3. « Les serviteurs et les ministres se tenaient auprès du feu, car il faisait froid, et ils se chauffaient ». On n'était pas en hiver, et cependant il faisait froid, comme il arrive d'ordinaire à l'équinoxe du printemps. « Or, Pierre était aussi avec eux et se chauffait. Le Pontife donc interrogea Jésus sur ses disciples et sur sa doctrine. Jésus lui répondit : J'ai publiquement parlé au monde, j'ai toujours enseigné dans la synagogue et

 

1. Matth. XXVI, 34. — 2. Act. XI, 26. — 3. Matth. XVI, 19.

 

121

 

dans le temple où tous les Juifs s'assemblent, et je n'ai rien dit en secret; pourquoi m'interrogez-vous? interrogez ceux qui ont entendu ce que je leur ai dit: ils savent ce que je leur ai dit ». Ici se présente une question qu'il ne faut point passer sous silence : comment le Seigneur Jésus a-t-il pu dire : « J'ai publiquement parlé au monde » ; et surtout : « Je n'ai rien dit en secret? » Dans le dernier discours qu'il a adressé à ses disciples après la cène, ne leur a-t-il pas dit : « Je vous ai dit ces choses en paraboles; mais voici venir l'heure où je ne vous parlerai plus en paraboles, mais je vous parlerai ouvertement de mon Père (1) ? » Si donc à ses disciples qui lui étaient le plus attachés il ne parlait pas ouvertement, s'il se contentait de leur promettre l'heure où il leur parlerait ouvertement, comment a-t-il parlé ouvertement au monde ? De plus, comme nous l'apprend l'autorité des autres évangélistes, il parlait beaucoup plus ouvertement à ses disciples qu'à tous autres, lorsqu'il était seul avec eux et éloigné de la foule. Que signifient donc ces paroles : « Je n'ai rien dit en secret? » Il faut donc comprendre qu'il a dit : « J'ai parlé ouvertement au monde », en ce sens : Beaucoup m'ont entendu. En effet, et dans un sens il parlait ouvertement, et dans un autre il ne parlait pas ouvertement: il parlait ouvertement, parce que plusieurs l'entendaient ; et il ne parlait pas ouvertement, parce qu'ils ne comprenaient pas. D'ailleurs, encore, ce qu'il disait à part à ses disciples, il ne le disait pas en secret. Car peut-on dire que celui-là parle en secret, qui parle devant tant d'hommes ? N'est-il pas écrit : « Que dans la bouche de deux ou trois témoins toute parole soit stable (2)? » et surtout, ce qu'il dit à un petit nombre, ne veut-il pas que ce petit nombre le publie devant tous? Notre-Seigneur l'a dit à ses disciples qui se trouvaient alors en petit nombre autour de lui : « Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le dans la lumière ; et ce que vous entendez à l'oreille, prêchez-le sur les toits (3) ». Donc, même ce qui semblait dit secrètement, d'une certaine façon n'était pas dit en secret ; car Jésus le disait, non pas afin que ceux à qui il parlait gardassent le silence, mais au contraire pour qu'ils le répandissent partout. Ainsi donc. une même chose peut

 

1. Jean, XVI, 25. — 2. Deut. XIX, 15. — 3.  Matth. X, 27.

 

être en même temps dite ouvertement et non ouvertement, ou bien en secret et non en secret, comme il est écrit : « Afin que voyant, ils voient et ne voient pas (1) ». Comment « peuvent-ils voir ? » parce que la chose est publique et non secrète ; et comment les mêmes « ne voient-ils pas? » parce que la chose n'est pas publique, mais secrète. Néanmoins, les choses qu'ils avaient entendues et n'avaient pas comprises étaient de telle nature qu'elles ne pouvaient être incriminées avec justice et vérité. Aussi chaque fois qu'ils l'interrogèrent pour trouver dans ses réponses un motif de l'accuser, il leur répondit de manière à dépister leur ruse et à renverser leurs projets de calomnies. C'est pourquoi il leur disait : « Pourquoi m'interrogez-vous ?  Interrogez ceux qui ont entendu ce que je leur ai dit; ceux-là savent ce que j'ai dit ».

4. « Quand il eut dit ces paroles, un des ministres qui était là donna un soufflet à Jésus, en disant : Est-ce ainsi que tu réponds au Pontife? Jésus lui répondit : Si j'ai mal parlé, rends témoignage du mal que j'ai dit ; mais si j'ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? » Quoi de plus vrai, de plus doux et de plus juste que cette réponse? Elle vient de celui dont le Prophète avait dit à l'avance : « Entreprends, et marche en prospérant, et règne pour la vérité, la douceur et la justice (2) ». Si nous considérons la qualité de celui qui a reçu ce soufflet, ne voudrions-nous pas que celui qui l'a ainsi frappé fût consumé par le feu du ciel ou englouti par la terre entr'ouverte, ou saisi par le démon et roulé par lui, ou, enfin, frappé de quelque châtiment semblable, sinon plus grave encore? Lequel de ces tourments n'aurait pu ordonner dans sa puissance Celui par qui le monde a été fait? Mais il a préféré nous enseigner la patience qui triomphe du monde. Mais, dira quelqu'un : Pourquoi Jésus n'a-t-il pas fait ce qu'il avait lui-même commandé (3) ? Il ne devait pas répondre ainsi à celui qui le frappait, mais lui présenter l'autre joue. Eh quoi ! n'a-t-il pas répondu avec vérité, douceur et justice ? N'a-t-il pas fait plus que tendre l'autre joue à celui qui le frappait, et n'a-t-il pas donné tout son corps à ceux qui devaient le clouer à la croix? Ainsi nous a-t-il appris ce qu'il était surtout important de nous apprendre , à savoir, que ces  grands préceptes

 

1. Marc, IV, 12. — 2. Ps, XLIV, 5. — 3. Matth. V, 39.

 

122

 

de la patience devaient s'accomplir non par l'ostentation du corps, mais par la préparation du coeur. Il peut se faire, en effet, qu'un homme tende extérieurement l'autre joue et garde sa colère. Que Notre-Seigneur fait bien mieux, en répondant avec calme la vérité, et en se préparant avec tranquillité à supporter des traitements encore plus cruels ! Bienheureux est celui qui, dans tout ce qu'il souffre injustement pour la justice, peut dire avec vérité : « Mon coeur est prêt, ô Dieu, mon coeur est prêt (1) » ; alors s'accomplissent les paroles qui suivent: « Je chanterai et je psalmodierai ». Voilà ce que Paul et Barnabé ont pu faire, lorsqu'ils étaient chargés de chaînes.

5. Mais revenons à la suite du récit évangélique. « Et Anne l'envoya lié à Caïphe qui était pontife ». C'était vers lui, comme le dit Matthieu, qu'on le conduisait d'abord, parce que Caïphe était, cette année-là, le prince des prêtres. Il faut le remarquer, il y avait, à cette époque, deux pontifes, c'est-à-dire deux princes des prêtres qui exerçaient alternativement chaque année. C'étaient Anne et Caïphe ; ainsi le rapporte l'évangéliste Luc, lorsqu'il raconte en quel temps Jean, le précurseur de Notre-Seigneur , commença de prêcher le royaume des cieux et de rassembler des disciples. Voici ce qu'il dit : « Sous les princes des prêtres, Anne et Caïphe, la parole du Seigneur descendit sur Jean, fils de Zacharie, dans le désert (2) ». Et le reste. Ces deux pontifes faisaient donc chacun son année; et celle où Jésus souffrit était l'année de Caïphe. C'est pourquoi, lorsqu'ils eurent saisi Jésus, ils le conduisirent, selon Matthieu,

 

1. Ps. LVI, 8. — 2. Luc, III,2.

 

chez Caïphe, et, selon Jean, ils vinrent avec Jésus d'abord vers Anne, non parce qu'il était son collègue, mais parce qu'il était son beau-père. Il faut croire que cela se fit d'après la volonté de Caïphe, ou bien parce que leurs demeures étaient situées de manière à ce que, en passant devant celle d'Anne, ils ne purent se dispenser d'y entrer.

6. Après avoir dit qu'Anne envoya Jésus lié à Caïphe, notre Evangéliste revient à l'endroit de sa narration où il avait laissé Pierre, pour expliquer ce qui arriva dans la maison d'Anne, au sujet de son triple reniement. « Cependant », dit-il, « Simon Pierre était là et se chauffait ». Il rappelle ainsi ce qu'il avait déjà dit. Il ajoute ensuite ce qui arriva : « Ils lui dirent donc : N'es-tu pas aussi de ses disciples ? Et il le nia, et il dit : Je n'en suis point ». Il l'avait déjà renié une première fois; celle-ci est donc la seconde. Ensuite, pour que s'accomplît son triple reniement, « un des serviteurs du grand prêtre, parent de celui dont Pierre avait coupé l'oreille, lui dit : Est-ce que je ne t'ai pas vu dans le jardin avec lui? Pierre le nia de nouveau, et aussitôt le coq chanta ». Voilà la prédiction du médecin accomplie et la présomption du malade avérée. Car ce qui est arrivé est, non pas ce que Pierre avait dit : « Je donnerai ma vie pour vous », mais ce que Jésus avait prédit : « Tu me renieras trois fois (1) ». Mais le triple reniement de Pierre étant achevé , achevons aussi ce discours. En commençant le discours suivant, nous examinerons ce qui arriva à Notre-Seigneur chez le gouverneur Ponce-Pilate.

 

1. Jean, XIII, 38.

 

 Haut du document

 

 

 

Précédente Accueil Suivante