TRAITÉ LXXXVIII
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
TRAITÉ I
TRAITÉ II
TRAITÉ III
TRAITÉ IV
TRAITÉ V
TRAITÉ VI
TRAITÉ VII
TRAITÉ VIII
TRAITÉ IX
TRAITÉ X
TRAITÉ XI
TRAITÉ XII
TRAITÉ XIII
TRAITÉ XIV
TRAITÉ XV
TRAITÉ XVI
TRAITÉ XVII
TRAITÉ XVIII
TRAITÉ XIX
TRAITÉ XX
TRAITÉ XXI
TRAITÉ XXII
TRAITÉ XXIII
TRAITÉ XXIV
TRAITÉ XXV
TRAITÉ XXVI
TRAITÉ XXVII
TRAITÉ XXVIII
TRAITÉ XXIX
TRAITÉ XXX
TRAITÉ XXXI
TRAITÉ XXXII
TRAITÉ XXXIII
TRAITÉ XXXIV
TRAITÉ XXXV
TRAITÉ XXXVI
TRAITÉ XXXVII
TRAITÉ XXXVIII
TRAITÉ XXXIX
TRAITÉ XL
TRAITÉ XLI
TRAITÉ XLII
TRAITÉ XLIII
TRAITÉ XLIV
TRAITÉ XLV
TRAITÉ XLVI
TRAITÉ XLVII
TRAITÉ XLVIII
TRAITÉ XLIX
TRAITÉ L
TRAITÉ LI
TRAITÉ LII
TRAITÉ LIII
TRAITÉ LIV
TRAITÉ LV
TRAITÉ LVI
TRAITÉ LVII
TRAITÉ LVIII
TRAITÉ LIX
TRAITÉ LX
TRAITÉ LXI
TRAITÉ LXII
TRAITÉ LXIII
TRAITÉ LXIV
TRAITÉ LXV
TRAITÉ LXVI
TRAITÉ LXVII
TRAITÉ LXVIII
TRAITÉ LXIX
TRAITÉ LXX
TRAITÉ LXXI
TRAITÉ LXXII
TRAITÉ LXXIII
TRAITÉ LXXIV
TRAITÉ LXXV
TRAITÉ LXXVI
TRAITÉ LXXVII
TRAITÉ LXXVIII
TRAITÉ LXXIX
TRAITÉ LXXX
TRAITÉ LXXXI
TRAITÉ LXXXII
TRAITÉ LXXXIII
TRAITÉ LXXXIV
TRAITÉ LXXXV
TRAITÉ LXXXVI
TRAITÉ LXXXVII
TRAITÉ LXXXVIII
TRAITÉ LXXXIX
TRAITÉ XC
TRAITÉ XCI
TRAITÉ XCII
TRAITÉ XCIII
TRAITÉ XCIV
TRAITÉ XCV
TRAITÉ XCVI
TRAITÉ XCVII
TRAITÉ XCVIII
TRAITÉ XCIX
TRAITÉ C
TRAITÉ CI
TRAITÉ CII
TRAITÉ CIII
TRAITÉ CIV
TRAITÉ CV
TRAITÉ CVI
TRAITÉ CVII
TRAITÉ CVIII
TRAITÉ CIX
TRAITÉ CX
TRAITÉ CXI
TRAITÉ CXII
TRAITÉ CXIII
TRAITÉ CXIV
TRAITÉ CXV
TRAITÉ CXVI
TRAITÉ CXVII
TRAITÉ CXVIII
TRAITÉ CXIX
TRAITÉ CXX
TRAITÉ CXXI
TRAITÉ CXXII
TRAITÉ CXXIII
TRAITÉ CXXIV

 

 45

QUATRE-VINGT-HUITIÈME TRAITÉ.

DEPUIS CES MOTS DE JÉSUS-CHRIST : « SOUVENEZ-VOUS DE MA PAROLE, ETC. », JUSQU'A CES AUTRES : « MAIS ILS VOUS FERONT TOUTES CES CHOSES, PARCE QU'ILS NE CONNAISSENT PAS CELUI QUI M'A ENVOYÉ ». (Chap. XV, 20, 21.)

 

PERSÉCUTION DU MONDE.

 

Quiconque aime Dieu et le sert avec une crainte pure, est en butte à la haine du monde, car le monde déteste Jésus-Christ et ses serviteurs, et il les persécute à cause de leur justice, que ses vices ne sauraient souffrir.

 

1. Le Seigneur, pour exhorter ses serviteurs à supporter avec patience les haines du monde, n'a rien ni de plus grand ni de meilleur à leur proposer que son exemple; car, comme dit l'apôtre Pierre, « Jésus-Christ a souffert, nous laissant un exemple, afin que « nous suivions ses traces (1) ». Et si nous le faisons, c'est avec le secours de Celui qui a dit « Sans moi vous ne pouvez rien faire ». Enfin, après avoir dit: « Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous », il ajoute ce que vous venez d'entendre dans ce qui vous a été lu de l'Évangile: « Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: le serviteur a n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, vous aussi ils vous persécuteront; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre ». En disant: le serviteur n'est pas plus grand que son Maître, ne nous montre-t-il pas avec évidence comment nous devons entendre ce qu'il avait dit peu auparavant: « Je ne vous appelle plus serviteurs (2)? » Maintenant il les appelle serviteurs, puisqu'il leur dit: « Le serviteur n'est pas plus grand que son maître: s'ils m'ont persécuté, vous aussi ils vous persécuteront ». Il est donc manifeste qu'il s'agit du serviteur qui ne reste pas dans la demeure pour toujours (3) et qui est animé de la crainte que la charité met dehors (4) , lorsque Jésus-Christ dit: a Je ne vous appelle plus serviteurs ». Mais quand il dit, comme ici: « Le serviteur n'est pas plus que son maître ; s'ils m'ont persécuté , vous aussi ils vous persécuteront » , il veut parler du serviteur à crainte

 

1. 1 Pierre, II, 21. — 2. Jean, XV, 5 ; XVIII, 15. — 3. Id. VIII, 35. — 4. I Jean, IV, 18.

 

chaste, qui demeure dans les siècles des siècles (1); car ce serviteur doit s'entendre dire « Courage, bon serviteur, entre dans la joie de ton Seigneur (2) ».

2. « Mais », continue le Sauveur, « ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom, parce qu'ils ne connaissent pas Celui « qui m'a envoyé ». Quelles sont toutes ces choses, sinon ce qu'il vient de dire: « Ils vous haïront et vous persécuteront et mépriseront votre parole? » Car s'ils se contentaient de ne pas garder leur parole sans les haïr et sans les persécuter, ou bien si, tout en les haïssant, ils ne les persécutaient pas, alors il ne serait pas vrai de dire: ils vous feront toutes ces choses. « Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom » ; n'est-ce pas dire : c'est moi qu'ils haïront en vous, moi qu'ils persécuteront en vous, et parce que votre parole et ma parole ils ne la garderont pas ? « Car ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom », non à cause du vôtre, mais « à cause du mien ». Ceux qui font ces aloses à cause de mon nom, sont d'autant plus malheureux que sont plus heureux ceux qui les souffrent à cause de ce même nom; comme dit Notre-Seigneur lui-même dans un autre endroit : « Bienheureux ceux qui souffrent persécution à cause de la justice (3)», c'est-à-dire à cause de moi, ou bien « à cause de mon nom » ; car, suivant l'enseignement de l'Apôtre: « Jésus-Christ nous a été donné de Dieu comme notre sagesse, notre justice,  notre sanctification et notre rédemption, afin que, selon qu'il est écrit, celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur (4) ». Il

 

1. Ps. XVIII, 10. — 2. Matth. XXV, 21. — 3. Id. v,10. — 4. I Cor. I, 30, 31.

 

 

46

 

est vrai que les méchants font aussi ces choses aux méchants, mais ce n'est pas à cause de la justice ; c'est pourquoi ils sont tous malheureux, et ceux qui les font, et ceux qui les souffrent. Les bons les font aussi aux méchants: mais quoique les bons les fassent pour la justice, cependant les méchants ne les souffrent point pour ce motif.

3. Mais, dira quelqu'un, si, quand les méchants persécutent les bons à cause du nom de Jésus-Christ, les bons souffrent pour elle; assurément, c'est aussi à cause de la justice que les méchants leur font ces choses : et s'il en est ainsi, quand les bons persécutent les méchants à cause de la justice, il s'ensuit que les méchants souffrent aussi pour la justice. Car si les méchants peuvent persécuter les bons à cause du nom de Jésus-Christ, pourquoi ne pourraient-ils pas souffrir de la part des bons une persécution à cause du nom de Jésus-Christ, c'est-à-dire à cause de la justice? Le motif pour lequel les bons font ces choses n'est pas celui pour lequel les méchants les souffrent, puisque les bons les font à cause de la justice, et que les méchants les souffrent à cause de l'injustice; le motif pour lequel les méchants font ces choses ne peut donc être celui pour lequel les bons les souffrent, puisque les méchants agissent à cause de l'injustice, et que les bons souffrent à cause de la justice. Comment donc pourra être vraie cette parole : « Ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom », puisqu'ils les font non pas à cause de son nom, c'est-à-dire à cause de la justice, mais à cause de leur iniquité? Cette question se trouvera résolue, si nous entendons ces paroles: « Ils vous feront toutes ces choses à « cause de mon nom n, en ce sens que tout se rapporte aux justes, comme s'il était dit: Vous souffrirez de leur part toutes ces choses à cause de mon nom, et alors: « ils vous feront ces choses », signifie: vous souffrirez ces choses. Mais si ces paroles: « à cause de mon nom », doivent s'entendre comme s'il disait, à cause de mon nom qu'ils haïssent en vous (et on peut dire aussi à cause de la justice qu'ils haïssent en vous), alors quand les bons font souffrir persécution aux méchants, on peut dire avec raison qu'ils le font à cause de la justice, pour l'amour de laquelle ils persécutent les méchants, et à cause de l'iniquité qu'ils haïssent dans les méchants; de la sorte on peut dire aussi que les méchants souffrent et à cause de l'iniquité qui se trouve punie en eux, et à cause de la justice qui s'exerce à les châtier.

4. Autre question : les méchants persécutent aussi leurs pareils ; par exemple, les rois et les juges impies, tout en persécutant les fidèles, punissaient aussi les homicides, les adultères et tous les scélérats qui, à leur connaissance, agissaient contre les lois publiques. Alors, comment expliquer ce que dit le Seigneur: « Si vous étiez du monde, le monde assurément aimerait ce qui serait à lui (1) ». Or, le monde n'aime pas ceux qu'il punit; et cependant nous voyons qu'il punit le plus souvent tous ces crimes, à moins que le monde soit et dans ceux qui punissent ces crimes et aussi dans ceux qui les aiment. Donc ce monde, qui se compose des méchants et des impies, nuit à ce qui lui appartient par l'intermédiaire des hommes qui punissent les scélérats, et il aime ce qui lui appartient par le ministère des hommes qui favorisent ceux dont ils partagent les crimes. Donc, quand le Sauveur dit : « Ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom », ces paroles signifient: ou bien vous souffrirez à cause de mon nom, ou bien ils feront ces choses à cause de mon nom, parce que en vous persécutant, ils persécutent ce qu'ils haïssent en vous, et il ajoute: « parce qu'ils ne connaissent point Celui qui m'a envoyé » ; ce qui doit s'entendre de cette science dont il est écrit: « Vous connaître, c'est la sagesse parfaite (2) ». Ceux qui connaissent de la sorte le Père qui a envoyé le Christ, ne persécutent en aucune façon ceux que Jésus-Christ est venu recueillir; car ils sont eux-mêmes recueillis par lui.

 

1. Jean, XV, 19. — 2. Sag. VI, 16.

 

Haut du document

 

Précédente Accueil Suivante