TRAITÉ XCV
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
TRAITÉ I
TRAITÉ II
TRAITÉ III
TRAITÉ IV
TRAITÉ V
TRAITÉ VI
TRAITÉ VII
TRAITÉ VIII
TRAITÉ IX
TRAITÉ X
TRAITÉ XI
TRAITÉ XII
TRAITÉ XIII
TRAITÉ XIV
TRAITÉ XV
TRAITÉ XVI
TRAITÉ XVII
TRAITÉ XVIII
TRAITÉ XIX
TRAITÉ XX
TRAITÉ XXI
TRAITÉ XXII
TRAITÉ XXIII
TRAITÉ XXIV
TRAITÉ XXV
TRAITÉ XXVI
TRAITÉ XXVII
TRAITÉ XXVIII
TRAITÉ XXIX
TRAITÉ XXX
TRAITÉ XXXI
TRAITÉ XXXII
TRAITÉ XXXIII
TRAITÉ XXXIV
TRAITÉ XXXV
TRAITÉ XXXVI
TRAITÉ XXXVII
TRAITÉ XXXVIII
TRAITÉ XXXIX
TRAITÉ XL
TRAITÉ XLI
TRAITÉ XLII
TRAITÉ XLIII
TRAITÉ XLIV
TRAITÉ XLV
TRAITÉ XLVI
TRAITÉ XLVII
TRAITÉ XLVIII
TRAITÉ XLIX
TRAITÉ L
TRAITÉ LI
TRAITÉ LII
TRAITÉ LIII
TRAITÉ LIV
TRAITÉ LV
TRAITÉ LVI
TRAITÉ LVII
TRAITÉ LVIII
TRAITÉ LIX
TRAITÉ LX
TRAITÉ LXI
TRAITÉ LXII
TRAITÉ LXIII
TRAITÉ LXIV
TRAITÉ LXV
TRAITÉ LXVI
TRAITÉ LXVII
TRAITÉ LXVIII
TRAITÉ LXIX
TRAITÉ LXX
TRAITÉ LXXI
TRAITÉ LXXII
TRAITÉ LXXIII
TRAITÉ LXXIV
TRAITÉ LXXV
TRAITÉ LXXVI
TRAITÉ LXXVII
TRAITÉ LXXVIII
TRAITÉ LXXIX
TRAITÉ LXXX
TRAITÉ LXXXI
TRAITÉ LXXXII
TRAITÉ LXXXIII
TRAITÉ LXXXIV
TRAITÉ LXXXV
TRAITÉ LXXXVI
TRAITÉ LXXXVII
TRAITÉ LXXXVIII
TRAITÉ LXXXIX
TRAITÉ XC
TRAITÉ XCI
TRAITÉ XCII
TRAITÉ XCIII
TRAITÉ XCIV
TRAITÉ XCV
TRAITÉ XCVI
TRAITÉ XCVII
TRAITÉ XCVIII
TRAITÉ XCIX
TRAITÉ C
TRAITÉ CI
TRAITÉ CII
TRAITÉ CIII
TRAITÉ CIV
TRAITÉ CV
TRAITÉ CVI
TRAITÉ CVII
TRAITÉ CVIII
TRAITÉ CIX
TRAITÉ CX
TRAITÉ CXI
TRAITÉ CXII
TRAITÉ CXIII
TRAITÉ CXIV
TRAITÉ CXV
TRAITÉ CXVI
TRAITÉ CXVII
TRAITÉ CXVIII
TRAITÉ CXIX
TRAITÉ CXX
TRAITÉ CXXI
TRAITÉ CXXII
TRAITÉ CXXIII
TRAITÉ CXXIV

QUATRE-VINGT-QUINZIÉME TRAITÉ.

SUR CES PAROLES DE LA LEÇON PRÉCÉDENTE : « QUAND IL SERA VENU, IL CONVAINCRA LE MONDE TOUCHANT LE PÉCHÉ ET TOUCHANT LA JUSTICE, ETC. » (Chap. XVI, 8-11.)

 

LE MONDE CONVAINCU.

 

Jésus-Christ avait par lui-même convaincu le monde de péché, mais le Saint-Esprit devait le faire plus spécialement par les Apôtres, en les remplissant de charité et en les délivrant de toute crainte. Il devait convaincre les Juifs et les infidèles à cause de leur incrédulité en elle-même et comparée à la foi des justes qui croient sans voir Jésus-Christ homme. Il devait aussi les convaincre que le démon et tous ses imitateurs sont jugés depuis longtemps et condamnés de Dieu.

 

1. Au moment où il promettait d'envoyer l'Esprit-Saint, Jésus dit ces paroles: « Lorsqu'il sera venu, il convaincra le monde touchant le péché, touchant la justice et (61) touchant le jugement ». Qu'est-ce que cela veut dire ? Est-ce que le Seigneur Jésus-Christ n'a pas convaincu le monde touchant le péché, lorsqu'il a dit : « Si je n'étais pas venu et si je ne leur avais parlé, ils n'auraient pas eu de péché; mais maintenant ils n'ont point d'excuses pour leur péché? » Mais afin que personne ne puisse dire que ces dernières paroles regardent exclusivement les Juifs et ne concernent nullement le monde, n'a-t-il pas dit dans un autre endroit : « Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui (1)? » Ne l’a-t-il pas convaincu touchant la justice, quand il a dit: « Père juste, le monde ne vous a pas connu (2) ? » Ne l'a-t-il pas convaincu touchant le jugement, puisqu'il assure qu'il dira à ceux qui seront placés à sa gauche : « Allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges (3)? » Il y a dans l'Evangile beaucoup d'autres passages où Jésus-Christ convainc le monde touchant toutes ces choses ; d'où vient donc qu'il attribue cette action au Saint-Esprit comme une action qui lui est propre? Ne serait-ce point parce que Jésus-Christ, ayant parlé exclusivement à la nation des Juifs, ne semble pas avoir convaincu le monde; car on ne regarde comme convaincu que celui qui entend celui qui le convainc ? Mais le Saint-Esprit, par l'organe des disciples répandus dans tout l'univers, a convaincu, non pas une seule nation, mais le monde entier. C'est ce que Notre-Seigneur leur dit un peu avant de remonter au ciel : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a disposés dans sa puissance. Mais vous recevrez la vertu de l'Esprit-Saint qui descendra sur vous, et vous me rendrez témoignage dans Jérusalem, et dans toute la Judée, et dans Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre (4) ». C'est là convaincre le monde. Mais qui osera dire que l'Esprit-Saint convainc le monde par les disciples de Jésus-Christ, et que Jésus-Christ ne le convainc pas lui-même, lorsque l'Apôtre s'écrie : «Voulez-vous éprouver la puissance de Jésus-Christ qui parle en moi (5) ? » Ceux que convainc l'Esprit-Saint, Jésus-Christ les convainc donc aussi lui-même. Mais le Saint-Esprit devait répandre dans leurs coeurs (6) la charité qui

 

1. Jean, XV, 22, 19. — 2. Id. XVII, 25. — 3. Matth. XXV, 41. — 4. Act. I, 7, 8. — 5. II Cor, XIII, 3. — 6. Rom. V, 5.

 

chasse dehors la crainte (1), crainte qui aurait pu les empêcher de convaincre un monde frémissant de rage et disposé à les persécuter. C'est pour cela, j'imagine, que Notre-Seigneur a dit : « C'est lui qui convaincra le monde » ; n'était-ce pas dire, en d'autres termes : C'est lui qui répandra dans vos coeurs la charité; et par là toute crainte ayant disparu, vous aurez la liberté de convaincre ? Nous vous l'avons dit souvent: Les oeuvres de la Trinité ne sont pas plus imputables à une de. ses personnes qu'à une autre (2) ; mais chaque personne doit être distinguée des autres de telle sorte que nous n'introduisions aucune division dans leur unité, ni aucune confusion dans leur Trinité.

2. Le Seigneur explique ensuite ce qu'il a voulu dire par ces mots : « Touchant le péché, et touchant la justice, et touchant le jugement. Touchant le péché », dit-il, « parce qu'ils n'ont pas cru en moi ». Il place ce péché avant tous les autres, et comme s'il n'y en avait pas d'autre. En effet, tant que celui-là subsiste, les autres demeurent, mais s'il disparaît, les autres sont remis. « Touchant la justice », continue-t-il, « parce que je vais au Père, et bientôt vous ne me verrez plus ». Ici il faut d'abord examiner si chacun doit être convaincu touchant le péché de la même manière qu'il doit être convaincu touchant la justice. En effet, si le pécheur doit être convaincu précisément parce qu'il est pécheur, faut-il penser que le juste sera convaincu parce qu'il est juste ? Loin de là. Car si parfois le juste est convaincu, c'est qu'il le mérite. Il est écrit en effet : « Il n'est point de juste sur la terre qui fasse le bien et ne pèche point ». C'est pourquoi, lorsque le juste est convaincu, il est convaincu touchant le péché, et non touchant la justice. Quand nous lisons dans les divines Ecritures : « Gardez-vous de devenir juste à l'excès (3) », il ne s'agit pas de la justice du sage, mais de l'orgueil du présomptueux. Celui donc qui devient trop juste, devient par là même trop injuste. Celui qui se fait trop juste est celui qui se dit sans péché, ou qui pense devoir attribuer sa justice, non pas à la grâce de Dieu, mais à la suffisance de sa volonté ; tout en vivant dans la droiture, il n'est pas juste, mais il est enflé d'orgueil, puisqu'il croit être ce qu'il n'est pas. De quelle façon le monde sera-t-il donc

 

1. Jean, IV, 18. — 2. Traité XX. — 3. Eccl. VII, 21, 17.

 

62

 

convaincu touchant la justice? Il le sera touchant la justice de ceux qui croient; il est convaincu touchant le péché, parce qu'il ne croit pas en Jésus-Christ; et il est convaincu touchant la justice de ceux qui croient. Car, pour être condamnés, il suffira aux infidèles d'être comparés aux fidèles. C'est ce qui ressort de l'explication donnée à ce sujet par Notre-Seigneur. En effet, pour donner plus de clarté à ce qu'il vient de dire, il ajoute : « Touchant la justice, parce que je vais au Père et que bientôt vous ne me verrez plus ». Il ne dit pas : Et ils ne me verront plus, car, en parlant d'eux, il venait de dire: « Parce qu'ils n'ont pas cru en moi ». Lorsqu'il explique ce qu'il appelle péché, c'est d'eux qu'il parle en ce passage: « Parce qu'ils n'ont pas cru en « moi ». Mais quand il définit la justice touchant laquelle le monde doit être convaincu, il se tourne vers ceux à qui il parlait et leur dit . «Parce que je vais au Père et que bien« tôt vous ne me verrez plus ». Ainsi, le monde est convaincu touchant son propre péché, et touchant la justice d'autrui de la même manière que les ténèbres sont convaincues touchant la lumière. « Car », dit l'Apôtre, « tout ce qui est répréhensible est manifesté par la lumière (1) ».Combien grand est le péché de ceux qui ne croient pas, c'est ce qui peut se voir non-seulement par le péché lui-même, mais encore par la vertu de ceux qui croient. Et comme les infidèles ont l'habitude de dire : Comment pouvons-nous croire ce que nous ne voyons pas, il a fallu faire connaître la justice de ceux qui croient, par ces mots : « Parce que je vais au Père, et que bientôt vous ne me verrez plus ». Bienheureux, en effet, ceux qui ne voient pas et qui croient (2). Ceux qui ont vu Jésus-Christ n'ont pas été félicités de leur foi pour avoir cru ce qu'ils voyaient, c'est-à-dire le Fils de l'Homme ; mais pour avoir cru ce qu'ils ne voyaient pas, c'est-à-dire le Fils de Dieu. Mais lorsque sa forme d'esclave se fut elle-même dérobée à leurs yeux, alors se trouva parfaitement accomplie cette parole : « Le juste vit de la foi (3) ». « Car la foi », telle que la définit l'Epître aux Hébreux, « est la substance des choses que nous devons espérer, et la preuve de celles que nous ne voyons point ».

3. Mais pourquoi dire : « Désormais vous

 

1. Ephés. V, 13. — 2. Jean, XX, 29. — 3. Rom, I, 17; Habac. II, 4 ; Hébr. X, 1.

 

ne le verrez plus ?» Il ne dit pas : Je vais au Père et vous ne me verrez pas, comme s'il eût voulu indiquer le temps plus ou moins long, mais défini, pendant lequel ils seraient privés de le voir; mais en disant: « Désormais          vous ne me verrez plus », lui qui est la vérité, semble annoncer d'avance qu'ils ne le verront jamais plus. La justice consiste-t-elle donc à ne voir jamais Jésus-Christ et à croire néanmoins en lui ? Pourtant, la foi dont vit le juste n'est louée que parce qu'elle croit voir un jour Jésus-Christ qu'elle ne voit pas maintenant- Enfin, d'après cette notion de la justice, ne devrions-nous pas dire que l'apôtre Paul n'était pas juste, puisqu'il avoue avoir vu Jésus-Christ après son ascension dans le ciel (1); ce qui est bien le temps dont il dit : « Désormais vous ne me verrez plus?» D'après cette notion de la justice, il n'était donc pas juste le très-glorieux Etienne qui s'écria, lorsqu'on le lapidait : « Je vois le ciel ouvert et le Fils de l'Homme se tenant à la droite de Dieu (2) ? » Que signifie donc ce passage : « Je vais au Père et désormais vous ne me verrez plus?» Vous ne me verrez plus tel que je suis en ce moment où je me trouve avec vous. Alors, en effet, il était encore mortel et revêtu d'une chair semblable à celle du péché (3), il pouvait éprouver la faim et la soif, être fatigué et dormir. Voilà Jésus-Christ tel qu'il était et tel qu'ils ne devaient plus le voir lorsqu'il aurait passé de ce monde à son Père. En cela consiste la vraie justice de la foi, dont parle l'Apôtre : « Si nous avons connu Jésus-Christ selon la chair, nous ne le connaissons plus ainsi maintenant ». Ce sera donc par votre justice, continue Notre-Seigneur, que le monde sera convaincu, « parce  que je vais au Père, et que désormais vous a ne me verrez plus » ; car vous croirez en moi, bien que vous ne me voyiez plus; et quand vous me verrez tel que je serai, vous ne me verrez pas tel que je suis maintenant au milieu de vous: vous me verrez non pas humilié, mais exalté; vous me verrez non pas mortel, mais éternel; vous me verrez non pas sur le point d'être jugé,mais prêt à juger, et par cette foi qui sera la vôtre, c'est-à-dire par votre justice, l'Esprit-Saint convaincra le monde d'incrédulité.

4. Il le convaincra aussi « touchant le jugement, parce que le prince de ce monde a

 

1. I Cor. XV, 8. — 2. Act. VII, 55. — 3. Rom. VIII, 3. — 4. II Cor, V, 16.

 

63

 

a été jugé ». Quel est ce prince du monde? Evidemment celui dont il dit en un autre endroit : « Voici que le prince du monde vient, et il ne trouvera rien en moi (1) » ; c'est-à-dire rien qui lui donne droit sur moi, rien qui lui appartienne ; c'est-à-dire encore, aucun péché. C'est par le péché seul, en effet, que le diable est prince du monde. Car le diable n'est le prince ni du ciel, ni de la terre, ni de tout ce qu'ils renferment, s'il s'agit du monde entendu dans le sens dans lequel l'Evangéliste emploie ce mot, quand il dit : « Et le monde a été fait par lui » Le diable est le prince du monde; oui, mais de ce monde à l'endroit duquel l'Evangéliste ajoute : « Et le monde ne l'a pas connu (2) »; car il veut désigner par là les hommes infidèles dont le monde entier est rempli, au milieu desquels gémit le monde fidèle ou ceux qu'a choisis d'entre le monde Celui par qui le monde a été fait, et dont il dit lui-même : « Le Fils de l'homme n'est pas venu pour juger le monde, mais pour que le monde fût sauvé par lui (3) ». Le monde est jugé et condamné par lui; le monde est secouru et sauvé par lui. Car comme un arbre est couvert de feuilles et de fruits, comme une aire est remplie de paille et de grains, ainsi le monde est plein d'infidèles et de fidèles. Le prince de ce monde, c'est donc le prince de ces ténèbres, c'est-à-dire des infidèles, du milieu desquels est arraché le monde de ceux à qui il est dit . « Vous avez été autrefois

 

1. Jean, XIV, 31. — 2. Id. I, 10. — 3. Id. III, 17.

 

ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur (1) ». C'est le prince de ce monde dont il est dit ailleurs : « Maintenant, le prince de ce monde a été jeté dehors (2) ». Certainement il a été jugé, et par suite de son jugement il a été irrévocablement destiné au feu éternel. C'est touchant ce jugement par lequel a été jugé le prince de ce monde, que le Saint-Esprit convaincra le monde; car il sera jugé avec son prince, qu'il imite dans son orgueil et son impiété. « Car si Dieu », comme dit l'apôtre Pierre, « n'a point épargné les anges qui ont péché, mais en les repoussant dans les prisons ténébreuses de l'enfer, il a voulu les conserver pour les juger et les punir (3) » ; comment le Saint-Esprit ne convaincrait-il pas le monde de ce jugement, quand c'est par l'inspiration du Saint-Esprit lui-même que l'Apôtre a ainsi parlé? Que les hommes croient donc en Jésus-Christ, afin de n'être pas convaincus touchant le péché de leur infidélité, qui retient tous les autres péchés : qu'ils passent au nombre des fidèles , afin de n'être pas convaincus touchant leur justice, qu'ils n'auront pas imitée; qu'ils prennent garde au jugement à venir, afin de n'être point jugés avec le prince de ce monde, qu'ils imitent, quoiqu'il ait été jugé. Car pour empêcher le funeste orgueil des hommes de croire qu'on lui pardonnerait, il a fallu l'effrayer par le supplice des anges superbes.

 

1. Ephés. V, 8. — 2. Jean, XII, 31. — 3. II Pierre,  II, 4.

 

 Haut du document

 

 

Précédente Accueil Suivante