LETTRE XLVIII
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

LETTRE XLVIII. (Année 398.)

 

Saint Augustin se recommande aux prières des moines de l'île de Capraia; il dit dans quel esprit il faut aimer le repos et pratiquer les bonnes œuvres, et comment il faut se tenir toujours prêt pour les besoins de l'Eglise.

 

AUGUSTIN ET LES FRÈRES QUI SONT AVEC LUI, A SON CHER ET TRÈS-DÉSIRÉ FRÈRE ET COLLÈGUE DANS LE SACERDOCE, EUDOXE, ET AUX FRÈRES QUI SONT AVEC LUI, SALUT DANS LE SEIGNEUR.

 

1. Quand nous songeons au repos dont vous jouissez dans le Christ, nous nous sentons reposés nous-mêmes dans votre charité, malgré le poids et la diversité de nos travaux. Nous ne sommes qu'un même corps sous un chef unique; vous avez nos labeurs comme nous avons vos loisirs; « si un membre souffre, tous souffrent aussi, et si un membre reçoit quelque gloire, tous les membres se réjouissent avec lui (1). » C'est pourquoi nous vous avertissons, nous vous demandons, nous vous conjurons, par la profonde humilité du Christ et sa grandeur miséricordieuse, de vous souvenir de nous dans vos saintes oraisons que nous croyons plus vives et meilleures que les nôtres; car bien souvent nos prières se trouvent comme frappées et affaiblies par les ombres et le bruit des occupations séculières; ce n'est pas pour nos propres affaires que nous subissons tout ce tracas; ceux pour qui nous agissons nous contraignent à faire mille pas, et nous nous imposons d'en faire avec eux deux mille autres (2) ; aussi notre fardeau est si grand que nous respirons à peine. Nous croyons, cependant, que celui vers qui s'élèvent les gémissements

 

1. I Cor. XII, 26. — 2. Matt. V, 41.

 

des captifs (1) nous délivrera, grâce à vos prières, de toutes nos tribulations, si nous persévérons dans le ministère où il a daigné nous établir avec promesse de récompense.

2. Pour vous, frères, nous vous exhortons, dans le Seigneur, à demeurer fidèles à vos résolutions jusqu'à la fin ; si l'Eglise, notre mère, vient à vous demander quelque oeuvre, tenez-vous en garde à la fois contre une ardeur trop vive et trop impatiente, et contre les caressantes inspirations d'un trop grand amour du repos; mais obéissez doucement et soumettez-vous pleinement à Dieu qui vous gouverne, qui dirige dans la justice les coeurs dociles et enseigne ses voies à ceux qui sont doux (2). Ne préférez point votre repos aux besoins de l'Eglise : si aucun homme de bien n'avait voulu l'assister dans son enfantement, vous n'auriez jamais pu naître à la vie spirituelle. De même qu'il faut tenir le milieu entre le feu et l'eau pour ne pas être brûlé ni submergé, ainsi nous devons régler notre route entre les hauteurs de l'orgueil et l'abîme de la paresse, « ne « nous détournant ni à droite ni à gauche, » comme dit l'Ecriture (3). Il en est qui, pour trop craindre de se laisser emporter vers la droite, se précipitent dans les profondeurs de la gauche; et d'autres, pour trop s'écarter de la gauche et ne pas être engloutis dans une languissante et molle oisiveté, se laissent corrompre par le faste et la vanité, et s'évanouissent en ,étincelles et en fumée. Ainsi donc, frères très-chers, aimez le repos, mais pour y apprendre à ne plus aimer les choses de la terre, et souvenez-vous qu'il n'y a pas de lieu dans l'univers où ne puisse nous tendre des piéges celui qui craint que nous ne reprenions notre essor vers Dieu; l'ennemi de tout bien craint que nous ne le jugions après avoir été ses esclaves pensez qu'il n'y aura pas pour nous de repos parfait jusqu'à ce que « l'iniquité soit passée (4), » et que la « justice se change en jugement (5). »

3. Lors donc que vous faites quelque chose avec courage, ardeur ou vigilance, soit dans les oraisons, soit dans les jeûnes, soit dans les aumônes; quand vous secourez les indigents ou que vous pardonnez les injures,-comme Dieu nous a pardonné à nous-mêmes dans le Christ (6) ; quand vous triomphez des mauvaises habitudes, que vous châtiez votre corps et le réduisez en servitude (7); quand vous endurez patiemment

 

1. Ps. LXXVIII, 11. — 2. Ps. XXIV, 10. — 3. Deut., XVII, 11. — 4. Ps. LVI, 2. —  5. Ps. XCIII, 15. — 6. Ephés. IV, 32. — 7. I Cor. IX, 27.

 

 

48

 

les tribulations et qu'avant tout vous vous supportez avec amour les uns les autres (car que supportera-t-il celui qui ne supporte pas son frère?) ; quand vous découvrez. l'astuce et les embûches du tentateur, et que, « avec le bouclier de la foi, vous repoussez et vous éteignez ses traits enflammés (1); » quand vous chantez et vous psalmodiez au fond de vos coeurs pour le Seigneur (2), ou que vos voix s'unissent à vos âmes, faites tout pour la gloire de Dieu, qui « opère tout en tous (3); conservez-vous si bien dans la ferveur de l'esprit (4) que votre âme ne mette sa gloire que dans le Seigneur (5). » Telle est la voie droite; on y marche avec les yeux attachés sur le Seigneur, parce que « c'est lui qui retirera du piège nos pieds (6). » Cette manière de vivre n'est pas brisée par les affaires, ni refroidie par le repos; elle n'est. ni: turbulente ni accablée, ni audacieuse, ni timide, ni précipitée, ni pesante. Faites ces choses et le Dieu de paix sera avec vous (7).

4. Que votre charité ne se plaigne point de tout ce que j'ai dit dans cette lettre. Je ne vous ai point exhortés sur ce que je crois que vous ne faites pas; mais j'ai pensé que vous me recommanderiez beaucoup à Dieu, si vous mêliez le souvenir de mes paroles aux oeuvres que vous accomplissez par sa grâce; car j'avais déjà connu pair la renommée, et récemment nos frères Eustase et André nous ont rapporté, à leur retour d'auprès. de vous, la bonne odeur du Christ qui s'exhale de votre sainte vie. Eustase vient de nous précéder dans l'éternel repos, où l'on n'entend point ces flots du temps pareils à ceux dont votre île est battue; il ne désire plus retourner à Capraïa, parce qu'il n'a plus besoin de cilice (8).

 

1. Ephés. VI, 16. — 2. Ibid. V, 19. — 3. I Cor. X, 31; XII, 6. — 4. Rom. XII, 11. — 5. Ps. XXXIII, 3. — 6. Ps. XXIV, 15. — 7. II Cor. XIII, 11.

8. Pour comprendre ces derniers mots, il faut savoir que dans l’île de Capraïa on faisait autrefois beaucoup de cilices en poil de chèvre à l'usage des religieux; Capraïa tire son nom du grand nombre de chèvres qu'on rencontre dans l’île.

 

 

 

 Précédente Accueil Remonter Suivante