LETTRE LXIX
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
LETTRE XXXI
LETTRE XXXII
LETTRE XXXIII
LETTRE XXXIV
LETTRE XXXV
LETTRE XXXVI
LETTRE XXXVII
LETTRE XXXVIII
LETTRE XXXIX
LETTRE XL
LETTRE XLI
LETTRE XLII
LETTRE XLIII
LETTRE XLIV
LETTRE XLV
LETTRE XLVI
LETTRE XLVII
LETTRE XLVIII
LETTRE XLIX
LETTRE L
LETTRE LI
LETTRE LII
LETTRE LIII
LETTRE LIV
LETTRE LV
LETTRE LVI
LETTRE LVII
LETTRE LVIII
LETTRE LIX
LETTRE LX
LETTRE LXI
LETTRE LXII
LETTRE LXIII
LETTRE LXIV
LETTRE LXV
LETTRE LXVI
LETTRE LXVII
LETTRE LXVIII
LETTRE LXIX
LETTRE LXX
LETTRE LXXI
LETTRE LXXII
LETTRE LXXIII
LETTRE LXXIV
LETTRE LXXV
LETTRE LXXVI
LETTRE LXXVII
LETTRE LXXVIII
LETTRE LXXIX
LETTRE LXXX
LETTRE LXXXI
LETTRE LXXXII
LETTRE LXXXIII
LETTRE LXXXIV
LETTRE LXXXV
LETTRE LXXXVI
LETTRE LXXXVII
LETTRE LXXXVIII
LETTRE LXXXIX
LETTRE XC
LETTRE XCI
LETTRE XCII
LETTRE XCIII
LETTRE XCIV
LETTRE XCV
LETTRE XCVI
LETTRE XCVII
LETTRE XCVIII
LETTRE XCIX
LETTRE C
LETTRE CI
LETTRE CII
LETTRE CIII
LETTRE CIV
LETTRE CV
LETTRE CVI
LETTRE CVII
LETTRE CVIII
LETTRE CIX
LETTRE CX
LETTRE CXI
LETTRE CXII
LETTRE CXIII
LETTRE CXIV
LETTRE CXV
LETTRE CXVI
LETTRE CXVII
LETTRE CXVIII
LETTRE CXIX
LETTRE CXX
LETTRE CXXI
LETTRE CXXII
LETTRE CXXIII

83

 

LETTRE LXIX. (A la fin de l'année 389.)

 

Deux frères avaient passé du parti de Donat à l'unité catholique; l'un d'eux était évêque, et, pour l'amour de la paix, avait déposé le fardeau de l'épiscopat; c'est au frère de celui-ci que saint Augustin écrit la lettre qu'on va lire; il désire le voir se retirer du monde et succéder à celui qui vient de donner l'exemple d'une piété généreuse et d'une profonde humilité.

 

ALYPE ET AUGUSTIN A LEUR TRÈS-CHER SEIGNEUR ET HONORABLE ET AIMABLE FILS CASTORIUS, SALUT DANS LE SEIGNEUR.

 

1. L'ennemi des chrétiens s'est efforcé, par le moyen de notre très-cher et très-doux fils votre frère, d'exciter un dangereux scandale dans l'Eglise catholique qui vous a maternellement reçus lorsque, vous enfuyant de la portion retranchée et déshéritée, vous êtes rentrés dans l'héritage du Christ; il aurait désiré obscurcir d'une tristesse humiliante la sérénité de la joie que nous avait causée votre retour religieux. Mais si le Seigneur notre Dieu, miséricordieux et compatissant, consolateur des affligés, ce Dieu qui nourrit les petits et guérit les infirmes, a permis un peu de mal, c'était pour que nous eussions plus de contentement à voir la chose réparée, que nous n'avions eu d'affliction à la voir compromise. Il est plus glorieux de déposer le fardeau de l'épiscopat pour épargner des maux à l'Eglise, que de l'avoir accepté pour gouverner. Si l'intérêt de la paix vient à le demander, on montre bien qu'on était digne d'être évêque quand on ne fait rien d'indigne pour défendre ce qu'on a reçu. Dieu a voulu faire voir aux ennemis de son Eglise, par votre frère, notre fils Maximien, que ceux-là sont bien dans ses entrailles qui cherchent, non pas leurs intérêts, mais ceux de Jésus-Christ. Ce n'est point par un calcul de cupidité temporelle que Maximien a renoncé à la dispensation des mystères de Dieu, mais par un sentiment de paix, et, de peur qu'une honteuse et funeste division n'éclatât parmi les membres du Christ. En effet, rien ne serait plus aveugle et plus exécrable que de quitter le schisme par amour pour la paix de l'Eglise catholique, et de troubler ensuite cette même paix catholique au profit d'une dignité dans laquelle on prétendait se maintenir. Et aussi, lorsqu'on s'est séparé de l'orgueil furieux des donatistes, rien n'est plus louable et plus conforme à la charité chrétienne que de s'attacher à l'héritage du Christ, au point de prouver son amour de l'unité par un grand témoignage d'humilité. De même que nous nous réjouissons d'avoir trouvé votre frère tel que la tempête de la tentation n'ait pu renverser dans son coeur ce que la divine parole y avait édifié, ainsi nous souhaitons, et nous demandons au Seigneur qu'il fasse voir de plus en plus, par sa vie et ses moeurs, combien il aurait rempli dignement les devoirs qu'il aurait acceptés s'il l'avait fallu. Qu'il reçoive l'éternelle paix promise à l'Eglise, lui qui a compris que ce qui ne convenait pas à la paix de l'Eglise ne pouvait lui convenir.

2. Mais vous, très-cher fils, qui n'êtes point pour nous une petite joie, vous que des motifs pareils n'empêchent point de recevoir l'épiscopat, il convient à votre caractère de consacrer au Christ ce qu'il vous a donné; car votre esprit, votre sagesse, votre éloquence, votre gravité, votre tempérance, et les autres vertus qui font l'ornement de votre vie, sont des dons de Dieu. A qui peuvent-ils mieux servir qu'à celui qui les accorde ? Ils seront ainsi conservés, développés, achevés et récompensés. Ah ! que ces dons ne se mettent point au service de ce monde, de peur qu'ils ne s'évanouissent et ne périssent avec lui. Nous savons qu'avec vous il n'est pas besoin de beaucoup insister sur ce point; vous connaissez la vanité des espérances de l'homme, l'insatiabilité de ses désirs, l'incertitude de la vie. Chassez donc de votre coeur tout ce qu'il aurait pu concevoir de faux espoir de bonheur sur la terre ; travaillez dans le champ du Seigneur, où les fruits sont certains, où déjà tant de promesses ont été accomplies qu'il faudrait être insensé pour désespérer de l'accomplissement de ce qui reste. Nous vous conjurons, par la divinité et l'humanité du Christ, par -la paix de cette céleste cité dont l'éternel repos nous est donné après les labeurs du pèlerinage, nous vous conjurons de succéder, dans l'épiscopat de Vagine, à votre frère, qui n'en est pas déchu avec ignominie,mais qui s'en est démis avec gloire. Que ce peuple, pour qui nous espérons de votre esprit et de votre parole, enrichie des dons de Dieu, tant de fruits abondants, comprenne par vous que votre frère a fait ce qu'il a fait dans des pensées de paix, et non pas afin de se dérober au poids du travail. Nous avons (84) donné ordre que cette lettre ne vous soit lue que quand ceux à qui vous êtes nécessaire vous tiendront. Car nous vous tenons déjà par le lien de l'amour spirituel, parce que vous êtes très-nécessaire à nôtre collège épiscopal. Vous saurez, plus tard, pourquoi nous ne sommes pas allé vers vous.

 

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante