LETTRE LXXXV
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
LETTRE XXXI
LETTRE XXXII
LETTRE XXXIII
LETTRE XXXIV
LETTRE XXXV
LETTRE XXXVI
LETTRE XXXVII
LETTRE XXXVIII
LETTRE XXXIX
LETTRE XL
LETTRE XLI
LETTRE XLII
LETTRE XLIII
LETTRE XLIV
LETTRE XLV
LETTRE XLVI
LETTRE XLVII
LETTRE XLVIII
LETTRE XLIX
LETTRE L
LETTRE LI
LETTRE LII
LETTRE LIII
LETTRE LIV
LETTRE LV
LETTRE LVI
LETTRE LVII
LETTRE LVIII
LETTRE LIX
LETTRE LX
LETTRE LXI
LETTRE LXII
LETTRE LXIII
LETTRE LXIV
LETTRE LXV
LETTRE LXVI
LETTRE LXVII
LETTRE LXVIII
LETTRE LXIX
LETTRE LXX
LETTRE LXXI
LETTRE LXXII
LETTRE LXXIII
LETTRE LXXIV
LETTRE LXXV
LETTRE LXXVI
LETTRE LXXVII
LETTRE LXXVIII
LETTRE LXXIX
LETTRE LXXX
LETTRE LXXXI
LETTRE LXXXII
LETTRE LXXXIII
LETTRE LXXXIV
LETTRE LXXXV
LETTRE LXXXVI
LETTRE LXXXVII
LETTRE LXXXVIII
LETTRE LXXXIX
LETTRE XC
LETTRE XCI
LETTRE XCII
LETTRE XCIII
LETTRE XCIV
LETTRE XCV
LETTRE XCVI
LETTRE XCVII
LETTRE XCVIII
LETTRE XCIX
LETTRE C
LETTRE CI
LETTRE CII
LETTRE CIII
LETTRE CIV
LETTRE CV
LETTRE CVI
LETTRE CVII
LETTRE CVIII
LETTRE CIX
LETTRE CX
LETTRE CXI
LETTRE CXII
LETTRE CXIII
LETTRE CXIV
LETTRE CXV
LETTRE CXVI
LETTRE CXVII
LETTRE CXVIII
LETTRE CXIX
LETTRE CXX
LETTRE CXXI
LETTRE CXXII
LETTRE CXXIII

LETTRE LXXXV. (Année 405.)

 

Remontrances de saint Augustin à un évêque.

 

AUGUSTIN A SON BIEN-AIMÉ SEIGNEUR, A SON FRÈRE DONT IL IMPLORE DE TOUS SES VOEUX LA SANCTIFICATION , A PAUL, SON COLLÈGUE DANS LE SACERDOCE, SALUT DANS LE SEIGNEUR.

 

1. Je ne serais pas tant inexorable à vos yeux si vous ne doutiez point de ma sincérité. M'appeler ainsi, n'est-ce pas me prêter contre vous le goût de la division et le détestable sentiment de la haine; comme si, en une matière aussi évidente, je ne prenais garde d'être réprouvé moi-même après avoir prêché aux autres (1), et qu'en voulant chasser la paille de votre oeil j'entretinsse la poutre dans le mien (2)? Ce que vous croyez n'est pas. Je vous dis encore une fois, et je prends Dieu à témoin, que si vous vouliez à vous-même tout ce que je vous veux, il y a déjà longtemps que vous vivriez tranquille dans le Christ, et que vous réjouiriez toute l'Église dans la gloire de son nom. Je vous ai déjà écrit que vous êtes non-seulement

 

1. II Cor. IX, 27. — 2. Matth. VII, 4.

 

mon frère, mais encore mon collègue. Car il ne peut se faire qu'un évêque de l'Église catholique, quel qu'il soit, ne reste pas mon collègue, tant qu'il n'a pas été condamné par un jugement ecclésiastique. La seule raison qui m'empêche de communiquer avec vous, c'est que je ne puis vous flatter. Comme c'est moi qui vous ai engendré en Jésus-Christ par l'Évangile, je vous dois plus qu'un autre les justes et sévères avertissements de la charité. L'heureux souvenir des âmes que vous avez rendues, avec l'aide de Dieu, à l'Église catholique, ne m'empêche pas de gémir sur celles que vous lui faites perdre. Car vous avez blessé l'Église d'Hippone de telle manière que si le Seigneur ne vous délivre du poids des soucis et des occupations du siècle pour vous ramener à une véritable vie d'évêque, la blessure demeurera incurable.

2. Mais vous ne cessez de vous enfoncer de plus en plus dans les affaires auxquelles vous aviez renoncé, au point d'aller même, après 'y avoir renoncé, au delà de ce que permettent les lois humaines; et telles sont, dit-on, les habitudes de votre vie que les revenus de votre Eglise ne suffisent pas à vos profusions pourquoi donc recherchez-vous ma communion, vous qui ne voulez pas entendre mes remontrances? Est-ce pour que les hommes m'imputent tout ce que vous faites, quand il m'est impossible de supporter leurs plaintes ? C'est en vain que vous prétendez que ceux qui disent du mal de vous aujourd'hui ont été vos ennemis de tout temps, et pendant votre vie antérieure. Il n'en est pas ainsi, et je ne m'étonne pas que bien des choses vous soient cachées. Mais quand même cela serait vrai, on ne devrait rien trouver dans vos moeurs qui donnât droit de vous reprendre et occasion de blasphémer contre l'Église. Vous croyez peut-être que je vous parle ainsi parce que vos explications ne m'ont pas satisfait? Je parle ainsi, au contraire, parce que, si je me taisais, je ne pourrais moi-même satisfaire à Dieu pour mes péchés. Je sais que vous avez de la perspicacité, mais un esprit, fût-il lourd, demeure confiant lorsqu'il s'inspire du ciel; un esprit perçant n'est rien lorsqu'il ne s'inspire que de la terre. L'épiscopat n'est pas un moyen de passer doucement la vie et de goûter ses fausses joies. Ce que je vous dis, le Seigneur vous l'enseignera, le Seigneur qui vous a fermé tous les chemins que vous avez voulu suivre en vous (122) servant de lui, afin de vous diriger, si vous l'écoutez, dans la voie pour laquelle les grands devoirs d'évêque vous ont été imposés.

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante