LETTRE CXCVIII
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

LETTRE CXCVIII. (Année 419.)

 

Hésychius reconnaît , d'après les termes de l'Evangile , que personne ne peut savoir le jour ni l'heure de la fin du monde, mais il croit que Dieu n'a pas voulu nous cacher les temps et qu'il faut se préparer au second avènement du Sauveur; les malheurs de l'époque où il vivait lui semblent faire partie des signes marqués dans l'Evangile. L'évêque de Salonne exprime des doutes sur les semaines de Daniel et demande à saint Aupatin qu'il veuille bien l'éclairer par une réponse étendue.

HÉSYCHIUS A SON BIENHEUREUX SEIGNEUR AUGUSTIN, SON CHER ET VÉNÉRABLE FRÈRE ET COLLÈGUE DANS L'ÉPISCOPAT, SALUT DANS LE SEIGNEUR.

 

1. Cornutus, notre saint collègue dans le sacerdoce, m'a remis votre lettre que je désirais et que j'attendais; elle m'a causé de la joie, parce qu'elle est une preuve de votre souvenir et que vous avez la bonté de m'y donner en peu de mots votre propre sentiment sur ce que je vous avais demandé. Vous avez joint à votre lettre des explications tirées des ouvrages de notre saint collègue Jérôme, afin que je puisse résoudre mes difficultés parla lecture de ce qu'il a pensé sur ce passage des saintes Ecritures; et comme vous avez bien voulu me prier d'exposer par lettre à votre sincère charité mon opinion sur ce point, je vous la soumets, dans la mesure de ma faible intelligence, après avoir lu ce que vous m'avez envoyé,

2. Toutes choses étant gouvernées par la volonté et la puissance de Dieu, auteur de toute créature , le passé et l'avenir sont connus des saints prophètes qui ont annoncé aux hommes , par la volonté divine, les choses futures avant qu'elles arrivent. Il serait donc assez étonnant que ce que Dieu a voulu annoncer à l'avance, ne pût pas arriver à la connaissance des hommes, comme il paraîtrait par cette parole du Seigneur aux bienheureux apôtres : « Personne ne peut connaître les temps que le Père a mis en sa puissance. » D'abord dans les plus anciens exemplaires des Eglises, il n'est pas dit : «Personne ne peut; » mais il est dit : « Ce n'est « pas à vous à connaître les temps ou les moments « que le Père a mis en sa puissance. » L'explication de ceci s'achève dans les paroles qui suivent « Mais vous serez mes témoins à Jérusalem , et dans la Judée, et dans la Samarie, et jusqu'au bout de la terre (1). » Notre-Seigneur ne voulait donc pas faire entendre que ses apôtres seraient les témoins de la fin du monde, mais les témoins de son nom et de sa résurrection.

3. Quant à la connaissance des temps , voici ce que le Seigneur nous dit lui-même : « Quel est le serviteur fidèle et prudent que le maître a établi sur les gens de sa maison pour leur distribuer la nourriture au temps marqué ? Bienheureux ce serviteur, si son maître arrive et le trouve agissant ainsi (2). » La famille du Christ se nourrit de

 

1. Act. I, 7. 8. — 2. Matth. XXIV, 45, 46.

 

561

 

la prédication de sa parole, et celui-là sera trouvé serviteur fidèle , qui aura distribué la nourriture : nécessaire à ceux qui croient en Notre-Seigneur et qui l'attendent dans son temps. Le mauvais serviteur est repris en ces termes : « Si le mauvais serviteur dit : Mon maître tarde à venir, ce maître viendra à un jour qu'il ne sait pas et à une heure qu'il ignore (1). » Et le reste. Notre-Seigneur reproche aussi de ne pas connaître le temps lorsqu'il dit : « Hypocrites , vous savez juger de l'aspect du ciel, pourquoi ne reconnaissez-vous pas ce temps (2) ?» Ecoutons l'Apôtre : « Dans les derniers jours il viendra des temps périlleux (3). » Et le reste. L'Apôtre dit encore : « Quant aux temps et aux moments, il n'est pas nécessaire que nous vous en écrivions , car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur de nuit. Lorsqu'ils diront : Nous sommes en paix et en sécurité , ils seront tout à coup surpris par un malheur imprévu , comme une femme grosse par les douleurs de l'enfantement, et n'y échapperont pas (4). » L'Apôtre dit encore : « Ne vous souvenez-vous pas que je vous ai dit ces choses, lorsque j'étais avec vous. Et vous savez de qui le retient maintenant, afin qu'il paraisse en son temps, carie mystère d'iniquité se forme dès à présent; seulement que celui qui tient présentement tienne jusqu'à ce qu'il soit enlevé ; et alors paraîtra cet impie que le Seigneur Jésus tuera par le souffle de sa bouche (5). » Le Seigneur, dans l'Evangile, parle ainsi à l'ingrate Jérusalem : « Si du moins tu avais connu le temps où Dieu t'a visitée , peut-être serais-tu restée debout; mais maintenant tout est caché à tes yeux (6). » Et le Seigneur s'adressant aux Juifs, leur dit : « Faites pénitence, les temps sont accomplis, croyez à l'Evangile (7). » C'était avec raison que le Sauveur disait aux Juifs que les temps étaient accomplis, puisque leurs temps, depuis sa prédication, n'ont duré que trente-cinq ou quarante ans. Nous lisons dans le prophète Daniel : « Et je vis que la bête fut tuée et que son corps fut livré pour être brûlé, et que la puissance des autres bêtes fut transportée ; et que la longueur de la vie leur fut donnée jusqu'à un temps et un temps (8). » Le grec porte ici :  Eos Kronou xai xairou. Nous lisons ensuite : « Et voici comme le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel (9). » Ceux qui comprennent l'Ecriture comprennent le mystère de cette bête d'après la translation de la puissance des autres bêtes.

4. Il faut aimer et attendre l'avènement du Seigneur; car c'est un grand bonheur pour ceux qui aiment son avènement, selon ces paroles du bienheureux apôtre Paul : « Il ne lui  reste qu'à attendre la couronne de justice qui m'est réservée, et que le Seigneur, qui est le juste juge, me donnera en ce jour; et non-seulement à moi, mais encore à tous ceux qui aiment son avènement (10). » Le Seigneur dit dans l'Evangile : « Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de

 

1. Luc, XXIV, 50. — 2. Ibid. XII, 56. — 3. II Tim.  III, 1. — 4. I Thess V, 1-3. — 5. II Thess. II, 5-8. — 6. Luc, XIX, 42. — 7. Marc, I, 15 . — 8. Dan. 7, 11-12. — 9. Ibid. 7, 13 . — 10. II Tim. IV, 8.

 

562

 

leur Père (1). » Et le Prophète : « Car voici que les      ténèbres et la nuit couvriront la terre par dessus les nations; mais le Seigneur apparaîtra en vous, et sa majesté se verra sur vous (2). » Et le même prophète : « Ceux qui attendent le Seigneur bondiront avec force ; ils s'élèveront sur des ailes comme l'aigle; ils courront sans se lasser; ils marcheront et n'auront pas faim (3). » On trouve beaucoup d'autres passages concernant la béatitude de ceux qui aiment l'avènement du Seigneur.

5. Il est clair que personne ne peut supputer les temps, car l'Evangile a dit que nul ne sait ni le jour, ni l'heure. Pour moi, autant que me le permet la faiblesse de mon intelligence, je disque personne ne sait ni le jour, ni le mois, ni l'année de l'avènement du Seigneur; mais en voyant les signes de cet avènement et d'après ces témoignages avant-coureurs, je crois devoir l'attendre et nourrir les croyants de cette espérance, afin qu'ils aiment l'avènement de celui qui a dit : « Quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, et qu'il est à la porte (4). » Or, les signes évangéliques et prophétiques qui se sont montrés au milieu de nous, annoncent l'avènement du Seigneur. C'est en vain que ceux qui cherchent, ou ceux qui se moquent, s'occupent de calculer les jours et les années puisqu'il est écrit : « Si ces jours n'eussent été abrégés, nulle chair n'eût été sauvée; mais ils seront abrégés à cause des élus (5). » Il est certain qu'il n'y a pas de calcul possible pour un temps abrégé par le Seigneur qui a fait les temps; mais il est certain aussi que son avènement est proche; nous en reconnaissons quelques signes dans les événements accomplis au milieu de nous. « Lorsque ces choses commenceront d'arriver, dit le Seigneur, vous respirerez et vous lèverez la tête, parce que votre rédemption sera proche. » Ces signes qui seront vus, nous les trouvons clairement marqués dans l'Evangile de saint Luc : « et Jérusalem sera foulée aux pieds par les gentils jusqu'à ce que les temps des gentils soient accomplis. » Cela a été fait et il n'est douteux pour personne que cela se fasse encore. L'évangéliste ajoute : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles, et, sur la terre, les peuples seront dans la tribulation. » Si nous ne voulions pas convenir que ces choses se rencontrent à l'époque où nous sommes, la grandeur de nos maux nous forcerait à l'avouer; car, dans le même temps, des signes ont été vus dans le ciel (6), et les peuples sur la terre ont été vus dans la tribulation. L'évangéliste dit encore « que les hommes sècheront de frayeur, dans l'attente de ce qui doit « arriver au monde (7). » Est-il une patrie, est-il un lieu qui, de notre temps, n'ait connu le deuil ou la tribulation dans la « frayeur et l'attente de ce

 

1. Matth. XIII, 43. — 2. Is. XL, 2. — 3. Ibid. XL, 31. — 3. Matth. XXIV, 36, 33. — 4. Matth. XXIV, 22.

6.On croit que c'est ici une allusion à la fameuse éclipse de soleil du 19 juillet 418, suivie d'une sécheresse qui fit mourir tant d’hommes et de bêtes.

7. Luc, XXI, 24-28.

 

qui doit arriver à tout l'univers. » La plupart des signes, marqués dans l'Evangile, ont déjà paru.

6. On nous objectera le passage où il est dit « Cet Evangile sera prêché au monde entier, et « alors viendra la fin (1). » Mais d'abord le Seigneur a annoncé que les apôtres seraient les témoins de son nom et de sa résurrection à Jérusalem, dans la Judée, dans la Samarie et jusqu'au bout de la terre. N'est-ce pas ce qui s'est accompli ? écoutons l'Apôtre : « Mais je dis : est-ce qu'ils n'ont pas entendu (2) Leur bruit a retenti par toute la terre, et leurs paroles se sont fait entendre jusqu'aux extrémités de l'univers.» Et encore : « A cause de l'espérance qui vous est réservée et dont vous avez été instruits par la parole véritable de l’Evangile qui est arrivé au milieu de vous, de la même manière qu'il croit et fructifie dans le monde entier (3). »

La foi annoncée aux nations par les apôtres a rencontré beaucoup de persécuteurs, ce qui a retardé son établissement; ainsi s'accomplissaient ces paroles de l'Evangile : «Avant toutes ces choses, ils mettront la main sur vous, ils vous persécuteront, ils vous traîneront dans les synagogues , et les prisons, et vous feront comparaître devant les rois et devant les gouverneurs à cause de mon nom (4). » Ainsi s'accomplissait encore ce qui est écrit : « Vous serez vite rétablie par ceux qui vous ont détruite (5). » La foi croissait peu à peu dans le monde par la persécution même; mais à partir du moment où les empereurs ont commencé à être chrétiens par la volonté de Dieu, l'Evangile du Christ a rapidement pénétré partout.

7. La manière dont notre collègue, le saint frère Jérôme explique les semaines du bienheureux Daniel, toute conforme, du reste, au sentiment des docteurs des Eglises, tient le lecteur en suspens. Car si ce très-savant prêtre notre collègue dit qu'il est dangereux de se prononcer sur les maîtres des Eglises, et de préférer l'un à l'autre; à combien plus forte raison un simple lecteur ne pourra-t-il pas faire ce qui fait hésiter un maître tel que lui! Quant à nous, nous croyons à ces paroles du Seigneur : « Le ciel et la terre passeront, mais ni un seul iota ni un seul point de la loi ne passera, que tout ne s'accomplisse (6).» Je m'étonne que le mystère des semaines de Daniel soit accompli à la naissance et à la passion du Christ, puisque le prophète l'annonce pour le milieu de la semaine : « Au milieu de la semaine, dit-il, mon sacrifice sera aboli, la prière cessera, on ne verra plus que mort et désolation, et l'abomination succédera au sacrifice (7). » Si cette abomination est déjà arrivée, comment le Seigneur nous avertit-il en ces termes : « Quand donc vous verrez dans le lieu saint l'abomination de la désolation prédite par le prophète Daniel, que celui qui lit, entende (8) ?» Pour me rendre aux désirs de votre béatitude, je vous ai écrit mon sentiment. Daignez, en nous répondant par la parole de votre grâce, nous instruire pleinement et nous réjouir.

 

1. Matth, XXIV, 14. — 2. Rom. X, 18.

3. Coloss. I, 5, 6. — 4. Luc, XXI, 12. — 5. Is. LXXXI, 12. — 6. Matth. V, 18. — 7. Dan. IX, 27. — 8. Matth. XXIV, 15.

 

  

Précédente Accueil Remonter Suivante