NOMBRES
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
GENÈSE
EXODE
LÉVITIQUE
NOMBRES
DEUTÉRONOME
JOSUÉ
JUGES

LIVRE QUATRIÈME.

LOCUTIONS TIRÉES DES NOMBRES.

 

CHAPITRE I.

CHAPITRE III.

CHAPITRE IV.

CHAPITRE V.

CHAPITRE VI.

CHAPITRE VII.

CHAPITRE VIII.

CHAPITRE IX.

CHAPITRE X.

CHAPITRE XI.

CHAPITRE XII.

CHAPITRE XIII

CHAPITRE XIV.

CHAPITRE XV.

CHAPITRE XVI.

CHAPITRE XVII.

CHAPITRE XVIII.

CHAPITRE XIX.

CHAPITRE XX.

CHAPITRE XXI.

CHAPITRE XXII.

CHAPITRE XXIII.

CHAPITRE XXV

CHAPITRE XXVI.

CHAPITRE XXVII.

CHAPITRE XXVIII.

CHAPITRE XXIX.

CHAPITRE XXX.

CHAPITRE XXXI.

CHAPITRE XXXII.

CHAPITRE XXXIII.

CHAPITRE XXXIV

CHAPITRE XXXV

 

CHAPITRE I.

 

4. Et vobiscum erunt unusquisque secundum caput uniuscujusque principum (1).

22. Filius Simeon secundum propinquitates eorum, secundum domos familiarum eorum, secundum numerum, nominum eorum, secundum caput eorum, omnia masculina a viginti annis et supra, omnis qui procedit in virtute, recognitio eorum (2). Au lieu de mettre filii Simeon, ou bien ex filiis Simeon, on a mis filiis Simeon au datif; et la même chose se remarque dans le dénombrement des autres tribus : c'est une locution, qui n'a pas été reproduite dans les versions latines, que nous avons eues sous la main. Il n'y a qu'en ce qui concerne la tribu de Ruben, placée la première dans l'énumération, que cette locution n'existe pas; car au lieu de ces paroles : Filiis Ruben secundum propinquitates eorum, on lit : Et fuerunt filii Ruben, primogeniti Israëlis secundum propinquitates eorum (3), et le reste comme pour les autres tribus.

54. Et fecerunt filii Israël secundum omnia quae mandaverat Dominus Moysi et Aaron, ita fecerunt (4) .

 

CHAPITRE III.

 

3. Sacerdotes qui uncti sunt, quorum consummaverunt manus eorum sacerdotio fungi (5).

 

CHAPITRE IV.

 

14. Et imponent super illud omnia vasa ejus, quibus ministrant in ipsis (6).

 

CHAPITRE V.

 

6. Vir aut mulier quicumque fecerit ab omnibus peccatis humanis (7). On devait dire quaecumque fecerit. C'est une locution peu usitée, de faire accorder le pronom avec le nom masculin bien que le nom féminin, soit le plus rapproché.

 

1 Autant il y a de chefs de familles, autant il y aura d'hommes avec vous. — 2 Voici le dénombrement des fils de Siméon, de ceux qui, depuis l'iige de vingt ans et au-dessus, étaient propres à la guerre; ils sont comptés par branches, par familles, par maisons, avec le nombre exact de chacun. — 3 Voici quels furent les fils de Ruben, l'a.né des enfants d'Israël, comptés par branches ( Ib. 20 ). — 4 Les enfants d'Israël firent tout ce que le Seigneur avait ordonné à Moïse et à Aaron. — 5 Les prêtres qui ont reçu l'onction, et dont les mains ont été remplies d'offrandes, afin qu'ils exerçassent les fonctions du sacerdoce. — 6 Ils placeront sur l'autel tous les vases qui leur servent dans leur ministère. — 7 Si un homme ou une femme se permet une de ces fautes qui se commettent parmi les hommes.

 

7. Et reddet cui deliquit ei (1). Pour éviter de reproduire cette locution, il en est qui ont modifié l'ordre des paroles de cette matière : Et reddet ei cui deliquit.

12. Viri, viri si praevaricata fuerit uxor ejus (2). On voit ici une locution, non-seulement dans la répétition du mot viri, mais encore dans l'addition de ejus.

14, 15. Si superveniet illi spirites zelandi, illa autem non fuerit inquinata, et adducet homo uxorem suam ad sacerdotem (3). Il fallait mettre la conjonction et; mais c'est une locution. familière à l'Écriture.

18. Erit aqua argutionis, quae maledicitur haec (4). La locution inusitée, que présente cette phrase, est due uniquement à l'arrangement des mots; car on pouvait employer cette forme régulière: Erit aqua argutionis haec quae maledicitur, ou bien erit haec aqua argutionis quae maledicitur, ou toute autre que l'usage autoriserait.

19. Innocens esto ab aqua argutionis, qua maledicitur haec (5). Ce qui fait la locution ici, ce n'est plus seulement la construction irrégulière de la phrase, c'est encore le changement de cas; pour suivre tout à la fois les règles et l'usage, il fallait dire : innocens esto ab hac aqua argutionis, quae maledicitur, ou bien: ab aqua argutionis hac quae maledicitur.

27. Et in flabitur ventrem (6) est mis pour : inflabitur ventre. Cette locution est familière même aux auteurs latins; mais nos traducteurs, qui n'ont pas voulu la reproduire, ont mis : et inflabitur venter ejus.

 

CHAPITRE VI.

 

2. Vir vel mulier quicumque magni voverit votum (7); il fallait quaecumque.

9. Et radetur caput suum (8); c'est la même locution que dans inflabitur ventrem.

 

1 Il rendra à celui à qui il a fait tort. — 2 Si un homme a une femme qui lui manque de fidélité. — 3 Si un homme est transporté de jalousie contre sa femme, et que celle-ci soit innocente, il la conduira devant le prêtre. — 4 Il y aura une eau de probation, sur laquelle des malédictions seront prononcées. — 5 Sors saine et sauve de cette eau de probation, qui est chargée de malédictions. — 6 Et son ventre s'enflera. — 7 L'homme ou la femme qui se sera consacrée par un voeu. — 8 Il se rasera la tête.

 

355

 

CHAPITRE VII.

 

3. Sex vehicula testa et duodecim boves; vehiculum a duobus principibus, et vitulum a singulis (1). Je dois faire remarquer que, dans cette locution, on désigne par vitulos les mêmes animaux, qu'on vient de désigner par boves, On sait que cette manière de parler est reçue même en grec.

11. Princeps anus quotidie, princeps quotidie oferent dona sua (2) ; c'est comme s'il y avait singulis diebus singuli principes.

15, 16. Vitulum unum pro bobus, et, hircum ex capris unum (3).

 

CHAPITRE VIII.

 

19. Et non erit in filiis Israël accederis filiorum Israël ad sancta (4). Apparemment on pouvait se contenter de dire: et non exit in filiis Israël accedens ad sancta.

20. Et fecit Moyses et Aaron et omnis synagoga filiorum Israël Levitis, secundum quae praecepit Domines Moysi de Levitis, ita fecerunt eis filii Israël (5).

 

CHAPITRE IX.

 

13. Et homo, homoquicumque mundus fuerit, et in viam longinquam non est, et defuerit facere pascha, exterminabitur anima illa depopulo suo (6) : preuve nouvelle que homo homo est une locution qui a le sens de tout homme, tel ou tel.

17. Et eum ascendisset nubes a tabernaculo; et postea promovebant filii Israël (7); il suffisait de dire: et eum ascendisset nubes a tabernaculo, promovebant filii Israël.

 

CHAPITRE X.

 

14. Et promovebunt ordo castrorum filiorum Juda primi (8).

17. Et promovebunt filii Gerson et filii Merari (9). Le futur désigne ici un fait accompli. C'est ce qu'on remarque également dans les versets précédents, où il est question de la nuée qui se mettait en mouvement ou s'arrêtait, pour indiquer au peuple le moment de décamper ou de ramper. Le même temps est encore employé dans la suite (10), quand on parle des mouvements des différents corps de l'armée d'Israël.

29. « Alors Moïse dit à Obeth, fils de Raguel :

 

1 Six chariots couverts et douze boeufs ; un chariot offert par deux chefs, et un boeuf par chacun d'eux. — 2 Chaque jour un des chefs offrira ses présents. — 3 Un boeuf et un bouc de ses troupeaux. — 4 Personne parmi les enfants d'Israël ne s'approchera du sanctuaire. — 5 Moïse et Aaron et toute l'assemblée des enfants d'Israël accomplirent â l'égard des Lévites, les ordres que Moïse avait reçus du Seigneur â leur sujet. — 6 Tout homme qui, étant pur et n'étant pas parti pour un pays éloigné, aura omis de célébrer la pâque sera exterminé du milieu de son peuple. — 7 Et lorsque la nuée s'éloignait du tabernacle, les enfants d'Israël partaient. — 8 Et la troupe des enfants d'Israël et de Juda décampa la première. — 9 Les enfants de Gerson et les enfants de Mérari se mirent en marche. — 10 Exod. XII, 21, .23.

 

« Madianite, et gendre de Moïse, » au lieu de son gendre.

30. Et dixit ad eum : Non ibo, sed ad terram meam et ad progeniem meam (1) ; il faut sous-entendre ibo.

 

CHAPITRE XI.

 

4. Et promiscues qui erat in eis, concupiverunt concupiscentiam (2). On a mis le singulier pour le pluriel, en disant promiscues au lieu de promiscui; cependant, on a employé le pluriel dans concupierunt.

6. Nunc autem anima nostra arida, nihil praeter in manna oculi nostri (3). Il y a deux mots sous-entendus, est et surit; la phrase entière serait anima nostra arida est, nihil praeter in marina sunt oculi nostri. C'est ainsi en effet que plusieurs interprètes ont traduit, en suppléant les mots qui ne sont pas dans le grec.

8. Et molebant illud in mola (4).

24. Sexcenta millia peditum, in quibus sum in eis (5).

25. Et abstulit de spirite, qui super ipsum (6). Il faut sous-entendre erat ou erit. Cette locution, qu'on appelle ellipse, si familière à la langue grecque et, autant que j'en puis juger, à la langue hébraïque, n'a pas été conservée par les traducteurs latins. Elle n'est cependant pas étrangère à notre langue, quoique nous l'employions moins fréquemment que les Grecs.

33. Et percussit Dominus plagam magnam valde (7). Il y a évidemment une locution dans percussit plagam, puisque les règles ordinaires demandaient percussi plaga.

 

CHAPITRE XII.

 

3. Et homo Moyses lenis valde (8) ; erat est sous-entendu.

9. Et ira animationis Dominus super eos (9); il faut sous-entendre facta est.

10. Et ecce Maria leprosa sicut nix (10); il faut encore sous-entendre ici facta est.

 

CHAPITRE XIII

 

20. Et quae terra, in qua isti insident super eam; et quae civitatis, in quibus isti habitant in ipsis (11).

25. « Le lieu qu'ils appelèrent la vallée de la grappe; n c'est donc par anticipation, qu'on

 

1 Et il lui répondit: Je n'irai pas avec vous, mais je retournerai en mon pays dans ma famille. — 2 Et un grand nombre de ceux qui s'étaient joints it eux, brûlèrent d'un grand désir. — 3 Maintenant le dégoût s'est emparé de notre âme, et nos yeux ne voient jamais que la manne — 4 Ils la broyaient sous la meule. — 5 Ce peuple, avec lequel je suis, compte six cent mille hommes de pied. — 6 Et il prit de l'Esprit qui était en lui. — 7 Et le Seigneur frappa le peuple d'une très-grande plaie. — 8 Moïse était un homme d'une grande douceur. — 9 Et le Seigneur entra en colère contre eux. — 10 Et aussitôt Marie fut couverte d'une lèpre blanche comme la neige. — 11 Examinez quelle est la terre habitée par ces peuples ; et ce que sont les villes où ils demeurent.

 

356

 

dit au verset précédent : « Ils arrivèrent dans la vallée de la grappe. » En voici la raison bien que cette vallée ne portât pas ce nom, quand ils y arrivèrent, elle le portait déjà quand ce livre fut écrit.

32. Quoniam fortior nobis est magis (1) ; la phrase eut été régulière sans le mot magis.

33. Et protulerunt parvorem terrae, quam exploraverunt eam (2).

Ibid. Terram quam transivimus eam explorare, terra comedens qui habitant super eam est (3). Les règles demandaient: terra quam transivimus explorare.

 

CHAPITRE XIV.

 

7. Terram quam exploravimus eam, bona est valde valde (4).

10. Et ait munis synagoga lapidare eos in lapidibus (5). On pouvait se contenter de mettre lapidibus; et même l'usage demandait simplement lapidare.

11. Et quousque non crederunt inihi in omnibus signis, quibus fecit in ipsis (6), il fallait quae feci in ipsis.

24. Pater autem meus Chaleb, quoniam spiritus alius ira eo et assecutus est me, et inducam eum in terram (7); la phrase serait régulière sans la conjonction et.

Ibid. Et inducam eum in terram, in quam intravit illuc (8); on pouvait se contenter de la forme ordinaire in quam intravit.

26. « Le Seigneur dit encore à Moïse et à Aaron. » On a intercalé cette phrase dans le discours, quoique les paroles précédentes soient aussi du Seigneur. C'est un usage de l'Écriture, lorsqu'elle passe à un autre sujet, de mettre de nouveau en scène la personne qui parle, lors même que le discours n'est pas interrompu.

29. Quotquot murmuraverunt super me (9) ; on n'a pas mis de rue, ou adverses me.

31. Et haereditate possidebunt terram, quam vos abscessistis ab ea (10). Les règles demandaient a qua vos abscessistis; mais en disant quam abscessistis, on a créé une nouvelle locution, et en ajoutant ab eu, on n'a fait que répéter une locution familière à l'Écriture. Comme Virgile a pu

 

1 Parce qu'il est plus tort que nous. — 2 Ils firent une peinture effrayante du pays qu'ils avaient visité. — 3 La terre que nous avons été reconnaître est une terre qui dévore ses habitants. — 4 Le pays, que nous avons exploré, est très-bon. — 5 Et tout le peuple s'écriait qu'il fallait les lapider. — 6 Refuseront-ils toujours de me croire, malgré tous les prodiges que j'ai opérés su milieu d'eux? — 7 Mais parce que mon serviteur Chaleb a été animé d'un meilleur esprit et m'a parfaitement obéi, je le ferai entrer dans cette terre. —  8 Je le ferai entrer dans cette terre, qu'il a déjà parcourue. — 9 Tous ceux qui murmurèrent contre moi. — 10 Ils auront pour héritage le pays dont vous n'avez pas voulu.

 

dire (1) : Penitusque sonantes accestis scopulos, c'est-à-dire accessistis scopulos, pour ad scopulos (2); et encore : Devenere locos (3), pour ad locos; de même ici on a mis quam abscessistis, pour a qua abscessistis.

35. Ego Dominus locutus sum, nisi ita fecero synogagae malignae isti (4). On peut légitimement se demander quel est le sens de l'expression grecque  e men, que nos traducteurs rendent presque toujours par nisi.

 

CHAPITRE XV.

 

In terram in quam ego induco vos illuc (5).

27, 28. Si autem anima una. peccaverit non sponte, offeret capram unam anniculam pro peccato, et exorabit sacerdos pro anima invita et quae peccaverit nolenter ante Dominum, exorare pro eo, et remittetur ei (6). Cette phrase présente une première locution dans l'union de exorabit sacerdos avec exorare; car en rapprochant ces deux verbes, on a exorabit exorare. On en remarque une seconde dans le changement du genre; féminin au commencement il est masculin à la fin : car après avoir mis si anima una peccaverit, l'auteur sacré ajoute : exorare pro eo, comme s'il y avait pro eo homine; dans le dernier membre de phrase et dimittetur ei, le latin, il est vrai, ne présente pas de genre déterminé, puisque ce pronom convient à tous les genres : mais là ou nous mettons ei, le grec porte auto mot qui est évidemment du genre masculin. Enfin l'expression pro anima invita, signifie que la personne a péché sans le vouloir, et non pas qu'elle s'oppose à l'offrande que le prêtre fait pour elle; comme on le voit clairement par les paroles qui suivent et quae peccaverit nolenter. Le mot invita a été employé, parce que la langue latine n'a pas de terme correspondant au grec akousitheises on ne pouvait pas dire nolentata, ni trouver d'autres mots que nolens facere, pour rendre l'idée d'agir malgré soi.

30. Et anima quaecumque fecerit ira manit superbiae (7). Peccatum est sous-entendu. Il faut remarquer en outre l'expression manu superbiae, où manus est pris dans le sens de opus ou potestas.

35. Morte moriatur homo, lapidate eum lapidibus

 

1 Enéid. I, V. 204. — 2 Vous avez touché à des rochers dont le bruit retentit au loin. — 3 Ils arrivèrent en des lieux (L. VI. V. 639). — 4 Moi le Seigneur je saurai exécuter les menaces que j'ai prononcées contre ce peuple méchant. — 5 Dans la terre où je vous mène. — 6 Si quelqu'un pèche par ignorance, il offrira une chèvre d'un an pour son péché; et le prêtre priera pour la personne qui a péché devant le Seigneur par ignorance et sans le vouloir; et son péché lui sera remis. — 7 Tout homme qui aura péché par orgueil.

 

357

 

omnis synagoga (1). Morte moriatur, lapidate lapidibus, et lapidate omnis synagoga, sont autant de locutions, qui ne sont pas reçues dans notre langue.

CHAPITRE XVI.

 

1-7. Et accipite singuli thuribulum suum (2).

33. Et deseenderunt ipsi, et omnia quae sunt eis (3). Le présent est mis pour le passé, sunt pour erant ou fuerunt.

34. Et omnis Israël qui in circuitu eorum, fugerunt a vote eorum (4). Il faut sous-entendre erat, et compléter ainsi la phrase : omnis Israël qui erat in circuitu eorum.

37. Quoniam sanctificaverunt thuribula peccatorum horum in animabus suis (5). On n'a pas mis quia sanctificaverunt thuribula peccatores hi in animabus suis; mais comme si l'on ne savait pas de qui étaient les encensoirs, on a dit peccatorum horum, au lieu de dire sua. Quant au sujet de sanctificaverunt, qui ne peut être que ipsi, on laisse au lecteur le soin de le suppléer.

 

CHAPITRE XVII.

 

8. Et ecce germinavit virga Aaron in domum Levi (6); les règles de notre langue demandaient : in domo Levi.

 

CHAPITRE XVIII.

 

6. Et ego accepi fratres vestros Levitas de medio filiorum Israël dationem datam Domino (7). Cette locution ne pouvait pas être exprimée autrement en latin. En effet le texte grec porte doma dedomenon; dont la traduction littérale est: datum datant. Doma, en effet, se rend par datum, comme on le voit dans ces paroles de l'Apôtre : Non quia quaero datum, en grec, doma, sed requiro fructum (8), et dans ce passage de la Genèse : Dedit Abraham data filiis suis (9) en grec, domata ; et aussi dans ce passage de l'Évangile: Nostis boni data dare filii vestris (10), où le grec porte également domata . D'un autre côté, deidomenon se rend aussi par datum, non plus substantif, mais participe. On aurait donc pu traduire par datum datum, c'est-à-dire datum quod datur, s'il n'y avait pas eu d'équivoque à éviter. Pour ne pas donner lieu à cette équivoque, quelques uns de nos traducteurs ont mis donum datum. Mais donum s'exprime en grec par doron, et

 

1 Que cet homme soit puni de mort, et qu'il soit lapidé par tout le peuple. — 2 Prenez chacun vos encensoirs. — 3 Ils furent engloutis, eux et tout ce qui leur appartenait. — 4 Et tout le peuple d'Israël, qui était autour d'eux, s'enfuit en entendant leurs cris. — 5 Parce que les encensoirs de ces pécheurs ont été sanctifiés par leur mort. — 6 Et la verge d'Aaron, qui était confiée à la famille de Lévi, se trouva avoir fleuri. — 7 J'ai accepté, parmi tout le peuple d'Israël, les enfants de Lévi,vos frères, pour être consacrés au Seigneur. — 8 Ce n'est pas que je recherche des présents ; car je ne demande que des fruits (Philip. IV, 47). — 9 Abraham fit des présents à ses enfants ( Gen. XXV, 6). — 10 Vous savez donner de bonnes choses à vos enfants (Matth. VII, 11).

 

non par doma ; en négligeant cette distinction on tombe ici dans l'erreur, car ce n'est pas un don que Dieu déclare avoir reçu des enfants d'Israël, mais une compensation pour les premiers-nés qui lui étaient dûs. Le mot data se dit donc également des choses données en payement et des choses données en pur don. De la sorte, tout don peut s'exprimer par datant; mais ce qui s'exprime par datum n'est pas toujours un pur don, puisqu'il y a des choses qu'on donne en payement.

12. Omnis primitia olei, et omnis primitia vini et tritici, primitia eorum quaecumque dederint Domino, tibi dedi ea (1). L'écrivain sacré n'a pas mis omnem primitivum tibi dedi eum; mais après avoir dit omnis primitia, et énuméré les choses dont on devait offrir les prémices, il a ajouté tibi dedi ea. Il aurait pu dire du moins tibi dedi eam, ou bien tibi dedi eas, c'est-à-dire primitias; mais il a employé le genre neutre. Ce changement de cas est reçu même dans la langue latine, en vertu d'une locution absolue. Quant au mot primitia, il ne me parait pas être admis dans notre langue, qui n'emploie guère que le pluriel primitive. Mais si nos traducteurs ont pu reproduire ces locutions grecques : Non congregabo conventicula eorum de sanguinibus (2), Virum sanguinum et dolosum abominabitur Dominus (3), quoique la langue latine n'emploie le mot sanguis qu'au singulier, pourquoi aurait-on plus de scrupule de mettre primitia au singulier, afin de se rapprocher davantage du grec? Cependant quelques traducteurs recourant à l'accusatif pluriel primitias, ont écrit : omnes primitias tibi dabo. De cette manière ils ont évité de faire passer du grec en latin deux locutions qui nous sont étrangères.

 

CHAPITRE XIX.

 

2. Loquere filiis Israël et accipiant ad te juvencamrufam (4) : c'est comme s'il y avait adducant ad te. On pourrait aussi réunir les deux formes, et dire: accipiant et adducant ad te juvencam rufam.

7. « Et il lavera son corps avec de l'eau ; » le sens n'eut pas été moins complet quand même on n'aurait pas ajouté: « avec de l'eau. »

9. Et ponet extra castra in locum mundum (5). Le latin demandait in loco mundo.

 

1 Je vous ai donné toutes les prémices de l'huile, du vin et du blé, tout ce qu'on offre de prémices au Seigneur. — 2 Je ne prendrai point de part à leurs réunions, ou ils offrent le sang des victimes ( Ps. XV, 4). — 3 Le Seigneur déteste l'homme de sang et de fraude ( Ps. V, 7.) - 4 Commande aux enfants d'Israël de t'amener une génisse rousse. — 5 Il les mettra hors du camp dans un lieu pur.

 

358

 

15. Omne vas apertum quaecumque naît habent alligaturam alligatam superea (1).

 

CHAPITRE XX.

 

9. Et accepit Moyses virgam, quae ante Dominum (2) ; il faut sous-entendre erat. 12. « Parce que tu ne m'as pas cru, et que tu ne m'as pas sanctifié aux yeux des enfants d'Israël ; » c'est-à-dire, tu n'as pas rendu témoignage à ma sainteté. On retrouve la même locution dans ces paroles « Je me sanctifie pour eux (3) ; » et dans l'oraison Dominicale : « Que votre nom soit sanctifié (4). »

15. Et incolae fuimus in Aegypto dies plures (5); dies plures est mis pour annis multis.

18. « Edom lui répondit. » Sous ce nom, on désigne la nation elle-même; car Edom, qui n'était autre qu'Esaü, n'existait plus ; de même ceux qui avaient envoyé les ambassadeurs sont appelés Israël, qui était primitivement le nom d'un homme.

19. Et dicunt ei filii Israël : Juxta montent transibimus, si aident de aqua tua biberimus ego et pecora mea, dabo pretium tibi (6). Ce passage du pluriel au singulier ne manque pas d'élégance. Bien qu'il y ait filii Israël, on croit voir Israël lui-même prendre la parole, et commencer son discours par le pluriel: transibimus et biberimus.

30. Et vidit omnis synagoga, quia dimissus est Aaron (7). Il est difficile de trouver dans l'Ecriture le mot dimissus employé comme synonyme de mortuus; si ce n'est dans ce passage de l'Evangile on Siméon dit : Nunc dimittis servum tuum in in pace (8). Encore le grec ne dit-il pas apheis, équivalant de dimittis mais apolueis, qui a plutôt la signification de resolvere que de dimittere.

Ibid. Et fleverunt Aaron triginta dies omnis domus Israël (9) ; on n'a pas mis flevit. On ne lit pas non plus tota ou universa, mais omnis comme s'il y avait plusieurs maisons. Le sens, en effet, change considérablement selon que l'on emploie l'un ou l'autre de ces mots: ainsi omnis homo, désigne l'universalité des hommes tandis que totus homo se dit d'un seul homme. Mais l'Ecriture emploie habituellement omnis pour totus.

 

CHAPITRE XXI.

 

5. Et detrahebat populus ad

 

1 Tout vase qui n'a point de couvercle, ou qui n'est point lié pardessus. — 2 Moïse prit la verge qui était devant le Seigneur. — 3 Jean, XVII, 19. — 4 Matt. VI, 9. — 5 Nous avons demeuré en Egypte pendant longtemps. — 6 Les enfants d'Israël lui dirent: Nous passerons auprès, de la montagne; et si nous prenons de votre eau pour nous et nos troupeaux; nous vous en payerons le prix. — 7 Et tout le peuple apprit qu'Aaron était mort. — 8 Maintenant laissez mourir votre serviteur en paix (Luc, II, 29. ) — 9 Et toute la maison d'Israël pleura Aaron pendant trente jours.

 

Deum et adversus Moysen (1); on a mis ad Deum au lieu de de Deo. Mais certains traducteurs pour ne pas reproduire cette locution, on dit : detrahebant de Deo.

7. Ora ad Deum, ut auferat a nobis serpentem (2). C'est le singulier au lieu du pluriel, comme nous l'avons remarqué pour rana, au livre de l’Exode (3).

9. Et factum est quando momordit serpens hominem, et aspexit in oenum serpentem, et vivebat (4). Cette locution a deux particularités ; elle change le temps du verbe, en passant du parfait à l'imparfait, puis elle ajoute sans nécessité la conjonction et.

11. Et elevantes ex Oboth, castra collocaverunt in Archalgaï traits in eremo (5): c'est comme s'il y avait in ulteriore eremo.

 

CHAPITRE XXII.

 

23. Et percussit asinam in virga (6), il fallait virga, au lieu de in virga.

 

CHAPITRE XXIII.

 

11. In maledictionem inimicorum meorum vocavi te, et ecce benedixisti benedictionem (7) : on n'a pas dit benedictione; maison a employé l'accusatif comme s'il y avait ecce dixisti benedictionem.

12. Quaecumque miserit Deus in os meum, hoc observabo loqui (8) . Il fallait haec observabo.

13. Veni mecum adhuc in locum alium, de quo non videbis eum inde (9).

 

CHAPITRE XXV

 

4. « Et le Seigneur dit à Moïse : Prends les princes du peuple, et pends les coupables en plein jour devant le Seigneur, et le Seigneur. détournera sa colère de dessus Israël. » C'est le Seigneur qui parle et cependant il ne dit pas : Pends les coupables devant moi, et je détournerai ma colère de dessus Israël.

15. Domus familiae est Madian (10); c'est ainsi qu'on désigne la femme qui fut tuée avec l'Israëlite adultère. Par ces paroles, on a voulu, ce me semble indiquer, la noblesse de sa naissance; car l'expression domus familiae a beaucoup d'analogie avec les mots pater familias et mater familas, par lesquels nous avons coutume de désigner les personnes extrêmement riches.

 

1 Et le peuple murmurait contre Dieu et contre Moïse. — 2 Prie Dieu qu'il nous délivre des serpents. — 3 Ch. VIII, V. 6. — 4 Et tous ceux qui armaient été mordus par les serpents et qui regardèrent le serpent d'airain, furent guéris. — 5 Etant sortis d'Oboth, ils campèrent à Archalgaï dans le désert qui est de l'autre côté. — 6 Il frappa l'ânesse avec son bâton. — 7 Je t'ai appelé pour maudire -mes ennemis et tu les bénis. — 8 J'aurai soin de dire tout ce que le Seigneur me mettra dans la bouche. — 9 Viens avec moi en un autre lieu, d'où il te sera impossible de le voir. — 10 Elle était d'une famille illustre parmi les Madianites.

 

359

 

CHAPITRE XXVI.

 

1, 2. Et locutus est Dominus ad Moysen et ad Eleazar sacerdotem, dicens Accipe principium totius synagogae filiorum Israël a viginti annis et supra (1). Remarquez le sens du mot principium employé ici pour désigner la partie du peuple qui était dans la force de l’âge.

 

CHAPITRE XXVII.

 

20, 24. Ut exaudiant eum filii Israël (2) ; et plus loin : In ore ejus exibunt (3); et encore : In ore ejus introibunt (4) ; pour dire : Ils exécuteront tous ses ordres.

22. « Moise fit tout ce que le Seigneur lui avait commandé; et ayant pris Josué il le présenta devant le grand-prêtre Eléazar, etc. » Ce qui nous porte à noter ces paroles: «Moïse fit tout ce que le Seigneur lui avait commandé, » c'est que l'écrivain sacré ne s'est pas contenté de les dire une fois.

23. « Il lui fit connaître les ordres que le Seigneur avait donnés à Moïse ; » pour. les ordres que le Seigneur lui avait donnés

 

CHAPITRE XXVIII.

 

13. Decimam decimam similaginis conspersam in oleo agno uni (5): comme s'il y avait: singulas decimas singulis annis. Car l'expression decimam decimam indique qu'il faut prendre autant de dizièmes qu'il y a d'agneaux

16, 17. « Le quatorzième jour du premier mois sera le jour de la tête; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain. » La fête se célébrait pendant plusieurs jours ; et cependant, chose digne de remarque on dit « le jour, de la fête », et non « les jours de la fête , sans tenir compte de sa durée.

 

CHAPITRE XXIX.

 

1. Et mense septimo una mensis (1). C'est la même locution dans ce passage de la Genèse? Et facta est vespera, et factum est mane dies usus (7). Dans l'un et l'autre cas, le grec porte emera mia . En traduisant ici par prima die mensis, certains interprètes ont donc supprimé une locution inévitable, tout en conservant le vrai sens.

2. Vitulum unum ex bobus, arietem unum (8). On n'a pas mis ex ovibos, comme on a mis ex bobus, mais ces derniers mots eux-mêmes n'ajoutent rien au sens.

Ibid. « Sept agneaux d'un an, qui soient

 

1 Le Seigneur dit à Moïse et au grand-prêtre Eléazar: Prenez : tous les hommes valides de la nation d'Israël depuis vingt ans et au dessus. — 2 Afin que )es enfants d'Israël l'écoutent. — 3 A sa parole ils sortiront. — 4 A sa parole ils entreront. — 5  Un dixième de mesure de fleur de farine, mêlée avec de l'huile, pour chaque agneau. — 6 Et le premier jour du septième mois. — 7 Et du soir et du matin se fit le premier jour. — 8 Un veau et un bélier.

 

sans tache. » Ce n'étaient pas seulement les agneaux, qui devaient être « sans tache » mais on a sous-entendu cette qualité en parlant des veaux et des béliers.

4. Decima decima agno uni, septem agnis (1);c'est comme s'il y avait singula singulis.

39. Exeptis votis vestris, et voluntaria vestra, et holocautomata vestra, sacrifiia vestra, et libamina vestra, et salutaria vestra (2). On n'a pas, dit exceptis votis vestris, et voluntariis vestris, et le reste de la même manière ; on n'a pas       mis non plus excepta vota vestra, ce qui eut été débuter par un solécisme. Mais, après avoir employé la forme régulière et usitée exceptis votis vestris, on met les substantifs qui suivent à un autre cas, qui ne permet pas de sous-entendre exceptis, mais seulement excepta. Quand même cette locution ne serait admise qu'en grec je n'en parlerais pas, mais elle n'est pas plus reçue en grec qu'en latin.

 

CHAPITRE XXX.

 

3. Homo, homo quicumque voverit votum Domino (3) ; c'est comme s'il y  avait, omnis homo.

4. « Quand une femme aura fait un voeu au Seigneur, ou promis quelque chose avec serment, si c'est une jeune fille qui soit encore dans la maison de son père. » L'Ecriture, comme on le voit ici, donne le nom de « femme » à toute personne du sexe, lors même qu'elle est vierge. C'est pour cela que l'Apôtre a pu dire de Jésus-Christ, qu'il a été « fait de la femme (4). »

Ibid. Et audierit pater ejus vota ejus, et definitiones ejusquas definivit (5). Definitiones definivit est une locution.

Ibid. Definivit adversus animam suam (6), comme s'il y avait adversus delectationes animae sua (7). Ibid. Et tacuerit pater ejus, et stabunt omnia vota ejus (7). La conjonction et est de trop, car on trouve un sens complet dans la phrase construite de la sorte : Si audierit et tacuerit pater ejus, stabunt omnia vota ejus.

7. Si autem facta fuerit viro (8); c'est le sens de nupserit : l'Ecriture s'exprime souvent de cette manière.

Ibid. Et vota ejus super eam (9); il faut sous-entendre sont que plusieurs traducteurs ont eu soin d'exprimer.

 

1 Un dixième pour chacun des agneaux, qui sont au nombre de sept. — 2 Sans compter là matière de vos voeux; vos dons volontaires, vos holocaustes, vos sacrifices, vos offrandes de liqueurs, et vos hosties pacifiques. — 3 Tout homme qui aura fait un voeu au Seigneur. — 4 Gal. IV, 4. — 5 Si son père est instruit des voeux qu'elle a faits, et du serment par lequel elle s'est liée. — 6 Elle s'est engagée par serment à quel que chose de pénible. — 7 Si son père n'a rien dit, son voeu sera obligatoire. — 8 Mais si elle a un mari. — 9 Si elle a fait quelque voeu.

 

360

 

 

13. Omnia quaecumque exierint ex labiis ejus secundum vota ejus, et secundum definitiones quae adversus animam ejus, non manet ei (1). On s'attendait à lire non manent ei au pluriel ; c'est en effet ce que plusieurs traducteurs ont mis, pour éviter cette espèce de solécisme.

 

CHAPITRE XXXI.

 

4. Mille ex tribu, et mille ex tribu ex omnibus tribubus Israël (2). On ne dit pas douze fois mille, et pourtant cette répétition n'indique-t-elle pas le même nombre

8. Inter fecerunt in gladio (3); les règles demandaient : interfecerunt gladio.

10. Et omnes civitates eorum, quae in habitationibus eorum (4) ; il faut sous-entendre erant.

Ibid. Et villas eorum succenderunt in igni (5); pour se conformer à l'usage, il fallait dire succenderunt igni.

18. « Conservez toutes les femmes, dont aucun homme n'a approché. » Nulle part on ne voit plus clairement que l'hébreu, par une locution qui lui est familière, donne même aux vierges le nom de femmes.

28, 29. Et a dimidia parte eorum accipietis, et dabis ea Eleazar sacerdoti primitas Domini (6) ; on ne lit pas dabitis.

35. « Et les femmes, qui n'avaient pas connu d'hommes, furent au nombre de trente-deux mille. » C'est ici une nouvelle preuve que le nom de femmes est donné mêmes aux personnes qui n'ont pas connu d'hommes, c'est-à-dire aux vierges.

54. Et accepit Moyses et Eleazar sacerdos aurum a chiliarchis et a centurionibus, et intulit ea in tabernaculum testimonii (7). Il semble qu'on devait dire et intulit illud in tabernaculum testimonii. C'est ce qu'on lit dans la plupart des versions latines, et le mot aurum, dont le pronom rappelle l'idée, paraît l'exiger. Toutefois la multitude des objets énoncés précédemment, et d'où cet or était tiré, peut expliquer l'emploi du pluriel intulit ea.

 

CHAPITRE XXXII.

 

1. Et pecora, multitudo erat filius Ruben et filius Gad, multitudo copiosa valde (8) ; on ne lit pas et pecorum multitudo erat.

Ibid. Et viderunt regionem Jazer et regionem

 

1 Tous les voeux qu'elle aura formulés, et tous les serments, par lesquels elle se sera engagée à quelque chose de pénible, seront nuls. — 2 Mille hommes de chaque tribu. — 3 Ils firent périr par l'épée. — 4 Toutes les villes on ils habitaient. — 5 Ils brûlèrent leurs châteaux. — 6 Vous prendrez les prémices du Seigneur sur la moitié du butin qui leur est destinée, et vous le donnerez au grand-prêtre Eléazar. — 7 Moïse et le grand-prêtre: Eléazar, ayant reçu l'or des tribuns et des centeniers, le mirent dans le tabernacle du témoignage. — 8 Les enfants de Ruben et de Gad possédaient une multitude innombrable de troupeaux.

 

Galaad, et erat locus, locus pecoribus (1) . Il ne faut pas unir ensemble dans la prononciation les mots locus locus, mais faire une pause après le premier et dire ensuite locus pecoribus. On est ainsi un instant à se demander quel est le lieu, dont fi est question ; et c'est ce qui fait l'élégance de cette répétition.

2. Et accedentes filii Ruben et filii Gad dixerunt ad Moysen et Eleazar sacerdotem, et ad principes synagogae, dicentes (2). Cette locution dixerunt dicentes n'est in grecque ni latine ; elle paraît empruntée à l'Hébreu.

5. « Donnez cette terre en partage à vos serviteurs ; » comme s'ils parlaient pour d'autres, tandis qu'ils demandent pour eux-mêmes.

11,12. Non enim secuti sunt post me praeter Caleb filins Jephone (3). Il semble qu'on devait dire praeter Chaleb filium Jephone : si l'on a employé le nominatif c'est sans doute à cause du verbe secuti sunt, qui précède. La langue latine elle-même fait usage de cette locution, mais rarement.

13. Donec consumeretur omnis generatio facientes maligna in conspectu Domini (4); on n'a pas mis faciens maligna, ou bien facientium maligna.

16. Et accesserunt ei, et dixerunt (5). La forme en usage est celle-ci : accesserunt ad eum.

24. Et aedificabitis vobis ipsis civates impedimentis vestris (6) ; c'est comme s'il y avait : aedificabità vobis ipsis civitates propter impedimenta vestra.

26, 27. « Notre bagage, nos femmes    et tous nos troupeaux resteront dans les villes de Galaad ; mais vos serviteurs passeront tous le Jourdain, prêts à combattre, » au lieu de dire nous passerons tous le Jourdain, prêts à combattre, ils semblent parler de personnes étrangères,

28. «Moïse leur recommanda Eléazar;le grand-prêtre et Josué fils de Navé, et les princes des familles dans chaque tribu d'Israël. » On ne lit pas : Moïse les recommanda à Eléazar, grand-prêtre ; ce que les règles communes du langage exigeaient cependant. Car c'est sou; la conduite de ces chefs que les enfants de Ruben et de Gad prirent possession du pays qu'ils avaient demandé en partage. Il est donc à présumer

 

1 Ils virent que le pays de Jazer et celui de Galaad, offraient des lieux très-favorables aux troupeaux. — 2 Les enfants de Ruben et de Gad vinrent trouver Moïse et Eleazar le grand-prêtre et les princes du peuple, et ils leur dirent. — 3 Ils n'ont pas voulu me suivre, excepté Chaleb, fils de Jéphoné. — 4 Jusqu'à ce que cette race d'hommes, qui avait fait le mal devant le Seigneur, fut entièrement éteinte. — 5 Ils s'approchèrent de lui, et lui dirent. —  6 Et vous bâtirez des villes pour y mettre en sûreté votre bagage.

 

361

 

qu'on ne leur recommanda par les hommes chargés de les introduire dans la terre tant désirée, mais qu'ils furent plutôt recommandés, eux-mêmes à leurs chefs.

30. Si autem non transierint armati vobiscum in bellum in conspectu Domini, et transferte impedimenta eorum (1) ; la conjonction et est de trop.

33. Et dedit eis Moyses filiis Gad et filiis Ruben (2) : il n'était pas nécessaire de mettre eis.

 

CHAPITRE XXXIII.

 

14. Et nonibi erat a qua populo bibere (3), au lieu de ad bibendum.

51. Loquere filiis Israël, et dices ad eos (4) ; on pouvait se contenter de dire: loquere filiis Israël.

52. Et omnia idola fusilia eorum perdetis ea (5); le pronom ea est de trop.

 

1 Mais s'ils refusent de marcher avec vous pour combattre sous les yeux du Seigneur, vous transporterez au-delà du Jourdain tout ce qu’ils ont ici. — 2 Moise accorda aux enfants de Gad et de Ruben. — 3 Le peuple n'y trouva point d'eau pour boire. — 4 Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur. — 5 Tu détruiras toutes les idoles qu'ils se sont fabriquées.

 

CHAPITRE XXXIV

 

6. Hoc erit vobis fines maris (1), il fallait hi erunt vobis.

7. Et hoc erit vobis fines ad aquilonem (2) ; cette locution est la même que la précédente.

 

CHAPITRE XXXV

 

3. Et erunt civitates eis habitare (3); les règles demandaient ad habitundum.

11. Refugia erant vobis fugere illo homicidam (4); on pouf ait employer la forme ordinaire et dire : ut fugiat illo homicida.

15. Et incolae qui in vobis, istae civitates in refugium (5). Incolae est ici au singulier et on doit l'entendre comme s'il y avait huic incolae qui in vobis à quoi il faut ajouter est ; car s'il n'y a pas qui in vobis est, c'est en vertu d'une locution bien connue, mais plus familière à la langue grecque qu'à la langue latine.

 

1 Vous aurez la mer pour limite. — 2 Voici quelles seront vos limites du côté du nord. — 3 Ils auront des villes pour y habiter. — 4 Vous aurez des villes de refuge, pour ceux qui auront donné la mort à quelqu'un. — 5 Ces villes serviront aussi de lieu de refuge à l'étranger qui habite au milieu de vous.

 

 

Haut du document

 

 


Précédente Accueil Remonter Suivante