Livre Quatrième
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
Livre Premier
Livre Deuxième
Livre Troisième
Livre Quatrième
Livre Cinquième
Livre Sixième
Livre Septième

LIVRE QUATRIÈME : Réfutation de Saint Cyprien.

 

Augustin y continue l’examen de la lettre de Cyprien à Jubaianus.

 

CHAPITRE PREMIER.

L’ÉGLISE ET LE PARADIS TERRESTRE.

CHAPITRE II.

LES BIENS DE L’ÉGLISE POSSÉDÉS PAR LES MÉCHANTS.

CHAPITRE III.

DIEU SEUL CONNAÎT CEUX QUI PERSÉVÉRERONT DANS L’UNITÉ DE L’ÉGLISE.

CHAPITRE IV.

LA VALIDITÉ DU BAPTÊME EST INDÉPENDANTE DES QUALITÉS DU MINISTRE.

CHAPITRE V.

PARALLÈLE ENTRE L’HÉRÉTIQUE ET L’AVARE.

CHAPITRE VI.

L’ERREUR DE CYPRIEN NE JUSTIFIERAIT PAS LE MÉPRIS POUR SA PERSONNE.

CHAPITRE VII.

LES MÉCHANTS DANS L’UNITÉ ET HORS DE L’UNITÉ.

CHAPITRE VIII.

LA MALICE DE LA JALOUSIE.

CHAPITRE IX.

LA ZIZANIE DANS LE FROMENT ET LE BAPTÊME DANS LE SCHISME.

CHAPITRE X.

LES ENNEMIS INTÉRIEURS ET EXTÉRIEURS DE L’ÉGLISE.

CHAPITRE XI.

LA VERTU INHÉRENTE AU SACREMENT DE BAPTÊME.

CHAPITRE XII.

LE BAPTÊME EST INDÉPENDANT DES CRIMES DU MINISTRE ET DU SUJET.

CHAPITRE XIII.

LA PAILLE ET LA ZIZANIE MÊLÉES AU BON GRAIN.

CHAPITRE XIV.

NOUS NE DEVONS AVOIR D’AUTRE RÈGLE QUE LA VÉRITÉ MÊME DE JÉSUS-CHRIST.

CHAPITRE XV.

LA CONVERSION DES HÉRÉTIQUES REDRESSE LEUR FOI ET NON PAS LEUR BAPTÊME.

CHAPITRE XVI.

LE BAPTÊME DANS L’UNITÉ ET DANS LE SCHISME.

CHAPITRE XVII.

L’ERREUR EST CRIMINELLE ET NON PAS LE BAPTÊME DES HÉRÉTIQUES.

CHAPITRE XVIII.

TOUTES LES VERTUS, HORS DE L’UNITÉ, SONT INUTILES AU SALUT.

CHAPITRE XIX.

LA DIVERSITÉ DES CHÂTIMENTS EN ENFER.

CHAPITRE XX.

LE BAPTÊME ESSENTIELLEMENT BON DANS LES JUSTES ET LES PÉCHEURS.

CHAPITRE XXI.

LE BAPTÊME ET LA JUSTICE NÉCESSAIRES POUR ALLER AU CIEL.

CHAPITRE XXII.

LE BAPTÊME DE SANG ET DE VOLONTÉ

CHAPITRE XXIII.

LE BAPTÊME CONFÉRÉ AUX ENFANTS.

CHAPITRE XXIV.

LA BONTÉ DE DIEU SUPPLÉE A CE QUI MANQUE AUX ENFANTS.

CHAPITRE XXV

AUTRE CHOSE EST LE BAPTÊME, AUTRE CHOSE LA CONVERSION DU COEUR.

CHAPITRE XXVI.

CONCLUSION DU QUATRIÈME LIVRE.

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE PREMIER.

L’ÉGLISE ET LE PARADIS TERRESTRE.

 

1. L’Eglise « comparée au paradis (Cyp. Lettre LXXIII, à Jubaianus)» nous enseigne que hors de son sein les hommes peuvent recevoir validement son baptême, mais qu’ils ne peuvent que par elle et avec elle marcher et persévérer dans la voie du salut éternel. L’Ecriture elle-même nous atteste que les fleuves qui prenaient leur source dans le paradis terrestre sortaient de ce lieu de délices et arrosaient au dehors de larges contrées. Chacun de ces fleuves est désigné par son nom, ainsi que les régions qu’il parcourait; personne n’ignore que ces fleuves se répandaient hors du paradis terrestre (Gen., II, 8-14), et cependant ni la Mésopotamie ni l’Egypte, arrosées par ces fleuves, ne jouissent de la luxuriante végétation qui nous est décrite dans le jardin des délices. Ainsi donc les eaux du paradis se répandaient au dehors, mais son bonheur était exclusivement renfermé dans son enceinte. De même nous pouvons rencontrer hors de 1’Eglise le véritable baptême de I’Eglise, et cependant ce n’est que dans le sein de l’Eglise que nous trouvons le gage de la vie heureuse. Du reste, c’est cette Eglise qui a été fondée sur la pierre et qui a reçu le pouvoir de lier et de délier, ainsi que les clefs du royaume des cieux (Matt., XVI, 18,19). « C’est bien cette Eglise qui seule possède et conserve toute la puissance de son Epoux et Seigneur »; par cette puissance conjugale elle peut enfanter jusque dans le sein des esclaves; si ces enfants ne se laissent pas séduire par l’orgueil, ils seront appelés à partager l’héritage du père de famille; mais s’ils cèdent à l’orgueil, ils resteront hors du foyer paternel.

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE II.

LES BIENS DE L’ÉGLISE POSSÉDÉS PAR LES MÉCHANTS.

 

2. Comme nous combattons pour l’honneur et pour l’unité de l’Eglise, gardons-nous d’attribuer aux hérétiques la possession des biens que nous trouvons parmi eux; au contraire, sachons leur faire comprendre que ces bienfaits qu’ils tiennent de l’unité n’auront d’efficacité pour leur salut qu’autant qu’ils reviendront à cette même unité. Car « l’eau de l’Eglise est fidèle, salutaire et sainte » pour ceux qui en font un bon usage. Or, personne ne peut en faire un bon usage en dehors de l’Eglise. D’un autre côté, ceux qui en font un mauvais usage soit à l’intérieur soit en dehors de l’Eglise, acquièrent des droits non pas à la récompense mais au châtiment. Il suit de là que « le baptême ne saurait être ni corrompu ni adultère », lors même qu’il serait possédé par des hommes impurs et adultères; « de même l’Eglise est elle-même incorruptible, chaste et pudique » ; d’où il suit qu’elle repousse de son sein les avares, les voleurs, les usuriers, et pourtant Cyprien nous atteste dans ses lettres que ces coupables se rencontrent non-seulement hors de 1’Eglise, mais jusque dans son sein; leur coeur ne change donc pas, soit quand ils sont baptisés, soit quand ils baptisent.

3. C’est la pensée que ce saint évêque, dans l’une de ses lettres (Cyp., Lettre XI, aux Clercs.), communique aux clercs, en les invitant à recourir à la prière, et en se chargeant lui-même des péchés de son peuple, comme avait fait avant lui le saint prophète Daniel. Parmi les maux qu’il énumère il signale celui-ci : « Ces hommes renoncent au siècle seulement par leurs paroles et non par leurs oeuvres » ; l’Apôtre avait dit dans le même sens: « Ils confessent qu’ils connaissent Dieu, mais ils le nient par leurs oeuvres (Tit., I, 16)». Cyprien reproche donc à ces hommes, en qui le baptême n’opère aucun changement du coeur et qui cependant appartiennent à l’unité de l’Eglise, de renoncer au siècle seulement en parole et nullement par leurs oeuvres, démentant ainsi ces paroles de saint Pierre: « Ce qui était la figure à laquelle répond maintenant le baptême qui ne consiste pas dans la purification des souillures de la chair, mais dans la promesse que l’on fait à Dieu de garder une conscience pure (I Pierre, III, 21)». Cette conscience pure n’était donc point le partage de ces hommes dont il est dit « qu’ils renoncent au siècle par leurs paroles et non par leurs oeuvres ». Et cependant, Cyprien s’armant des plus sanglants reproches, les presse de marcher enfin dans la voie de Jésus-Christ et de chercher son amour plutôt que l’amour du siècle.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE III.

DIEU SEUL CONNAÎT CEUX QUI PERSÉVÉRERONT DANS L’UNITÉ DE L’ÉGLISE.

 

Or, je suppose que ces coupables lui eussent obéi et qu’ils eussent entrepris de vivre désormais non pas en faux chrétiens, mais en véritables disciples de Jésus-Christ, pensez-vous que Cyprien eût ordonné de leur réitérer le baptême? Non assurément, car la grâce d’une sincère conversion leur aurait mérité le glorieux avantage de voir le baptême opérer leur salut, tandis qu’avant leur conversion il n’était pour eux qu’un nouveau gage de l’éternelle réprobation.

4. On ne saurait regarder comme « dévoués à l’Eglise (Cyp., Lettre LXXIII, à Jubalanus) » ceux qui, paraissant être dans l’Eglise, vivent cependant en opposition avec Jésus-Christ, C’est-à-dire profanent ses commandements; par conséquent ils doivent être traités comme entièrement séparés de cette Eglise que le Sauveur purifie dans le baptême de l’eau par la parole de vie, pour la faire paraître devant lui pleine de gloire, n’ayant ni tache, ni ride ni rien de semblable (Eph., V, 26,27.). S’ils ne sont pas dans cette Eglise, s’ils n’en sont pas les membres, ils n’appartiennent pas davantage à cette même Eglise en tant qu’elle nous est prophétisée dans ces paroles : « Elle est « ma colombe unique, la bien-aimée de sa mère  (Cat., VI, 8) », car elle est sans tache et sans ride. Et d’ailleurs, qui donc oserait regarder comme membres de cette colombe ceux qui renoncent au siècle dans leurs paroles et non point par leurs oeuvres? N’est-ce point la pensée que nous trouvons formulée dans ces paroles: « Celui qui distingue les jours, les distingue pour plaire au Seigneur (Rom., XIV, 14,6 )? ». Et, en effet, tous les jours relèvent du Seigneur. Or, si nous envisageons les choses au point de vue de sa prescience infinie, en vertu de laquelle il connaît de toute éternité ceux qu’il a prédestinés à devenir conformes à l’image de son Fils, on peut affirmer en toute sécurité qu’il est des hommes actuellement hors de l’Eglise et appelés hérétiques, qui l’emportent de beaucoup à ses yeux sur un grand nombre de bons catholiques. Nous voyons bien ce que sont aujourd’hui ces hérétiques, mais nous ne savons pas ce qu’ils deviendront demain. Or, ce qu’ils doivent devenir, ils le sont déjà aujourd’hui aux yeux de ce Dieu, tour qui les choses futures sont réellement présentes. Nous, au contraire, qui ne connaissons les hommes que par ce qu’ils sont actuellement, nous nous demandons si nous devons regarder aujourd’hui comme membres de cette Eglise appelée la colombe unique et l’épouse de Jésus-Christ, sans tache et sans ride, tous ces hommes dont Cyprien disait « qu’ils ne persévéraient pas dans la voie du Seigneur,  qu’ils n’observaient pas les préceptes qui « leur avaient été donnés pour leur salut, et « qu’ils n’accomplissaient pas la volonté du « Seigneur. Au contraire, ils s’appliquaient « tout entiers à grossir leur patrimoine et leur pécule, à assouvir leur orgueil, à fomenter leur jalousie et leurs dissensions, à prouver leur négligence pour la simplicité et la « foi, ne renonçant au siècle que du bout des lèvres et non point par leurs oeuvres, se complaisant en eux-mêmes et déplaisant à tous (Lettre XI, aux Clercs.)  ». Si donc la colombe ne les compte pas parmi ses membres, et surtout s’ils doivent persévérer dans leur iniquité, jusqu’à mériter ces dures paroles de la part du Sauveur: « Je ne vous connais pas; retirez-vous de moi, « vous qui commettez l’iniquité (Matt., VII, 23.) », c’est en vain qu’ils nous paraissent appartenir à l’Eglise, ils ne lui appartiennent pas réellement. Bien plus encore, « ils travaillent contre l’Eglise. Comment donc peuvent-ils baptiser du baptême de 1’Eglise (Lettre LXXIII, à Jubalanus) », quand ce sacrement en pareil cas ne profite ni à ceux qui le confèrent, ni à ceux qui le reçoivent, à moins qu’il ne s’opère en eux une conversion véritable? Parce qu’en recevant le baptême, ils ne renonçaient au siècle que du bout des lèvres et non point par leurs oeuvres, ce sacrement restait pour eux absolument inutile; (111) mais il commence à porter ses fruits dès que leurs oeuvres réalisent le renoncement qui leur est commandé. De même, s’il s’agit de ceux dont la séparation est évidente, il est certain qu’aucun d’eux n’appartient aujourd’hui à la colombe unique, mais quelques-uns peuvent plus tard lui appartenir réellement.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE IV.

LA VALIDITÉ DU BAPTÊME EST INDÉPENDANTE DES QUALITÉS DU MINISTRE.

 

5. Nous n’acceptons donc pas le baptême des hérétiques, quoique nous refusions de réitérer ce sacrement à ceux qui l’ont déjà reçu de leurs mains, Avant tout, ce baptême est l’oeuvre de Jésus-Christ, même dans les pécheurs, soit dans les schismatiques déclarés, soit dans ceux qui ne sont séparés que d’une manière occulte ; que les uns et les autres corrigent ce qu’il y avait en eux de répréhensible, et nous le recevons aussitôt avec toute la vénération qui lui est due. Je puis paraître embarrassé lorsqu’on me presse par cette question : «Un hérétique remet donc les péchés » ; mais à mon tour je presse mes adversaires lorsque je leur dis : Les péchés sont donc remis par celui qui n’observe pas les commandements divins, par l’avare, le voleur, 1’usurier, l’envieux et par quiconque ne renonce au siècle que dans ses paroles et non point par ses oeuvres? Si la rémission des péchés s’opère par la vertu propre du sacrement de Dieu, qu’importe tel ou tel ministre? au contraire, si c’est par son propre mérite que le ministre confère la rémission des péchés , cette rémission n’est opérée ni par l’un ni par l’autre de ceux que nous venons de signaler. En effet, quelque mauvais que soient les hommes  le baptême reste toujours le sacrement de Jésus-Christ; mais ces hommes mauvais, quels qu’ils soient, n’appartiennent pas à cette colombe unique, incorruptible, sainte, pudique, n’ayant ni tache ni ride (Eph. V, 27.). De même donc que le baptême n’est d’aucune utilité pour celui qui, en le recevant, ne renonce au siècle que du bout des lèvres et non point par ses  œuvres ; de même il est sans résultat pour celui qui est baptisé dans le schisme ou l’hérésie; tous deux cependant l’ont reçu validement: qu’ils se convertissent et ils éprouveront les effets de ce qui pour eux jusque-là était sans aucun résultat.

6. « Celui qui est baptisé dans l’hérésie ne devient donc pas le temple de Dieu »; et cependant, faut-il le regarder comme n’ayant pas reçu le baptême? L’avare baptisé dans l’unité de l’Eglise ne devient pas davantage le temple de Dieu, s’il ne veut pas renoncer à son avarice, car ceux qui deviennent le temple de Dieu, possèdent également le royaume de Dieu. Or, l’Apôtre déclaré formellement que « ni les avares, ni les voleurs ne posséderont le royaume de Dieu (I Cor., VI, 10). Ailleurs il compare l’avarice à l’idolâtrie : « Et l’avarice qui est un culte des idoles (Eph., V, 5) ». Cyprien portant peut-être jusqu’à l’exagération la sévérité des paroles de l’Apôtre, écrivait à Antonianus qu’il n’hésitait pas à comparer l’avarice au péché de ceux qui dans un temps de persécution s’étaient engagés par écrit à offrir de l’encens aux idoles (Lettre LV, à Antonianus). Ainsi donc celui qui dans l’hérésie est baptisé au nom de la sainte Trinité, et qui ne renonce pas à son hérésie, subit le même sort que l’avare qui reçoit le baptême et ne renonce pas à son avarice; ni l’un ni l’autre ne deviennent le temple de Dieu. De là cette parole de saint Paul: «Quelle relation entre le temple de Dieu et les idoles (II Cor., VI, 16)? » Qu’on ne nous demande donc plus de quel Dieu devient le temple, celui à qui nous refusons l’honneur de devenir le temple de Dieu. Et cependant nous sommes loin d’affirmer par là qu’il n’ait point été baptisé, ou que son erreur et son impiété aient le triste pouvoir d’annuler radicalement le sacrement qu’il a reçu selon toutes les formes évangéliques. De même nous nions que l’avarice de l’autre, ou que ses nombreuses souillures invalident essentiellement le baptême, lors même que ce sacrement lui aurait été conféré par un avare, mais selon les formes évangéliques.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE V.

PARALLÈLE ENTRE L’HÉRÉTIQUE ET L’AVARE.

 

7. « C’est donc en vain, a dit-saint Cyprien, que nos adversaires vaincus par la raison nous opposent la coutume, comme si la coutume pouvait l’emporter sur 1a vérité; ou bien comme si dans les choses spirituelles on ne devait pas s’attacher de préférence à ce qui nous a été révélé par le Saint-Esprit ». (112) On ne peut qu’applaudir à ce langage, car la coutume est sans valeur devant la raison et la vérité. Au contraire, quand la vérité vient confirmer la coutume, on a atteint le dernier degré de la certitude. Le saint martyr ajoute : « On peut pardonner à celui qui est simplement dans l’erreur, mais sans aucune obstination de sa part ». C’est ainsi que l’Apôtre a dit de lui-même : « J’ai d’abord été blasphémateur, persécuteur et outrageux, mais j’ai mérité d’obtenir miséricorde, parce que j’agissais dans l’ignorance (I Tim., I, 13). — Mais quand, après avoir reçu l’inspiration et la révélation, le coupable persévère sciemment dans son erreur première, il n’a plus le droit d’invoquer l’ignorance pour obtenir plus facilement son pardon. Dès que la raison le condamne, n’est-ce point de sa part obstination et présomption, de persévérer dans sa voie criminelle ? ». Il est parfaitement exact de dire que le péché commis en pleine connaissance est de beaucoup plus grave que celui que l’on commet dans l’ignorance. Voilà pourquoi ce saint martyr, aussi savant, que docile, commentant les éloges prodigués par saint Paul à un évêque (II Tim., II, 24), s’exprimait en ces termes: « Ce que l’on doit surtout aimer dans un évêque, c’est non-seulement qu’il enseigne pertinemment, mais aussi qu’il sache recevoir avec patience les lumières qui lui viennent de ses frères (Cyp., Lettre LXIX, à Pompeius) ». Je suis persuadé que si la question de la réitération du baptême dans l’Eglise avait été soumise à un long et minutieux examen entre lui et de saints et savants collègues, comme ceux qui plus tard confirmèrent l’ancienne coutume par décret rendu en concile général, non-seulement Cyprien aurait prouvé sa profonde science dans les matières où il avait pour lui la vérité, mais encore il aurait fait preuve de la plus édifiante docilité sur les matières qu’il ne possédait que d’une manière imparfaite. Quoi qu’il en soit, tout homme avouera sans peine qu’on est de beaucoup plus coupable quand on pèche en pleine connaissance, que quand on pèche par ignorance. Or, je voudrais qu’on me dît lequel des deux est le plus criminel, ou celui qui tombe dans l’hérésie sans en comprendre la gravité, ou celui qui s’obstine dans son avarice dont il apprécie la culpabilité. Je pourrais également poser la question en ces termes: Quel est le plus coupable de celui qui, sans le savoir, tombe dans l’hérésie, ou de celui qui, avec une pleine connaissance, s’obstine dans l’idolâtrie? Je me sers de cette dernière expression,. parce que l’Apôtre a dit de l’avarice « qu’elle est un culte « idolâtrique ». Cyprien lui-même interprète dans le même sens ce passage de l’Apôtre, quand il écrit à Antonianus (Cyp., Lettre LV, à Antonianus.): « Que nos nouveaux hérétiques modèrent l’enthousiasme avec lequel ils s’écrient qu’ils ne sont point en communion avec les idolâtres; car dans leurs rangs se trouvent des adultères et des voleurs, dont le crime constitue une sorte d’idolâtrie. Car, dit l’Apôtre, sachez que nul fornicateur, nul impudique, nul avare, dont le vice est une idolâtrie, ne sera héritier du royaume de Jésus-Christ et de Dieu (Eph., V, 5) ». Et ailleurs : « Mortifiez vos membres qui sont sur la terre; c’est-à-dire la fornication, l’impudicité, la concupiscence mauvaise et l’avarice, qui est un culte rendu aux idoles (Coloss III, 5) ». Je demande donc lequel des deux est le plus coupable, ou celui qui tombe dans l’hérésie sans le savoir, ou celui qui sciemment refuse de renoncer à l’avarice qui est une idolâtrie? D’après ce principe que celui qui pèche avec connaissance est plus coupable que celui qui pèche par ignorance, nous devons conclure contre celui qui reste sciemment dans l’avarice. Je consens même à placer au même rang de culpabilité l’hérétique inconscient et l’avare convaincu, afin qu’on ne m’accuse pas de ne faire consister que dans la science du coupable la grandeur du crime de l’hérésie comme on le fait pour l’avarice; j’avoue cependant que cette supposition paraît en contradiction avec le passage de l’Apôtre; et en effet, ce que nous détestons avant tout dans les hérétiques, ce sont leurs blasphèmes. D’un autre côté, voulant nous prouver que l’ignorance est une raison sérieuse d’obtenir plus facilement son pardon, Cyprien apporte en témoignage ces paroles de l’Apôtre: « J’ai d’abord été blasphémateur, persécuteur et outrageux, mais j’ai obtenu miséricorde parce que j’ai agi dans l’ignorance (I Tim., I, 13) ». Mais enfin, comme je l’ai dit plus haut, je suppose sur le pied de parfaite égalité le blasphème de celui qui ignore et l’idolâtrie de celui qui connaît; je frappe d’une seule et même condamnation celui qui en cherchant Jésus-Christ se laisse (113) tromper par les apparences, et celui qui, en pleine connaissance de cause, résiste à cet oracle divin formulé par l’Apôtre : « Nul fornicateur, nul impudique, nul avare, dont le vice est une idolâtrie, ne sera héritier du royaume de Jésus-Christ et de Dieu»; et je demande pourquoi annuler dans le premier, et approuver dans le second, le baptême et les paroles évangéliques, quand il est prouvé que ni l’un ni l’autre ne sauraient être membres de la colombe unique? Refusera-t-on l’entrée au premier, parce qu’il est un batailleur manifeste, tandis que l’on conservera l’autre, quoiqu’il ne soit qu’un disciple fourbe et rusé?

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE VI.

L’ERREUR DE CYPRIEN NE JUSTIFIERAIT PAS LE MÉPRIS POUR SA PERSONNE.

 

8. Cyprien ajoute : « Que parmi eux aucun ne dise : Nous suivons la voie qui nous est  tracée par les Apôtres, car les Apôtres n’ont établi qu’une Eglise et qu’un seul baptême qui est la propriété exclusive de cette même Eglise ». Ces paroles tendraient-elles à me convaincre que je dois réprouver le baptême de Jésus-Christ? Quand je le rencontre parmi les hérétiques, je n’ai besoin, pour les réfuter, que de leur opposer l’obligation où je suis d’approuver l’Evangile, toutes les fois que je le rencontre parmi les hérétiques dont cependant je repousse les erreurs. Mais du moins ces mêmes paroles nous apprennent qu’à l’époque de saint Cyprien, certains évêques présentaient comme venant des Apôtres cette coutume contre laquelle protestaient les conciles Africains, contre laquelle aussi le saint martyre s’écriait: « C’est en vain que ceux qui sont vaincus par la raison nous opposent la coutume ». Je ne m’explique pas davantage, pourquoi cette coutume, qui depuis Cyprien fut sanctionnée par un concile général, et que Cyprien lui-même avait trouvée dans toute sa vigueur, fut si vivement attaquée par ce saint évêque, quand pour la condamner et la détruire sa profonde science ne pouvait lui fournir qu’un seul argument, c’est-à-dire un concile africain convoqué et présidé quelques années auparavant par l’évêque Agrippinus. Cyprien comprit facilement qu’un argument aussi faible ne pouvait rien contre une coutume aussi universelle; il eut donc recours à des raisonnements, mais ces raisonnements n’étaient que des vraisemblances et nullement des vérités, comme nous l’avons prouvé en nous fondant sur l’antiquité de cette coutume et sur l’autorité du concile général. Toutefois ces vraisemblances, il les prit pour des réalités sur une question aussi obscure que celle de la rémission des péchés, surtout quand il s’agit de savoir si cette rémission peut ne pas s’opérer dans le baptême de Jésus-Christ, ou si elle peut s’opérer par le ministère des hérétiques. Sur ce point la Providence avait permis qu’il ne fût pas complètement éclairé, afin de faire mieux ressortir cette grande charité qui l’empêcha toujours de se séparer de l’unité. Mais qui donc, s’appuyant sur cette insuffisance de lumières, et sous prétexte qu’il se sent plus éclairé que ne l’était Cyprien, oserait se préférer à ce grand évêque en qui brillèrent d’un si vif éclat les vertus les plus héroïques et les grâces les plus abondantes? Que celui qui aurait cette audace se souvienne qu’il possède aujourd’hui. ce que ne possédait pas alors l’Eglise, c’est-à-dire la sentence infaillible d’un concile universel. Autant vaudrait se préférer à Pierre, qui obligeait les Gentils à judaïser, quand, instruit par les lettres de Paul et mieux appuyé sur la coutume de l’Eglise, on n’impose pas aux Gentils cette obligation (Gal., II, 14).

9. « Nous ne voyons nulle part qu’un homme baptisé par des hérétiques ait été reçu par les Apôtres dans la communion de l’Eglise, avec ce seul baptême, tel qu’il lui avait été conféré». Nous ne voyons pas davantage que les Apôtres aient réitéré le baptême à celui qui, voulant entrer dans l’Eglise, aurait été précédemment baptisé par des hérétiques. D’ailleurs, c’est à bon droit que nous regardons comme venant des Apôtres cette coutume que les hommes de cette époque, les yeux fixés sur les sphères supérieures, ne voyaient pas régner parmi leurs descendants. Combien d’autres faits du même genre, qu’il serait trop long d’énumérer de nouveau! Si donc les adversaires de Cyprien étaient parfaitement en droit de mépriser la défense que leur en faisait Cyprien et de s’écrier : « Nous suivons la voie qui nous a été tracée par les Apôtres »; combien plus encore nous sommes autorisés à dire : Ce que la coutume de l’Eglise a toujours pratiqué, ce qui peut braver toutes les discussions, ce qui (114)  a été confirmé par un concile général, c’est là ce que nous suivons? Et puis, si nous étudions sérieusement les raisons alléguées de part et d’autre, ainsi que les témoignages de la sainte Ecriture,-nous pouvons ajouter sans crainte: Nous suivons la voie que nous a tracée la Vérité elle-même.

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE VII.

LES MÉCHANTS DANS L’UNITÉ ET HORS DE L’UNITÉ.

 

10. Les adversaires de Cyprien lui opposaient ces paroles de l’Apôtre : « Pourvu que  Jésus-Christ soit annoncé de quelque manière que ce soit, par occasion ou par un vrai zèle, je m’en réjouis (Philip., I, 18.). » Or, le saint évêque les réfutait victorieusement en leur montrant que la cause de l’hérésie n’avait rien à voir dans ces paroles. En effet, l’Apôtre

parlait uniquement de ceux qui prêchaient Jésus-Christ par un esprit d’envie et de contention; il est vrai qu’ils prêchaient Jésus-Christ et ne formulaient sur sa personne que des idées conformes aux vérités de la foi, mais l’esprit qui les dirigeait n’était point celui qui doit inspirer les prédicateurs, enfants dévoués de la Colombe. Voici les paroles de Cyprien : «L’Apôtre ne parlait ni de la personne ni du baptême des hérétiques, et c’est en vain que l’un voudrait invoquer ce passage dans la question qui nous occupe. Il parlait de ceux de ses frères qui dépassaient les limites de la sagesse, ou les règles de la discipline ecclésiastique, ou bien de ceux qui osaient annoncer sans crainte la parole de Dieu. Il rappelle que les uns ont toujours prêché la parole de Dieu avec constance et intrépidité, tandis que d’autres se laissent obséder par l’esprit d’envie et de contention; que les uns prêchent par charité cet les autres par un esprit de jalousie. Paul ajoute qu’il supporte tout patiemment, pourvu que, soit par occasion, soit par un vrai zèle, le nom de Jésus-Christ arrive à la connaissance de plusieurs, et que la parole évangélique, malgré la rudesse des formes, soit prêchée à plus de peuples et porte des fruits plus abondants. Or, autre chose est la prédication de ceux qui appartiennent à l’unité de l’Eglise et qui parlent au nom de Jésus-Christ; autre chose est de baptiser au nom de Jésus-Christ ceux qui sont hors de l’Eglise et qui combattent contre l’Eglise (Cyp., Lettre LXXIII, à Jubaianus). Ces paroles de Cyprien nous avertissent d’établir une distinction entre les méchants qui sont séparés de l’Eglise, et les méchants qui appartiennent à cette unité. Quant à ces hommes qui nous sont dépeints par l’Apôtre comme annonçant l’Evangile par un coupable esprit d’envie et de contention, Cyprien les regarde comme appartenant à l’Eglise, et-il a raison. Toutefois, je ne crois pas être téméraire en posant-le dilemme-suivant : Si nul homme séparé de I’Eglise ne peut rien posséder de ce qui nous vient de Jésus-Christ, aucun-de ceux qui appartiennent à l’unité ne peut rien posséder de ce qui nous vient du démon. Car si dans ce jardin fermé ont pu croître les épines du démon, pourquoi la source de Jésus-Christ ne pourrait-elle pas couler hors de ce même jardin? Si la première proposition est fausse, comment donc du vivant même de l’Apôtre des prédicateurs ont-ils pu tomber victimes d’un mal aussi grand que la jalousie et une dissension malveillante? Ce sont là, du reste, les propres paroles de Cyprien. Dira-t-on que la- jalousie et une dissension malveillante ne sont que des maux très-légers? Mais alors, qu’on nous dise pourquoi ces hommes n’étaient point dans la paix, quoiqu’ils fussent dans l’unité? Voici une parole qui n’est ni de moi ni des hommes, mais de Dieu lui-même; une parole qui a été dite non point parles hommes mais par les anges au moment de la naissance de Jésus-Christ: « Gloire à Dieu au plus « haut des cieux, et paix sur la terre aux e hommes de bonne volonté (Luc, II, 14) ».En formulant cet oracle par la voix des Anges et sur le berceau du Sauveur, Dieu ne voulait-il pas nous faire comprendre que pour appartenir à l’unité du corps de Jésus-Christ il faut être dans la paix de Jésus-Christ, et que pour être dans la paix de Jésus-Christ il faut être doué d’une bonne volonté? Or, si la bonne volonté se trouve dans la bienveillance , la mauvaise volonté ne se trouve-t-elle pas dans la malveillance?

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE VIII.

LA MALICE DE LA JALOUSIE.

 

11. Mais enfin, quelle est donc la malice de cette jalousie qui ne saurait être que malveillante? Ne cherchons pas d’autres témoins, (115) car il nous suffit d’un seul, saint Cyprien lui-même, à qui le Seigneur s’est plu à révéler les invectives les plus éloquentes et les préceptes les plus salutaires sur l’envie et la jalousie. Lisons donc la lettre de ce saint martyr sur ce double penchant; comprenons quel crime c’est de porter envie à ceux qui sont meilleurs

que nous, et n’oublions pas que ce triste défaut n’a d’autre principe que le démon lui-même. « Jalouser ce qui vous semble bon, et porter envie à ceux qui sont meilleurs que vous, c’est là un crime que quelques-uns parmi vous, frères bien-aimés, regardent comme léger et de peu d’importance ». Cherchant ensuite la source et l’origine de ce défaut : « C’est par ce vice», dit-il, «que dès les premiers jours du monde le démon s’est perdu et en a perdu un grand nombre avec lui ». Un peu plus loin il ajoute : « Quel mal n’est donc pas, mes frères, ce crime qui a fait tomber l’ange lui-même, qui a précipité dans l’abîme les puissances célestes et qui a séduit le séducteur lui-même? Depuis cette époque la jalousie va croissant sur la terre,  multipliant ses victimes, tristes esclaves du maître de la perdition, tristes imitateurs du premier jaloux, le démon; de là cette parole : Par l’envie du démon la mort est entrée dans le monde, et tous ceux qui lui appartiennent se font constamment ses imitateurs (Sag., 24,25) ». Ces paroles de Cyprien, empruntées à celle de ses lettres qui est la plus connue, sont aussi pleines de vérité que d’énergie. A lui plus qu’à tout autre il appartenait de formuler sur l’envie et la jalousie les leçons et les avertissements les plus graves, car dans l’abondance de sa charité il avait toujours su soustraire son coeur aux cruelles atteintes de ce mal. Sous l’influence de cette charité, il se montra toujours rempli de bienveillance pour ceux de ses collègues qui ne partageaient pas ses opinions au sujet du baptême; il ne connut jamais les dissensions malveillantes, se tint en garde contre les tentations humaines, et par sa persévérance dans la charité il mérita que Dieu le comblât dans la suite de ses grâces et de ses révélations (Philipp., III, 15). Il resta donc indissolublement attaché à l’unité, et pouvait hautement s’écrier : « Ne jugeant personne et nous abstenant de séparer de notre communion celui qui ne partagerait point notre opinion. En effet, personne d’entre nous ne s’est constitué l’évêque des évêques, et personne n’a voulu recourir à des menaces tyranniques pour réduire ses collègues à l’obéissance (Concile de Carthage.). Voici, du reste, comment il terminait son épître: « Tels sont, frère bien-aimé, les conseils que dans ma bassesse j’ai cru devoir vous adresser; je ne prescris rien, je ne préjuge rien, car chaque évêque a le droit de faire ce qui lui paraît le plus convenable, il est parfaitement le maître de son libre arbitre. Dans la mesure de ce qui nous est possible, et pour ménager les hérétiques, nous ne discutons jamais avec nos collègues et nous conservons entre nous la concorde chrétienne et la paix du Seigneur. Nous avons toujours devant les yeux ces paroles de l’Apôtre : Si quelqu’un aime à contester; pour nous, ce n’est point là notre coutume ni celle de l’Eglise de Dieu (I Cor., XI, 16.). Nous conservons donc avec patience et avec douceur la charité du coeur, l’honneur de notre collège, le lien de la foi et la concorde du sacerdoce. C’est dans ce but, malgré notre médiocrité et avec l’aide et le bon plaisir de Dieu, que nous avons composé ce petit opuscule sur le Bien de la Patience et nous vous l’adressons comme gage de notre affection mutuelle (Lettre LXXIII, à Jubaiainus)

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE IX.

LA ZIZANIE DANS LE FROMENT ET LE BAPTÊME DANS LE SCHISME.

 

12. Grâce à cette patience et à cette charité, Cyprien a toléré ses collègues catholiques malgré la diversité, bienveillante toutefois, de leurs opinions sur cette question difficile et obscure, comme il a été toléré lui-même jusqu’à ce que la Providence eût permis que l’antique et salutaire coutume fût confirmée par décision d’un concile général. Et non-seulement il toléra les bons, mais il resta même en communion avec des évêques notoirement mauvais qui exprimaient des opinions diverses, non point à cause de l’obscurité même de la question, mais pour justifier la dissolution de leurs moeurs et s’autoriser à faire le mal quand ils prêchaient le bien, réalisant ainsi ces paroles de l’Apôtre : « Vous qui défendez le mal, vous le commettez vous-même (Rom., II, 21). N’est-ce pas de ces évêques, ses contemporains et ses collègues dans l’unité, qu’il écrivait: « Pendant que leurs frères subissent les rigueurs de la faim, ils n’ont souci que d’amasser de plus grandes richesses, d’acquérir des trésors par la fraude et la ruse, et d’accroître leur fortune par des usures multipliées (Discours sur les Tombés.)? » Sur ce point, en effet, la question n’est nullement obscure, car l’Ecriture dit hautement : « Ni les avares, ni les hommes rapaces ne posséderont le royaume de Dieu I Cor., VI, 10.) » ; « celui qui a placé son argent à usure (Ps., XIV, 5) »; « nul fornicateur, nul impudique, nul avare, dont le vice est une idolâtrie, ne possédera l’héritage dans le royaume de Jésus-Christ et de Dieu (Eph., V, 5) ». Peut-on supposer que, s’il n’eût pas connu parfaitement les coupables, il aurait signalé avec autant de précision ces avares qui non-seulement avaient la passion de thésauriser, mais qui recouraient, pour s’enrichir, aux moyens les plus iniques et prouvaient ainsi pour la richesse un amour qui n’était autre chose qu’une véritable idolâtrie ? Peut-on croire qu’il se fût permis de juger ainsi témérairement ses collègues dans l’épiscopat? Et cependant, pour se montrer le fidèle disciple de Jésus-Christ qui est mort pour les faibles et qui a défendu d’arracher la zizanie avant la moisson, dans la crainte qu’on arrachât également le bon grain (Matt., XIII, 29.), Cyprien toléra ces coupables avec une charité véritablement paternelle et maternelle. Il devint ainsi l’imitateur du grand Apôtre qui, par amour pour l’Eglise, toléra ceux-là mêmes qui montraient à son égard le plus de jalousie et de malveillance (Philipp., I, 15-18).

13. Cependant « c’est par la jalousie du démon que la mort est entrée dans le monde, et tous ceux qui lui appartiennent marchent sur ses traces (Sag., II, 24, 25.), non pas en tant qu’ils ont été créés par Dieu, mais en tant qu’ils se sont pervertis eux-mêmes. C’est l’observation que fait Cyprien lui-même; car le démon, avant de devenir démon, était un ange, et un ange véritablement bon. Mais alors ceux qui sont du parti du démon, à quel titre donc peuvent-ils appartenir à l’unité de Jésus-Christ? Le Seigneur a dit lui-même : « C’est là l’oeuvre de l’homme ennemi qui est venu semer la zizanie sur le bon grain (Matt., XIII, 28, 25). De même donc que nous devons condamner ce qui dans l’unité appartient au démon, de même devons-nous reconnaître ce qui, hors de l’unité, appartient à Jésus-Christ. N’y aurait-il plus rien pour Jésus-Christ en dehors de l’unité de l’Eglise, tandis que dans cette même unité le démon aurait ses victimes et ses oeuvres? Sans doute, s’il ne s’agit que des hommes eux-mêmes, on peut bien dire que Dieu ne reconnaît comme sien aucun de ceux qui sont formellement hors de l’Eglise, pas plus que le démon ne possède aucun des saints anges. Mais quant à l’Eglise de la terre, tant qu’elle porte le poids de cette misérable mortalité, et qu’elle chemine loin de Dieu, le démon peut venir y mêler la zizanie, c’est-à-dire des pécheurs; et si ce pouvoir lui est donné pendant notre pérégrination ici-bas, c’est afin que nous nous sentions enflammés d’un désir de plus en plus ardent pour ce repos de la patrie dont jouissent les élus. Au contraire, s’il s’agit des sacrements, nous ne pouvons plus tenir un semblable langage.

                En effet, de même que la zizanie intérieure peut recevoir et conférer ces sacrements, non point pour son salut, mais pour sa ruine éternelle, pendant laquelle elle sera dévorée par le feu de l’enfer; de même la zizanie extérieure, c’est-à-dire les schismatiques ou les hérétiques déclarés peuvent recevoir ces mêmes sacrements par le ministère de ceux qui, après avoir appartenu à l’Eglise, s’en sont ensuite séparés, et n’ont pu perdre ce qu’ils avaient reçu avant leur séparation. Pour le prouver, il suffit de rappeler que jamais la pensée n’est venue de réitérer le baptême à ceux qui , après s’être séparés de l’Eglise, demandent à y rentrer. Personne, je pense, n’aura la pensée de s’écrier : La zizanie peut-elle donc avoir quelque chose du froment? Si elle avait quelque chose du froment, l’unité et le schisme seraient placés dans une condition absolument semblable. Or, parmi la zizanie extérieure, nous ne trouvons aucun grain de froment, tandis qu’on en trouve dans la zizanie intérieure. — Quand il s’agit des sacrements, nous n’avons pas à demander si la zizanie renferme du froment, mais si elle possède quelque chose qui lui vienne du ciel ; or, qu’elle soit extérieure, qu’elle soit intérieure, la pluie lui est commune avec le froment, et cette pluie ne laisse pas que d’être une rosée douce et céleste, quoiqu’elle donne un accroissement (117) stérile à la zizanie. De même le sacrement de Jésus-Christ est suave et divin; et, fût-il frappé de stérilité à l’égard de ceux qui vivent dans le schisme, on ne doit jamais ni le méconnaître ni le condamner.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE X.

LES ENNEMIS INTÉRIEURS ET EXTÉRIEURS DE L’ÉGLISE.

 

14. Quelqu’un me dira peut-être que la zizanie intérieure peut plus facilement se changer en froment. Soit, mais qu’est-ce que cela prouve par rapport à la réitération du baptême? Je suppose que tel hérétique promptement convaincu de son erreur et aidé par le temps et des circonstances plus faciles, se convertisse avant celui qui est dans l’unité et s’abandonne à ses crimes, devra-t-on s’abstenir de lui réitérer le baptême, tandis qu’on le réitérera à celui qui s’est laissé prévenir par cet hérétique et ne s’est converti que plus tard? Quant à la question qui nous occupe, il ne s’agit nullement de savoir si c’est bientôt, ou trop tard que le pécheur s’est converti à la foi, à l’espérance et à la charité. Il est certain que les pécheurs qui appartiennent à l’unité jouissent d’une plus grande facilité pour se convertir, et cependant nous voyons quelquefois des hérétiques ou des schismatiques précéder les mauvais catholiques dans leur retour vers Dieu, et produire des fruits au trentième, au soixantième ou au centième (Matt., XIII, 23 ; Luc, VIII, 15.), tandis que les autres, quoique catholiques, restent frappés de stérilité. Enfin, si l’on soutient qu’il n’y a de véritable zizanie que celle qui persévère jusqu’à la fin dans son crime et son erreur, nous en conclurons qu’il y a beaucoup de froment hors de l’unité, et que dans l’unité il y a beaucoup de zizanie.

15. Quoi qu’il en soit, les pécheurs séparés de l’Eglise sont-ils plus coupables que les pécheurs dans l’unité ? Il n’est pas facile de décider si Nicolas, hérétique séparé de l’Eglise’, était plus coupable que Simon le Magicien, appartenant à l’unité (Apoc., II, 6). Qu’on soutienne que la séparation, par cela même qu’elle détruit manifestement la charité, est un péché plus grave, j’y consens. Et pourtant, il en est un grand nombre qui, après avoir perdu la charité, ne se jettent pas dans le schisme, parce qu’ils sont retenus par des avantages temporels, parce qu’ils se cherchent eux-mêmes et non pas Jésus-Christ (Philipp., II, 21); voilà pourquoi ils refusent de se séparer, non pas précisément de l’unité de Jésus-Christ, mais des avantages que cette unité leur procure. De là ce bel éloge que l’on fait de la charité : « Elle ne cherche pas ses propres avantages (II Cor., XIII, 5). »

16. Demandons-nous maintenant comment des hommes esclaves du démon pouvaient appartenir à cette Eglise, qui est sans tache, sans ride ou autre chose de ce genre (Eph., V, 27) ; à cette Eglise dont il est dit : « Elle est ma colombe unique (Cant., VI, 8) ? » Si les pécheurs ne peuvent lui appartenir, il reste évident pour nous que cette Eglise gémit parmi des étrangers, dont les uns lui tendent des embûches dans son propre sein, et dont les autres lui déclarent la guerre au dehors. Cependant ses ennemis intérieurs reçoivent le baptême, le possèdent et le confèrent dans toute sa sainteté essentielle, sans qu’il puisse recevoir aucune atteinte de la méchanceté dans laquelle ces pécheurs persévèrent jusqu’à la fin. Voilà pourquoi le même Cyprien nous enseigne que nous devons considérer le baptême tel qu’il est en lui-même, tel que le constituent les paroles évangéliques et tel qu’il a toujours été reçu par l’Eglise, sans tenir aucun compte de la perversité et de la malice de ceux qui le donnent ou le reçoivent. Il nous fait également observer que, même dans l’unité de l’Eglise, il en est qui ne conservent ni la charité ni la bienveillance, et se laissent aller à la jalousie, à la malveillance et à la dissension, comme déjà l’Apôtre le faisait observer de son temps. D’un autre côté, dans sa lettre sur l’envie et la jalousie, il prouve clairement que tous ceux qui s’abandonnent à ce penchant mauvais appartiennent par là même au démon. Par conséquent, il est pour nous de la dernière évidence que ceux mêmes qui appartiennent au démon peuvent posséder dans toute son intégrité le sacrement de Jésus-Christ; non point pour leur salut, mais comme un titre à-leur condamnation, soit qu’ils aient donné libre cours à leur perversité après avoir reçu le baptême, soi qu’en le recevant, comme dit saint Cyprien, ils n’aient renoncé au siècle que du bout des lèvres et non point par leurs (118) oeuvres (Cyp., lettre II, aux clercs.). Si plus tard ils se convertissent, on n’aura donc pas à leur réitérer le sacrement qu’ils avaient reçu dans de mauvaises dispositions. Il me semble, en effet, que maintenant il doit être évident pour tous que dans cette question du baptême on n’a point à se préoccuper de celui qui donne, mais de ce qu’il donne; ni de celui qui reçoit, mais de ce qu’il reçoit ; ni de celui qui possède, mais de ce qu’il possède. Si donc ceux-là mêmes qui appartiennent, non pas à la colombe unique, mais au démon, peuvent recevoir, posséder et conférer le baptême, sans que la sainteté de ce sacrement ait à subir aucune atteinte de la part de leur perversité, comme en convient Cyprien lui-même , pourquoi attribuer aux hérétiques ce qui ne leur appartient pas ? Pourquoi regarder comme venant d’eux ce qui ne vient que de Jésus-Christ? La seule obligation que nous ayons à remplir, c’est de reconnaître en eux le caractère et les insignes de notre empereur et de travailler à corriger leurs oeuvres. A ce point de vue, je dirai donc avec Cyprien : « Autre chose est de parler au nom de Jésus-Christ, quand on appartient à l’unité de l’Eglise; autre chose est de baptiser au nom de Jésus-Christ, ceux qui vivent dans le schisme et travaillent contre l’Eglise (Cyp., lettre LXXIII, à Jubaianus.). Parmi ceux qui appartiennent à l’unité de l’Eglise, il en est un grand nombre qui travaillent contre l’Eglise par leur mauvaise vie et par la séduction qu’ils exercent sur les âmes faibles. De même parmi les schismatiques, il en est plusieurs qui parlent au nom de Jésus-Christ et auxquels nous défendons, non point de faire les oeuvres de Jésus-Christ, mais de rester dans le schisme; et quand nous les corrigeons, quand nous les reprenons ou les exhortons, tout cela de notre part s’accomplit en vue de leur guérison. Appartenait-il à l’unité celui qui, refusant de suivre le Christ avec les disciples, chassait cependant les démons au nom de Jésus-Christ? et le Seigneur ordonna qu’on le laissât faire (Luc, IX, 49, 50) , et nonobstant cette autorisation , ce malheureux devait comprendre que la seule chose qui lui importât avant tout, c’était d’employer à sa guérison ces paroles du Sauveur « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui ne recueille pas avec moi dissipe (Matt., XII, 30). Dans le schisme, certaines oeuvres peuvent donc se faire au nom de Jésus-Christ, et non pas contre l’Eglise; comme d’un autre côté, dans l’unité même de l’Eglise, des chrétiens peuvent appartenir au démon et agir contre l’Eglise.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XI.

LA VERTU INHÉRENTE AU SACREMENT DE BAPTÊME.

 

17. Après un examen sérieux, on est tout étonné de voir tel prédicateur enseigner quelque chose d’inutile, quoique sans blesser nullement la charité. C’est ainsi que Pierre contraignait les Gentils à judaïser (Gal., II, 14), et Cyprien condamnait les hérétiques à recevoir de nouveau le baptême. Parlant de ces docteurs fortement enracinés dans la charité, et pourtant s’éloignant de la saine doctrine en quelque point, l’Apôtre disait : « Si vous avez de vous-mêmes quelque autre sentiment, Dieu vous découvrira ce que vous devez en croire (Philipp., III, 15) ». D’un autre côté, on rencontre des prédicateurs privés de la charité, et qui cependant émettent une doctrine salutaire; c’est en parlant de ces derniers que le Sauveur disait : « Ils siégent sur la chaire de Moïse. Faites ce qu’ils vous disent, et ne faites pas ce qu’ils font, car ils disent et ils ne font pas (Matt., XXIII, 2, 3) ». L’Apôtre, faisant allusion à ces prédicateurs jaloux et malveillants qui annonçaient cependant le salut chrétien, disait également : « Qu’importe, pourvu que Jésus-Christ soit annoncé de quelque manière que ce soit, par occasion ou par un vrai zèle (Philipp., I, 15.)? ». Ainsi donc, que la perversité se rencontre dans l’unité ou dans le schisme, corrigeons-la, mais n’attribuons aux hommes ni les divins sacrements ni les oracles divins. Ce n’est donc point patronner les hérétiques, que de ne pas leur réitérer ce qu’ils possèdent déjà, pourvu qu’on ne leur attribue pas ce dont ils ne sont pas les auteurs. « Nous ne concédons pas le baptême à l’hérétique », car partout où nous rencontrons ce sacrement, nous reconnaissons qu’il est l’oeuvre de Celui dont il est dit : « C’est lui seul qui baptise (Jean, I, 33) ». « Quant à l’homme perfide et blasphémateur », s’il persévère dans sa perfidie et dans son blasphème, nous déclarons qu’il ne reçoit « la rémission de ses péchés ni hors de l’Eglise », ni dans l’Eglise; ou bien, si en (119) vertu de la force inhérente à ce sacrement, il reçoit cette rémission pour, un moment, nous disons que cette vertu doit opérer indistinctement dans le schisme et dans l’unité, comme la vertu du nom de Jésus-Christ chassait les dénions, par le ministère d’un schismatique.

 

Haut de la page

 

 


 

 

CHAPITRE XII.

LE BAPTÊME EST INDÉPENDANT DES CRIMES DU MINISTRE ET DU SUJET.

 

18. « Nous trouvons que dans toutes leurs épîtres les Apôtres exècrent et détestent la dépravation sacrilège des hérétiques, et les comparent à la gangrène qui répand de tous côtés la corruption ». Quoi donc? Ces hommes qui s’écriaient: « Mangeons et buvons, car nous mourrons demain », ne travaillaient-ils pas à corrompre les bonnes moeurs par leurs conversations mauvaises, selon cette parole de l’Apôtre: « Les discours mauvais corrompent les bonnes moeurs? » Et cependant ce même apôtre nous indique clairement que ces hommes appartenaient à l’unité, puisqu’il ajoute : « Comment donc quelques-uns parmi vous peuvent-ils soutenir qu’il n’y a point de résurrection des morts (I Cor., XV, 32, 33, 12) ? ». Quant aux avares, peut-il prononcer leur nom sans le couvrir d’anathème? Et puis, pouvait-il formuler plus. énergiquement sa pensée, qu’en disant de l’avarice qu’elle est une idolâtrie (Eph., V, 5)? Ainsi l’a compris Cyprien, comme le prouvent clairement ses lettres, et cependant il n’hésite pas à proclamer qu’à l’époque où il vivait, l’Eglise renfermait dans son sein, non pas simplement des avares quelconques, mais des ravisseurs frauduleux du bien d’autrui ; et ces ravisseurs du bien d’autrui n’étaient pas de simples fidèles, mais des évêques. De tels hommes dont l’Apôtre a dit que « leur discours est comme une gangrène qui répand la corruption », je voudrais pouvoir dire qu’ils n’appartenaient pas à l’unité, mais Cyprien ne me laisse pas cette consolation. En effet, dans sa lettre à Antonianus, après avoir montré qu’avant la séparation suprême des justes et des pécheurs, le mélange des bons et des méchants ne saurait être un motif suffisant de se séparer de l’unité de l’Eglise ; après avoir prouvé par là son éminente sainteté et ses sublimes dispositions au martyre, il ajoute : « N’est-ce point le comble de l’arrogance, l’oubli le plus complet de l’humilité et de la douceur, et le suprême degré de la jactance, d’oser ou de se croire le pouvoir de faire ce que le Seigneur n’a pas même voulu permettre aux Apôtres, c’est-à-dire de séparer la zizanie du bon grain, de jeter la paille et de purifier l’aire, et cela d’une manière publique et solennelle? L’Apôtre n’a-t-il pas dit lui-même: Dans une grande maison se trouvent non-seulement des vases d’or et d’argent, mais encore des vases de bois ou d’argile? Et voici qu’un simple mortel se permet de choisir les vases d’or et d’argent, de mépriser, de rejeter et de condamner les vases de bois et d’argile, quand le Seigneur s’est réservé de jeter les vases de bois dans les flammes allumées par son courroux et de faire briser les vases d’argile par celui à qui a été confiée la verge de fer (Ps., II, 9 ; Lettre LV) » Ces reproches adressés par Cyprien à ceux qui sous prétexte d’échapper à la société des méchants, se séparaient de l’unité, nous prouvent qu’à ses yeux cette grande maison renfermant des vases d’or et d’argent, de bois et d’argile, ne signifiait autre chose que l’Eglise elle-même, destinée à porter dans son sein ici-bas des bons et des méchants, jusqu’à ce qu’elle soit purifiée par la justice toute-puissante du père de famille. Selon ces principes, l’Eglise figurée par cette grande maison renfermait des vases d’ignominie, et ces vases d’ignominie n’étaient autres que ces hommes dont les discours étaient une gangrène qui répandait au loin la corruption. C’est de ces hommes que l’Apôtre parlait longtemps à l’avance, quand il disait : « Les discours que tiennent certaines personnes sont comme une gangrène qui répand insensiblement sa corruption. De ce nombre sont Hyménée et Philète, qui se sont écartés de la vérité en disant que la résurrection est déjà arrivée, et qui ont ainsi renversé la foi de quelques-uns. Mais le fondement de Dieu demeure ferme, ayant pour sceau cette parole : Le Seigneur connaît ceux qui sont à lui; et cette autre: Que celui qui invoque le nom du Seigneur s’éloigne de l’iniquité. Dans une grande maison il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais aussi des vases de bois et d’argile (II Tim., II, 17-20) ». (120)

Si donc ces hommes, dont les discours ressemblaient à la gangrène qui répand insensiblement sa corruption, étaient des vases d’ignominie dans la grande maison, c’est-à-dire dans l’Eglise, comme le comprend Cyprien lui-même, est-ce que cette gangrène allait jusqu’à souiller le baptême de Jésus-Christ ? N’est-il pas certain qu’un esclave du démon, fût-il dans le schisme ou l’unité, ne peut souiller ni en lui-même, ni en qui que ce soit le sacrement de Jésus-Christ ? Sans doute, « le discours qui se répand comme une gangrène jusqu’aux oreilles des auditeurs, ne confère pas la rémission des péchés (Cyp., lettre LXXIII, à Jubaianus.) » ; mais du moment que le baptême est administré selon la forme évangélique, la sainteté qu’il tient de sa divine institution lui est inviolablement conservée, malgré toute la perversité de celui qui l’administre ou de celui qui le reçoit. Supposé qu’il n’y ait de perversité que de la part du ministre, et que le sujet adhère à l’unité de l’Eglise par la foi, l’espérance et la charité, il est aussitôt rendu participant, non point de l’indignité du ministre, mais de la sainteté du mystère, et dès lors il reçoit pleine et entière rémission de ses péchés. Enfin cette rémission lui est conférée, non point par les paroles gangrenées du ministre, mais par les sacrements évangéliques découlant comme autant de ruisseaux de la source céleste. Au contraire, si le sujet lui-même est animé de dispositions criminelles, le sacrement qu’il reçoit ne lui est d’aucune utilité pour le salut, et cependant le sacrement demeure en lui avec toute sa sainteté, et ne lui sera jamais réitéré, supposé que le coupable vienne à se convertir.

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XIII.

LA PAILLE ET LA ZIZANIE MÊLÉES AU BON GRAIN.

 

19. « Il ne peut donc y avoir d’union réciproque entre la justice et l’iniquité », non-

seulement dans le schisme, mais encore dans l’unité. « Car Dieu connaît ceux qui sont à lui, et quiconque invoque le nom du Seigneur doit s’abstenir de toute iniquité ; et il ne peut y avoir d’union entre la lumière et les ténèbres (II Cor., VI, 14.) », non-seulement dans le schisme, mais encore dans l’unité. En effet, dit saint Jean, « Celui qui hait son frère est encore dans les ténèbres (I Jean, II, 9.) ». Or, ils haïssaient saint Paul, ceux qui annonçant Jésus-Christ avec un esprit de jalousie et   de dissension malveillante, se flattaient de venir le troubler jusque sous le poids de ses chaînes (Philipp., I, 15, 17) ; et cependant Cyprien nous enseigne que ces mêmes prédicateurs appartenaient à l’unité de l’Eglise : « Si donc les ténèbres ne peuvent éclairer, ni l’iniquité justifier», comme parle notre saint martyr, je demande comment ces ministres pouvaient baptiser dans l’unité de l’Eglise? Je demande comment ces vases d’ignominie peuvent dans la maison même du père de famille opérer la sanctification des hommes, en leur conférant la justice et la sainteté? N’est-ce point parce que la sainteté de ce sacrement ne peut être souillée par les pécheurs, soit quand elle est conférée par eux, soit quand elle est reçue par des hommes qui ne veulent changer ni leur coeur, ni leur vie? C’est en parlant de ces pécheurs extérieurement attachés à l’unité, que Cyprien a dit: « Ils ne renoncent au siècle que du bout des lèvres, et non point par leurs œuvres (Cyp., lettre XI, aux Clercs.) ».

20. Dans l’unité nous trouvons donc « des ennemis de Dieu, des hommes dont le coeur  est obsédé par l’esprit de l’Antéchrist», et cependant « ils remplissent des fonctions spirituelles et divines (Cyp., lettre LXXIII, à Jubaianus)», qui ne peuvent dans cet état, ni leur être d’aucune utilité pour le salut, ni subir aucune atteinte des souillures de ceux qui les accomplissent. « La grâce ecclésiastique et salutaire n’appartient nullement  à ceux qui se posent comme adversaires de l’Eglise et de Jésus-Christ, et sont désignés par les Apôtres sous le nom d’Antéchrists». Ces paroles de Cyprien doivent s’entendre en ce sens que de tels hommes peuvent se rencontrer, non-seulement dans le schisme, mais encore dans l’unité. Toutefois, ces derniers n’ont de l’unité que- les apparences, et leur séparation réelle de la perfection et de l’unité de la Colombe est parfaitement connue de Dieu, et quelquefois même des hommes. Il suffit pour cela de considérer leur vie criminelle et leur obstination dans le mal et d’y opposer les lois et les préceptes divins; ce contraste frappant donne aussitôt une idée de la grande quantité de pailles et de zizanies renfermées dans le schisme et .dans l’unité. Toutes ces pailles et ces zizanies seront (121) dévoilées au dernier jour, et le Juge suprême leur dira : « Retirez-vous de moi, artisans d’iniquité (Matt., VII, 23); allez au feu éternel, qui a été préparé au démon et à ses anges (Id., XXV, 41) ».

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XIV.

NOUS NE DEVONS AVOIR D’AUTRE RÈGLE QUE LA VÉRITÉ MÊME DE JÉSUS-CHRIST.

 

21. Du reste, que les pécheurs appartiennent au schisme ou à l’unité, nous ne devons désespérer de la conversion d’aucun d’eux, tant que la patience de Dieu les invite à la pénitence (Rom., II, 4), tant que le Seigneur visite leurs crimes avec la verge et flagelle leurs iniquités. Jamais il ne leur refuse sa miséricorde (Ps., LXXXVIII), pourvu qu’ils aient eux—mêmes pitié de leur âme et qu’ils se rendent agréables à Dieu (Eccli., XXX, 24.). De même que le salut appartient au juste qui persévérera jusqu’à la fin (Matt, XIV, 13)  de même celui qui dans le schisme ou l’unité persévérera jusqu’à la fin dans son iniquité sera infailliblement condamné. Si par le baptême on entend la grâce même du baptême et le salut qu’il confère, nous aussi nous sommes loin de dire que «tous ceux qui ont reçu ce sacrement, de quelque manière que ce fût, ont également reçu la grâce du  sacrement»; n’en est-il pas qui, le recevant dans l’unité, n’ont aucune part au salut qu’il confère, quoique par lui-même le baptême conserve toujours sa sainteté essentielle? Il est donc parfaitement exact de dire «que le Seigneur nous avertit dans l’Evangile de ne pas accueillir les mauvais conseils (Marc, XIII, 21) et de « n’écouler que les hommes qui se montrent « dociles aux lois de Jésus-Christ». Mais ces mauvais conseillers, nous les rencontrons aussi bien dans l’unité que dans le schisme, car ces derniers, avant de se séparer, étaient déjà secrètement coupables. D’ailleurs, parlant des vases entassés dans la grande maison, l’Apôtre disait: « Si quelqu’un se garde pur de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile au service du Seigneur et toujours préparé pour toutes sortes de bonnes oeuvres». Quelques lignes plus haut il avait dit en quoi devait consister cette purification: «Que celui qui invoque le nom du Seigneur s’éloigne de l’iniquité (II Tim., II, 21, 19)», s’il ne veut pas, comme la paille déjà séparée de l’aire, ou qui en sera séparée au dernier jugement, entendre ces redoutables paroles: «Retirez-vous de moi, « vous tous qui accomplissez l’iniquité ( Matt., VII, 23)» .J’approuve donc cette conclusion de saint Cyprien: « Gardons-nous d’accepter de prime abord « tout ce qui nous est annoncé au nom de Jésus-Christ; attachons-nous uniquement à ce qui se fait dans la vérité de Jésus-Christ ». Or, ce n’est pas la vérité de Jésus-Christ qui autorise à s’emparer, par la fraude, du bien d’autrui, de multiplier l’usure pour augmenter sa fortune (Discours sur les Tombés), et de ne renoncer au siècle que du bout des lèvres et non point par les œuvres (Cyp., lettre XI, aux Clercs.). Que tout cela cependant se soit fait dans l’unité, nous devons en croire au témoignage formel de saint Cyprien.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XV.

LA CONVERSION DES HÉRÉTIQUES REDRESSE LEUR FOI ET NON PAS LEUR BAPTÊME.

 

22. Le saint évêque s’étend ensuite très-longuement pour prouver « que ceux qui blasphèment le Père ne peuvent être baptisés en Jésus-Christ (Cyp., lettre LXXIII, à Jubaianus.)». Le blasphème dont il parle n’est autre chose que l’erreur elle-même ou l’hérésie, car celui qui s’approche du baptême de Jésus-Christ ne blasphème jamais ouvertement le Père; s’il est blasphémateur, c’est parce qu’il embrasse sur le Père une doctrine contraire à la ‘vérité. Or, j’ai déjà prouvé que le baptême existe en lui-même par cela seul qu’il est conféré selon les termes de l’Evangile et indépendamment de toute erreur du ministre ou du sujet, relativement au Père, ou au Fils ou au Saint-Esprit. Combien d’hommes charnels sont baptisés dans l’unité, quoique l’Apôtre ait hautement déclaré que « l’homme animal ne perçoit pas les choses qui sont de l’Esprit de Dieu (I Cor., II, 14.) ! » à combien ne reproche-t-il pas leur vie animale, même après qu’ils ont reçu le baptême ( Id., III, 2.)? Or, une âme livrée aux sens corporels ne peut avoir de Dieu que des idées charnelles. Voilà pourquoi beaucoup de ceux qui progressent après le baptême, et surtout ceux qui ont reçu ce sacrement pendant leur enfance ou pendant leur jeunesse, à mesure que leur intelligence s’éclaire et se développe, à mesure que l’homme intérieur se forme en eux de jour en jour (II Cor., IV, 16.), (122) se trouvent saisis d’un profond mépris pour les premières idées, toutes grossières et charnelles, qu’ils s’étaient faites de Dieu, et rejettent tous ces rêves que maintenant ils détestent et abhorrent. Cependant il ne vient à la pensée de personne de conclure qu’ils n’ont pas reçu le baptême, ou que le baptême qu’ils ont reçu était infecté de leur erreur. Tout ce que l’on doit faire c’est d’honorer en eux l’intégrité du sacrement et de corriger la légèreté de leur esprit, fût-elle confirmée et enracinée par de nombreuses discussions.

De même quand il s’agit d’un hérétique ouvertement séparé de l’Eglise, s’il a reçu le baptême évangélique, nous devons croire que ce baptême en lui-même n’a pas été infecté par son erreur. Si donc rentrant en lui-même il finit par comprendre qu’il doit quitter son erreur, rien n’autorise à lui faire quitter également le bien qu’il a reçu; parce qu’on doit réprouver son hérésie, ce n’est pas une raison pour invalider en lui le baptême de Jésus-Christ. Ce qui se fait à l’égard de ceux qui reçoivent le baptême dans l’unité malgré les fausses idées qu’ils ont de Dieu, nous prouve clairement que l’on doit établir une distinction essentielle entre la vérité du sacrement et l’erreur où se trouve le sujet. Par conséquent, lorsqu’un hérétique ouvertement séparé de l’Eglise, a reçu le:véritable baptême et qu’il rentre dans l’Eglise, on éclaire sa foi qui était fausse, mais le véritable Baptême qu’il avait reçu ne saurait être remplacé par un autre baptême véritable. Le même baptême ne peut évidemment se succéder à lui-même; ou plutôt il ne peut disparaître. Quand donc des hérétiques rentrent dans l’Eglise catholique, ils viennent y chercher le remède aux maux dont ils souffraient, et non point la réitération du bien qu’ils ont déjà reçu.

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XVI.

LE BAPTÊME DANS L’UNITÉ ET DANS LE SCHISME.

 

23. Mais, dira quelqu’un, peu importe donc que deux hommes livrés à la même erreur ou àla même méchanceté, et obstinés à ne changer ni de conduite ni de dispositions, reçoivent le baptême, l’un dans le schisme et l’autre dans l’unité? Il importe beaucoup. En effet, le plus coupable des deux c’est celui qui est baptisé dans le schisme, non pas précisément parce qu’il est baptisé, mais parce qu’il est baptisé dans le schisme. Ce schisme n’est-il point de sa part un mal et un grand mal? Je suppose toutefois que si l’autre est baptisé dans l’unité, ce n’est point parce qu’il y trouvait un avantage purement temporel, mais uniquement parce que l’unité de l’Eglise répandue sur toute la terre, lui paraissait devoir être préférée àtoutes les divisions du schisme. Si sa démarche n’avait eu d’autre motif qu’un avantage purement temporel, on devrait le regarder comme appartenant au schisme. Voici donc comment on devrait établir la comparaison entre ces deux néophytes. L’un des deux, par exemple, partage sur la personne de Jésus-Christ les opinions de Photin; et, appartenant à l’hérésie, il demande le baptême hors de la communion de l’Eglise. L’autre partage les mêmes opinions, mais supposant qu’elles sont en tout conformes à la foi catholique, il demande le baptême à l’Eglise catholique. Je ne regarde pas ce dernier comme hérétique, tant qu’il ne lui a pas été prouvé que sa croyance est contraire à la foi catholique, et qu’il n’a pas ouvertement déclaré qu’il reste attaché, malgré tout, à sa première opinion. Jusqu’à ce qu’il en vienne là, j’affirme que le plus coupable des deux est celui qui a été baptisé dans le schisme. En effet, dans celui-ci, c’est le schisme lui-même que l’on a à corriger, tandis que dans l’autre il n’y a qu’une fausse opinion; et ni dans l’un ni dans l’autre, on ne doit réitérer la vérité du sacrement. Enfin, j’en suppose un troisième qui sait parfaitement que cette opinion constitue une hérésie séparée de l’unité de l’Eglise ; il y adhère étroitement: mais en vue de se procurer tel ou tel avantage temporel, il demande le baptême à l’unité catholique, ou après l’y avoir reçu il y reste pour le même motif. Quant à ce dernier, j’affirme qu’on doit le regarder non-seulement comme séparé, mais comme d’autant plus coupable qu’il joint l’hypocrisie et la dissimulation au schisme et à l’hérésie. J’en conclus que la dépravation d’un homme exige des remèdes d’autant plus actifs et violents qu’elle est elle-même plus dangereuse et plus dissimulée. Toutefois, rien de tout cela n’autorise à regarder comme radicalement nul, ou digne de mépris, à cause de la dépravation du sujet, un sacrement conféré dans toute son intégrité et essentiellement divin dans son principe et ses effets. Ce n’est donc point à cette (123) dépravation de l’homme que l’on doit attribuer ce sacrement, mais à l’infinie libéralité de celui qui, même à l’âme fornicatrice et courant à la poursuite de ses amants, n’hésite pas à donner le pain, le vin, l’huile, les autres aliments et les autres ornements qui ne peuvent lui venir ni d’elle-même, ni de ses complices, mais de Celui qui dans sa miséricorde l’invite à opérer sa conversion (Osée, II, 5-7).

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XVII.

L’ERREUR EST CRIMINELLE ET NON PAS LE BAPTÊME DES HÉRÉTIQUES.

 

24. « Est-ce que »,dit Cyprien, « la puissance du baptême peut être plus grande et plus  efficace que le martyre ou la profession publique de sa foi? Peut-il être plus utile d’être baptisé que de confesser sa foi devant les hommes ou d’être baptisé dans son propre sang? Et cependant », ajoute-t-il, « ce baptême de sang lui-même n’est d’aucune utilité à l’hérétique, quoiqu’il ait souffert la mort pour confesser Jésus-Christ hors de l’Eglise ». Cette dernière observation est parfaitement exacte, car, fût-on martyr hors de l’Eglise, on n’en resterait pas moins privé de cette charité dont l’Apôtre a dit : « Lors même que je livrerais mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas la charité, ma mort me devient absolument inutile (I Cor., XIII, 3)». Si le martyre ne sert de rien quand la charité manque, que peuvent donc espérer ceux qui, n’appartenant à l’unité que par jalousie ou par malveillance, sont évidemment privés de la charité, selon la pensée de saint Paul, développée par Cyprien; et cependant, ils peuvent recevoir et conférer le véritable baptême. « Hors de l’Eglise, dit-il, point de salut». Qui pourrait en douter? Par conséquent, les biens de l’Eglise, conférés hors de l’Eglise, ne peuvent rien pour le salut. Mais, autre chose est de ne point posséder ces biens, autre chose est de les posséder inutilement. Celui qui ne les possède pas doit en chercher la possession dans la réception du baptême; et celui qui les possède inutilement doit se corriger pour se rendre cette possession utile. « L’eau, dans le baptême des hérétiques, n’est nullement adultère ». En effet, rien de ce que Dieu a créé n’est mauvais; et, d’un autre côté, les paroles évangéliques, en passant par les lèvres des hérétiques, ne perdent rien de leur sainteté essentielle. Une seule chose est criminelle, c’est l’erreur, car l’âme qui s’y abandonne devient adultère , lors même que l’ornement du baptême lui aurait été donné par son époux légitime. « La possession du  baptême peut donc nous être commune, à nous et aux hérétiques»; il en est de même de l’Evangile, quoique leur erreur soit directement opposée à notre foi, soit que leur doctrine sur le Père, ou le Fils, ou le Saint-Esprit, contredise la vérité; soit qu’ils dissipent, au lieu de recueillir avec Jésus-Christ, précisément parce qu’ils sont séparés de l’unité (Matt., XII, 30), Ainsi donc, pourvu que nous soyons le froment du Seigneur, il peut se trouver parmi nous, dans l’unité, des avares, des voleurs, des ivrognes et autres pécheurs de ce genre, dont il est dit qu’ « ils ne posséderont pas le royaume de Dieu (I Cor., VI, 10) »; or, ce qu’il y aura de commun entre eux et nous, ce sera le baptême et non pas les vices qui les exclueront du royaume de Dieu.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XVIII.

TOUTES LES VERTUS, HORS DE L’UNITÉ, SONT INUTILES AU SALUT.

 

25. Ce n’est pas seulement des hérétiques que l’Apôtre a dit : « Ceux qui accomplissent ces oeuvres n’entreront pas dans le royaume de Dieu». Mais rappelons les termes mêmes de son énumération: « Il est aisé de connaître les oeuvres de la chair, qui sont la fornication, l’impureté, l’impudicité, la dissolution, l’idolâtrie, les empoisonnements, les inimitiés, les dissensions, les jalousies, les animosités, les querelles, les divisions, les hérésies, les envies, les meurtres, les ivrogneries, les débauches et autres choses semblables; or, je vous déclare, comme je l’ai déjà fait précédemment, que ceux qui commettent ces crimes ne seront point héritiers du royaume de Dieu (Gal., V, 19-21) ». Supposons donc un homme qui est chaste, continent, qui n’est ni avare, ni idolâtre, qui donne l’hospitalité et l’aumône aux indigents, qui n’est ennemi de personne ni porté à la querelle, qui est patient, doux, n’ayant d’envie ni de jalousie contre personne, et enfin, se montrant toujours très-sobre et très-frugal; il a toutes ces qualités, mais, en même temps, il est (124) hérétique; or, personne ne doute que, malgré ses qualités, il suffit qu’il soit hérétique pour n’avoir aucun droit au royaume du ciel. Supposons un autre homme; il est fornicateur, impur, impudique, avare, publiquement idolâtre, empoisonneur, vindicatif, chicaneur, jaloux, envieux, séditieux, irascible, ivrogne, gourmand; mais, en même temps, il est catholique. Est-ce que, par cela seul qu’il est catholique, il possédera le royaume de Dieu, malgré cette sentence formelle de l’Apôtre « Je vous déclare, comme je l’ai déjà fait précédemment, que ceux qui commettent ces crimes ne seront point héritiers du royaume de Dieu? » Tenir un autre langage que celui de l’Apôtre, ce serait nous tromper nous-mêmes. La parole de Dieu ne nous trompe pas, elle ne se tait, ni n’épargne, ni ne trompe par aucune adulation. De là, ces autres paroles : « Sachez que nul fornicateur, nul impudique, nul avare, dont le vice est une idolâtrie, ne sera héritier du royaume de Jésus-Christ et de Dieu; que personne ne vous séduise par de vains discours (Eph., V, 5,6.) ». Ne nous plaignons donc pas de la parole de Dieu. Le Seigneur nous déclare ouvertement et librement que ceux qui vivent dans le crime n’appartiennent pas au royaume de Dieu.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XIX.

LA DIVERSITÉ DES CHÂTIMENTS EN ENFER.

 

26. Ne cherchons donc point à endormir et à flatter dans ses crimes le pécheur catholique, et parce qu’il appartient à l’unité de l’Eglise, gardons-nous de lui promettre une impunité qui n’est promise nulle part dans les saintes Ecritures; ne fût-il coupable que d’un seul des crimes que nous venons d’énumérer, ne lui promettons pas les joies de la patrie céleste. S’adressant aux Corinthiens, Paul énumère un certain nombre de pécheurs à chacun desquels il est censé dire qu’il ne possédera pas le royaume de Dieu: « Ne vous y trompez pas : ni les fornicateurs, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les impudiques, ni les abominables, ni les voleurs, ni les avares, ni les ivrognes, ni les médisants, ni les ravisseurs du bien d’autrui ne posséderont le royaume de Dieu (I Cor., VI, 9, 10)». L’Apôtre ne dit pas : Ceux qui commettront à la fois tous ces vices ne posséderont pas le royaume de Dieu; mais, ni les uns ni les autres, ni ceux-ci, ni ceux-là sous-entendu ne posséderont le royaume de Dieu. Si donc les hérétiques ne doivent pas posséder le royaume de Dieu, les avares ne le posséderont pas davantage. Nous savons parfaitement que les châtiments dont seront frappés ceux qui ne posséderont pas le royaume rie Dieu, seront proportionnés à la diversité des crimes; les crimes plus graves seront frappés par des châtiments plus graves, de telle sorte que justice sera complètement rendue dans les flammes éternelles. Ce n’est donc pas en vain que le Seigneur a dit: « Le sort de Sodome sera moins redoutable que le vôtre au jour du jugement (Matt., XI, 24). ». Toutefois, pour mériter d’être exclu du royaume des cieux, il n’est point nécessaire de commettre à la fois plusieurs de ces crimes, ou celui de tous qui nous paraît le plus grave, il suffit de celui qui pourrait paraître le plus léger. Ainsi donc, tandis que le Juge suprême donnera aux uns le royaume de Dieu et les placera à sa droite, ceux qui n’auront pas mérité d’être placés à sa droite, où les placera-t-il, si ce n’est à sa gauche? quelle voix pourra-t-il leur faire entendre, si ce n’est celle que les boucs entendront des lèvres du Pasteur : « Allez au feu  éternel, qui a été préparé au démon et à ses anges (Id., XXV, 32, 33, 41) ? » Quant à ce feu éternel, comme je l’ai dit précédemment, les supplices y seront diversifiés selon les degrés du crime.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XX.

LE BAPTÊME ESSENTIELLEMENT BON DANS LES JUSTES ET LES PÉCHEURS.

 

27. Maintenant si nous opposons l’un à l’autre un catholique de mauvaises moeurs avec un hérétique à qui l’on ne peut reprocher d’autre crime que son hérésie, je n’oserais dire auquel des deux nous devrions donner la préférence. Mais, dira quelqu’un, par cela même qu’il est hérétique, n’est-il pas coupable des autres crimes qui en sont la conséquence? Il est charnel et animal, et comme conséquence nécessaire il est jaloux, envieux et ennemi de la vérité dont il est séparé. A celui qui me tiendrait ce langage je dirais également : Mettez dans un homme celui de ces crimes qui vous paraît le plus léger, ce crime n’y sera pas seul, du moment que le coupable est charnel et animal. Par (125)  exemple, qu’il s’agisse de l’ivresse, de ce crime dont le nom seul nous fait horreur, tandis qu’il ne soulève parmi les peuples qu’une outrageante hilarité, pensez-vous que cette passion puisse se trouver seule dans un homme? Tout ivrogne n’est-il pas en même temps querelleur, irascible, jaloux, ennemi de la sagesse des préceptes, et fortement hostile à ceux qui lui reprochent l’indignité de sa conduite? Il est même difficile d’admettre qu’il ne soit ni fornicateur ni adultère; cependant il peut n’être pas hérétique, comme un hérétique peut n’être pas ou un ivrogne, ou un adultère, ou un fornicateur, ou un impudique, ou un avare, ou un empoisonneur, et même n’avoir aucun de ces crimes. En effet, ce serait une exagération de dire qu’un seul vice est nécessairement suivi de tous les autres.

Par conséquent, si nous opposons l’un à l’autre un catholique coupable de tous ces vices, et un hérétique exempt des vices qui ne sont point une suite nécessaire de l’hérésie ; l’un docile et l’autre hostile à la foi, mais tous deux menant une conduite opposée à la foi, bercés d’une vaine espérance, étrangers à la charité spirituelle, et par là même séparés du corps de la colombe unique; pourquoi-reconnaître dans le premier et rejeter du second le sacrement de Jésus-Christ, comme s’il était la possession propre de l’un ou de l’autre? Ce sacrement n’est-il pas le même dans ces deux hommes? dans l’un et dans l’autre ce sacrement n’est-il pas l’oeuvre de Dieu? et cesse-t-il d’être bon parce qu’il se trouve dans les plus grands pécheurs? Parmi ceux qui l’ont reçu, l’un peut être plus coupable que l’autre; mais par lui-même ce sacrement est-il moins bon dans l’un que dans l’autre ? Supposons-le dans deux mauvais catholiques, dans le plus coupable des deux le baptême est-il moins bon que dans l’autre? Et si l’un ries deux est bon, tandis que l’autre est mauvais, le baptême est-il mauvais dans celui-ci et bon dans celui-là? Non, dans l’un et dans l’autre il reste essentiellement bon; c’est ainsi que la lumière du soleil ou d’un flambeau ne perd rien de sa bonté naturelle en passant par des yeux mauvais, et reste essentiellement la même, malgré la diversité des organes qui la reçoivent et dont elle fait la joie ou le tourment.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XXI.

LE BAPTÊME ET LA JUSTICE NÉCESSAIRES POUR ALLER AU CIEL.

 

28. Parlant des catéchumènes, Cyprien nous affirme « que le privilége de souffrir le martyre et de mourir pour le nom de Jésus-Christ leur méritait le bonheur du ciel avant même d’avoir reçu le baptême». Je ne comprends pas suffisamment la portée de cette objection, Voulait-il répondre à ceux qui soutenaient que si les catéchumènes martyrs étaient admis au ciel, à plus forte raison devait-on dire que les hérétiques pouvaient y entrer après avoir été régénérés une seule fois par le baptême? n’a-t-il pas été dit: « Si quelqu’un ne renaît de l’eau et du Saint-Esprit, il n’entrera pas dans le royaume des cieux (Jean, III, 5) ? » Assurément je n’hésite pas à préférer à un hérétique baptisé un catéchumène catholique animé de la divine charité; je préfère même dans l’unité catholique un bon catéchumène à un mauvais baptisé. Et cependant je ne crois faire par là aucune injure au sacrement de baptême que l’un appelle de ses voeux et que l’autre a déjà reçu; je ne pense pas non plus préférer par là le sacrement du catéchuménat au sacrement de baptême, quoique j’admette parfaitement qu’un catéchumène peut être plus fidèle et meilleur qu’un chrétien baptisé. Le centurion Corneille, avant son baptême, n’était-il pas meilleur que Simon le Magicien déjà baptisé? Le premier, dès avant son baptême, fut rempli-du Saint-Esprit (Act., X.), tandis que le second, après son baptême, obéissait à l’inspiration de l’esprit immonde (Id., VIII, 13, 18, 19). Toutefois, supposé que Corneille, après avoir reçu le Saint-Esprit, eût refusé le baptême, le mépris seul de ce grand sacrement aurait suffi pour le rendre gravement coupable. A son baptême, le sacrement qu’il reçut ne fut pas meilleur que celui qui avait été conféré à Simon, mais la diversité de leurs mérites personnels établit entre eux une immense différence, quoique ayant reçu tous deux le même sacrement; par conséquent la sainteté essentielle du baptême ne dépend nullement des dispositions bonnes ou mauvaises du sujet. De même que le baptême manque à un bon catéchumène pour entrer au ciel, de même pour y entrer, un mauvais chrétien a besoin d’une bonne et sincère conversion. En effet, celui qui a dit: « Si quelqu’un ne renaît de l’eau et du Saint-Esprit, il n’entrera pas dans le royaume des cieux», a dit également: « Si votre justice n’est pas plus grande que celle des Scribes et des Pharisiens , vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux (Matt., V, 20) ».

Ainsi donc, pour faire comprendre à un catéchumène que sa propre justice ne lui suffisait pas, le Sauveur lui adresse cette sentence : «Si quelqu’un ne renaît de l’eau et du Saint-Esprit, il n’entrera pas dans le royaume des cieux»; de même, pour faire sentir au chrétien que, même après le baptême, il doit trembler sur son iniquité, Jésus-Christ a dit également : «Si votre justice n’est plus grande que celle des Scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux ». Il y a donc égalité de part et d’autre; la justice sans le baptême et le baptême sans la justice ne suffisent pas; il faut l’un et l’autre pour assurer la possession du royaume des cieux. Ne repoussons pas la justice que nous rencontrons dans un homme, avant même qu’il soit uni à l’Eglise, comme nous la trouvons dans Corneille avant qu’il fût chrétien; et c’est ce que prouvent ces paroles : « Vos aumônes ont été tenues pour agréables et vos prières sont exaucées »; d’un autre côté, si cette justice eût été suffisante pour posséder le royaume des cieux, il n’eût pas reçu l’ordre de s’adresser à Pierre (Act., X, 4, 31, 5). De même nous ne devons pas repousser le baptême, eût-il été conféré hors de l’Eglise; sans doute ce baptême n’est d’aucune utilité pour le salut, tant que celui qui l’a reçu n’a point mérité d’être incorporé à 1’Eglise, après avoir corrigé sa perversité précédente. Par conséquent, corrigeons les hérétiques de leur erreur et reconnaissons la validité du sacrement qu’ils tiennent, non pas d’eux-mêmes, mais de Jésus-Christ.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XXII.

LE BAPTÊME DE SANG ET DE VOLONTÉ        

 

29. On ne saurait douter que le martyre peut quelquefois remplacer le baptême; et Cyprien nous en fournit une preuve sensible dans le fait du bon larron, à qui il a été dit; «Vous serez aujourd’hui avec moi dans le paradis (Luc., XXIII, 43) ». Après y avoir mûrement réfléchi, je crois pouvoir affirmer que le martyre pour le nom de Jésus-Christ n’a pas seul le privilége de suppléer le baptême, mais qu’on doit en dire autant de la foi et de la conversion du coeur, quand il est absolument impossible de recourir à l’administration du baptême. En effet, ce n’est pas pour le nom de Jésus-Christ que ce larron fut crucifié, mais en punition de ses crimes; il ne souffrit pas à cause de la foi, mais il reçut la foi pendant ses souffrances. C’est ainsi que, en dehors du sacrement visible du baptême, nous trouvons dans ce larron la réalisation de cette parole de l’Apôtre : « Il faut croire de coeur pour obtenir la justice et confesser la foi par ses paroles pour obtenir le salut (Rom., X, 10) ». Le même résultat se produit invisiblement lorsque le baptême est rendu impossible, non point par le mépris de la religion, mais par une nécessité instantanée. Pour Corneille et ses amis, beaucoup plus que pour ce larron, l’effusion de l’eau baptismale ne paraissait-elle pas superflue, puisqu’ils avaient déjà reçu le Saint-Esprit qui, autrement, n’est donné qu’à ceux qui ont été baptisés, et se manifestait par le glorieux privilége du don des langues? Cependant Corneille et les autres reçurent le baptême, et ici nous ne pouvons qu’admirer l’autorité apostolique. J’en conclus que nul homme, eût-il déjà fait de grands progrès dans la vie intérieure, fût-il arrivé, dès avant le baptême, à l’intelligence des choses spirituelles et à la piété du coeur, ne doit mépriser le sacrement tel que le confèrent extérieurement les ministres, et par lequel Dieu opère spirituellement la consécration de l’homme.

Cependant le baptême que conférait le Précurseur, quoiqu’il fût appelé le baptême de Jean, n’était point à proprement parler son oeuvre propre, dont il eût exclusivement l’initiative et le ministère; il ne le conférait que sur l’ordre formel du Seigneur, qui voulait, en recevant ce baptême des mains de son serviteur (Matt., III, 6, 13), nous donner un exemple éclatant de sa profonde humilité, et nous apprendre quelle importance nous devrions attacher au baptême véritable qu’il devait divinement instituer, Inspiré par son ardent désir de notre salut, et plongeant dans les profondeurs de l’avenir, il savait que certains hommes, tout fiers de leur intelligence, de la vérité et (127) de l’honnêteté de leurs moeurs, et pleins de mépris pour un grand nombre de chrétiens dont la vie et la doctrine leur paraîtraient de beaucoup inférieures à leur propre vie et à leur doctrine, se gonfleraient d’un orgueil insensé et se croiraient parfaitement dispensés de recevoir le baptême, puisqu’ils se regarderaient comme arrivés à une perfection à laquelle seraient loin d’atteindre un grand nombre de ceux qui auraient reçu ce sacrement.

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XXIII.

LE BAPTÊME CONFÉRÉ AUX ENFANTS.

 

30. Mais quels sont donc les effets, quelle est la puissance de cette sanctification sacramentelle appliquée corporellement à l’homme? Sans oublier que cette sanctification fut conférée au bon larron sur la croix, parce qu’il eut la volonté do la recevoir, quoique les circonstances impérieuses l’en eussent empêché, nous déclarons qu’il est très-difficile de résoudre cette question. Toutefois, remarquons que si une telle sanctification n’eût pas été très-importante, le Sauveur n’aurait point tenu à recevoir le baptême des mains de son serviteur. Quoi qu’il en soit, si nous la considérons en elle-même, et en dehors de son effet principal qui est le salut de l’homme, tout nous indique qu’elle jouit de toute son intégrité dans les méchants et dans ceux qui renoncent au siècle seulement du bout des lèvres, et non point par leurs oeuvres, et cependant ils n’ont de salut à attendre qu’autant qu’il s’opérera dans leur âme une conversion sincère. Cette sanctification ne fut pas appliquée corporellement au bon larron, par suite d’une impossibilité absolue; mais, comme il la reçut spirituellement par l’ardeur de ses désirs, le salut lui fut conféré dans toute sa plénitude. De même quand cette application corporelle du sacrement est faite à quelqu’un, supposé que par une cause involontaire la piété intérieure lui soit réellement impossible, le salut n’en est pas moins pour lui une bienfaisante réalité. En effet, telle est la croyance générale de l’Eglise universelle relativement au baptême des enfants; à cet âge ils ne peuvent ni croire de coeur pour la justice, ni confesser de bouche pour le salut; à cet égard ils sont dans une position pire que celle du larron; bien plus, il ne leur arrive que trop souvent, par leurs cris et leurs larmes, de troubler la célébration du sacrement qui leur est conféré, et cependant il n’est personne parmi les chrétiens qui ose douter de la validité de leur baptême.

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XXIV.

LA BONTÉ DE DIEU SUPPLÉE A CE QUI MANQUE AUX ENFANTS.

 

31. A celui qui demanderait si cet usage de conférer le baptême aux enfants repose sur l’autorité, je répondrais que l’on doit regarder comme un fait de tradition apostolique ce qui s’observe dans toute l’Eglise, et ce qui s’est toujours pratiqué, lors même qu’on n’aurait à produire aucune décision formelle d’un concile général. De plus, pour se rendre compte de l’efficacité du baptême des enfants, il suffit de se rappeler la circoncision de la chair, prescrite au peuple juif et imposée à Abraham lui-même, quoiqu’il eût déjà reçu le bienfait de la justification. De même, avant de recevoir le baptême, Corneille n’était-il pas déjà orné des dons de l’Esprit-Saint? Cependant l’Apôtre nous dit en parlant d’Abraham lui-même: « Il reçut la marque de la circoncision, le sceau de la justice de la foi », lui qui avait cru par le coeur, et à qui la foi fut imputée à justice(Rom., IV, 11,13.). Pourquoi donc cet ordre qui lui est intimé de circoncire désormais le huitième jour tout enfant mâle (Gen., XVII, 9,14.), puisqu’il était impossible que cet enfant crût par le coeur, et que sa foi lui fût imputée à justice? N’est-ce point une preuve évidente que par lui-même ce sacrement était doué d’une puissante efficacité? Un ange nous en donne la preuve dans la personne du fils de Moïse; en effet, avant que ce fils eût été circoncis, et pendant que sa mère le portait dans ses bras, Moïse se vit menacé par le Seigneur de lui ôter la vie; Séphora circoncit aussitôt l’enfant, et Moïse fut épargné (Exod., IV, 24.). De même donc qu’Abraham jouissait déjà de la justice de la foi, avant de recevoir la circoncision, qui fut pour lui comme le sceau de cette justice de la foi; de même Corneille reçut d’abord la sanctification spirituelle dans le don du Saint-Esprit, et ensuite le sacrement de régénération dans le bain du baptême. Au contraire, Isaac, circoncis le huitième jour après sa naissance, reçut d’abord le sceau de la justice de la foi; (128) et comme dans la suite il imita la foi de son père, la justice dont il avait reçu le sceau dans son enfance alla se développant sans cesse dans son coeur. Il en est de même pour nos enfants baptisés; ils reçoivent d’abord le sacrement de la régénération; et, pourvu qu’ils conservent la piété chrétienne, il s’opère en eux par la suite une véritable transformation, dont le signe mystérieux a été appliqué sur leur corps.

Quant au bon larron sur le Calvaire, il n’avait pu recevoir le sacrement de baptême, mais l’infinie bonté du Tout-Puissant suppléa largement à ce qui n’avait manqué que par nécessité, et non point par orgueil ou par mépris. De même en est-il pour les enfants qui meurent après le baptême : s’ils n’ont pas cru par le coeur pour la justice; s’ils n’ont pas confessé de bouche pour le salut, ce n’est point par suite d’une volonté mauvaise, mais uniquement à cause de la faiblesse de leur âge; voilà pourquoi nous devons croire que le Seigneur y supplée dans son infinie miséricorde. Pour que la célébration du sacrement soit complète, d’autres, au nom de ces enfants, professent solennellement la foi; et, comme ils ne peuvent répondre par eux-mêmes, leur consécration conserve toute sa validité. Il n’en serait pas de même si un adulte catéchumène chargeait un autre de répondre pour lui, quand il peut parler lui-même. Ce serait alors le lieu de lui appliquer cette parole si frappante de l’Evangile: « Il a l’âge nécessaire, qu’il parle pour lui-même (Jean, IX, 21)».

 

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XXV

AUTRE CHOSE EST LE BAPTÊME, AUTRE CHOSE LA CONVERSION DU COEUR.

 

32. Tout ce qui précède nous prouve clairement qu’autre chose est le sacrement de  baptême, autre chose est la conversion du coeur. Ces deux choses concourent à la fois an salut de l’homme; cependant l’absence de l’une ne prouve pas nécessairement l’absence de l’autre, car si la conversion du coeur manque aux enfants, le sacrement a manqué au bon larron, et Dieu supplée dans les uns et dans les autres ce qui leur manque par un pur effet de la nécessité, et non de leur volonté. A.u contraire, si c’est volontairement que l’une de ces deux conditions leur fait défaut, les péchés ne leur sont point remis. Le baptême peut se trouver là où il n’y a aucune conversion du coeur; d’un autre côté, il peut y avoir conversion du coeur là où le baptême fait défaut; mais si c’est par l’effet du mépris qu’il fait défaut, aucune conversion du coeur ne peut plus être admise. Comment, en effet, supposer qu’il y a conversion du coeur vers Dieu, quand le sacrement de Dieu est formellement méprisé? C’est donc en toute justice que nous blâmons, anathématisons, détestons et réprouvons la perversité de coeur des hérétiques; toutefois, s’ils n’ont pas ce qui peut rendre ce sacrement utile, ce n’est pas un motif pour en conclure que le sacrement évangélique ne leur a pas été conféré. « Quand donc ils reviennent à la foi et à la vérité, quand ils font pénitence et implorent le pardon de leurs fautes, nous ne les trompons ni ne les séduisons, lorsque, après les avoir corrigés et réformés » dans tout ce qui constituait leur perversité, « nous leur prodiguons les enseignements divins pour les conduire au ciel ». Ce qu’ils ont intégralement conservé, nous ne le violons pas; et malgré les vices que nous pouvons trouver dans l’homme, nous nous abstenons avec soin d’invalider ou de déclarer vicieux le sacrement qu’ils ont reçu de Dieu.

 

Haut de la page

 

 


 

CHAPITRE XXVI.

CONCLUSION DU QUATRIÈME LIVRE.

 

33. Quelques points seulement nous restent à examiner dans la lettre de Jubaianus. Mais il y est question de l’ancienne coutume de l’Eglise et du baptême de Jean, et comme ce baptême présente de graves difficultés à ceux qui n’apportent point dans ces matières un examen assez sérieux, comme il leur paraît étrange que les Apôtres aient commandé le baptême de Jésus-Christ à ceux qui auraient déjà reçu le baptême du Précurseur (Act., XIX, 3-5), nous devons ici procéder avec toute l’attention possible; et comme ce livre est déjà d’une certaine étendue, nous continuerons dans le livre suivant la réfutation que nous avons commencée.

 

Haut de la page

 

 


 

  Précédente Accueil Remonter Suivante