FAUSTE
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
DEUX AMES
FORTUNAT I
FORTUNAT II
ADIMANTUS
FONDAMENTALE
FAUSTE
FÉLIX I
FÉLIX II
NATURE DU BIEN
SÉCUNDINUS I
SÉCUNDINUS II

 

CONTRE FAUSTE, LE MANICHÉEN. 

Comme le titre même l'indique, cet ouvrage est la réfutation des erreurs et des extravagances enseignées par Fauste. Saint Augustin suit son adversaire pas à pas et ne laisse aucune de ses assertions menteuses sans la réfuter.

Les onze premiers livres sont traduits par M. l'abbé HUSSENOT.

Les vingt-deux derniers livres ont été traduits par M. l’abbé DEVOILLE.

LIVRE PREMIER. PROLOGUE.

Ce premier livre est une espèce de prologue. L'auteur y démontre que les Manichéens ne peuvent se considérer comme de vrais chrétiens.

LIVRE DEUXIÈME. GÉNÉALOGIE DE JÉSUS-CHRIST.

Justification de ce qui est dit dans l'Évangile de la généalogie et de la naissance de Jésus-Christ selon la chair.

LIVRE TROISIÈME.LES DEUX GÉNÉALOGIES.

Contrariétés apparentes entre la généalogie de saint Matthieu et celle de saint Luc.

LIVRE QUATRIÈME. PROMESSES ANCIENNES.

Les promesses des biens temporels, renfermées dans l'Ancien Testament, figurent les biens spirituels promis dans le Nouveau. Les saints de l'ancienne Loi n'étaient pas attachés à ces biens matériels.

LIVRE CINQUIÈME. ATTACHEMENT À L'ÉVANGILE.

Ce ne sont pas les Manichéens, mais les vrais Catholiques, qui montrent par leur conduite leur attachement à l'Evangile.

LIVRE SIXIÈME. DEUX SORTES DE PRÉCEPTES ANCIENS.

Deux sortes de préceptes dans l'Ancien Testament : les uns appartiennent à la vie active, les autres à la vie significative. Les chrétiens pratiquent les premiers; ils s'abstiennent des seconds, comme inutiles aujourd'hui.

LIVRE SEPTIÈME.NAISSANCE TEMPORELLE DE JÉSUS-CHRIST.

Nécessité de croire à la naissance temporelle de Jésus-Christ.

LIVRE HUITIÈME. OBJECTION CONTRE L'ANCIEN TESTAMENT.

 Nouvelle objection contre l’Ancien Testament. — Réfutation.

LIVRE NEUVIÈME. L'OLIVIER FRANC.  

Autre objection contre l'Ancien Testament. — Réponse.

LIVRE DIXIÈME. PROMESSES TEMPORELLES. 

Encore des préceptes figuratifs.

LIVRE ONZIÈME. RÉALITÉ DE L'INCARNATION. 

Incarnation de Jésus-Christ. — Fauste soutient que saint Paul n'a pas enseigné l'Incarnation du Christ, ou bien qu'il a ensuite rejeté ce premier enseignement. — Saint Augustin démontre l'absurdité de cette opinion.

Les vingt-deux derniers livres ont été traduits par M. l’abbé DEVOILLE.

 

LIVRE DOUZIÈME. PERSONNAGES ET FAITS PROPHÉTIQUES.

Les personnages et les faits de l'Ancien Testament sont tous prophétiques. — Démonstration par une foule d'exemples tirés des hommes et des choses.

 

LIVRE TREIZIÈME. LE CHRIST DE L’ÉVANGILE PRÉDIT. 

C'est le Christ de l'Evangile que les prophéties ont annoncé, comme leur réalisation le prouve. — Manès n'est point son apôtre. — L'aveuglement des Juifs. — Les oracles païens. — Système absurde des Manichéens.

 

LIVRE QUATORZIÈME. MOÏSE JUSTIFIÉ. 

Moise justifié contre Fauste. — Explication de la malédiction lancée contre quiconque est suspendu au bois. — En quel sens elle tombe sur le Christ. — Les Manichéens sont idolâtres. — Explication de la malédiction de Moïse contre celui qui ne laisse point de postérité en Israël.

 

LIVRE QUINZIÈME. LES MANICHÉENS ET LES CATHOLIQUES. 

Fauste attaque l'Ancien Testament. — L'église manichéenne n'est point la véritable. — Appel à l'Eglise catholique. — Apostrophe à l'église manichéenne. — Rêveries de cette secte. — Elle est mise en présence du Décalogue. — L'église catholique a seule l'intelligence de la Loi. — La secte prédite par saint Paul. — Invitation à revenir à la vérité.

 

LIVRE SEIZIÈME. LE CHRIST PRÉDIT PAR MOÏSE.

 Fauste nie que Moïse ait prophétisé du Christ. — Selon lui, la loi de Moïse contredit l'Evangile. — Réfutation. — Le saint Docteur reprend un à un les textes objectés et les explique. — Il justifie Moïse, prouve qu'il a été la figure du Christ et qu'il a eu le Christ en vue. — Détails sur le Sabbat, la Circoncision, la distinction des aliments, etc.

 

LIVRE DIX-SEPTIÈME. LA LOI ET LES PROPHÈTES EN FACE DU CHRIST.

Explication de ce texte de saint Matthieu : « Je ne suis pas venu abolir la loi et les Prophètes, mais les accomplir ».

 

LIVRE DIX-HUITIÈME. LA LOI ET LES PROPHÈTES ACCOMPLIS.

Comment la loi et les Prophètes ont pu être accomplis. — Détails sur le sabbat, sur les noms païens des jours et des mois, sur les sacrifices. — Quel usage les chrétiens font de leur raison.

 

LIVRE DIX-NEUVIÈME. LA LOI PERFECTIONNÉE. 

Fauste objectant que les chrétiens ont cependant aboli la loi juive, Augustin montre ce qu'ils en ont rejeté comme accompli et ce qu'ils en ont conservé comme perfectionné. — Longs détails. — Les perfectionnements de la loi nouvelle étaient déjà contenus en germe dans la loi ancienne. — Sur la loi des anciens justes. — Le royaume des cieux.

 

LIVRE VINGTIÈME. LES MANICHÉENS ET LES PAÏENS. 

Fauste repoussant le reproche d'être idolâtre. — Le manichéisme est au-dessous même du paganisme. — Détails à ce sujet. — Ridicules et contradictions de la secte, notamment sur Jésus. — Ilylé, ou la matière. — Sacrifice et prière du manichéen.Unité de Dieu. — Le sacrifice eucharistique; mémorial de la Croix. — Le païen adore un être quelconque ; le manichéen adore ce qui n'est pas.

 

LIVRE VINGT-UNIÈME. CONTRE FAUSTE, LE MANICHÉEN. 

Fauste nie qu'il admette deux dieux. — Dieu est impénétrable dans ses voies, admirable dans toutes ses oeuvres. — La Loi de conservation. — Harmonie du corps humain d'après saint Paul. — Dieu a fait le corps humain. — Opinion manichéenne sur les animaux. — Contradictions et fables absurdes de ces sectaires. — Les deux natures et absurdités qui en découlent.

Haut de la page

 

LIVRE VINGT-DEUXIÈME. LE DIEU DE L’ÉCRITURE.

 Le Dieu de l'Ecriture, d'après Fauste. — Crimes attribués aux Patriarches et aux Prophètes. — Augustin rétablit l'idée de Dieu, contre les reproches Manichéens. — Notions sur le péché. — Justification d'Abraham, de Sara, de Loth, d'Isaac, de Jacob, de Lia, de Rachel. — Sens mystique à saisir dans ces deux femmes et dans leurs servantes, Bala et Zelpha. — La Mandragore. — L'inceste de Juda et de Thamar. — Bénédiction de Juda. — Bons et méchants. — David. — Eloge de Moïse, de Paul, de Pierre. — Dépouillement des Egyptiens. — Sacrifice d'Abraham. — La guerre. — Moise justifié du reproche de cruauté. — Osée. — Salomon. — Sens prophétique de certaines actions même coupables, du dépouillement des Egyptiens, du veau d'or. — L'Ecriture irréprochable en tout. — apostrophe aux Manichéens. 

LIVRE VINGT-TROISIÈME. GÉNÉALOGIE SELON SAINTE MATTHIEU. 

Fauste attaque la généalogie du Christ selon saint Matthieu. — Le Saint prouve que le Christ est tout a la fois Fils de Dieu et issu de la race de David par Marie et par Joseph son époux. — L'homme tout entier vient de Dieu. — Joachim, père de Marie. — Dieu est l'auteur de notre corps.

LIVRE VINGT-QUATRIÈME. DIEU A CRÉÉ L’HOMME TOUT ENTIER. 

Dieu, selon Fauste, n'a créé en nous que l'homme intérieur, et n'est point l'auteur de notre corps. — Dieu a fait l'homme tout entier.

 

LIVRE VINGT-CINQUIÈME. 

Objection de Fauste sur le Dieu d'Abraham. — Courte réponse d'Augustin.

 

LIVRE VINGT-SIXIÈME. TOUT EST VRAI DANS LE CHRIST. 

Fauste veut prouver que le Christ a pu mourir sans être né et cite l'exemple d'Elie qui est né et n'est point mort. — Augustin rétablit les vraies notions sur le cours de la nature, sur la volonté et la puissance de Dieu. — Ce qu'il faut croire d'Élie. — Tout a été vrai dans le Christ.

 

LIVRE VINGT-SEPTIÈME. 

Jésus est né et mort comme il l'a voulu. — L'Evangile est plus croyable là-dessus que Manés.

 

LIVRE VINGT-HUITIÈME. L’ÉVANGILE ET MANÈS. 

Fauste nie qu'un Dieu ait pu naître. — Le Christ a pu mourir sans être né. — Augustin prouve que saint Matthieu est plus digne de foi que Manès. — Les deux pères de Joseph. — Sur Jésus il faut croire à ses disciples. — Il n'y a pas de raison de rejeter l'Ecriture.

 

LIVRE VINGT-NEUVIÈME. RÉALITÉ DE LA NAISSANCE DU CHRIST. 

La naissance du Christ n'a été qu'apparente et un effet de magie, selon Fauste. — Réfutation de cette erreur. — Accord impossible proposé par Fauste. — Il n'y a rien d'impur dans le corps des Saints, surtout dans celui de Marie. Le Christ est né comme il l'a voulu. 

 

LIVRE TRENTIÈME. DOCTRINE ÉVANGÉLIQUE.

 Nouvelles attaques de Fauste sur l'abstinence, le mariage, la virginité. — Augustin répond sur ces divers points, et justifie la doctrine évangélique.

 

LIVRE TRENTE-UNIÈME. ABSTINENCE DE CERTAINS ALIMENTS. 

Fauste revient à la charge pour prouver que l'abstinence de certains aliments est un crime. — Vision de saint Pierre. — Augustin explique le texte de saint Paul : « Tout est pur pour ceux qui sont purs». Argument ad hominem adressé aux Manichéens.

 

LIVRE TRENTE-DEUXIÈME. TRIAGES DANS L’ÉVANGILE. 

Fauste veut trier dans le Nouveau Testament. — Les Evangiles sont supposés, vu qu'ils ne s'accordent pas. — Les catholiques aussi font un choix dans l'Ancien Testament. — Preuves. — Augustin montre la différence, expose ce que les catholiques laissent ou conservent de l'Ancien Testament. — La Pâque. — La Pentecôte. — La chair des animaux. — Le Paraclet.Les Evangiles n'ont pu être falsifiés. — Les Cataphrygiens. — Les Manichéens n'ont point le Paraclet. — Le sens charnel les égare. — L'Evangile et les écrits de Manès. — La doctrine des Apôtres et celle de Manès.

 

LIVRE TRENTE-TROISIÈME. AUTORITÉ DES ÉVANGILES. 

Fauste revient encore sur les Patriarches, sur le désaccord entre saint Matthieu et saint Lue, sur le défaut d'authenticité des Ecritures. — Le saint Docteur répond en peu de mots. — Certitude historique. — Saint Matthieu et saint Luc se concilient parfaitement. — Différer n'est pas se contredire. — Conclusion. — Avis aux Manichéens.

Ces vingt-deux derniers livres ont été traduits par M. l’abbé DEVOILLE.

Haut de la page

 

Précédente Accueil Remonter Suivante