PSAUME XII
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
PSAUME XI
PSAUME XII
PSAUME XIII
PSAUME XIV
PSAUME XV
PSAUME XVI
PSAUME XVII
PSAUME XVIII
PSAUME XIX
PSAUME XX

 

DISCOURS SUR LE PSAUME XII.

SOUPIRS DU JUSTE

 Ceux qui gémissent à la vue de l’iniquité appellent de leurs voeux le Sauveur, qui doit nous aider à combattre victorieusement l’ennemi du salut. 

POUR LA FIN, PSAUME DE DAVID (Ps. XII, 1 ).

                  1. « Le Christ est la fin de la loi pour justifier ceux qui croiront (Rom. X, 4 )». « Jusques à quand, « Seigneur, m’oublierez-vous dans la fin (Ps. XII, 2 )? » ou tarderez-vous à me faire connaître, d’une manière spirituelle, ce Christ qui est la sagesse de Dieu, et la fin que doit se proposer toute âme chrétienne. « Jusques à quand détournerez-vous de moi vos regards? » En réalité, Dieu ne nous oublie point et ne nous perd point de vue, mais l’Ecriture s’accommode à notre manière de parler. Dire que Dieu détourne de nous ses regards, c’est dire qu’il ne se fait point connaître à l’âme dont l’oeil n’est pas assez pur.

2. « Jusques à quand prendrai-je mes conseils dans mon âme (Ps. XII, 2 ) ? ». Ce n’est que dans l’adversité que nous avons besoin de conseil. Ainsi, jusques à quand puiserai-je mes conseils dans mon âme? signifie : Jusques à quand serai-je dans l’adversité? ou bien cette (180) parole serait une réponse qui signifierait Jusqu’à ce que j’arrête une résolution dans mon âme, Seigneur, vous m’oublierez par rapport à ma fin, et vous détournerez de moi vos regards: si un homme en effet n’a formé t dans son âme le dessein de pratiquer parfaitement la miséricorde, le Seigneur ne le dirige point vers sa fin, et ne se fait pas connaître à lui pleinement, ou face à face. «La douleur dans mon coeur pendant tout le jour», sous-entendez: Je mettrai cette douleur. « Pendant tout le jour » signifie une douleur sans fin, et le jour se prend ici pour le temps, et quiconque veut être délivré du temps, ressent la douleur en son coeur, et demande à passer dans l’éternité pour être délivré du jour terrestre.

3. « Jusques à quand mon ennemi s’élèvera-t-il contre moi (Ps. XII, 3 )? » L’ennemi, c’est le démon ou l’habitude charnelle.

4. « Regardez-moi, Seigneur, exaucez-moi, ô mon Dieu ( Id. 4 ) ». Regardez-moi, est la conséquence de celte plainte: « Jusques à quand vos regards se détourneront-ils de moi n; et « Exaucez-moi», de cette autre plainte: « Jusques à quand m’oublierez-vous par rapport « à ma fin? » Illuminez mes yeux, pour que u je ne m’endorme jamais dans la mort (Ibid.)». Ces yeux sont ceux du coeur, que pourrait fermer le plaisir mortel du péché.

5. « Que jamais l’ennemi ne puisse dire : « Je l’ai vaincu (Ps. XII, 5 ) ». Craignons le persiflage du démon. « Ceux qui me persécutent seront dans la joie, si je suis ébranlé (Ibid. )» Cet ennemi, c’est le diable avec ses anges, qui ne dut point se réjouir d’avoir mis à l’épreuve le saint homme Job, cet homme juste qui ne fut point ébranlé (Job, I, 22  ), c’est-à-dire qui demeura ferme dans la foi.

6. «Pour moi, j’ai mis mon espoir en votre miséricorde (Ps. XII, 6 ) ». Si l’homme, en effet, demeure ferme dans le Seigneur et ne se laisse point ébranler, il ne doit point se l’attribuer, de peur qu’en se félicitant de sa fermeté, il ne soit ébranlé par l’orgueil. « Mon coeur a tressailli dans celui qui est votre salut », c’est-à-dire en Jésus-Christ qui est la sagesse de Dieu. « Je chanterai le Seigneur qui m’a comblé de biens»; de biens spirituels et qui ne touchent point à cette vie. « Je dirai sur la harpe le nom du Très-Haut (Ibid. ) », c’est-à-dire, dans ma joie je lui rendrai grâces, et je n’userai de mon corps que selon ses préceptes; tel est l’harmonie spirituelle de l’âme. Si l’on veut établir ici une différence, « je chanterai le Seigneur », exprimera le concert du coeur, et « je dirai sur la harpe », du concert des bonnes oeuvres, que Dieu seul peut connaître. « Le nom du Seigneur », c’est la connaissance qu’il nous donne de lui-même, connaissance qui est avantageuse pour nous et non pour lui.

 Précédente Accueil Remonter Suivante