PSAUME XXIV
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
PSAUME XXI
PSAUME XXII
PSAUME XXIII
PSAUME XXIV
PSAUME XXV
PSAUME XXVI
PSAUME XXVII
PSAUME XXVIII
PSAUME XXIX
PSAUME XXX

 

DISCOURS SUR LE PSAUME XXIV.
ESPOIR EN DIEU. 

Sentiments de confiance, d’humilité et de confiance avec lesquels on doit recourir à Dieu dans les adversités de la vie présente. 

POUR LA FIN, PSAUME POUR DAVID (1)  

1. C’est Jésus-Christ qui parle ici, mais au nom de son Eglise. Car tout ce que renferme le psaume s’applique mieux au peuple chrétien converti à Dieu.

2. « C’est vers vous, Seigneur, que j’élève mon âme 2 », par de spirituels désirs, elle qui rampait sur la terre par ses charnelles

1. Ps. XXIV, 1. — 2. Id, 2. 

convoitises. « Mon Dieu, j’ai mis en vous mon  espoir, et je n’en rougirai point 1». Seigneur, ma confiance en moi m’a réduit à ces infirmités de la chair; j’abandonnais Dieu pour être moi-même comme un Dieu, et voilà que le moindre animal me fait craindre la mort, et que j’ai dû rougir de mon orgueil dérisoire; maintenant que j’espère en vous seul, plus de confusion pour moi.

1. Ps. XXIV, 2.

 (218)

         3. « Que mes ennemis ne me tournent plus en dérision 1». Qu’ils ne me persiflent point, ceux dont les suggestions occultes et empoisonnées sont autant de piéges; et qui en me criant: Courage, courage, m’ont avili de la sorte. « Car la déception n’est plus pour ceux qui espèrent en vous ».

4. « Que ceux-là soient couverts d’opprobre, ceux qui font avec moi des actes futiles ». Honte à ceux qui font le mal pour acquérir les biens qui passent. « Mais vous, Seigneur, montrez-moi vos voies, ouvrez-moi vous-même vos sentiers 2 »; qui ne sont point spacieux, et qui ne conduisent pas la foule à sa perte; enseignez-moi ces sentiers étroits qui sont les vôtres et que peu connaissent 3.

5. « Faites-moi marcher dans votre vérité», et fuir l’erreur. « Enseignez-moi », puisque de moi-même je ne connais que le mensonge. « C’est vous, ô Dieu, qui êtes mon Sauveur, vous que j’ai attendu tout le jour 4». Banni par vous du paradis 5, errant dans les régions lointaines 6, je ne puis retourner à vous si vous ne venez au-devant de moi ; et pendant le cours de cette vie terrestre, votre miséricorde attendait mon retour.

6. « Souvenez-vous, Seigneur, de vos miséricordes 7 ». Souvenez-vous, Seigneur, de vos oeuvres miséricordieuses, car les hommes vous accusent d’oubli. « Souvenez-vous de ces bontés qui sont éternelles ». N’oubliez point surtout que vos miséricordes ont commencé avec le monde. Car elles sont inséparables de vous, puisque vous avez assujéti l’homme pécheur à la vanité, mais dans l’espérance, et que vous avez donné à votre créature de si nombreux et si grands sujets d’espérance.

7. «Ne gardez aucun souvenir des fautes de ma jeunesse, et de mon ignorance 8 ». Ne réservez point de châtiment aux fautes que j’ai commises par une témérité audacieuse, et par ignorance, qu’elles soient effacées à vos yeux. « O Dieu, souvenez-vous de moi selon votre miséricorde ». Souvenez-vous de moi, non point selon cette colère dont je suis digne, nais selon cette miséricorde qui est digne de vous. « A cause de votre bonté », et non point à cause de mes mérites.

8. «Le Seigneur est plein de douceur et d’équité 9 ». De douceur, puisqu’il prend en  

1. Ps. XXIV, 3.— 2. Id. 4.—  3. Matt. VII, 13, 14.— 4. Ps. XXIV, 5. — 5. Gen. III,13.— 6. Luc, XV, 17.—  7. Ps. XXIV, 6.— 8. Id. 7.— 9. Id. 8. 

pitié les pécheurs et les impies, jusqu’à leur pardonner leurs fautes passées, mais aussi de justice, car après la grâce de la vocation et du pardon, grâce que nous n’avons point méritée, il exigera au jour du dernier jugement des mérites proportionnés à ces grâces. « Aussi fera-t-il connaître sa loi à ceux qui s’égarent en chemin », car c’est pour les conduire dans la voie, qu’il leur a fait miséricorde.

9. « Il dirige les humbles dans la justice 1». C’est lui qui conduira les hommes doux, et qui, au jour du jugement, ne jettera point dans l’effroi ceux qui suivent sa volonté, qui ne résistent pas à la sienne pour lui préférer la leur. « Il enseignera ses voies à ceux qui sont doux ». Il enseignera ses voies, non point à ceux qui les veulent dépasser, comme s’ils étaient eux-mêmes plus capables de se diriger, mais à ceux qui ne savent ni lever la tête, ni regimber quand on leur impose un joug doux et un fardeau léger 2.

10. « Toutes les voies du Seigneur ne sont que miséricorde et vérité 3 ». Quelles voies peut enseigner le Seigneur, sinon cette miséricorde qui se laisse fléchir, et cette vérité qui le rend incorruptible? Il exerce la première en nous pardonnant nos fautes, et la seconde en jugeant nos mérites. De là vient que toutes les voies du Seigneur se réduisent aux deux avènements du Fils de Dieu, l’un pour exercer la miséricorde et l’autre le jugement. Celui-là donc arrive à Dieu par le chemin tracé, qui reconnaît que sans aucun mérite il est délivré de ses fautes, qui renonce à l’orgueil, et redoute le sévère examen d’un juge dont il a éprouvé la secourable clémence. « Pour ceux qui recherchent son alliance et sa loi ». Car ils reconnaissent la miséricorde du Seigneur dans son premier avènement, sa justice dans le second, ceux qui recherchent avec douceur et mansuétude le testament par lequel il nous a rachetés pour la vie éternelle, au prix de son sang, qui étudient ses témoignages dans les prophètes et dans les évangélistes.

11. «A cause de votre nom, vous serez miséricordieux pour mes fautes qui sont en si grand nombre 4». Non-seulement vous avez couvert du pardon les fautes que j’ai commises avant d’arriver à la foi; mais le sacrifice d’un coeur contrit vous adoucira en faveur de mes péchés qui sont nombreux, car la véritable. 

1. Ps. XXIV, 9. —  2. Matt. XI, 30. — 3. Ps. XXIV, 10. — 4. Id. 11.

 (219) 

voie elle-même n’est pas sans achoppement.

12. « Quel est l’homme qui craint le Seigneur » et qui s’achemine ainsi vers la sagesse? « Le Seigneur lui dictera ses lois dans la voie qu’il a choisie 1 ». Le Seigneur lui prescrira ses ordres dans la voie qu’il a choisie, volontairement choisie, et il ne péchera plus impunément.

13. « Son âme se reposera dans l’abondance des biens, et sa postérité aura la terre en héritage 2». Ses oeuvres lui vaudront la possession solide d’un corps renouvelé par la résurrection.

14. « Le Seigneur est la force de ceux qui le craignent 3 ». La crainte ne paraît convenir qu’aux faibles, mais le Seigneur est la force de ceux qui le craignent. Et le nom du Seigneur, glorifié dans l’univers entier, fortifie ceux qui ont de la crainte pour lui. « Et il leur découvre son alliance ». Il leur fait connaître son alliance, car les nations et les confins de la terre sont l’héritage du Christ.

15. « Mes yeux sont constamment tournés vers le Seigneur; parce que c’est lui qui  retirera mes pieds du piége 4 ». Je n’ai point à craindre les périls de la terre quand je ne la regarde point, et celui que je contemple dégagera mes pieds du piège.

16. « Jetez les yeux sur moi, et prenez-moi en pitié, parce que je suis pauvre et unique 5 ». Je suis ce peuple unique, conservant l’esprit d’humilité dans votre Eglise, qui est unique et ne souffre ni schisme ni hérésie.

17. « Les tribulations de mon coeur se sont multipliées 6». Mon coeur s’est fort affligé quand j’ai vu l’iniquité s’accroître et la charité se refroidir. « Délivrez-moi de ces tristes nécessités». Comme il m’est nécessaire de souffrir ainsi pour conquérir le salut par la persévérance finale7, épargnez-moi ces nécessités.

 

1. Ps. XXIV, 12. — 2.  Id. 13. — 3. Id. 14. — 4. Id. 15. — 5. Id. 16. — 6. Id. 17. — 7. Matt. X, 22.  

18. « Voyez mon abaissement et mon labeur 1». Voyez que je m’abaisse, et que l’orgueil de ma justice ne me jette point en dehors de l’unité; voyez mon labeur à supporter les hommes déréglés qui m’environnent. « Et pardonnez-moi mes péchés». En considération de douloureux sacrifices, pardonnez-moi mes fautes, non-seulement celles de ma jeunesse et de l’ignorance avant que je crusse en vous, mais celles que m’ont fait commettre la faiblesse et les ténèbres de cette vie depuis que je marche dans la foi.

19. « Considérez combien s’est accru le nombre de mes ennemis 2 ». Non-seulement j’en rencontre au-dehors, mais encore dans la communion de l’Eglise. « Ils m’ont poursuivi d’une haine injuste». Ils m’ont haï quand je les aimais.

20. « Soyez le gardien de mon âme et délivrez-moi 3». Gardez mon âme, de peur que je n’en vienne à imiter les méchants, et délivrez-moi de la peine que j’endure d’être mêlé avec eux. « Je ne serai point confondu, parce que j’ai espéré en vous ». Qu’ils ne s’élèvent point contre moi à ma confusion, car c’est cri vous et non en moi que j’ai mis mon espoir.

21. « Les hommes innocents et droits se sont attachés à moi, parce que je vous ai attendu, ô mon Dieu 4» Les coeurs purs et droits ne me sont pas unis comme les méchants par la seule présence corporelle, mais par leur inclination pour l’innocence et la justice, parce que je ne vous ai point abandonné pour imiter les méchants; mais je vous ai attendu et vous attends encore, jusqu’à ce que vous passiez au van la dernière de vos moissons.

22. « Délivrez Israël, ô mon Dieu, de toutes ses afflictions 5 ». Seigneur, rachetez votre peuple que vous avez préparé à voir votre lumière, délivrez-le, non-seulement de toutes les tribulations du dehors, mais de celles qu’il endure à l’intérieur. 

1. Ps. XXIV, 18. — 2. Id. 19. — 3. Id. 20. —  4. Id. 21. — 5. Id. 22.

 (220)

 Précédente Accueil Remonter Suivante