PSAUME XXVII
Précédente Accueil Remonter Suivante

Bibliothèque

 Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
PSAUME XXI
PSAUME XXII
PSAUME XXIII
PSAUME XXIV
PSAUME XXV
PSAUME XXVI
PSAUME XXVII
PSAUME XXVIII
PSAUME XXIX
PSAUME XXX

DISCOURS SUR LE PSAUME XXVII.

LE CHRIST A SA RÉSURRECTION.

 

 

Tout le psaume est consacré à célébrer la gloire de la résurrection et l’aveuglement des Juifs. Ils ont voulu donner la mort du Christ, et il est ressuscité pour soutenir ses élus. Quant aux Juifs incrédules, ils ont perdu la vie éternelle. De là un double démenti donné à leur perversité.

 

PSAUME DE DAVID.

 

1. L’interlocuteur du psaume, c’est le médiateur dont le bras a été fort dans le combat de sa passion. Les malheurs qu’il paraît appeler sur ses ennemis, ne sont pas tant des imprécations que la prophétie de leur châtiment : de même que dans l’Evangile, s’il parle des villes qui ont vu ses miracles sans croire en lui 1, il prédit les malheurs qui les menacent, beaucoup plus qu’il ne les frappe d’anathème.

2. Seigneur, mes cris s’élèvent jusqu’à nous, ne retirez pas de moi votre parole, ô « mon Dieu ». Je crie vers vous, Seigneur mon Dieu, ne séparez point en moi votre Verbe de l’humanité dont je suis revêtu. « Si jamais vous retirez de moi votre parole, je userai semblable à ceux qui s’en vont au sépulcre 2». L’union de votre Verbe éternel avec moi fait que je ne ressemble point aux autres hommes, qui naissent dans les profondes misères du siècle, où l’on ne connaît pas plus votre Verbe que si vous gardiez le silence. « Exaucez, ô mon Dieu, la voix de mes supplications, lorsque je crie vers vous .et que j’élève mes mains vers votre saint temple 3 »: quand je suis cloué à la croix, pour le salut de ceux qui deviendront votre saint temple en croyant en vous.

3. « Ne confondez pas mon âme avec les pécheurs, ne me perdez pas avec ceux qui commettent l’iniquité, avec ceux qui ont pour le prochain des paroles de paix 4»: avec ceux qui me disent « Maître, nous savons que vous venez de Dieu 5 mais le mal est dans leur coeur » : mais leur coeur n’est ouvert qu’aux pensées perverses.

 

1. Matt. XI, 20. — 2. Ps. XXVIII, 1 — 2. Ibid. 2. — 3. Ibid. 3. — 4. Jean, III, 2.

 

4. « Traitez-les selon leurs œuvres ». Il est juste que vous leur rendiez selon leurs actions: « Châtiez-les selon la perversité de leurs desseins ». Car en s’étudiant au mal, ils ne peuvent trouver le bien. « Traitez-les selon les oeuvres de leurs mains 1 ». Bien que leurs oeuvres servent au salut des autres, rendez-leur néanmoins ce que mérite l’oeuvre qu’ils méditaient. « Rendez-leur ce qu’ils méritent ». Puisque, au lieu de la vérité qu’ils entendaient, ils n’ont voulu redire que la fausseté, qu’ils soient dupes de leurs propres mensonges.

 5. « Aussi n’ont-ils rien compris dans les oeuvres du Seigneur 2 » Comment savons-nous qu’ils se sont trompés eux mêmes? C’est qu’ « ils n’ont rien compris aux oeuvres du « Seigneur». Tel est leur premier châtiment. Leur esprit pervers s’est attaqué à l’homme en Jésus-Christ, et ils n’ont point connu qu’il était Dieu, ni dans quel dessein du Père il s’était revêtu de notre chair. « Ni dans les oeuvres « de ses mains ». Les oeuvres si visibles, qui s’opéraient sous leurs yeux, ne les ont point ébranlés. « Vous les détruirez, Seigneur, et ne les rétablirez jamais ». Qu’ils ne puissent me nuire, et qu’ils échouent dans leurs machinations artificieuses contre mon Eglise.

6. « Béni soit le Seigneur, qui a écouté la voix de ma prière 3 ».

7. « Le Seigneur est ma force et mon soutien 4». C’est le Seigneur qui me fortifie en rie telles souffrances, et qui me soutient en m’accordant la résurrection et l’immortalité. « En lui mon coeur a espéré, et il a obtenu le secours; et ma chair a refleuri ». Elle a ressuscité. « Je le bénirai de toute mon âme ». Et ceux qui croiront en moi béniront le Seigneur, non plus par la crainte comme sous

 

1. Ps. XXVII, 4. — 2. Ibid. 5. — 3. Ibid. 6. — 4. Ibid. 7.

 

(241)

 

la loi, mais avec une volonté libre en se conformant à la loi et comme je suis en eux, c’est moi qui bénirai le Seigneur.

8. « Le Seigneur est la force de son peuple 1 ». Non point de ce peuple qui ignore la justice de Dieu et qui s’efforce d’établir la sienne 2 mais de ce peuple qui ne croit point â sa propre force : car c’est le Seigneur qui soutient son peuple dans sa résistance au démon parmi les difficultés de cette vie. «  Il est le protecteur de ceux que son Christ a sauvés ». En sorte qu’après avoir sauvé son peuple par son Christ et soutenu son

 

1. Ps. XXVII, 8. —  2. Rom. X, 3.

 

courage dans les combats, il l’établira dans une paix sans fin.

9. « Seigneur, sauvez votre peuple et bénissez votre héritage 1 ». Ma chair a refleuri, et je vous adresse ma prière; car vous m’avez dit : « Demande-moi, et je te donnerai les nations en héritage 2 ». Sauvez votre peuple, bénissez votre héritage, puisque tout ce qui est à moi vous appartient 3 ». Dirigez-les, élevez-les en gloire pour l’éternité ». Dirigez-les en cette vie, et d’ici-bas, élevez-les à la vie éternelle.

 

1. Ps. XXVII, 9. — 2. Id. II, 8. — 3. Dan, XVII, 10.

 Précédente Accueil Remonter Suivante