SERMON CIX
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON I
SERMON II
SERMON III
SERMON IV
SERMON V
SERMON VI
SERMON VII
SERMON VIII
SERMON IX
SERMON X
SERMON XI
SERMON XII
SERMON XIII
SERMON XIV
SERMON XV
SERMON XVI
SERMON XVII
SERMON XVIII
SERMON XIX
SERMON XX
SERMON XXI
SERMON XXII
SERMON XXIII
SERMON XXIV
SERMON XXV
SERMON XXVI
SERMON XXVII
SERMON XXVIII
SERMON XXIX
SERMON XXX
SERMON XXXI
SERMON XXXII
SERMON XXXIII
SERMON XXXIV
SERMON XXXV
SERMON XXXVI
SERMON XXXVII
SERMON XXXVIII
SERMON XXXIX
SERMON XL
SERMON XLI
SERMON XLII
SERMON XLIII
SERMON XLIV
SERMON XLV
SERMON XLVI
SERMON XLVII
SERMON XLVIII
SERMON XLIX
SERMON L
SERMON LI
SERMON LII
SERMON LIII
SERMON LIV
SERMON LV
SERMON LVI
SERMON LVII
SERMON LVIII
SERMON LIX
SERMON LX
SERMON LXI
SERMON LXII
SERMON LXIII
SERMON LXIV
SERMON LXV
SERMON LXVI
SERMON LXVII
SERMON LXVIII
SERMON LXIX
SERMON LXX
SERMON LXXI
SERMON LXXII
SERMON LXXIII
SERMON LXIV
SERMON LXXV
SERMON LXXVI
SERMON LXXVII
SERMON LXXVIII
SERMON LXXIX
SERMON LXXX
SERMON LXXXI
SERMON LXXXII
SERMON LXXXIII
SERMON LXXXIV
SERMON LXXXV
SERMON LXXXVI
SERMON LXXXVII
SERMON LXXXVIII
SERMON LXXXIX
SERMON XC
SERMON XCI
SERMON XCII
SERMON XCIII
SERMON XCIV
SERMON XCV
SERMON XCVI
SERMON XCVII
SERMON XCVIII
SERMON XCIX
SERMON C
SERMON CI
SERMON CII
SERMON CIII
SERMON CIV
SERMON CV
SERMON CVI
SERMON CVII
SERMON CVIII
SERMON CIX
SERMON CX
SERMON CXI
SERMON CXII
SERMON CXIII
SERMON CXIV
SERMON CXV
SERMON CXVI
SERMON CXVII
SERMON CXVIII
SERMON CXIX
SERMON CXX
SERMON CXXI
SERMON CXXII
SERMON CXXIII
SERMON CXXIV
SERMON CXXV
SERMON CXXVI
SERMON CXXVII
SERMON CXXVIII
SERMON CXXIX
SERMON CXXX
SERMON CXXXI
SERMON CXXXII
SERMON CXXXIII
SERMON CXXXIV
SERMON CXXXV
SERMON CXXXVI
SERMON CXXXVII
SERMON CXXXVIII
SERMON CXXXIX
SERMON CXL
SERMON CXLI
SERMON CXLII
SERMON CXLIII
SERMON CXLIV
SERMON CXLV
SERMON CXLVI
SERMON CXLVII
SERMON CXLVIII
SERMON CXLIX
SERMON CL

SERMON CIX. FAIRE PÉNITENCE (1).

465

 

ANALYSE. — Ce qui nous oblige à faire pénitence, c'est que : 1° notre mort est proche ; 2° il est nécessaire, pour échapper aux derniers supplices, de nous entendre pendant la vie avec notre adversaire, c'est-à-dire, de nous conformer à la parole de Dieu; 3° nos jours ne font que s'écouler.

 

1. En entendant l'Évangile, nous avons vu le Seigneur accuser des hommes qui savent juger d'après l'aspect du ciel, et qui ne savent pas découvrir le temps où la foi montre l'approche du royaume des cieux. Il s'adressait aux Juifs; mais ces paroles s'appliquent aussi à nous.

Ce divin Seigneur Jésus-Christ commença ainsi la prédication de l'Évangile : « Faites pénitence car le royaume des cieux approche (1). » Son précurseur, Jean-Baptiste, commença de même : « Faites pénitence, car le royaume des cieux approche (2). » Aujourd'hui encore le Sauveur blâme ceux qui à cet approche du royaume des cieux refusent de faire pénitence. Il dit en effet : « Le royaume des cieux ne viendra pas de manière à être remarqué; » et encore : « Le royaume des cieux est au dedans de vous (3). »

A chacun donc d'accueillir, comme la prudente l'exige, les avertissements du Sauveur et de ne pas perdre le temps où il fait miséricorde, où il pardonne au genre humain. Pourquoi en effet épargner l'homme, sinon pour l'amener à se convertir et à ne mériter pas la condamnation? Dieu sait quand viendra la fin du siècle; mais ce temps est pour nous le temps de la foi. Quelqu'un d'entre nous sera-t-il encore ici à la fin du monde? Je l'ignore, et il est possible que non. Mais la vie de chacun de nous touche à sa fin, car nous sommes mortels et nous marchons au milieu des périls. Nous en aurions moins à redouter, si nous étions de verre. Qu'y a-t-il de plus fragile qu'un vase de verre ? On le conserve néanmoins pendant des siècles; et si on craint pour lui des accidents, il n'est exposé ni à la vieillesse ni à la fièvre. Ne sommes-nous pas plus fragiles et plus faibles? Nous avons à craindre chaque jour, pour notre fragilité, les dangers qui se multiplient autour de nous; si nous y échappons, le temps nous entraîne. On évite un coup, évite-t-on la mort? On se soustrait aux accidents extérieurs, échappe-t-on aux maladies

 

1. Luc, XII, 56-59. — 2. Matt. IV, 17. — 3. Ibid. III, 2 . — 4. Luc, XVII, 20, 21.

 

qui naissent au dedans? Ce sont tantôt des vers et tantôt des indispositions subites, et si longtemps que l'on soit épargné, la vieillesse finit par venir, il faut partir sans délai.

2. Ainsi donc écoutons le Seigneur, accomplissons fidèlement ce qu'il ordonne, et voyons quel est cet adversaire dont il nous menace quand il dit : « Lorsque tu vas avec ton adversaire devant un prince, tâche de te dégager de lui en chemin; de peur qu'il ne te livre au prince et le prince à l'exécuteur, et que l'exécuteur ne te jette en prison; car tu n'en sortirais point sans avoir payé jusqu'à la dernière obole. » Quel est donc cet adversaire ? Est-ce le diable? Mais nous sommes déjà dégagés d'entre ses mains, et quelle rançon n'a pas été donnée pour notre rachat! C'est de cette rançon que parle l'Apôtre quand il dit, à propos de notre rédemption, que Dieu « nous a arrachés, de la puissance des ténèbres et transférés dans le royaume de son Fils bien-aimé (1). » Ainsi nous avons été rachetés, nous avons renoncé au diable; comment donc travailler à nous en délivrer? Quand nous péchons, peut-il nous asservir de nouveau? Il n'est pas l'adversaire dont nous parle le Seigneur.— Ce qui le prouve encore, c'est la manière dont un autre Évangéliste traduit ailleurs la pensée du Seigneur : il suffit de rapprocher et de comparer les deux textes sacrés pour comprendre dé quel adversaire il est ici question. Dans le, passage que nous examinons, que lisons-nous? « Lorsque tu vas avec ton adversaire devant un prince, tâche de te dégager de lui en chemin. » Ce que l'autre Évangéliste traduit ainsi : « Accorde-toi au plus tôt avec ton adversaire, tant que tu chemines avec lui; » le reste du texte : « De peur que ton adversaire ne te livre au juge, et le juge à l'exécuteur, et que l'exécuteur ne te jette en prison, » est identique à ce que nous avons déjà vu (2). Ainsi les deux auteurs expriment la même

 

1. Colos. I, l3. — 2. Matt. V, 25.

 

466

 

pensée. « Tâche de te dégager de lui en chemin, » dit l'un. « Accorde-toi avec lui, » dit l'autre. Sans cet accord en effet, tu ne saurais recouvrer ta liberté. Veux-tu donc te tirer d'entre ses mains? « Accorde-toi avec lui. » Or, est-ce avec le diable que doit s'accorder un chrétien?

3. Ainsi donc cherchons cet adversaire avec lequel nous devons tomber d'accord, si nous ne voulons pas qu'il nous livre au juge et que le juge nous livre à l'exécuteur; cherchons-le et nous entendons avec lui.

Si tu pèches, la parole de Dieu ne devient-elle pas ton adversaire? Si, par exemple, tu aimes à t'enivrer, ne te crie-t-elle pas : Garde-toi de le faire? Tu aimes les spectacles et les vains divertissements, ne dit-elle pas encore : Abstiens-toi? Abstiens-toi de l'adultère, crie-t-elle à celui qui y court; et quelques péchés que tu veuilles commettre pour suivre ta volonté, toujours elle répète : abstiens-toi, s'opposant ainsi à ta volonté, pour assurer ton salut. Quel bon, quel utile adversaire : Il cherche, non pas ce qui nous plaît, mais ce qui nous sert; il n'est notre ennemi qu'autant que nous sommes nos ennemis nous-mêmes. Oui, si tu es ton propre ennemi, tuas un ennemi encore dans la parole de Dieu; deviens ton ami, et tu seras d'intelligence avec elle. « Tu ne commettras point d'homicide, » dit-elle ; écoute-la et tu es en paix. « Tu ne déroberas point; » écoute et tu es en paix. « Tu ne seras point adultère, » écoute encore et la paix est faite. « Tu ne feras point de faux témoignage; » sois-y fidèle, et tu es d'accord. « Ne convoite point l'épouse de ton prochain; » écoute et tu es en paix. « Ne convoite pas non plus son bien (1); » écoute encore et tu es en paix. Or en t'accordant sur tous ces points, qu'as-tu perdu? Non-seulement tu n'as rien perdu, mais tu t'es sauvé toi-même de la perdition où tu t'étais égaré. Le chemin désigne cette vie; si nous sommes d'accord, si nous nous entendons avec notre adversaire, une fois au

 

1. Exod. XX, 13, etc.

 

terme de la route, nous ne redouterons ni le juge, ni l'exécuteur, ni le cachot.

4. Mais quand arrive-t-on au terme? Tous n'arrivent pas à la même heure; chacun a la sienne pour y parvenir. Le chemin est cette vie, avons-nous dit; et le terme du chemin est la fin de la vie. Ainsi nous marchons, et vivre, c'est avancer. Vous imagineriez-vous au contraire que le temps avance et que nous sommes immobiles? C'est chose impossible. Si le temps avance nous avançons aussi, et au lieu de croître nos années décroissent. Comme on se trompe en disant : Cet entant n'est pas encore suffisamment sage, la prudence lui viendra à mesure que lui viendront les années. Quoi! à mesure que lui viendront les années? Mais au lieu de venir elles s'en vont. Ce qu'il est bien facile de prouver. Supposons par exemple que nous connaissions combien d'années doit vivre cet enfant, à dater de sa naissance : admettons eh sa faveur qu'il vivra quatre-vingts ans, qu'il parviendra à cette vieillesse. Retiens quatre-vingts ans. Il a un an. Combien avais-tu? combien devait-il vivre en tout? Quatre-vingts. Retranchez donc une année. S'il a vécu dix ans, il ne lui en reste que soixante-dix. S'il en a vécu vingt, soixante. Ainsi donc en avançant, nos années ne font que s'en aller; non, elles ne marchent que pour s'en aller. Elles ne viennent pas pour s'arrêter en flous; elles passent en nous pour nous user et amoindrir de plus en plus nos forces. Tel est donc le chemin où nous marchons.

Et qu'avons-nous à faire avec cet adversaire mystérieux, avec la parole de Dieu? Accorde-toi avec lui car tu ignores à quel moment tu seras au terme de ta course, et à ce terme on rencontre et le juge et l'exécuteur et la prison. Mais si ta volonté se maintient bonne et conforme à celle de ton adversaire; au lieu d'un juge tu trouveras un père, au lieu de l'exécuteur sans entrailles, un ange qui te portera dans le sein d'Abraham, et le paradis pour prison. Quel merveilleux changement pour t'être entendu le long du chemin avec ton adversaire !

 

 

Haut du document