SERMON CXLII
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON I
SERMON II
SERMON III
SERMON IV
SERMON V
SERMON VI
SERMON VII
SERMON VIII
SERMON IX
SERMON X
SERMON XI
SERMON XII
SERMON XIII
SERMON XIV
SERMON XV
SERMON XVI
SERMON XVII
SERMON XVIII
SERMON XIX
SERMON XX
SERMON XXI
SERMON XXII
SERMON XXIII
SERMON XXIV
SERMON XXV
SERMON XXVI
SERMON XXVII
SERMON XXVIII
SERMON XXIX
SERMON XXX
SERMON XXXI
SERMON XXXII
SERMON XXXIII
SERMON XXXIV
SERMON XXXV
SERMON XXXVI
SERMON XXXVII
SERMON XXXVIII
SERMON XXXIX
SERMON XL
SERMON XLI
SERMON XLII
SERMON XLIII
SERMON XLIV
SERMON XLV
SERMON XLVI
SERMON XLVII
SERMON XLVIII
SERMON XLIX
SERMON L
SERMON LI
SERMON LII
SERMON LIII
SERMON LIV
SERMON LV
SERMON LVI
SERMON LVII
SERMON LVIII
SERMON LIX
SERMON LX
SERMON LXI
SERMON LXII
SERMON LXIII
SERMON LXIV
SERMON LXV
SERMON LXVI
SERMON LXVII
SERMON LXVIII
SERMON LXIX
SERMON LXX
SERMON LXXI
SERMON LXXII
SERMON LXXIII
SERMON LXIV
SERMON LXXV
SERMON LXXVI
SERMON LXXVII
SERMON LXXVIII
SERMON LXXIX
SERMON LXXX
SERMON LXXXI
SERMON LXXXII
SERMON LXXXIII
SERMON LXXXIV
SERMON LXXXV
SERMON LXXXVI
SERMON LXXXVII
SERMON LXXXVIII
SERMON LXXXIX
SERMON XC
SERMON XCI
SERMON XCII
SERMON XCIII
SERMON XCIV
SERMON XCV
SERMON XCVI
SERMON XCVII
SERMON XCVIII
SERMON XCIX
SERMON C
SERMON CI
SERMON CII
SERMON CIII
SERMON CIV
SERMON CV
SERMON CVI
SERMON CVII
SERMON CVIII
SERMON CIX
SERMON CX
SERMON CXI
SERMON CXII
SERMON CXIII
SERMON CXIV
SERMON CXV
SERMON CXVI
SERMON CXVII
SERMON CXVIII
SERMON CXIX
SERMON CXX
SERMON CXXI
SERMON CXXII
SERMON CXXIII
SERMON CXXIV
SERMON CXXV
SERMON CXXVI
SERMON CXXVII
SERMON CXXVIII
SERMON CXXIX
SERMON CXXX
SERMON CXXXI
SERMON CXXXII
SERMON CXXXIII
SERMON CXXXIV
SERMON CXXXV
SERMON CXXXVI
SERMON CXXXVII
SERMON CXXXVIII
SERMON CXXXIX
SERMON CXL
SERMON CXLI
SERMON CXLII
SERMON CXLIII
SERMON CXLIV
SERMON CXLV
SERMON CXLVI
SERMON CXLVII
SERMON CXLVIII
SERMON CXLIX
SERMON CL

SERMON CXLII. NÉCESSITÉ DE LA GRACE (1).

 

ANALYSE. — Jésus-Christ est la voie sûre que nous devons suivre. Or Jésus-Christ est humble et nous devons nous attacher à l'imiter dans son humilité. 1° En effet, l'amour-propre nous ayant détachés de Dieu pour nous répandre dans les créatures, il faut peur revenir à Dieu, que nous rougissions de nos égarements, il faudrait même que nous pussions nous oublier pour nous rattacher intimement à lui. L'orgueil est une enflure énorme qui nous empêche d'entrer au ciel par Celui qui en est la porte, par Jésus-Christ. 2° Ce que Jésus-Christ demande principalement de nous, c'est que nous reproduisions les exemples d'humilité qu'il a donnés au monde. 3° Enfin, la charité est incompatible avec l'orgueil. Or la charité est indispensable, puisque sans elle rien ne profite et que la perfection de la charité est la perfection du chrétien. Donc à ce titre encore nécessité de l'humilité.

 

1. Pour nous préserver de l'abattement du désespoir les divines Ecritures nous raniment, et d'autre part elles nous effraient pour que nous ne nous laissions pas emporter par l'orgueil. Mais il nous serait fort difficile de tenir le juste milieu, de marcher entre le désespoir à notre gauche et la présomption à notre droite, si le

 

1. Jean, XIV, 6.

 

577

 

Christ ne disait : « Je suis la voie. » Où veux-tu aller, semble-t-il dire ? « Je suis la voie. » Où veux-tu parvenir ? « Je suis 1a vérité. » Où veux-tu demeurer? « Je suis la vie. »

Ainsi donc marchons avec sécurité dans cette, voie; mais craignons les dangers qui l'avoisinent. L'ennemi n'ose nous attaquer lorsque nous y marchons, attendu que nous sommes alors unis au Christ; mais à côté de la voie il ne cesse de tendre des pièges; c'est pourquoi nous lisons dans un Psaume : « Près du chemin ils m'ont dressé des embûches (1) ; » et dans un autre livre de l'Ecriture : « Souviens-toi que tu marches au milieu des filets (2). » Ces filets au milieu desquels nous marchons ne sont pas dans le chemin, mais auprès. Que crains-tu donc, que redoutes-tu si tu es dans la voie ? Mais tremble, si tu la quittes. S'il est permis à l'ennemi de l'environner de pièges, c'est pour modérer la sécurité d'une joie trop vive qui te porterait à la déserter et à tomber dans le précipice.

2. Mais quelle humilité dans cette voie! Quelle humilité dans le Christ qui est en même temps la vérité et la vie, le Très-Haut et Dieu même ! Si tu marches dans l'humilité du Christ, tu parviendras jusqu'à sa grandeur; si ta faiblesse ne dédaigne pas ses humiliations, devenu fort tu demeureras au sein de sa gloire. Eh! pourquoi s'est-il abaissé, sinon pour te guérir? Tu étais effectivement sous le poids d'une maladie irrémédiable et c'est pour t'en délivrer qu'est venu, jusqu'à toi ce céleste médecin. Ton mal aurait pu sembler tolérable s'il t'eût permis d'aller jusqu'à lui; mais comme il t'en rendait incapable, c'est Lui qui est venu jusqu'à toi.

Or il est venu nous enseigner l'humilité nécessaire à notre guérison; car l'orgueil nous empêchait de recouvrer la vie comme déjà il nous l'avait fait perdre. En effet le coeur de l'homme s'est élevé contre Dieu, et foulant aux pieds les préceptes salutaires qu'il avait reçus dans l'état de santé, l'âme est tombée malade. Que la maladie lui apprenne donc à écouter Celui qu'elle a dédaigné dans sa vigueur. Qu'elle l'écoute pour se relever, puisqu'elle -est tombée en ne l'écoutant pas. Que son, expérience lui persuade enfin ce qu'elle a refusé de croire à la voix du commandement. Sa misère, hélas! ne lui a-t-elle pas appris combien il est malheureux de se prostituer loin du Seigneur? N'est-ce pas se prostituer en effet que de se détacher du

 

1. Ps. CXXXIX, 6. — 2. Eccli. IX, 20.

 

Bien suprême et unique pour se jeter éperdument au milieu des voluptés, dans l'amour du siècle et la corruption de la terre? Aussi bien, lorsque le Seigneur rappelle à lui cette âme égarée, il la considère comme souillée de prostitutions; on lit très souvent dans les prophètes les reproches qu'il lui adresse à ce titre. Toutefois il ne veut pas qu'elle désespère; car tout en la reprenant de ses désordres, il tient en main de quoi l'en purifier.

9. Son but en effet n'est pas alors de l'irriter, il veut seulement la couvrir d'une confusion qui soit salutaire. Voyez dans 1.'Ecriture quelle vivacité d'objurgations! Certes, elle ne flatte pas les coupables, mais elle veut les réhabiliter et les guérir. « Adultères, s'écrie-t-elle, ignorez-vous que l'ami de ce monde se fait l'ennemi de Dieu (1)? » L'amour du monde rend l'âme adultère, comme l'amour de l'auteur du monde la rend chaste; mais si elle ne rougit de son ignominie, elle n'a même pas le désir de retourner à ces chastes embrassements. Que la confusion la prépare donc au retour, autant que l'en détournait son orgueil, car c'est bien l'orgueil qui l'en détournait. Aussi, loin d'être coupables, les reproches qui lui sont adressés lui montrent combien elle l'est, on lui met devant les yeux ce qu'elle rejetait derrière le dos. Ah ! considère-toi en toi-même. « Tu vois une paille dans l'oeil de ton frère, et dans le tien tu ne vois pas une poutre (2) ! » Les reproches donc rappellent l'âme en elle-même, car elle en était sortie, et autant elle se quittait, autant elle quittait Dieu même.

Cette âme en effet s'était regardée, s'était plu, et enflammée d'amour pour son indépendance, elle s'est éloignée de Dieu, mais sans rester en elle-même; car elle en est repoussée, bannie et se jette à l'extérieur, aimant le monde, aimant les choses temporelles, aimant les choses terrestres: et pourtant si elle se contentait de s'aimer elle-même au mépris de son Créateur, elle s'amoindrirait déjà, elle s'épuiserait par cet amour si rabaissé. N'est-elle pas inférieure en effet et d'autant plus inférieure à Dieu que l'oeuvre est au dessous de l'ouvrier? Elle devait donc aimer Dieu et nous devons l'aimer jusqu'à nous oublier nous-mêmes, s'il est possible. Comment alors se doit faire la conversion? L'âme s'était perdue de vue, mais pour aimer le monde; qu'elle se perde de vue encore, mais pour aimer

 

1. Jacq. IV, 4. — 2. Matt. VII, 3.

 

578

 

son Auteur. Sortie d'elle-même elle s'est comme oubliée, ne se rendant point compte de ses actes et justifiant ses crimes ; s'emportant et s'enorgueillissant au milieu de la colère, des voluptés, recherchant les honneurs, la puissance les richesses et la vanité du pouvoir. Mais qu'on la reprenne, qu'on la corrige, qu'on la montre elle-même à elle-même; elle se déplaît alors, avoue sa laideur, désire recouvrer sa beauté perdue; et autant la dissipation l'éloignait de Dieu, autant a confusion l'y ramène.

4. Est-ce contre elle ou pour elle que semble s'élever cette prière : « Couvrez-leur la face d'ignominie? » On croirait voir ici un adversaire, un ennemi. Mais écoute ce qui suit et dis si ce n'est pas plutôt un ami. « Couvrez-leur la face d'ignominie, et ils rechercheront votre nom, Seigneur (1). » N'était-ce pas les haïr, d'appeler sur eux la confusion? Mais aussi n'est-ce pas les aimer, de vouloir qu'ils recherchent le nom du Seigneur? Qu'y a-t-il donc ici? Est-ce l'amour? Est-ce la haine? N'y a-t-il pas l'un et l'autre ? Oui, il y a en même temps haine et amour : haine contre ce qui vient de toi et amour pour toi. Qu'est-ce â dire: haine contre ce qui vient de toi et amour pour toi? C'est-à-dire qu'il y a haine contre tes œuvres et amour pour l'oeuvre de Dieu. Mais qu'elles sont tes oeuvres, sinon tes péchés? Et quelle est l'oeuvre de Dieu, sinon toi-même, formé par lui à son image et à sa ressemblance : Tu dédaignes, hélas! cette oeuvre et tu te prends d'affection pour les tiennes. Tu aimes hors de toi ce que tu as fait et tu négliges en toi l'oeuvre de Dieu. Ainsi tu mérites de t'égarer, dé tomber, de courir loin de toi et de t'entendre appeler un « esprit qui s'en va et qui ne revient point (2). » Ah! tourne plutôt la vue vers Celui qui t'appelle et qui te crie: « Revenez à moi et je reviendrai à vous (3). » Car Dieu ne se détourne point quand on le regarde, il demeure, il est immuable, pour reprendre et pour corriger. S'il est loin de toi, c'est que tu t'es éloigné de lui; c'est toi qui t'es séparé, ce n'est pas Lui qui s'est éclipsé (4). Ainsi donc prête l'oreille à sa voix : « Revenez à moi et je reviendrai à vous. » En d'autres termes: Quand je reviens à vous, c'est vous qui revenez à moi. Le Seigneur effectivement poursuit les fuyards et s'ils se retournent vers lui ils se trouvent éclairés. Où fuiras-tu, malheureux, en fuyant loin de Dieu? Où fuiras-tu, en t’éloignant de Celui qui n'est enfermé dans

 

1. Ps. LXXXII, 17. — 2. Ps. LXXVII, 39. — 3. Zach. I, 3. — 4. Voir traité 2e sur Saint Jean, n° 8.

 

aucun lieu et qui n'est absent nulle part? En s'attachant à lui on trouve la liberté et le châtiment en s'en détachant. Pour qui s'éloigne il est juge et père pour qui revient.

5. L'orgueil avait produit une enflure énorme et cette enflure ne permettait point au pécheur de revenir, car il lui fallait passer par un lieu fort étroit. Aussi j'entends Celui qui s'est fait notre voie s'écrier: « Entrez par la porte étroite (1). » Ou fait effort pour pénétrer, mais l'enflure empêche, et les efforts sont d'autant plus dangereux que l'enflure résiste davantage. Cette enflure en effet se trouve blessée pas l'étroitesse même du passage qu'elle veut franchir; ainsi blessée elle augmente, et augmentant toujours comment entrera-t-elle? Qu'elle décroisse donc. Mais par quel moyen? Qu'elle prenne l'humilité comme remède; qu'elle en boive le breuvage, il est amer, mais salutaire; oui qu'elle épuise la coupe de l'humilité. Qui l'empêche de pénétrer? Son volume même. Or l'enflure n'est pas de la grandeur, car la grandeur implique la solidité, ce que ne fait pas l'enflure. Que l'homme orgueilleux ne se croie donc pas grand; qu'il désenfle pour le devenir, pour être en même temps solide et ferme. Ah! qu'il ne se désire point ces biens temporels; qu'il ne se glorifie point de l'éclat de ces choses passagères et corruptibles; qu'il prête l'oreille à Celui qui a dit: « Entrez par la porte étroite, » et encore: « Je suis la voie. »

En effet, comme si le Seigneur supposait que l'orgueilleux lui demande : Quelle est cette porte étroite par laquelle j'entrerai, il ajoute: « Je suis la voie, » entre par moi, et pour entrer parla porte, tu ne saurais suivre que moi. Car si j'ai dit: «Je suis la voie, » j'ai dit aussi. « Je suis la porte (2). » Pourquoi chercher par où passer, où revenir, par où entrer? Ne va pas ici et là, tu trouves tout en Celui qui pour toi s'est fait tout, et il dit tout dans ces deux mots: Sois humble, sois doux. Ces paroles sont claires, écoutons-les et sache ainsi où est la voie, ce quelle est et où elle mène. Où veut-tu aller? Ton avarice te porterait-elle â vouloir tout posséder? « Tout, dit le Sauveur, m'a été donné par mon Père (3). » Diras-tu que si tout a été donné au Christ, ce n'est pas à toi? Ecoute l'Apôtre; écoute-le pour ne te laisser pas abattre par le désespoir, ainsi que je l'ai dit déjà; apprends de lui combien tu as été aimé quand tu étais tout couvert de laideur et d'ignominie,

 

1. Matt. VII, 13. — 2. Jean, X, 7. — 3. Matt. XI, 27.

 

579

 

quand enfin tu ne méritais aucune affection, car c'est pour t'en rendre digne qu'il t'en a été accordé. « Le Christ, dit donc l'Apôtre, est mort pour les impies (1). » Quel amour méritait l'impie? Ou plutôt que méritait-il ? — D'être damné réponds-tu. — « Le Christ » cependant « est mort pour des impies. » Voile ce qu'il a fait pour toi dans ton impiété, que ne te réserve-t-il donc pas, si tu deviens pieux? Qu'as-tu reçu dans ton impiété? « Le Christ est mort pour des impies. » Mais tu aspirais à tout avoir; eh bien! n'y travaille point par avarice, travailles-y par piété, travailles-y par humilité. Ainsi tu parviendras à posséder Celui qui a fait tout, et tu posséderas tout en le possédant.

6. Ce n'est pas sur le raisonnement que nous appuyons cette doctrine; écoute l'Apôtre dire lui-même: « S'il n'a pas épargné son propre Fils, s'il l'a livré pour nous tous, comment ne nous aurait-il pas donné tout avec lui (2)? » C'est ainsi, ô avare, que tu es maître (le tout. Afin donc de n'être pas éloigné du Christ, méprise tout ce que tu aimes et attache-toi à Celui dont la puissance t'assure la jouissance de tout. Aussi qu'a fait ce Médecin généreux ? Pour exciter le courage de son malade et sans avoir besoin pour lui-même d'un semblable remède, il a bu la coupe qui ne devait-lui faire aucun bien; il l'a bue le premier, comme pour vaincre nos résistances et dissiper nos frayeurs, « C'est, dit-il, le calice que je dois boire (3). » Ce breuvage n'a rien à guérir en moi, je le prendrai pourtant, afin de t'animer à le prendre, car tu en as besoin.

Je vous le demande, mes frères, l'humanité devait-elle être malade encore quand on lui a donné un tel remède? Dieu est humble, et l'homme encore orgueilleux ! Ah ! qu'il écoute, qu'il entende enfin. « Tout, dit le Sauveur, m'a été donné par mon Père. » Si tu veux avoir tout, en moi tu le trouveras. Veux-tu le Père? Tu l'auras par moi et en moi. Nul ne connaît le Père, si ce n'est le Fils. » Point de découragement, viens au Fils, car il ajoute: « Et celui à qui le Fils aura voulu le révéler. » Tu lui disais: Je ne pourrai donc y parvenir; vous m'invitez à passer par un chemin trop étroit, je ne saurais entrer par là. «Venez à moi, répond-il, vous tous qui avez de la peine et qui êtes chargés; » chargés du poids de votre orgueil; « Venez à moi, vous tous qui avez de la peine et qui êtes chargés, et je vous soulagerai. Prenez

 

1. Rom. V, 6. — 2. Rom. VIII, 33. — 3. Matt. XX, 22.

 

sur vous mon joug et apprenez de moi. »

7. Ainsi crie le Maître des Anges, le Verbe de Dieu, qui nourrit sans s'épuiser toutes les intelligences, et que l'on mange sans le consumer; il crie donc: « Apprenez de moi. » Peuple, écoute le quand il dit: « Apprenez de moi; » réponds: Que devons-nous apprendre de vous? Que ne va pas nous enseigner effectivement ce grand Maître quand il crie: « Apprenez de moi! » Quel est en effet Celui qui dit: « Apprenez de moi? » C'est Celui qui a formé la terre, qui a séparé la mer et l'aride, qui a créé les oiseaux, qui a créé les animaux terrestres et tous les poissons, qui a placé les astres dans le ciel, qui a distingué le jour de fa nuit, qui a affermi le firmament même et séparé la lumière des ténèbres; c'est Celui-là qui dit: « Apprenez de moi. » Eh! veut-il que nous formions ces merveilles avec lui? Qui de nous le pourrait? Dieu seul en est capable. Ne crains pas, dit-il, je ne demande rien qui soit au dessus de tes forces. Apprends seulement de moi ce que je suis devenu pour toi.

« Apprenez de moi, » non pas à créer, puisque c'est moi qui ai créé; ni même à faire ce qu'il m'a plu d'accorder à quelques-uns seulement le pouvoir de faire, comme de ressusciter les morts, d'éclairer les aveugles et d'ouvrir l'oreille aux sourds; ceci n'est pas pour vous fort important à savoir et je ne demande pas que vous cherchiez à l'apprendre de moi. — Les disciples en effet étant revenus un jour pleins de joie et d'allégresse, et s'étant écriés: « Voilà qu'en votre nom des démons même nous sont soumis; » le Seigneur répliqua: « Ne vous réjouissez point de ce que les démons vous sont soumis; réjouissez-vous plutôt de ce que vos  noms sont écrits dans le ciel (1). » Dieu donc a donné à qui il a voulu le pouvoir de chasser les démons, elle pouvoir de ressusciter les morts à qui il a voulu. Même avant l'incarnation on voyait ces sortes de miracles; des morts étaient alors ressuscités et des lépreux guéris, l'histoire en fait foi (2). Or quel autre opérait ces prodiges, sinon ce même Christ qui s'est incarné après David et qui était Dieu avant Abraham ? C'est lui qui donnait alors ce pouvoir, qui faisait ces miracles par le moyen des hommes; mais à tous il n'accordait pas cette puissance. Ceux qui ne l'ont pas reçue doivent-ils se décourager et dire qu'ils lui sont étrangers puisqu'ils n'ont pas mérité de lui cette faveur? Il y a dans un même corps

 

1. Luc, X, 17, 20. — 2. IV Rois IV, V.

 

580

 

plusieurs membres et chacun d'eux peut faire ce que ne saurait un autre. Le Créateur, en formant ce corps; n'a donné ni à l'oreille de voir, ni à l'oeil d'entendre, ni au front de flairer, ni à la main de 'goûter, non; mais il a donné à tous les membres la santé, l'harmonie entre eux et l'union; il les a tous animés et unis par un même souffle. C'est ainsi que parmi les hommes il n'a pas donné aux uns de ressusciter les morts ni à d'autres le pouvoir d'enseigner; à tous cependant il a donné quelque chose. Quoi? « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur (1). » Ainsi nous l'avons entendu nous dire: « Je suis doux et humble de coeur. » Eh bien! mes frères, tout le remède qui nous guérira consiste à apprendre de lui qu'il est « doux et humble de coeur. » Que sert de faire des miracles et d'être orgueilleux, de n'être ni doux ni humble de cœur N'est-ce pas se mettre au nombre de ces malheureux qui viendront, à la fin des siècles, lui dire: « N'avons-nous pas prophétisé en votre nom et en votre nom fait beaucoup de merveilles ? » Que leur sera-t-il répondu? « Je ne vous connais pas. Eloignez-vous de moi, vous tous artisans d'iniquité (2). »

8. Que nous importe-t-il donc d'apprendre? « Que je suis doux, reprend le Sauveur, et humble de coeur. » Ainsi nous inspire-t-il la charité, mais la charité la plus sincère, une charité qui ne rougit pas, qui ne s'enfle pas, qui ne s'enorgueillit pas, qui ne trompe pas, et cette inspiration est contenue dans ces paroles: « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur. » Comment pourrait avoir cette charité pure un homme orgueilleux et hautain? Il ne peut se défendre de l'envie. Un envieux aime-t-il réellement, et nous trompons-nous en disant le contraire ? Que personne ne s'avise jamais de supposer la charité à un coeur envieux. Aussi que dit l'Apôtre? « La charité n'est point envieuse. » Pourquoi? « Elle ne s'enfle point (3) ;» c'est le motif pour lequel saint Paul éloigne l'envie du caractère de la charité; c'est dire: Elle n'est point envieuse, parce qu'elle ne s'enfle point. Il a dit d'abord « La charité n'est point envieuse; » et comme si on lui en demandait la raison, il ajoute: C'est qu'elle « ne s'enfle point. » Si donc l'envie naît de l’orgueil; quand il n'y a pas d'orgueil, il n'y a pas d'envie non plus. Mais si la charité n'est ni orgueilleuse, ni envieuse; c'est enseigner la charité que de dire: « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur. »

 

1. Matt. XI, 27-29. — 2. Ibid. VII, 22, 23. — 3. I Cor. XIII, 4.

 

9. Que chacun maintenant possède ce qui lui plaît et se vante comme il veut; « quand même je parlerais les langues des hommes et des Anges, si je n'ai pas la charité, je suis comme un airain sonore ou une cymbale retentissante.» Qu'y a-t-il de plus beau que de pouvoir parler tant de langues? On n'est pourtant alors, sans la charité, qu'un airain ou une cymbale faisant du bruit. Voici d'autres dons: «Quand je connaîtrais tous les mystères. » Qu'y a-t-il de plus élevé, ode plus magnifique? Ecoute encore: « Quand j'aurais tous les dons prophétiques et toute la foi, jusqu'à transporter les montagnes, si je n'ai point la charité, je ne suis rien. » Voici quelque chose de plus grand encore  mes frères. Qu'est-ce? « Quand je distribuerais tous mes biens aux pauvres. » Se peut-il rien de plus parfait? N'est-ce pas le moyen de perfection prescrit par le Seigneur à ce riche auquel il dit: « Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes et le donne aux pauvres? » Mais est-on parfait pour avoir tout vendu et tout donné aux pauvres? Non, car le Sauveur ajoute: « Viens ensuite et suis-moi. » — Pourquoi vous suivre? J'ai tout vendu, distribué tout aux pauvres; ne suis-je donc point parfait? Qu'ai-je besoin de vous suivre ? — Suis-moi pour apprendre que « je suis doux et  humble de coeur. » — Mais peut-on vendre tout et tout donner aux pauvres sans être encore doux et humble de coeur ? — On le peut assurément. — Si pourtant j'ai tout distribué aux pauvres? — Ecoute encore. Car il en est qui après avoir tout abandonné et s'être mis à la suite du Seigneur, sans toutefois l'avoir suivi parfaitement, puisque le suivre parfaitement c'est l'imiter, n'ont pu supporter l'épreuve de la souffrance.

Voyez Pierre: il était, mes frères, du nombre dé ceux qui avaient tout abandonné et s'étaient mis à la suite du Seigneur. Car en voyant le jeune homme riche s'éloigner avec tristesse, et après avoir demandé avec émotion au Seigneur, qui les consola, quel était donc celui qui pourrait être parfait, ils ne craignirent pas de lui dire « Voici que nous avons tout laissé pour vous suivre; quelle récompense devons-nous donc attendre (1) ? » Et le. Seigneur leur fit connaître ce qu'il leur donnerait, ce qu'il leur réservait pour l'avenir. Pierre donc était dès lors du nombre de ceux qui avaient fait ces sacrifices. Et toutefois, quand fut arrivé le moment de la passion, il renia jusqu'à trois fois, à la voix d'une servante, Celui avec lequel il avait promis de mourir.

 

1. Matt. XIX, 21-29.

 

581

10. Que votre charité remarque donc bien ces paroles: « Va, vends tout ce que tu as  donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel; « viens ensuite et me suis. » Pierre est devenu parfait; mais il s'est mûri quand le Seigneur était déjà assis à la droite de son Père. Il ne l'é tait point, lorsqu'il suivait le Seigneur marchant vers sa passion ; et il l'est devenu quand il n'avait plus personne à suivre sur la terre. Que dis-je? Tu as toujours devant toi quelqu'un à suivre. Le Seigneur en te donnant l'Évangile t'a donné un modèle, il y est lui-même avec toi, et il n'a point trompé lorsqu'il a dit: « Voici que je suis avec vous tous les jours jusqu'à la consommation du siècle (1). » Ainsi donc suis le Seigneur. Qu'est-ce à dire? Imite-le. Qu'est-ce à dire encore? « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur. » En effet, « quand je distribuerais

 

1. Matt. XXVIII, 20.

 

tous mes biens aux pauvres, et que je livrerais mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien (1). »

C'est donc à la charité que j'excite votre charité, et je ne le ferais pas si vous n'en aviez déjà quelque peu. Je vous invite ainsi à poursuivre ce que vous avez entrepris, à perfectionner ce que vous avez commencé. Je vous prie aussi d'intercéder pour moi afin qu'en moi également se consomme la vertu que je vous enseigne. Tous en effet nous sommes imparfaits, et là seulement où tout est parfait nous atteindrons la perfection. « Mes frères, dit l'Apôtre Paul, je ne crois pas être arrivé. » Il s'explique: « Non que déjà j'aie atteint jusque là ou que je sois déjà parfait (2). » Quel homme oserait donc se vanter de l'être? Ah! plutôt, pour mériter d'être parfaits, confessons que nous sommes imparfaits.

 

1. II Cor, XIII, 1-3. — 2. Philip. III, 13, 12.

 

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante