SERMON XXXIII
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON I
SERMON II
SERMON III
SERMON IV
SERMON V
SERMON VI
SERMON VII
SERMON VIII
SERMON IX
SERMON X
SERMON XI
SERMON XII
SERMON XIII
SERMON XIV
SERMON XV
SERMON XVI
SERMON XVII
SERMON XVIII
SERMON XIX
SERMON XX
SERMON XXI
SERMON XXII
SERMON XXIII
SERMON XXIV
SERMON XXV
SERMON XXVI
SERMON XXVII
SERMON XXVIII
SERMON XXIX
SERMON XXX
SERMON XXXI
SERMON XXXII
SERMON XXXIII
SERMON XXXIV
SERMON XXXV
SERMON XXXVI
SERMON XXXVII
SERMON XXXVIII
SERMON XXXIX
SERMON XL
SERMON XLI
SERMON XLII
SERMON XLIII
SERMON XLIV
SERMON XLV
SERMON XLVI
SERMON XLVII
SERMON XLVIII
SERMON XLIX
SERMON L
SERMON LI
SERMON LII
SERMON LIII
SERMON LIV
SERMON LV
SERMON LVI
SERMON LVII
SERMON LVIII
SERMON LIX
SERMON LX
SERMON LXI
SERMON LXII
SERMON LXIII
SERMON LXIV
SERMON LXV
SERMON LXVI
SERMON LXVII
SERMON LXVIII
SERMON LXIX
SERMON LXX
SERMON LXXI
SERMON LXXII
SERMON LXXIII
SERMON LXIV
SERMON LXXV
SERMON LXXVI
SERMON LXXVII
SERMON LXXVIII
SERMON LXXIX
SERMON LXXX
SERMON LXXXI
SERMON LXXXII
SERMON LXXXIII
SERMON LXXXIV
SERMON LXXXV
SERMON LXXXVI
SERMON LXXXVII
SERMON LXXXVIII
SERMON LXXXIX
SERMON XC
SERMON XCI
SERMON XCII
SERMON XCIII
SERMON XCIV
SERMON XCV
SERMON XCVI
SERMON XCVII
SERMON XCVIII
SERMON XCIX
SERMON C
SERMON CI
SERMON CII
SERMON CIII
SERMON CIV
SERMON CV
SERMON CVI
SERMON CVII
SERMON CVIII
SERMON CIX
SERMON CX
SERMON CXI
SERMON CXII
SERMON CXIII
SERMON CXIV
SERMON CXV
SERMON CXVI
SERMON CXVII
SERMON CXVIII
SERMON CXIX
SERMON CXX
SERMON CXXI
SERMON CXXII
SERMON CXXIII
SERMON CXXIV
SERMON CXXV
SERMON CXXVI
SERMON CXXVII
SERMON CXXVIII
SERMON CXXIX
SERMON CXXX
SERMON CXXXI
SERMON CXXXII
SERMON CXXXIII
SERMON CXXXIV
SERMON CXXXV
SERMON CXXXVI
SERMON CXXXVII
SERMON CXXXVIII
SERMON CXXXIX
SERMON CXL
SERMON CXLI
SERMON CXLII
SERMON CXLIII
SERMON CXLIV
SERMON CXLV
SERMON CXLVI
SERMON CXLVII
SERMON CXLVIII
SERMON CXLIX
SERMON CL

SERMON XXXIII. LE CANTIQUE NOUVEAU OU L'AMOUR AVEC LEQUEL ON DOIT ACCOMPLIR LA LOI DE DIEU. (1).

 

ANALYSE. — Dans cette allocution pleine de grâces saint Augustin rappelle dans quel esprit, dans quelles dispositions il faut accomplir les dix commandements. Il constate d'abord d'une manière générale que l'amour est le propre caractère du nouveau Testament. Il montre ensuite brièvement que les préceptes compris dans chacune des deux tables du Décalogue doivent être observés dans un esprit d'amour. Il termine en disant que cet amour sacré réhabilite les vrais chrétiens et les discerne des schismatiques.

 

1. Il est écrit: « Je vous chanterai, mon Dieu, un cantique nouveau ; je vous célèbrerai sur le psaltérion à dix cordes ; » et par le psaltérion à dix cordes on entend les dix préceptes de la loi.

Mais chanter et célébrer est l'occupation de ceux qui aiment; car la crainte était le partage du vieil homme, et l'amour est l'esprit de l'homme nouveau. C'est ainsi encore que nous distinguons les deux Testaments, le nouveau et l'ancien, figurés, dit l'Apôtre, par les deux fils d'Abraham, dont l'un est né de l'esclave et l'autre de la femme libre, et qui représentent, dit-il, les deux Testaments (2). La crainte en effet est propre à la servitude, l'amour est le caractère de la liberté. L'Apôtre le remarque également: « Vous n'avez pas reçu de nouveau l'esprit de servitude pour vous conduire par la crainte; mais vous avez reçu l'esprit d'adoption des enfants qui nous porte à crier: Père, Père (3). » Jean dit aussi « Il n'y a point de crainte dans la charité; mais la charité parfaite chasse la crainte (4).»

C'est donc la charité qui chante le cantique nouveau. Cette crainte servile du vieil homme peut bien avoir le psaltérion à dix cordes, les Juifs charnels ont reçu en effet les dix préceptes

 

1. Ps. CXLIII, 9. — 2. Gal. IV, 22-24. — 3. Rom. VIII, 15. — 4. I Jean , IV, 18.

 

de la loi; mais il ne peut chanter sur ce psaltérion le cantique nouveau, car il est sous la loi et ne saurait l'accomplir. Il porte l'instrument, il n'en touche pas; le psaltérion est pour lui une charge, non pas un ornement. Celui au contraire qui est sous la grâce et non sous la loi, en accomplit les préceptes, car la loi n'est pas pour lui un fardeau mais une décoration ; sa crainte n'en est pas accablée, mais son amour embelli ; et embrasé de l'Esprit de charité, il chante déjà sur le psaltérion à dix cordes le cantique nouveau.

2. Voici en effet ce que dit l'Apôtre: « Qui aime le prochain accomplit la loi. En effet : Tu ne commettras point d'adultère, tu ne feraspoint d'homicide, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et.s'il est quelque autre commandement, tout se résume dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L'amour du prochain n'opère pas le mal. La charité est donc la plénitude de la loi (1). » Le Seigneur avait dit : « Je ne suis pas venu abolir la loi, mais l'accomplir (2); » c'est pourquoi il donna à ses disciples un commandement où ils puiseraient la force d'accomplir la loi : « Je vous donne, leur dit-il, un commandement nouveau, c'est que vous vous aimiez les uns les autres (3). »

 

1. Rom. XII, 8, 10. — 2. Matt. V, 17. — 3. Jean, XIII, 34.

 

138

 

Rien donc d'étonnant si ce nouveau commandement chante le cantique nouveau, puisque les dix préceptes de la loi sont le psaltérion à dix cordes, nous l'avons dit, et que la charité est la plénitude de la loi. En disant: « Tu ne commettras point d'adultère, tu ne feras point d'homicide, » et le reste, saint Paul a voulu rappeler simplement quelques-unes des cordes de ce psaltérion, afin de donner par là une idée des autres. Et de même que la charité comprend deux préceptes auxquels le Seigneur rapporte toute la loi et les prophètes (1), ce qui montre bien que l'amour est la plénitude de la loi; ainsi les dix préceptes sont eux-mêmes divisés en deux tables. Trois ont été écrits sur une table et sept sur l'autre. Les trois premiers se rapportent à l'amour de Dieu, et les sept autres à l'amour du prochain.

3. Voici le premier des trois: « Ecoute, Israël; le Seigneur ton Dieu est le  Seigneur unique (2). « Tu ne te feras ni idole ni image de ce qui est en haut dans le ciel ni en bas sur la terre; » tout ce qui suit est également destiné à rattacher au culte d'un seul Dieu en faisant renoncer au culte impur des idoles. Voici le second commandement : « Tu ne prendras pas en vain le nom du Seigneur ton Dieu (3). » Le troisième concerne l'observation du sabbat.

Symboles de la Trinité sans doute, ces trois préceptes se rapportent à l'amour de Dieu. L'unité divine a sa source dans le Père : aussi le premier précepte parle surtout de l'unité de Dieu. Le second nous avertit de ne point regarder le Fils de Dieu comme une créature, ce qui arriverait si nous le considérions comme n'étant point égal à son Père. « Car toute créature, comme dit l'Apôtre, est assujettie à la vanité (4); » et il nous est défendu de prendre en vain le nom du Seigneur notre Dieu. Le Don même de Dieu, c'est-à-dire le Saint-Esprit, est la promesse du repos éternel figuré parle sabbat. Aussi nous observons spirituellement le sabbat, en ne faisant point d'oeuvres serviles. Ces oeuvres sont interdites aux Juifs eux-mêmes, nonobstant leurs interprétations charnelles. Et ce qui prouve que l'on doit prendre les oeuvres serviles dans un sens spirituel, c'est cette sentence du Seigneur : « Quiconque fait le péché est l'esclave du péché (5). »

Or on entend par péché non-seulement l'action honteuse ou injuste qu'aperçoivent les hommes,

 

1. Matt. XXII, 37-40. — 2. Deut. VI, 4. — 3. Exod. XX, 2-11. — 4. Rom. VIII, 20. — 5. Jean, VIII, 34.

 

mais encore l'intention d'une action bonne en elle-même, quand on agit en vue d'une récompense temporelle et non en vue de l'éternel repos. Quoiqu'on fasse en effet, si l'on agit dans l'intention d'obtenir des avantages terrestres, on agit servilement et l'on n'observe pas le sabbat. Car il faut aimer Dieu pour lui-même, et l'âme ne peut trouver de repos que dans ce qu'elle aime. Donc elle ne peut trouver l'éternel repos que dans l'amour de Dieu qui seul est éternel: c'est la sanctification parfaite et le sabbat spirituel par excellence. Et comme le Saint-Esprit est l'auteur de notre sanctification, qui ne serait excité à contempler ici un grand mystère en voyant que des trois préceptes relatifs à Dieu le troisième regarde le sabbat, et que de toutes les oeuvres attribuées à Dieu par le livre sacré de la Genèse, il n'a sanctifié que le septième jour, ce qui indiquait déjà le sabbat (1)?

4. Le premier des sept préceptes, qui se rapportent à l'amour du prochain, est, celui-ci « Honore ton père et ta mère; » le second: « Tu ne tueras point; » le troisième: « Tu ne commettras point d'adultère; » le quatrième: «Tu ne déroberas point; » le cinquième: « Tu ne  feras point de faux témoignage; » le sixième: « Tu ne convoiteras point l'épouse de ton prochain ; » le septième: « Tu ne convoiteras point le bien d'autrui (2). »

L'Apôtre rend évidemment témoignage à cette division de toute la loi, lorsque il dit: « Honore ton père enta mère; c'est le premier commandement. » En effet, pour peu qu'on examine on s'aperçoit que ce commandement n'est pas le premier de tout le Décalogue ; car le premier des dix préceptes est celui qui ordonne de n'adorer que Dieu. Aussi le commandement d'honorer les parents est écrit sur la seconde table, et saint Paul l'appelle le premier, parce qu'il est le premier des préceptes qui concernent l'amour du prochain.

5. Ainsi donc chantons le cantique nouveau, chantons sur le psaltérion à dix cordes. Ce cantique nouveau est la grâce du nouveau Testament qui nous distingue du vieil homme de l'homme terrestre, qui le premier a été fait de terre. Car il a été formé d'argile et après avoir perdu la béatitude il a été jeté dans la misère en juste punition de sa désobéissance au commandement divin. Mais que dit le prophète en louant la grâce divine qui nous réconcilie avec Dieu par la rémission des péchés, et qui nous renouvelle en détruisant

 

1. Gen. II, 3. — 2 Exod. XX, 12-16.

 

139

 

l'antique vieillesse? « Il m'a tiré de l'abîme de misère et de la boue fangeuse; il a affermi mes  pieds sur la pierre et dirigé mes pas; il a mis dans ma bouche un cantique nouveau, un hymne à notre Dieu (1). » C'est le cantique nouveau que l'on accompagne du psaltérion à dix cordes. Car nul ne loue Dieu, c'est-à-dire nul ne chante sa gloire, qu'en accordant ses actions avec ses paroles par le double amour de Dieu et du prochain.

Que les Donatistes rebaptiseurs ne se croient pas du cantique nouveau: on ne le chante pas lorsque, par un orgueil impie, on se sépare de

 

1. Ps. XXXIX, 3, 4.

 

l'Église à qui Dieu a commandé de vivre dans toute la terre. En effet le même prophète dit ailleurs: « Chantez au Seigneur un cantique nouveau; toute la terre chantez le Seigneur (1). » Celui donc qui refuse de chanter avec toute la terre, en ne renonçant pas au vieil homme, ne chante pas le cantique nouveau et ne s'accompagne pas du psaltérion ; car il est l'ennemi de la charité, et la charité seule est la plénitude de la loi contenue, disons-nous, dans les dix commandements relatifs à l'amour de Dieu et du prochain.

1. Ps. XCV, 1.

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante