SERMON XCII
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON I
SERMON II
SERMON III
SERMON IV
SERMON V
SERMON VI
SERMON VII
SERMON VIII
SERMON IX
SERMON X
SERMON XI
SERMON XII
SERMON XIII
SERMON XIV
SERMON XV
SERMON XVI
SERMON XVII
SERMON XVIII
SERMON XIX
SERMON XX
SERMON XXI
SERMON XXII
SERMON XXIII
SERMON XXIV
SERMON XXV
SERMON XXVI
SERMON XXVII
SERMON XXVIII
SERMON XXIX
SERMON XXX
SERMON XXXI
SERMON XXXII
SERMON XXXIII
SERMON XXXIV
SERMON XXXV
SERMON XXXVI
SERMON XXXVII
SERMON XXXVIII
SERMON XXXIX
SERMON XL
SERMON XLI
SERMON XLII
SERMON XLIII
SERMON XLIV
SERMON XLV
SERMON XLVI
SERMON XLVII
SERMON XLVIII
SERMON XLIX
SERMON L
SERMON LI
SERMON LII
SERMON LIII
SERMON LIV
SERMON LV
SERMON LVI
SERMON LVII
SERMON LVIII
SERMON LIX
SERMON LX
SERMON LXI
SERMON LXII
SERMON LXIII
SERMON LXIV
SERMON LXV
SERMON LXVI
SERMON LXVII
SERMON LXVIII
SERMON LXIX
SERMON LXX
SERMON LXXI
SERMON LXXII
SERMON LXXIII
SERMON LXIV
SERMON LXXV
SERMON LXXVI
SERMON LXXVII
SERMON LXXVIII
SERMON LXXIX
SERMON LXXX
SERMON LXXXI
SERMON LXXXII
SERMON LXXXIII
SERMON LXXXIV
SERMON LXXXV
SERMON LXXXVI
SERMON LXXXVII
SERMON LXXXVIII
SERMON LXXXIX
SERMON XC
SERMON XCI
SERMON XCII
SERMON XCIII
SERMON XCIV
SERMON XCV
SERMON XCVI
SERMON XCVII
SERMON XCVIII
SERMON XCIX
SERMON C
SERMON CI
SERMON CII
SERMON CIII
SERMON CIV
SERMON CV
SERMON CVI
SERMON CVII
SERMON CVIII
SERMON CIX
SERMON CX
SERMON CXI
SERMON CXII
SERMON CXIII
SERMON CXIV
SERMON CXV
SERMON CXVI
SERMON CXVII
SERMON CXVIII
SERMON CXIX
SERMON CXX
SERMON CXXI
SERMON CXXII
SERMON CXXIII
SERMON CXXIV
SERMON CXXV
SERMON CXXVI
SERMON CXXVII
SERMON CXXVIII
SERMON CXXIX
SERMON CXXX
SERMON CXXXI
SERMON CXXXII
SERMON CXXXIII
SERMON CXXXIV
SERMON CXXXV
SERMON CXXXVI
SERMON CXXXVII
SERMON CXXXVIII
SERMON CXXXIX
SERMON CXL
SERMON CXLI
SERMON CXLII
SERMON CXLIII
SERMON CXLIV
SERMON CXLV
SERMON CXLVI
SERMON CXLVII
SERMON CXLVIII
SERMON CXLIX
SERMON CL

SERMON XCII. JÉSUS, SEIGNEUR ET FILS DE DAVID (1).

413

 

ANALYSE. — Ce discours n'est autre chose que là solution du problème proposé en vain par Notre-Seigneur aux Juifs, lorsqu'il leur demanda comment le Messie pouvait être nommé le Seigneur de David, puisqu'il était le fils de ce prince. Saint Augustin montre donc avec l'Écriture, que comme Dieu, le Messie est Seigneur de David; et qu'en tant qu'homme, il est son fils. Nous devons ainsi reconnaître en lui deux natures et une seule personne.

 

1. C'est aux Chrétiens à résoudre la question proposée aux Juifs. Car en la proposant aux Juifs, Jésus Notre-Seigneur ne la résolut pas; il l'a néanmoins résolue pour nous. Je ne ferai que rappeler ses paroles à votre charité et vous reconnaîtrez que réellement il l'a résolue. Remarquez d'abord le noeud de cette question.

Le Seigneur demanda aux Juifs, ce qu'ils pensaient du Christ, de qui le Christ devait être fils. C'est qu'eux aussi espèrent le Christ. Les prophètes leur en ont parlé, et après avoir attendu son avènement, ils l'ont mis à mort après son arrivée. Chose remarquable ! En lisant dans les Écritures que le Messie devait venir, ils lisaient aussi qu'eux-mêmes lui donneraient là mort : mais en espérant sa venue promise par les prophètes, ils ne voyaient pas dans ces mêmes prophètes le forfait qu'ils devaient commettre. Voilà pourquoi en les interrogeant à propos du Christ, le Sauveur ne suppose ni que le Christ leur soit inconnu, ni que jamais ils n'aient entendu son nom, ni que jamais il n'aient espéré son avènement. De fait, ils l'espèrent encore aujourd'hui, et c'est leur erreur. Nous aussi nous comptons que le Messie viendra, mais pour juger et non pour être jugé; et ce sont les saints prophètes qui ont prédit qu'il viendrait ainsi deux fois, une première pour être injustement condamné, et une seconde pour juger avec justice.

« Quelle idée, donc, dit le Seigneur aux Juifs, avez-vous du Christ ? De qui est-il fils ? — De David, » répondirent-ils; ce qui est parfaitement conforme aux Écritures. « Comment alors, reprit Jésus, David inspiré l'appelle-t-il son Seigneur en ces termes : Le Seigneur a dit à  mon Seigneur: Asseyez-vous à ma droite, jusqu'à ce que je mette vos ennemis comme un  escabeau sous vos pieds ? Or, si David inspiré l'appelle son Seigneur, comment est-il son fils?»

2. Qu'on se garde bien de croire ici que Jésus

 

1. Matt. XXII, 42-46.

 

prétend n'être pas le fils de David. Il ne nie pas qu'il soit le fils de David, mais il demande comment. Vous répondez, semble-t-il dire; qu'il est fils de David; je ne le conteste pas. Mais David même le nomme son Seigneur expliquez-moi donc comment étant sein Seigneur, il peut en même temps être son fils; expliquez-moi cela. Ils ne l'expliquèrent pas et ils gardèrent le silence. Pour nous, expliquons ce mystère, ou plutôt reproduisons l'explication de Jésus lui-même.

Mais ou la trouverons-nous? Dans son Apôtre. Et comment prouver d'abord qu'elle vient de lui ? Par le témoignage de l'Apôtre même : « Voulez-vous éprouver; dit-il, le Christ qui parlé de moi (1) ? » Oui, c'est par le ministère de cet Apôtre que le Christ a résolu notre question.

Et premièrement, que dit-il par lui à Timothée ? « Souviens-toi que Jésus-Christ, de la race de David, est ressuscité d'entre les morts, selon mon Évangile (2). » Voilà bien le Christ fils de David. Mais comment est-il aussi le Seigneur de David? Dites-le nous, ô Apôtre! « Etant de la nature de Dieu, il n'a pas regardé comme une usurpation de se faire égal à Dieu. » N'est-il pas ici le Seigneur de David ? Mais si tu reconnais en lui le Seigneur de David et le nôtre, le Seigneur du ciel et de la terre, le Seigneur même des anges et l'égal de Dieu puisqu'il est de sa nature; comment est-il devenu fils de David ? Vois ce qui suit. L'Apôtre te l'a montré comme étant le Seigneur de David quand il t'a dit : « Etant de la nature de Dieu, il n'a point cru usurper en se faisant égal à Dieu. » Comment donc est-il fils de David ? « Mais il s'est anéanti lui-même en prenant la nature d'esclave; en devenant semblable aux hommes et en paraissant homme à l'extérieur; il s'est de plus humilié en se faisant obéissant jusqu'à la mort, et jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi Dieu l'a exalté (3). » Ainsi, issu de David et fils de David, le Christ est ressuscité parce qu'il s'était

 

1. II Cor. XIII, 3. — 2. II Tim. II, 8. — 3. Philip. II, 6-9.

 

414

 

anéanti. Comment s'est-il anéanti ? En s'unissant à ce qu'il n'était pas, sans se séparer de ce qu'il était. Il s'est donc anéanti, il s'est humilié. Tout Dieu qu'il était, il s'est montré homme. Lui, le créateur du ciel, a été méprisé en voyageant sur la terre; il a été méprisé comme un homme, comme un homme sans valeur presque aucune. Et non-seulement il a été méprisé, il a été, de plus, mis à mort. Il était comme une pierre tombée; les Juifs s'y sont heurtés et s'y sont brisés. N'avait-il pas dit en personne? « Celui qui se heurtera contre cette pierre sera brisé, et celui sur qui elle tombera sera broyé (1) ? » Elle a commencé par rester à terre, et ils se sont heurtés, brisés; elle tombera ensuite du haut du ciel, et ils seront broyés.

3. Vous comprenez donc que Jésus est à la fois le fils et le Seigneur de David; le Seigneur de David, de toute éternité; le Fils de David, dans le temps; comme Seigneur de David, il est né de la substance du Père, et comme fils de David, il est né de la vierge Marie, après avoir été conçu du Saint-Esprit. Tenons à cette double nature. L'une nous servira de demeure durant l'éternité; et l'autre sera notre délivrance durant le

 

1. Matt. XXI, 44.

 

pèlerinage. Si en effet Jésus-Christ Notre-Seigneur ne s'était fait!homme, c'en était fait de l'homme. Pour ne pas laisser périr son oeuvre, il est donc devenu ce qu'il avait fait. Il est en même temps vrai Dieu et vrai homme; la divinité et l'humanité sont toute sa personne. Telle est la foi catholique. Nier la divinité, c'est être Photinien; son humanité, c'est être Manichéen. Pour être catholique, il faut confesser que le Christ est Dieu, égal à son Père, et qu'il est en même temps homme véritable, qu'il a souffert réellement et qu'il a répandu un sang réel. Ah! la Vérité même ne nous aurait point rachetés en donnant pour nous une fausse rançon. Il faut donc, pour être catholique, confesser ces deux natures.

Mais alors on a une patrie et on est dans la voie qui y mène. On aune patrie, car « Au commencement était le Verbe; » on a une patrie, car « Etant de la nature de Dieu, il n'a pas cru usurper en se faisant égal à Dieu. » On est dans la voie, car « Le Verbe s'est fait chair; » on est dans la voie, car « Il s'est anéanti lui-même en prenant une nature d'esclave. » Il est ainsi et la patrie où nous aspirons et la voie qui nous y mène. Avec lui donc allons à lui et nous ne nous égarerons pas.

 

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante