SERMON XCV
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON I
SERMON II
SERMON III
SERMON IV
SERMON V
SERMON VI
SERMON VII
SERMON VIII
SERMON IX
SERMON X
SERMON XI
SERMON XII
SERMON XIII
SERMON XIV
SERMON XV
SERMON XVI
SERMON XVII
SERMON XVIII
SERMON XIX
SERMON XX
SERMON XXI
SERMON XXII
SERMON XXIII
SERMON XXIV
SERMON XXV
SERMON XXVI
SERMON XXVII
SERMON XXVIII
SERMON XXIX
SERMON XXX
SERMON XXXI
SERMON XXXII
SERMON XXXIII
SERMON XXXIV
SERMON XXXV
SERMON XXXVI
SERMON XXXVII
SERMON XXXVIII
SERMON XXXIX
SERMON XL
SERMON XLI
SERMON XLII
SERMON XLIII
SERMON XLIV
SERMON XLV
SERMON XLVI
SERMON XLVII
SERMON XLVIII
SERMON XLIX
SERMON L
SERMON LI
SERMON LII
SERMON LIII
SERMON LIV
SERMON LV
SERMON LVI
SERMON LVII
SERMON LVIII
SERMON LIX
SERMON LX
SERMON LXI
SERMON LXII
SERMON LXIII
SERMON LXIV
SERMON LXV
SERMON LXVI
SERMON LXVII
SERMON LXVIII
SERMON LXIX
SERMON LXX
SERMON LXXI
SERMON LXXII
SERMON LXXIII
SERMON LXIV
SERMON LXXV
SERMON LXXVI
SERMON LXXVII
SERMON LXXVIII
SERMON LXXIX
SERMON LXXX
SERMON LXXXI
SERMON LXXXII
SERMON LXXXIII
SERMON LXXXIV
SERMON LXXXV
SERMON LXXXVI
SERMON LXXXVII
SERMON LXXXVIII
SERMON LXXXIX
SERMON XC
SERMON XCI
SERMON XCII
SERMON XCIII
SERMON XCIV
SERMON XCV
SERMON XCVI
SERMON XCVII
SERMON XCVIII
SERMON XCIX
SERMON C
SERMON CI
SERMON CII
SERMON CIII
SERMON CIV
SERMON CV
SERMON CVI
SERMON CVII
SERMON CVIII
SERMON CIX
SERMON CX
SERMON CXI
SERMON CXII
SERMON CXIII
SERMON CXIV
SERMON CXV
SERMON CXVI
SERMON CXVII
SERMON CXVIII
SERMON CXIX
SERMON CXX
SERMON CXXI
SERMON CXXII
SERMON CXXIII
SERMON CXXIV
SERMON CXXV
SERMON CXXVI
SERMON CXXVII
SERMON CXXVIII
SERMON CXXIX
SERMON CXXX
SERMON CXXXI
SERMON CXXXII
SERMON CXXXIII
SERMON CXXXIV
SERMON CXXXV
SERMON CXXXVI
SERMON CXXXVII
SERMON CXXXVIII
SERMON CXXXIX
SERMON CXL
SERMON CXLI
SERMON CXLII
SERMON CXLIII
SERMON CXLIV
SERMON CXLV
SERMON CXLVI
SERMON CXLVII
SERMON CXLVIII
SERMON CXLIX
SERMON CL

SERMON XCV. LA ROBE NUPTIALE OU LA CHARITÉ (1)

 

ANALYSE. — Le miracle de la multiplication des pains est le symbole du banquet mystérieux où sont conviés tous les chrétiens. Il leur faut pour y être admis la robe nuptiale, et la robe nuptiale n'est autre chose que la charité. C'est donc ici le même fonds d’idées que dans l'un des discours précédents (2).

 

1. Quand nous vous expliquons les saintes Ecritures, nous vous rompons en quelque sorte le pain. Acceptez donc avec avidité, que les louangés de votre coeur témoignent de votre embonpoint spirituel, et puisque vous êtes assis à un festin si copieux, gardez-vous de toute sécheresse en fait de bonnes oeuvres et de bonnes actions. D'ailleurs ce que je vous donne ne vient pas de moi; je mange de ce que vous mangez; je vis de ce qui vous soutient; nous avons au ciel un trésor commun, car c'est de là que descend la parole de Dieu.

2. Les sept pains rappellent les sept opérations du Saint-Esprit; les quatre mille hommes désignent l'Église appuyée sur l'autorité des quatre Evangiles ; et la perfection de cette même Eglise est figurée par les sept corbeilles remplies de

 

1. Marc, VIII, 1-9. — 2. Voir ci-dessus, Serm. XC.

 

morceaux. Le nombre sept en effet exprime fort souvent la perfection. Aussi bien est-il dit : « Je vous louerai sept fois le jour (1). » Est-ce à dire qu'il y aurait péché à ne pas louer Dieu autant de fois précisément ? Que signifie alors : « Je vous louerai sept fois, » sinon : jamais je ne cesserai de vous louer? Sept fois signifie donc toujours. Aussi le cours des siècles n'est qu'une révolution perpétuelle de sept jours; et ces paroles : « Je vous louerai sept fois le jour, » sont synonymes de celles-ci : « J'aurai toujours sa louange à la bouche (2). » C'est encore garce que le nombre sept est un nombre de perfection que Jean écrit aux sept Églises. C'est dans l'Apocalypse qu'il le fait; ce livre est l'ouvrage de Jean l'Evangéliste (3).

Reconnaissez donc sincèrement ce sens mystérieux

 

1. Ps. CXVIII, 164. — 2. Ibid. XXXIII, 2. — 3 Apoc. I, 4.

 

421

 

des sept corbeilles. Du reste les morceaux dont elles étaient pleines ne furent pas perdus ne vous profitent-ils pas, à vous qui faites sûrement partie de l'Église? Ne suis-je pas le ministre soumis au Christ, lorsque je vous explique ces mystères, et n'êtes-vous pas comme assis au festin, lorsque vous m'écoutez en paix ? Il est vrai, je suis assis moi-même, j'ai le coeur en repos; mais je suis en mouvement pour vous servir; je crains, non pas, que la nourriture; mais que le vase où elle est offerte ne rebute quelqu'un d'entre vous. Vous connaissez d'ailleurs les divins aliments, on vous en a souvent parlé; ils sont destinés au coeur et non au corps.

3. Il est bien vrai que sept pains rassasièrent quatre mille hommes. Est-il rien de plus merveilleux? Il y a plus encore, c'est que les morceaux qui restèrent suffirent à remplir sept corbeilles. O profonds mystères! Voilà des oeuvres sans doute; mais des oeuvres qui parlent; oui, ces actes bien compris sont des paroles.

Vous aussi vous êtes du nombre des quatre mille hommes, puisque vous vivez sous l'autorité des quatre Evangiles. Ce nombre de quatre mille ne comprenait ni les femmes ni les enfants, car il est dit en propres termes ; « Ceux qui mangèrent étaient au nombre de quatre mille hommes, sans compter les enfants et les femmes (1). » Est-ce que les insensés et les efféminés peuvent faire nombre ? Qu'ils mangent néanmoins ; car ces enfants pourront grandir et n'être plus enfants; ces efféminés se corriger et devenir chastes. Qu'ils mangent; nous voici occupés à donner et à distribuer. Mais quels sont-ils? L'oeil de Dieu fixe ses convives, et s'ils ne se corrigent point, celui qui a su adresser l'invitation, saura faire aussi là séparation.

4. Vous le savez, mes biens-aimés, rappelez-vous d'ailleurs cette parabole évangélique : Le Seigneur entra un jour pour examiner les convives qui prenaient part à son banquet. Père de famille, il y avait invité lui-même; mais comme il est écrit, « il y rencontra un homme qui ne portait point la robe nuptiale (2). »

Remarquez bien, on avait été invité aux noces par cet Epoux qui l'emporte en beauté sur les enfants des hommes, mais qui aussi s'est fait difforme en faveur de son épouse pour la rendre belle, de difforme qu'elle était. Comment puis-je dire qu'il s'est rendu difforme? C'est nu blasphème, si je ne prouve pas cette assertion.

 

1. Matt. XV, 38. — 2. Ibid. XXII, 11.

 

Voici un prophète qui rend témoignage de sa beauté : « Il l'emporte en beauté, dit-il, sur les enfants des hommes (1). » En voici un autre qui témoigne de sa difformité : « Nous l'avons vu, dit-il, et il n'avait ni beauté ni dignité ; son visage était sans majesté et son attitude difforme (2). » O prophète qui as dit: « Il l'emporte en « beauté sur les enfants des hommes, » voici un contradicteur, voici un autre prophète qui s'avance contre toi et qui dit : Tu menu, car « nous l'avons vu. » Pourquoi assurer qu' « il l'emporte en beauté sur les enfants des hommes? Nous l'avons vu, et il n'avait ni beauté ni dignité. » Ainsi donc ces deux prophètes ne s'entendent pas à propos de Celui qui s'est fait l'ange de la paix et de l'union? Tous deux parlent du Christ, ils parlent tous deux de la pierre angulaire. Or les murs se joignent à l'angle, sans quoi il n'y a plus d'édifice, mais une ruine. Les prophètes aussi sont unis; ne les laissons pas disputer; ou plutôt constatons comme ils sont en paix, car ils ne savent point se diviser.

Toi donc, ô prophète qui as dit : « Il l'emporte en beauté sur les enfants des hommes, » quand l'as-tu vu? Réponds, réponds, où l'as-tu vu : « Lors qu'étant de la nature de Dieu, il n'a pas cru usurper en se faisant égal à Dieu; » c'est alois que je l'ai vu ; et douterais-tu qu'étant égal à Dieu il l’emportât en beauté sur les enfants des hommes ? Tu as répondu. Réponde maintenant le prophète qui a dit : « Nous l'avons vu, et il n'avait ni beauté ni dignité. » Voilà une affirmation ; mais où l'as-tu vu? Celui-ci commence par où le premier a fini. Où le premier a-t-il fini ? A ces mots : « Etant de la nature de Dieu, il n'a pas cru usurper en se faisant égal à Dieu; » c'est là qu'il l'a vu plus beau que les enfants des hommes. Toi maintenant, dis-nous où tu l'as vu sans beauté et sans dignité ? « Il s'est anéanti lui-même en prenant une nature d'esclave; il s'est fait semblable aux hommes et à l'extérieur il a paru comme un homme. » Quant à sa difformité, elle est dans les mots qui suivent: « Il s'est humilié lui-même en devenant obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix (3). Voilà où je l'ai vu. — Ainsi donc ces deux prophètes s'entendent parfaitement, il n'est absolument rien pour les diviser. Qu'y a-t-il en effet de plus beau que Dieu et de plus difforme qu'un crucifié?

5. Eh bien ! cet Époux qui l'emporte en beauté

 

1. Ps. XLIV, 3. — 2. Isaïe, LIII, 2. — 3. Philip. II, 6-8.

 

422

 

sur les enfants des hommes et qui s'est fait difforme pour rendre belle son épouse, son épouse à qui s'adressent ces mots : « O toi qui es belle parmi les femmes (1), » et ces autres encore

« Quelle est celle-ci qui monte tout éclatante (2); » tout éclatante de vraie beauté et non de fard menteur; cet Epoux, après avoir invité à ses noces y trouva donc un homme sans la robe nuptiale, et il lui dit : « Mon ami, pourquoi es-tu entré ici sans la robe nuptiale? Mais celui-ci garda le silence; » il ne trouva rien à répondre. « Liez-lui les pieds et les mains, dit alors ce Père de famille qui venait d'entrer, et jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là il y aura pleurs et grincement de dents. » Quoi! un tel châtiment pour une si petite faute! Oui le châtiment est terrible, et si on traite de faute légère le défaut de robe nuptiale, cette faute n'est légère que pour ceux qui ne la comprennent pas. Est-ce que le Seigneur parlerait avec tant de sévérité, est-ce qu'il prononcerait une pareille sentence, est-ce que pour n'avoir pas la robe nuptiale, il jetterait, pieds et mains liés, dans les ténèbres extérieures où il y a pleur et grincement de dents, si ce n'était une faute très-grave de n'être pas revêtu dé cette robe nuptiale?

Ecoutez-moi donc; car si Dieu vous a invités, c'est par notre ministère. Vous êtes tous au festin : ah! portez tous la robe nuptiale. Je vais vous faire connaître en quoi elle consiste afin que tous vous en soyez.revêtus ; et si parmi mes auditeurs il en est un qui ne l'ait pas encore, ah ! qu'il s'amende avant l'arrivée du Père de famille venant pour examiner les convives, qu'il prenne cette robe nuptiale, et demeure paisiblement à table.

6. Ne croyez pas en effet, mes biens-aimés, que le convive jeté dehors ne figure qu'un seul homme; non, ne le croyez pas, il figure le grand nombre. C'est le Seigneur lui-même, c'est l'Epoux qui a invité et qui traite tous ces convives, c'est lui qui nous a expliqué, 'dans cette même parabole, que ce malheureux ne représente pas un homme seul, mais le grand nombre. En effet, après qu'il l'eut fait jeter dans les ténèbres extérieures pour le punir de n'avoir pas la robe nuptiale, il ajouta immédiatement: « Car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus (3). » Comment? Vous n'en avez rejeté qu'un seul et vous dites: « Car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus? » Les élus sans doute ne sont pas

 

1. Cant.I, 7. — 2. Ibid. III, 6. —3. Matt. XXII, 11-14.

 

rejetés et ce sont eux qui demeurent à table en petit nombre. Ainsi c'est le grand nombre qui se trouve représenté dans le malheureux qui n'avait pas la robe nuptiale; et s'il est seul, c'est pour mieux figurer les méchants réunis en un seul corps.

7. Qu'est-ce enfin que la robe nuptiale? Apprenons-le dans les saintes Lettres. Qu'est-elle donc ? C'est sans doute un bien qui n'est pas commun aux bons et aux méchants. Découvrons quel est ce bien; ce sera connaître la robe nuptiale. Or quel est parmi les dons dé Dieu celui qui n'est pas commun aux bons et aux méchants? Si nous sommes hommes et non pas de simples animaux, c'est un don de Dieu; mais ce don est commun aux bons et aux méchants. Si la lumière nous vient du ciel, si les pluies tombent des nues, si les fontaines coulent, si les champs se oeuvrent de fruits, ce sont aussi des dons de Dieu ; mais ils sont communs aux bons et aux méchants. Entrons dans la salle des noces, laissons dehors ceux qui ne sont pas venus, bien qu'ils aient été invités. N'examinons que les convives ou les chrétiens. Le baptême est un don de Dieu; il est aux méchants comme aux bons, et les méchants comme les bons reçoivent le Sacrement de l'autel. Malgré son injustice, malgré sa haine pour un homme juste et saint, Saül prophétisa; il prophétisa tout en le persécutant (1). Dit-on qu'il n'y ait que les bons pour avoir la foi ? « Mais les démons aussi croient et ils tremblent (2). » Pourquoi continuer ? J'ai tout déployé, sans arriver encore à cette robe nuptiale. J'ai ouvert mon magasin, j'ai examiné tout ou presque tout, et je n'ai pas vu encore cette robe nuptiale.

L'Apôtre saint Paul m'a montré quelque part un trésor de choses précieuses; il l'a ouvert devant moi et je lui ai dit : Montrez-moi si par hasard vous n'y auriez pas trouvé la robe nuptiale. Lui aussi commence à déployer tout en détail; il dit donc : « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, quand je possèderais toute la science, toutes les prophéties  et toute la foi, au point de transporter les montagnes; quand je distribuerais aux pauvres tout ce que je possède et que je livrerais mon corps pour être brûlé. » Quels riches vêtements! Ce n'est pourtant pas encore la robe nuptiale, Montrez-nous-la donc enfin. Pourquoi, ô Apôtre, nous tenir en suspens? La prophétie ne serait

 

1. I Rois, XIX. — 2. Jacq. II, 19.

 

423

 

elle pas ce don de Dieu que les méchants ne possèdent pas comme les bons ? — « Si je n'ai pas la charité, dit-il, je ne suis rien, rien ne me profite. » Voilà la robe nuptiale. Revêtez-vous-en, ô convives, afin d'être à table sans crainte. Ne dites pas : Nous sommes trop pauvres pour nous la procurer. Donnez des vêtements et on vous donnera celui-là. Nous voici en hiver; donnez des vêtements à qui n'en a pas; le Christ n'en a pas, et c'est lui qui donnera cette robe à vous qui ne l'avez pas. Courez vers lui, suppliez-le; il sait sanctifier ses fidèles,

 

1. I Cor. XIII, 1-3.

 

il sait vêtir ses pauvres. Et pour avoir la robe nuptiale, pour ne pas craindre les ténèbres extérieures, ni les chaînes aux pieds et aux mains, ne cessez de faire de bonnes oeuvres. Si on cesse et que les mains soient liés, que pourra-t-on faire encore ? et si les pieds sont liées, comment fuir? Tenez à cette robe nuptiale, revêtez-vous en, et demeurez en paix lorsque le Seigneur viendra examiner les convives, quand arrivera le jour du jugement. Il donne aujourd'hui toute facilité; ah! qu'on finisse donc par donner le vêtement à qui en manque.

 

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante