SERMON CLXXXIX
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON CLXXXIV
SERMON CLXXXV
SERMON CLXXXVI
SERMON CLXXXVII
SERMON CLXXXVIII
SERMON CLXXXIX
SERMON CXC
SERMON CXCI
SERMON CXCII
SERMON CXCIII
SERMON CXCIV
SERMON CXCV
SERMON CXCVI
SERMON CXCVII
SERMON CXCVIII
SERMON CXCIX
SERMON CC
CHAPITRE CCI
SERMON CII
SERMON CCIII
SERMON CCIV
SERMON CCV
SERMON CCVI
SERMON CCVII
SERMON CCVIII
SERMON CCIX
SERMON CCX
SERMON CCXI
SERMON CCXII
SERMON CCXIII
SERMON CCXIV
SERMON CCXV
SERMON CCXVI
SERMON CCXVII
SERMON CCXVIII
SERMON CCXIX
SERMON CCXX
SERMON CCXXI
SERMON CCXXII
SERMON CCXXIII
SERMON CCXXIV
SERMON CCXXV
SERMON CCXXVI
SERMON CCXXVII
SERMON CCXXVIII
SERMON CCXXIX
SERMON CCXXX
SERMON CCXXXI
SERMON CCXXXII
SERMON CCXXXIII
SERMON CCXXXIV
SERMON CCXXXV
SERMON CCXXXVI
SERMON CCXXXVII
SERMON CCXXXVIII
SERMON CCXXXIX
SERMON CCXL
SERMON CCXLI
SERMON CCXLII
SERMON CCXLIII
SERMON CCXLIV
SERMON CCXLV
SERMON CCXLVI
SERMON CCXLVII
SERMON CCXLVIII
SERMON CCXLIX
SERMON CCL
SERMON CCLI
SERMON CCLII
SERMON CCLIII
SERMON CCLIV
SERMON CCLV
SERMON CCLVI
SERMON CCLVII
SERMON CCLVIII
SERMON CCLIX
SERMON CCLX
SERMON CCLXI
SERMON CCLXII
SERMON CCLXIII
SERMON CCLXIV
SERMON CCLXV
SERMON CCLXVI
SERMON CCLXVII
SERMON CCLXVIII
SERMON CCLXIX
SERMON CCLXX
SERMON CCLXXI
SERMON CCLXXII
SERMON CCLXXIII
SERMON CCLXXIV
SERMON CCLXXV
SERMON CCLXXVI
SERMON CCLXXVII
SERMON CCLXXVIII
SERMON CCLXXIX
SERMON CCLXXX
SERMON CCLXXXI
SERMON CCLXXXII
SERMON CCLXXXIII
SERMON CCLXXXIV
SERMON CCLXXXV
SERMON CCLXXXVI
SERMON CCLXXXVII
SERMON CCLXXXVIII
SERMON CCLXXXIX
SERMON CCXC
SERMON CCXCI
SERMON CCXCII
SERMON CCXCIII
SERMON CCXCIV
SERMON CCXCV
SERMON CCXCVI
SERMON CCXCVII
SERMON CCXCVIII
SERMON CCXCIX
SERMON CCC
SERMON CCCI
SERMON CCCII
SERMON CCCIII
SERMON CCCIV
SERMON CCCV
SERMON CCCVI
SERMON CCCVII
SERMON CCCVIII
SERMON CCCIX
SERMON CCCX
SERMON CCCXI
SERMON CCCXII
SERMON CCCXIII
SERMON CCCXIV
SERMON CCCXV
SERMON CCCXVI
SERMON CCCXVII
SERMON CCCXVIII
SERMON CCCXIX
SERMON CCCXX
SERMON CCCXXI
SERMON CCCXXII
SERMON CCCXXIII
SERMON CCCXXIV
SERMON CCCXXV
SERMON CCCXXVI
SERMON CCCXXVII
SERMON CCCXXVIII
SERMON CCCXXIX
SERMON CCCXXX
SERMON CCCXXXI
SERMON CCCXXXII
SERMON CCCXXXIII
SERMON CCCXXXIV
SERMON CCCXXXV
SERMON CCCXXXVI
SERMON CCCXXXVII
SERMON CCCXXXVIII
SERMON CCCXXXIX
SERMON CCCXL

SERMON CLXXXIX. POUR LE JOUR DE NOEL. VI. VÉRITÉ ET JUSTIFICATION.

 

ANALYSE. — Le Verbe naissant de la Vierge est la Vérité s'élevant de la terre. Or, ce qu'il se propose n'est pas seulement de nous éclairer, mais encore de nous justifier. Donc allons à lui et nous y attachons.

 

1. Le Jour, auteur de chaque jour, a pour nous, mes frères, sanctifié le jour présent. C'est de ce Jour suprême qu'il est dit dans un psaume : « Chantez au Seigneur un cantique nouveau; que toute la terre célèbre le Seigneur. Célébrez le Seigneur et bénissez son nom; bénissez son Sauveur, le Jour issu du Jour (1) ». Quel est ce Jour issu du Jour, sinon le Fils issu du Père, lumière de lumière? Le Jour donc a engendré le Jour qui jaillit aujourd'hui du sein de la Vierge; et ce Jour par conséquent n'a ni lever ni coucher. J'appelle ici Jour Dieu le Père. Ce Jour en effet n'est-il pas lumière, non pas cette lumière que voient les yeux du corps et qui éclaire les animaux aussi bien que nous; mais la lumière qui brille aux yeux des anges et qui demande, pour arriver jusqu'à nous, que nous purifiions nos coeurs. Ne vivons-nous pas dans une nuit qui passe et durant laquelle sont allumés pour nous les flambeaux de l'Écriture? A cette nuit succédera le matin dont il est parlé dans ces mots d'un psaume : « Je me lèverai le matin devant vous et je vous contemplerai (2) ».

2. Ce Jour donc qui n'est autre que le Verbe de Dieu, ce Jour qui éclaire les anges et qui rayonne dans cette patrie dont nous sommes exilés, s'est revêtu de chair et il est né de la Vierge Marie. Naissance merveilleuse ! qu'y

 

1. Ps. XCV, I, 2. — 2. Ps. V, 5.

 

a-t-il de plus merveilleux que l'enfantement d'une Vierge, qu'une Vierge qui conçoit étant Vierge et qui enfante étant Vierge encore? Son Fils est ainsi formé de celle qu'il a formée; il  lui a donné la fécondité, sans altérer en rien son intégrité.

D'où vient Marie ? D'Adam. Et Adam? De la terre. Mais Marie venant d'Adam et Adam de la terre, ne s'ensuit-il pas que Marie est terre comme lui ? Or, Marie étant terre, comme ne comprendre pas ce que nous chantons : « La Vérité s'est élevée de terre?» Qu'y gagnons-nous? « La Vérité s'est élevée de terre, et la justice a regardé du haut du ciel (1) », Pourquoi? C'est que, comme s'exprime l'Apôtre, « ignorant la justice de Dieu et cherchant à établir la leur, les Juifs ne se sont pas soumis à la divine justice ». Comment un homme peut-il devenir juste ? Est-ce par lui-même ? Quel pauvre, Hélas ! peut se donner du pain? Quel homme nu peut se couvrir si on ne lui donne des vêtements? D'où vient aussi la justice? Peut-elle exister sans la foi, puisque « c'est de la foi que vit le juste (2) ?» Se dire juste quand on n'a pas la foi, c'est mentir. Or, si on ment lorsqu'on n'a pas la foi, il faut pour ne mentir pas, se tourner du côté de la Vérité. Mais la Vérité était bien éloignée ; elle s'est levée de terre. Tu dormais,

 

1. Ps. LXXXIV, 12. —  2. Rom. I, 17.

 

164

 

elle est venue près de toi; tu étais plongé dans un profond sommeil, elle t'a éveillé, et pour te détourner de ta perte, elle t'ouvre un chemin dans elle-même. Ainsi donc la Vérité s'élevant de terre, c'est le Christ naissant de la Vierge; et si la justice regarde du haut du ciel, c'est pour ramener à la sagesse les hommes que l'injustice en a éloignés.

3. Nous étions mortels, accablés du poids de nos péchés, chargés des châtiments mérités par nous. La vie de chacun ne commence-t-elle point par la souffrance? Pourquoi chercher des tireurs d'horoscopes ? Questionne l'enfant qui vient au monde, comprends ses pleurs. Eh bien ! la terre entière portait ainsi la colère de Dieu; mais tout à coup quel éclair de bonté ! « La Vérité s'est élevée de terre » . Celui qui a tout créé, vient d'être créé aussi. Il a fait le jour, il est mis au jour. Le Christ Notre-Seigneur est de toute éternité sans commencement dans le sein de son Père; il a maintenant son jour de naissance. Au commencement était le Verbe ; si ce Verbe n'avait passé par une génération humaine , jamais nous ne parviendrions à être divinement régénérés; il est donc né pour nous faire renaître. Le Christ est né, comment hésiter de renaître? Il a été engendré, mais sans aucun besoin d'être régénéré. Eh ! qui a besoin d'être régénéré, sinon celui qui est condamné dans sa génération même ? Que sa miséricorde donc agisse dans nos coeurs. Sa mère l'a porté dans son sein; portons-le dans nos âmes. On a vu une Vierge enceinte du Christ incarné; remplissons nos coeurs de la foi du Christ. Une

Vierge a enfanté le Sauveur; que notre âme à son tour enfante le salut, enfantons aussi la louange; ne soyons point stériles et que pour Dieu nos âmes soient fécondes.

4. Le Christ est sans Mère quand il est engendré de son Père, et sans Père, quand il est enfanté par sa Mère : générations merveilleuses ! la première est éternelle, la seconde temporelle. L'Eternel est né de l'Eternel. Pourquoi s'en étonner ? Il est Dieu. Qu'on pense à la Divinité, et toute surprise cessera. Qu'on mette de côté l'étonnement pour faire monter des cris de louanges; aie la foi, crois ce qui s'est accompli. Dieu ne s'est-il pas assez humilié pour toi? Il était Dieu, et il est né. Quelle étroite étable ! il y est enveloppé de langes et déposé dans une crèche; qui ne serait surpris ? Il remplit le monde et pour lui il n'y a point place dans une hôtellerie. Quoi ! notre pain céleste placé dans une crèche ! Ah ! que de cette crèche s'approchent les deux peuples, comme deux animaux mystérieux. « Le boeuf a connu son maître, et l'âne, la crèche de son Seigneur (1) ». Ne rougis point d'être pour ton Dieu l'un de ces animaux : tu porteras le Christ et tu ne- t'égareras pas; tues dans le vrai chemin, puisque le Christ te monte.

Oui, que le Seigneur nous monte aussi et qu'il nous mène où il lui plaît; soyons pour. lui comme des animaux de charge et allons à Jérusalem. Ce fardeau n'écrase pas, il soulève; guidés par lui nous ne nous égarerons pas; par lui allons à lui, afin de partager l'éternelle joie de l'Enfant qui naît aujourd'hui.

 

1. Isaïe, I, 3.

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante