SERMON CCXXX
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON CLXXXIV
SERMON CLXXXV
SERMON CLXXXVI
SERMON CLXXXVII
SERMON CLXXXVIII
SERMON CLXXXIX
SERMON CXC
SERMON CXCI
SERMON CXCII
SERMON CXCIII
SERMON CXCIV
SERMON CXCV
SERMON CXCVI
SERMON CXCVII
SERMON CXCVIII
SERMON CXCIX
SERMON CC
CHAPITRE CCI
SERMON CII
SERMON CCIII
SERMON CCIV
SERMON CCV
SERMON CCVI
SERMON CCVII
SERMON CCVIII
SERMON CCIX
SERMON CCX
SERMON CCXI
SERMON CCXII
SERMON CCXIII
SERMON CCXIV
SERMON CCXV
SERMON CCXVI
SERMON CCXVII
SERMON CCXVIII
SERMON CCXIX
SERMON CCXX
SERMON CCXXI
SERMON CCXXII
SERMON CCXXIII
SERMON CCXXIV
SERMON CCXXV
SERMON CCXXVI
SERMON CCXXVII
SERMON CCXXVIII
SERMON CCXXIX
SERMON CCXXX
SERMON CCXXXI
SERMON CCXXXII
SERMON CCXXXIII
SERMON CCXXXIV
SERMON CCXXXV
SERMON CCXXXVI
SERMON CCXXXVII
SERMON CCXXXVIII
SERMON CCXXXIX
SERMON CCXL
SERMON CCXLI
SERMON CCXLII
SERMON CCXLIII
SERMON CCXLIV
SERMON CCXLV
SERMON CCXLVI
SERMON CCXLVII
SERMON CCXLVIII
SERMON CCXLIX
SERMON CCL
SERMON CCLI
SERMON CCLII
SERMON CCLIII
SERMON CCLIV
SERMON CCLV
SERMON CCLVI
SERMON CCLVII
SERMON CCLVIII
SERMON CCLIX
SERMON CCLX
SERMON CCLXI
SERMON CCLXII
SERMON CCLXIII
SERMON CCLXIV
SERMON CCLXV
SERMON CCLXVI
SERMON CCLXVII
SERMON CCLXVIII
SERMON CCLXIX
SERMON CCLXX
SERMON CCLXXI
SERMON CCLXXII
SERMON CCLXXIII
SERMON CCLXXIV
SERMON CCLXXV
SERMON CCLXXVI
SERMON CCLXXVII
SERMON CCLXXVIII
SERMON CCLXXIX
SERMON CCLXXX
SERMON CCLXXXI
SERMON CCLXXXII
SERMON CCLXXXIII
SERMON CCLXXXIV
SERMON CCLXXXV
SERMON CCLXXXVI
SERMON CCLXXXVII
SERMON CCLXXXVIII
SERMON CCLXXXIX
SERMON CCXC
SERMON CCXCI
SERMON CCXCII
SERMON CCXCIII
SERMON CCXCIV
SERMON CCXCV
SERMON CCXCVI
SERMON CCXCVII
SERMON CCXCVIII
SERMON CCXCIX
SERMON CCC
SERMON CCCI
SERMON CCCII
SERMON CCCIII
SERMON CCCIV
SERMON CCCV
SERMON CCCVI
SERMON CCCVII
SERMON CCCVIII
SERMON CCCIX
SERMON CCCX
SERMON CCCXI
SERMON CCCXII
SERMON CCCXIII
SERMON CCCXIV
SERMON CCCXV
SERMON CCCXVI
SERMON CCCXVII
SERMON CCCXVIII
SERMON CCCXIX
SERMON CCCXX
SERMON CCCXXI
SERMON CCCXXII
SERMON CCCXXIII
SERMON CCCXXIV
SERMON CCCXXV
SERMON CCCXXVI
SERMON CCCXXVII
SERMON CCCXXVIII
SERMON CCCXXIX
SERMON CCCXXX
SERMON CCCXXXI
SERMON CCCXXXII
SERMON CCCXXXIII
SERMON CCCXXXIV
SERMON CCCXXXV
SERMON CCCXXXVI
SERMON CCCXXXVII
SERMON CCCXXXVIII
SERMON CCCXXXIX
SERMON CCCXL

SERMON CCXXX. POUR LA SEMAINE DE PÂQUES. I. LE JOUR NOUVEAU (1).

 

 

ANALYSE. — Le jour nouveau qu'a fait le Seigneur n'est autre chose que la sainteté des fidèles qui correspondent à la grâce.

 

Accomplissons avec l'aide de notre Dieu, ce que nous avons chanté à sa gloire. Tous les jours, sans doute, ont été faits par le Seigneur; ce n'est pourtant pas sans motif qu'il est écrit de l'un d'eux en particulier : « Voici le jour qu'a fait le Seigneur».

Nous lisons qu'au moment où il. créait le ciel et la terre Dieu dit : « Que la lumière soit faite, la lumière fut faite alors; puis Dieu donna à la lumière le nom de jour et aux ténèbres le nom de nuit (2) ». Il est néanmoins un autre jour que celui-là, jour certain et qui doit nous être plus cher que tous les autres, c'est celui dont il est question dans ces mots de l'Apôtre : « Marchons avec décence, comme en plein jour » — Quant au jour vulgaire, il s'écoule chaque jour entre le lever et le coucher du soleil. Mais cet autre jour est celui qui fait briller la parole de Dieu dans le coeur des fidèles, et qui dissipe non pas les ténèbres matérielles, mais les ténèbres morales. C'est ce jour qu'il faut contempler, c'est en ce jour qu'il convient de -nous livrer à la joie. Ecoutons l'Apôtre : « Nous sommes, dit-il, des

 

1. Ps. CXVII, 24. — 2. Gen, I, 3, 5.

 

enfants de lumière et des enfants du jour; non, nous ne le sommes point de la nuit et des ténèbres (1). Marchons avec décence, comme en plein jour, non dans les excès de table et l'ivrognerie, non dans les dissolutions et les impudicités, non dans l'esprit de contention et d'envie; mais revêtez-vous de Jésus-Christ Notre-Seigneur, et ne chercher pas à contenter la chair dans ses convoitises (2) ».

Si vous agissez de la sorte, vous chantez de tout votre coeur: « Voici le jour qu'a fait le  Seigneur » , car en vous conduisant bien vous chantez alors ce que vous êtes. Combien, hélas ! s'enivrent durant ces jours-ci  Combien encore, non contents de s'enivrer, se livrent à des rixes non moins honteuses que cruelles ! Ceux-là ne chantent pas: « Voici le jour qu'a fait le.Seigneur ». Le Seigneur, d'un autre côté, leur répondrait : Vous n'êtes que ténèbres, ce n'est pas moi qui vous ai faits. Voulez-vous être le jour qu'a fait le Seigneur? Conduisez-vous bien; vous jouirez alors de la lumière de la vérité, qui ne s'éteindra jamais dans vos coeurs.

 

1. I Thess. V, 5. — 2. Rom. XIII, 13, 14.

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante