SERMON CCLXV
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON CLXXXIV
SERMON CLXXXV
SERMON CLXXXVI
SERMON CLXXXVII
SERMON CLXXXVIII
SERMON CLXXXIX
SERMON CXC
SERMON CXCI
SERMON CXCII
SERMON CXCIII
SERMON CXCIV
SERMON CXCV
SERMON CXCVI
SERMON CXCVII
SERMON CXCVIII
SERMON CXCIX
SERMON CC
CHAPITRE CCI
SERMON CII
SERMON CCIII
SERMON CCIV
SERMON CCV
SERMON CCVI
SERMON CCVII
SERMON CCVIII
SERMON CCIX
SERMON CCX
SERMON CCXI
SERMON CCXII
SERMON CCXIII
SERMON CCXIV
SERMON CCXV
SERMON CCXVI
SERMON CCXVII
SERMON CCXVIII
SERMON CCXIX
SERMON CCXX
SERMON CCXXI
SERMON CCXXII
SERMON CCXXIII
SERMON CCXXIV
SERMON CCXXV
SERMON CCXXVI
SERMON CCXXVII
SERMON CCXXVIII
SERMON CCXXIX
SERMON CCXXX
SERMON CCXXXI
SERMON CCXXXII
SERMON CCXXXIII
SERMON CCXXXIV
SERMON CCXXXV
SERMON CCXXXVI
SERMON CCXXXVII
SERMON CCXXXVIII
SERMON CCXXXIX
SERMON CCXL
SERMON CCXLI
SERMON CCXLII
SERMON CCXLIII
SERMON CCXLIV
SERMON CCXLV
SERMON CCXLVI
SERMON CCXLVII
SERMON CCXLVIII
SERMON CCXLIX
SERMON CCL
SERMON CCLI
SERMON CCLII
SERMON CCLIII
SERMON CCLIV
SERMON CCLV
SERMON CCLVI
SERMON CCLVII
SERMON CCLVIII
SERMON CCLIX
SERMON CCLX
SERMON CCLXI
SERMON CCLXII
SERMON CCLXIII
SERMON CCLXIV
SERMON CCLXV
SERMON CCLXVI
SERMON CCLXVII
SERMON CCLXVIII
SERMON CCLXIX
SERMON CCLXX
SERMON CCLXXI
SERMON CCLXXII
SERMON CCLXXIII
SERMON CCLXXIV
SERMON CCLXXV
SERMON CCLXXVI
SERMON CCLXXVII
SERMON CCLXXVIII
SERMON CCLXXIX
SERMON CCLXXX
SERMON CCLXXXI
SERMON CCLXXXII
SERMON CCLXXXIII
SERMON CCLXXXIV
SERMON CCLXXXV
SERMON CCLXXXVI
SERMON CCLXXXVII
SERMON CCLXXXVIII
SERMON CCLXXXIX
SERMON CCXC
SERMON CCXCI
SERMON CCXCII
SERMON CCXCIII
SERMON CCXCIV
SERMON CCXCV
SERMON CCXCVI
SERMON CCXCVII
SERMON CCXCVIII
SERMON CCXCIX
SERMON CCC
SERMON CCCI
SERMON CCCII
SERMON CCCIII
SERMON CCCIV
SERMON CCCV
SERMON CCCVI
SERMON CCCVII
SERMON CCCVIII
SERMON CCCIX
SERMON CCCX
SERMON CCCXI
SERMON CCCXII
SERMON CCCXIII
SERMON CCCXIV
SERMON CCCXV
SERMON CCCXVI
SERMON CCCXVII
SERMON CCCXVIII
SERMON CCCXIX
SERMON CCCXX
SERMON CCCXXI
SERMON CCCXXII
SERMON CCCXXIII
SERMON CCCXXIV
SERMON CCCXXV
SERMON CCCXXVI
SERMON CCCXXVII
SERMON CCCXXVIII
SERMON CCCXXIX
SERMON CCCXXX
SERMON CCCXXXI
SERMON CCCXXXII
SERMON CCCXXXIII
SERMON CCCXXXIV
SERMON CCCXXXV
SERMON CCCXXXVI
SERMON CCCXXXVII
SERMON CCCXXXVIII
SERMON CCCXXXIX
SERMON CCCXL

SERMON CCLXV. POUR LE JOUR DE L'ASCENSION. V.

 

ANALYSE. — Lorsque le Seigneur ressuscité fut sur le point de, monter au ciel, ses Apôtres lui demandèrent à quelle époque il reviendrait dans sa gloire. Le Sauveur leur répondit que c'était le secret de son Père. Il ne voulut pas le leur apprendre, parce qu'il valait mieux pour eux l'ignorer ; mais il leur enseigna une vérité bien nécessaire à connaître, savoir, qu'ils établissaient l'Eglise et que l'Eglise serait, par eux répandue dans tout l'univers. Par respect pour ce testament du Christ, ne devrait-on pas reconnaître cette Eglise universelle ?  — De plus il a donné deux fois le Saint-Esprit à ses Apôtres, la première fois après la résurrection et la seconde fois après son ascension. Sans préjudice pour une interprétation meilleure et qui me satisferait moi-même davantage, je crois que c'était pour rappeler le double précepte de la charité, dont l'Esprit-Saint est la source. Mais on n'a point la charité quand on rompt l'unité. Qui ne serait frappé de toutes ces  recommandations que fait le Sauveur en leur de l’Eglise avant de quitter la terre ?

 

1. Nous allons, en ce jour solennel, réveiller des souvenirs et instruire la négligence. Aujourd'hui en effet nous célébrons avec pompe l'ascension du Seigneur au ciel. Car après avoir déposé et repris son corps, après être ressuscité d'entre les morts, Notre-Seigneur et Sauveur se montra plein de vie à ses disciples, qui avaient, à sa mort, désespéré de lui. Il se montra à eux, pour qu'ils le vissent de leurs yeux, le touchassent de leurs mains, et pour édifier leur foi en leur faisant voir la réalité. Mais ce n'eût pas été assez pour la (354) fragilité humaine et pour les hésitations des faibles, de ne montrer qu'un seul jour ce vivant prodige et de le faire, disparaître ensuite. Aussi, comme nous l'avons vu pendant la lecture des Actes des Apôtres, vécut-il encore sur la terre avec ses disciples pendant quarante jours, allant et venant, mangeant et buvant, non par besoin; triais pour les convaincre davantage de la réalité. Ce fut, le quarantième jour, celui dont nous faisons aujourd'hui mémoire, que sous leurs yeux, et pendant.qu'ils l'accompagnaient du regard, il monta au ciel.

2. Eux le voyaient monter avec admiration et en même temps avec joie, car la glorification du Chef est l'espoir des membres; et quand ils l'eurent perdu de vue, ils entendirent des anges leur dire : « Hommes de Galilée, pourquoi vous tenez-vous là, regardant au ciel ? Ce Jésus viendra de la même manière que vous l'avez vu aller au ciel (1) ». Que signifie : « Il viendra de la même manière ? » Qu'il viendra avec la même nature, afin que s'accomplisse cette prophétie de l'Ecriture : « Ils porteront leurs regards sur Celui qu'ils ont transpercé (2). Il viendra de la même manière ». Homme, il viendra vers les hommes; mais il viendra aussi comme Homme-Dieu. Il viendra tout à la fois comme homme et comme Dieu véritable, afin de rendre les hommes des dieux. C'est le Juge du ciel qui vient d'y monter, il a été annoncé par la voix de ses hérauts célestes. Donc, rendons bonne notre cause, et ne redoutons pas ses futurs arrêts. Il est monté réellement; ce sont les témoins oculaires qui nous l'ont appris. Parmi ceux qui n'ont pas été témoins de cet événement, il en est qui y ont ajouté foi; d'autres n'y ont pas cru et l'ont même tourné en dérision. « Car tous n'ont pas la foi (3) » ; et comme « tous n'ont pas la foi, le Seigneur connaît ceux qui sont à lui (4) ». Mais pourquoi contester que Dieu soit monté au ciel? Etonnons-nous plutôt qu'il soit descendu aux enfers. Etonnons-nous de la mort du Sauveur, et célébrons sa résurrection au lieu de nous en étonner. Nos péchés ont fait notre perte; le sang du Christ a été versé pour notre rançon; sa résurrection est notre espoir et son avènement sera pour nous la réalité. Ainsi donc attendons-le jusqu'à ce qu'il vienne de

 

1. Act. I, 2-11, 21. — 3. Zach. XII, 10 ; Jean, XIX, 37. — 3. II Thess. III, 2. — 4. II Tim. II, 19.

 

la droite de son Père où il est assis. Que notre âme altérée lui, dise : Ah! quand viendra. t-il? « Mon âme a soif du Dieu vivant (1) ». Quand viendra-t-il? Il viendra; mais quand? Tu soupires après sa venue; puisse-t-il te trouver préparé !

3. Gardons-nous toutefois , de croire que nous soyons seuls à désirer l'avènement de notre Dieu et à dire : Quand viendra-t-il? Ses disciples éprouvaient aussi le même désir. Si, maintenant que vous soupirez, que vous attendez, que vous êtes en suspens, que vous aspirez à l'époque où viendra le Seigneur notre Dieu, je pouvais vous le dire, quelle , idée n'auriez-vous pas de moi? Mais vous ne comptez pas, sur moi pour vous l'apprendre, ce serait vous tromper étonnamment. Ah ! si vous aviez là devant les yeux et sous la main Notre-Seigneur Jésus-Christ en personne, vivant et parlant dans,son corps, je n'en doute pas, vous lui exposeriez votre désir et vous lui, ; diriez : Quand viendrez-vous, Seigneur? Ainsi ses disciples l'interrogèrent-ils quand il était encore présent au milieu d'eux. Vous ne pouvez l'interroger comme ils l'ont interrogé; apprenez ce qui leur fut répondu. Ils étaient là et nous n'y étions pas; mais si nous nous en rapportons à eux, c'est pour nous comme pour eux qu'ils ont fait la demande et entendu la réponse. Sur le point d'accompagner du regard le Christ montant au ciel, ils lui dirent donc : « Seigneur, est-ce à cette époque que « vous vous rendrez présent:? » A qui parlaient-ils? Qui était sous leurs yeux? « Est-ce à cette époque que vous, vous rendrez présent? » Que signifie ce langage ? Jésus n'était-il pas présent quand ils le voyaient, quand ils l'entendaient, quand ils le touchaient même ? Que veut donc dire : « Est-ce à cette époque que vous vous rendrez présent? » C'est que les Apôtres savaient qu'au jugement dernier Jésus-Christ sera présent et visible pour les étrangers aussi bien que pour ses amis, au lieu qu'après sa résurrection il ne s'est montré qu'à ses disciples. Ils savaient donc, ils étaient persuadés par la foi qu'un temps viendrait où leur Maître jugerait, lui qu'on a osé juger; où il élirait et réprouverait, lui qu'on a mis au nombre des réprouvés; où il paraîtrait avec éclat devant les deux fractions de l'humanité, pour placer les uns à

 

Ps. XLI, 3.

 

355

 

droite et les autres à gauche, pour prononcer des sentences que tous entendront, pour offrir des récompenses qui ne seront pas pour tous et menacer de châtiments que tous n'auront pas à craindre. Ils savaient que tout cela arrivera; mais ils demandaient à quel moment. « Est-ce à cette époque que vous vous rendrez présent? » Présent, non pas à nous, puisque nous vous voyons, mais à ceux mêmes qui n'ont pas cru en vous. « Est-ce à cette époque que vous vous rendrez présent, dites-le nous, et à quel moment rétablirez-vous le royaume d'Israël ? » Ils demandaient donc «.Est-ce à cette époque que vous vous rendrez présent, et à quel moment viendra le règne d'Israël? » Quel est ce règne? Celui dont nous disons : « Que votre règne arrive (1) ». Quel est ce règne ? Celui dont il sera parlé en ces termes aux élus placés à droite : «Venez, a bénis de mon Père, recevez le royaume qui vous a été préparé dès l'origine du monde » ; au moment où il sera dit à la gauche: « Allez au feu éternel, préparé pour le diable et ses anges (2) ». Arrêt terrible ! arrêt épouvantable ! mais « la mémoire du juste sera éternelle, il n'aura rien à redouter de l'horrible sentence (3) ». Aux uns donc le bonheur, le malheur aux autres ; mais dans l'un et l autre arrêt le Seigneur dit également la vérité, parce qu'il parle également selon la justice.

4. Écoutons enfin la réponse faite aux disciples, si toutefois il a été répondu à leur question; et s'il n'y a pas été répondu, retenons ce qui leur a été dit, sans craindre ce qui doit arriver. « Seigneur, est-ce à cette époque que vous vous rendrez présent? » Quand arrivera le règne de vos amis, le règne des humbles, et jusques à quand durera l'arrogance des superbes? Voilà bien ce que vous demandiez vous-mêmes , ce que vous désiriez savoir. Examinons la réponse ; ne dédaignons pas, faibles agneaux, ce qui a été dit aux béliers du troupeau. Écoutons ce qu'a déclaré le Seigneur en personne. A qui ? A Pierre, à Jean, à André, à Jacques et aux autres Apôtres, tous si grands et si dignes, parce que la grâce les a rendus tels après les avoir trouvés indignes. Donc, à cette question : « Est-ce à cette époque «que vous vous rendrez présent , et quand a arrivera, le règne d'Israël », qu'a répondu le Seigneur? « Ce n'est pas à vous de connaître

 

1. Matt. VI, 10. — 2. Matt. XXV, 34, 41. —  3. Ps. CXI, 7.

 

les temps que le Père a réservés en sa puissance ». Quoi ! C'est à Pierre qu'il est dit « Ce n'est pas à vous », et toi, tu répètes: C'est à moi? « Ce n'est pas à vous de connaître les temps que le Père a réservés en sa puissance ». Vous croyez, et vous avez raison de croire qu'un jour arrivera ce règne. Quand arrivera-t-il? Que t'importe? Tiens-toi prêt pour le moment. « Ce n'est pas à vous de connaître les temps que le Père a réservés en sa puissance ». Ici, point de curiosité, il ne faut que de la piété. Que t'importe le moment? Vis comme si ce devait être aujourd'hui, et l'heure venue tu n'auras rien à craindre.

5. Admirez quel ordre et quelle sagesse dans ce Maître bon, incomparable, unique. Il ne dit pas ce qu'on lui demande, il dit ce qu'on ne lui demande pas. Il savait qu'ils ne gagneraient rien à connaître ce qu'ils désiraient, et il leur apprend, sans que même ils le demandent, ce qu'il était bon qu'ils sussent. « Ce n'est pas à vous de connaître les temps ». Que t'importe? La grande affaire est de se soustraire aux temps et tu les recherches? « Ce n'est pas à vous de connaître les temps que le Père a réservés en sa puissance ». Puis le Sauveur suppose qu'ils lui demandent: Qu'est-ce donc qui nous regarde? Écoutons, écoutons ici ce qui nous regarde nous-mêmes principalement. Ils ont interrogé le Seigneur sur ce qui ne doit pas se divulguer, et il leur apprend ce qu'ils doivent savoir. « Il ne vous appartient pas de savoir les temps que le Père a réservés en sa puissance ». Que vous appartient-il donc de savoir?

6. « Mais vous recevrez la vertu de l'Esprit-Saint survenant en vous, et vous me servirez de témoins ». Où? « A Jérusalem ». C'est ce que nous avions besoin de connaître; car il est ici question de l'Église; c'est elle que recommande le Fils de Dieu en prêchant l'unité et en condamnant la division. Il dit donc aux Apôtres; « Vous me servirez de témoins ». C'est à des coeurs fidèles, c'est aux instruments de Dieu, aux instruments de sa miséricorde qu'il dit : « Vous me servirez de témoins ». Où? « à Jérusalem », où j'ai été mis à mort; « dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre ». Entendez, retenez bien cela. Soyez l'épouse et attendez l'Époux sans inquiétude. L'Église est cette épouse. Où doit-elle s'étendre, à la voix de ces témoins? Où doit-elle s'étendre? Plusieurs  (356) diront : La voici. Je les écouterais, si d'autres ne disaient également : La voici. Toi, que dis-tu ? Elle est ici. J'y cours, mais un autre m'arrête et me dit également : Elle est ici. Tu dis, d'une part: Elle est ici. Elle est ici, me dit-on d'autre part. Interrogeons le Seigneur, adressons-nous à lui. Que les parties se taisent; saisissons la réponse tout entière. L'un me crie d'un côté : Elle est ici. Non, répond-on d'un autre côté, c'est ici qu'elle est. A vous, Seigneur, de          parler ; faites connaître cette Eglise que vous avez rachetée, montrez-nous votre bien-aimée. Nous sommes invités à vos noces, montrez-nous votre fiancée, afin que nos contestations ne viennent pas troubler votre bonheur. Le Seigneur s'explique, il s'explique clairement; s'il aime qu'on l'interroge , il n'aime pas qu'on dispute. C'est à ses disciples qu'il parle et qu'il parle sans être interrogé, tant il est opposé aux querelles. Si d'ailleurs les Apôtres ne le questionnaient pas encore sur ce point, c'est peut-être parce que les voleurs n'avaient point porté encore la division dans son troupeau. Pour nous qui avons à la pleurer tant de ruptures, cherchons avec ardeur le lien de l'unité.

Donc, pendant que les Apôtres demandent quand aura lieu le jugement, le Seigneur leur apprend où est l'Eglise. Il ne répondait point à leur demande; mais il prévoyait nos douleurs. « Vous me servirez de témoins, dit-il, à Jérusalem ». Ce n'est pas assez. Vous n'avez pas donné une rançon si précieuse pour cette seule cité : « A Jérusalem ». Continuez. « Et jusqu'aux extrémités de la terre ». Te voici arrivé aux limites du monde, pourquoi n'y pas finir tes disputes? Qu'on ne me dise donc plus : C'est ici qu'elle est; non, mais c'est ici. Tais-toi, présomption humaine ; écoute la divine parole et attache-toi aux promesses réelles. « C'est à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre ». A ces mots, « une nuée le déroba (1) », il ne fallait plus rien ajouter, pour n'occuper pas l'esprit d'autre chose.

7. Mes frères, on écoute ordinairement avec le plus vif intérêt les dernières paroles d'un père qui descend au tombeau; et on dédaigne les recommandations dernières du Seigneur montant au ciel ? Figurons-nous que notre Sauveur ait écrit son testament et qu'il y ait

 

1. Act. I, 8-9.

 

gravé ses dernières volontés. Il prévoyait que des fils ingrats contesteraient et qu'ils essaieraient de se partager l'héritage d'autrui. Et pourquoi ne trancheraient-ils pas dans ce qu'ils n'ont pas acheté ? Pourquoi ne briseraient-ils pas ce qui ne leur coûte rien? Pour lui, jamais il n'a consenti à ce qu'on divisât cette tunique sans couture, d'un seul tissu, depuis le haut jusqu'en bas (1). Elle est le symbole de l'unité , le symbole de la charité, et voilà pourquoi elle est tissue de haut en bas. La cupidité est un fruit de la terre, la charité vient du ciel. Eh bien ! mes frères, le Seigneur a écrit son testament; il a gravé ses dernières volontés. N'en serez-vous pas touchés, je vous en prie ? N'en serez-vous pas touchés comme nous lé sommes nous-mêmes? N'est-il donc pas possible que vous en soyez touchés?

8. Le Christ a été glorifié deux fois dans son humanité: la première, quand il est ressuscité d'entre les morts, le troisième jour; la seconde, quand il est monté au ciel sous les yeux de ses disciples. Ce sont là les deux circonstances principales où il a été glorifié. Il le doit être encore une fois à la vue de tous les hommes; c'est lorsqu'il apparaîtra sur son tribunal, L'Evangéliste, saint Jean avait dit de l'Esprit-Saint : « Or l'Esprit n'avait pas encore été donné, parce que Jésus n'était pas encore glorifié (2). — L'Esprit-Saint n'avait pas encore été ci donné». Pourquoi n'avait-il pas été donné encore? « Parce que Jésus n'était pas encore « glorifié ». — On attendait donc, pour donner l'Esprit-Saint, que Jésus fût glorifié. Aussi, glorifié deux fois, à sa résurrection et à son ascension, il a deux fois donné le Saint-Esprit. Il n'a donné qu'un même Esprit, il l'a donné seul et l'a donné à l'unité ; mais il l'a donné deux fois : la première, lorsqu'après sa résurrection il dit à ses disciples : « Recevez le Saint-Esprit- » , et qu'il souffla sur leur visage (3); voilà la première fois. Plus tard il leur promet encore. de leur envoyer l'Esprit-Saint, et il leur dit : « Vous recevrez la vertu de l'Esprit-Saint survenant en vous (4) » ; et ailleurs : « Restez dans la ville, car je vais accomplir la promesse de mon Père, celle que vous avez ouïe de ma propre bouche (5)». Et dix jours après son ascension,-il leur envoya le Saint-Esprit. Ce sera pour nous la fête solennelle de la Pentecôte:

 

1. Jean, XIX, 23, 24. — 2. Jean, VII, 39. — 3. Jean, XX, 22. — 4. Act. I, 8. — 5. Luc, XXIV, 49.

 

357

 

9. Attention, mes frères. On va sans doute me demander: Pourquoi a-t-il donné deux fois le Saint-Esprit ? — On a fait n cela. beaucoup de réponses, réponses humaines comme, l'étaient les. recherches. On a fait des réponses qui n'avaient rien de contraire à la foi,: bien différentes l’une de. l'autre, elles ne se sont point cependant écartées de la règle de la vérité. Assurerai-je que je connais pourquoi le Sauveur a donné deux fois l'Esprit-Saint ? Ce serait mentir. Je l'ignore sûrement. Il y a témérité à affirmer ce qu'on ne sait pas ; ingratitude à nier ce qu'on sait. J'en fais donc l'aveu, je suis encore à chercher pour quel motif le Seigneur a deux fois donné l'Esprit-Saint, et je désire arriver à plus de certitude que je n'en ai. Daigne cependant le Seigneur exaucer vos prières et m'aider à vous dire ce qu'il,veut bien m'accorder de penser: de ne sais donc pour quel motif. Mais j'ai une idée qui n'est pas la science, dont je suis bien loin d'être sûr. comme je le suis de, l'envoi de l'Esprit-Saint aux Apôtres; cette idée, je ne la tairai pas. Si elle est juste, que le Seigneur l'affermisse; s'il en est une autre qui paraisse plus, vraie, que le Seigneur nous la fasse connaître.

Je pense donc, main c'est seulement, une opinion, que si le Saint-Esprit a été donné deux fois, c'était par allusion aux deux préceptes de la charité. La charité est une, mais elle s'épanouit en deux préceptes: « Tu aimeras le Seigneur ton bleu de tout ton coeur et de toute ton âme » ; de plus: « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. A ces deux commandements se rattachent toute la Loi et les Prophètes (1) ». La charité est une en deux préceptes ; l'Esprit-Saint est un aussi, et donné à deux reprises. La seconde fois n'a pas donné un Esprit autre que la première, comme la charité qui nous attache au prochain n'est pas différente de celle qui nous attache à Dieu; non, elle n'est pas différente, et celle que nous avons pour le prochain, est la même que nous avons pour Dieu. Dieu toutefois est bien au-dessus du prochain, et de ce que notre charité pour eux soit la même, il ne s'ensuit pas qu'ils se confondent. Il faut donc avant tout recommander le grand amour de Dieu pet après seulement l'amour du prochain; mais on, commence parce dernier pour aller au premier. « Si tu n'aimes pas ton frère que tu vois,

 

1. Matt. XXII, 37-40.

 

comment pourras-tu aimer Dieu que tu ne vois pas (1) ? » N'est-ce donc point pour nous former à l'amour du prochain qu'étant encore visible sur la terre et tout rapproché de ses disciples, le Sauveur leur donna le Saint-Esprit en leur soufflant sur la face; comme c'était surtout pour nous embraser de la charité dont on brûle dans le ciel, qu'il l'a envoyé du haut du ciel? Reçois, l'Esprit-Saint sur la terre; et tu aimes ton frère; reçois-le du haut du ciel, et tu aimes Dieu. Ce que tu as reçu sur la .terre vient pourtant du ciel aussi.; le Christ l'a donné parmi nous, mais cela vient du ciel, puisque nous le tenons de Ce-lui qui en est descendu. Il a rencontré ici à qui donner; mais il apportait d'ailleurs ce qu'il a donné.

10. Qu'ai-Je- encore à dire, mes frères ? Ai-je besoin de rappeler comment la charité relève du Saint-Esprit? Ecoutez Paul : «Ce n'est pas assez,. dit-il, nous nous glorifions encore des tribulations, sachant que la tribulation produit la patience, la patience la pureté, et la pureté l'espérance; or l'espérance ne confond point, parce que la charité de Dieu est répandue dans nos coeurs ». D'où vient cette charité, de Dieu répandue dans nos,coeurs? D'où vient-elle? Qui te l'a donnée ? Présumerais-tu qu'elle vient de ton fonds ? Eh ! « qu'as-tu que tu n'aies pas reçu (2) ? » D'où te vient donc la charité, sinon « du Saint-Esprit qui nous a été donné (3)? »

11. On ne,conserve cette charité que dans l'unité de l'Eglise. Les schismatiques ne l'ont point, comme l'enseigne l'Apôtre Jude : « Ce sont des gens qui se séparent eux-mêmes, dit-il, hommes de vie animale, n'ayant pas l'Esprit (4). — Qui, se séparent eux-mêmes ». Pourquoi se séparent-ils ? Parce qu' « ils mènent une vie animale et n'ont pas l'Esprit». Leurs dissolutions proviennent de ce qu'il n'y a pas en eux le lien de la charité. Ah ! elle est pleine de charité cette poule mystérieuse qui s'est affaiblie pour ses poussins, qui pour eux adoucit sa voix et étend ses ailes: « Combien de fois, dit-elle, j'ai voulu réunir tes enfants (5)». Les réunir, et non pas les diviser. Aussi bien dit-elle encore: « J'ai d'autres brebis qui, ne sont pas de ce bercail; il faut que je les amène aussi, afin qu'il n'y ait qu'un seul troupeau sous un seul pasteur (8)». Pour

 

1. I Jean, IV, 20. — 2. I Cor. IV, 7. — 3. Rom. V, 3-5. — 4. Jud. 19. — 5. Matt. XXIII, 37. —  6. Jean, X, 16.

 

358

 

ce motif il n'écouta point ce frère qui l'invoquait contre son frère et qui lui disait: « Seigneur, dites à mon frère de diviser avec moi l'héritage. — Dites à mon frère, Seigneur». Quoi ? « De diviser avec moi l'héritage. — Dis donc, ô homme », reprit le Seigneur. Pourquoi en effet veux-tu diviser, sinon parce que tu es homme ? « L'un disant: Je suis à Paul ; l'autre : Et moi à Apollo, n'êtes-vous pas des hommes (1) ? — Dis donc, ô homme, qui m'a chargé de diviser l'héritage entre vous? » Je suis venu réunir et non pas diviser. « Aussi, je vous le recommande, gardez-vous de toute cupidité (2) ». C'est que la cupidité cherche à diviser, comme la charité à réunir; et cette recommandation: « Gardez-vous de toute cupidité », ne revient-elle pas à celle-ci: Remplissez-vous de charité ? Eh bien ! avec toute la charité que nous pouvons avoir, à notre tour nous invoquons le Seigneur contre notre frère; mais ce n'est pas pour dire, ni pour demander la même chose. « Seigneur, lui disait-on, dites à mon frère de diviser avec moi l'héritage ». Et nous, au contraire: Seigneur, dites à mon frère de conserver avec moi l'héritage.

12. Considérez donc, mes frères, ce que vous devez aimer surtout; ce que vous devez retenir avec force. Au moment où le Seigneur est glorifié par sa résurrection, il recommande l'Eglise ; il la recommande, quand l'Ascension va le glorifier encore; et quand il envoie l'Esprit-Saint du haut du ciel, il la recommande

 

1. I Cor. III, 4. — 2. Luc, XII, 13-15.

 

également. Que dit-il à ses disciples au moment de sa résurrection? « Je vous annonçais bien, quand j'étais encore avec vous, qu'il fallait que s'accomplit tout ce qu'il y a d'écrit sur moi dans la Loi, dans les Prophètes et dans les Psaumes. Alors il leur ouvrit l'esprit pour qu'ils comprissent les Ecritures, et il leur dit: Il est ainsi écrit, et c'est ainsi qu'il fallait que le Christ souffrit et qu'il ressuscitât d'entre les morts, le troisième jour ». Où est-il ici parlé de l'Eglise ? « Et qu'on prêchât en mon nom la pénitence et la rémission des péchés ». Où ? « Parmi toutes les nations, en commençant à Jérusalem (1) ». Voilà ce qu'il a dit après la gloire de sa résurrection. Et avant celle de son Ascension ? Vous l'avez entendu : « Et vous me servirez de témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre (2) ». Enfin, le jour même de la descente du Saint-Esprit ? Une fois l'Esprit-Saint descendu, ceux qu'il remplissait de lui-même parlaient les langues de tous les peuples. Or chacun d'eux parlant. ainsi toutes les langues ne figurait-il pas l'unité qui devait s'établir entre toutes ?

Retenons cela, affermissons-nous, appuyons-nous là-dessus fortement et avec une charité inébranlable; puis louons le Seigneur dont nous sommes les serviteurs et répétons Alleluia. Mais sera-ce dans une partie de l'univers seulement ? Où commencera et où finira cette partie ? « Du levant au couchant bénissez le Seigneur (3) ».

 

1. Luc, XXIV, 44-47. — 2. Act. I, 8. — 3. Ps. CXII, 3.

 

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante