SERMON CCXCIX
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON CLXXXIV
SERMON CLXXXV
SERMON CLXXXVI
SERMON CLXXXVII
SERMON CLXXXVIII
SERMON CLXXXIX
SERMON CXC
SERMON CXCI
SERMON CXCII
SERMON CXCIII
SERMON CXCIV
SERMON CXCV
SERMON CXCVI
SERMON CXCVII
SERMON CXCVIII
SERMON CXCIX
SERMON CC
CHAPITRE CCI
SERMON CII
SERMON CCIII
SERMON CCIV
SERMON CCV
SERMON CCVI
SERMON CCVII
SERMON CCVIII
SERMON CCIX
SERMON CCX
SERMON CCXI
SERMON CCXII
SERMON CCXIII
SERMON CCXIV
SERMON CCXV
SERMON CCXVI
SERMON CCXVII
SERMON CCXVIII
SERMON CCXIX
SERMON CCXX
SERMON CCXXI
SERMON CCXXII
SERMON CCXXIII
SERMON CCXXIV
SERMON CCXXV
SERMON CCXXVI
SERMON CCXXVII
SERMON CCXXVIII
SERMON CCXXIX
SERMON CCXXX
SERMON CCXXXI
SERMON CCXXXII
SERMON CCXXXIII
SERMON CCXXXIV
SERMON CCXXXV
SERMON CCXXXVI
SERMON CCXXXVII
SERMON CCXXXVIII
SERMON CCXXXIX
SERMON CCXL
SERMON CCXLI
SERMON CCXLII
SERMON CCXLIII
SERMON CCXLIV
SERMON CCXLV
SERMON CCXLVI
SERMON CCXLVII
SERMON CCXLVIII
SERMON CCXLIX
SERMON CCL
SERMON CCLI
SERMON CCLII
SERMON CCLIII
SERMON CCLIV
SERMON CCLV
SERMON CCLVI
SERMON CCLVII
SERMON CCLVIII
SERMON CCLIX
SERMON CCLX
SERMON CCLXI
SERMON CCLXII
SERMON CCLXIII
SERMON CCLXIV
SERMON CCLXV
SERMON CCLXVI
SERMON CCLXVII
SERMON CCLXVIII
SERMON CCLXIX
SERMON CCLXX
SERMON CCLXXI
SERMON CCLXXII
SERMON CCLXXIII
SERMON CCLXXIV
SERMON CCLXXV
SERMON CCLXXVI
SERMON CCLXXVII
SERMON CCLXXVIII
SERMON CCLXXIX
SERMON CCLXXX
SERMON CCLXXXI
SERMON CCLXXXII
SERMON CCLXXXIII
SERMON CCLXXXIV
SERMON CCLXXXV
SERMON CCLXXXVI
SERMON CCLXXXVII
SERMON CCLXXXVIII
SERMON CCLXXXIX
SERMON CCXC
SERMON CCXCI
SERMON CCXCII
SERMON CCXCIII
SERMON CCXCIV
SERMON CCXCV
SERMON CCXCVI
SERMON CCXCVII
SERMON CCXCVIII
SERMON CCXCIX
SERMON CCC
SERMON CCCI
SERMON CCCII
SERMON CCCIII
SERMON CCCIV
SERMON CCCV
SERMON CCCVI
SERMON CCCVII
SERMON CCCVIII
SERMON CCCIX
SERMON CCCX
SERMON CCCXI
SERMON CCCXII
SERMON CCCXIII
SERMON CCCXIV
SERMON CCCXV
SERMON CCCXVI
SERMON CCCXVII
SERMON CCCXVIII
SERMON CCCXIX
SERMON CCCXX
SERMON CCCXXI
SERMON CCCXXII
SERMON CCCXXIII
SERMON CCCXXIV
SERMON CCCXXV
SERMON CCCXXVI
SERMON CCCXXVII
SERMON CCCXXVIII
SERMON CCCXXIX
SERMON CCCXXX
SERMON CCCXXXI
SERMON CCCXXXII
SERMON CCCXXXIII
SERMON CCCXXXIV
SERMON CCCXXXV
SERMON CCCXXXVI
SERMON CCCXXXVII
SERMON CCCXXXVIII
SERMON CCCXXXIX
SERMON CCCXL

SERMON CCXCIX. FÊTE DE SAINT PIERRE ET DE SAINT PAUL. II. TRIOMPHE DE LA GRACE.

 

486

 

ANALYSE. — C'est la grâce de Dieu qui permet à saint Paul d'envisager avec joie sa mort prochaine ; c'est à la grâce de Dieu qu'il est redevable aussi de la couronne qui l'attend : que serait-il devenu si Dieu l'eût traité d'abord comme il le méritait? Ce qui prouve aussi que le martyre de Pierre fut l'effet de la grâce ou de l'amour répandu en lui par l'Esprit-Saint, c'est que laissé à lui-même il avait d'abord renié son Maître. — Voulez-vous voir avec plus d'éclat encore la puissance de la grâce dans la mort de ces deux Apôtres? Considérez et rappelez-vous, d'après l'Écriture, que comme tous les autres hommes ils avaient pour la mort une horreur naturelle dont ils ont triomphé généreusement. Car la mort de l'homme n'est pas l'oeuvre de la nature, mais le châtiment du péché. En vain, pour le contester, les Pélagiens objectent qu'Hénoch et Elie ne sont point morts. On pourrait leur répondre qu'ils mourront. Mais en admettant qu'ils doivent être toujours exempts du trépas, on peut dire que cette exemption vient de ce qu'il n'y a plus en eux rien de ce qui produit la mort, aucun vestige du péché. Les Pélagiens, qui attribuent la mort à la nature, pourraient-ils dire semblablement qu'il n'y a plus rien en eux de la nature humaine? Défiez-vous des Pélagiens.

 

1. Quand il s'agit de prêcher des prédicateurs, et des prédicateurs tels que ceux dont nous avons entendu chanter et dont nous-mêmes avons chanté que « leur voix s'est répandue par toute la terre, et leurs paroles jusqu'aux extrémités de l'univers (1) » ; nous sommes évidemment au-dessous de notre tâche. Nous devons faire preuve de bonne volonté; mais nous ne sommes point au niveau de votre attente. Aujourd'hui, en effet, vous comptez que nous allons prêcher les Apôtres Pierre et Paul, dont nous célébrons-la fête. Je vois ce que vous désirez; mais en le voyant je m'affaisse; car je sais à la fois et ce que vous attendez, et de qui vous l'attendez. Néanmoins, comme le Dieu de ces Apôtres consent à être loué par nous tous, que ses serviteurs ne dédaignent pas non plus d'être loués par les vôtres.

2. Vous tous qui connaissez les saintes Écritures, vous savez que parmi les disciples que se choisit le Seigneur lorsqu'il se montrait corporellement dans ce monde, Pierre fut élu le premier des Apôtres; tandis que saint Paul ne fut choisi ni parmi eux, ni en même temps qu'eux , mais bien plus tard, sans toutefois cesser d'être leur égal. Ainsi Pierre est le premier des Apôtres, et Paul le dernier; mais Dieu, dont ils sont l'un et l'autre lés serviteurs, les hérauts, les prédicateurs, est à la fois le premier et le dernier. Parmi les apôtres, Pierre

 

1. Ps. XVIII, 5.

 

est le premier, Paul est le dernier. Si Dieu est en- même temps le premier et le dernier, c'est qu'il n'y a rien ni avant, ni après lui. Ce Dieu donc qui est par son éternité le premier et le dernier , a voulu unir dans le martyre le premier et le dernier des Apôtres. Leur martyre se célèbre dans une même solennité, et leur vie s'harmonise dans une même charité. « Leur voix s'est répandue par toute la terre, et leurs paroles ont retenti jusqu'aux extrémités de l'univers». Où ont-ils été élus? où ont-ils prêché? où sont-ils morts? Nous le savons tous. Mais comment sommes-nous parvenus à les connaître eux-mêmes, sinon parce que « leur voix s'est répandue par toute la terre? »

3. Nous avons entendu saint Paul, pendant qu'on lisait son Epître, parler ainsi de sa mort déjà toute prochaine, tout imminente: « Car déjà on m'immole, et le temps de ma dissolution est proche. J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé ma foi ; il ne me reste plus que la couronne de justice, que le Seigneur, en juste Juge, me rendra ce jour-là; et non-seulement à moi, poursuit-il, mais encore à tous ceux qui tiennent à ce qu'il se manifeste (1) ». Parlons un peu de cela ; nous serons aidés par les paroles mêmes qui se sont répandues jusqu'aux extrémités de l'univers.

 

1. II Tim. IV, 6-8.

 

487

 

Considérez d'abord la sainte dévotion de l'Apôtre. Il dit qu'on l'immole, et non qu'il meurt. Ce n'est pas qu'on ne meure point quand on est immolé, c'est que la mort n'est pas toujours une immolation. Etre immolé, c'est donc mourir pour Dieu ; et ce mot rappelle le sacrifice, car sacrifier, c'est mettre à mort en l'honneur de Dieu. Ah ! l'Apôtre savait en l'honneur de qui il devait verser son sang en souffrant le martyre : racheté par le sang répandu de son Seigneur, ne lui devait-il pas son propre sang? Lorsque seul il a versé son sang pour tous, le Sauveur, en effet, ne nous a-t-il pas engagés tous? En recevant de lui cette croyance, ne lui sommes-nous point redevables, de ce qu'il nous donne? N'est-ce pas à sa bonté encore que nous sommes redevables et de lui devoir et de lui rendre ? Avec tant d'indigence, de pauvreté et de faiblesse, qui de nous pourrait s'acquitter envers un tel Créancier? Mais il est écrit : « Le Seigneur adonnera sa parole aux hérauts de sa gloire, afin qu'ils l'annoncent avec une grande force (1) » : sa parole, pour les faire connaître ; sa force, pour leur aider à souffrir. C'est donc lui qui s'est préparé des victimes, lui qui s'est consacré des sacrifices, lui qui a rempli de son Esprit les martyrs, lui encore qui a pénétré de sa force les confesseurs. Aussi leur disait-il : « Ce n'est pas vous qui parlez (2) » .

C'est donc avec raison qu'à la veille de souffrir le martyre et de répandre son sang pour la foi du Christ, on peut dire: « Que rendrai-je au Seigneur pour tous les biens qu'il m'a faits? » Quelle idée se présente alors ? « Je recevrai le calice du salut et j'invoquerai le ô nom du Seigneur (3) ». Comment! tu songeais à rendre, tu cherchais ce que tu pourrais rendre, et quand tu veux rendre, tu t'écries: « Je recevrai le calice du salut et j'invoquerai le nom du Seigneur?» Sûrement, ne voulais-tu pas rendre ? Et voilà que tu reçois ! Ah ! c'est qu'après avoir reçu ce qui t'oblige , tu reçois maintenant de quoi t'acquitter; toujours redevable, soit. quand tu reçois, soit quand tu rends. « Que rendrai-je ? » dis-tu. « Je recevrai le calice du salut ». Tu le reçois donc aussi ce calice du martyre, ce calice dont le Seigneur a dit: « Pouvez-vous boire le calice a que je vais boire (4)? » Mais tu tiens déjà ce calice à la main ; voici arrivé le moment de ta

 

1. Ps. LXVII, 12. — 2. Matt. X, 20. — 3. Ps. CXV, 12, 13. — 4. Matt. II, 22.

 

mort: que vas-tu faire pour ne pas trembler, pour ne chanceler pas, pour n'être pas dans l'impossibilité de boire le breuvage que déjà tu portes à tes lèvres ? — Que vais-je faire ? Je recevrai encore cette grâce, ce sera une nouvelle obligation contractée, car « j'invoquerai le nom du Seigneur ».

« Déjà on m'immole » , dit saint Paul. Il en avait été assuré par révélation, attendu que sa fragilité humaine n'aurait pas osé se le promettre. Sa confiance ne vient donc pas de lui-même, mais de Celui qui lui a tout donné et qu'il avait en vue quand il disait un peu plus haut : « Eh ! qu'as-tu que tu ne l'aies reçu (1) ? — Déjà donc on m'immole, et le moment de ma dissolution approche. J'ai combattu le bon combat». Interroge sa conscience, elle n'est point gênée, car c'est dans le Seigneur qu'elle se glorifie. « J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi ». Dès que tu as gardé la foi , c'est avec raison que tu as achevé ta course. « Il ne me reste plus que la couronne de justice que le Seigneur, en juste Juge, me rendra ce jour-là ».

4. Il craint toutefois de paraître faire exception en sa faveur, en se glorifiant outre mesure, et de présenter le Seigneur comme ne faisant qu'à lui cette grâce. Aussi ajoute-t-il : « Non-seulement à moi , mais à tous ceux qui aiment qu'il se manifeste ». Il ne pouvait indiquer ni plus clairement ni plus brièvement ce que doivent faire les humains pour mériter cette couronne de justice. Nous ne saurions nous attendre tous à répandre notre sang ; les martyrs sont rares, et nombreux sont les fidèles. Tu ne saurais être immolé comme Paul ? Tu peux garder la foi, et en gardant la foi, tu aimes que Dieu se manifeste. Mais tu n'aimes pas qu'il se manifeste, si tu crains son avènement. Le Christ Notre-Seigneur est aujourd'hui caché; quand viendra son heure, il se manifestera pour juger avec justice, lui qui a été jugé et condamné injustement. Il doit venir; comment viendra-t-il ? avec l'appareil d'un juge : car il ne viendra plus pour être jugé, mais,.nous le savons, nous le croyons, pour juger les vivants et les morts.

Je m'adresse donc à quelqu'un d'entre vous qui pour m'entendre tenez les yeux fixés sur moi; je m'adresse à lui : Qu'il réponde, non

 

1. I Cor. IV, 7.

 

488

 

pas à moi, mais à lui-même. Veux-tu; lui dis-je, que vienne ce Juge ? — Je le veux. — Fais attention à tes paroles; si lu dis vrai, situ veux réellement qu'il vienne, examine en quel état il le trouvera. Il doit venir en juge ; après s'être humilié pour toi, il va déployer sa puissance. Il. ne viendra plus pour se revêtir d'un corps, pour sortir du sein maternel, pour se nourrir de lait, être enveloppé de langes et déposé dans une crèche; enfin ni pour devenir le jouet des hommes, une fois parvenu à la jeunesse, être saisi, flagellé, pendu, et garder le silence en face de ses juges. Si tu désires son avènement, n'est-ce point parce que tu espères le voir venir encore avec la même humilité ? Il s'est tu quand il a dû être jugé; il ne se taira point quand il jugera. Il s'est caché d'abord jusqu'à n'être pas reconnu ; « car s'ils l'avaient connu, jamais ils n'auraient crucifié le Seigneur de la gloire (1) ». Mais s'il s'est caché dans sa puissance, s'il s'est tu en face de la puissance d'autrui , l'avènement que nous attendons viendra faire contraste avec cette obscurité et ce silence. Car « Dieu viendra avec éclat ». D'abord il est venu caché; il viendra ensuite à découvert. Voilà bien qui fait contraste avec son obscurité première. Voici maintenant qui fait opposition avec son silence. « Notre Dieu viendra et il ne se taira point ». Il s'est tu quand il était caché, puisqu' « il a été conduit comme une brebis à l’immolation ». Il s'est tu quand il était caché, puisque, « semblable à l'agneau muet devant celui qui le tond, il n'a pas ouvert la bouche ». Il s'est tu quand il était caché, puisque « son jugement a été emporté au milieu de ses humiliations (2) ». Il s'est tu quand il était caché , puisqu'il n'a passé que pour un homme; « mais Dieu viendra avec éclat; c'est notre Dieu, et il ne gardera pas le silence ». Que penses-tu maintenant, toi qui disais : Je demande qu'il vienne, je veux, je veux qu'il vienne? Ne crains-tu pas encore ? « Le feu marchera devant lui (3) ». Si tu ne crains pas le Juge, le feu ne t'effraiera-t-il point

5. Mais si tu gardes la foi, si tu aimes réellement que le Seigneur se manifeste, tu dois attendre en paix la couronne de justice, puisque pour ceux qui sont ainsi disposés elle n'est pas un don, mais une dette. Aussi l'apôtre saint Paul lui-même la réclame-t-il comme lui

 

1. I Cor. II, 8. — 2. Isaïe, LIII, 7, 8. — 3. Ps. XLIX, 3.

 

étant due. « En juste Juge, dit-il, le Seigneur me la rendra ce jour-là ». Il me la rendra, parce qu'il est juste et que sa promesse a fait de, lui mon débiteur. Il a commandé, j'ai écouté; il a prêché, j'ai cru, «J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi ». Ce sont là des dons que Dieu m'a faits, et à ces dons il doit ajouter la couronne qu'il m'a promise. Si, en effet, tu te laisses immoler, si tu combats le bon combat, situ gardes la foi, c'est à lui que tu en es redevable. « Qu'as-tu que tu ne l'aies reçu ? » Mais, je le répète, il doit à ces dons ajouter d'autres dons. Avant de faire ces premiers dons, quelle couronne devait-il?

6. Vois l'Apôtre lui-même. « Une vérité pleine d'humanité et digne de toute confiance, c'est que le Christ Jésus est venu dans ce monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier (1). — Le Christ Jésus», dit-il; en d'autres termes, le Christ Sauveur, car Jésus signifie Sauveur, Salvalor. Que les grammairiens n'examinent pas jusqu'à quel point le mot Salvalor est latin ; que les chrétiens considèrent plutôt combien il est exact. Salvus est une expression latine ; salvare et Salvator n'étaient pas latins avant l'avènement du Sauveur; mais en établissant son règne parmi les Latins, il y a rendu latins ces mots. Ainsi donc « le Christ Jésus», le Christ Sauveur, « est venu dans ce monde ». Demandons-nous pourquoi? « Pour sauver les pécheurs », ajoute l'Apôtre. Voilà pour quel motif est venu le Sauveur. Aussi telle est l'interprétation et comme l'explication que nous lisons dans l'Évangile : « On lui donnera le nom de Jésus; car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés (2) ». Ainsi donc, une vérité digne de toute confiance, digne de foi, « c'est que le Christ Jésus est venu dans ce monde pour  sauver les pécheurs, dont je suis le premier». Non en ce sens qu'il ait péché le premier, mais en ce sens qu'il a péché plus que les autres pécheurs. C'est ainsi qu'en parlant des professions libérales, nous disons d'un médecin qu'il est le premier, quand, si inférieur qu'il soit par l'âge, il l'emporte dans son art; c'est dans ce sens encore que nous disons : premier charpentier, premier architecte. Voilà donc

 

1. Depuis ces mots : « J'ai combattu le bon combat, etc. » jusqu’à ces derniers : « Dont je suisse premier », moitié des lignes du texte de saint Augustin a été enlevé dans les manuscrits. Bossuet a supposé les mots qui manquent, et nous donnons la traduction du texte rétabli par lui. — 2. Matt. I, 21.

 

489

 

comment l'Apôtre se dit le premier des pécheurs; nul, en effet, n'a persécuté l'Église avec plus de violence.

Si maintenant tu examines ce qui était dû à ces pécheurs qu'est venu sauver Jésus, tu reconnaîtras qu'ils ne méritaient que le supplice. Ainsi donc, que méritaient-ils? Le supplice. Et qu'ont-ils reçu? Le salut. Pour eux le salut a remplacé le supplice. On leur devait le supplice, on leur a accordé le salut; on leur devait le châtiment, on leur a donné la couronne. A ce Paul, qui d'abord était Saul; à ce premier des pécheurs qui surpassait les autres en cruauté, on ne devait que des supplices et d'affreux supplices; et pourtant on lui crie du ciel : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter?» Il est forcé d'épargner, afin de pouvoir être épargné lui-même. C'est le loup qui se transforme en brebis. Ce n'est pas dire assez; il faut ajouter : Qui se transforme en pasteur. La voix du ciel lui donne la mort et lui rend la vie ; elle le frappe et le guérit; elle abat le persécuteur et relève le prédicateur. Qu'y a-t-il dans cette grâce autre chose que la grâce? Quel mérite l'a précédée ?

« Jésus est venu dans ce monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier. Mais si j'ai obtenu miséricorde». L'Apôtre aurait-il pu dire alors : «Le Seigneur, en juste Juge, me rendra la couronne ce jour-là? » Si le juste Juge rend ce jour-là au premier des pécheurs ce qui lui est dû, que lui rendra-t-il sinon les supplices affreux et l'éternel châtiment dus au premier pécheur? On les lui devait d'abord; on ne les lui a pas infligés. «Si j'ai obtenu miséricorde», si je n'ai pas reçu ce que je méritais; si, tout premier pécheur que j'étais, j'ai obtenu miséricorde, c'était afin que le Christ Jésus montrât en moi toute osa patience et que je servisse d'exemple à ceux qui croiront en lui pour la vie éternelle (1)». Que veut dire, afin que je servisse d'exemple? Afin que si coupable, si plongé qu'on. soit dans le crime, on ne désespère pas d’obtenir le pardon accordé à Saul. Jésus est un habile, un grand Médecin; il arrive dans une contrée où il n'y a que des malades, et pour accréditer sa science il choisit, afin de le guérir, le malade le plus désespéré. Or c'est ce malade qui dit aujourd'hui : « Déjà on m'immole et le moment de ma dissolution approche. J'ai

 

1. I Tim. I, 15, 16.

 

combattu le bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi ». Comment? C'était toi qui courais en aveugle, qui traînais les Chrétiens à la mort, qui, pour lapider en quelque sorte Étienne par la main de tous ses bourreaux, veillais à la garde clés vêtements de tous? C'est bien toi? — C'était bien moi; alors; mais aujourd'hui ce n'est plus moi.Comment était-ce toi et n'est-ce plus toi? — Parce que j'ai obtenu miséricorde. — Ainsi, Paul, tu as reçu ce qui ne t'était pas dît. Mais aujourd'hui, dis-nous, dis-nous tranquillement ce qui t'est dû. « Il ne me reste plus que la couronne de justice; et le Seigneur, en juste Juge, me la rendra ce jour-là». Avec quelle confiance il réclame cette dette, lui à qui il a été fait grâce du dernier supplice ! Dis maintenant à ton Seigneur, dis-lui tranquillement, dis-lui avec certitude, avec la confiance la plus entière: J'étais autrefois livré à ma méchanceté ; j'ai fait usage, sans y avoir droit, de votre miséricorde : ah ! couronnez vos dons, vous y êtes obligé.

Assez sur saint Paul; occupons-nous de saint Pierre; et sans prétendre parler de lui dignement, rendons-lui les devoirs que nous lui rendons chaque année. Nous viendrons ainsi du dernier au premier des Apôtres, puisque nous aussi, dans notre conduite, nous cherchons à nous élever de ce qu'il y a de plus bas à ce qu'il y a de plus haut.

7. Nous avons remarqué, dans l'Évangile qu'on vient de lire, que le Seigneur Jésus en personne prédit ainsi à saint Pierre, le premier des Apôtres, le martyre qu'il devait endurer : « Quand tu étais jeune, tu te ceignais, et tu allais où tu voulais. Une fois avancé en âge, tu étendras les mains, et un autre te ceindra et te portera où tu ne voudras pas ». L'Évangéliste explique ensuite le sens de ces paroles. «Or en parlant ainsi, dit-il, le Seigneur désignait par quel genre de mort Pierre devait glorifier Dieu (1) ». Le Seigneur Jésus lui prédit donc son martyre et son crucifiement, mais quand, loin de le renier encore, il était épris d'amour pour lui. Habile Médecin, le Sauveur distingua clairement le changement survenu dans son malade. Celui-ci l'avait renié quand il souffrait encore; une fois guéri, il l'aimait.

Il avait commencé par montrer à Pierre ce

 

1. Jean, XXI, 18, 19.

 

490

 

qu'était Pierre, lorsqu'animé d'une téméraire confiance cet Apôtre avait promis de mourir pour le Christ, au lieu que c'était le Christ qui était venu mourir pour lui. « Pour moi tu donneras ta vie, lui dit-il? En vérité je te le déclare, avant que le coq ait chanté, tu me renieras trois fois (1) ». Je te guérirai ensuite ; mais il faut que d'abord tu te reconnaisses malade. C'est ainsi qu'en lui annonçant ce triste reniement, le Seigneur montra à Pierre ce qu'était Pierre. Mais aussi, en lui parlant de son amour, le Seigneur montra à Pierre ce qu'était le Christ. « M'aimes-tu, lui demanda-t-il ? — Je vous aime. — Pais mes brebis (2) ». Ceci fut dit une, deux et trois fois. Cette triple protestation d'amour était la condamnation du triple reniement inspiré par la crainte. Or, comme Pierre aimait le Sauveur, le Sauveur lui parlait de son futur martyre. N'est-ce pas aimer en effet que d'affronter les supplices par amour pour le Christ?

8. Cependant, mes frères, qui ne serait étonné de ces autres paroles : « Un autre te ceindra et te portera où tu ne voudras point?» Ce fut donc malgré lui que Pierre reçut cette faveur immense du martyre? Voici Paul : « Déjà l'on m'immole, et le moment de ma dissolution approche». Ne semble-t-il pas, en parlant ainsi, courir avec allégresse au martyre? A Pierre il est dit au contraire : « Un autre te ceindra et te portera où tu ne voudras point». Paul veut donc, et Pierre ne veut pas? Il y a plus, si nous comprenons ce qu'il en est, c'est que Pierre veut comme Paul, et que Paul n'a pas plus de volonté que Pierre. Pour expliquer cette pensée dans la mesure de mes forces, j'ai besoin ici d'une attention particulière de votre part.

On peut souffrir la mort, on ne saurait l'aimer. Si on peut l'aimer, qu'ont fait d'étonnant ceux qui l'ont endurée pour la foi ? Les appellerions-nous de grands hommes, des hommes de, courage, si nous les voyions seulement se livrer aux délices des banquets? Exalterions-nous leur force de caractère ou leur patience, si nous les voyions se plonger dans les voluptés? Pourquoi? Est-ce qu'en vérité, pour ne rien faire de douloureux ni de pénible, pour s'abandonner à la joie, aux plaisirs et aux délices, ils mériteraient le titre de grands hommes, d'hommes courageux et

 

1. Jean, XIII, 38. — 2. Ib. XXI, 15-17.

 

patients? Ah ! ce n'est point pour de semblables motifs que nous louons les martyrs. Ils sont, eux, de grands hommes, des hommes courageux et patients. Veux-tu savoir que leur tâche n'est pas d'aimer la mort, mais de la souffrir? C'est qu'en latin nous désignons leur martyre par le mot qui exprime essentiellement la souffrance, passio. Ainsi donc, non seulement les hommes, mais tous les animaux absolument ont horreur et peur de la mort; et ce qui fait la grandeur des martyrs, c'est qu'en vue du royaume des cieux ils ont bravé généreusement ce qu'il y a de plus horrible à la nature, c'est qu'en vue des divines promesses ils ont enduré d'incroyables afflictions. Voyez le Seigneur : « Nul n'a un amour plus grand que celui qui donne sa vie pour ses amis (1)». S'il n'en coûte rien de donner sa vie, que fait la charité de si merveilleux? Son mérite est-il d'aimer pour moi les délices? Non, mais d'endurer pour moi la mort. «A cause des paroles sorties de vos lèvres », c'est le chant des martyrs ; « à cause des paroles sorties de vos lèvres », c'est-à-dire à cause de vos avertissements et de vos promesses, «j'ai marché par de dures voies (2)».

Ainsi donc la nature même et l'entraînement de l'habitude font éviter la mort; et c'est en s'attachant à ce qu'on voit au-delà de la mort que pour obtenir ce qu'on veut on entreprend ce qu'on ne veut pas. Voilà ce qui explique ces mots : .« Te portera où tu ne voudras pas ». C'est ici le cri de la nature et non celui de la dévotion. Le Seigneur a personnifié en lui-même cette fragile nature humaine, lorsqu'aux approches de sa passion il disait à son Père : « Mon Père, s'il est possible, « que ce calice s'éloigne de moi (3) ». Et ces mots : « Déjà on m'immole », sont plutôt le cri de la patience qu'un chant de délices. Aussi la mort est un châtiment qui nous a été comme inoculé ; nous qui formons les rameaux épars du genre humain, nous la tirons de la racine même de l'arbre. Adam le premier se l'est attirée en péchant. « C'est par la femme, dit l'Ecriture, qu'a commencé le péché, et par elle nous mourons tous (4). — Par un homme, y est-il dit encore, le péché est entré dans le monde, et par le péché, la mort; et c'est ainsi qu'elle a passé à tous les hommes par celui en qui tous ont péché (5)»,

 

1. Jean, XV, 13. — 2. Ps. XVI, 4. — 3. Matt. XXVI, 39. — 4. Eccli. XXV, 33. — 5. Rom. V, 12.

 

De là il suit encore qu'il y a dans notre nature et le vice et le châtiment. Dieu avait créé notre nature sans aucun vice, et si elle n'avait pas failli ; assurément elle n'aurait pas été châtiée. Mais, issus de cette nature souillée, nous avons puisé en elle et le vice et le châtiment pour nous souiller ensuite de tant d'autres manières. Je le répète, il y a dans notre nature et le vice et le châtiment; Jésus au contraire a pris dans sa nature humaine le châtiment sans le vice, afin de nous délivrer de l'un et de l'autre. « Un autre te ceindra, dit-il, et te portera où tu ne voudras pas ». Voilà le châtiment; mais c'est un moyen de parvenir à la couronne.

Paul donc méprisait ce châtiment, il le méprisait en fixant ses regards sur la couronne et test alors qu'il disait : « Déjà on m'immole » et on m'est redevable de la couronne de justice. Il faut passer par un dur chemin, mais où n'arrive-t-on pas ? Pierre aussi savait où il allait, et il se soumit au martyre avec un généreux dévouement; mais ce martyre, il l'endura, il ne l'aimait pas en lui-même. Il endurait le martyre, il aimait ce qui devait résulter du martyre ; son vif attrait pour le terme du voyage lui fit endurer les aspérités de la route.

9. Nous avons dit que l'un comme l'autre ces deux Apôtres avaient voulu et n'avaient pas voulu ; s'il eût été possible, ils n'auraient pas voulu endurer la peine, mais tous deux étaient également épris d'amour pour la couronne. Montrons actuellement que Paul lui-même n'aurait pas voulu le châtiment.

Le Seigneur a attesté en personne que la volonté de Pierre y était opposée. N'est-ce pas toi d'ailleurs qu'il représentait quand il disait : « Mon Père, s'il est possible, que ce calice s'éloigne de moi? » Le Seigneur donc a fait connaître les sentiments de Pierre. Quant à Paul , lui-même a manifesté les siens. Il dit en effet quelque part, en parlant de ce corps mortel : « Nous gémissons sous ce fardeau ». C'est la même pensée que, dans cet autre passage de l'Ecriture : « Le corps qui se corrompt appesantit l'âme, et abat l'esprit si actif à penser (1) ». Il dit donc: « Nous gémissons sous ce fardeau », sous le faix de ce corps corruptible. « Nous gémissons sous ce fardeau ». Si tu gémis, prends plaisir à

 

1. Sag. IX, 15.

 

déposer cette charge. Oui, il avoue qu'il gémit sous cette charge, qu'il est accablé sous le faix de ce corps corruptible : examine pourtant s'il veut se débarrasser de ce poids qui l'accable,: qui le fait gémir. Ce n'est pas ce qu'il dit ensuite. Que dit-il donc ? « Parce que nous ne voulons pas être dépouillés ». Quel cri naturel ! Quel aveu du châtiment ! Le corps est lourd, il est accablant, il est corruptible, c'est un poids sous lequel on gémit ; et pourtant on ne le laisse, on ne le dépose pas volontiers. « Nous ne voulons pas être dépouillés ». Veux-tu donc toujours gémir ainsi ? Si tu gémis sous ce fardeau, pourquoi neveux-tu pas en être débarrassé ? — Non, je ne le veux pas. — Vois ce qui suit: « Nous ne voulons pas être dépouillés, mais recouverts ». Je gémis sous cette tunique de terre, je soupire après la tunique du ciel ; je veux l'une sans me dépouiller de l'autre. « Nous ne voulons pas être dépouillés mais recouverts». O Paul, je voudrais vous comprendre, que dites-vous ? Voudriez-vous outrager ce céleste et ample vêtement, jusqu'à le mettre par-dessus ces lambeaux de mortalité et de corruption, ceux-ci servant de vêtements de dessous, et celui-là de vêtement de dessus ; ceux-ci, de vêtement intérieur, et celui-là de vêtement extérieur ? — Nullement, reprend-il, ce n'est point là ce que je dis. Je ne veux pas être dépouillé, mais recouvert ; recouvert, sans que néanmoins la corruption soit voilée sous l'incorruptibilité, mais « pour que ce qui est mortel soit absorbé par la vie (1) ».

Cette acclamation prouve que tu connais l'Ecriture. Néanmoins celui qui ne les connaît pas pourrait croire que ces derniers mots sont de moi ; qu'il se détrompe, ce sont les paroles mêmes de saint Paul, et voici toute la suite de cette phrase de l'Apôtre : « Nous gémissons sous ce fardeau, parce que nous ne voulons pas être dépouillés, mais recouverts, afin que ce qui est mortel soit absorbé par la vie». Ceci est parfaitement conforme à ce que vous dites ailleurs de la résurrection du corps ; voici vos expressions : « Il faut que, corruptible, ce corps revête l'incorruptibilité ; et que, mortel, il revête l'immortalité. Or, lorsque, corruptible, il se sera revêtu d'incorruptibilité, alors s'accomplira cette parole de l'Ecriture : La mort a été ensevelie

 

1. II Cor. V, 4.

 

492

 

dans sa victoire ». Ces mots : « Afin que ce qui est mortel soit absorbé par la vie », ont le même sens que ceux-ci : « La mort a été ensevelie dans sa victoire ». Il n'est plus question d'elle, ni en haut, ni en bas, ni au dedans, ni au dehors. « La mort a été ensevelie dans sa victoire. O mort, où est ton ardeur ? » C'est ce qui sera dit à la mort au moment où les corps ressusciteront et seront transformés au point que la mort sera absorbée dans sa victoire. « Quand ce corps corruptible se sera revêtu d'incorruptibilité », il sera dit à la mort : « O mort, où est ton ardeur ? » Cette ardeur même t'emporte où tu ne veux pas. « O mort, où est ton ardeur ? O mort, où est ton aiguillon ? L'aiguillon de la mort est le péché (1)».

10. Comment ! la mort ne vient pas du péché ? Eh ! de quelle autre mort parlait l'Apôtre à propos de la résurrection des corps ? Ce corps corruptible se revêtira d'incorruptibilité, la mort sera ensevelie dans sa victoire. Voilà bien la résurrection du corps. Il sera dit alors: « O mort, où est ton ardeur ? » A qui sera-t-il parlé de la sorte, sinon à la mort corporelle, puisqu'il est question, en cet endroit,de la résurrection du corps ? « O mort, où est ton ardeur ? O mort, où est ton aiguillon ? L'aiguillon de la mort est le péché ». L'aiguillon de la mort, ou le péché, s'entend ici, non de l'aiguillon que la mort aurait produit, mais de l'aiguillon qui a causé la mort : c'est ainsi que le poison se nomme un breuvage de mort, parce qu'il cause la mort et non. parce qu'il est produit par elle.

Ainsi donc c'est en ressuscitant que le Seigneur en finit avec ce châtiment de la mort ; et s'il le laisse peser encore sur les saints et sur les fidèles, c'est pour les exercer à la lutte. La mort ainsi t'est laissée comme un adversaire, un adversaire dont Dieu pouvait te délivrer en te justifiant; mais il te laisse aux prises avec elle, afin de te donner le mérite de la dédaigner pour ta foi. Ne peut-il pas sur chacun ce qu'il veut ? Enoch à été enlevé. Elie l'a été; tous deux vivent encore. Est-ce :leur sainteté qui a mérité cette faveur ? N'est-ce pas plutôt une grâce, un bienfait spécial qui leur a été accordé ? Le Créateur a voulu nous montrer par là ce qu'il peut pour nous tous.

11. Pour soutenir que la mort, je veux dire

 

1. I Cor. XV, 53-56.

 

la mort du corps, n'est pas l'oeuvre du péché, mais qu'elle est naturelle et qu'Adam serait mort quand même il n'aurait pas péché, comment donc nous objecter Enoch et Elie? N'est-ce pas être bien inconsidéré? N'est-ci pas, si on y faisait attention, parler contre soi-même ? Que dit-on, en effet ? — Si la mort vient du péché, pourquoi ni Enoch ni Elie ne sont-ils pas morts? En tenant ce langage, tu ne remarques donc point que ne pas attribuer la mort au péché, c'est l'attribuer à la nature? Tu la fais venir de la nature; je la fais venir du péché. Sans doute elle vient de la nature, mais de la nature viciée et condamnée à ce supplice. Oui donc, selon toi, la mort corporelle vient de la nature, et du péché, selon moi.Si elle vient du péché, me demandes-tu, pourquoi ni Enoch ni Elie ne sont-ils pas m1ts? Je te réponds à mon tour : Pourquoi ni Enoch ni Elie ne sont-ils pas morts, si elle vient de la nature ? Enoch et Elie sont vivants; ils ont été emportés, mais ils sont vivants, en quelque lieu qu'ils habitent. Si néanmoins on n'interprète pas mal un certain passage de l'Ecriture, ils doivent mourir. L'Apocalypse, en effet, parle de deux prophètes merveilleux qui doivent mourir, ressusciter ensuite publiquement et monter vers le Seigneur (1). Or, on voit ici Enoch et Elie, quoique leurs noms ne s'y trouvent pas.

Peut-être, diras-tu, pour soutenir ton sentiment, que tu n'admets pas ce livre de l'Ecriture, ou que, tout en l'admettant, tu ne t'inquiètes pas de ce passage, attendu que le nom des deux prophètes n'y est pas exprimé. Eh bien! admettons avec toi qu'ils vivent et ne doivent jamais mourir. Adresse-moi encore cette question : Si la mort vient du péché, pourquoi ne sont-ils pas morts? Je te réponds: Et pourquoi ne sont-ils pas morts, si la mort vient de la nature ? J'ajoute, pour  expliquer leur vie, qu'ils n'ont plus de faute : à toi d'ajouter, si tu le peux, qu'ils n'ont plus de nature.

12. Il est vrai, notre sujet nous a entraînés un peu et occasionnellement hors de lui; ce que nous avons dit, néanmoins, contribue également à raffermir notre foi contre ces discoureurs qui se multiplient malheureusement. Ah ! qu'ils ne triomphent pas de notre patience; et qu'ils n'ébranlent pas non plus notre foi. Soyons prudents et circonspects en face de ces

 

1. Apoc. X, 3-12.

 

493

 

nouveautés de discussions, discussions purement humaines où il n'y a rien de divin. Nous célébrons aujourd'hui tune fête d'Apôtres; écoutons ces recommandations de l'un d'eux

« Evite les profanes nouveautés de paroles, car elles servent beaucoup à l'impiété (1). —Je veux que vous soyez sages dans le bien et simples dans le mal (2) ». Adam est bien mort, mais le serpent n'est pas mort encore. Il siffle et ne cesse de murmurer. Il est réservé au dernier supplice; mais il se cherche des compagnons de tourments. Prêtons l'oreille à l'ami de l'Epoux, au zélé défenseur des intérêts de l’Époux, et non des siens : «  Je vous aime pour Dieu d'un amour de jalousie; car je vous ai fiancés à un Epoux unique, au Christ, pour vous présenter à lui comme une vierge pure. Mais je crains que comme le serpent

 

1. I Tim. VI, 20; II Tim. II, 16. — 2. Rom. XVI, 19.

 

séduisit Eve par son astuce, ainsi vos esprits ne se corrompent et ne dégénèrent de la chasteté que communique l'union au Christ (1) ».

Tous nous avons entendu les paroles de l'Apôtre; observons-les tous, tous gardons-nous du souffle empoisonné du serpent. Comment dire que nous ne les avons pas entendues, que nous ne les connaissons pas, quand nous venons de chanter encore : « Leur voix a retenti par toute la terre, et leurs paroles jusqu'aux extrémités de l'univers (2)? » En courant jusqu'aux extrémités du monde, ces paroles sont arrivées jusqu'à nous; nous les avons accueillies, nous les avons écrites, nous en avons établi des lecteurs. Le lecteur ne se tait pas, le commentateur s'occupe : pourquoi le perfide tentateur ne s'arrête-t-il pas ?

 

1. II Cor, XI, 2, 3. — 2. Ps. XVIII, 5.

 

 

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante