SERMON CCCVI
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON CLXXXIV
SERMON CLXXXV
SERMON CLXXXVI
SERMON CLXXXVII
SERMON CLXXXVIII
SERMON CLXXXIX
SERMON CXC
SERMON CXCI
SERMON CXCII
SERMON CXCIII
SERMON CXCIV
SERMON CXCV
SERMON CXCVI
SERMON CXCVII
SERMON CXCVIII
SERMON CXCIX
SERMON CC
CHAPITRE CCI
SERMON CII
SERMON CCIII
SERMON CCIV
SERMON CCV
SERMON CCVI
SERMON CCVII
SERMON CCVIII
SERMON CCIX
SERMON CCX
SERMON CCXI
SERMON CCXII
SERMON CCXIII
SERMON CCXIV
SERMON CCXV
SERMON CCXVI
SERMON CCXVII
SERMON CCXVIII
SERMON CCXIX
SERMON CCXX
SERMON CCXXI
SERMON CCXXII
SERMON CCXXIII
SERMON CCXXIV
SERMON CCXXV
SERMON CCXXVI
SERMON CCXXVII
SERMON CCXXVIII
SERMON CCXXIX
SERMON CCXXX
SERMON CCXXXI
SERMON CCXXXII
SERMON CCXXXIII
SERMON CCXXXIV
SERMON CCXXXV
SERMON CCXXXVI
SERMON CCXXXVII
SERMON CCXXXVIII
SERMON CCXXXIX
SERMON CCXL
SERMON CCXLI
SERMON CCXLII
SERMON CCXLIII
SERMON CCXLIV
SERMON CCXLV
SERMON CCXLVI
SERMON CCXLVII
SERMON CCXLVIII
SERMON CCXLIX
SERMON CCL
SERMON CCLI
SERMON CCLII
SERMON CCLIII
SERMON CCLIV
SERMON CCLV
SERMON CCLVI
SERMON CCLVII
SERMON CCLVIII
SERMON CCLIX
SERMON CCLX
SERMON CCLXI
SERMON CCLXII
SERMON CCLXIII
SERMON CCLXIV
SERMON CCLXV
SERMON CCLXVI
SERMON CCLXVII
SERMON CCLXVIII
SERMON CCLXIX
SERMON CCLXX
SERMON CCLXXI
SERMON CCLXXII
SERMON CCLXXIII
SERMON CCLXXIV
SERMON CCLXXV
SERMON CCLXXVI
SERMON CCLXXVII
SERMON CCLXXVIII
SERMON CCLXXIX
SERMON CCLXXX
SERMON CCLXXXI
SERMON CCLXXXII
SERMON CCLXXXIII
SERMON CCLXXXIV
SERMON CCLXXXV
SERMON CCLXXXVI
SERMON CCLXXXVII
SERMON CCLXXXVIII
SERMON CCLXXXIX
SERMON CCXC
SERMON CCXCI
SERMON CCXCII
SERMON CCXCIII
SERMON CCXCIV
SERMON CCXCV
SERMON CCXCVI
SERMON CCXCVII
SERMON CCXCVIII
SERMON CCXCIX
SERMON CCC
SERMON CCCI
SERMON CCCII
SERMON CCCIII
SERMON CCCIV
SERMON CCCV
SERMON CCCVI
SERMON CCCVII
SERMON CCCVIII
SERMON CCCIX
SERMON CCCX
SERMON CCCXI
SERMON CCCXII
SERMON CCCXIII
SERMON CCCXIV
SERMON CCCXV
SERMON CCCXVI
SERMON CCCXVII
SERMON CCCXVIII
SERMON CCCXIX
SERMON CCCXX
SERMON CCCXXI
SERMON CCCXXII
SERMON CCCXXIII
SERMON CCCXXIV
SERMON CCCXXV
SERMON CCCXXVI
SERMON CCCXXVII
SERMON CCCXXVIII
SERMON CCCXXIX
SERMON CCCXXX
SERMON CCCXXXI
SERMON CCCXXXII
SERMON CCCXXXIII
SERMON CCCXXXIV
SERMON CCCXXXV
SERMON CCCXXXVI
SERMON CCCXXXVII
SERMON CCCXXXVIII
SERMON CCCXXXIX
SERMON CCCXL

SERMON CCCVI. LES MARTYRS DE LA MASSE-BLANCHE (1). EN QUOI CONSISTE LE BONHEUR.

 

ANALYSE. — La mort des saints martyrs semble un malheur aux yeux du monde insensé ; elle est en réalité un bonheur véritable, puisqu'elle les met, comme elle peut nous mettre nous-mêmes, en possession du vrai bonheur. En quoi donc consiste le bonheur? Chacun veut en jouir; mais en quoi consiste-t-il? Examinons ce que tous désirent. Tous désirent vivre et vivre avec la santé ; la vie sans la santé ne mérite pas le nom de vie. Mais si on avait peur de perdre cette vie jointe à la santé, cette peur ne serait-elle pas un tourment ? La vie, pour Faire le bonheur, doit donc être éternelle. Il faut de plus qu'on ne craigne pas d'être trahi, trompé ; conséquemment, que l'on connaisse la vérité, qu'on lise dans le coeur de son prochain. Ainsi la vie heureuse, ou la vie proprement dite, doit être accompagnée de la connaissance de la vérité. Qui nous procurera cette vie bienheureuse ? Evidemment Celui qui a dit : « Je suis la Voie ». Tout donc est dans ces mots : « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie »; tout, le bonheur et le moyen d'y parvenir. Pourquoi hésiter de marcher dans cette voie où tant d'autres ont heureusement marché ?

 

1. Nous avons entendu et nous avons répété dans nos chants : « La mort des saints du Seigneur est précieuse », mais « à ses yeux (2) », et non aux yeux des insensés. Car « aux yeux des insensés, ils semblent mourir et leur trépas paraît un mal ». Mal ici ne signifie pas le mal qu'on fait, mais le mal qu'on souffre; il est par conséquent synonyme de peine, et voici le sens du texte sacré : «Aux yeux des insensés ils ont paru mourir, et leur trépas semble être un châtiment; mais ils sont en paix. Si devant les hommes ils ont enduré des tourments » voilà bien le mal qu'on fait, ou l'iniquité; « leur espoir est plein d'immortalité; leur affliction a été légère, et grande sera leur récompense (3). Les souffrances de cette vie ne a sont pas proportionnées à la gloire future a qui éclatera en nous (4) ». Mais tant qu'elle n'éclate pas elle demeure cachée ; et comme elle est cachée, « aux yeux des insensés, les  justes semblent mourir ». Or, de ce qu'elle soit cachée aux yeux des hommes, s'ensuit-il qu'elle le soit aux yeux de Dieu qui sait l'apprécier ? Car c'est pour ce motif que « la mort des saints du Seigneur est précieuse à ses yeux ». Ainsi donc ce sont les yeux de la foi que nous devons ouvrir à ce mystère caché, afin de croire à ce que nous ne voyons pas encore, et de souffrir avec courage les maux que nous endurons injustement.

2. Pour ne rien perdre en souffrant,

 

1. Voir le Martyrologe, 24 août. — 2. Ps. CXV, 15. — 3. Sag. III, 25. — 4. Rom. VIII, 18.

 

adoptons la bonne cause ; la mauvaise cause n'ayant pas à attendre de récompense, mais de justes tourments. Sans doute l'homme n'est pas maître de finir sa vie comme il le voudrait; mais il est maître de régler sa vie de manière à la quitter avec sécurité. Néanmoins il n'aurait pas même cette liberté, si le Seigneur n'avait donné « le pouvoir de devenir enfants de Dieu » ; à qui ? « à ceux qui croient en son nom (1) ». Cette foi est la grande cause défendue par les martyrs, c'est celle qu'ont soutenue les martyrs de la Masse-Blanche. Ils sont une masse, par leur nombre même; une masse blanche, à cause de l'éclat de la cause défendue par eux. En si nombreuse société, pouvaient-ils redouter les brigands? Du reste, chacun d'eux eût-il marché tout seul, ils se seraient trouvés munis contre les attaques nocturnes: leur chemin même était une défense. « A côté du sentier, est-il dit, ils m'ont dressé des embûches (2) ». Aussi n'y tombe-t-on pas lorsqu'on ne s'écarte pas de la voie ; nous en avons la souveraine et sûre promesse dans ces paroles de Notre-Seigneur Jésus-Christ: « Je suis la Voie, et la Vérité, et la Vie (3)».

3. Tout homme, quel qu'il soit, veut être heureux. Il n'y a personne qui ne le veuille et qui ne le veuille par-dessus tout, qui même ne rapporte uniquement à cela tout ce qu'il veut d'ailleurs.

On est entraîné par des passions diverses;

 

1. Jean, I, 12. — 2. Ps. CXXXIX, 6. — 3. Jean, XIV, 6.

 

515

 

l'un veut une chose, l'autre une autre ; il y a dans le genre humain diverses manières de vivre, et chacun choisit différemment; toutefois, quelque genre de vie que l'on adopte, il n'est personne qui n'aspire à jouir de la vie bienheureuse. Ainsi la vie bienheureuse est le sort que tous ambitionnent; il n'y a de division que sur le moyen d'y arriver, d'y tendre, d'y parvenir enfin. Si par conséquent nous cherchons sur la terre la vie bienheureuse, j'ignore si nous pourrons l'y découvrir. Ah ! ce n'est pas que nous cherchions le mal, mais nous ne cherchons pas le bien où il est. L'un dit: Heureuse la profession militaire. Un autre: Heureux ceux qui cultivent les champs. Il n'en est pas de la sorte, reprend celui-ci : heureux plutôt ceux qui brillent en public devant les tribunaux, qui défendent les intérêts de chacun, et dont la parole devient l'arbitre de la vie ou de la mort de leurs semblables. Cela n'est pas non plus, répliqué celui-là : mais heureux les juges, ceux qui doivent écouter et décider. Ceci est nié encore, il en est qui disent de leur côté: heureux les marins; que de pays ils apprennent à connaître, que de richesses ils amassent ! Ainsi donc, mes très-chers frères, de tant de manières de passer sa vie, il n'en est pas une seule qui plaise à tout le monde; et toutefois la vie bienheureuse a des charmes pour tous. Comment se fait-il que le même genre de vie n'ayant pas les sympathies de tous, tous cependant soient attirés par la vie bienheureuse ?

4. Proposons ici, si nous le pouvons, un idéal de vie bienheureuse dont chacun dise: C'est cela que je veux. Qu'on demande à qui que ce soit s'il veut parvenir à la vie bienheureuse, nul ne répondra: Je ne le veux pas; comme donc nous examinons en quoi consiste cette vie bienheureuse, plaçons-y ce qui est aimé de tous, ce dont personne ne dira: Je n'en veux point. Qu'est donc, mes frères, qu'est-ce que cette vie bienheureuse à laquelle tous aspirent sans que tous la possèdent? Cherchons.

Je demande à un homme: Veux-tu vivre? Cette question fait-il sur lui la même impression que si je lui disais: Veux-tu être soldat? A cette demande : Veux-tu être soldat? quelques-uns répondraient: Je le veux; et d'autres, en plus grand nombre peut-être: Je ne le veux pas. Si je dis au contraire : Veux-tu vivre ? il n'est personne, je crois, qui me réponde : Je

ne le veux pas; car la nature même inspire à tous de vouloir vivre et de ne vouloir pas mourir.

J'ajoute: Veux-tu être en bonne santé? Personne encore, je présume, qui réponde: Je ne veux pas. Personne, en effet, ne recherche la souffrance. La santé est à la fois le seul patrimoine du pauvre et le plus précieux trésor du riche. Et que sert au riche son opulente, s'il n'a point la santé, l'héritage de l'indigent? Le riche échangerait volontiers son lit d'argent avec le cilice du pauvre, si la maladie pouvait être transportée comme son lit.

Voilà donc deux choses, la vie et la santé, qui agréent à tout le monde. En est-il ainsi de l'art militaire ? En est-il ainsi de l'agriculture? En est-il ainsi de la vie de marin? Tous aiment la vie et la santé.

Mais quand on a la vie et la santé, ne cherche-t-on rien davantage? Peut-être, si l'on est sage, qu'on ne doit rien ambitionner de plus. Avec une vie complète et une parfaite santé, chercher encore quelque chose, ne serait-ce point une cupidité désordonnée ?

5. Les impies vivront au milieu des tourments. « Viendra l'heure, dit l'Evangile, où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix; et ceux qui ont fait le bien en sortiront pour ressusciter à la vie; comme ceux qui ont fait le mal, pour ressusciter au jugement (1) ». Les uns donc iront à la récompense, et les autres au supplice; de plus les uns et les autres auront la vie sans qu'aucun d'eux puisse mourir. Ceux qui vivront en jouissant de leur récompense, mèneront une vie délicieuse; ceux qui vivront au milieu des tourments, désireront, s'il était possible, voir finir cette misérable vie; mais personne ne leur donnera la mort pour les délivrer de leurs supplices.

Considère toutefois avec quelle précision s'exprime l'Ecriture : elle n'a pas daigné donner le nom de vie à cette vie misérable; à cette vie qui se prolonge dans les tortures, dans les tourments, dans les feux éternels; par conséquent la vie doit rappeler la gloire, non le noir chagrin, et éloigner toute idée de supplice. Etre toujours dans les supplices, c'est plutôt la mort éternelle qu'une vie quelconque. Aussi l'Ecriture donne-t-elle à cette existence le nom de seconde mort (2), attendu

 

1. Jean, V, 28, 29. — 2. Apoc. II, 11 ; XX, 6, 14.

 

516

 

qu'elle suit cette mort première à laquelle nous sommes tous astreints par notre condition humaine. On l'appelle mort, et seconde mort, quoique personne n'y meure; ou plutôt, ce qui est plus juste, quoique personne n'y vive, car ce n'est pas vivre que de vivre dans les douleurs. Comment prouver que l'Ecriture parle de la sorte ? Le voici, la preuve est dans ce passage que je viens de citer: « Ils entendront sa voix, et ceux qui ont fait le bien sortiront pour ressusciter à la vie ». Il n'est pas dit : A la vie bienheureuse, mais simplement: « A la vie ».

Le seul mot de vie implique l'idée de bonheur; s'il n'en était pas ainsi, on ne dirait pas à Dieu : « En vous est la source de la vie (1) ». Dans ce texte, en effet, on ne lit pas non plus: En vous est la source,de la vie bienheureuse; le terme de bienheureuse n'est pas exprimé, et tu dois le sous-entendre. Pourquoi ? Parce que la vie qui serait malheureuse ne mérite pas le nom de vie.

6. Voici un autre témoignage. Nous en avons déjà cité deux, savoir: « Ceux qui ont fait le bien ressusciteront à la vie » ; puis: « En vous est la source de la vie ». Dans aucun on ne lit le mot bienheureuse et on sait qu'il n'est question que de la vie bienheureuse, car la vie qui n'est pas bienheureuse n'est pas même une vie. Voici donc un autre passage tiré de l'Evangile. Vous connaissez ce riche qui ne voulait point quitter ce qu'il avait, qui s'irritait même à la pensée d'être forcé de laisser sur la terre sa fortune en mourant. Je m'imagine qu'au sein de ses biens immenses, mais pourtant terrestres, la crainte de la mort venait parfois troubler son bonheur et qu'elle lui disait: Tu jouis de ta fortune, mais tu ignores quand tu seras atteint de cette fièvre. Tu recueilles, tu acquiers, tu amasses, tu conserves, tu es dans la joie; mais on va te redemander ton âme, et tous ces biens que tu as amassés, à qui seront-ils (2) ? Cette pensée, comme on peut le croire, venant percer souvent son âme de l'aiguillon de la peur, il aborda le Seigneur et lui dit: «Bon Maître, qu'ai-je à faire pour acquérir la vie éternelle (3) ? » Il craignait de mourir, et il y était forcé; pour lui, aucun moyen d'échapper à la mort. Poussé donc par la nécessité de mourir d'une part, et d'autre part, par le désir de

 

1. Ps. XXXV,10. —  2. Luc, XII, 20. — 3. Matt. XIX, 16.

 

vivre, il aborda le Seigneur et lui dit : « Bon Maître, qu'ai-je à faire pour obtenir la vie éternelle ? »

Or, pour ne nous arrêter qu'à ce que nous cherchons, il lui fut répondu, entre autres choses: « Si tu veux parvenir à la vie, observe les commandements (1) ». Voilà bien ce que j'avais promis de prouver. Le riche ne dit pas dans sa demande: « Qu'ai-je à faire pour acquérir la vie » bienheureuse, mais : « pour acquérir la vie éternelle? » Il ne voulait pas mourir, il cherchait donc une vie qui fût sans fin. N'est-il pas vrai, cependant, comme je l'ai dit, que les impies vivent sans fin au milieu des tourments? Mais cette vie à ses yeux n'était pas une vie; il ne regardait pas comme une vie l'existence passée dans les douleurs et les afflictions, il savait que.ce n'était pas une vie et qu'elle méritait plutôt le nom de mort. Aussi parlait-il de vie éternelle, le nom seul de vie rappelant nécessairement l'idée de béatitude. Le Seigneur à son tour ne lui dit pas: Si tu veux parvenir, à la vie bienheureuse, observe les commandements; il ne prononce non plus que le mot seul de vie, il lui dit: « Si tu veux parvenir à la vie, observe les commandements ».

Ainsi donc une vie de tourments n'est pas une vie; il n'y a de vie que la vie bienheureuse ; de plus elle ne saurait être bienheureuse qu'elle ne soit éternelle. Aussi, pour échapper à la crainte de la mort qui lui parlait chaque jour, ce riche de l'Evangile cherchait-il la vie éternelle. Il avait déjà ce qu'il croyait être la vie bienheureuse; car il possédait la fortune et la santé, et vraisemblablement il se disait: Je n'en veux pas davantage, pourvu que je jouisse éternellement de ce que j'ai. Il trouvait une espèce de bonheur dans les plaisirs qu'il se procurait en satisfaisant ses passions insensées. Voilà pourquoi, en ne prononçant que le mot de vie, le Seigneur le détrompa; mais comprit-il? Le Sauveur ne lui dit pas en effet: Si tu veux parvenir à la vie éternelle, celle qu'il cherchait, estimant avoir déjà la vie heureuse ; il ne lui dit pas non plus : Si tu veux parvenir à la vie bienheureuse, attendu que la vie malheureuse ne mérite pas le nom de vie; il lui dit: « Si tu veux parvenir à la vie », à la vie qui est en même temps éternelle et bienheureuse

 

1. Matt. XIX, 17.

 

517

 

« Si tu veux parvenir à la vie, observe les commandements » ; à la vie par conséquent éternelle et bienheureuse tout à la fois, attendu que si elle n'est pas éternelle, elle n'est pas non plus bienheureuse, et qu'elle n'est pas une vie, si elle est éternelle et douloureuse.

7. Ou en sommes-nous, mes frères? Je vous ai demandé si vous vouliez vivre, et tous vous avez répondu affirmativement; affirmativement encore lorsqu'ensuite je vous ai demandé si vous vouliez la santé. Mais avec la crainte de perdre la santé et la vie, on ne vit plus; la vie alors en se prolongeant n'est qu'une longue crainte. Mais craindre toujours, c'est être toujours tourmenté. Un tourment éternel est-il une éternelle vie ? Voilà, certes, la preuve que la vie n'est pas bienheureuse, si elle n'est éternelle, ou plutôt qu'il n'y a de bonheur que dans la vie; car si elle n'est éternelle, et si elle n'est éternellement satisfaite, elle n'est ni bienheureuse, ni vie même. La chose est claire à nos yeux, tous sont d'accord sur ce point.

Mais ce que nous comprenons, nous. ne le possédons pas encore. Tous cherchent à le posséder, il n'est personne qui n'y travaille ; qu'on soit bon, qu'on soit méchant, on aspire à cela ; celui qui est bon avec confiance, et le méchant, avec impudence. Pourquoi , méchant, chercher ce qui est bon ? Ton désir même ne te dit-il pas quelle improbité il y a pour toi à chercher ce qui est bon quand tu es méchant? Ne veux-tu pas t'emparer, en effet, de ce qui appartient à autrui ? Si donc tu aspires au souverain bien, c'est-à-dire à la vie, pour y parvenir, sois bon. « Si tu veux par«,venir à la vie, observe les commandements». Une fois que nous serons en possession de cette vie, aurai-je besoin de demander qu'elle soit éternelle , qu'elle soit bienheureuse ? C'est assez d'avoir dit la vie , car il n'y a de vie que la vie bienheureuse et éternelle , et quand nous y -serons entrés, nous aurons la certitude d'y rester toujours. Si nous y étions avec l'incertitude de savoir si toujours nous y resterions, évidemment nous serions sous l'impression de la crainte. Or la crainte est un tourment, non pour le corps, mais, ce qui est pire, pour le coeur. Quand il y a tourment, y a-t-il bonheur? Aussi serons-nous sûrs de posséder toujours cette vie sans pouvoir la quitter ; d'ailleurs nous habiterons le royaume de Celui dont il est dit : « Et son royaume n'aura pas de fin (1)». De plus, en parlant de la gloire des saints de Dieu, dont la mort est précieuse à ses yeux, la Sagesse disait, comme vous l'avez remarqué à la fin de la lecture : « Et leur Seigneur règnera éternellement (2) ». Ah ! nous serons au sein d'un grand et éternel royaume, d'un royaume grand et éternel, précisément parce qu'il est fondé sur la justice.

5. Là personne ne trompe ni personne n'est trompé, on n'a pas lieu d'y suspecter son frère. En effet, la plupart des maux dont souffre le genre humain, ne viennent que de faux soupçons. D'un homme qui est peut-être ton ami, tu soupçonnes qu'il est ton ennemi ; et ce mauvais soupçon fait de toi l'ennemi acharné d'un sincère ami. Que peut-il faire pour te détromper, quand tu ne le crois pas et qu'il lui est impossible de te montrer son coeur ? Il te dit bien: Je t'aime; mais comme il peut te parler ainsi sans sincérité, puisque le menteur peut emprunter le langage de l'homme, véridique, en ne le croyant pas, tu continues à le haïr. C'est pour te tenir en garde contre ce péché qu'il t'a été dit : « Aimez vos ennemis (3) ». Aime tes ennemis mêmes, chrétien, pour ne t'exposer pas à haïr tes amis. Il est donc bien vrai, nous ne pouvons, durant cette vie, lire dans nos coeurs, « jusqu'à ce que vienne le Seigneur et qu'il éclaire ce qui est caché dans les ténèbres; il manifestera les secrètes pensées de l'âme, et chacun recevra de Dieu sa louange (4) ».

9. Si donc un homme à qui nous aurions complètement foi, venait à nous dire maintenant ; si un prophète, si Dieu même nous disait d'une manière quelconque, en employant qui il lui plairait : Vivez tranquilles, vous aurez tout en abondance, aucun de vous ne mourra, ne sera malade, ne souffrira ; j'ai délivré le genre humain de la mort, je veux que nul n'y soit plus assujetti ; si ce langage nous était adressé, quelle joie nous inspirerait cette espèce de sécurité ! Nous n'ambitionnerions pas davantage , nous le croyons du moins. Pourtant, si Dieu nous faisait parler de la sorte, nous demanderions aussitôt qu'il nous accorde de plus la grâce de lire réciproquement dans nos coeurs et de ne pas nous haïr, de nous connaître, non d'après dés conjectures humaines, mais à la lumière divine.

 

1. Luc, I, 33. — 2. Sag. III, 8. — 3. Matt. V, 44. — 4. I Cor. IV, 5.

 

518

 

Est-ce que je voudrais m'inquiéter, si mon ami, si mon voisin ne me haïssent pas, ne m'en veulent pas, et faire le mal par le fait même de cette inquiétude, avant qu'on m'en fasse? Assurément nous demanderions cette grâce, nous voudrions une vie sans incertitude , nous voudrions connaître réciproquement nos dispositions intérieures. Par vie, vous savez ce que j'entends ici ; à force de le répéter je pourrais émousser en vous plutôt qu'exciter le sentiment de la vérité. A la vie donc je voudrais adjoindre la vue de la vérité , la connaissance réciproque de nos coeurs, l'impossibilité d'être trompés par nos soupçons, la certitude enfin de ne déchoir jamais de l'éternelle vie. A la vie donc ajoute ainsi la vérité, et ce sera la vie bienheureuse. Nul, en effet, ne se soucie d'être trompé, comme nul ne se soucie de mourir. Montre-moi un homme qui consente à être dupe. On en rencontre, hélas ! beaucoup qui cherchent à tromper, pas un seul qui consente à être trompé. Rentre en toi-même. Tu ne veux pas être déçu, ne déçois personne, ne fais pas ce que tu ne veux pas endurer. Tu veux parvenir à la vie où on n'éprouve aucune déception; vis actuellement sans en faire éprouver aucune. Veux-tu arriver véritablement à la vie où tu seras à l'abri de toute surprise ? Eh ! qui ne le voudrait? Tu aimes donc la récompense; par conséquent, ne dédaigne pas de la mériter. Vis maintenant sans tromper, et tu parviendras à vivre sans être trompé. L'homme véridique aura la vérité pour récompense, comme celui qui passe bien le temps de sa vie aura pour récompense l'éternité.

10. Ainsi donc, mes frères, nous voulons tous la vie et la vérité. Mais comment y arriver? quel chemin suivre? Il est vrai, nous ne sommes pas encore au terme du voyage ; mais l'esprit et la raison nous l'indiquent , nous le montrent même. Nous aspirons à la

vie et à la vérité; le Christ est l'une et l'autre. Par où parvenir ? « Je suis la Voie », dit-il. Où arriver? « Et la Vérité et la Vie (1) ».

Voilà ce qu'ont aimé les martyrs ; voilà pour quel motif ils ont dédaigné les biens présents et éphémères. Ne vous étonnez point de leur courage : l'amour en eux a vaincu la douleur. Célébrons donc avec une conscience pure la fête de la Masse-Blanche ; et marchant sur les traces des martyrs, les yeux fixés sur leur Chef et le nôtre, si nous désirons parvenir au bonheur immense dont ils jouissent, ne craignons pas de passer par des voies difficiles. L'Auteur des promesses qui nous.sont faites est véridique, il est fidèle, il ne saurait tromper. Ah ! disons-lui avec une conscience pleine de candeur : « A cause des paroles sorties de vos lèvres, j'ai marché par de dures voies (2) ». Pourquoi craindre les dures voies de l'affliction et de la souffrance ? Le Sauveur y a passé. Mais c'est lui, réponds-tu peut-être. — Les Apôtres y ont passé aussi. — Mais c'étaient les Apôtres. — Je le sais : ajoute pourtant que des hommes comme toi y ont passé ensuite ; rougis même, des femmes aussi y ont passé. Exposé au martyre, tu es un vieillard ? Si près de la mort, ne crains pas la mort. Tu es un jeune homme ? Combien de jeunes hommes ont passé par là, qui comptaient vivre encore ? Des enfants mêmes et de petites filles ont passé par là. Comment serait dure encore cette voie que tant de passants ont aplanie ?

Voilà donc l'instruction que nous vous faisons régulièrement chaque année, afin de ne pas célébrer inutilement les solennités des martyres, mais de nous exciter à n'hésiter pas d'imiter leur foi et leur conduite, dès que nous faisons profession de les aimer en solennisant leurs fêtes.

 

1. Jean, XIV, 6. — 2. Ps. XVI, 4.

 

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante