SERMON CCCXXIII
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON CLXXXIV
SERMON CLXXXV
SERMON CLXXXVI
SERMON CLXXXVII
SERMON CLXXXVIII
SERMON CLXXXIX
SERMON CXC
SERMON CXCI
SERMON CXCII
SERMON CXCIII
SERMON CXCIV
SERMON CXCV
SERMON CXCVI
SERMON CXCVII
SERMON CXCVIII
SERMON CXCIX
SERMON CC
CHAPITRE CCI
SERMON CII
SERMON CCIII
SERMON CCIV
SERMON CCV
SERMON CCVI
SERMON CCVII
SERMON CCVIII
SERMON CCIX
SERMON CCX
SERMON CCXI
SERMON CCXII
SERMON CCXIII
SERMON CCXIV
SERMON CCXV
SERMON CCXVI
SERMON CCXVII
SERMON CCXVIII
SERMON CCXIX
SERMON CCXX
SERMON CCXXI
SERMON CCXXII
SERMON CCXXIII
SERMON CCXXIV
SERMON CCXXV
SERMON CCXXVI
SERMON CCXXVII
SERMON CCXXVIII
SERMON CCXXIX
SERMON CCXXX
SERMON CCXXXI
SERMON CCXXXII
SERMON CCXXXIII
SERMON CCXXXIV
SERMON CCXXXV
SERMON CCXXXVI
SERMON CCXXXVII
SERMON CCXXXVIII
SERMON CCXXXIX
SERMON CCXL
SERMON CCXLI
SERMON CCXLII
SERMON CCXLIII
SERMON CCXLIV
SERMON CCXLV
SERMON CCXLVI
SERMON CCXLVII
SERMON CCXLVIII
SERMON CCXLIX
SERMON CCL
SERMON CCLI
SERMON CCLII
SERMON CCLIII
SERMON CCLIV
SERMON CCLV
SERMON CCLVI
SERMON CCLVII
SERMON CCLVIII
SERMON CCLIX
SERMON CCLX
SERMON CCLXI
SERMON CCLXII
SERMON CCLXIII
SERMON CCLXIV
SERMON CCLXV
SERMON CCLXVI
SERMON CCLXVII
SERMON CCLXVIII
SERMON CCLXIX
SERMON CCLXX
SERMON CCLXXI
SERMON CCLXXII
SERMON CCLXXIII
SERMON CCLXXIV
SERMON CCLXXV
SERMON CCLXXVI
SERMON CCLXXVII
SERMON CCLXXVIII
SERMON CCLXXIX
SERMON CCLXXX
SERMON CCLXXXI
SERMON CCLXXXII
SERMON CCLXXXIII
SERMON CCLXXXIV
SERMON CCLXXXV
SERMON CCLXXXVI
SERMON CCLXXXVII
SERMON CCLXXXVIII
SERMON CCLXXXIX
SERMON CCXC
SERMON CCXCI
SERMON CCXCII
SERMON CCXCIII
SERMON CCXCIV
SERMON CCXCV
SERMON CCXCVI
SERMON CCXCVII
SERMON CCXCVIII
SERMON CCXCIX
SERMON CCC
SERMON CCCI
SERMON CCCII
SERMON CCCIII
SERMON CCCIV
SERMON CCCV
SERMON CCCVI
SERMON CCCVII
SERMON CCCVIII
SERMON CCCIX
SERMON CCCX
SERMON CCCXI
SERMON CCCXII
SERMON CCCXIII
SERMON CCCXIV
SERMON CCCXV
SERMON CCCXVI
SERMON CCCXVII
SERMON CCCXVIII
SERMON CCCXIX
SERMON CCCXX
SERMON CCCXXI
SERMON CCCXXII
SERMON CCCXXIII
SERMON CCCXXIV
SERMON CCCXXV
SERMON CCCXXVI
SERMON CCCXXVII
SERMON CCCXXVIII
SERMON CCCXXIX
SERMON CCCXXX
SERMON CCCXXXI
SERMON CCCXXXII
SERMON CCCXXXIII
SERMON CCCXXXIV
SERMON CCCXXXV
SERMON CCCXXXVI
SERMON CCCXXXVII
SERMON CCCXXXVIII
SERMON CCCXXXIX
SERMON CCCXL

SERMON CCCXXIII. APRÈS LA LECTURE DE LA RELATION.

554

 

ANALYSE. — Avis aux parents et aux enfants. — Ancône et Uzale. — Guérison de la soeur de Paul.

 

1. Croyons-le, mes frères, tous ces enfants que la colère de Dieu a frappés par la main de leur mère, finiront par recouvrer, grâce à la miséricorde divine, la santé dont nous sommes heureux de voir jouir maintenant ce frère.

Mais que les enfants apprennent ici le respect, et qu'ici les parents redoutent la colère. Il est écrit: « La bénédiction du père affermit  la maison de ses enfants ; et la malédiction de la mère la renverse jusqu'aux fondements (1) ». Ces malheureux ne sont plus maintenant sur le sol de leur patrie ; partout ils portent le spectacle effrayant de leur supplice, et en montrant partout leur infortune, ils jettent la terreur dans les âmes orgueilleuses. Apprenez, enfants, à rendre à vos parents l'honneur qui leur est dû, d'après l'Ecriture ; et vous, parents , lorsqu'ils vous offensent, souvenez-vous que vous êtes parents. Cette mère a prié contre ses enfants ; elle a été exaucée, attendu que Dieu est vraiment juste et qu'elle-même avait été outragée réellement. L'un de ses enfants lui avait adressé des paroles injurieuses et avait même porté la main sur elle ; les autres souffrirent avec insensibilité cette injure faite à leur mère, sans même dire en sa faveur un seul mot de reproche à leur frère. Dieu est juste ; il entendit les prières, il entendit les gémissements de cette infortunée. Et elle ? Ah ! ne fut-elle pas châtiée d'autant plus sévèrement qu'elle fut exaucée plus vite ? Sachez donc ne demander à Dieu que ce que vous ne craignez pas d'obtenir de lui.

2. Pour nous, mes frères, empressons-nous de rendre grâces au Seigneur notre Dieu pour celui qui est guéri, et de prier pour sa soeur encore captivé du mal. Bénissons Dieu de ce

 

1. Eccli. III, 11.

 

qu'il nous a jugés dignes d'être témoins de ce spectacle. Que suis-je, hélas ! pour leur avoir apparu sans le savoir ? Eux me voyaient, et c'était à mon insu. On leur conseillait même de venir en cette ville. Que suis-je? Un homme du commun, et non pas un personnage distingué. Vraiment, pour le dire à votre charité, je suis fort étonné et fort heureux de la faveur qui nous a été accordée, quand cet homme n'a pu trouver sa guérison à Ancône, ou plutôt quand, pouvant l'y trouver, car rien n'était plus facile, il ne l'y a pas trouvée à cause de nous.

Beaucoup savent, en effet, combien de miracles se font en cette ville par l'entremise du bienheureux martyr Etienne. Apprenez même une chose qui vous surprendra. Depuis longtemps il avait là un monument, il y est encore. — Son corps n'était pas encore découvert, diras-tu, d'où venait ce monument ? — On l'ignore, cependant je ne tairai point devant votre charité ce que la renommée a porté jusqu'à nous. Au moment où on lapidait saint Etienne, il se trouvait là des hommes innocents de sa mort, surtout parmi ceux qui croyaient au Christ. Or, on dit qu'une pierre l'ayant frappé au coude, vint retomber devant un homme sincèrement religieux. Cet homme l'emporta et la conserva. Cet homme était un marin; dans ses courses maritimes il,arriva avec cette pierre près du rivage d'Ancône, et il lui fut révélé qu'il devait l'y laisser. Il fut docile à la révélation, il fit ce qui lui était commandé ; et c'est de ce moment que date à Ancône la mémoire de saint Etienne ; on disait même, parce qu'on ignorait le fait précis, que le bras du saint martyre était là. Si la révélation ordonna de placer en cet endroit la pierre qui avait frappé le coude du martyr, ne serait-ce point parce qu'en grec coude se traduit par Agkon? Quoi qu'il en soit, c'est à ceux (555) qui savent quels miracles s'y opèrent, de nous le dire. Ces miracles n'ont commencé à se produire que depuis la découverte du corps de saint Etienne ; et si ce jeune homme n'y a point trouvé sa guérison, c'est que Dieu nous réservait d'en être témoins.

3. Cherchez aussi, et vous le saurez, combien il se fait de prodiges à Uzale, où est évêque mon frère Evode. Sans parler des autres, j'en rapporterai seulement un, pour vous faire comprendre combien y est sensible la présence de la majesté divine.

Une femme tenant un jour sur son sein son fils malade et simple catéchumène, le perdit tout à coup sans avoir pu le secourir, malgré tout son empressement; poussant alors un cri : Mon fils, dit-elle, est mort simple catéchumène.

4. Augustin en était à ces paroles, lorsque de la chapelle de saint Etienne, le peuple se mit à crier: Grâces à Dieu ! Louanges au Christ! Pendant que ce cri continuait, la jeune fille qui venait d'être guérie, fut conduite devant l'abside. Le peuple, à cette vue, fit éclater sa joie mêlée de larmes, et sans qu'il y eût aucunes paroles distinctes, mais seulement un bruit confus, il fit quelque temps encore entendre ses clameurs. Le silence rétabli : Il est écrit dans un psaume, dit l'évêque Augustin : « Je me disais: Je confesserai contre moi mon péché devant le Seigneur, et vous m'avez pardonné l'iniquité de mon coeur (1) ». — « Je me disais : Je confesserai » ; je n'ai pas confessé encore; « Je me disais: Je confesserai, et vous m'avez pardonné ». J'ai recommandé à vos prières cette infortunée, ou plutôt cette ex-infortunée; nous nous préparions à prier, et nous sommes exaucés. Que notre joie soit une action de grâces. L'Eglise notre mère a été plus tôt exaucée pour son bonheur, que cette mère de malédiction pour son malheur.

Unis au Seigneur notre Dieu, etc.

 

1. Ps. XXXI, 5.

 

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante