SERMON CCCXXXVII
Précédente Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
SERMON CLXXXIV
SERMON CLXXXV
SERMON CLXXXVI
SERMON CLXXXVII
SERMON CLXXXVIII
SERMON CLXXXIX
SERMON CXC
SERMON CXCI
SERMON CXCII
SERMON CXCIII
SERMON CXCIV
SERMON CXCV
SERMON CXCVI
SERMON CXCVII
SERMON CXCVIII
SERMON CXCIX
SERMON CC
CHAPITRE CCI
SERMON CII
SERMON CCIII
SERMON CCIV
SERMON CCV
SERMON CCVI
SERMON CCVII
SERMON CCVIII
SERMON CCIX
SERMON CCX
SERMON CCXI
SERMON CCXII
SERMON CCXIII
SERMON CCXIV
SERMON CCXV
SERMON CCXVI
SERMON CCXVII
SERMON CCXVIII
SERMON CCXIX
SERMON CCXX
SERMON CCXXI
SERMON CCXXII
SERMON CCXXIII
SERMON CCXXIV
SERMON CCXXV
SERMON CCXXVI
SERMON CCXXVII
SERMON CCXXVIII
SERMON CCXXIX
SERMON CCXXX
SERMON CCXXXI
SERMON CCXXXII
SERMON CCXXXIII
SERMON CCXXXIV
SERMON CCXXXV
SERMON CCXXXVI
SERMON CCXXXVII
SERMON CCXXXVIII
SERMON CCXXXIX
SERMON CCXL
SERMON CCXLI
SERMON CCXLII
SERMON CCXLIII
SERMON CCXLIV
SERMON CCXLV
SERMON CCXLVI
SERMON CCXLVII
SERMON CCXLVIII
SERMON CCXLIX
SERMON CCL
SERMON CCLI
SERMON CCLII
SERMON CCLIII
SERMON CCLIV
SERMON CCLV
SERMON CCLVI
SERMON CCLVII
SERMON CCLVIII
SERMON CCLIX
SERMON CCLX
SERMON CCLXI
SERMON CCLXII
SERMON CCLXIII
SERMON CCLXIV
SERMON CCLXV
SERMON CCLXVI
SERMON CCLXVII
SERMON CCLXVIII
SERMON CCLXIX
SERMON CCLXX
SERMON CCLXXI
SERMON CCLXXII
SERMON CCLXXIII
SERMON CCLXXIV
SERMON CCLXXV
SERMON CCLXXVI
SERMON CCLXXVII
SERMON CCLXXVIII
SERMON CCLXXIX
SERMON CCLXXX
SERMON CCLXXXI
SERMON CCLXXXII
SERMON CCLXXXIII
SERMON CCLXXXIV
SERMON CCLXXXV
SERMON CCLXXXVI
SERMON CCLXXXVII
SERMON CCLXXXVIII
SERMON CCLXXXIX
SERMON CCXC
SERMON CCXCI
SERMON CCXCII
SERMON CCXCIII
SERMON CCXCIV
SERMON CCXCV
SERMON CCXCVI
SERMON CCXCVII
SERMON CCXCVIII
SERMON CCXCIX
SERMON CCC
SERMON CCCI
SERMON CCCII
SERMON CCCIII
SERMON CCCIV
SERMON CCCV
SERMON CCCVI
SERMON CCCVII
SERMON CCCVIII
SERMON CCCIX
SERMON CCCX
SERMON CCCXI
SERMON CCCXII
SERMON CCCXIII
SERMON CCCXIV
SERMON CCCXV
SERMON CCCXVI
SERMON CCCXVII
SERMON CCCXVIII
SERMON CCCXIX
SERMON CCCXX
SERMON CCCXXI
SERMON CCCXXII
SERMON CCCXXIII
SERMON CCCXXIV
SERMON CCCXXV
SERMON CCCXXVI
SERMON CCCXXVII
SERMON CCCXXVIII
SERMON CCCXXIX
SERMON CCCXXX
SERMON CCCXXXI
SERMON CCCXXXII
SERMON CCCXXXIII
SERMON CCCXXXIV
SERMON CCCXXXV
SERMON CCCXXXVI
SERMON CCCXXXVII
SERMON CCCXXXVIII
SERMON CCCXXXIX
SERMON CCCXL

SERMON CCCXXXVII. POUR LA DÉDICACE D'UNE ÉGLISE. II. LE TEMPLE SPIRITUEL.

 

ANALYSE. — Pour vous récompenser de lui avoir élevé un temple matériel avec tant de générosité, Dieu vous accordera de devenir son temple spirituel. Quelle joie! quelle félicité! lorsque sera venu l'heureux moment de votre dédicace. Désirez donc cette dédicace; unissez-vous à Jésus-Christ, le céleste fondement; et multipliez les bonnes oeuvres que vous rappelle ce temple même.

 

1. Lorsqu'avec leurs biens temporels et terrestres les fidèles accomplissent ces bonnes oeuvres qui sont encaissées dans les trésors célestes, la foi le remarque, car elle a dans le coeur un oeil religieux. Aussi lorsqu'elle a vu des yeux du corps ces édifices qu'on élève pour y réunir de saintes assemblées, elle loue intérieurement ce qu'elle aperçoit à l'extérieur; et si la lumière visible l'éclaire, c'est pour lui communiquer la joie de l'invisible vérité. La foi effectivement ne s'applique pas à considérer combien sont belles les parties de cette sainte demeure, mais combien est grande la beauté de l'homme intérieur qui produit ces oeuvres inspirées par la charité.

Qu'est-ce donc que doit rendre le Seigneur à ses fidèles lorsque ceux-ci élèvent ces édifices avec tant de piété, tant de gaîté et de dévouement? C'est de les faire entrer à leur tour dans la construction de l'édifice immense vers lequel s'élancent les pierres vivantes que forme la foi, qu'affermit l'espérance et qu'unit la charité; édifice mystérieux où l'Apôtre, en sage architecte , établit comme fondement  (583) Jésus-Christ même (1), la grande pierre angulaire, comme le dit saint Pierre d'après les Ecritures prophétiques, « pierre rejetée par les hommes, choisie et glorifiée par Dieu (2)». C'est en nous unissant à elle que nous trouvons la paix, et la fermeté en nous appuyant sur elle ; car elle est à la fois la pierre fondamentale où nous trouvons notre assiette, et la pierre angulaire qui sert à nous unir. Jésus est aussi le roc sur lequel l'homme sage bâtit sa demeure et reste en pleine sûreté malgré les tempêtes du siècle, sans être ni entraîné par la pluie qui tombe, ni submergé par les fleuves débordés, ni ébranlé par le souffle des vents (3). « Il est aussi notre paix, puisque de deux il a fait un (4) » ; attendu qu' « en lui il n'y a ni circoncision, ni incirconcision, mais une création nouvelle (5) ». En effet, semblables à deux murailles venant de directions, opposées, la circoncision et l'incirconcision étaient fort éloignées l'une de l'autre, avant d'arriver jusqu'à lui et de s'y unir comme à l'angle.

2. De même donc que cet édifice sensible a été élevé pour nous réunir corporellement ; ainsi l'édifice mystérieux qui est nous-mêmes se construit pour servir à Dieu d'habitation spirituelle. « Le temple de Dieu est saint, dit l'Apôtre, et ce temple c'est vous-mêmes ». Nous construisons l'un avec des matériaux terrestres; élevons l'autre avec des moeurs réglées. Le premier se dédie maintenant, que nous le visitons ; le second se dédiera à la fin du siècle, quand viendra le Seigneur, quand, corruptible, ce corps se revêtira d'incorruptibilité, et mortel, d'immortalité (6) ; puisqu'à son corps glorieux le Seigneur conformera notre humble corps (7). Voyez plutôt ce qui se lit dans le psaume de la dédicace: « Vous avez changé mon deuil en joie; vous avez déchiré mon cilice, et vous m'avez revêtu d'allégresse; afin que ma gloire. vous célèbre et que je ne sois plus percé (8) ». De fait, pendant que nous nous élevons, notre humilité gémit devant Dieu; mais au moment où nous lui serons dédiés, notre .gloire le célébrera, attendu qu'il y a peine à s'élever et qu'il y aura joie à être consacré. N'y a-t-il pas travail et sollicitude quand on abat les pierres des montagnes et les arbres des forêts; quand, on

 

1. I Cor. III, 10, 11. — 2. I Pierre, II, 4. — 3. Matt. VII, 24, 25. — 4. Eph. II, 14. — 5. Gal. VI, 15. — 6.  I Cor. XV, 53. — 7. Philip. III, 21. — 8. Ps. XXIX, 12, 15.

 

les taille, qu'on les polit, qu'on les assemble; et lorsque l'édifice achevé on en célèbre la dédicace, la joie et la sécurité ne succèdent-elles point aux. fatigues et aux soucis? Ainsi en est-il de l'habitation spirituelle où Dieu fera sa demeure; non pour un temps, mais pour l'éternité: pendant que les mortels passent de l'infidélité à la foi; pendant qu'on abat et qu'on retranche en eux tout ce qui n'est ni bon, ni droit, pendant que la religion y forme en quelque sorte d'harmonieux et solides assemblages, à quelles afflictions ne sont-ils pas exposés à quelles tentations ne sont-ils pas en butte ! Mais lorsqu'arrivera la dédicace de l'éternelle demeure, lorsqu'il nous sera dit « Venez, bénis de mon Père, prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès le commencement du monde (1) » ; quelle allégresse, quelle paix pour nous! Il n'y aura plus que gloire, pour se livrer à l'enthousiasme; la faiblesse ne pourra plus être blessée. Ah ! lorsque se dévoilera devant nous Celui qui nous a aimés et qui pour nous s'est sacrifié; lorsque Celui qui s'est montré aux hommes avec la nature créée qu'il doit à sa Mère, se montrera à nous avec la nature divine et créatrice qu'il conserve dans le sein de son Père; lorsque, pour l'habiter toujours, l'Eternel entrera dans sa demeure, demeure achevée,et embellie, solidifiée par l'unité et revêtue d'immortalité, c'est alors qu'il accomplira toutes choses, qu'on le verra briller partout et que « Dieu sera tout en tous (2)».

3. Ce bonheur unique de voir Dieu a été demandé au Seigneur, demandé par quelqu'un qui est nous-mêmes, si nous voulons. Dans l'ardeur de ce désir, le prophète s'épuisait en gémissant, chaque nuit il baignait sa couche et arrosait son lit de ses larmes (3). C'est effectivement en vue de ce bonheur que ses pleurs lui servaient de pain et le jour et la nuit, pendant que tous les jours on lui demandait: « Où est ton Dieu (4)? » Ne dit-il pas lui-même: « J'ai demandé une grâce au Seigneur, je la réclamerai: c'est de demeurer dans la maison du Seigneur tous les jours de ma vie, afin d'y contempler le bonheur de Dieu et d'être à l'abri de tout danger, à moi qui suis son temple (5) ». Dieu, en effet, demeure dans ses élus; ceux-ci sont l'habitation de Dieu; oui, tout en habitant la

 

1. Matt. XXV, 34. — 2. I Cor. XV, 28. — 3. Ps. VI, 7. — 4. Ib. XLI, 4. — 5. Ib. XXVI, 4.

 

584

 

demeure de Dieu, ils servent à Dieu de demeure; demeure vivante qui contemple de près la félicité divine, qui est protégée parce qu'elle est son temple, et qui se met à l'abri dans le secret de sa face. Tel est l’espoir que nous gardons, sans posséder encore la réalité. « Or, si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec patience (1)», avec patience nous nous formons.

4. Courage donc, mes frères: « Si vous êtes ressuscités avec le Christ, aspirez à ce qui est en haut, car le Christ y siège à la droite de Dieu; goûtez ce qui est en haut et non ce qui est sur la terre (2) ». Si le Christ, notre fondement, est placé en haut, n'est-ce pas pour que nous nous y élevions ? Quand il s'agit de constructions terrestres, comme les matériaux tendent par leur propre poids à descendre, on pose en bas les fondations; mais. pour nous attirer en haut par le mouvement de la charité, c'est en haut qu'est placé ce fondement divin. « Travaillez » donc vivement, « avec crainte et tremblement toutefois, à votre salut; car c'est Dieu qui produit en nous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. Faites tout sans murmurer (3). Et, comme des pierres vivantes » unissez-vous « pour former le temple de Dieu (4) » ; semblables même à des bois incorruptibles, bâtissez avec vous-mêmes la maison du Seigneur. Par le travail, la souffrance, les veilles et l'application, équarrissez-vous, polissez-vous, disposez-vous à toutes sortes de bonnes oeuvres, pour mériter de reposer éternellement dans l'union avec les anges.

5. On a employé quelque temps à bâtir ce lieu sacré, et il ne durera pas éternellement c'est ainsi que ne sont pas éternels, mais temporels et mortels, nos propres corps dont la faiblesse a demandé à la charité de construire

 

1. Rom. VIII , 25. — 2. Colos. III , 1 , 2. — 3. Phllip. II , 12-14. — 4. Pierre, II, 5.

 

ce sanctuaire. « Mais nous avons une autre maison construite par Dieu, non par la main des hommes, et éternelle, dans les cieux (1) » ; c'est là qu'habiteront nos corps eux-mêmes, transformés après la résurrection en corps célestes et éternels. Maintenant encore Dieu habite en nous, non pas, il est vrai, en se découvrant comme lorsque nous le verrons face à face (2), mais par la foi; or, pendant qu'il réside ainsi en nous, nous méritons par les bonnes œuvres de devenir plus parfaitement son habitation, et ces bonnes oeuvres aussi ne sont pas éternelles, elles conduisent seulement à l'éternelle vie. Du nombre de ces œuvres est la construction de cette basilique; car au ciel nous ne construirons rien de semblable : nul édifice n'y menace ruine, on n'en bâtit aucun pour abriter un homme destiné à la mort. Maintenant toutefois, et afin d'obtenir l'éternelle récompense, livrez-vous aux bonnes œuvres temporelles. Oui, animés par la charité que donne l'Esprit-Saint, construisez la demeure de la foi et de l'espérance ; construisez-la avec les bonnes œuvres dont il ne sera plus question alors, parce qu'alors il n'y aura plus de besoin. Les fondations jetées dans vos coeurs seront les enseignements des prophètes et des Apôtres; votre humilité s'abaissera sans blesser personne et sera comme le payé; la prière et les discours sacrés serviront, comme de forts remparts, à protéger dans vos âmes la divine doctrine; les divins témoignages seront vos flambeaux; comme de fermes colonnes, vous soutiendrez les faibles; vous protégerez les abandonnés, comme cette solide toiture. Ainsi le Seigneur notre Dieu vous rendra-t-il des biens éternels pour vos biens temporels; et, parfaits, consacrés à lui, vous serez éternellement son domaine.

 

1. II Cor. V, 1. — 2. I Cor. XIII, 12.

 

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante