AVERTISSEMENT
Accueil Remonter Suivante


rte de l'église 38 - CH-1897 Le Bouveret (VS)

Accueil
Remonter
AVERTISSEMENT
LIVRE I
LIVRE II
LIVRE III
LIVRE IV
LIVRE V
LIVRE VI
LIVRE VII
LIVRE VIII
LIVRE IX
LIVRE X
LIVRE XI
LIVRE XII
LIVRE XIII
LIVRE XIV
LIVRE XV

OEUVRES DOGMATIQUES.

DE LA TRINITÉ

 

AVERTISSEMENT

 

Saint Augustin était encore jeune lorsqu’il commença ses livres sur la Trinité, laquelle est, dit-il, le Dieu souverain et véritable. Mais il ne les fit paraître que dans sa vieillesse, et vers l’an 411. Ce fut à la prière d’Aurèle, évêque de Carthage, auquel il les adressa avec une lettre qui peut leur servir de préface. Cet ouvrage est divisé en quinze livres, et peut être regardé comme un traité complet sur cet ineffable mystère. Il est en effet tout ensemble dogmatique et moral. Saint Augustin commence par écarter toute idée de Dieu qui serait fausse et erronée telle serait celle qu’on s’en formerait en se le représentant comme une substance corporelle ou un esprit limité et par conséquent imparfait. Car Dieu, ajoute-t-il, est infini, immense et incompréhensible. Dans les trois premiers livres, il prouve l’unité de l’essence divine, et la trinité des personnes; le quatrième traite du mystère de l’incarnation, et le cinquième est la réfutation des principaux sophismes des hérétiques. Dans les autres livres, il tâche d’expliquer le mystère de la Sainte Trinité, et se sert pour cela de comparaisons tirées de l’homme. Quoique ces comparaisons soient, en elles-mêmes très imparfaites, elles ne laissent pas que de répandre quelques clartés sur un sujet si élevé au-dessus de toute intelligence créée.

Cet ouvrage de saint Augustin a toujours été cité avec éloge par toute l’antiquité chrétienne; mais Cassiodore dit que sa lecture exige une forte application et une pénétration très-grande, parce qu’il est d’une subtilité et d’une élévation singulières. On conçoit donc aisément toutes les difficultés d’une bonne traduction. C’est pourquoi en réclamant tout d’abord l’indulgence de mes lecteurs, je désavoue par avance toute expression qui ne rendrait pas entièrement le sens du saint Docteur, ou qui pourrait n’être pas d’une exactitude rigoureusement théologique. Car sur ce mystère, comme sur tous les points de la doctrine chrétienne, je ne veux penser et parler que conformément à la sainte Eglise catholique, apostolique et romaine.

 

J. DUCHASSAING.

 

Les cinq premiers livres de la Trinité ont été traduits par M. l’abbé DUCHASSAING.

 

Les dix derniers livres ont été  traduits par M. DEVOILLE.

 

 

 

Accueil Suivante