LET. I
Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
LET. I
LET. II
LET.  III
LET. IV
LET. V
LET. VI
LET. VII
LET. VIII
LET. IX-X
LET. XI-XII
LET. XIII-XIX
LET. XX-XXI
LET. XXII
LET. XXIII-XXXII
LET. XXXIII-XLI
LET.  XLII-XLVII
LET.  XLVIII-LIV
LET. LV-LVII
LET. LVIII-LXIV
LET. LXV-LXVIII
LET. LXIX-LXXIV
LET. LXXV-LXXVII
LET. LXXVIII
LET. LXXIX-LXXX
LET. LXXXI-LXXXIV
LET. LXXXV-LXXXVI
LET. LXXXVII
LET. LXXXVIII-LXXXIX
LET. XC-XCII
LET. XCIII-XCV
LET. XCVI-XCIX
LET. C-CII
LET. CIII-CVIII
LET. CIX-CXIV
LET. CXV-CXXI
LET. CXXII-CXXV
LET. CXXVI-CXXVIII
LET. CXXIX-CXXXI
LET. CXXXII-CXXXVIII
LET. CXXXIX-CXLI
LET. CXLII-CXLVI
LET. CXLVII-CL
LET. CLI-CLVII
LET. CLVIII-CLXIII
LET. CLXIV-CLXIX
LET. CLXX-CLXXVII
LET. CLXXVIII-CLXXX
LET. CLXXXI-CLXXXVI
LET. CLXXXVII-CXCIV
LET. CXCV-CCVI
LET. CCVII-CCIX
LET. CCX-CCXVIII
LET. CCXIX
LET. CCXX-CCXXI
LET. CCXXII-CCXXIV
LET. CCXXV-CCXXVII
LET. CCXXVIII-CCXXIX
LET. CCXXX-CCXXXVI
LET. CCXXXVII-CCXLI
LET. CCXLII-CCXLIV
LET. CCXLIV-CCXLVIII
LET. CCL-CCLIII
LET. CCLIV-CCLV
LET. CCLVI-CCLX
LET. CCLXI-CCLXX
LET. CCLXXI
LET. CCLXXII-CCLXXIII
LET. CCLXXIV-CCLXXVIII
LET. CCLXXIX-CCLXXXII
LET. CCLXXXIII-CCLXXXVIII
LET. CCLXXXIX-CCXCVI
LET. CCXCVII-CCCI
LET. CCCII-CCCX
LET. CCCXI-CCCXX
LET. CCCXXI-CCCXXIX
LET. CCCXXX-CCCXXXVIII
LET. CCCXXXIX-CCCXLV
LET. CCCXLVI-CCCLIX
LET. CCCLX-CCCLXIII
COMMENDES
LET. CCCLXIV-CCCLXVI
LET. CCCLXVII-CCCLXXI
LET. CCCLXXII-CCCLXXXI
LET. CCCLXXXII-CCCLXXXV
LET. CCCLXXXVI-CCCLXXXIX
LET. CCCXC-CCCXCI
LET. CCCXCII-CCCXCVIII
LET. CCCXCIX-CDIV
LET. CDV-CDX
LET. CDXI-CDXVII
LET. CDXVIII-CDXX
LET. CDXXI-CDXXXI
LET. CDXXXII- CDXXXVIII
LET. CDXXXIX-CDXLI
LET. CDXLII-CDXLIV

OEUVRES COMPLÈTES DE SAINT BERNARD PREMIER ABBÉ DE CLAIRVAUX.

LETTRE PREMIÈRE. A ROBERT SON NEVEU (a) QUI ÉTAIT PASSÉ DE L'ORDRE DE CITEAUX A CELUI DE CLUNY.

Saint Bernard, avec une admirable charité et une affection plus que paternelle, rappelle auprès de lui son neveu Robert, que le dégoût d'une règle trop sévère ou le désir d'une observance plus douce ainsi que des caresses ou de perfides suggestions avaient porté à quitter les religieux de Citeaux pour ceux de Cluny. (Vers l’an 1119)

1. (b) Robert, mon très-cher fils, j'ai assez, trop longtemps même attendu que Dieu daignât dans sa bonté visiter votre âme par lui-même et la mienne par vous, en nous donnant, à vous ces sentiments de componction

* Par ces mots nous renvoyons aux notes qui se trouvent à la fin du volume.

a C'est ce qu'on lit dans presque tous les manuscrits. Dans celui de Saint-Germain, il y a : « Commencement de la lettre de saint Bernard, abbé, au moine dom Robert, son parent, qui avait abandonné l'ordre de Cîteaux, où il avait fait profession, pour l'ordre de Cluny. » Saint Bernard l'appelle son parent selon la chair, dans le courant de cette lettre, au n. 9, et dans la trente-deuxième lettre, au n. 3; c'est également le titre qui lui est donné dans l'histoire de la vie de saint Bernard, livre II, chapitre II. Jean l'Ermite, dans sa Vie de saint Bernard, livre Ier , chapitre V, le fait descendre d'Aleth, mère de saint Bernard, par une soeur de ce dernier; il nous apprend aussi, dans le même endroit, que Robert revint chez les religieux de Clairvaux, où il vécut dans la plus grande régularité jusqu'à l'âge de soixante-dix-sept ans,

b Cette lettre ne porte aucune indication, excepté dans les deux manuscrits de Saint-Germain, où on lit : « Bernard abbé, au jeune Robert. » Mais on ne sait si cette inscription est authentique. Cette lettre fut écrite a hors du couvent, sans eau au milieu de la pluie, »

ponction qui assurent votre salut, et à mot la, joie de vous voir sauvé.. Mais, comme je me vois encore trompé dans mon attente, je ne puis plus longtemps cacher mon chagrin, refouler mes inquiétudes et dissimuler ma peine. Voilà pourquoi, mettant de côté toute considération des convenances, je fais des avances pour rappeler celui qui m'a blessé.

Je cours après celui qui m'a dédaigné, j'offre des satisfactions à celui dont j'ai à me plaindre, enfin j'en viens à orner celui qui devrait me prier lui-même . C'est due la douleur quand elle est excessive ne délibère plus, perd toute mesure, et ne sait consulter la raison, ni prendre souci de sa dignité; bien loin de se conformer à l'usage et de prendre le jugement pour guide, elle ne tonnait, ni ordre ni coutume. Dans ces dispositions on n'a qu'une pensée, éloigner ce qui fait de la peine ou rappeler ce dont l'absence est un mal et une affliction.

Peut-être me direz-vous : je n'ai blessé ni méprisé personne; c'est bien plutôt moi qui suis l'offensé, moi qu'on a froissé de mille manières; je me suis contenté de fuir celui qui me faisait de la peine; est-ce manquer à quelqu'un que d'éviter le mal qu'il nous fait? Ne vaut-il pas mieux céder que résilier à celui qui nous persécute, se soustraire à ses coups plutôt que de les lui rendre ?

Cela est vrai, j'en conviens. Ce n'est pas pour discuter, mais c'est pour couper court à toute discussion que je vous écris: il est clair que tous les torts sont à celui qui persécute, et non pas à celui qui souffre la persécution; je veux donc oublier le passé, et ne rechercher ni le motif ni les circonstances de ce qui s'est fait, car je n'ai pas l'intention de discuter, de remonter aux causes, ou d'évoquer des souvenirs pénibles ; je ne veux parler que de ce qui m'est le plus à coeur. Je suis malheureux de ne plus vous voir, de vivre sans vous, car vivre ainsi, c'est une vraie mort à mes yeux, tandis que mourir pour vous, serait vivre. Non je ne veux pas rechercher pourquoi vous êtes parti, mais je gémis de ce que vous n'êtes pas encore revenu; ce n'est pas aux causés de votre départ que j'en ai, mais au retard de votre retour. Revenez seulement, et tout sera fini; revenez, et tout sera pour le mieux: oui, rapprochez-vous de moi, et dans les transports de mon allégresse je m'écrierai : « Il était mort, et il est ressuscité; il était perdu, et il est retrouvé (Luc., XV, 23). »

2. Certainement c'est moi qu'il faut accuser de votre départ, car je me suis montré un peu trop austère pour la délicatesse de votre âge, je ne ménageais pas assez votre jeunesse. C'était là, autrefois, si j'ai bonne mémoire, le prétexte ordinaire de vos murmures, quand vous étiez

comme il est rapporté au second chapitre du premier livre de la Vie de saint Bernard, et c'est à cause de ce miracle qu'elle se trouve placée en tête des autres lettres. L'endroit où il s'accomplit n'est pas éloigné de Clairvaux; on y a élevé un petit oratoire en souvenir de ce qui s'y est passé.

encore ici; et c'est toujours, je crois, le grief que vous avez contre moi depuis que vous vous êtes éloigné.

Je n veux pas répondre par des reproches; je pourrais peut-être m’excuser et dire qu'il était nécessaire de recourir à ces moyens pour dompter en vous la pétulance de l'âge; et qu'il faut dès le principe à la jeunesse une discipline âpre et sévère; car l'Ecriture dit : « Si vous châtiez votre fils, usez de la verge envers lui, et vous sauverez son âme (Prov., XXIII, 43) » elle ajoute ailleurs: «Dieu châtie ceux qu'il aime, et il flagelle celui qu'il met au nombre de ses enfants (Hebr., XII, 6) ; et dans un autre endroit, elle s'exprime ainsi : « Les coups d'un ami valent mieux que les caresses d'un ennemi (Prov., XXVII, 6). » mais, je l’accorde, c'est ma faute si vous êtes parti, car je ne veux pas chercher de quel côté sont les torts, au risque d'en retarder la réparation. Mais maintenant ils seront tous de votre côté, vous pouvez en être sûr, si vous ne tenez pas compte de mon repentir et si vous ne vous montrez pas touché de l'aveu de mes fautes ; car, en supposant qu'autrefois j'aie pu, dans certains cas, manquer de mesure envers vous, je suis sûr de n'avoir jamais manqué d'affection ; et si vous craignez que plus tard je ne retombe dans la même faute à votre égard, veuillez croire que je ne suis plus tel qu'autrefois, comme aussi j'espère que vous non plus vous n'êtes plus le même. En revenant changé, vous me trouverez tout autre, et vous n'aurez plus qu'un ami prêt à vous embrasser dans celui que vous craignez autrefois comme un maître. Ainsi donc, que vous soyez parti par ma faute, comme vous le prétendez, et comme je yeux bien vous le laisser croire; que ce soit par la vôtre, ainsi que beaucoup le pensent, quoique je m'abstienne de le dire, ou que ce soit enfin par notre faute à tous deux, comme je suis plus porté à le croire, toujours est-il que désormais, si vous refusez de revenir, la faute en serra tout entière à vous seul. Voulez-vous n'avoir point de reproches à vous faire, revenez. Si vous avouez votre faute, je vous la pardonne; mais vous, pardonnez-moi de votre côté, puisque je reconnais la mienne, sinon vous ferez preuve d'une indulgence excessive pour vous-même en refusant de reconnaître les torts que votre conscience vous reproche, ou d'une rigueur impitoyable pour moi en ne jugeant pas que vous deviez oublier vos griefs à mon égard, quand je vous offre toutes les satisfactions possibles.

3. A présent, si vous refusez de revenir, cherchez un autre prétexte pour endormir votre conscience; en effet, vous n’ayez plus rien à redouter de ma sévérité. Pouvez-vous craindre que je sois trop rigoureux pour vous lorsque vous serez de retour ici, quand vous voyez mon coeur se mettre humblement à vos pieds, et lorsque vous savez quels liens m'attachent encore à vous du fond de mes entrailles? Après tant de marques spontanées d’humilité et tant de chaudes promesses d'affection, que pouvez-vous craindre encore ? Venez donc avec confiance là où je vous appelle, et vous attire avec tant d'humilité et d'amour. Muni de tels otages, venez en toute sécurité. Vous vous êtes éloigné parce que j'étais dur, revenez à présent que je me montre plein de tendresse; que ma douceur vous rappelle si ma rigueur vous a forcé de partir. Considérez, mon fils, par quelle voie je désire vous ramener ici: ce n'est pas en vous inspirant la crainte d'un esclave, mais cet amour des enfants adoptifs dans lequel vous puissiez vous écrier sans crainte de n'être pas exaucé : Père! Père! Non, ce n'est point, vous le voyez, par les menaces, mais par des paroles de douceur, par la prière et non par la crainte que je plaide, auprès de vous, la cause de ma profonde douleur. Peut-être pourrais-je avoir recours à d'autres moyens. Tout autre à ma place repousserait vos accusations et tâcherait de vous faire trembler en vous rappelant le souvenir de vos voeux et en vous parlant du jugement dernier. Il vous reprocherait votre désobéissance et S'indignerait de votre apostasie, car vous avez quitté notre humble costume pour des vêtements recherchés; les légumes que vous mangiez ici, pour une table plus délicate, et la pauvreté pour les richesses. Mais je connais votre coeur, je sais que l'amour a sur lui plus d'empire que la crainte. D'ailleurs quelle nécessité y a-t-i1 de frapper deux fois de l'aiguillon celui qui s'élance de lui-même, d'épouvanter celui qui ne tremble déjà que trop, et de confondre davantage celui dont la confusion est bien assez grande ? N'a-t-il pas la raison pour maître, sa conscience pour juge et sa retenue naturelle pour règle de conduite?

Si l'on trouve étrange qu'un jeune homme réservé, simple, craignant Dieu, ait osé, malgré ses frères, en dépit de l'autorité de ses supérieurs et de la règle de son ordre, compter son voeu pour rien et quitter sa résidence, qu'on s'étonne donc aussi en voyant la sainteté de David surprise, la sagesse de Salomon mise en défaut, et la force de Samson même vaincue. Qu'y a-t-il d'extraordinaire que celui qui par ses ruses réussit à faire sortir le premier homme d'un séjour de bonheur, ait pu enlever un tout jeune homme d'un lieu d'horreur, d'un désert affreux ? Il n'a pas même été séduit par la chair, comme les deux vieillards de la Bible; ni par l'amour de l'argent comme Giési; ni par l'attrait de la gloire, comme Julien l'Apostat; c'est la sainteté qui l'a trompé, c'est la religion qui l'a séduit, c'est l'autorité des vieillards qui l'a perdu. Voici comment

4. Un supérieur fameux est envoyé par le général de son ordre c'était un loup ravissant sous une peau de brebis; il n'eut pas de peine à tromper la vigilance des bergers, qui le prirent, hélas! pour un agneau, et l'introduisirent auprès d'une tendre et jeune brebis qui ne se sauva pas du loup faute de le connaître : celui-ci l'attire, la captive, et la charme par ses caresses ; apôtre d'un nouvel évangile, il prêche le vin et blâme les privations; il taxe de misère, les pauvreté volontaire, de sottise, les jeûnes, les veilles, le silence et le travail des mains; mais l'oisiveté, c'est à ses yeux la vraie contemplation; l'amour de la table, les longues causeries, la curiosité, enfin tous les excès possibles, c'était de la sagesse. Est-ce que Dieu prend plaisir à nos tortures? disait-il; en quel endroit l'Ecriture nous dit-elle de nous faire mourir ? qu'est-ce que cette religion qui consiste à bêcher la terre, à couper du bois, à charrier du fumier? n'est-ce donc pas la sagesse qui a dit : « Je veux la miséricorde, non pas le sacrifice (Matth., IX, 3) ? » « Je ne veux pas que le pécheur meure, mais plutôt qu'il se convertisse et qu'il vive (Ezech., XVIII, 32). » Et encore : « Bienheureux ceux qui sont miséricordieux, parce qu'ils obtiendront aussi miséricorde (Matth., V, 7). » Pourquoi Dieu a-t-il fait des choses bonnes à manger s'il n'est pas permis d'en user? à quoi bon nous donner un corps s'il est défendu de le sustenter? Enfin, « pour qui sera bon celui qui est le bourreau de lui-même (Ezech., XIV, 5) ? » Vit-on jamais un sage traiter son corps en ennemi?

5. La malheureuse crédulité d'un enfant se laisse prendre et séduire par ces raisonnements: il suit son séducteur et se rend à Cluny : on lui coupe les cheveux, on le rase, on le baigne, on lui fait déposer ses vêtements grossiers, vieux et misérables, pour lui en donner de précieux, de neufs et de somptueux, puis on le reçoit dans le couvent; mais avec quels honneurs, en quel triomphe, avec quelles marques de distinction ? On l'exalte au-dessus de tous ceux de son âge, et tel qu'un soldat sortant vainqueur de la mêlée, il est comblé de louanges dans son péché, encouragé dans les désirs de son âme. On l'exalte, on le traite avec la plus grande considération, de sorte qu'un tout jeune homme se voit placé avant beaucoup de vieillards : tous les frères lui font accueil, on lui prodigue caresses et louanges,. tout le monde est dans l'allégresse, on aurait dit des vainqueurs quand ils se partagent les dépouilles faites sur l'ennemi.

O bon Jésus ! que n'a-t-on pas fait pour perdre cette pauvre âme? quel coeur eût été assez fort pour ne pas faiblir dans ces épreuves ? quel exil intérieur assez spirituel pour n'être point troublé à cette vue? qui aurait pu au milieu de tout cela rentrer en soi-même, et dans un tel entraînement discerner la vérité et se maintenir dans les bornes de l’humilité ?

6. Cependant on a recours pour lui à Rome : on s'adresse à l'autorité du saint Siège; et, pour que le Pape ne refuse pas son consentement, on le trompe, en lui disant que cet enfant a été offert au monastère par ses parents, quand il était jeune encore. Il n'y eut personne pour dire le contraire, d'ailleurs on n'attendit pas qu'il se présentât un contradicteur ; on jugea après n'avoir entendu qu'une des deux parties, et les absents eurent tort. Ceux qui avaient commis l’injustice gagnèrent leur cause, et ceux, qui l'avaient soufferte perdirent la leur ; le coupable fut renvoyé absous, et il ne fut obligé à aucune réparation.

Un privilège cruel confirme cette trop facile absolution, calme les inquiétudes de son âme, rassure: sa conscience mal assurée et la tranquillise dans ses doutes. La teneur de ces lettrés, la substance de ce jugement, et la conclusion de toute cette affaire, c'est que ceux qui avaient entraîné ce jeune religieux pouvaient le garder, et que ceux qui l'avaient perdu étaient réduits au silence : tout cela au détriment d'une pauvre âme pour laquelle le Christ est mort, et parce que tel est le bon plaisir, des moines de Cluny ! Une nouvelle profession religieuse succède à la première, il est fait d'autres voeux qui ne seront pas observés et des promesses qui ne seront pas gardées; au premier engagement annulé de cette manière en succède un autre dicté par la désobéissance,, et qui le rend doublement prévaricateur.

7. Mais un jour viendra où celui qui doit juger à, nouveau ce qui a été mal jugé, annulera ces sentences iniques, rendra la justice aux opprimés, jugera les pauvres dans son équité et se déclarera le juste vengeur des humbles sur la terre. Oui certainement nous serons jugés un jour par celui qui fait entendre ces menaces par le Prophète : « Quand j'aurai pris mon temps, je jugerai selon la plus rigoureuse justice. » Comment traitera-t-il les sentences iniques, lui qui jugera les justes mêmes? A ce jugement, un coeur droit vaudra mieux que dès paroles rusées, et une bonne conscience l'emportera sur une Bourse bien garnie, car le juge ne se laissera ni tromper par les paroles ni fléchir pat les présents. Seigneur Jésus, j'en appelle à votre tribunal; Seigneur Dieu de Sabaoth, c'est à votre jugement que je renvoie la décision de ma cause, c'est entre vos mains que je la remets ; vous êtes le juste juge, vous sondez les coeurs et les reins; vous ne sauriez favoriser l’erreur et vos regards ne peuvent être trompés ; vous discernez parfaitement ceux qui recherchent leurs intérêts et ceux qui ne songent qu'aux vôtres. Or vous savez quels sentiments j'ai toujours eus pour cet enfant au milieu de ses tentations, quels gémissements j'ai fait monter pour lui jusqu'aux oreilles de votre miséricorde; vous avez vu clans ses troubles, ses chutes et ses malheurs, comme j'étais sur les épines, dans les tourments et dans l'affliction ! Je crains aujourd'hui que tant de peines ne soient perdues, car je sais par expérience combien tous ces adoucissements sont funestes à un jeune homme d'un caractère bouillant et fier, quand où traite son corps avec trop de délicatesse et qu'on flatte son coeur par la vanité ; c'est pourquoi, Seigneur Jésus vous qui êtes mon juge, jugez-moi vous-même, vous, dis-je, dont les regards sont infaillibles.

8. Oui, voyez et jugez lequel des deux engagements est préférable, ou celui d'un père qui dispose de son fils, ou celui d'un fils qui se voue lui-même, surtout quand ce fils s'est engagé à quelque, chose de plus parfait. Et vous, serviteur du même Dieu; Benoît, notre saint législateur, dites quel voeu est plus régulier et l'emporte sur l'autre; est-ce celui qui fut fait d'un tout petit enfant à son insu, ou celui qu'il a fait plus tard lui-même, le sachant et le voulant, à l’âge où il pouvait s'engager en son propre nom? D'ailleurs il est pas douteux qu'il n'a été que promis (a) et non donné , dans son enfance, car la demande que la règle prescrit à ses parents de faire pour lui n'a pas été faite, et sa main non plus que sa demande n'a point été recouverte par la nappe de l’autel, en présence des témoins requis. On parle d'une terre qui fut donnée pour lui et avec lui; mais s’ils l’ont reçu en même temps que cette terre, pourquoi ne l'ont-ils point gardé avec elle ? Est-ce que par hasard ils tenaient plus au don qu'à Ce qui l'accompagnait, et faisaient-ils moins de cas d'une âme que d'un champ? D'ailleurs pourquoi cet enfant était-il resté dans le mondé s'il avait été offert au monastère? Pourquoi, s'il devait être nourri pour Dieu, était-il abandonné au diable ? Comment se fait-il que ces religieux de Cluny aient laissé une brebis de Jésus-Christ exposée à la dent des loups? Car c'est du siècle, j'en appelle à vous-même, Robert, et non de Cluny, que vous étés venu à Cîteaux. Vous avez cherché, vous avez demandé, vous avez frappé, mais vous avez vu avec un grand regret votre réception ajournée à deux ans à causé de votre extrême jeunesse : à l'expiration de ce délai, que vous avez supporté avec patience et sans murmure, vos prières et, si j'ai bonne mémoire, vos larmes abondantes ont enfin obtenu là faveur que vous souhaitiez depuis si longtemps, vous avez été admis comme vous l'aviez tant désiré, puis vous avez subi avec une patience admirable l'année, de noviciat que la règle prescrit: n'ayant donné pendant ce temps d'épreuve aucun sujet de plaintes par votre conduite, vous avez fait librement profession, et dépouillé la livrée du siècle (b) , pour prendre l'habit religieux.

9. Jeune insensé! qui a pu vous fasciner au point de vous empêcher d'être fidèle à vos voeux, à ces voeux que vos lèvres ont articulés ? Ne serez-vous pas justifié ou condamné par votre propre bouche ! Que me

a La promesse, c'est le voeu des parents; la donation, c'est la présentation de l'enfant faite par les parents eux-mêmes en la forme prescrite par la règle de saint Benoit, au chapitre LIX, laquelle autrefois obligeait les enfants.

b Autrefois les enfants qu'on offrait à Dieu prenaient tout de suite l'habit religieux ; les adultes ne pouvaient le prendre qu’après une année d'épreuves, comme on le voit par les chapitres LVIII et LIX de la règle. Cet usage fut d'abord suivi à Cîteaux, ainsi qu'il paraît par cette lettre ; mais il fut plus tard abandonné à l'exemple de ce qui se passait à Cluny, où les novices portaient le même habit que les profès, à peu près comme dans tons les autres ordres, avec cette seule différence que tant qu'ils n'avaient pas reçu la bénédiction, c'est ainsi qu'on appelait la profession, ils ne portaient point le capuchon. On peut lire à ce sujet Udalric, livre II, chapitre I , et pour l'époque où les choses commencèrent à se passer ainsi à Cîteaux, le livre VII de la Vie de saint Bernard, chapitre XV.

parlez-vous du voeu de votre père quand vous oubliez le vôtre! Ce n'est pas de son voeu, mais de celui que vous avez fait, due vous serez responsable, car c'est vous qui vous êtes enchaîné, et non pas les promesses que ses lèvres ont articulées: c'est en vain qu'on cherche à vous endormir en vous parlant, de l'absolution du saint Siège, votre conscience est liée par la parole de Dieu même qui vous dit : « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière, n'est pas propre au royaume de Dieu (Luc., IX, 62), » à moins que ceux qui vous retiennent et vous encouragent dans le mal, ne parviennent à vous persuader qu'agir comme vous l'avez fait n'est pas regarder en arrière. Mon cher enfant, si les pécheurs vous applaudissent, ne demeurez pas avec eux, ne vous fiez pas à tout esprit. Parmi tant de personnes qui vous font amitié choisissez un sage conseiller, puis mettez fin aux occasions du mal, méprisez les caresses des méchants, fermez l'oreille aux flatteries, et puis interrogez-vous vous-même sur votre propre compte, car nul ne vous connaît mieux que vous. Prêtez une oreille attentive à la voix de votre conscience, pesez avec soin les intentions qui vous ont fait agir, écoutez le langage de la vérité : répondez en conscience et dites pour quel motif vous nous avez quittés; pourquoi avez-vous abandonné votre ordre (a), vos frères et ce couvent; pourquoi m'avez-vous quitté, moi qui vous suis étroitement uni par la chair et plus étroitement encore par l'esprit ? Si ce fut pour mener une vie plus austère, plus sainte et plus parfaite, soyez tranquille, vous n'avez pas regardé en arrière, glorifiez-vous même avec l'Apôtre en disant: « J'ai oublié ce qui est derrière moi, et, tout entier à ce qui est en avant, je poursuis ma course vers la palme de la gloire (Philip., III, 13). » Mais s'il en est autrement, loin de vous féliciter, soyez saisi de crainte; car, permettez-moi de vous le dire franchement, tous ces relâchements dans la nourriture, tous ces vêtements superflus, ces paroles oiseuses, cette vie dissipée pleine de licence et de curiosité, bien différente de celle que vous avez embrassée et que vous meniez autrefois chez nous, c'est là ce que l'on appelle un regard jeté en arrière, une vraie prévarication, une apostasie (b), pour trancher le mot.

a Saint Bernard, dans la Vie de saint Malachie, dit de même, un monastère de notre ordre, en parlant de Mairy, mais dans sa deuxième lettre, au n. 9, il semble prendre le mot ordre pour synonyme de règle. Voyez encore la lettre quatrième, n. 2, et la lettre cent quatre-vingt-rlix-huitième, n. 2, il est vrai, Pierre le Vénérable appelle les religieux de Citeaux et de Cluny des religieux du méme ordre, et dans sa deux cent vingt-neuvième lettre, n. 10 et 30, il dit que Citeaux et Cluny sont les deux plus grandes congrégations du même ordre. Enfin saint Bernard lui-méme appelle Guillaume, abbé de Saint-Thierri, un religieux de notre ordre; voir sa lettre soixante-dix-neuvième ; et dans sa quarante-deuxième, il nomme religieux de notre ordre ceux qu'on appelle les moines noirs, et dont Nicolas de Clairvaux fait un ordre à part dans sa vingt-deuxième lettre.

b Expressions terribles employées contre les religieux qui cherchent des ordres relâchés et ne comptent presque four tien les institutions régulières. Saint Bernard, en parlant de ces religieux-là dans son troisième sermon sur le Psaume quatre-vingt-dix; dit: « Le respect humain les empêche d'apostasier de corps, mais ils doivent craindre que la tiédeur ne les fasse peu à peu apostasier de coeur. » Voir encore la trois cent quatre-vingt-deuxième, et surtout la trois cent treizième lettre de saint Bernard.

10. Si je vous parle ainsi, mon cher enfant, ce n'est pas pour vous confondre, mais pour vous avertir comme mon fils bien-aimé; si vous avez plusieurs maîtres en Jésus-Christ, vous n'avez qu'un père, et c'est moi, vous devez en convenir, car c'est moi qui vous ai engendré à la religion par mes leçons et mes exemples; c'est moi encore qui vous ai nourri de lait, seul aliment que, jeune encore, vous pussiez prendre alors, et je vous aurais donné une nourriture plus solide si vous aviez attendu que vous fussiez devenu grand. Mais, hélas, vous avez été sevré de bonne heure et bien prématurément! J'ai peur que celui que j'avais réchauffé de mes caresses, fortifié par mes exhortations, soutenu par mes prières, déjà ne se refroidisse, ne tombe en défaillance et ne soit sur le point de périr! Je crains, dans mon malheur, de n'avoir pas seulement à pleurer sur l'inutilité des peines que je me suis données, mais encore sur la perte d'un enfant infortuné qui se damne !

Pourquoi faut-il qu'un autre qui n'a rien fait pour vous, maintenant se glorifie de vous avoir? Mon sort est le même que celui de la courtisane de Salomon, dont l'enfant fut dérobé par celle qui avait étouffé le sien. Vous aussi vous avez été enlevé de mon sein et arraché de mes bras, et je pleure la perte d'un fils qui m'a été ravi, je réclame mon enfant qu'on m'a enlevé de force. Puis-je oublier mes propres entrailles? le peu qu'il m'en reste ressent les plus affreuses douleurs quand on me sépare de la moitié de moi-même.

11. Mais quel intérêt ou quelle nécessité ont pu porter mes amis à méditer contre moi ce qu'ils ont entrepris? Ils ont trempé leurs mains dans le sang, et m'ont percé le cœur de leur épée, leurs dents sont aiguisées comme des traits et des flèches, et leur langue est semblable à un glaive pénétrant. Ils auraient eu le droit de me rendre la pareille si je les avais jamais offensés; mais ma conscience est loin de m'adresser ce reproche, et j'ai reçu beaucoup plus que la peine du talion, si par hasard j'ai pu avoir quelque tort à leur égard; car ce n'est pas aux os de mes os et à la chair de ma chair qu'ils se sont attaqués, mais ils m'ont arraché la joie de mon coeur, le fruit de mon esprit, la couronne de mon espérance; plus que cela encore, il me semble qu'ils m'ont pris la moitié de moi-même. Or pourquoi en sont-ils venus là? Est-ce par pitié polir vous, parce qu'ils voyaient avec peine que je n'étais qu'un aveugle qui en conduisait un autre ? ont-ils voulu vous prendre sous leur conduite afin que vous ne périssiez pas avec moi? O charité funeste, ô amitié pleine de dureté! Ne pouvaient-ils prendre soin de votre salut qu'en me persécutant? Et ne pouviez-vous être sauvé si je ne périssais? Encore s'ils vous sauvaient, en effet, sans moi, et s'ils vous conservaient la vie aux dépens de la mienne ! Mais le salut est-il donc plutôt dans le luge des vêtements et les délices de la table que d'une, une vie sobre et dans des vêtements de peu de valeur ! S'il faut pour se sanctifier des pelisses de fourrures douces et chaudes, des étoffes délicates et précieuses, de grandes manches, un simple capuce, de bonnes couvertures et du linge bien fin (a), que tardé-je moi-même à vous suivre? Mais ce sont là des douceurs bonnes pour les malades et non pas des armes pour des soldats qui se préparent au combat : car c'est à la cour des rois qu'on voit ceux qui sont vêtus avec délicatesse. Le vin et la fleur de farine, les boissons sucrées et les bons morceaux font l'affaire du corps, mais non celle de l'esprit : ce n'est pas l'âme mais la chair que les fritures engraissent. On vit pendant longtemps, en Egypte, des religieux sans nombre servir bien, sans user même de poisson (b). Le

a Saint Bernard rappelle ici les différents vêtements dont les Cisterciens avaient repoussé l'usage, comme contraires à la règle, tandis que les religieux de Cluny les avaient conservés; En effet, nous voyons dans le petit Exorde de Citeaux que les religieux de cette maison avaient rejeté l'usage « des frocs, des pelisses de fourrures, des chemises de fil, des capuces et des braies d'hommes, de même que des sommiers cardés et des couvertures de lit. » Aussi dans le livre des Statuts, chapitre XV, rejette-t-on les cucules,dont le dessus est en lainé. Nous voyons dans le manuscrit des Coutumes de Cluny, par Bernard de Cluny, chap. XXX, qu'entre autres choses il était permis aux religieux de ce monastère d'avoir, en fait de vêtements, « deux frocs, deux cuculles, deux chemises et trois pelisses de peaux, » et pour le coucher, « un oreiller, un drap, un couvre-pieds, une couverture et une autre pièce par-dessus. » Les frocs différaient de la cuculle par la forme et la matière: ainsi lai cueillie n'avait qu'un capuce très-étroit, point de manchettes, où n'en avait que de fort étroites; le froc, au contraire, avait des manches très-amples et un capuchon; de plus il était en drap fin, qu'on appelait froc ou flot; d'on lui est venu son nom. Citez nous, la cuculle s'appelle ordinairement floc; les Cisterciens l'appellent le plus souvent coulle, à cause de leur répugnance pour les frocs. La pelisse de campagne dont parle saint Bernard est une sorte de pardessus en peaux de bêtes sauvages. Dans son apologie adressée à Guillaume, n. 24, Bernard de Cluny, cité plus haut, s'attaque au cattinum et « aux couvertures qu'il n'est pas permis de laisser à découvert, non plus que d'avoir des peaux d'agneaux, de putois, de lièvres, ni enfin d'aucune autre espèce d'animal de plus grand prix. Voir le livre IV, chapitre XXXVI de la Vie de saint Bernard.

b On voit par là que les religieux de Citeaux ne faisaient usage du poisson que très-rarement et lorsqu'ils étaient en voyage, comme il est rapporté au livre VII, chapitre XX de la Vie de saint Bernard; ils ne mangeaient pas non plus d'actifs, ainsi qu'on le voit au numéro suivant. Voici ce que nous apprend sur l'usage des oeufs une lettre de l'abbé Fastrède, imprimée à la suite de celles de saint Bernard : Un novice, dégoûté de tout dans sa dernière maladie, « eut envie de manger un veuf, » mais il observa l'abstinence jusqu'à la fin. Le même auteur nous dit que « les herbes étaient cultes sans huile et sans graisse. » Saint Bernard lui-même nous parle « d'une bouillie faite avec de la farine, de l'huile et du miel, mais sans beurre, » qu'il se permettait, non sans scrupule, pour réchauffer son estomac. Dans cette lettre et dans la suivante, qui est de Pierre de Roye, on voit que les religieux de Clairvaux buvaient une sorte de bière, quelquefois même de l'eau pure, rarement du vin, encore n'était-ce qu'avec beaucoup d'eau, comme on eut bien de la peine à décider Humbert, dont saint Bernard parle dans ses sermons sur les saints, n. 40, à le faire, à cause de ses infirmités. C'est ce qui arriva aussi pour saint Bernard lui-même, comme on le voit dans le premier livre de sa Vie, au n. 46. on peut consulter encore sur ce sujet le trentième sermon de saint Bernard sur le Cantique des Cantiques, et Jean l’Ermite, dans sa Vie, de saint Bernard, livre 11, n. 10, pour ce qui a rapport à la vigne maudite.

poivre , le gingembre, le cumin; la sauge et les mille autres épicés ne flattent qu'en éveillant en même temps l'ardeur des sens. Et vous vous croyez en sûreté au milieu de tout cela; vous Pensez avec, ces choses-là passer votre jeunesse sans danger? Quiconque mène une vie sage et réglée n'a besoin que d'un peu de sel pour assaisonner ses mets, et d'avoir faim pour les trouver exquis; mais si on devance le besoin, alors il faut recourir à je ne sais quels sucs de plantes étrangères pour en composer des assaisonnements multiples, afin de piquer le palais, de réveiller le goût et d'exciter l'appétit.

12. Mais que fera, me direz-vous, celui qui ne peut faire autrement ? Je sais que vous êtes délicat et qu'habitué maintenant à ces choses vous ne pouvez suivre un régime dur. Mais il faut travailler à le pouvoir, et si vous me demandez comment il faut vous y prendre pour y réussir, je vous répondrai : Levez-vous vite; ceignez-vous les reins, secouez votre oisiveté, déployez toutes vos forces ; faites oeuvre de vos bras, que vos mains s’ouvrent se fatiguent, Prenez de l'exercice, mais un exercice utile, et vous ne vous sentirez bientôt de l'appétit que pour ce qui peut apaiser votre faim, non pas pour ce qui flatte le goût ; le travail rendra aux mets ce goût dont l'inaction les a dépouillés pour votre palais ; et après vous être fatigué, vous mangerez avec délices bien des choses qui ne vous semblent pas bonnes à présent que vous ne faites rien : car si l'oisiveté engendre le dégoût, le travail donne de l'appétit. On ne saurait croire comme la faim rend agréables les choses qu'un palais délicat trouverait

insipides : des légumes, des fèves, de la purée, un pain grossier (a) avec de l'eau, sont peu appétissants, j'en conviens, pour l'homme qui ne travaille pas, mais semblent délicieux à celui qui prend beaucoup d'exercice.

.N'ayant plus l'habitude de porter de grossières tuniques (b) comme les nôtres, peut-être avez-vous peur de les reprendre ; vous les trouvez trop froides en hiver et trop chaudes en été mais rappelez-vous donc ce proverbe ; « Celui qui craint le givre aura de la neige. » Vous avez peur des veillés, des jeûnes et du travail manuel, mais c'est bien peu de chose que tout cela quand on songe aux flammes éternelles; je vous assuré que la pensée des ténèbres extérieures fait supporter aisément les plus grandes horreurs de la solitude. Quand on a présent à l'esprit le compte

a Nous voyons dans la Vie de saint Bernard, livre II, n. 6, de quel pain on faisait usage à cette époque à Clairvaux; Fastrède, dans sa lettre citée plus haut, nous dit qu'il était fait d'avoine.

b Les religieux de Citeaux portaient leurs tuniques immédiatement sur la peau, sans chemise ni étoffe de laine ou de fit par-dessous; ils ne portaient pas le cilice, comme on le voit au livre fer de la Vie de saint Bernard. Voyez aussi la préface du tome second.

qu'il faudra rendre pour des paroles inutiles, on ne trouve plus le silence désagréable: ces pleurs éternels et ces grincements de dents, s'ils sont présents à votre pensée, vous empêcheront de trouver de la différence entre une natte et un matelas; ensuite, si vous consacrez une partie de la nuit au chant des Psaumes, comme la règle le prescrit, il faudra que votre lit soit bien dur pour que vous n'y puissiez goûter quelques heures de sommeil; enfin si le jour vous donnez au travail des mains tout le temps que vous devez, il n'y aura pas de pain si sec que vous ne mangiez avec plaisir.

13. Debout, soldat du Christ, debout, et secouez la poussière dont vous êtes couvert; retournez au combat dont vous vous êtes éloigné; reprenez part à la lutte après avoir commencé par fuir; redoublez de courage, et vous triompherez avec plus de gloire.

Le Christ compte un bon nombre de soldats qui, après avoir commencé la lutte avec ardeur, ont tenu bon jusqu'à la fin et ont remporté la victoire; mais il en compte bien peu qui, après s'être enfuis, sont revenus au combat qu'ils avaient abandonné, pour faire à leur tour prendre la fuite à l'ennemi devant lequel ils avaient eux-mêmes tourné le dos. Tout ce qui est rare est précieux, aussi je me réjouis à la pensée que vous pouvez être du petit nombre de ces derniers combattants dont la gloire paraîtra d'autant plus grande qu'ils comptent fort peu d'imitateurs.

D'ailleurs si vous avez tellement peur, pourquoi du moins craignez-vous là même où il n'y, a rien à craindre, tandis que vous n'avez pas, peur là où il y a tant à trembler ? Auriez-vous la pensée que vous avez échappé aux mains des ennemis parce que vous avez pris la fuite? Mais votre adversaire vous poursuit l'épée dans les reins si vous fuyez, tandis que c'est à peine s'il ose vous attaquer quand vous lui résistez; il ne manque pas de courage pour frapper par derrière, mais il n'en a pas autant pour attaquer en face. A présent que vous avez jeté vos armes loin de vous, vous prolongez sans défiance votre sommeil jusque bien avant dans la matinée: hélas! n'est-ce pas le matin que le Christ s'est levé du tombeau? Sachez donc que privé de vos armes vous êtes plus accessible à la crainte en même temps que vous en inspirez beaucoup moins à l'ennemi. Une foule de gens armés environnent votre maison, et vous dormez ! les voilà qui franchissent le fossé, ils se fraient un passage dans la haie, déjà ils se précipitent par la porte de derrière : est-il plus sûr pour vous qu'ils vous trouvent seul plutôt qu'au milieu des autres, sans armes et dans votre lit, plutôt que sous les armes et dans la plaine? Réveillez-vous donc, prenez vos traits, courez vous joindre à vos compagnons d'armes que vous avez abandonnés pour fuir; que la crainte qui vous a d'abord séparé d'eux vous ramène de nouveau dans leurs rangs! Soldat efféminé, si vous avez trouvé vos armes trop dures et trop pesantes, l’ennemi qui vous presse et les traits qui volent de tous côtés vous ferait oublier le poids de votre bouclier, de votre casque et de votre cuirasse.

Sans doute, quand on passe sans transition de l'ombre au soleil, du repos au travail, les commencements semblent pénibles ; mais après qu'on s'est peu à peu déshabitué des uns pour s'accoutumer aux autres, l'habitude fait disparaître toute difficulté, et l'on trouve aisé ce qu'on avait auparavant jugé impossible. Les militaires les plus braves ne peuvent se défendre d'abord d'une certaine émotion quand ils entendent la trompette donner le signal du combat; mais à peine en sont-ils venus aux mains, que l'espoir de la victoire et la crainte de la défaite les rendent intrépides. Qu'avez-vous donc à craindre au milieu de vos frères qui, les armes à la main, vont former un rempart autour de vous, sous la protection des anges qui se tiendront à vos côtés, à la suite du Christ qui vous guide au combat, vous précède et vous exhorte à la victoire en ces termes : « Ayez confiance en moi, j'ai vaincu le monde (Joan., XVI, 33) 2 » « Si le Christ est pour nous, qui sera contre nous (Rom., VIII, 31) 2 » On combat sans crainte quand on est certain de la victoire ; quel combat plein de sécurité que celui qui se livre avec et pour le Christ ! dans lequel ceux-là seuls qui prennent la fuite perdent la victoire, tandis que ceux qui sont blessés ou terrassés, ceux mêmes qui sont foulés aux pieds ou mille fois frappés à mort, si la chose était possible, sont toujours assurés de vaincre! Il n'y a que la fuite qui puisse vous faire tomber la victoire des mains, la mort même ne pourrait vous la ravir; d'ailleurs ce serait un bonheur de mourir en combattant, car à peine a-t-on rendu le dernier soupir qu'on reçoit la couronne éternelle. Mais malheur à vous si vous évitez le combat par la fuite vous perdez en même temps la victoire et la récompense. Je prie celui qui, au jour du jugement dernier, trouvera dans cette lettre un motif de plus pour vous condamner si vous n'en avez pas profité, d'éloigner de vous, ô mon fils bien-aimé, le malheur d'être sourd à mes remontrances.

Haut du document

NOTES DE HORSTIUS ET DE MABILLON

LETTRE 1.

1. A Robert. Cette lettre a été dictée en plein air par saint Bernard, sans pluie au milieu de la, pluie, comme dit Guillaume, abbé de SaintThierri (Vie de saint Bern., liv. I, ch. II). Elle fut écrite par un certain Guillaume, qui fut plus tard premier abbé de Ridal, en Angleterre. On a cru, mais à tort, que Gilbert, de file d'Hoy, parlait de cet abbé-là, quand il fait l'éloge d'un abbé de Ridal, dans son quarante et unième sermon sur le Cantique des cantiques: c'était probablement de son successeur, nommé Elred, qui mourut en 1166, selon Pitrée. En effet, il en parle dans son sermon qui est en forme d'éloge funèbre, comme d'un homme mort depuis peu; or Guillaume de Ridal mourut en 1143, et Gilbert n'entreprit la continuation de l'explication du Cantique des cantiques qu'après la mort de saint Bernard, arrivée en 1153, et, dans le trentième sermon, il parle du schisme causé par l'empereur Frédéric contre Alexandre III, en 1159.

2. Pour ce qui est de Robert à qui est adressée cette première lettre, Jean l'Ermite, écrivain de ce temps-là, en parle ainsi dans sa Vie de saint Bernard. « Il était petit-fils d'Aline, mère de saint Bernard, de laquelle nous nous proposons de parler, et fils de sa soeur; il lui adressa la première de ses lettres. » Pierre-François Chifflet, religieux de la compagnie de Jésus, dans un appendice à sa dissertation sur l'origine illustre de la famille de saint Bernard, émet, en forme de doute, la pensée que la mère de Robert fut Diane, femme d'Othon de Châtillon de Montbar; en ce cas, on aurait appelé Robert neveu de saint Bernard, par suite ou d'une étrange bévue de celui qui a collectionné les lettres du Saint, ou d'une manière de parler, autrefois assez fréquente, qui permettait aux

1 Nous donnons ici les notes qui étaient trop étendues pouf' être mises au bas des lettres.

enfants des deux frères ou des deux saurs, de même qu'à ceux d'un frère et d'une saur, de se donner le titre de neveu, à condition pourtant que le plus jeune seul recevait ce nom de son cousin plus âgé que lui, comme, en effet, saint Bernard se trouvait l'être par rapport à Robert, ainsi qu'on peut l'augurer, soit de l'histoire de sa vie, soit de sa lettre elle-même.

3. Quant à la date de cette lettre, on peut; je crois, lui assigner à peu près celle de 1119. Il paraît, comme nous le démontrerons plus bas, que Robert a fait profession solennelle chez les Cisterciens, en 1116. Dès que la nouvelle en parvint aux oreilles des religieux de Cluny, ils eurent recours à la ruse pour le faire revenir chez eux. Voici, en effet, ce qu'on lit dans l'Exorde de Ciseaux, distinction troisième, chapitre neuvième : « Cependant les religieux de Cluny, apprenant que le jeune homme s'était donné à l'ordre de Cîteaux, en conçurent un très-grand dépit.... N'osant, à cause de saint Bernard, le réclamer ouvertement, ils eurent recours à la ruse, et ils envoyèrent un certain prieur, etc. » Cependant saint Bernard dissimula longtemps, comme il le dit au commencement de sa lettre; mais enfin, ne pouvant plus contenir sa douleur, il écrivit cette lettre qui ne lui ramena pas Robert, comme il en fait la remarque, avec tristesse, dans sa trente-deuxième lettre. Ce fut Pierre le Vénérable qui le lui renvoya.

4. Voici comment il nous semble qu'on peut démontrer que Robert fit profession en 1116. Presque tous les écrivains, aussi bien ceux qui sont de notre ordre que ceux qui n'en sont pas, pensent que Robert était un. des trente compagnons dont saint Bernard s'était fait suivre, en quittant le monde, pour aller à Citeaux. Ils se fondent sur ces paroles de saint Bernard : « C'est moi qui vous ai engendré à la religion par mes leçons et mes exemples. » Or, à cause de sa trop grande jeunesse, son admission à Cîteaux fut retardée de deux ans, après lesquels il fut reçu à faire son noviciat, comme saint Bernard lui-même le dit dans sa lettre. Or notre Saint est entré lui-même à Citeaux en 1113. Si on ajoute à cette date deux années d'ajournement et une année de noviciat, on trouve bien que Robert a fait profession en 1116. Ce calcul est singulièrement corroboré par l'Exorde dont nous avons parlé plus haut, car on y voit que Robert entra à Citeaux avant due Bernard en partit pour aller à Clairvaux, c'est-à-dire, avant 1115, époque de la fondation de Clairvaux. Voici le passage de l'Exorde de Ciseaux : « Dom Robert, ex-abbé de la Maison-Dieu, et parent de saint Bernard, selon la chair, avait, dans sa très-grande jeunesse, pris, à Citeaux, le joug aimable et le fardeau léger du Seigneur. Mais plus tard, quand l'homme de Dieu, le très révérend Bernard, fut devenu abbé de Clairvaux, il fut formé par lui, dénis ce monastère, à la science de Dieu. »

5. D'où il suit évidemment qu'on ne peut attribuer le départ de Robert du monastère de Clairvaux et l'entraînement auquel il a cédé, qu'aux conseils et à l'influence de Ponce, qui fut abbé, de Cluny de 1109 à 1122 ; car on ne saurait placer ces faits durant l'administration de Pierre le Vénérable, qui succéda à Ponce après l'abbé Hugues qui ne fut en charge que trois mois, comme on le voit par le Chronique de Cluny. D'ailleurs il est bien certain que jamais Pierre le Vénérable dont on connaît l'amour pour la paix et la droiture, n'aurait envoyé un prieur à Clairvaux pour séduire, un jeune religieux; s'il l'avait fait, aurait-il pu compter le renvoi de Robert à son parent Bernard, parmi les plus grands services qu'il ait rendus à ce Saint et comme les plus grandes preuves d'amitié qu'il lui ait données? On ne rend pas un service quand on répare une injustice. Or voici ce que nous lisons dans une lettre de Pierre lé Vénérable à saint Bernard (Pierre le Vénér., liv. VI, lett. 35),: « Pourquoi donc, mon cher ami, ne voulez-vous pas me donner au moins pour un mois un de vos religieux, quand je vous ai cédé par amour pour vous, non pas pour un temps, mais pour toujours, Robert votre parent, Garnier et plusieurs autres religieux encore? » Remarquons en passant que non-seulement Pierre le Vénérable renvoya Robert dès les premiers temps qu'il fut abbé de Cluny, mais que Robert revint à Clairvaux, d'où il fut envoyé plus tard par saint Bernard à la Maison-Dieu, dans le diocèse de Dijon, en qualité d'abbé. Voyez les Annales de Manrique aux années 1173 et 1117; c'est là que nous avons puisé presque tout ce que nous venons de dire. (Note de Mabillon.)

6. « Ni par l'attrait de la gloire, comme Julien l'Apostat.... » D'après Théodoret (Hist. eccl., liv. III, chap.3), Julien l'Apostat, enflammé du désir de s'élever à l'empire, parcourut la Grèce, à la recherche des devins et des sorciers, pour leur demander si ses voeux seraient satisfaits. Il rencontra un homme qui se fit fort de le lui dire, le conduisit dans un temple païen; puis, l'ayant placé dans le sanctuaire de l'idole, il se mit à invoquer les démons qui devaient lui aider à le tromper. En les voyant apparaître sous les traits qu'ils avaient l'habitude d'emprunter en pareille. circonstance, Julien frappé d'épouvante, ne put s'empêcher de faire le signe de la croix. L'évocateur, en apprenant pourquoi les démons s'étaient enfuis, se plaignit amèrement à Julien de ce qu'il avait fait. Celui-ci confessa la terreur dont il s'était senti pénétré à la vile des démons et ajouta qu'il ne pouvait trop s'étonner de la puissance du signe de la croix, puisque les démons n'avaient pu en supporter la vue et s'étaient enfuis. Gardez-vous bien de le croire, dit-il; ce qui les a fait trembler ce n'est pas du tout ce que vous pensez, mais c'est qu'ils ne Peuvent supporter le faste dont vous vous êtes entouré, voilà pourquoi ils se sont soustraits à nos regards. Voilà comment ce malheureux prince se laissa tromper, et se fit initier à des mystères impies. Son coeur s'ouvrit tout entier au mal, et, pour atteindre à l'empire, l'infortuné sacrifia jusqu'à sa propre foi. » Tel est le récit de Théodoret; j'ai cru devoir le rapporter malgré sou étendue parce qu'il me semble que saint Bernard y fait allusion dans sa lettre. (Note de Horstius.)

Haut du document

Accueil Remonter Suivante