LET. LVIII-LXIV
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
LET. I
LET. II
LET.  III
LET. IV
LET. V
LET. VI
LET. VII
LET. VIII
LET. IX-X
LET. XI-XII
LET. XIII-XIX
LET. XX-XXI
LET. XXII
LET. XXIII-XXXII
LET. XXXIII-XLI
LET.  XLII-XLVII
LET.  XLVIII-LIV
LET. LV-LVII
LET. LVIII-LXIV
LET. LXV-LXVIII
LET. LXIX-LXXIV
LET. LXXV-LXXVII
LET. LXXVIII
LET. LXXIX-LXXX
LET. LXXXI-LXXXIV
LET. LXXXV-LXXXVI
LET. LXXXVII
LET. LXXXVIII-LXXXIX
LET. XC-XCII
LET. XCIII-XCV
LET. XCVI-XCIX
LET. C-CII
LET. CIII-CVIII
LET. CIX-CXIV
LET. CXV-CXXI
LET. CXXII-CXXV
LET. CXXVI-CXXVIII
LET. CXXIX-CXXXI
LET. CXXXII-CXXXVIII
LET. CXXXIX-CXLI
LET. CXLII-CXLVI
LET. CXLVII-CL
LET. CLI-CLVII
LET. CLVIII-CLXIII
LET. CLXIV-CLXIX
LET. CLXX-CLXXVII
LET. CLXXVIII-CLXXX
LET. CLXXXI-CLXXXVI
LET. CLXXXVII-CXCIV
LET. CXCV-CCVI
LET. CCVII-CCIX
LET. CCX-CCXVIII
LET. CCXIX
LET. CCXX-CCXXI
LET. CCXXII-CCXXIV
LET. CCXXV-CCXXVII
LET. CCXXVIII-CCXXIX
LET. CCXXX-CCXXXVI
LET. CCXXXVII-CCXLI
LET. CCXLII-CCXLIV
LET. CCXLIV-CCXLVIII
LET. CCL-CCLIII
LET. CCLIV-CCLV
LET. CCLVI-CCLX
LET. CCLXI-CCLXX
LET. CCLXXI
LET. CCLXXII-CCLXXIII
LET. CCLXXIV-CCLXXVIII
LET. CCLXXIX-CCLXXXII
LET. CCLXXXIII-CCLXXXVIII
LET. CCLXXXIX-CCXCVI
LET. CCXCVII-CCCI
LET. CCCII-CCCX
LET. CCCXI-CCCXX
LET. CCCXXI-CCCXXIX
LET. CCCXXX-CCCXXXVIII
LET. CCCXXXIX-CCCXLV
LET. CCCXLVI-CCCLIX
LET. CCCLX-CCCLXIII
COMMENDES
LET. CCCLXIV-CCCLXVI
LET. CCCLXVII-CCCLXXI
LET. CCCLXXII-CCCLXXXI
LET. CCCLXXXII-CCCLXXXV
LET. CCCLXXXVI-CCCLXXXIX
LET. CCCXC-CCCXCI
LET. CCCXCII-CCCXCVIII
LET. CCCXCIX-CDIV
LET. CDV-CDX
LET. CDXI-CDXVII
LET. CDXVIII-CDXX
LET. CDXXI-CDXXXI
LET. CDXXXII- CDXXXVIII
LET. CDXXXIX-CDXLI
LET. CDXLII-CDXLIV

LETTRE LVIII. A EDAL, ÉVÊQUE DE CHALONS-SUR-MARNE (a).

LETTRE LIX. A GUILENCE (a), EVÊQUE DE LANGRES.

LETTRE LX. AU MÊME.

LETTRE LXI. A RICUIN, EVEQUE DE TOUL EN LORRAINE.

LETTRE LXII. A HENRI (a), EVEQUE DE VERDUN.

LETTRE LXIII. AU MÊME.

LETTRE LXIV. A ALEXANDRE (a), EVEQUE DE LINCOLN.

LETTRE LVIII. A EDAL, ÉVÊQUE DE CHALONS-SUR-MARNE (a).

Vers l'an 1126.

Saint Bernard l'engage à faire élire un digne abbé pour l'abbaye de tous les Saints.

Au vénérable seigneur Ebal, par la grâce de Dieu évêque de Châlons-sur-Marne, le frère Bernard, abbé de Clairvaux, salut et tout ce que peut la prière d'un pécheur.

1. Vous ne pouvez regarder d'un oeil indifférent ou distrait le péril auquel est exposée l'abbaye de tous les Saints (b) qui se trouve sous vos yeux comme un vaisseau sans pilote. Cette affaire vous regarde et je

a D'après Herman de Laon, il était petit-fils de Hildoin, comte de Roucy, fils d'André, comte de Ramerue (livre Ier des Miracles de la sainte Vierge, chap. II). En 1122, il succéda dans la chaire épiscopale de Châlons-sur-Marne à Guillaume de Champeaux, dont il est question dans la lettre troisième. Après lui vient, en 1126, Elbert ou Robert, pais Geoffroy, abbé de Saint-Médard, à qui est adressée la soixante-sixième lettre. D'où il résulte que cette lettre-ci est environ de l'année 1126, et antérieure à la treizième, que saint Bernard écrivit en faveur d'Albéric, qui fut élu après Ebal, mais ne lui succéda pas.

b Il s'agit ici de l'abbaye des chanoines réguliers de Saint-Augustin, de Châlons-sur-Marne. Il y a une lettre inédite de Hugues Métellus, chanoine régulier de Saint-Léon de Tout en Lorraine, à l’abbé Pierre, qui fut peut-être le premier abbé de cette maison depuis la réforme en question.

ne vois pas quel motif vous pourriez alléguer pour vous dispenser en sûreté de conscience de faire venir l'ecclésiastique, un saint religieux, diton, que des personnes pieuses ont élu pour le mettre à la tête de ce monastère, quand même quelques-uns des moines de cette abbaye se seraient montrés, par leur insouciance et leur incurie, indignes que vous vous en occupassiez. J'ai entendu dire qu'ils n'ont rien à reprocher à celui qui a été élu, que son titre de religieux. C'est, dit-on, pour cela qu'ils le repoussent, n'en veulent pas, et qu'ils prient Votre Grandeur de leur permettre d'en élire un autre qui leur parait plus agréable et plus affable, parce qu'il n'est pas étranger, qu'il est aussi connu que chéri des habitants, et qu'étant bien au courant des coutumes du pays, il se trouve plus capable de gérer les affaires de leur monastère. En réalité, ce que vous demandez, dirai-je à ces habiles gens, c'est quelqu'un qui se taise sur vos défauts et qui embrasse ou du moins ne se permette pas de blâmer votre malheureuse manière d'être. Il ne faut pas écouter leurs conseils, et sans vous mettre en peine qu'ils le veuillent on non, vous devez au plus tôt vous occuper de mettre à la tête de cette malheureuse maison un homme dont la réputation est irréprochable; car s'il est tel qu'on le dit, Dieu ne peut manquer d'être avec lui. Il le comblera de sa grâce, lui conciliera tous les meurs et bénira ses entreprises.

2. S'ils ne sont pas dignes de celui-là, adressez-vous à quelque autre monastère et procurez-vous un autre sujet qui soit également capable. Gardez-vous de le prendre tel qu'ils le désirent, car ils ne veulent qu'un homme qui flatte leurs goûts charnels. Trouvez donc un supérieur qui mette le soin des âmes avant tout, sans négliger toutefois l'administration temporelle.

Sous monseigneur Guillaume, votre prédécesseur de sainte mémoire, les deux monaetéres de Saint-Pierre et de Saint-Urbain a se sont également trouvés sans pasteur; il n'a point été arrêté par la longueur du chemin ni par les rigueurs de l'hiver, et, si je ne me trompe, il est venu de sa personne deux fois à Cluny et une fois à Dijon. Il obtint, à force de prières, et emmena avec lui de cette dernière ville dom Hugues, un saint religieux, qui est mort depuis; et, de Cluny, dom Raoul, qui vit encore, pour les placer l'un et l'autre à la tête de ces deux oraisons dont il ne jugeait pas prudent de confier l'administration à un religieux de l'endroit.

Je ne vous cite cet exemple que pour engager votre charité à ne pas faire preuve de moins de prudence et de sollicitude dans les circonstances présentes.

a C'étaient deux monastères de Bénédictins, de la congrégation de Saint-Viton; le premier était dans la ville même, et le second dans le diocèse de Châlons-sur-Marne. Ce fut Guillaume de Champeaux qui les réforma.

LETTRE LIX. A GUILENCE (a), EVÊQUE DE LANGRES.

Vers l'an 1129.

Saint Bernard lui conseille, pour ôter tout prétexte de plaintes et de scandales, d'abandonner à l'abbaye de Saint-Etienne de Dijon certains objets que Garnier avait y laissés en mourant.

A son seigneur et père Guilence, par la grâce de Dieu, évêque de Langres, son tout dévoué, le frère Bernard, abbé de Clairvaux.

En apprenant la mort de l'archidiacre dom Garnier (b), nous avons cru nécessaire d'adresser une prière et même un conseil à votre Paternité, si toutefois elle daigne prêter quelque attention à des avis qui lui viennent de si lias; c'est au sujet de ce que cet abbé possédait dans l'église de Saint-Etienne de Dijon. Ayez la générosité de renoncer aux droits que vous avez sur ces choses. Nous savons bien qu'elles doivent vous faire retour, d'après ce qui a été décidé dans le chapitre de Langres et consigné par écrit, comme il nous en souvient, quand vous avez établi votre fils Harbert le premier abbé régulier de cette maison religieuse. Mais si vous tenez à faire valoir vos droits sur ces objets que l'abbaye de Saint-Etienne a longtemps possédés, je suis sûr que vous indisposerez gravement les chanoines contre vous et que vous soulèverez bien des récriminations contre l'abbé lui-même, qu'ils accusent d'avoir établi, en entrant chez eue, un précédent regrettable, puisque c'est à cause de lui et par ce qu'il leur a été donné comme abbé que leur maison est exposée aujourd'hui à cette perte. Nous prions donc, et en même temps nous engageons vivement votre charité de renoncer à ces droits sur tous les objets qui ont toujours appartenu à l'abbaye de Saint-Etienne (c).

a Ou Wélence, d'autres écrivent Guillerme. Il avait été archidiacre de Langres, d'après Pérard, dans ses Monuments de Bourgogne, page 87.

b Il avait été abbé de Saint-Etienne de Dijon avant qu'on y introduisit des chanoines réguliers, ce qui se fit en 1113, car cette même année-là quatre chanoines se retirèrent du monastère de Saint-Etienne à Quincy pour y mener la vie régulière. En 1116, lis étaient déjà au nombre de douze et Ils revinrent à leur première maison. Cependant ce monastère fut successivement gouverné par les prieurs Arnoulphe et Galon jusqu'en l125 ; cette année-là, dom Erbert ou Harbert fut institué abbé de cette maison en présence d'Hubaud, archevêque de Lyon; d'Etienne, évêque d'Autun; de Gourait ou Josceran, évêque de Langres, et de plusieurs autres personnes. Voir tout cela plus au long dans Pérard p. 86 et 87, dans la Vie de Garnier.

c Guilence le fit, en effet, en 1129, comme nous rapprend une charte de lui, publiée par Pérard, page 97, et souscrite par plusieurs autres personnes, entre autres par les abbés de Cîteaux et de Clairvaux, réunis à Langres. La même année, une difficulté pendante entre cette maison et les moines de Saint-Seine fut terminée par Josceran; de l'avis et par le conseil de Gautier, évêque de Chalon-sur-Saône, et des abbés de Cîteaux, de Busay et de Clairvaut. Voir le même auteur, page 102, Plus tard, cette affaire fut soumise au pape innocent, qui la renvoya à la décision d’Etienne, abbé de Citell, et à Bernard de Clairvaux. Voir page 103. Voilà comment saint Bernard était seul chargé de concilier tous les intérêts et de terminer tous les procès et toutes les difficultés qui se présentaient.

En agissant ainsi, vous épargnerez un grand scandale à tous ces faibles serviteurs du Christ; en même temps vous mettrez fin aux violentes récriminations dont ils poursuivent la mémoire de ce vicaire de Notre-Seigneur.

Haut du document

LETTRE LX. AU MÊME.

Vers l'an 1128.

Saint Bernard le prie pour l'abbaye de Molesme.

J'espère que vous ne me trouverez pas trop importun si je viens vous prier pour l'abbaye de Molesme. Je me sens encouragé à le faire par les nombreux motifs que j'ai de croire que vous ne voudriez pas me faire essuyer un refus. D'abord, la maison pour laquelle je viens .vous prier ne vous est pas étrangère, elle dépend de vous; en second lieu, elle ne réclame de votre équité que son droit, et n'a aucune intention de s'approprier ceux d'autrui; en troisième lieu; je ne vous demande que ce que sollicite également de vous le comte Thibaut, à qui vous vous feriez un plaisir d'accorder beaucoup plus encore s'il le demandait. J'ajouterai une quatrième raison qui me fait penser que je lie présume pas trop en espérant que vous exaucerez une prière que je crois raisonnable quand même je serais seul à vous l'adresser; c'est la bienveillance dont Votre Grandeur a daigné me donner déjà bien des preuves. Adieu.

Haut du document

LETTRE LXI. A RICUIN, EVEQUE DE TOUL EN LORRAINE.

Vers l'an 1125.

Saint Bernard renvoie à l'évêque de Toul en Lorraine un homme qu'il lui avait adressé pour le mettre en pénitence; c'est à lui de se charger de cette âme.

Au révérend Père et seigneur Ricuin (a), par la grâce de Dieu évêque de Toul, le frère Bernard, abbé de Clairvaux, salut et prières.

Il m'est venu un pécheur que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser, à ce qu'il prétend, tout pécheur que je sois moi-même, pour que

a Ricuin mourut en 1126, ainsi que le prouvent les frères Sainte-Marthe, d'après Albéric, d'où il suit que cette lettre ne peut être postérieure à cette année. D'un autre côté il parait certain qu'elle n'a pu être écrite avant 1124, puisque saint Bernard jouissait déjà d'une certaine réputation de savoir. C'est au même Ricuin qu'est adressée la trois cent quatre-vingt-seizième lettre.

je voulusse bien travailler au salut de son âme. Je ne vois rien de mieux à faire, pour le moment, en sa faveur, que de le jeter de nouveau dans le sein de votre paternelle bonté, afin qu'il apprenne ce qu'il a à faire de la bouche même du prêtre du Seigneur.

Quant à moi, pour rester dans les étroites limites de mes obligations que je ne dois pas franchir, je n'ai garde d'imposer pour de grandes fautes une pénitence à quiconque n'est pas soumis à ma juridiction. En effet, ne serait-il pas téméraire à moi, étant incapable et pécheur comme je le suis, de m'ingérer dans les fonctions épiscopales, surtout en matières de cette importance? Ne suis-je pas obligé, comme le reste des fidèles, de recourir à l’autorité épiscopale, quand il se présente parmi nous quelque affaire un peu plus grave due de coutume que je ne puis et n'ose terminer de mon autorité privée ? Et je ne suis tranquille qu'après avoir eu l'avis ou la décision de mon évêque.

C'est donc aux soins de son propre pasteur, d'autant plus qu'il est parfaitement instruit des saints canons, que cette pauvre brebis malade doit être remise ; c'est à lui de lui imposer une pénitence salutaire, de peur que le souverain Pasteur ne lui impute la perte de cette âme pour laquelle il a donné sa vie, si elle venait à périr. Pour moi, je lui ai conseillé de quitter le monde, puisque Dieu lui inspirait la pensée de le faire, s'il peut par votre moyen trouver dans votre diocèse quelque saint monastère qui ouvre ses portes à son âge avancé et à sa pauvreté.

Je prie Dieu, mon très-saint et vénérable Père, de vous recevoir plein d'ans et de mérites dans les sacrés tabernacles, où le jour qu'on y passe vaut mieux que mille autres jours passés partout ailleurs.

Haut du document

LETTRE LXII. A HENRI (a), EVEQUE DE VERDUN.

Vers l'an 1129.

Saint Bernard recommande à cet évêque une grande pécheresse pénitente.

A son seigneur fleuri, par la grâce de Dieu évêque de Verdun, le frère Bernard, abbé de Clairvaux, salut et prière.

Cette pauvre femme que le démon retenait depuis bien des années clans les liens multiples et inextricables du péché nous a demandé, malgré notre néant, un conseil, dans l'intérêt de son salut; nous le lui avons donné; et, après de longs et nombreux égarements, cette pauvre brebis perdue retourne avec confiance au bercail de son propre pasteur. Vous

a Voyez à son sujet la quarante-huitième lettre de saint Bernard, où nous avons dit qu'il renonça à son évêché, en 1129, d'après les conseils de notre saint Docteur.

la secourrez avec d'autant plus d'empressement et de sollicitude dans sa détresse, que vous savez parfaitement que vous rendrez un jour de son salut un compte rigoureux à l'Agneau qui est mort pour elle et qui l'a confiée à vos soins.

C'était à nous de ramener la brebis égarée, c'est à vous de lui faire bon accueil malgré ses péchés, ou plutôt à cause de ses regrets; et si sa malheureuse histoire est telle qu'elle nous l'a racontée, réconciliez-la avec son premier mari s'il vit encore, pu bien, s'il ne veut pas la recevoir, contraignez-les à vivre l'un et l'autre dans le célibat. Adieu.

LETTRE LXIII. AU MÊME.

Vers l'an 1129.

Saint Bernard se justifie près de lui d'une imprudence dont on l'accusait : il recherche son amitié et lui recommande l'abbé Guy.

Ou je me trompe beaucoup ou bien vous avez été vous-même induit en erreur par celui qui vous a rapporté les choses au sujet desquelles vous avez daigné m'écrire pour me demander des explications. S'il y a quelque chose de vrai en tout cela, ce que je n'oserais nier, car je me délie de ma mémoire que je sais peu fidèle, et d'un autre côté je ne voudrais pas soupçonner d'une pareille imposture le frère de qui vous tenez vas informations, du moins je suis parfaitement sûr, et je vous prie de tenir également pour certain, qu'il ne m'est jamais arrivé de dire un mot contre vous à qui que ce soit, ni de faire l'ombre d'une accusation ou d'une insinuation contre votre personne. Que Dieu me préserve d'oser, moi qui suis si peu de chose, attaquer des évêques, et surtout des évêques absents; de parler de choses qui ne me regardent pas et dont je ne suis pas personnellement certain ! Je vous remercie de l'honneur que vous me faites, en me témoignant le désir de faire ma connaissance ; j'en ai un plias grand encore, je vous assure, de connaître Votre Grandeur et d'en être connu.

C'est d'ailleurs avec une pleine confiance dans votre crédit et dans votre bienveillance que je vous adresse une prière, ou plutôt une recommandation en faveur du monastère (a) dont le révérend frère dom Guy de

a C'est la Chalade, au diocèse de Verdun, dont la fondation date de 1128 , sous Henri ; elle fut consacrée par Albéron son successeur : « On y voit maintenant, dit Laurent de Liége, près de trois cents serviteurs de Dieu y travailler à leur salut sous la conduite de l'abbé Gontier de sainte mémoire. » Elle commença sous l'évêque fleuri, lorsque Robert, vénérable religieux (le notre couvent de Saint-Viton de Verdun, vint en cet endroit pour y vivre en ermite avec deux compagnons seulement, et y construisit une toute petite chapelle et quelques misérables cellules. Mais, ayant été appelé à diriger le monastère de Beaulieue sa place devint vacante, et une personne noble du nom de Gantier, son neveu, à qui la Chalade appartenait, donna cette maison au vénérable Guy, abbé de Trois-Fontaines, du consentement et de l'avis même de l'évêque Henri, et surtout sur les vives instances d'un homme de grande famille, nommé Hervé, qui plus tard se fit recevoir lui-même comme associé, par les religieux de cette maison, après avoir engagé sa femme à le quitter; il s'était présenté avec une corde au cou à ce monastère. Voir le Spicilège, tome XII, page 327.

Trois-Fontaines, mon coabbé, a entrepris la construction avec votre protection, et même, dit-on, d'après vos conseils. Je verrai, par ce que vous ferez pour lui, le bien que vous me voulez, car je tiens pour fait à moi-même tout ce que vous voudrez bien faire en sa faveur. Adieu.

Haut du document

LETTRE LXIV. A ALEXANDRE (a), EVEQUE DE LINCOLN.

L'an 1129.

En allant en terre sainte, un chanoine, nommé Philippe, s'était arrêté par hasard à Clairvaux et voulait s'y faire religieux ; saint Bernard sollicite pour lui le consentement de son évêque Alexandre, et le prie de vouloir bien désintéresser les créanciers de Philippe. Il termine en l'exhortant à ne pas faire trop de cas de la gloire du monde.

Au très-honorable seigneur Alexandre, par la grâce de Dieu évêque de Lincoln, Bernard abbé de Clairvaux ; faites plus de cas de la gloire de Jésus-Christ que de cette du monde.

1. Votre cher Philippe était parti pour Jérusalem, il a fait un voyage beaucoup moins long et ie voilà arrivé au terme où il tendait. Sa traversée sur la grande et vaste mer fut de courte durée; après une heureuse navigation, le voici arrivé aux -plages où ses voeux le portaient; il a jeté l'ancre au part même du salut, son pied foule déjà le pavé de la sainte Jérusalem, et il adore maintenant à son aise, dans l'endroit où il s'est arrêté, celui qu'il allait chercher dans Ephrata, mais qu'il a trouvé dans la solitude de nos forêts. Il est entré dans la sainte cité et il a part à l'héritage de ceux dont il est écrit: « Vous n'êtes plus des hôtes et des étrangers, vous êtes les concitoyens des saints, les familiers de Dieu (Eph. II, V, 19). » Il est dans la compagnie des saints et devenu comme l'un d'eux; il se félicite en disant avec les nôtres : « Notre vie est dans le ciel (Philipp., III, 20). » Il n'est pas là pour satisfaire une vaine curiosité, mais pour y vivre en citoyen dévoué, en véritable habitant de Jérusalem; non pas de la Jérusalem terrestre située près de la chaîne des montagnes d'Arabie qui se rattachent au Sinaï, laquelle est esclave ainsi que ses enfants, mais de la céleste Jérusalem, qui n'est point asservie et qui est notre mère.

2. Si vous voulez que je vous le dise, cette Jérusalem qui est alliée à la

1 Cet Alexandre fut évêque de Lincoln en Angleterre, depuis 1123 Jusqu'en 1147:

Jérusalem céleste et qui se confond avec elle par tous les sentiments de son coeur, par la conformité de ses mœurs et par la parenté de l'esprit, c'est Clairvaux lui-même : voilà le lieu de son repos jusqu'à la fin des siècles; c'est l'endroit qu'il s'est choisi pour y fixer sa demeure, parce que c'est là qu'il vit sinon dans un bonheur parfait, du moins dans l'attente de cette paix véritable dont il est dit : « C'est la paix de Dieu qui surpasse tout ce qu'on peut éprouver (Philip., IV, 7). »

Mais, quoique cette heureuse inspiration lui soit venue du ciel, il ne veut pas la suivre sans votre consentement, ou plutôt il se flatte de n'avoir rien fait qui ne vous soit agréable en la suivant, parce qu'il est convaincu due vous n'ignorez pas cette sentence de la Sagesse : « Url fils vertueux est la gloire de son père (a) (Prov., X, 1). » Il vous prie donc comme un père, et moi je vous conjure avec lui, de vouloir bien prendre les dispositions nécessaires pour que la retenue qu'il a stipulée sur sa prébende en faveur de ses créanciers le leur soit exactement servie; de sorte que personne ne les frustre de leur droit et ne viole les conventions; car il ne veut pas que l'offrande qu'il fait tous les jours d'un coeur contrit et pénitent, soit rejetée de Dieu parce qu'il se trouverait quelqu'un qui aurait encore un sujet de plaintes contre lui.

Il désire de plus que la maison qu'il a fait construire pour sa mère dans un terrain appartenant à l'Eglise et la portion de terre qu'il y a attachée, soient conservées à sa mère, sa vie durant. Voilà ce que j'avais à vous dire au sujet de Philippe.

3. J'ajoute quelques mots que Dieu m'inspire, m'ordonne presque de vous dire et que la charité me dicte elle-même : Considérez, je vous prie, que la gloire du monde dure aussi peu que le monde même, et aspirez à celle qui demeure éternellement; n'aimez vos richesses ni plus que vous, ni pour vous, de peur de les perdre et de vous perdre vous-même avec elles. Que le présent qui vous sourit, ne vous fasse pas oublier le terme inévitable de sa félicité et les maux sans fin qui lui succèdent. Il ne faut pas que les joies de la vie présente vous empêchent de voir les éternels chagrins qui les suivent et qu'elles amènent après elles, en les dérobant à nos regards. Ne croyez pas la mort trop éloignée si vous ne voulez pas qu'elle. vous prenne à l'improviste, et ne comptez pas sur une longue suite de jours, car la vie peut tout à coup vous manquer sans vous donner le temps de mettre ordre à votre conscience; c'est l'avis que l'Apôtre vous donne en disant : « Lorsqu'ils diront: Nous sommes

a Saint Bernard cite ainsi en plusieurs endroits ce passage de l’Ecriture. « La Vulgate porte : « Un fils sage fait la joie de son père. »

b C'est exactement le même sujet que celui de ta dix-huitième lettre de l'abbé Philippe à Alexandre III, pour le prier de vouloir bien consentir à ce que les biens d'un archidiacre d'Orléans qui s'était fait religieux, fussent attribués à ses créanciers. Voir le tome 1er de la Bibliothèque de Cîteaux, page 246.

en paie et en sécurité, ils se trouveront surpris par une ruine soudaine et imprévue, comme l'est une femme grosse par les douleurs de l'enfantement, sans qu'il leur reste aucun moyen de se sauver (I Thess., V, 3). » Adieu.

Haut du document

Précédente Accueil Remonter Suivante