LET. CCXIX
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
LET. I
LET. II
LET.  III
LET. IV
LET. V
LET. VI
LET. VII
LET. VIII
LET. IX-X
LET. XI-XII
LET. XIII-XIX
LET. XX-XXI
LET. XXII
LET. XXIII-XXXII
LET. XXXIII-XLI
LET.  XLII-XLVII
LET.  XLVIII-LIV
LET. LV-LVII
LET. LVIII-LXIV
LET. LXV-LXVIII
LET. LXIX-LXXIV
LET. LXXV-LXXVII
LET. LXXVIII
LET. LXXIX-LXXX
LET. LXXXI-LXXXIV
LET. LXXXV-LXXXVI
LET. LXXXVII
LET. LXXXVIII-LXXXIX
LET. XC-XCII
LET. XCIII-XCV
LET. XCVI-XCIX
LET. C-CII
LET. CIII-CVIII
LET. CIX-CXIV
LET. CXV-CXXI
LET. CXXII-CXXV
LET. CXXVI-CXXVIII
LET. CXXIX-CXXXI
LET. CXXXII-CXXXVIII
LET. CXXXIX-CXLI
LET. CXLII-CXLVI
LET. CXLVII-CL
LET. CLI-CLVII
LET. CLVIII-CLXIII
LET. CLXIV-CLXIX
LET. CLXX-CLXXVII
LET. CLXXVIII-CLXXX
LET. CLXXXI-CLXXXVI
LET. CLXXXVII-CXCIV
LET. CXCV-CCVI
LET. CCVII-CCIX
LET. CCX-CCXVIII
LET. CCXIX
LET. CCXX-CCXXI
LET. CCXXII-CCXXIV
LET. CCXXV-CCXXVII
LET. CCXXVIII-CCXXIX
LET. CCXXX-CCXXXVI
LET. CCXXXVII-CCXLI
LET. CCXLII-CCXLIV
LET. CCXLIV-CCXLVIII
LET. CCL-CCLIII
LET. CCLIV-CCLV
LET. CCLVI-CCLX
LET. CCLXI-CCLXX
LET. CCLXXI
LET. CCLXXII-CCLXXIII
LET. CCLXXIV-CCLXXVIII
LET. CCLXXIX-CCLXXXII
LET. CCLXXXIII-CCLXXXVIII
LET. CCLXXXIX-CCXCVI
LET. CCXCVII-CCCI
LET. CCCII-CCCX
LET. CCCXI-CCCXX
LET. CCCXXI-CCCXXIX
LET. CCCXXX-CCCXXXVIII
LET. CCCXXXIX-CCCXLV
LET. CCCXLVI-CCCLIX
LET. CCCLX-CCCLXIII
COMMENDES
LET. CCCLXIV-CCCLXVI
LET. CCCLXVII-CCCLXXI
LET. CCCLXXII-CCCLXXXI
LET. CCCLXXXII-CCCLXXXV
LET. CCCLXXXVI-CCCLXXXIX
LET. CCCXC-CCCXCI
LET. CCCXCII-CCCXCVIII
LET. CCCXCIX-CDIV
LET. CDV-CDX
LET. CDXI-CDXVII
LET. CDXVIII-CDXX
LET. CDXXI-CDXXXI
LET. CDXXXII- CDXXXVIII
LET. CDXXXIX-CDXLI
LET. CDXLII-CDXLIV

LETTRE CCXIX. AUX TROIS (a) ÉVÊQUES DE LA COUR DE ROME, AUBRY (b), D'OSTIE, ETIENNE DE PALESTRINE, IGMARE (c) DE FRASCATI, ET A GÉRARD, CHANCELIER DE L'ÉGLISE ROMAINE.

L’an 1143

Saint Bernard leur écrit à l'occasion de l'interdit lancé sur le royaume de France, pour l'affaire de l'archevêque de Bourges.

1. Le châtiment mémorable et terrible de ceux (Coré Dathan et Abiron) que la terre engloutit tout vivants et précipita dans les enfers pour avoir voulu diviser Israël, montre assez clairement combien le schisme qui déchire l'Église est un mal affreux, un fléau détestable dont il faut se garder à tout prix. On l'a bien vu aussi dans la persécution de Guibert (d) et dans l'entreprise téméraire de Bourdin, qui de nos jours ont frappé le sacerdoce et l'empire d'une plaie cruelle et d'un mal presque incurable. Nous en avons encore un exemple récent dans les épreuves sans nombre qui ont assailli l'Église avant que la miséricorde de Dieu eût calmé la rage du lion (Le schisme de Pierre de Léon) . C'est donc avec raison que le Seigneur «maudit celui par qui le scandale arrive (Luc., XVII,1).» Hélas! ne sommes-nous pas maudits nous-mêmes, nous qui n'avons qu'à gémir sur le passé, à déplorer le présent et à trembler pour l'avenir? Et pour comble de malheur, les choses humaines en sont venues au point que les coupables ne veulent pas s'humilier ni les juges se laisser fléchir. Nous crions aux uns: Cessez de faire le mal, ne levez pas la tête avec orgueil dans votre iniquité (Psalm. LXXIV, 5), mais ils se sont endurcis et ne nous écoutent même pas; nous conjurons les autres qui ont pour mission de corriger le péché, en ménageant

a Dans quelques manuscrits, on lit aux quatre, mais la leçon reçue nous semble préférable, puisque Gérard, le chancelier de la cour de Rome, cité en quatrième lieu, n'était pas évêque bien qu'il devint plus tard pape sous le nom de Lucius II.

b Abry mourut en France, à Verdun. On rapporte dans la Vie de saint Bernard, livre 1V, que notre saint Docteur offrit sur son tombeau un sacrifice de louanges. Il est parlé de lui dans la lettre deux cent quarante et unième, et d'Étienne, dans la deus cent vingt-quatrième.

c Igmare ou Ymare, d'abord moine de Cluny, de Saint-Martin-des-Champs, puis prieur de la Charité-sur-Loire, et enfin abbé de Moustier-Neuf, près Poitiers. On le voit cité avec ce titre dans la convention passée entre Louis le Jeune et Argrime, archidiacre d'Orléans, dans Duchesne, tome IV, page 764. II fut fait cardinal par le pape Innocent. C'était sous l'abbé Pouce un homme d'une rare équité, d'après la Chronique de Cluny. C'est à ces mêmes cardinaux que sont adressées les lettres cent trentième, deux cent trente et unième et deux cent trente-deuxième.

d C'était un évêque de Ravenne, que l'empereur Henri IV fit élire pape pour l'opposer à Grégoire VII et à ses trois successeurs. Maurice Bourdin, archevêque de Braga, fut intrus par Henri V dans la chaire de Saint-Pierre. Le Pape Callixte II l'enferma dans un monastère. Sa vie a été écrite par Etienne Baluze, et se trouve dans le tome III des Mélanges.

le pécheur (Ezéch. II, 5), de ne pas achever de rompre le roseau, à demi brisé, et de ne pas éteindre la mèche qui fume encore, et ils n'en sont que plus ardents à souffler la tempête sur les vaisseaux de Tharsis.

2. Si nous disons, avec l'Apôtre, aux enfants d'obéir en toutes choses à leurs pères (Eph., VI, 1), ce sont autant de paroles que l'air emporte ; et si nous engageons les pères à ne point exaspérer leurs enfants, nous les exaspérons eux-mêmes contre nous. Il est impossible d'amener les pécheurs à réparer leur faute, ni ceux qui doivent les reprendre et les corriger à montrer un peu de condescendance. Chacun n'écoute que ses passions et ne suit que sa pente, de sorte que tout est tendu au point de se rompre. Hélas! la plaie récente de l’Eglise (le schisme d’Anaclet) n'a pas encore eu le temps de se cicatriser, et on est sur le point de la rouvrir, de crucifier le Seigneur une seconde fois, de percer de nouveau soit côté innocent, de recommencer à se partager ses vêtements et même de mettre en pièces, s'il était possible, sa tunique sans couture. Pour peu que vous ayez l'âme sensible, vous devez remédier à de si grands maux, et ne pas permettre que le pays où, vous le savez, les divisions des autres contrées viennent s'éteindre, soit lui-même à présent la proie des factions. Si le souverain Juge frappe l'auteur du scandale de ses redoutables malédictions, sur quelles bénédictions n'auront pas droit de compter ceux qui étoufferont une si pernicieuse discorde?

3. On peut alléguer deux excuses en faveur du roi de France; la première d'avoir fait un serment illicite (a), et la seconde de le tenir, injustement sans doute, mais plutôt par une honte mal placée que par un acte formel de sa volonté, car vous n'ignorez pas que les Français regardent comme une infamie de manquer à un serment, même injuste, quoique la raison dise assez qu'on n'est pas obligé de l'accomplir. Assurément je n'ai pas l'intention de le justifier en ce cas; mais ne peul-on du moins le traiter avec quelque indulgence, à raison de son rang et de son âge, en considérant surtout qu'il n'a agi que dans un premier mouvement de colère ? il me semble qu'on le peut aisément, pour peu qu'on incline à l'indulgence plutôt qu'à la sévérité. Vous aurez donc égard à son titre de roi et à sa jeunesse, et vous lui ferez grâce, du moins pour cette fois, à condition qu'il évitera désormais de tomber en pareille faute. Toutefois je ne demande cette grâce que si on petit l'accorder sans blesser les libertés de l'Eglise et le respect qu'on doit à un archevêque (Pierre de Bourges) que le Pape a sacré de ses propres mains. Le roi lui-même ne demande rien de plus, et toute l'Eglise d'en deçà des monts, qui est déjà bien assez affligée d'ailleurs, ne fait point d'autre voeu dans les humbles prières qu'elle vous adresse: Si nous essuyons un refus de votre part, il ne

a Le serment de ne jamais reconnaître pour archevêque de Bourges, Pierre, que le Pape avait consacré de ses propres mains. voir les notes à la fin du volume.

nous reste plus qu'à tendre les mains à la mort. Je suis effrayé et comme glacé d'épouvante à la pensée des maux qui peuvent fondre sur toutes nos contrées. Il y a un an, je vous fis la même prière qu'aujourd'hui; mais alors mes péchés ont été cause que je vous ai vivement indisposés contre moi, au lieu de vous rendre favorables à mes voeux, ce qui a jeté le monde presque tout entier dans la désolation. Si dans un excès de zèle il m'est échappé quelque chose que j'aurais dit supprimer ou dire en d'autres termes, je le désavoue et vous prie de l'oublier; mais si je n'ai rien dit que ce que je devais et comme je le devais, faites en sorte que je n'aie point parlé en vain.

Haut du document

Précédente Accueil Remonter Suivante