LET. CCXLII-CCXLIV
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
LET. I
LET. II
LET.  III
LET. IV
LET. V
LET. VI
LET. VII
LET. VIII
LET. IX-X
LET. XI-XII
LET. XIII-XIX
LET. XX-XXI
LET. XXII
LET. XXIII-XXXII
LET. XXXIII-XLI
LET.  XLII-XLVII
LET.  XLVIII-LIV
LET. LV-LVII
LET. LVIII-LXIV
LET. LXV-LXVIII
LET. LXIX-LXXIV
LET. LXXV-LXXVII
LET. LXXVIII
LET. LXXIX-LXXX
LET. LXXXI-LXXXIV
LET. LXXXV-LXXXVI
LET. LXXXVII
LET. LXXXVIII-LXXXIX
LET. XC-XCII
LET. XCIII-XCV
LET. XCVI-XCIX
LET. C-CII
LET. CIII-CVIII
LET. CIX-CXIV
LET. CXV-CXXI
LET. CXXII-CXXV
LET. CXXVI-CXXVIII
LET. CXXIX-CXXXI
LET. CXXXII-CXXXVIII
LET. CXXXIX-CXLI
LET. CXLII-CXLVI
LET. CXLVII-CL
LET. CLI-CLVII
LET. CLVIII-CLXIII
LET. CLXIV-CLXIX
LET. CLXX-CLXXVII
LET. CLXXVIII-CLXXX
LET. CLXXXI-CLXXXVI
LET. CLXXXVII-CXCIV
LET. CXCV-CCVI
LET. CCVII-CCIX
LET. CCX-CCXVIII
LET. CCXIX
LET. CCXX-CCXXI
LET. CCXXII-CCXXIV
LET. CCXXV-CCXXVII
LET. CCXXVIII-CCXXIX
LET. CCXXX-CCXXXVI
LET. CCXXXVII-CCXLI
LET. CCXLII-CCXLIV
LET. CCXLIV-CCXLVIII
LET. CCL-CCLIII
LET. CCLIV-CCLV
LET. CCLVI-CCLX
LET. CCLXI-CCLXX
LET. CCLXXI
LET. CCLXXII-CCLXXIII
LET. CCLXXIV-CCLXXVIII
LET. CCLXXIX-CCLXXXII
LET. CCLXXXIII-CCLXXXVIII
LET. CCLXXXIX-CCXCVI
LET. CCXCVII-CCCI
LET. CCCII-CCCX
LET. CCCXI-CCCXX
LET. CCCXXI-CCCXXIX
LET. CCCXXX-CCCXXXVIII
LET. CCCXXXIX-CCCXLV
LET. CCCXLVI-CCCLIX
LET. CCCLX-CCCLXIII
COMMENDES
LET. CCCLXIV-CCCLXVI
LET. CCCLXVII-CCCLXXI
LET. CCCLXXII-CCCLXXXI
LET. CCCLXXXII-CCCLXXXV
LET. CCCLXXXVI-CCCLXXXIX
LET. CCCXC-CCCXCI
LET. CCCXCII-CCCXCVIII
LET. CCCXCIX-CDIV
LET. CDV-CDX
LET. CDXI-CDXVII
LET. CDXVIII-CDXX
LET. CDXXI-CDXXXI
LET. CDXXXII- CDXXXVIII
LET. CDXXXIX-CDXLI
LET. CDXLII-CDXLIV

LETTRE CCXLII. AUX HABITANTS DE TOULOUSE, APRÈS SON RETOUR.

LETTRE CCXLIII. AUX ROMAINS QUAND ILS ABANDONNÈRENT LE PAPE EUGÈNE (a).

LETTRE CCXLII. AUX HABITANTS DE TOULOUSE, APRÈS SON RETOUR.

Saint Bernard les engage non-seulement à éviter mais encore à chasser les hérétiques ; à exercer l'hospitalité et à ne point écouler indifféremment toute sorte de prédications.

1. J'ai ressenti une bien grande joie quand mon très-cher frère et confrère l'abbé B... (a), de Grandselve, est venu me dire la constance et la sincérité de votre foi en Dieu, la vivacité de votre attachement et de votre affection pour moi, et l'ardeur de votre aversion pour les hérétiques. Il parait que ce dernier sentiment est tel qu'il n'y a personne parmi vous qui ne puisse dire avec le Psalmiste : « Vous savez, Seigneur, que vos ennemis sont les miens et que je ne puis les voir sans sécher de douleur : n'ai-je pas pour eux une vive aversion et ne sont-ils pas devenus mes ennemis dès qu'ils ont été les vôtres (Psalm. CXXXVIII, 21 et 22) ? » Je remercierai le Seigneur d'avoir béni mon voyage et d'avoir permis que mon court séjour au milieu de vous ait produit quelque bien. Je vous ai manifesté la vérité, non-seulement par mes paroles et mes discours, mais encore par les prodiges (b) qui les ont accompagnés ; j'ai réussi à vous signaler les loups qui, pour dévorer vos concitoyens, comme un homme affamé dévore le pain et la chair des animaux qu'il a tués, se couvraient en venant à vous de peaux des brebis; je vous ai découvert tous ces renards qui ravageaient la précieuse vigne du Seigneur, je veux dire votre belle cité; je vous les ai signalés, mais ils ne sont pas encore pris. A l'oeuvre donc, mes chers enfants, mettez-vous à leur poursuite, essayez de les prendre et ne vous donnez point de relâche que vous ne les ayez détruits ou forcés de quitter votre pays! Vous savez combien il est dangereux de dormir auprès des serpents. Vous avez affaire à des hommes redoutables qui comptent sur l'appui des grands et tendent des piéges secrets à l'innocence. Ce sont là les brigands et les voleurs dont le Seigneur parle dans son Evangile, tous gens perdus qui ne cherchent qu'à perdre vos moeurs et votre foi. Il est dit que « les mauvais entretiens corrompent les bonnes moeurs (I Cor., XV, 33) » ;

a Dans toutes tes éditions, on lit Bernard, mais d'après les manuscrits, on ne peut douter qu'il ne s'agisse de l'abbé Bertrand, attendu que toutes les pièces manuscrites de Grandselve de 1128 à 1148 ne parlent que d'un abbé Bertrand.

b Il s'agit ici des miracles qu'il a opérés et dont il est parlé dans l'histoire de sa vie, livre III, chapitre VI. Bérenger lui-même en reconnaît l'authenticité dans son Apologie d'Abélard, où il s'exprime cri ces termes, en s’adressant à saint Bernard : « Depuis longtemps déjà la renommée aux ailes rapides a répandu par le monde le bruit de ta sainteté, a préconisé tes vertus et publié tes miracles. »

leur langage « est tel que la gangrène, qui répand insensiblement sa corruption, » comme dit l'Apôtre ( II Tim., II, 17).

2. Que ne puis-je retourner encore au milieu de vous! Si Dieu me permettait de le faire, je ne compterais pour rien la fatigue que j'aurais à endurer pour vous instruire et pour travailler au salut de vos âmes, quelque infirme que je sois à présent. Mais en attendant, demeurez fermes dans le Seigneur comme vous avez commencé et comme je vous ai appris à l'être. Soyez soumis à votre évêque, et à tous ceux qui ont mission de gouverner votre Eglise. Exercez aussi avec soin l’hospitalité, qui a rendu tant de saints agréables à Dieu. Abraham, votre père dans la foi, a eu le bonheur de recevoir des anges sous son toit en récompense de son zèle à accueillir les étrangers; Loth, son neveu, n'eut aussi qu'à se féliciter un jour de son pieux empressement à remplir le même devoir à leur égard, car il eut le même bonheur que lui. Qu'il en soit ainsi de vous, recevez non pas des anges, mais le Seigneur même des anges dans la personne des étrangers; que ce soit Lui que vous nourrissiez dans les pauvres, que vous visitiez dans les malades, que vous vêtiez dans ceux qui sont nus, et que vous rachetiez dans les captifs. C'est par de tels sacrifices qu'on gagne le. coeur de Dieu et qu'on mérite d'entendre ces paroles au jugement dernier: « Ce que vous faisiez au moindre des miens, c'est à moi que vous le faisiez (Matth., XXV, 40). »

3. Je vous renouvellerai ici le conseil que je vous donnais quand j'étais au milieu de vous : ne recevez aucun prédicateur étranger ou inconnu à moins qu'il ne vous soit adressé par voire évêque ou par le souverain Pontife ! « Comment prêcheront-ils, disait l'Apôtre, s'ils ne sont envoyés (Rom., X, 15) ? » Ces prédicateurs étrangers n'ont pas l'apparence de la piété et n'en ont pas l'esprit; afin de mieux cacher le venin de leurs doctrines, ils enveloppent leurs nouveautés profanes d'expressions toutes divines, défiez-vous d'eux comme de véritables empoisonneurs, et tenez-les pour des loups bien rapaces quoiqu'ils se cachent sous des peaux de brebis.

Je vous recommande le vénérable abbé (a) de Grandselve qui doit vous porter cette lettre; je vous le recommande, dis-je, lui et tous ses religieux; car je considère sa maison comme étant à nous, depuis qu'elle s'est affiliée à notre monastère de Clairvaux. Faites-lui connaître ainsi qu'à ses religieux le bien que vous ont fait mes prédications et prouvez-moi en leurs personnes tout le dévouement et toute l'affection dont vous êtes animés ;t mon égard. Soyez sûrs que. je. regarderai comma fait à moi-même tout ce que vous ferez pour eux. Que la grâce et la paix de Dieu soient avec vous! Amen.

a L'abbé Bernard, le même que celui dont il est question au commencement de cette lettre. C'est lui qui affilia l'abbaye des Bénédictins de Toulouse à celle de Cîteaux en 1145, non pas à l'époque indiquée à tort par la chronologie.

Haut du document

LETTRE CCXLIII. AUX ROMAINS QUAND ILS ABANDONNÈRENT LE PAPE EUGÈNE (a).

L’an 1146

A l'instigation d'Arnauld de Brescia, les Romains s'étaient mis en tête de rétablir la république et la liberté de l'ancienne Rome sur les ruines du pouvoir pontifical, de confisquer les revenus du Pape pour le réduire à se contenter, comme dans l'ancien temps, du produit des dîmes. Dans ces pensées, ils s'étaient soulevés et révoltés contre Eugène. C'est à cette occasion, que saint Bernard écrit aux Romains pour leur reprocher avec autant d'énergie que de raison leur conduite injuste envers le souverain Pontife, leur rencontrer qu'en agissant comme ils le faisaient, ils s'attaquaient à la catholicité tout entière, et les menacer, s'ils ne reviennent à de meilleures dispositions, des effets de la colère de Dieu.

Aux nobles, aux grands et au peuple entier de Rome, le frère Bernard, abbé de Clairvaux, salut et voeu sincère qu'ils sortent des sentiers du mal pour entrer dans ceux du bien.

1. Peuple illustre et fameux, je prends la liberté de t'écrire, moi qui ne suis que le plus petit et le dernier des hommes, si tant est que je mérite même le nom d'homme. Mais ce n'est pas sans quelque peine et sans une sorte de confusion que je le fais, quand je songe à ce que je suis, à qui je m'adresse et au jugement qu'on pourra porter sur ma démarche. Mais je compte pour peu de chose ce que les hommes penseront de moi, en songeant que Dieu peut condamner mon silence et me reprocher d'avoir tu la vérité et caché la justice. C'est lui, en effet, qui dit: « Représentez à mon peuple ses iniquités (Isa., LVIII, 2), » et je m'estimerai heureux de pouvoir lui répondre: « Seigneur, je n'ai point tenu caché dans mon coeur ce qui était juste à vos yeux; j'ai dit la vérité en votre nom et j'ai publié vos salutaires volontés (Psalm. XXXIX, 11). » Voilà pourquoi je passe par-dessus toute considération, pourquoi je ne me laisse arrêter ni par la pensée de mon obscurité, ni par le sentiment de mon néant, et que, du pays éloigné où j'habite, je prends sur moi d'écrire à un peuple fameux, et de représenter d'en deçà des monts aux habitants de Rome, le danger auquel ils s'exposent et la faute

a Voir livre IV de la Considération, chapitre II; Othon de Freisingen, livre VII, chapitre XXXI de sa Chronique, et livre II, chapitre XX de son Histoire de Frédéric. Les Arnaldistes sont rangés par Bonnacourse et mis sur le même rang que les Cathares et les Patarins. On les accusé d'avoir soutenu que les sacrements administrés par de mauvais prêtres sont nuls. Spicil., tome XII, page 85.

qu'il commettent, pour essayer de les toucher et de les ramener à des pensées de paix. Qui sait? peut-être la piété d'un pauvre religieux désarmera-t-elle un peuple puissant, que ni les menaces, ni même la force des armes ne sauraient dompter. Ne lit-on pas qu'autrefois dans Babylone, à la voix d'un enfant, tout un peuple que la parole de deux iniques vieillards placés au nombre de ses juges avait égaré, révoqua le jugement qu'il avait porté, et délivra le sang innocent ? Ainsi en sera-t-il peut-être de moi aujourd'hui. Si je ne suis qu'un enfant à ne tenir compte que des vertus, et non pas du nombre des années, si je ne mérite aucune considération par moi-même, Dieu ne peut-il donner à mes paroles la vertu de détromper un peuple qui n'est que trop évidemment égaré et de le faire revenir sur ses pas ? Il me suffit de cette pensée pour me regarder comme étant disculpé; de toute indiscrétion aux yeux de ceux qui pourraient trouver mauvaise la démarche que je tente et en éprouver du mécontentement contre moi.

2. Si ce n'est point assez pour m'excuser, je puis ajouter une autre raison encore, c'est que dans une cause qui intéresse tant de monde, il ne peut être question de grands ni de petits. Quand la tête est malade, il n'est partie du corps si éloignée et si petite qu'elle soit, qui ne prenne part à sa douleur. C'est précisément le cas où je me trouve: je ressens vivement, quelque petit et éloigné que je sois, la douleur extrême dont souffre la tête et, avec elle le corps tout entier dont elle est le chef et duquel aussi je suis un des membres. Quand la tête souffre, n'est-t-elle pas l'interprète de tous les autres membres, pour exprimer la douleur qu'ils ressentent dans leur chef et pour faire connaître le mal qui le travaille ? Permettez-moi donc d'exhaler un peu ma douleur en vous écrivant, ou plutôt de faire éclater la peine de l'Eglise tout entière. Ne l’entendez-vous pas s'écrier en ce moment de tous les points du globe : la tête souffre, ma tête est malade? Il n'est personne au monde parmi les chrétiens qui ne se glorifie d'avoir pour chef celui que les deux glorieux Apôtres Pierre et Paul ont élevé si haut et environné d'une telle auréole de gloire, en répandant leur sang l'un sous le glaive qui lui trancha la tête, et l'autre sur la croix qui le vit expirer la tête en bas. L'outrage qui les atteint rejaillit sur tons les fidèles, et, de même que « la voix de ces deux apôtres s'est fait entendre dans l'univers entier (Psalm. XVIII, 40), » ainsi le coup qui les frappe est ressenti par tous les chrétiens, retentit dans tous les cœurs, arrache à tous des soupirs de douleur.

3. D'ailleurs qu'avez-vous fait, malheureux Romains, en indisposant contre vous les véritables princes de ce monde, et les protecteurs déclarés de votre cité? Pourquoi attirer sur vous par une rébellion aussi révoltante qu'insensée, la colère du Roi de la terre et du ciel, pourquoi vouloir dépouiller avec une audace sacrilège le Siège apostolique des privilèges qu'il tient du Roi des cieux et des princes de la terre, quand vous devriez être, s'il ]e fallait, les premiers sinon les seuls défenseurs de ces glorieuses prérogatives que vous avez maintenant à coeur d'anéantir? Avez-vous assez perdu le sens et le jugement ainsi que les plus simples notions de l'honneur pour en venir jusqu'à découronner de vos propres mains votre chef et celui de l'Eglise entière, tandis que vous devriez être disposés à sacrifier votre vie même pour le défendre en cas de besoin? Vos pères ont fait de votre cité la maîtresse du monde entier, elle en va devenir la fable par votre faute, puisque vous chassez le successeur de saint Pierre de la ville et du siège de cet Apôtre, en même temps que vous dépouillez les cardinaux et les évêques de Jésus-Christ de leurs biens et de leurs maisons. Peuple aveugle et insensé, ville ingrate et égarée ! Si tu formes un corps, le Pape n'en est-il pas la tête et les cardinaux les yeux ? qu'es-tu donc aujourd'hui? Un tronc décapité, privé d'yeux et de lumière. Peuple malheureux, reconnais et préviens les calamités dont tu es menacé. L'éclat de ta gloire s'est bien vite effacé. On prendrait aujourd'hui pour une veuve attristée celle qui naguère était la reine et la maîtresse des peuples et des nations.

4. Hélas ! ce n'est là, j'en ai bien peur, que le prélude de calamités bien plus grandes, car tu n'es plus qu'à deux doigts de ta ruine si tu persistes dans la voie où tu t'es engagée. Rentre donc en toi-même, te dirai-je comme à la Sunamite, réfléchis entin à tes maux et considère quels en ont été et quels en sont encore les auteurs. Tu n'as pas oublié les causes qui ont amené dans ces derniers temps le pillage et la dispersion a des biens et des revenus qui faisaient l'ornement et la gloire de toutes les églises que tu comptes dans ton sein, rappelle-toi à quoi tout cela a servi et ce que c'est devenu, en quelles mains ces richesses ont passé et l'usage qu'on en a fait. Tout. ce qu'il y avait de précieux dans ces temples, les vases sacrés, les statues d'or et d'argent, sont devenus la proie d'une troupe de gens impies; que t'en reste-t-il aujourd'hui? en as-tu tes coffres mieux garnis? Tous ces riches ornements qui embellissaient la maison du Seigneur ont péri pour toujours. Pourquoi renouveler de pareils désordres et faire revivre ces temps malheureux? En seras-tu plus riche ensuite? espères-tu être plus heureuse cette fois-ci que l'autre? Au contraire, tu me parais bien plus téméraire que dans ta première révolte. En effet, tu comptais alors dans ton parti non-seulement des gens du peuple, mais des membres du clergé et des princes mêmes qui s'étaient déclarés pour le schisme en certaines contrées du monde, mais actuellement tu es seule contre tous, et tous sont contre toi. Tu es seule de toit parti, l'univers entier est étranger à ta révolte

a Qui eurent lieu sous l'antipape Anaclet. Ernald, livre II de la Vie de saint Bernard, n. 1, et Baronius, à l'année 1130, les rapportent en détail.

dont les conséquences ne retomberont que sur ta tête et sur celle de tes enfants. Malheur donc à toi, peuple bien des fois à plaindre ! oui, malheur et deux fois malheur à toi, puisque ce ne sont ni les nations barbares, ni les armées des peuples étrangers qui causent ta ruine, mais tes propres enfants, tes familiers et tes amis qui te livrent aux déchirements de la guerre intestine, te torturent et t'arrachent le coeur et les entrailles !

5. Ne reconnais-tu pas que tes enfants ne sont pas tous animés de sentiments pacifiques et que tu as beaucoup moins d'amis que tu ne crois ? Je savais bien déjà, mais je ne l'ai jamais mieux compris que par ton expérience, que « l'homme a pour ennemis les gens de sa propre maison, » comme le disait la Vérité même (Mich., VII; Matth., X, 36). » Le frère n'a pas de plus dangereux ennemi que son frère, et le fils a tout à redouter de l'auteur de ses jours. Ce n'est point contre la pointe du glaive qu'il faut se mettre en garde, mais contre la langue des hommes intrigants et pervers. Combien de temps encore vous fortifierez-vous les uns les autres dans le mal? Jusqu'à quand concourrez-vous à votre perte commune par les mauvais conseils que vous vous donnez? Rassemblez-vous, brebis égarées, revenez à vos pâturages, serrez-vous de nouveau autour de votre pasteur, de l'évêque de vos âmes : réfléchissez sur la grandeur de votre crime. Je ne vous parle point en ennemi pour vous insulter, mais mes paroles sont des reproches d'amis; la véritable amitié reprend quelquefois, mais elle ne flatte jamais.

6. Mais moi je joins la prière à la réprimande, et vous conjure au nom de Jésus-Christ de faire votre paix avec Dieu et de vous réconcilier avec les deux apôtres Pierre et Paul qui régnent sur votre ville et que vous avez chassés de leurs palais et de leurs domaines dans la personne d'Eugène, leur successeur et leur vicaire. Faites votre paix, vous dis-je, avec ces deux véritables princes du monde, de peur que le monde entier ne se lève pour les venger de votre conduite insensée; s'ils ne vous protègent, vous êtes la faiblesse même, mais vous n'avez plus rien à craindre dès qu'ils se déclarent en votre faveur. Oui, je le répète, cité à jamais illustre, terre de héros , avec Pierre et Paul tu peux défier la puissance de mille peuples conjurés contre toi; réconcilie-toi donc avec ces milliers de martyrs qui reposent dans tes murs, mais qui ne cesseront de se déclarer contre toi tant que tu persévéreras dans ton crime et tes forfaits. Réconcilie-toi enfin avec l'Eglise entière que la nouvelle de ton attentat a scandalisée. Si tu ne le fais pas, cette lettre se tournera elle-même un jour contre toi, et tu verras les apôtres et les martyrs dont j'ai parlé se soulever contre un peuple qui les déshonore et les prive de la gloire de leurs travaux. Mais il est temps que je finisse; je vous ai avertis de votre devoir, et du péril dont vous êtes menacés; je ne vous ai point déguisé la vérité et je vous ai donné de salutaires conseils, il ne me reste plus maintenant qu'à attendre l'heureuse nouvelle de votre changement, fasse le ciel qu'elle ne tarde point trop à me venir, ou à pleurer toutes les larmes de mes yeux, en songeant aux désastres aussi mérités que certains qui vous menacent et à sécher de frayeur dans l'attente des maux dont vous serez accablés.

Haut du document

Précédente Accueil Remonter Suivante