LET. CCLXXIV-CCLXXVIII
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
LET. I
LET. II
LET.  III
LET. IV
LET. V
LET. VI
LET. VII
LET. VIII
LET. IX-X
LET. XI-XII
LET. XIII-XIX
LET. XX-XXI
LET. XXII
LET. XXIII-XXXII
LET. XXXIII-XLI
LET.  XLII-XLVII
LET.  XLVIII-LIV
LET. LV-LVII
LET. LVIII-LXIV
LET. LXV-LXVIII
LET. LXIX-LXXIV
LET. LXXV-LXXVII
LET. LXXVIII
LET. LXXIX-LXXX
LET. LXXXI-LXXXIV
LET. LXXXV-LXXXVI
LET. LXXXVII
LET. LXXXVIII-LXXXIX
LET. XC-XCII
LET. XCIII-XCV
LET. XCVI-XCIX
LET. C-CII
LET. CIII-CVIII
LET. CIX-CXIV
LET. CXV-CXXI
LET. CXXII-CXXV
LET. CXXVI-CXXVIII
LET. CXXIX-CXXXI
LET. CXXXII-CXXXVIII
LET. CXXXIX-CXLI
LET. CXLII-CXLVI
LET. CXLVII-CL
LET. CLI-CLVII
LET. CLVIII-CLXIII
LET. CLXIV-CLXIX
LET. CLXX-CLXXVII
LET. CLXXVIII-CLXXX
LET. CLXXXI-CLXXXVI
LET. CLXXXVII-CXCIV
LET. CXCV-CCVI
LET. CCVII-CCIX
LET. CCX-CCXVIII
LET. CCXIX
LET. CCXX-CCXXI
LET. CCXXII-CCXXIV
LET. CCXXV-CCXXVII
LET. CCXXVIII-CCXXIX
LET. CCXXX-CCXXXVI
LET. CCXXXVII-CCXLI
LET. CCXLII-CCXLIV
LET. CCXLIV-CCXLVIII
LET. CCL-CCLIII
LET. CCLIV-CCLV
LET. CCLVI-CCLX
LET. CCLXI-CCLXX
LET. CCLXXI
LET. CCLXXII-CCLXXIII
LET. CCLXXIV-CCLXXVIII
LET. CCLXXIX-CCLXXXII
LET. CCLXXXIII-CCLXXXVIII
LET. CCLXXXIX-CCXCVI
LET. CCXCVII-CCCI
LET. CCCII-CCCX
LET. CCCXI-CCCXX
LET. CCCXXI-CCCXXIX
LET. CCCXXX-CCCXXXVIII
LET. CCCXXXIX-CCCXLV
LET. CCCXLVI-CCCLIX
LET. CCCLX-CCCLXIII
COMMENDES
LET. CCCLXIV-CCCLXVI
LET. CCCLXVII-CCCLXXI
LET. CCCLXXII-CCCLXXXI
LET. CCCLXXXII-CCCLXXXV
LET. CCCLXXXVI-CCCLXXXIX
LET. CCCXC-CCCXCI
LET. CCCXCII-CCCXCVIII
LET. CCCXCIX-CDIV
LET. CDV-CDX
LET. CDXI-CDXVII
LET. CDXVIII-CDXX
LET. CDXXI-CDXXXI
LET. CDXXXII- CDXXXVIII
LET. CDXXXIX-CDXLI
LET. CDXLII-CDXLIV

LETTRE CCLXXIV. A HUGUES, ABBÉ DE TROIS-FONTAINES, PENDANT SON SÉJOUR A ROME.

LETTRE CCLXXV. AU PAPE EUGÈNE, SUR L'ÉLECTION D'UN ÉVÊQUE D'AUXERRE.

LETTRE CCLXXVI. AU MÊME PAPE, APRÈS LA MORT DE L'ÉVÊQUE D'AUXERRE.

NOTES DE HORSTIUS ET DE MABILLON

LETTRE CCLXXVII. AU MÊME PAPE, POUR L'ABBÉ DE CLUNY.

NOTES DE HORSTIUS ET DE MABILLON

LETTRE CCLXXVIII. AU MÊME PAPE, POUR L'ÉVÊQUE DE BEAUVAIS.

NOTES DE HORSTIUS ET DE MABILLON

LETTRE CCLXXIV. A HUGUES, ABBÉ DE TROIS-FONTAINES, PENDANT SON SÉJOUR A ROME.

L’an 1151

Saint Bernard témoigne tout son regret d'avoir recommandé le neveu de l'évêque d'Autan: il désapprouve celui-ci d'avoir donné la prévôté à son parent.

Je suis au regret d'avoir écrit pour le jeune homme dont il s'agit et je voudrais qu'on pût révoquer la grâce que j'ai sollicitée pour lui; car en écrivant en sa faveur j'ai donné lieu de croire que j'approuvais ce que son oncle (Hugues évêque d’Auxerre) a fait quand il a eu le tort de le nommer prévôt; tandis qu'il n'en est absolument rien, quelque affection que j'aie pour lui; cédant à l'étroite, amitié qui me liait à l'oncle, je nie suis laissé aller à écrire en faveur du neveu, mais j'avoue qu'en ce cas mon affection m'a entraîné trop loin et n'était pas assez épurée de tout sentiment terrestre; d'ailleurs je me trouvais sous le coup de la perte que je venais de faire de cet ami, et le chagrin m'a porté à agir avec trop peu de réflexion. Je passerai peut-être dans l'esprit du Pape pour un homme léger, mais j'aime mieux risquer de perdre son estime par l'aveu de l'indiscrète précipitation avec laquelle je lui ai écrit, que d'offenser Dieu par le moindre mensonge. Au reste, ma lettre était aussi discrète et réservée que possible sur le chapitre de la prévôté, je n'en dis pas un mot au Pape, parce que je me rappelais fort bien que ses deus prédécesseurs en avaient autrement disposé et avaient confirmé ce qui fut réglé touchant cette dignité par un privilège spécial qu'il serait bien que vous pussiez rétablir et faire observer. Je voudrais qu'il pût laver la mémoire de ce saint évêque. de la tache dont la chair et le sang l'ont souillée et qu'il procurât quelque autre bien à ce jeune homme.

Haut du document

LETTRE CCLXXV. AU PAPE EUGÈNE, SUR L'ÉLECTION D'UN ÉVÊQUE D'AUXERRE.

L’an 1151

Saint Bernard informe le Pape de la mauvaise foi qui avait présidé à l'élection d'un évêque d'Auxerre.

Lorsque je vous écrivis pour l'Église d'Auxerre, j'ignorais qu'après la première élection dont j'avais eu connaissance on en avait fait une seconde, de sorte que les craintes que je vous témoignais étaient comme une prophétie que l'événement est venu justifier, car ce que j'appréhendais est arrive. Veuillez vous rappeler comment les choses se sont passées à Nevers (a), et vous verrez qu'il en a été de même en cette circonstance; c'est par le même artifice et, dit-on, par la même personne que les intrigants ont réussi à faire faire une seconde élection pour écarter les deux premiers élus et leur substituer une créature de leur choix. Ils m'ont fait engager à écrire en leur faveur, mais j'ai voulu auparavant m'assurer des faits avec certitude et j'ai envoyé sur les lieux mêmes un religieux de confiance pour se renseigner exactement sur la manière dont les deux élections se sont faites. Il se présenta à L'église, et après avoir pris avec le plus grand soin toutes les informations possibles, il apprit de tous les témoins qu'il put réunir, qu'il n'y avait pour la seconde élection qu'un seul prêtre, le frère du religieux Geoffroy b, nommé Hugues, un seul diacre nommé Etienne, et de tout le reste du personnel de l'église, que les chefs de la cabale, le chantre, l'archidiacre et le trésorier; encore n'est-il pas bien certain que celui-ci fût du nombre, attendu qu'il était absent. Au contraire, le premier élu avait réuni les suffrages non-seulement de tout le clergé inférieur, mais de neuf diacres et de onze prêtres: l'archiprêtre, qui faisait le douzième, s'il n'était neutre, penchait plutôt pour la première élection, tout en protestant qu'il n'avait souscrit encore ni à l'une ni à l'autre. Le prêtre Hugues, dont j'ai parlé plus haut, était chargé de la garde du sceau de l'église c; mais, agissant en homme de parti plutôt qu'en homme de paix, il le livra à ceux de sa faction sans tenir aucun compte de ce que son devoir exigeait qu'il fit. Voilà comment toute cette affaire s'est passée. De là je conclus, avec ma liberté ordinaire, qu'on doit empêcher que le méchant ne puisse se féliciter de sa malice, due le sage n'ait à rougir de s'être laissé tromper et qu'une Eglise demeure plus longtemps en suspens.

a Saint Bernard s'exprime de même à 'a fin de la lettre suivante : c'est nue allusion aux troubles qui ont signalé l'élection de Raymond à l'évêché de Nevers. Voir la lettre deux cent quarante-cinquième.

b Qui semble avoir été le candidat de l'opposition ; mais l'élection d'Alain, qui avait été abbé du monastère de Larivour, situé dans le diocèse de Troyes, finit par prévaloir. Alain a fait un abrégé de la vie de saint Bernard. Dans les Actes des évêques d'Auxerre on lit que l'évêché demeura vacant pendant une année entière. Voir les lettres deux cent quatre-vingtième et deux cent quatre-vingt-deuxième avec leurs notes.

c Il semble d'après cela qua cette époque l'Eglise d'Auxerre avait déjà un sceau distinct de celui de l'évêque.

Haut du document

LETTRE CCLXXVI. AU MÊME PAPE, APRÈS LA MORT DE L'ÉVÊQUE D'AUXERRE.

L’an 1151

Saint Bernard informe le souverain Pontife que le diacre Etienne a fait faire à l'évêque d'Auxerre un testament impie et scandaleux qu'il l'engage à casser.

1. C'est encore moi avec mes avis que je n'aurais pas manqué de vous suggérer plus tôt si j'avais connu plus tôt ce que je ne fais que d'apprendre à l'instant. Un homme s'est trouvé qui a fait faillir Israël, c'est-à-dire, un saint évêque (a), en le laissant mourir presque intestat après l'avoir vu tout troublé des approches de la mort, et même on pourrait dire aux prises avec elle. Après avoir légué fort peu de chose, presque rien, aux pauvres et aux églises, il fit légataire de presque tous les biens de la mense épiscopale, aux suggestions et sur les instances du diacre Etienne, un de ses neveux, un tout jeune homme du monde incapable de servir l'Eglise. Il lui laissa, dit-on, les revenus de sept églises, les dîmes et les prés situés dans une forêt dépendante de l'évêché, sans compter, ce qui met le comble au scandale, tout l'or qu'il possédait, ses écuries, et même celles du monastère, parce que les siennes ne pouvaient suffire an voyage de Rome qu'il doit entreprendre pour aller vous demander de vouloir bien ratifier ce testament. Plusieurs personnes pensent que l'évêque est mort sans savoir qu'il avait fait toutes ces donations; c'est le diacre Etienne qui aurait fait ces legs comme il l'entendait et aurait ensuite apposé le sceau de l'évêque au bas du testament; cela paraît d'autant plus croyable, que l'an dernier, le fait est certain, comme ce prélat semblait être à la dernière extrémité, on lui fit faire à ce même neveu la donation d'une paroisse dont il ne put se rappeler, quand il eut recouvré la santé, qu'il avait disposé de la sorte. Quelle apparence d'ailleurs qu'un évêque si saint et si dégagé des choses de ce monde eût fait un pareil testament s'il avait eu encore conscience de ses actes et toute sa présence d'esprit? L'homme le plus mondain pourrait-il reconnaître dans cet acte la dernière volonté d'un prêtre, le fait d'un homme sage et détaché de la terre, qui juge tout et n'est lui-même jugé par personne? Ne serait-ce pas au contraire un prélat jugé de Dieu et des hommes, si son testament devait être maintenu tel qu’il est ?

2. Vous donc, serviteur de Dieu, vous qui avez en main le glaive de

a II se nommait Hugues ; saint Bernard l'appelle un saint évêque dans son livre III de la Considération, n. 11. Horstius s'étend assez longuement dans ses notes sur le testament de cet évêque. On voit, dans les Actes des évêques d'Auxerre, chap. V, qu'il avait donné à son neveu le titre d'une prévôté dépendante de son chapitre.

Pierre, retranchez cet opprobre de la religion et ce scandale de l'Eglise ; en justifiant cet évêque du crime dont on charge sa mémoire, vous adoucirez la douleur amère que ressentent ses pieux amis, ceux qui l'aiment lion pas selon la chair, mais selon l'esprit, et vous calmerez en même temps celle dont votre coeur a dû être saisi. Nouveau Phinées, levez-vous, opposez-vous comme une barrière au mal, apaisez l'émotion, calmez l'agitation qui s'est produite. Oui, levez-vous comme un mur inexpugnable: les enfants de ce siècle vont tenter les derniers efforts et faire le siège de votre constance, qu'ils vous trouvent insensible aux intérêts de la chair et du sang; vous n'aurez pour l'oncle d'affection véritable qu'en vous montrant inflexible contre le neveu.

3. Au reste il faut que vous sachiez que deux personnes de piété, le doyen de Saint-Pierre d'Auxerre et le prieur de Saint-Eusèbe, se préparaient à vous aller trouver pour soutenir en leur propre nom et au nom de l'abbé de Saint-Laurent la première élection de. l'Eglise d'Auxerre, quand le parti opposé a eu recours à l'autorité du comte de Nevers (a) pour les empêcher de donner suite à leur projet. Ce prince les fit venir en sa présence, leur défendit de se mêler de cette affaire, et leur fit de grandes menaces pour les en détourner. L'abbé m'a envoyé le prieur de sa maison, qui est son propre frère, pour m'informer de toutes ces choses, et me prier, de concert avec le doyen, de vous en informer. Je vous le répète donc: souvenez-vous de ce qui s'est passé à Nevers. Vous savez due c'est quelquefois suivre la règle que de s'en écarter; aux yeux des personnes sages et prudentes, les deux clefs que vous avez reçues représentent, l'une le pouvoir discrétionnaire, et l'autre l'autorité régulière dont vous êtes investi.

Haut du document

NOTES DE HORSTIUS ET DE MABILLON

LETTRE CCLXXVI.

187. Un saint évêque ..... Il se nommait Hugues et avait été abbé de Pontigny avant d'être évêque d'Auxerre. Il mourut le 10 octobre 1151. On peut voir l'histoire de sa conversion miraculeuse et de la sainteté de sa vie dans Henriquez, livre II des Fasci., distinct. 10, chap. XXVIII ; dans le Ménologe, au 21 janvier, et dans la Vie de saint Bernard, livre III, chap. III.

Saint Bernard, qui connaissait la sainte vie de ce prélat, se montre non moins surpris que contristé de voir qu'au moment de mourir, et quand il n'avait déjà presque plus conscience de ce qu'il faisait, il ait, d'après le conseil et les suggestions d’un certain Etienne, si peu donné aux pauvres et aux églises, qu'on aurait pu dire qu'il ne leur avait pour ainsi dire rien laissé, tandis qu'il léguait tous ses biens à son neveu, jeune séculier qui ne pouvait être utile à l'Eglise. Il est même peu éloigné de croire que le diacre Etienne ait tout fait à l'insu de cet évêque, aussi prie-t-il le Pape de faire acte de zèle et d'autorité pour réprimer une action aussi indigne. Est-il, en effet, rien de pire que de prendre le patrimoine de Jésus-Christ, lesbiens de l'Eglise et le trésor des pauvres pour les donner à des proches et à des amis charnels ? Ce n'est, hélas! un mal que trop commun de nos jours, depuis que l'Eglise a cessé de casser, avec la même rigueur qu'autrefois, ces testaments impies que Dieu même semble frapper de sa réprobation en ne permettant pas que les héritages acquis de la sorte profitent à ceux qui les reçoivent ou parviennent à un troisième héritier. Peut-on d'ailleurs s tonner et gémir assez quand on voit que bien souvent les ecclésiastiques font preuve dans leurs testaments de beaucoup moins de piété et de religion que les laïques eux-mêmes? Il n'est pas rare en effet de voir ces derniers donner leurs biens aux pauvres et aux églises, taudis que les premiers les oublient dans leurs testaments, pour ne songer qu'à ceux qui leur sont unis par les liens de la chair et du sang. N'est-ce pas le contraire qui devrait avoir lieu ?

Le saint concile de Trente les avertit en termes aussi graves que précis « de ne pas songer à enrichir leurs proches et leurs amis avec les revenus de l'Eglise, s'ils ne veulent aller contre les canons des Apôtres qui leur défendent de donner les biens des églises, qui ne sont autres que les biens de Dieu même, à leurs parents. Pourtant, s'ils ont des parents pauvres, ils pourront leur venir en aide comme ils le feraient pour tous autres pauvres; bien plus, le saint synode exhorte tous les ecclésiastiques à se dépouiller le plus possible de cette affection tout humaine qu'ils pourraient ressentir pour leurs frères, leurs neveux et leurs autres parents, comme étant une source abondante de maux pour l'Eglise. » Voir le concile de Trente, section XXV, de la Réform., chap. I.

On pourrait faire voir, s'il en était besoin, comment les ecclésiastiques vraiment pieux, cardinaux, évêques et autres se sont montrés animés de cet esprit dans les temps anciens comme à des époques plus rapprochées de nous; ainsi, pour ne citer que des exemples récents, on vit saint Charles Borromée, cardinal-archevêque de Milan, qui avait plein pouvoir de tester, disposer de tous ses biens en œuvres pies, et no laisser rien par testament aux membres de sa famille.

Voir la Vie de ce saint, par Charles de la Basil. de Saint-Pierre. On en dit autant des cardinaux Tolet et Bellarmin. Jean Molanus, théologien de l'université de Louvain, a écrit un excellent traité sur les dispositions testamentaires en faveur des oeuvres pies. Il fait la remarque, dans son chapitre XIII, que saint Bernard a parlé des testaments dans plusieurs de ses lettres, notamment dans les soixante-quatrième, deux cent dix-huitième et deux cent soixante-seizième, et il prend occasion des paroles de notre Saint pour donner d'utiles conseils au sujet des testaments, et pour engager les testateurs à ne faire que des dispositions valides ou permises, et claires, en termes exempts de toute ambiguïté, après mûre réflexion et dans la pleine jouissance de toutes leurs facultés. Voici même en quels termes il s'exprime à propos des paroles de saint Bernard : « Par ce dernier exemple, les ecclésiastiques peuvent se convaincre qu'ils ne doivent pas attendre, pour faire connaître leurs dernières volontés, qu'affaiblis par le mal et les idées troublées par l'approche de la mort, ils soient hors d'état de faire autre chose que ce qu'il plaira à des amis charnels de leur suggérer, au lieu de suivre leurs propres pensées. »

Pour plus amples détails sur cette matière, voir nos Sept Trompettes de la discipline ecclésiastique, et principalement Salvien aux églises catholiques (Note de Horstius).

Haut du document

LETTRE CCLXXVII. AU MÊME PAPE, POUR L'ABBÉ DE CLUNY.

Saint Bernard prie le Pape d'accueillir cet abbé avec bienveillance et de le traiter avec honneur.

Je peux vous paraître extravagant en vous recommandant l'abbé de Cluny et en faisant comme si je voulais protéger un homme dont tout le monde recherche la protection. Aussi est-ce moins pour lui que pour moi que je vous écris, c'est une satisfaction de coeur que je me donne, je n'ai pas d'autre but en vous écrivant. Il me semble qu'au moyen de cette lettre je ne cesserai pas pendant tout le voyage d'être dans la société de celui que je ne puis suivre autrement, je défierai ainsi la chaîne élevée

a Guillaume IV. Il avait succédé en 1147 à son pire Guillaume III, qui était entré chez les Chartreux. Voir la lettre deux cent quatre-vingtième, n. 3.

des Alpes, avec leurs neiges éternelles, et la distance des lieux, de nous séparer l'un de l'autre. Grâce à cette lettre) je me trouve en ce moment partout à ses côtés, il ne va nulle part sans moi ; c'est une faveur dont je devrais lui savoir infiniment de gré, si ce n'était a présent pour mon coeur comme un besoin impérieux de le suivre, une sorte de nécessité qui me dispense de toute reconnaissance. Je vous prie d'honorer dans ce grand homme un des membres les plus honorables du corps de Jésus-Christ, un vrai vase d'honneur plein de grâce et de vérité et comblé de bonnes oeuvres. Renvoyez-le-nous ensuite aussi comblé de qu joie et de bonheur que son retour doit ici en faire goûter à une foule de personnes. Versez sur lui à profusion toutes les glaces dont il est digne, afin qu'il les répande sur nous en pareille abondance quand il nous reviendra. S'il vous demande quelque chose au nom du Seigneur Jésus, il ne saurait être exposé à essuyer un refus de votre part, car il faut que vous sachiez que sa main généreuse assiste les pauvres de notre ordre et leur fournit aussi largement que spontanément pour subsister tout ce qu'il peut prendre sur les biens de son abbaye sans donner lieu de murmurer aux religieux de sa maison. Je dis, au nom du Seigneur Jésus, et voici pourquoi : c'est que s'il venait à cous prier, comme j'ai des motifs pour le supposer et le craindre, de le décharger a de la conduite de son troupeau, il n'est personne qui s'imagine qu'il puisse demander une pareille chose au nom du Seigneur. Car je crois bien que depuis que vous l'avez vu, cet homme est devenu encore plus timoré et plus parfait. Vous savez d'ailleurs qu'à peine placé à la tête de son ordre il entreprit de le réformer en plusieurs points (b), particulièrement dans la pratique des jeûnes et du silence, et dans l'habitude de porter des habits d'étoffes précieuses et recherchées.

Haut du document

NOTES DE HORSTIUS ET DE MABILLON

LETTRE CCLXXVII.

188. Pour l'abbé de Cluny, Pierre le Vénérable; il allait à Rome présenter ses hommages au pape Eugène, pour lequel saint Bernard lui donna cette lettre de recommandation. Il parle ainsi lui-même de ce voyage dans le livre Il des Miracles, chap. XXV: «La première année du pontificat d'Eugène, je fis le voyage de Rome, tant pour présenter mes respects à ce pape que pour visiter notre commune mère, l'Eglise romaine » (liv. VI, lettre quarante-sixième). En écrivant à saint Bernard, il dit: « Je l'avais vu, - le pape Eugène, - la première année de son pontificat, quand j'allai à Rome. » Liv. VI, lettre quarante-quatrième). Pendant ce voyage, il fut pillé, comme il l'écrivit ensuite au pape Eugène, par le marquis Opizon, dont la troupe infestait alors l'Italie, et ne recouvra ce qu'on lui avait enlevé qu'avec l'assistance des habitants de Plaisance. Il lit un second voyage, en 1151, pour rendre une seconde fois visite au pape Eugène ; il en recul, comme on le voit par une de ses lettres à saint Bernard (livre VI, lettre, quarante-sixième), un accueil on ne peut plus bienveillant, dont il se crut redevable à la bonne amitié de notre Saint (Note de Mabillon).

Haut du document

LETTRE CCLXXVIII. AU MÊME PAPE, POUR L'ÉVÊQUE DE BEAUVAIS.

Il n'est pas nécessaire de vous prouver que vous devez exaucer la prière de votre fils l'évêque de Beauvais ; vos entrailles de père vous diront assez éloquemment qu'il n'est rien de plus convenable et de plus juste pourtant

a Il est probable que Pierre le Vénérable songeait à se décharger de son abbaye pour se retirer auprès de saint Bernard, comme il le dit lui-même dans sa lettre, qui est la deux cent soixante-quatrième de la collection de celles de saint Bernard.

b C'est ce qu'attestent ses remarquables statuts dans la bibliothèque de Cluny. Voir Orderic, livre XIII, à l'année 1132.

c C'était Henri, frère de Louis le Jeune, qui devint plus tard archevêque de Reims. Voir les lettres deux cent soixante-neuf, trois cent cinquième et trois cent septième. Quand le roi Louis, son frère, l'eut fait entrer dans les ordres, le pape Honorius le traita comme son pupille, ainsi qu'on le voit par une lettre de ce Pontife, rapportée dans le tome III du Spicilège, page 150. Après cette lettre il s'en trouve une autre adressée au légat du saint Siège, dans laquelle le roi Louis demande pour son fils fleuri une prébende dépendante de l’église de Pontoise. Avant d'être évêque de Beauvais, il fut abbé de Sainte-Marie d'Etampes, puis archidiacre d'Orléans, comme on le voit dans le cartulaire de Saint-Martin-des-Champs.

tant je ne puis m'empêcher de vous faire remarquer que ce jeune prélat mérite par sa piété et par le zèle qu'il déploie pour son Eglise, non-seulement vos louanges, mais encore votre appui. Dès qu'il se sentira soutenu par une main aussi puissante que la vôtre, il en deviendra encore plus pieux, plus fervent et plus fort au milieu des épreuves sans cesse renaissantes que les méchants suscitent à, son Eglise (a). Je vous prie aussi d'accorder au frère Arnoulphe de Blaïole la grâce qu'il vous demande, maître Guy que je vous envoie vous dira ce dont il s'agit. Il vous apprendra également, si vous daignez l'entendre, ce que l'abbesse du Paraclet (b) vous supplie de lui accorder si vous le trouvez bon.

Haut du document

NOTES DE HORSTIUS ET DE MABILLON

LETTRE CCLXXVIII.

189. Au milieu des épreuves sans cesse renouvelées que les méchants suscitent à son Eglise. Yves de Chartres s'exprime à peu près dans les mêmes termes en parlant de l'état de l'Eglise de Beauvais : « Cette église, dit-il dans sa lettre quatre-vingt-septième, depuis longtemps ne sait plus ce que c'est que d'avoir de bons pasteurs; aussi lui semble-t-il tout naturel de n'en avoir que de mauvais, et regarde-t-elle presque comme un crime d'en élire d'autres.... »

Ce que l'abbesse du Paraclet... Héloïse, femme d'Abélard s'étant faite religieuse, elle devint abbesse d'un monastère de femmes situé à Argenteuil, sur la Seine, dans le diocèse de Paris.

En 1127, les religieux de l'abbaye de Saint-Denys, ayant prouvé.. par des titres fort anciens, que cette maison leur avait été donnée par Hermenrique et son épouse Numma, en reprirent possession après avoir cessé pendant bien longtemps de l'occuper.

Théodrade, fille de Charlemagne, avait réuni dans ce monastère des femmes qui en furent chassées plus tard pour avoir cessé de vivre en religieuses.

Quelque temps auparavant, Abélard avait obtenu de l'abbé de Saint-Denys la permission de se retirer dans une solitude des environs de Troyes, où il se construisit, avec de la paille, du foin et des roseaux, un oratoire qu'il dédia à la sainte Trinité, et qui reçut plus tard le nom de Paraclet, parce que son fondateur avait enfin trouvé là un peu de consolation après tous ses malheurs. Dans la suite il céda ce monastère à Héloïse (Note de Horstius).

Haut du document

Précédente Accueil Remonter Suivante