SAINT MICHEL I
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
Conv. S. Paul I
Conv.de S. Paul II
PURIFICATION I
PURIFICATION II
PURIFICATION III
SAINT VICTOR I
SAINT VICTOR II
SAINT BENOIT
ANNONCIATION I
ANNONCIATION II
ANNONCIATION III
NATIVITÉ DE J-B
V. PIERRE ET PAUL
PIERRE ET PAUL I
PIERRE ET PAUL II
PIERRE ET PAUL III
ASSOMPTION I
ASSOMPTION II
ASSOMPTION III
ASSOMPTION IV
OCT. ASSOMPTION
NATIVITÉ DE MARIE
SAINT MICHEL I
SAINT MICHEL II
TOUSSAINT I
TOUSSAINT II
TOUSSAINT III
TOUSSAINT IV
TOUSSAINT V
SAINT MALACHIE I
SAINT MALACHIE II
SAINT MARTIN
SAINT CLÉMENT
V. SAINT ANDRÉ
SAINT ANDRÉ I
SAINT ANDRÉ II
DOM HUMBERT
DÉDICACE I
DÉDICACE II
DÉDICACE III
DÉDICACE IV
DÉDICACE V
DÉDICACE VI

PREMIER SERMON POUR LA FÊTE DE SAINT MICHEL. Des devoirs des anges envers nous, et du respect que nous leur devons.

1. Nous faisons aujourd'hui la fête des saints anges, et vous réclamez de moi le sermon qui vous est dû, en pareille solennité. Mais que dirai-je des esprits angéliques, moi qui ne suis qu'un chétif ver de terre? Je crois, et je tiens de foi certaine qu'ils ont le bonheur de jouir de la présence et de la vision de Dieu, et qu'ils sont comblés d'une félicité sans fin dans les biens du Seigneur que l'exil n'a point vus, dont l'oreille n'a point entendu parler, et dont le coeur de l'homme n'a pu même concevoir le désir. Qu'est-ce donc qu'eu simple mortel peut dire sur ce sujet à des hommes mortels comme lui? Il ne saurait se former lui-même une idée de ces choses-là, et, pour eux, ils ne sauraient les entendre, Assurément, si la bouche parle de l’abondance du coeur; il faut que la langue se taise faute de pensées qui l’inspirent. Mais si c'est trop pour nous parler de l'éclat et de la gloire dont les saints anges jouissent en eux-mêmes, ou plutôt dont ils dépassent nos coeurs en Dieu, nous pouvons vous entretenir du moins de la grâce et de la charité que nous trouvons en eux. Car dans les esprits célestes, on rencontre non-seulement une dignité admirable, mais encore une condescendance pleine d'amabilité. Il est juste, en effet, mes frères, que, ne pouvant nous élever jusqu'à la compréhension de leur gloire, nous nous: attachions d'autant plus étroitement à la miséricorde, dont nous savons, de science certaine, que les familiers de Dieu, les citoyens du Ciel, les princes du Paradis, sont remplis. D'ailleurs, l'Apôtre lui-même qui fut ravi jusqu'au troisième ciel, et qui vit, de ses yeux, la cour des bienheureux, et en connut les secrets, nous assure « que tous les anges sont des esprits qui tiennent lieu de serviteurs, et de ministres, et qui sont envoyés pour exercer leur ministère, en faveur de ceux qui doivent être les héritiers du salut (Heber. I, 14). »

2. Il ne faut pas qu'on le trouve incroyable,d'autant plus que le créateur, le roi même des anges est venu, non point pour être servi, mais pour servir, et pour donner son âme pour une foule d'hommes. Pourquoi donc se trouverait-il quelqu'un parmi les anges qui dédaignât un semblable ministère, quand ils s'y voient précédés par celui qu'ils servent eux-mêmes dans les cieux, avec une extrême ardeur et une félicité entière? Ne doutez pas du moins qu'il en soit ainsi, car le Prophète vous dit : « Un million le servaient, et un autre million se tenaient debout devant lui (Dan. VII, 10). » Un autre Prophète, en parlant du Fils au Père, a dit: « Vous l'avez abaissé un peu au dessous des anges (Psal. VIII, 6). » Il convenait, en effet, que celui qui l'emporte sur eux par la grandeur, l'emportât aussi par l'humilité ; qu'il fût d'autant inférieur aux anges qu'il s'est dévoué à un ministère inférieur au leur, et qui fût d'autant plus excellent qu'il a reçu un nom plus différent du leur. Mais peut-être me demanderez-vous en quoi il a été abaissé un peu au dessous des anges, puisque, après tout, il n'est pas venu pour servir, car, ainsi que je l'ai rappelé plus haut, ce sont eux qui nous sont envoyés comme ministres de Dieu ? Pour ce qui est de ce que, non-seulement il servit, mais encore qu'il fût servi, celui qui servait était le même que celui qui était servi. Aussi, est-ce avec raison que l'Épouse des Cantiques a dit : «Le voici qui vient, sautant sur les montagnes, passant par dessus les collines (Cant. II. 8); » quand il sert, il saute au milieu des anges, mais quand il est servi, alors il passe par dessus eux. Si les anges servent, ce n'est point de leur propre fond, ils offrent à Dieu de bonnes couvres, non les leurs, mais les nôtres, et nous rapportent sa grâce. Voilà pourquoi, quand l'Écriture dit : Et la fumée des parfums composée des prières des saints, s'élevant de la main de l'ange, monte devant Dieu (Apoc. VIII, 4), » elle a soin d'ajouter : « Et on lui donna une grande quantité de parfums. » Or ces parfums ce sont nos sueurs, non les leurs; les larmes qu'ils offrent à Dieu, ce ne sont pas leurs larmes, mais les nôtres, et les présents qu'ils nous rapportent, ne sont point leurs présents, mais ceux de Dieu.

3. Il n'en est pas ainsi de ce serviteur plus sublime, et en même temps plus humble que tous les autres; il s'est offert lui-même en sacrifice de louange, en donnant à son Père son âme, et à nous, tous les jours de la vie, sa propre chair. Grâce à cet illustre serviteur, il ne faut pas nous étonner si les saints anges se montrent pleins de bienveillance, d'empressement même à nous servir. Ils nous aiment, en effet, parce que Jésus-Christ nous a aimés. Il y a un dicton populaire qui dit : quiconque m'aime, aime aussi mon chien. Or, anges bienheureux, nous sommes les petits chiens de ce Seigneur que vous aimez tous, oui, de petits chiens qui désirons nous nourrir des miettes qui tombent de la table de nos maîtres qui ne sont autres que vous. Ce que je dis là, mes frères, c'est pour vous donner une plus grande confiance encore , dans les bienheureux anges, et pour que, dans vos besoins, vous invoquiez leurs secours avec plus d'amour; c'est aussi pour que vous ayez plus fort à coeur de vivre convenablement en leur présence, de vous concilier tous les jours davantage leur faveur et leur bienveillance., et de vous assurer leur clémence. C'est dans la même pensée que je crois bon d'indiquer encore à votre charité les autres motifs que les saints anges ont de s'occuper de nous avec sollicitude; sans anxiété pour eux , il est vrai , mais noir point sans utilité pour irons; sans rien perdre de leur propre bonheur, j'en conviens, mais non pas sans augmenter nos moyens de salut.

4. Il est hors de doute que les âmes humaines, qui sont des âmes raisonnables et capables de la béatitude, sont un lien de parenté , s'il m'est permis de parler ainsi, avec la nature des anges ; et il ne vous conviendrait pas, ô esprits bienheureux, de dédaigner au mépris du précepte de la charité, votre espèce que vous devez visites, lors même qu'elle se trouve comme vous le voyez vous-mêmes, tombée dans un extrême abaissement. D'ailleurs, je ne puis croire non plus que vous voyiez avec plaisir, citoyens. du ciel, les brèches faites à votre cité, et la ruine de vos murs patente à vos regards. Si vous désirez les voir relever, comme il n'est que trop juste, faites entendre fréquemment, je vous en supplie, au pied de trône de gloire, ce cri de prière : « Seigneur, traitez favorablement Sion , faites-lui sentir les effets de votre bonté, afin que les murs de Jérusalem soient rebâtis (Psal. L, 20). » Si vous aimez, ou plutôt puisque vous aimez la beauté de la maison de Dieu, manifestez votre zèle pour les pierres vivantes et raisonnables qui seules peuvent être employées avec vous, à la construction. de cette maison. Voilà , mes chers frères, le triple bien qui attire vers nous du haut des cieux, pour nous consoler, nous visiter et nous aider, la suréminente charité des anges, pour Dieu , pour nous et pour eux-mêmes. Pour Dieu d'abord, dont ils imitent, comme il n'est que trop juste, les entrailles de miséricorde à notre égard ; pour nous, en qui ils reconnaissent, avec un sentiment de commisération, leur propre ressemblance; pour eux enfin, car leur plus grand désir est de parvenir à recruter, parmi nous, assez d'hommes pour combler les vides de leurs rangs. Car c'est de la bouche des enfants qui ne se nourrissent encore que de lait, non d'aliments solides, que doit être complétée la louange qui appartient à sa majesté, cette louange dont les esprits angéliques ont les prémices qui les couvrent d'un bonheur extrême. Mais plus ils nous attendent pour cela avec impatience, plus ils sont pressés du désir et du besoin d'en voir la consommation.

5. Puisque les choses sont ainsi , songez, mes bien chers frères, avec quel soin nous devons travailler à nous rendre dignes de leur commerce, et quelle vie nous devons mener en présence des anges, de peur de blesser la sainteté de leurs regards. Malheur, en effet à nous, si nos péchés nous rendent indignes à leurs yeux de recevoir leurs visites et de jouir de leur présence, car il ne nous restera plus qu'à pleurer et à nous écrier avec le Prophète : « Mes amis et mes proches se sont levés et déclarés contre moi ; ceux qui étaient proches de moi, s'en sont tenus éloignés, et ceux qui cherchaient à m'ôter la vie, usaient de violence pour me la ravir (Psal XXXVIII, 12). » Oui, ceux qui, par leur présence, pouvaient nous protéger et tenir notre ennemi à l'écart, se sont bien éloignés de nous. Si nous avons un tel besoin que les anges nous honorent. de leur amicale assistance, nous devons éviter avec le plus grand soin de les offenser, et nous exercer particulièrement à la pratique des vertus que nous savons leur plaire. Il y a bien des choses qu'ils ont pour agréable et qu'ils sont charriés de trouver en nous, telles sont, par exemple, la sobriété, la chasteté, la pauvreté volontaire, de fréquents gémissements poussés vers-le ciel, des larmes mêlées aux prières dans un coeur attentif; ce que les anges de la paix aiment trouver en nous par dessus tout, c'est la paix et l'union. Comment n'aimeraient-ils pas avec délices, en nous, les choses mimés qui sont comme la forme de leur cité sainte et leur font admirer une Jérusalem nouvelle sur la terre? Je vous dirai donc que, dé même que toutes les parties de cette cité saints: ont une parfaite union entre elles (Psal. CXXI, 3), ainsi doit-il en être de nos pensées et de nos discours, il ne faut point qu'il y ait de schismes entre nous, mais, au contraire, nous ne devons faire qu'un seul corps en Jésus-Christ, et nous montrer comme étant les membres les uns des autres.

6. Aussi n'est-il rien qui offense plus les anges et excite davantage leur courroux que les discussions et les scandales qu'ils peuvent remarquer parmi nous. Écoutez, à ce sujet, les paroles de saint Paul aux Corinthiens : « Puisqu'il y a parmi vous des jalousies, des disputes et des divisions, n'est-il pas visible que vous êtes charnels, et que vous vous conduisez selon le vieil homme (I Cor. III, 3) ? » Dans l'épître de l'apôtre saint Jude, nous lisons également : Ce sont des gens qui se séparent eux-mêmes des hommes sensuels qui n'ont point l'esprit de Dieu (Jud. I, 19). » Vous savez comment l'âme de l'homme vivifie tous les membres du corps, tant qu'ils demeurent unis les uns aux autres; séparez-les, et vous verrez si elle continue à entretenir la vie en eux. Ainsi en est-il de quiconque dit anathème à Jésus, ce qu'on ne peut faire en parlant dans le Saint-Esprit, attendu que tout anathème est une séparation (I Cor. II, 4). Oui, il en est ainsi, je le répète, de tous ceux qui se séparent de l'unité, on ne peut douter que l'esprit de vie ne se retire d'eux. C'est donc avec vérité que les apôtres appellent ceux qui se séparent eux-mêmes et sèment la division, des hommes charnels et animaux, et disent qu'ils n'ont point l'esprit de Dieu. Ces saints anges, ces esprits bienheureux disent donc, quand ils trouvent quelque part des dissensions et des scandales : que peut-il y avoir de, commun entre nous et cette génération dépourvue de l'esprit de Dies ? Si cet esprit se trouvait là présent, il y répandrait la charité et empêcherait le lien de l'unité de se rompre; nous ne saurions, au grand jamais, demeurer parmi de tels hommes, ils sont tout charnels. Quel rapport peut-il y avoir entre la lumière et les ténèbres ? Nous sommes habitants d'un royaume de paix et d'union, et nous espérions que ces hommes entreraient dans notre paix et notre union, mais comment pourraient-ils ne faire qu'un avec nous quand ils sont divis s entre eux? Vous voyez comme l'Évangile de ce jour a été bien choisi pour une telle solennité, il nous détourne, en effet, du scandale des petits (Matt. XVIII, 6), comme étant odieux aux anges. Si quelqu'un, dit l'Écrivain sacré, est un sujet de scandale pour un de ces petits... combien dures à entendre sont les paroles qui suivent! Mais l’heure est passée, il faut maintenant que nous allions célébrer nos messes. Pardonnez-moi donc de remettre la suite de mon discours à un autre jour ; peut-être cet ajournement ne vous sera-t-il point inutile, si je continue ce sujet du mieux qu'il me sera possible une autre fois.

Haut du document

Précédente Accueil Remonter Suivante