SAINT MICHEL II
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
Conv. S. Paul I
Conv.de S. Paul II
PURIFICATION I
PURIFICATION II
PURIFICATION III
SAINT VICTOR I
SAINT VICTOR II
SAINT BENOIT
ANNONCIATION I
ANNONCIATION II
ANNONCIATION III
NATIVITÉ DE J-B
V. PIERRE ET PAUL
PIERRE ET PAUL I
PIERRE ET PAUL II
PIERRE ET PAUL III
ASSOMPTION I
ASSOMPTION II
ASSOMPTION III
ASSOMPTION IV
OCT. ASSOMPTION
NATIVITÉ DE MARIE
SAINT MICHEL I
SAINT MICHEL II
TOUSSAINT I
TOUSSAINT II
TOUSSAINT III
TOUSSAINT IV
TOUSSAINT V
SAINT MALACHIE I
SAINT MALACHIE II
SAINT MARTIN
SAINT CLÉMENT
V. SAINT ANDRÉ
SAINT ANDRÉ I
SAINT ANDRÉ II
DOM HUMBERT
DÉDICACE I
DÉDICACE II
DÉDICACE III
DÉDICACE IV
DÉDICACE V
DÉDICACE VI

DEUXIÈME SERMON POUR LA FÊTE DE SAINT MICHEL. Sur ces paroles : « Si quelqu'un est un sujet de scandale pour l'un de ces petits qui croient en moi, etc. (Matt. XVIII, 6). »

1. Mes frères, vous avez entendu en quels termes terribles l'Évangile tonne contre ceux qui scandalisent les faibles. La Vérité ne flatte personne, ne. trompe personne, elle dit ouvertement : « Malheur à celui par qui le scandale arrive (Matt. XVIII, 7); il vaudrait mieux pour lui qu'il ne fût pas né (Matt. XXVI, 24); » sans doute il veut dire né une seconde fois, né à la vie, né au Saint-Esprit, pour être ensuite absorbé par la chair. Il vaudrait mieux pour lui, s'il en est un qui se trouve dans ce cas, qui suscite des scandales dans cette maison, dans cette communauté sainte, agréable à Dieu et aux anges, qui est heureuse et qui s'aime, qu'une meule, comme celle que les aines font mouvoir, soit attachée à son cou, qu'il échangent le joug si doux et le fardeau si léger du Sauveur, contre le poids accablant, pour ses épaules, des cupidités terrestres, et qu'il soit précipité de nos mains au fond de cette mer grande et spacieuse qui n’est autre que ce siècle pervers, car il serait moins funeste pour lui de périr dans le inonde que dans le monastère. Or, quiconque n'a point la charité ne peut que périr, quand même il aurait le courage de livrer son corps aux flammes ( I Cor. XIII, 3). Si je m'exprime ainsi, mes frères, ce n'est pas que je n'ai point bonne opinion de vous, ou que je vois ce vice détestable régner parmi vous, mais c'est afin que vous soyez plus attentifs encore à persévérer et à croître dans cette charité, dans cette union et cette, paix où vous vous trouvez maintenant dans le Seigneur. Quelle est notre espérance, quelle est notre joie et notre couronne de gloire? N'est-ce point votre union, l'unanimité de vos sentiments, où je suis heureux de vous trouver remplis d'amour pour vos frères, et de vous voir appliquer, avant terri, à. conserver, les mis pour les autres, les dispositions d'une charité réciproque, qui fait le vrai bien de la perfection ? C'est en cela que tout le monde reconnaît, avec les saints anges eux-mêmes, que vous êtes les disciples du Christ, puisque vous vous aimez les uns les autres.

2. Si vous n'avez point oublié les trois causes que les anges ont de nous aimer et de prendre soin de nous, dont je vous ai entretenus dans ma précédente instruction, vous pouvez concevoir aisément tous les avantages qu'on recueille de la charité fraternelle; car il est bien facile de voir qu'aucune de ces causes ne favorise quiconque n'aime pas son prochain. En effet, quel motif les anges auront-ils de nous aimer pour Notre Seigneur Jésus-Christ, s'ils voient, au peu d'amour que nous avons les uns pour les autres, qu'il s'en faut bien que nous soyons ses disciples? Serons-nous aimés d'eux à cause de nous, c'est-à-dire à cause de la ressemblance de notre nature avec leur nature spirituelle, s'ils voient que nous n'aimons pas nous-mêmes ceux qui sont de la même nature que nous, que dis-je ? s'il est évident pour eux, aux divisions qui subsistant entre nous, que bien loin d'être spirituels, nous ne sommes que charnels ? Enfin, nous aimeront-ils pour eux, et dans l'espoir qu'un jour nous servirons à réparer les brèches de leur cité sainte, s'ils voient, ce qu'à Dieu ne plaise, que le ciment de la charité, qui peut seul nous unir et nous faire faire corps avec eux, nous manque? Comment pourront-ils espérer de voir les murs éternels de leur cité réédifiés avec nous pour pierres, s'ils savent, s'ils voient que nous ne sommes point des pierres vivantes qui puissent s'attacher les unes aux autres, mais plutôt que nous sommes comme des grains de sable que le vent enlève de la face de la terre, qu'un mot soulève comme un tourbillon, et que le souffle du plus léger soupçon emporte? Mais en voilà assez sur ces mots du Seigneur : « Si, quelqu'un scandalise un de ces petits (Matt. XVIII, 6). » Je suis convaincu que, désormais, vous, vous garderez de cette peste redoutable avec tous les soins possibles.

3. Mais, après cela, qui pourrait entendre, sans émotion, l'Évangile continuer : « Si votre oeil vous scandalise arrachez-le (Matt. XVIII, 6)? » Est-ce qu'il nous est ordonné de nous, arracher cet oeil corporel, de nous couper cette main ou ce pied matériels? Loin de nous, mes frères, une pensée aussi ridicule, un sens aussi charnel. En effet, après nous avoir mis en garde contre les scandales extérieurs, en termes assez durs, comme vous avez pu l'entendre, le Seigneur nous dit la conduite que nous devons avoir par rapport au scandale que nous souffrons au dedans de nous, dans celle loi de révolte que nous trouvons dans nos membres. Il connaît en effet, le limon dont il nous a formés, et sait bien qu'il ne nous est pas aussi facile d'éviter ce scandale. Or, une expérience quotidienne nous a appris que cette sorte de scandale peut se produire de trois manières. Il arrive quelquefois que l'oeil intérieur de notre intention est simple et pur et serait mieux appelé, dans ce cas, l'oeil de la grâce que notre œil à nous; mais c'est le nôtre, à proprement parler, qui nous scandalise, quand notre volonté nous suggère une intention moins pure qu'elle ne devrait; c'est de cet oeil-là que le Seigneur nous donne le conseil « de l'arracher et de le jeter loin de nous (Ibidem, 9). » C'est ce qu'on fait en ne consentant point, en rejetant cette intention, en y résistant. C'est de la même manière qu'il faut entendre ce qui est dit de la main et du pied ; car lorsque nous sommes appliqués à de bonnes oeuvres et que notre volonté. propre s'efforce de nous attirer à d'autres oeuvres, c'est proprement notre main qui nous scandalise, il faut la couper, la rejeter loin de nous, ne point lui céder.

4. De même, quand nous désirons faire des progrès dans la sainteté, gravir les échelons de l'échelle qui apparut à Jacob, et, suivant le mot du Psalmiste, avancer de vertu eu vertu (Psal. LXXXVIII, 8), souvent nous sommes scandalisés par notre pied, je veux dire par le pied de notre mollesse et de notre négligence, qui tend de préférence à reculer plutôt, et à descendre. Il faut le couper, afin que le pied de la grâce, qui demeure ferme dans le droit chemin, puisse courir sans obstacle, sans scandale, sans pierre d'achoppement. Pour ce qui est de ce que le Seigneur ajoute en disant : « Mieux vaut pour vous que vous entriez dans la vie n'ayant qu'un oeil, qu'une main, qu'un pied, que d'en avoir deux et d'être précipités. dans le feu de l'enfer (Matt. XVIII, 9), » cela s'adresse à ceux. qui suivent indistinctement leur volonté, bonne ou mauvaise, et s'engagent dans deux voies en même temps, suivent tantôt la bonne, tantôt la mauvaise, selon les désirs changeants de leur coeur. Il vaudrait certainement mieux pour eut s'attacher en toutes choses à la grâce, et toutes les fois qu'ils rencontrent leur volonté propre, la couper et la rejeter loin d'eux. Mais après avoir passé bien du temps pour arriver à vaincre enfin notre volonté propre, et à l'a couper en suite comme un membre, il faut que notre âme apprenne non-seulement à ne point se laisser aller à l'orgueil, mais encore à demeurer soumise à Dieu, loin de tout scandale, et de toute contradiction. Alors il ne sera plus nécessaire de nous arracher un oeil, car, en s'attachant à l'oeil simple, il est devenu simple et pur lui-même; bien glus, au lieu d'être un oeil différent, il ne forme plus qu'un seul et même oeil avec le simple, selon ces paroles de l'Apôtre : « Quiconque s'attache au Seigneur ne fait plus qu'un seul et même esprit avec lui (I Cor. VI, 17). » Ce que j'ai dit de l'oeil, je le dis de la main et du pied de la même manière. Quiconque a une volonté si bien unie d’affection et de désir avec la grâce, qu'il ne désire plus faire rien de mal, ni même rien de moins bon, ou moins bien que la grâce ne le lui inspire, est un homme parfait. Mais cette paix est le propre de la félicité; le retranchement des scandales, la victoire des tentations, est le propre de la force ; l'une est le partage de la gloire, l'autre, le lot de la vertu.

Haut du document

Précédente Accueil Remonter Suivante