CANTIQUE
Précédente ] Accueil ] Suivante ]

Accueil
PRÉFACE
CHRONOLOGIE
LETTRES
TRAITÉS
S. TEMPS
FÊTES DE SAINTS
SERMONS DIVERS
OPUSCULES
CANTIQUE
CISTERCIENS I
CISTERCIENS II
CISTERCIENS III
VIES ET TÉMOIGNAGES

PRÉFACE DE MABILLON POUR LE TOME IV DE SAINT BERNARD DES ŒUVRES DE SAINT BERNARD.

SERMONS DE SAINT BERNARD ABBÉ DE CLAIRVAUX SUR LE CANTIQUE DES CANTIQUES.

SERMON I.

SERMON II. Avec quelle impatience les patriarches et les prophètes attendaient l’incarnation du Fils de Dieu, qu'ils ont annoncée.

SERMON III. Le baiser des pieds, de la main, de la bouche du Sauveur, etc.

SERMON IV. Des trois progrès de l'âme, signifiés par les trois baisers des pieds, de la main et de la bouche du Seigneur.

SERMON V. Il y a quatre sortes d'esprits; celui de Dieu, celui de l’ange, celui de l'homme et celui de la bête.

SERMON VI. L'esprit suprême et incirconscrit est Dieu : en quel sens on dit que les pieds de Dieu, sont la miséricorde et le jugement.

SERMON VII. De l'ardent amour de l’âme pour Dieu et de l'attention qu'il faut apporter dans l'oraison et dans la psalmodie.

SERMON VIII. Le Saint-Esprit est le baiser de Dieu : c'est ce baiser que l'Épouse demande, afin qu'il lui donne la connaissance de la Sainte Trinité.

SERMON IX. Des deux mamelles de l'Époux, c'est-à-dire, de Jésus-Christ, dont l'une est la patience à attendre la conversion des pécheurs, lorsqu'ils se convertissent, et l'autre la bienveillance ou la facilité avec laquelle il les accueille.

SERMON X. Les trois parfums spirituels des mamelles de l'Épouse, la contrition, la dévotion et la piété.

SERMON XI. Il faut remarquer deux choses principales dans la rédemption des hommes, le fruit que nous en tirons, et la manière dont elle s'est accomplie.

SERMON XII. Le parfum de la piété est le plus excellent de tous. Respect que les inférieurs doivent avoir. pour leurs supérieurs.

SERMON XIII. Nous devons faire remonter à Dieu comme à la source de tout bien, toutes les grâces que nous recevons de lui.

SERMON XIV. De l'Église des Chrétiens fidèles, et de la Synagogue des Juifs perfides.

SERMON XV. Vertu merveilleuse du nom de Jésus-Christ pour les chrétiens fidèles dans toutes les adversités

SERMON XVI. La Contrition du coeur. Il y a trois espèces de confessions véritables.

SERMON XVII. Il faut observer avec grand soin le moment où le Saint-Esprit vient dans l’âme, et celui où il s'en éloigne. Jalousie que le diable a conçue contre les hommes.

SERMON XVIII. Des deux opérations du Saint-Esprit, dont l'une s'appelle effusion et l’autre infusion.

SERMON XIX. Nature, mode et propriété de l'amour de Dieu qui est dans les anges, selon les divers degrés de gloire qu'ils possèdent.

SERMON XX. Trois sortes d'amours dont nous aimons Dieu.

SERMON XXI. Comment l'Épouse, c'est-à-dire l'Église, demande à Jésus qui est son époux, d'être attirée après lui.

SERMON XXII. Des quatre parfums de l’Époux et des quatre vertus cardinales.

SERMON XXIII. Trois manières de contempler Dieu, représentées par les trois celliers.

SERMON XXIV. Contre le vice détestable de la distraction; en quoi consiste surtout la rectitude de l'homme.

SERMON XXV. L'Épouse, je veux dire l’Église, est noire, mais elle est belle.

SERMON XXVI. Saint Bernard pleure la mort de son frère Girard (a).

SERMON XXVII. De la parure de l'Épouse : en quel sens l’âme sainte est appelée ciel.

SERMON XXVIII. De la noirceur et de la beauté de l'Époux. Prérogative de l'ouïe sur la vue en ce qui concerne la foi.

SERMON XXIX. Plaintes de l'Église contre ses persécuteurs, c'est-à-dire contre ceux qui sèment la division entre les frères. »

SERMON XXX. Le peuple fidèle ou les âmes des élus sont les vignes dont l’Église est établie la gardienne. La prudence de la chair est une mort.

SERMON XXXI. Excellence de la vision de Dieu. Comment à présent le goût de la présence de Dieu varie dans les saints selon les différents désirs de leur âme.

SERMON XXXII. Le Verbe se communique sous la forme d'un Époux aux âmes embrasées d'amour pour lui, et sous la figure d'un médecin à celles qui sont encore faibles et imparfaites. Les pensées de haine diffèrent les unes des autres d'où vient cette différence.

SERMON XXXIII. Ce qu'une âme dévote ne doit cesser de rechercher. Que faut-il entendre par le mot midi. Il y a quatre tentations qu'on doit toujours éviter.

SERMON XXXIV. De l'humilité et de la patience.

SERMON XXXV. Deux réprimandes que l'Époux fait à l'Épouse. Il y a deux ignorances particulièrement à craindre et à fuir.

SERMON XXXVI. La connaissance des belles lettres est bonne pour notre instruction, mais la connaissance de notre propre infirmité est meilleure pour notre salut.

SERMON XXXVII. Il y a deux connaissances et deux ignorances : Maux ou détriments qu'elles nous causent

SERMON XXXVIII. En quel sens l'Épouse est appelée la plus belle des femmes.

SERMON XXXIX. Des chariots de Pharaon, qui est le diable, et des princes de son armée qui sont la malice, l'intempérance et l'avarice.

SERMON XL. L'intention est le visage de l’âme ; sa beauté et sa laideur, sa solitude et sa pureté.

SERMON XLI. Grande consolation de l'Épouse dans la contemplation des splendeurs de Dieu, en attendant qu'elle arrive à sa claire vision.

SERMON XLII. Il y a deux sortes d'humilités : l'une naît de la vérité, l'autre est enflammée par la charité.

SERMON XLIII. Comment la méditation de la passion et des souffrances de Jésus Christ fait passer l'Épouse, je veux dire, l'âme fidèle, par la prospérité et l’adversité, sans en être affectée.

SERMON XLIV. La correction doit se régler sur le caractère de ceux qu'on reprend : elle doit être douce quand elle s'adresse à des personnes humbles et faciles, et sévère quand on a affaire à des rimes dures et obstinées.

SERMON XLV. Les deux beautés de l'âme; comment l'âme parle au Verbe, et le Verbe à l'âme, leur langue.

SERMON XLVI. État et composition de toute l’Église. Comment on parvient à la contemplation par la vie active qui se passe sous l'obéissance.

SERMON XLVII. Les trois fleurs de la virginité, du martyre et des bonnes oeuvres : de la dévotion pour l'office divin.

SERMON XLVIII. Louanges que l’Époux et l'Épouse s'adressent réciproquement. L'ombre de Jésus-Christ, c'est sa chair et la foi en lui.

SERMON XLIX. Comment le discernement règle la charité et fait que tous les membres de l'Église, c'est-à-dire les élus, se tiennent par des liens réciproques.

SERMON L. Deux sortes de charités, l'affective et l'actuelle. De l'ordre de ces deux charités.

SERMON LI. L'Épouse demande que les fruits des bonnes oeuvres soient aussi nombreux que les fleurs et aussi abondants que les parfums de l'espérance. De l'espérance et de la crainte.

SERMON LII. Du ravissement qu'on appelle contemplation, dans lequel l'Époux fait reposer l'âme sainte et se met en peine de lui assurer le calme et la paix.

SERMON LIII. Les monts et les collines signifient les esprits célestes par dessus lesquels passe l’Époux en venant sur la terre, c'est-à-dire en se faisant homme.

SERMON LIV. Comment on peut trouver encore que les montagnes représentent les anges et les hommes, tandis que les collines représentent les démons. Il y a trois sortes de craintes que tout homme doit ressentir, s'il ne veut point perdre la grâce de bien faire qu'il a reçue de Dieu.

SERMON LV. Comment on peut, par la vraie pénitence, éviter le jugement de Dieu.

SERMON LVI. Nos péchés et nos vices sont comme une muraille élevée entre Dieu et nous.

SERMON LVII. Il faut observer les visites du Seigneur : à quels signes et à quelles marques on peut les reconnaître.

SERMON LVIII. Comment l'Époux invite l'Épouse, c'est-à-dire les hommes parfaits, à se charger de la conduite des imparfaits. On doit couper chez eux le vice jusque dans sa racine, pour que les vertus poussent à la place.

SERMON LIX. Gémissements de l’âme qui soupire. après la céleste patrie, éloge de la chasteté et de la viduité.

SERMON LX. Incrédulité des Juifs qui mirent le comble à la mesure de leurs pères en tuant le Christ.

SERMON LXI. Comment l'Église trouve les richesses de la miséricorde divine dans les trous des plaies de Jésus-Christ. Force que les martyrs ont puisée dans Jésus-Christ.

SERMON LXII. Qu'est-ce pour une âme fidèle que demeurer dans les trous de la pierre et de se trouver dans les fentes des murailles. Il vaut mieux chercher la volonté de Dieu, que sonder sa gloire et sa majesté. Pureté du coeur qu'il faut avoir pour prêcher la vérité.

SERMON LXIII. L'homme pieux et sage doit cultiver sa vigne, c'est-à-dire sa vie, son âme, sa conscience. Il y a deux sortes de renards, les flatteurs et les détracteurs ; tentations des jeunes religieux.

SERMON LXIV. Tentations des religieux plus avancés. Leurs renards, c'est-à-dire, tentations le plus redoutables pour eux. Les hérétiques sont aussi des renards pour l'Église; il faut les prendre.

LETTRE D'EVERVIN PRÉVOT DE STEINFELD, A SAINT BERNARD, ABBÉ, AU SUJET DES HÉRÉTIQUES DE SON TEMPS.

SERMON LXV. Hérétiques clandestins : saint Bernard signale leurs principes religieux, leur soin de cacher leurs mystères et leur scandaleux commerce avec les femmes.

SERMON LXVI. Erreurs des hérétiques touchant le mariage, le baptême des enfants, le purgatoire, les prières pour les défunts, l'invocation des saints.

SERMON LXVII. Mouvements et admirable effusion d'amour de l'Épouse en retour de l’amour que lui témoigne le Christ son époux.

SERMON LXVIII. Comment l'Époux qui est Jésus-Christ fait attention à l'Épouse qui est l'Église, et comment elle le paie de retour en cela. Soin particulier que Dieu prend de ses élus. Mérite et confiance de l'Église.

SERMON LXIX. Tout ce qui s'élève contre le service de Dieu est abaissé. Venue et demeure du Père et du Verbe dans l’âme diligente, d'où découle une certaine familiarité entre l’âme et Dieu.

SERMON LXX. Pourquoi l'Epoux est appelé bien-aimé. Les lis au milieu desquels il se promène sont la vérité, la mansuétude, la justice et les autres vertus.

SERMON LXXI. Les lis sont les bonnes oeuvres, leur odeur est la bonne conscience et leur couleur la bonne réputation. Comment l'Époux nous paît et se repaît en nous. De l'union de Dieu le Père avec le Fils, et de l’âme sainte avec Dieu.

SERMON LXXII. Ce qu'il faut entendre par ces mots : le jour paraît et les ombres s'abaissent. Il y a différents jours selon les hommes. Les justes vivant dans la lumière jouissent d'un jour d'une parfaite clarté ; quant aux impies, comme ils sont plongés tout entiers dans des œuvres de ténèbres, ils n'ont qu'une nuit affreuse.

SERMON LXXIII. Comment le Christ doit venir au jugement dans la forme humaine, afin de sembler doux aux élus. Comment il est moindre que les anges et plus élevé qu'eux.

SERMON LXXIV. Visites du Verbe époux à l'âme sainte; combien elles sont secrètes. C'est ce que saint Bernard fait connaître à ses auditeurs, pour leur édification, avec humilité et une sorte de pudeur.

SERMON LXXV. Il faut chercher l'Époux dans le temps, de la manière et dans le lieu qu'il convient; c'est maintenant le temps favorable pendant lequel chacun de nous peut trouver le Seigneur pour soi et opérer son salut.

SERMON LXXVI. Clarté de l'Époux; c'est dans celle clarté qu'il est assis égal à son père; et à la droite de sa gloire. Les bons pasteurs doivent être attentifs, vigilants et discrets, en faisant paître les brebis qui leur sont confiées.

SERMON LXXVII. Mauvais pasteurs de l'Église. Comment les bienheureux dans le ciel et les anges viennent en aide aux élus sur la terre.

SERMON LXXVIII. L'Epouse, c'est-à-dire l'Église des élus, a été prédestinée de Dieu avant tous les siècles, et prévenue de sa grâce pour le chercher et se convertir.

SERMON LXXIX. De quel amour fort et indissoluble l'âme tient l'Époux embrasé. Retour de l'Époux, à la fin des siècles, vers la Synagogue des Juifs, pour la sauver.

SERMON LXXX. Dispute subtile sur l'image ou le Verbe de Dieu, et sur l'âme qui est faite à l'image de Dieu. Erreur de Gilbert, évêque de Poitiers.

SERMON LXXXI. Convenance et similitude du Verbe, sous le rapport de l'identité de son essence, de l'immortalité de sa vie et de la liberté de son arbitre.

SERMON LXXXII. Comment l’âme, tout en demeurant semblable à Dieu, perd néanmoins, par le péché, une parsie de sa ressemblance avec lui dans sa simplicité, son immortalité et sa liberté.

SERMON LXXXIII. Comment l'âme, quelque chargée de vices qu'elle soit, peut encore, par un amour chaste et saint, recouvrer sa ressemblance avec l'Époux, c'est-à-dire, avec le Christ.

SERMON LXXXIV. L’âme qui cherche Dieu est prévenue de lui, en quoi consiste cette recherche où elle a été prévenue de Dieu.

SERMON LXXXV. Il y a sept nécessités qui engagent l'âme à chercher le Verbe. Une fois qu'elle est reformée, elle s'approche pour le contempler et pour goûter la douceur de sa présence.

SERMON LXXXVI. Modestie et retenue de l'Épouse quand elle cherche le Verbe. Éloge de la modestie.

EN CONSTRUCTION !

Haut du document

Précédente Accueil Suivante