CISTERCIENS I
Précédente ] Accueil ] Suivante ]

Accueil
PRÉFACE
CHRONOLOGIE
LETTRES
TRAITÉS
S. TEMPS
FÊTES DE SAINTS
SERMONS DIVERS
OPUSCULES
CANTIQUE
CISTERCIENS I
CISTERCIENS II
CISTERCIENS III
VIES ET TÉMOIGNAGES

TOME V

PRÉFACE DES BÉNÉDICTINS. PRÉFACE DES BÉNÉDICTINS AUX TOMES V ET VI DE SAINT BERNARD.

Sermon de Gillebert de Hollandie ; Traités de Gillebert de Holandie ; Guillaume ; Divers


GILLEBERT DE HOLANDIE ABBÉ DE L'ORDRE DE CITEAUX.

SERMONS SUR LE CANTIQUE DE SALOMON A partir de l'endroit OU SAINT BERNARD S'ARRÊTA, PRÉVENU PAR LA MORT.

SERMON PREMIER. Durant les nuits, j'ai cherché dans mon petit lit celui que j'aime. (Cant. III, 4).

SERMON II. Dans mon petit lit, durant les nuits, j'ai cherché celui qu'aime mon âme. (Cant. III, 4).

SERMON III. Je l'ai cherché et ne l'ai point trouvé (Cant. I, 1).

SERMON IV. Je me lèverai et parcourrai la ville; à travers les places et les rues, je chercherai mon bien-aimé. (Cant. III, 2.)

SERMON V. Dans les carrefours et les places, je chercherai celui que mon cœur aime. (Cant. III, 2.)

SERMON VI. Avez-vous vu celui qu'aime mon âme? (Cant. III, 3.)

SERMON VII. Peu après les avoir dépassés, j'ai trouvé celui que mon cœur aime. (Cant. III, 4.)

SERMON VIII. Les ayant un peu dépassés, j'ai rencontré celui que mon cœur aime. (Cant. III, 4.)

SERMON IX. Je l'ai saisi, je ne le lâcherai pas jusqu'à ce que je l'introduise dans la demeure de ma mère. (Cant. III, 4.)

SERMON X. Je ne le lâcherai pas jusqu'à ce que je l'introduise dans la maison de ma mère. (Cant. III, 4.)

SERMON XI. Je l'ai tenu, je ne le laisserai point jusqu'à ce que je l'introduise dans la maison de ma mère et dans l'appartement de celle qui m'a donné la vie. (Cant. III, 4.)

SERMON XII. Je l'ai saisi, je ne le lâcherai pas jusqu'à ce que je l'introduise dans la chambre de ma mère. (Cant. III, 4.)

SERMON XIII. Je l'ai tenir, je ne le laisserai point partir, etc. (Cant. III, 4.)

SERMON XIV. Je vous en supplie, filles de Jérusalem, par les chevreuils et les cerfs des campagnes, n'éveillez pas et ne faites pas réveiller ma bien-aimée jusqu'à ce qu'elle le veuille. (Cant. III, 5.)

SERMON XV. Quelle est celle-ci qui s'élève à travers le désert comme une colonne de fumée d'aromates ? (Cant. III, 6.)

SERMON XVI. Soixante des plus forts dans Israël entourent le lit de Salomon. (Cant. III, 7.)

SERMON XVII. Le roi Salomon se fit une litière des cèdres du Liban. (Cant. III, 9.)

SERMON XVIII. Le roi Salomon se fit une litière des bois du Liban. (Cant. III, 9.)

SERMON XIX. Au centre de la charité il a étendu des tapis à cause des filles de Jérusalem. (Cant. III, 10.)

SERMON XX. Sortez et voyez le roi Salomon portant le diadème dont l’a couronné sa mère. (Cant. III, 11.)

SERMON XXI. Sortez, filles de Sion, et voyez le roi Salomon, etc.

SERMON XXII. Que vous êtes belle, ma bien-aimée, que vous êtes belle! Vos yeux sont ceux de la colombe, sans compter ce qui se cache au-dedans. (Cant. IV, 1.)

SERMON XXIII. Vos cheveux sont comme des troupeaux de chèvres qui sont montées de la montagne de Galaad ; vos dents comme des troupeaux de brebis tondues, etc., (Cant. IV, 1.)

SERMON XXIV. Toutes ont double agneau ; il n'y en a point de stériles parmi elles. Vos lèvres sont comme une bandelette d'écarlate. (Cant. IV, 2.)

SERMON XXV. Vos joues sont semblables à un fragment de grenade, etc. (Cant. IV, 3.)

SERMON XXVI. Votre cou est comme la tour de David, bâtie avec des contre-forts. Mille boucliers y sont suspendus, etc. (Cant. IV, 4.)

SERMON XXVII. Vos deux mamelles sont comme deux petits jumeaux de la chèvre, qui paissent parmi les lis, jusqu'à ce que le jour, etc. (Cant. IV, 5.)

SERMON XXVIII. J'irai à la montagne de la myrrhe et à la colline de l'encens. (Cant. IV, 6.)

SERMON XXIX. Vous êtes toute belle, ma bien-aimée. (Cant. IV, 7.)

SERMON XXX. Vous avez blessé mon coeur, ma soeur, more épouse, vous avez blessé mon cœur par l'un de vos yeux, etc. (Cant. IV, 9.)

SERMON XXXI. Que vos mamelles sont belles, ô ma soeur, ô mon épouse! plus belles que le vin, etc. (Cant. IV, 10.)

SERMON XXXII. Vos mamelles sont meilleures que le vin, et vos senteurs sont au-dessus des plus suaves parfums. (Cant. 4.)

SERMON XXXIII. L'odeur de vos parfums est au-dessus de tous les aromates. (Cant. 4.)

SERMON XXXIV. Vos lèvres, ô mon épouse, sont un rayon qui distille le miel, etc. (Cant. IV, 11.)

SERMON XXXV. Vous êtes un jardin fermé, ô mon épouse, ma soeur, etc. (Cant. IV, 12.)

SERMON XXXVI. Ce que vous produisez est un Paradis d'arbres à grenades, etc. (Cant. IV, 13.)

SERMON XXXVII. La fontaine des jardins, le puits des eaux vives, etc. (Cant. IV, 45.)

SERMON XXXVIII. Elève-toi, Aquilon, viens, vent du midi, et souffle dans mon jardin. (Cant. IV, 16.)

SERMON XXXIX. Lève-toi, Aquilon et accours, Auster, souffle sur mon jardin, et que ses parfums se fassent sentir. Cant. (IV, 16).

SERMON XL. Que mon bien-aimé vienne dans son jardin pour y manger du fruit de ses arbres. Venez dans mon jardin, ô soeur mon épouse. J'ai récolté la myrrhe, etc. (Cant. V, 1.)

SERMON XLI. J’ai moissonné ma myrrhe avec mes plantes aromatiques, etc., (Cant. V, 1.)

SERMON XLII. Je dors et mon cœur veille. Voici la voix de l'époux qui frappe : ouvrez-moi, ma soeur, etc., parce que ma tête, etc., (Cant. V, 5.)

SERMON XLIII. Ouvrez-moi, ma soeur, etc. Ma tête est pleine de rosée. J'ai posé ma tunique, comment la reprendrais-je? etc. Il a fait passer sa main par la porte. etc. (Cant. V, 2 et suiv.)

SERMON XLIV. J'ai tiré le verrou de ma porte pour introduire le bien-aimé : mais il avait disparu et il était parti. Mon âme s'est liquéfiée dès qu'il a parlé. (Cant. V, 6.)

SERMON XLV. Je l'ai cherché, et ne l'ai point trouvé : je l'ai appelé et il ne m'a pas répondu. Les gardes de la cité m'ont rencontrée, ils m'ont frappée, et m'ont blessée; ils ont enlevé mon manteau. (Cant. V, 6 et 7.)

SERMON XLVI. Je vous en conjure, ô filles de Jérusalem, si vous rencontrez celui que j'aime, annoncez-lui que je languis d'amour, etc. (Cant. V, 8.)

SERMON XLVII. Quel est votre bien-aimé issu d'un bien-aimé. etc. (Cant. V, 9.)

SERMON XLVIII. Mon bien-aimé est, blanc et rouge, etc. (Cant. V, 10.)


TRAITÉS ASCÉTIQUES ET QUELQUES LETTRES DU MÊME ABBÉ GILLEBERT.

TRAITÉ I. A UN CERTAIN R***, RELIGIEUX. Ecrit à un ami sur la contemplation des choses célestes.

TRAITÉ II.

TRAITÉ III.

TRAITÉ IV.

TRAITÉ V. On entreprend, d'expliquer, ce passage, de l'Apôtre ; Tout don , parfait et tout bien excellent, etc. Mais la meilleure partie de cette lettre ou de ce traité, semble manquer

TRAITÉ VI. Adressé à un ami au sujet des mystères de la Rédemption des hommes.

TRAITÉ VII. (A l'abbé Roger.) Ce traité a deux parties. Dans la première, l'auteur attaque les ambitieux et les présomptueux. Dans l'autre, il loue Roger des qualités qui le rendent propre à la prélature et l’exhorte à la persévérance.

LETTRES DU MÊME GILLEBERT.

SERMON Sur la semence de la parole de Dieu.


GUILLAUME ABBÉ DE SAINT-THÉODERIQ, PRÈS REIMS, ET ENSUITE MOINE DE SAIGNELAY.

LETTRE OU LIVRE AUX FRÈRES DU MONT-DIEU.

AVERTISSEMENT SUR LA LETTRE QUI SUIT.

Préface

CHAPITRE I. Félicitations de ce que ces religieux renouvellent la ferveur qui existait dans les anciens ordres religieux.

CHAPITRE II. Combien difficile et sublime est leur genre de vie.

CHAPITRE III. Il faut pratiquer la vertu avec ferveur, pour l'exemple de ceux qui viendront après nous.

CHAPITRE IV. Quelle est la vraie piété, quelle est la solitude ou la clôture qui convient aux Religieux.

CHAPITRE V. Triple état de la vie religieuse, animale, raisonnable, spirituelle, en d'autres termes, état de ceux qui commencent, de ceux qui progressent et des parfaits.

CHAPITRE VI. Dieu a donné à l'homme une intelligence capable d'apprendre les arts et les sciences; les uns en usent bien et les autres mal.

CHAPITRE VII. Ce que doit apprendre le religieux novice ou l’ermite grossier.

CHAPITRE VIII. Le religieux, surtout le solitaire, doit éviter avec tout le soin possible l'oisiveté, et quelles occupations lui conviennent.

CHAPITRE IX. La stabilité dans la cellule est recommandée, et on indique quels en sont les gardiens.

CHAPITRE X. Offices et exercices du religieux dans sa cellule.

CHAPITRE XI. L'auteur donne la règle des exercices corporels, celle de la nourriture et du sommeil.

CHAPITRE XII. Quels sont ceux qui sont propres à habiter les cellules; on blâme les édifices somptueux.

CHAPITRE XIII. L'auteur les exhorte à l'exemple des premiers moines, des ermites, bien plus, à l'exemple de Jésus-Christ, des Apôtres et des premiers fidèles, à la modestie, à la fuite de l'oisiveté et à l'amour de la pauvreté.

CHAPITRE XIV. Comment l'homme animal qui commence, ou le novice religieux, doit apprendre à s'approcher de Dieu par l'amour et l'oraison.

CHAPITRE XV. Du second état de la vie religieuse, qui est le raisonnable.

CHAPITRE XVI. On explique le troisième état de la vie religieuse, c'est-à-dire, l’état spirituel.


TRAITÉ DE LA CONTEMPLATION DE DIEU. LE MÊME ABBÉ GUILLAUME.


TRAITÉ DE LA NATURE ET DE LA DIGNITÉ DE L’AMOUR. DU MÊME GUILLAUME.


COURT COMMENTAIRE DES DEUX PREMIERS CHAPITRES DU CANTIQUE DES CANTIQUES, FORMÉ DES SERMONS DE SAINT BERNARD. ON Y TRAITE DU TRIPLE ÉTAT DE L'AMOUR.


DIVERS

DÉCLAMATIONS SUR LE COLLOQUE DE SIMON AVEC JÉSUS, TIRÉES DES SERMONS DE SAINT BERNARD

ÉCHELLE DE CEUX QUI VIVENT DANS LES CLOITRES OU TRAITÉ DE LA MANIÈRE DE PRIER.

ÉPÎTRE DE DOM GUIGON, CHARTREUX, AU FRÈRE GERVAIS, SUR LA VIE CONTEMPLATIVE.

MÉDITATIONS TRES-PIEUSES. SUR LA CONNAISSANCE DE LA CONDITION HUMAINE.

Haut du document

Précédente Accueil Suivante