SERMON X
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
SERMON I
SERMON II
SERMON III
SERMON IV
SERMON V
SERMON VI
SERMON VII
SERMON VIII
SERMON IX
SERMON X
SERMON XI
SERMON XII
SERMON XIII
SERMON XIV
SERMON XV
CÈNE

SERMON X.

1. Celui qui sait aimer de tout son coeur le Seigneur Jésus connaît combien ses paroles sont douces : il ne pourra plus leur fermer l'entrée de son âme, celui qui renferme en l'étreignant étroitement dans son coeur, Jésus-Christ, le Seigneur et la vie éternelle, la joie et les délices de la beauté de tout le paradis. Elles sont les pâturages où l'âme se refait et trouve la vie, la coupe qui renferme toute douceur, et qui réjouit les coeurs des amis de Jésus, plus chères pour ceux qui aiment ce divin maître que l'or et les pierreries, et plus douces que le miel; mais pour les négligents et ceux qui vivent mal, amère comme la bile, et fastidieuse en toute façon. A ceux-ci elles préparent une peine éternelle, et à ceux qui aiment Jésus-Christ, une gloire perpétuelle : aux uns, le supplice, aux autres, la récompense dans la vie bienheureuse; aux uns la mort, aux autres la vie; aux uns l'enfer, aux autres la société des anges. Ceux qui sont dans ce malheureux état, qu'ils pleurent, qu'ils souffrent, qu'ils ouvrent les oreilles du coeur, qu'ils reçoivent la parole de Dieu, et qu'ils accomplissent ce qu'il commande. En ce Verbe, sont les trésors de la sagesse et de la science, les richesses et une grande gloire. Qu'ils m'écoutent donc moi, le pécheur du Christ, eux qui se plaisent à entendre les paroles de ce même Christ. Mais, je les en prie, qu'il se prépare à verser des larmes, celui qui se dispose à écouter. Comment pourra-t-il retenir ses pleurs, lorsqu'il verra que, sur le point d'aller à son Père, le Christ donna à ses disciples la paix dans toute l'effusion de la charité. Il leur adressa ces paroles

2. « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix : je ne vous la donne pas comme le monde donne la sienne. Car le Seigneur, quand vint le temps où il avait réglé de sauver le genre humain par sa mort, et donner sa vie, pour le rachat de plusieurs, de quitter le monde, et d'aller à la droite de son Père, embrassait dans le sein de sa tendresse, avec une extrême affection, ses disciples qu'il allait priver de sa présence sensible, et se retirant d'eux, pour ainsi dire, et comme les abandonnant, il s'attachait de son mieux à les consoler de son absence. Mais plus il voulait les consoler, plus il les remplissait de la plus amère tristesse. Alors, leur disant comme son dernier adieu, il se mit peut-être à les embrasser tendrement. Mais qui pourra calculer quel fleuve de larmes fut alors répandu? Quel coeur, fût-il de roche, sous l'abondance d'une charité si grande, ne se fût fondu en une fontaine de larmes : c'étaient l'amour et la douleur qui les faisaient verser en ce moment, ô quel amour ! ô quelle douleur ! Et parce que l'amour était grand, la douleur l'était aussi. Ils quittaient avec une extrême douleur celui qu'ils possédaient avec un amour extrême. Oh! qu'en leur coeur l'amour était vif ! Ils ne voulaient rien autre chose, ils ne cherchaient, ils ne désiraient que d'être avec le Seigneur, de jouir de sa vue, de faire leurs délices de s'entretenir avec lui, de se rassasier de sa conversation douce comme le miel. En pensant à tous ces biens, bien vite ils se rappelaient qu'ils en allaient être privés, et alors les douleurs amères de leurs coeurs se trahissaient par des torrents de larmes.

3. Quelle suavité d'amour, et quel amour de suavité, lorsque les lèvres des disciples se posaient sur les lèvres du maître ! Ils pouvaient alors lui dire en vérité : « Le miel et le lait sont sous votre langue. » Et : « Vos lèvres sont un rayon qui distille le miel (Cant. VI, 11).» Le parfum que vous exhalez surpasse toute odeur de baume, et tout ce qui entre dans la composition des senteurs ; et il en était ainsi en vérité. O quelle suavité de senteur, là où l'amour se trouvait en telle abondance, et quelle grande tristesse causait l'absence future, qui devait priver ses disciples d'une si grande douceur et d'un parfum si exquis! De quels sanglots penserai-je que furent suffoqués leurs cœurs, lorsqu'ils entendaient dire : « Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix. » Le chagrin et le deuil éclataient, et tous se plaignaient d'une seule voix. « Je vous donne ma paix, » dit Jésus à ses disciples. « je vous laisse ma paix, je ne vous la donne pas, comme le monde donne la sienne. » Sur le point d'aller à mon Père, je vous laisse la paix, et voulant vous conduire à mon Père, je vous donne ma paix. C'est ce que dit le Prophète . « La paix sur la paix. » Et ailleurs: «Seigneur, vous nous donnerez la paix, la paix, parce que nous avons espéré en vous (Isa. XXVI, 3). « En ce monde, demeurant dans la paix, nous vainquons l'ennemi, nous nous aimons réciproquement, nous ne parlons pas de jugement sur ce qui est caché en nous. La paix sera dans le monde à venir, lorsque nous régnerons sans ennemis, lorsque le frère ne pourra être en désunion avec son frère, quand tout sera à nu et à découvert, chacun recevant sa louange du Seigneur. En lui se trouve cette double paix. Il est notre paix, parce qu'il nous a réconciliés avec Dieu par son sang. Il fera votre paix dans le siècle futur, lorsqu'il aura livré le royaume à Dieu et au Père, et lorsque Dieu sera tout dans tous, alors qu'il ne s'agira plus de lutter avec la chair et le sang, et que, le voyant comme il est, nous aurons obtenu la palme et la couronne à la fin du combat.

4. Mais peut-être qu'en lisant. en ce livre du serviteur de Jésus-Christ, que le Seigneur donna la paix à ses disciples, celui qui nous écoute, sera saisi d'étonnement. Sur quoi je lui dirai, moi pécheur du Christ : Pourquoi être surpris? pourquoi être troublé ? ce que vous entendez dire là n'a rien d'extraordinaire. Que trouvez-vous de plus bas, de leur laver les pieds, genoux en terre, ou de les admettre au baiser de paix ? Ne craignant point de subir pour eux le supplice de la croix, il n'eut pas de répugnance à leur donner le baiser de paix. Mais peut-être dites-vous : Je lis dans l'Apôtre, que Jésus dit à ses apôtres : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. « Mais je ne trouve pas qu'il imprima ses lèvres très-sacrées sur les lèvres de ses disciples. « Je réponds : S'il est certain que la bouche de la Vérité l'a dit, pourquoi n'être pas assuré que cela a eu lieu. Il n'y a pas de danger à le croire; ce n'est pas un sentiment condamnable ; il n'attaque pas la foi. Voici la suite

5. « Ce n'est pas comme le monde la donne, que je vous la donne. » Quelle paix donne ce monde ? Une paix pauvre, feinte, trompeuse et simulée. La paix est le lien de l'amour, et le ciment d'une affection indissoluble. Et qu'aime le monde ? Assurément rien. Il ne chérit rien, il ne s'attache à rien, il a tout en haine, il tue et il fait périr tout. Depuis le jour où il sort du sein de sa mère, jusqu'à celui où il rentre dans celui de la terre, la mère de tous les humains, que reçoit du monde l'homme malheureux ? La faim, la soif, la nudité, le fait souffrir, la chaleur qui l'accable, les affections de la peau, les douleurs de la tète, la chiragre, la goutte, la maladie de la rate, la maladie du foie. Au dedans et au dehors, misère partout. A l'extérieur, le glaive le tue et son intérieur ressemble à la mort. Enfin, la mort cruelle renverse et détruit tous les hommes. Voilà comment le monde aime. Et cependant les misérables humains ne faisant pas attention à ses tromperies, l'aiment, alors que lui les hait ; et ils courbent volontairement le cou, sous son glaive impitoyable. Ils sont sans sagesse, mais plût au ciel qu'ils fussent mieux avisés, et qu'ils comprissent et qu'ils considérassent par avance, ce qui arrivera aux derniers jours. Assurément ils le détesteraient et n'auraient aucune affection pour lui. En un autre sens, on appelle « monde, » ceux qui aiment les choses passagères et transitoires. Mais quelle est la paix et la concorde qui existe entre eux, chacun peut le voir facilement. Méprisant donc cette paix et cette concorde, revenons à la paix de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et il n'y a rien de faux, à croire qu'elle est l'amour qu'il a eu pour nous, et par lequel il nous a lavés de nos péchés dans son sang. Elle est cette tendresse par laquelle Dieu a tellement aimé le monde, qu'il s'est donné, homme, au monde, pour que ne périsse pas, mais possède la vie éternelle, quiconque croira en lui. Il laissa aux fils d'Adam cette paix, c'est-à-dire cette charité, lorsqu'il donna sa vie pour eux, c'est-à-dire lorsque, méprisant la confusion, il plaça sur l'horrible instrument de son supplice le corps qu'il avait pris de la Vierge sans tache. Il nous a laissé cette paix, ainsi que nous le dit saint Pierre en ces termes : « Jésus-Christ a souffert pour nous, nous laissant à imiter son exemple (Pet. II, 21) Et le même apôtre nous exhorte ailleurs à la même charité ; Jésus ayant souffert dans sa chair, aimez-vous aussi de la même pensée. » En mourant, le Sauveur nous laissa cette paix : en ressuscitant, il nous en donna une autre. La première nous délivre du péché; la seconde nous réconcilie avec le Seigneur. La première nous remet nos fautes, la seconde conduit aux joies du paradis. Jésus nous donna la première quand il était sur le point de mourir, il nous donnera la seconde régnant dans l'éternité avec son Père. La première fut accordée dans la douleur et la tristesse : la seconde le sera dans la joie et l'allégresse. La première connaît les larmes, la seconde sera dans la gloire ; la première se trouve dans la misère, la seconde sera dans le bonheur. Dans l'une, nous pleurons pour le Christ, dans la seconde, nous nous réjouirons avec lui.

6. Ce n'est donc pas sans motif que les disciples pleurent sur leur maître, les serviteurs sur leur Seigneur qui va en quelque manière s'éloigner d'eux. Rien de surprenant à cela. Ils voyaient bien ce qui pouvait leur apporter de la tristesse; mais ils ne croyaient pas ce qui était de nature à les consoler. Ils pleuraient, car ils savaient que Jésus allait mourir ; mais ils ne croyaient pas encore parfaitement qu'il ressusciterait et monterait au ciel. Chacun d'eux pouvait donc dire en vérité, si pourtant la douleur ne les empêchait pas de parler : Je pleure, et mon oeil est une source de larmes, parce qu'il s'en va le consolateur, qui est la joie de mon âme. Quand le Seigneur les vit pleurer si amèrement, je crois que, selon son humanité, il ne put retenir ses pleurs, et qu'il se hâta de les consoler en leur disant : « Que votre coeur ne se trouble pas, » car je vous laisse dans la paix : Qu'il n'ait pas peur comme si le loup devait vous attaquer en l'absence du pasteur : parce que je m'en vais en tant que je suis homme, mais en tant que Dieu, je demeure présent. « Que votre coeur ne se trouble pas, qu'il ne redoute rien » à l'occasion de ma mort; parce qu'après trois jours je ressusciterai et je viendrai à vous et vous me verrez, moi la vie; qui croira en moi ne pourra être soumis à l'empire de la mort. « Je pars, mais je viendrai de nouveau vers vous, et vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez vous aussi. » Vous ne devez ni vous troubler ni vous contrister de mon absence qui me procure tant d'honneur et tant de gloire. Ce n'est pas m'aimer. « Si vous me chérissiez, vous vous réjouiriez certainement, parce que je vais à mon Père et que mon Père est plus grand que moi. » Retenez vos larmes : vous devez vous réjouir de mon départ. Ne pleurez plus, je vais à mon Père, je ne vous abandonne pas, je vais à mon Père selon la chair : je ne vous quitte pas selon la divinité. L'humanité que j'ai prise monte vers le Père : avec vous restera le Fils qui l'a prise. Ce corps que j'ai tiré d'une terre virginale, je l'élève au dessus des chœurs des anges, pour que le Fils de l'homme, assis au ciel à la droite du Père, ait par grâce tout ce que Dieu lui-même a par nature. Je vais vers mon Père, afin de placer en cet heureux séjour le genre humain, trompé par les ruses du démon, piqué à mort par le dard de l'antique serpent, enseveli en cette vallée de larmes et rapporter au milieu des anges la centième brebis perdue et longtemps errante. Aussi, je vous en prie, que votre coeur ne se trouble pas de ma mort; il faut que je la subisse. Il est expédient qu'un homme périsse pour le peuple, et que toute la nation ne soit pas frappée. Je ne serai dans le sein de la terre que trois jours et trois nuits : ensuite, le troisième jour, je ressusciterai après avoir tué le prince du monde, et vous me verrez et votre coeur se réjouira. Le quarantième jour, je monterai au ciel, pour m'y asseoir à la droite du Père, et je vous y attirerai vers moi pour vous y faire heureusement régner : et ainsi, je vous en conjure, réjouissez-vous.

7. O bon Jésus, Seigneur mon Dieu, ma vie, tout mon espoir, tout mon désir, que nous dites-vous? Quelles paroles nous adressez-vous, alors que nous gémissons et que nous pleurons ? Vous savez bien, vie qui ne doit jamais mourir, que vous êtes tout notre désir. Aussi nous gémissons et souffrons extrêmement, parce que nous ne pouvons point vous voir comme vous êtes. Seigneur Jésus, l'unique espérance de notre salut, notre cœur est grandement agité, parce que nous n'avons pas encore mérité de vous contempler. Nous soupirons, nous sommes dans la tristesse et notre cœur est bien agité; mais nous n'avons pas encore été trouvés dignes d'entendre de la bouche de notre Seigneur ces paroles : « Que votre cœur ne se trouble pas. O heureux apôtres, ô heureux disciples du Sauveur ! Vous avez mérité de le voir dans la chair, présent à vos yeux, vous instruisant par ses discours, montrant ses oeuvres par sa puissance, guérissant les malades, ressuscitant les morts: de marcher, de vous reposer; de prendre vos repas avec lui, de le contempler ressuscité des morts et montant au ciel : à présent, vous le voyez brillant dans le sein du Père. Quoi de plus heureux, quoi de plus délicieux que de jouir de la vision de Dieu. Quelle est chérie , ô Seigneur Dieu, cette joie de vous voir! Mon âme pécheresse la désire, et parce quelle n'en est pas encore en possession, elle languit et défaille ; mais j'espère en Notre-Seigneur Jésus-Christ , j'espère que dans ma chair, je verrai mon Sauveur et mon Dieu. Cet espoir est gravé dans mon cœur : En attendant que ce bonheur arrive, je me livrerai aux transports de l'allégresse, mon âme tressaillira toujours en Jésus mon Rédempteur qui, ressuscité des morts, est monté aux cieux et est assis bienheureux à la droite du Père. Sur le point de monter vers son Père, ce bon Maître dit à ses disciples affligés: « Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais vers mon Père, parce que mon Père est plus grand que moi. » Voici la suite.

8. « Et je vous l'ai dit avant l'événement, afin que lorsqu'il sera réalisé, vous croyiez. Je vous le dis avant de le faire, je vais à mon Père. « Afin que vous croyiez, dit-il. Que vous croyiez, non le fait que vous verrez accompli, cette adhésion n'aurait pas le mérite de la foi, et n'en devrait pas recevoir les éloges, il n'y a pas même de foi à admettre ce qu'on voit. Mais afin que vous croyiez que je suis le Fils de Dieu, non d'une foi nouvelle, car vous l'avez déjà cru, mais d'une foi agrandie et plus pleine. Quand le Seigneur parlait ainsi, la foi de ses disciples était bien faible, et lorsqu'il mourut elle manqua entièrement. Jésus dit ensuite : « Je ne parlerai plus beaucoup en ce moment. Car le prince de ce monde vient, et il n'a rien à voir. Le temps arrive pour moi de payer mon tribut à la mort, et, dans cette chair mortelle, je ne m'entretiendrai pas bien au long avec vous. Le démon vient, lui, non le prince des créatures, mais des pécheurs ; non de la lumière, mais des ténèbres ; non de la vie, mais de la mort ; rien de la joie, mais de la tristesse. : « Et il n'a rien à voir en moi, c'est-à-dire, en moi il n'y a rien qui lui appartienne. Jésus, en effet, n'a jamais commis, jamais voulu, jamais pu commettre le péché. Dieu n'a pas voulu ce qu'il aurait à perdre. Il est venu pauvre afin que le démon n'eut rien à lui enlever. Le prince de l'orgueil, de l'envie, de la ruse, de la rancune et de toute mauvaise volonté vient vers le prince de l'humilité, de la patience,de la bonté, de la résurrection et de la béatitude éternelle. Il sort vers lui, afin de voir s'il trouverait en lui la tache de quelque faute. Il l'avait aperçu revêtu de la tunique de notre corps mortel, sur le point de mourir, et il pensa rencontrer en lui quelque faute qu'il lui pût reprocher. Mais cet esprit malheureux fut trompé, parce qu'il n'y trouva rien qui lui appartînt : mais par Jésus, il perdit le droit antique qu'il avait sur les autres hommes. Qu'en tout soit béni Jésus, « lui qui, aux jours de sa chair, offrant ses prières et ses supplications avec larmes et un grand cri à celui qui le pouvait sauver de la mort, fut exaucé à cause du respect qui lui était dû, et qui aussi, étant Dieu, apprit néanmoins, parce qu'il eut à souffrir, l'obéissance, et étant consommé par la mort, il devint, pour tous ceux qui lui obéissaient cause du salut éternel (Hebr. V. 7). » En lui, l'auteur de la mort ne trouva aucun péché, comme la Vérité elle-même le déclara « Le prince de ce monde approche, mais il n'a rien en moi. »

9. Mais peut-être quelqu'un pourrait-il dire: pourquoi mourez-vous, si vous n'avez pas de péché, puisque la mort n'est occasionnée que par le péché? Jésus-Christ va au devant de cette pensée , et il répond à cette question tacite : « Afin que le monde connaisse que j'aime mon Père, et mon Père m'a donné ce précepte pour l'accomplir. » Comme s'il disait : cela est vrai, la mort n'existerait pas s'il n'y avait pas eu de péché : aussi, suis-je venu dans le monde, et mourir, afin de détruire par ma mort. le péché : car c'est la volonté de mon Père que je subisse pour le salut du genre humain le supplice de la croix. Afin donc que le monde connaisse que j'aime mon Père, j'accomplis le précepte qu'il m'a donné. C'est ce qu'a dit le bienheureux Apôtre: « il s'est rendu obéissant à son Père jusqu'à la mort de la croix. » Jésus dit ensuite: «Levons-nous, partons d'ici. » Il était encore dans le lieu où il avait pris son repas avec ses disciples : aussi il leur dit, «levons-nous, sortons d'ici, » allons à l'endroit où je dois être livré à la mort. II ne faut pas s'attarder davantage; le temps du repos est passé et l'heure de ma passion approche. Levez-vous et suivez-moi. Vous devez venir après moi qui marche à la croix, parce que je suis la vigne et parce que vous êtes les pampres. Je suis votre tète, ayant la même nature que vous : quand la tête languit, tous les membres languissent avec elle. En tant qu'homme, je suis la tête de l'Église, et aussi j'ai une même nature avec vous.

10. « Je suis la véritable vigne (Jean. XV. 1). » Non pas celle qui s'est changée en amertume, dont, j'attendais des raisins, et qui a donné des fruits sauvages. Je suis la vigne odoriférante, aux parfums suaves, aux fruits abondants, et produisant dans tous les pampres, qui demeurent attachés, une grappe très-douce. Je suis la vigne donnant le vin qui réjouit le coeur de l'homme. Je suis la vigne répandant son sang, en face de Dieu le Père, pour le salut de mon peuple. Je suis la vigne qui fleurit. La vigne qui se couvre de feuilles et de fruits, n'ayant besoin, ni d'ormeau, ni de secours d'aucun bois. Je suis la vigne cultivée, non par l'homme, mais par Dieu le Père : et cultivée non-seulement par les soins extérieurs, mais encore au-dedans par la grâce : non-seulement par le travail du dehors, mais aussi par les accroissements donnés au dedans. Jésus-Christ est la vigne en qui est toute sève, c'est-à-dire corporellement toute la plénitude du Saint-Esprit, les pampres sont les apôtres, et ceux qui se sont attachés à lui par la foi. Cette vigne, c'est-à-dire, la nature humaine, Dieu le l'ère, l'a purifiée en l'exemptant de tout péché, et en l'ornant de la vertu : conduite qu'il tient à l'égard des pampres, bien qu'il les sanctifie à un degré moindre que celui où il a sanctifié le Christ. Aussi il est dit à la suite : «Tout pampre qui ne porte pas en moi du fruit, il l'enlèvera : et celui qui donne du fruit, il le pressera afin qu'il en produise davantage.» Tous ceux qui, par la foi, s'attachent à Jésus-Christ, sont des pampres unis à Jésus qui est la vigne donnant le salut. Mais les uns produisent, les autres demeurent stériles. Les uns fleurissent, germent et donnent un fruit plein de douceur ; les autres étalent leurs feuilles au large, ne désirant qu'avoir un grand éclat de verdure. Tous ceux qui restent en cette stérilité, et qui étendent ainsi leurs feuilles sans donner de fruits, Dieu le Père, s'il les trouve sans fruit, les retranchera de la vigne, les jettera au feu, où ils seront consumés.

11. Mais peut-être qu'une difficulté occupe votre esprit : comment arrive-t-il que ceux qui sont attachés au Christ sont séparés de lui, puisque quiconque est attaché à Jésus-Christ devient un même esprit avec lui? Afin de vous rendre ceci plus clair que le jour, il faut que vous sachiez que la foi se différencie selon des propriétés diverses. Il y a une foi morte, une foi feinte, une foi perverse, une foi droite. Tous les hommes, en tant qu'on les appelle chrétiens, sont désignés comme unis à Jésus-Christ. En tant qu'ils sont chrétiens, on. croit qu'ils ont la foi de Jésus-Christ : mais la foi des uns est morte, celle des autres est feinte, celle de ceux-ci est perverse, celle de ceux-là est catholique. La première se trouve dans les orgueilleux, les luxurieux, les avares, les voleurs, les larrons et autres malheureux de ce genre. La seconde est dans ceux qui n'obéissent pas aux supérieurs spirituels, dans ceux qui sont ingrats pour les dons célestes, qui sont sans affection paternelle, sans paix de la charité, dans les accusateurs de leurs frères, dans ceux que la colère emporte, qui aiment la volupté plus que le Seigneur, ayant l'apparence de la piété, mais en répudiant la vertu. La troisième est le propre des hérétiques, esprits malheureux, qui s'élèvent contre Dieu, tiers de leurs erreurs, blasphémateurs contre le Seigneur, pires et plus coupables en toutes choses que les autres. Tous ces insensés foulent aux pieds le Seigneur Jésus-Christ, et traitent, comme pollué le sang de cette vigne très-agréable. Dans la foi catholique, se trouvent ceux qui sont doux, patients, miséricordieux, humbles, vierges, chastes, continents, qui aiment Dieu et leurs frères, prêts à tout bien, et qui attendent la rédemption des enfants de Dieu. Que le Seigneur daigne nous compter parmi eux. Car nous avons grandement à redouter, mes très-chers frères, ce que dit le Seigneur Jésus: « Tout rameau en moi qui ne porte pas de fruit; il le retranchera.

12. Ne nous confions donc point, mes frères bien aimés, dans la largeur des feuilles seulement, dans les rameaux étendus, dans la fraîche verdure de la plante, parce que si nous ne produisons pas de fruit dans la vigne du Seigneur, nous serons coupés et jetés au feu. Ignorez-vous, mes frères, que le Seigneur affamé aperçut au bord de la route un figuier aux branches étalées, ayant des feuilles et des rameaux, mais n'y trouvant pas de fruit, il le maudit et l'arbre se dessécha ! Il en est ainsi de tout hypocrite : il a l'apparence de la sainteté sans en avoir la réalité. Il affiche dans ses habits une sainteté qu'il n'a point dans l'âme. Ce n'est point l'habit blanc et la large tonsure, mais la conscience pure, le renoncement à la propre volonté, l'ardeur dans l'amour pour Jésus-Christ, qui font le moine parfait. Attachons-nous, mes frères, à Jésus notre Sauveur, la véritable vigne, attachons-nous-y d'un coeur sincère, en la plénitude de la foi, le coeur purifié, détachés de toute souillure de la chair et de l'esprit, et gardons inébranlablement la confession de notre croyance. Que rien, désormais, ne nous puisse séparer de la charité de Jésus-Christ. Par là, nous serons des vignes d'Engaddi qui donnent, non du vin, mais la liqueur du baume : semblables à ces grappes de Chypre dont l'Épouse, au Cantique des cantiques , se réjouissant de la résurrection de Jésus-Christ, éclatant en accents d'allégresse et de bonheur, s'écrie : « Mon bien aimé est pour moi une grappe de Chypre dans les vignes d'Engaddi, » Engaddi veut dire « la fontaine du chevreau. » Cette fontaine du chevreau, c'est le baptême ou la pénitence; en y entrant comme un bouc, on en doit sortir comme un agneau. « Engaddi » peut être regardé comme un monastère régulier, un homme peut y entrer semblable à un animal immonde et y dépouiller sa peau de bouc ; et ainsi entièrement purifié, s'il persévère, il ne sera plus qu'un agneau. Ce personnage, Dieu le Père l'a purifié en lui nettoyant le coeur, répandant en lui la rosée de la charité et l'esprit de vérité, afin qu'il rapporte davantage de fruit.

13. « Tout pampre » attaché à la vraie vigne et donnant du fruit, Dieu le Père le purifiera ou le taillera, afin qu'il en rapporte davantage. Dans la culture qu'il donne à sa vigne, le Seigneur imite la manière de faire du vigneron. La vigne, c'est l'Église universelle, l'Épouse de Jésus-Christ, dont le Père dit au Fils : Votre Épouse est comme une vigne abondante dans les alentours de votre maison (Psal. CXXVII. 3). Le vigneron, aimant la vigne qui lui donne du fruit au temps opportun, quand l'époque de la taille est arrivée, n'y laisse rien de sec ou d'aride. Il creuse autour de la racine jusqu'au fond, il remue la terre avec un fer aigu, et, si elle avait même poussé quelques rejetons, il les retranche avec un couteau, et plus le pied perd de ces excroissances inutiles et superflues, plus elle est féconde à donner des raisins. Aussi Dieu afflige et frappe celui qu'il aime : « il châtie tout enfant qui lui est agréable (Hebr. XII. 6). » A ceux-là de supporter des châtiments ici-bas, à qui il sera donné de se réjouir de l'éternité : quant à celui qui murmure du coup qui le frappe, il ne se rapproche pas de celui qui est au dessus de lui. Plus que cela, il perd l'héritage de la félicité d'en haut, s'il ne revoit pas avec patience et amour les pénitences que lui impose Dieu le Père. Que s'il en murmure, qu'il se tienne pour assuré d'avoir encouru les peines réservées aux murmurateurs.

14. Pour vous, mes très-chers frères, ne murmurez pas, s'il vous arrive de sentir les corrections de notre Dieu; ne vous lassez point s'il vous réprimande. « Car toute correction, sur le moment présent, ne paraît pas chose joyeuse, mais ennuyeuse : plus tard elle produira à ceux qu'elle aura formés un fruit très-agréable (Hebr. XII. 11). » Les fléaux que le Seigneur envoie châtient les excès de la chair et fortifient les puissances de l'âme : le corps est mâté, et l'âme est élevée sur les ailes des vertus vers les régions célestes. L'élément grossier perd ce qu'il a de superflu, et l'esprit acquiert des forces qu'il n'avait pas. Ainsi donc, par les sévérités de Dieu, les vertus sont augmentées, les vices retranchés, les choses terrestres sont dédaignées, et celles du ciel deviennent l'objet de l'affection du coeur. Pour nous, qui attendons les récompenses éternelles, si quelque grave infirmité, nous assaille, quelque forte tentation, ou même la perte de nos biens temporels, nous devons puiser des forces même dans ces accidents, parce que le combat devenant plus dangereux, nous n'avons pas à douter qu'une victoire plus glorieuse ne nous soit réservée. Nous montrons de quel amour nous brûlons pour Dieu, lorsque nous allons vers lui, non-seulement par la tranquillité et le bonheur, mais encore par l'adversité et dans la mauvaise fortune. Nous ne pouvons désormais revenir aux joies éternelles, que par des souffrances supportées dans le temps; aussi, dans l'espoir de la joie qui nous attend, nous devons regarder toute adversité comme une bonne fortune. La sévérité divine ne souffre pas que nos péchés demeurent impunis: mais la rigueur de son jugement commence ici-bas par les coups qui nous corrigent, pour s'arrêter à la domination des méchants. Notre médecin est au-dedans de nous et il retranche la contagion du mal qui a gagné jusqu'à la moelle de nos os : par le fer de la tribulation, il retient la venue de la pourriture, c'est ce que dit la Vérité : « Tout rameau qui en moi portera du fruit, Dieu le Père le déchargera afin qu'il en porte davantage. » Car tant que l'âme, se trouvant dans la tentation, considère qu'elle n'a plus la solidité ancienne de sa vertu, elle se met à craindre alors de perdre entièrement ce qu'elle avait été au temps passé. Elle cherche le moyen de résister à l'épreuve et elle s'efforce de la surmonter. Elle prend te glaive de la prière, elle verse les pleurs de la componction , et ainsi elle l'affaiblit et en triomphe avec gloire : non pas elle seule, mais la grâce de Jésus-Christ par elle : et ainsi il arrive que, paresseuse et comme stérile dans la prospérité, elle se relève plus forte et plus féconde.

15. Mes très-chers frères, afin donc d'avoir le bonheur d’être cultivé par Dieu le Père, attachons-nous à la véritable vigne, à Notre Seigneur Jésus-Christ, notre Sauveur, non par une foi morte, feinte ou peureuse, mais droite et opérant par la charité, sans laquelle nul ne sera sauvé. Étreignons-le, parce qu'il est bon de s'attacher à lui, plaçons en lui toute notre espérance et tout notre désir, nous confiant en celui qui l'a ressuscité des morts, assurés qu'il fera sortir du tombeau nos corps mortels et nous fera asseoir avec lui à sa droite. Qu'il daigne lui-même nous l'accorder par le même Seigneur Jésus-Christ Notre Seigneur qui vit et qui règne avec le même Père Dieu en l'unité du Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles. Amen.

Haut du document

Précédente Accueil Remonter Suivante