SEPT DONS
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Accueil
Remonter
FERMIER D'INIQUITÉ
Sap. VII, 30
DIX VIERGES
SAINT ANDRÉ
SAINT NICOLAS
SALVE REGINA I
SALVE REGINA II
CONCILE DE REIMS
SYNODE
CONCILE
IMPURETÉ
MISÈRES HUMAINES
SEPT DONS
DOUZE PORTES
CANTIQUE DE MARIE
Tout quitté
Perles
MICHÉE
PENSÉES
DIALOGUE
SOLILOQUE
ENSEIGNEMENTS
OPUSCULE
BIEN VIVRE
CHANTS
PRIÈRES
GUERRIC
MARIE MADELEINE
GUIGUES

SERMON SUR LES SEPT DONS DU SAINT-ESPRIT.

1. La première grâce est la crainte du Seigneur. Qui la possède, déteste toute iniquité, selon cette parole du Prophète : « J'ai eu leur péché en horreur et l'ai exécré (Psal. CXVIII, 163), » et, dans un autre endroit : « J'ai détesté toute voie d'iniquité (Ibid.). » Car il est écrit: « La crainte du Seigneur hait le mal (Prov. III, 7). » Job est appelé « un homme craignant Dieu et s'éloignant du mal (Job. I, 1). » Sans cette grâce, la première des grâces et le principe de toute la religion, aucun bien ne peut se produire ou se développer. De même en effet, nue la sécurité ou la paresse sont la cause et la source de tous les manquements, de même la crainte du Seigneur est la racine et la gardienne de tous les biens. Aussi l'Écriture dit-elle : « Si vous ne vous maintenez constamment dans la crainte du Seigneur, votre maison sera promptement renversée (Eccli. XXVII, 4). » Tout l'édifice des vertus, s'il vient à perdre le soutien de ce don, tombe de suite en ruine. Aussi Salomon s'écrie-t-il: « Vivez chaque jour dans la crainte du Seigneur, parce que vous aurez l'espérance au dernier jour et votre attente ne sera pas enlevée (Prov. XXIII, 8). » De là vient aussi que l'Apôtre s'écrie : « Opérez votre salut avec crainte et tremblement (Phil. II, 13). » Et pourquoi multiplier les citations ? Religion et crainte sont choses corrélatives, et l'une ne peut demeurer sans l'autre. Ainsi « Corneille était un homme religieux et craignant Dieu (Act. X, 2),» et Siméon « était juste et timoré (Luc. II, 25). » Aussi Salomon donne cette leçon : « Craignez le Seigneur et gardez ses commandements (Eccle. XII, 18). » Nous devons avoir en nous ce sentiment de la même manière dont le bienheureux Job assure qu'il l'éprouve. « Il craignit toujours Dieu comme des flots qui se précipitent sur lui (Job. XXXI, 23). » Sous l'empire de cette crainte de Dieu, nous abandonnons tout, nous renonçons an monde, et ainsi que le Seigneur l'a dit, nous nous séparons même de nous. « Si quelqu'un vent venir après moi, qu'il se renonce lui-même (Luc. IX, 23). » Cette crainte divine, rend, soumis à la pauvreté, celui qu'elle pénètre parfaitement et elle l'éloigne du mal. Elle est au premier rang parmi les grâces comme la pauvreté dans la série des béatitudes: C'est de cette pauvres que le Seigneur a dit, en la plaçant comme le fondement des autres vertus : « Heureux les pauvres d'esprit, parce que le royaume des cieux leur appartient (Matth. V, 3). »

2. Le deuxième don est l'esprit de piété, semblable à la seconde béatitude de l'Evangile dont le Seigneur a dit : «Heureux ceux qui sont, doux, car ils posséderont la terre (Ibid.). » Dieu a dit, dans Isaïe, de ceux qui sont animés de cet esprit : « L'esprit du Seigneur est sur moi, il m'a envoyé prêcher à ceux qui sont doux (Isa. LXI, 1). » Moïse était aussi le plus doux des hommes qui vivaient sur la terre (Num. XII, 3). C'est de ces hommes que Job dit . « Le Seigneur élève très-haut les humbles : et il relève ceux qui sont affligés en leur accordant la sûreté. (Job. V, 12). » Aussi est-il dit de même du Seigneur : « il sauvera ceux qui sont humbles d'esprit (Psal. XXXIII, 19). » Au contraire, au sujet des orgueilleux, il est dit : « Dieu résiste aux superbes (Isa. IV, 6). ». « Le coeur s'exalte avant la ruine (Prov. XV, 18). » L'orgueil précipite de haut en bas, l'humilité élève de bas en haut. Enflé de superbe dans les cieux, l'ange tomba dans les enfers : en s'humiliant sur la terre, l'homme moite vers les cieux. Plus on est élevé, plus on doit être humble. Aussi est-il écrit : « plus vous êtes grand, plus il faut vous humilier (Eccli. III, 20), et vous trouverez grâce devant Dieu. » De là vient que le Seigneur lui-même dit à ses disciples : « Celui qui voudra être le premier parmi vous, sera votre serviteur (Matth. XX, 27). » Et encore : « Lorsque vous aurez accompli tout ce qui vous a été commandé, dites : nous sommes des serviteurs inutiles (Luc. XVII, 10). Le Seigneur dit encore : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur (Matth. XI, 29). » Sans l'humilité; toutes les autres vertus ne peuvent servir de rien. Aussi le bienheureux pape Grégoire, dit-il l'homme qui rassemble des vertus sans l'humilité, est comme celui qui porte de la poussière en plein vent. Car de même qu'un vent violent disperse la poussière et l'emporte, ainsi tout bien sans l'humilité est emporté par le vent de la vaine gloire. Un pécheur humble, est de beaucoup préférable au juste arrogant. C'est ce que le Seigneur nous montre évidemment dans le passage où il cite. l'exemple du Publicain et. du Pharisien (Luc. XVIII, 10) ; c'est le jugement qu'a porté un certain sage qui a dit : mieux vaut une humble confession dans le mal qu'on a fait , qu'une exaltation superbe dans le bien qu'on a opéré.

3. Le troisième don est l'esprit de science, dont Salomon a dit : «Augmenter la science, c'est augmenter la douleur (Eccli. I, 18). » La véritable science, en effet, consiste à savoir que nous sommes mortels, faibles et fragiles, et que, dans cet exil, dans cette prison, dans ce pèlerinage, dans cette vallée de larmes, nous devons souffrir et pleurer. Aussi, dans la troisième béatitude qui correspond à ce don, il est dit « Heureux ceux qui pleurent, parce qu'ils seront consolés (Matth. V, 5). » Et encore : « Malheur à vous qui riez maintenant: car vous pleurerez (Luc. VI, 25). » Voilà pourquoi Salomon s'est écrié : « Le rire se mêlera à la douleur, et le deuil occupe la fin de la joie (Prov. XIV,13). »

4. Le quatrième don est l'esprit de force, semblable à la quatrième béatitude évangélique : « Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, parce qu'ils seront rassasiés (Matth. V, 6).» En effet, l'homme qui a faim et soif de la justice, est fort, invincible contre toutes les adversités dont aucune ne le peut effrayer. Aussi Salomon a-t-il dit « Le juste est plein de sécurité comme un lion, il sera sans aucune crainte (Prov. XXXVIII, 1), » et encore: « le juste, quoi qu'il lui arrive, ne sera pas contristé (Prov. XII, 21). » C'est de cet esprit qu'étaient animés tous ceux dont parle l'Apôtre en disant : les saints ont éprouvé des railleries et reçu des coups; ils ont souffert, en outre, les chaînes et les emprisonnements, ils ont été lapidés, coupés, tentés, ils sont morts par le glaive. « Ils ont erré, couverts de peaux de brebis, de peaux de chèvres, indigents, dans l'angoisse , affligés, âmes célestes dont le monde n'était pas digne, courant dans les solitudes, se réfugiant sur les montagnes, dans les grottes et les cavernes de la terre (Hebr. XI, 36). » L'Apôtre en était aussi animé lorsqu'il disait : « Qui nous séparera de la charité de Jésus-Christ? Sera-ce la tribulation, etc. (Rom. VIII, 35) ? » Cet esprit supporte toutes les attaques de la malice d'autrui, et fortifie contre les pièges des ennemis. Aussi l'Époux, en faisant l'éloge de son épouse, dit-il: « Vous êtes belle, mon amie, suave et belle comme Jérusalem, redoutable comme une armée rangée en bataille (Cant. VI, 3). »

5. Le cinquième don est l'esprit de conseil, qui fait avoir pitié et compassion des autres, il correspond à la cinquième béatitude : « Heureux les miséricordieux, parce qu'ils obtiendront miséricorde (Matth. V, 7) » De là vient que Salomon a dit : « l'homme porté à la miséricorde sera béni (Prov. XXII, 9). » Nous pratiquons cette vertu en trois manières principales, ou bien quand nous accomplissons les six oeuvres que nous lisons dans l'Évangile, ou bien quand nous nous appliquons à corriger et à ramener dans le bien ceux qui s'en sont écartés, ou bien quand nous pardonnons facilement les injures qui nous ont été faites. C'est le second mode de clémence: je veux dire l'esprit de conseil, qui a porté Dieu à s'anéantir lui-même, à prendre la forme de serviteur, afin de pouvoir ainsi corriger la brebis égarée et la ramener à son propre bercail. C'est pour cela que l'Apôtre a dit: « Il s'est livré pour nos péchés, afin de nous arracher au siècle présent qui est si mauvais (Gal. I, 4). » Nous devons nous adonner à cette manière de conseiller, de la façon que l'Apôtre nous marque en ces termes : « Insistez avec opportunité, avec importunité (II Tim. IV, 2).» Il y a aussi une autre manière de conseiller, je veux parler de la vertu de discernement, par laquelle nous distinguons les vertus réelles de celles qui sont fausses et palliées, et par laquelle aussi nous reconnaissons Satan, l'auteur de l'hypocrisie. Car Satan, ainsi que l'exprime l'Apôtre, «c se transforme en ange de lumière (II Cor. XI, 14) : » et, selon la parole du bienheureux Cyprien, il suborne des ministres d'injustice, donnant la nuit pour le jour, la mort au lieu du salut. Ce don de conseil est la vertu maîtresse et souveraine de toutes les autres, elle les modère conséquemment toutes, les régit d'en haut et les retient avec liberté , pouvoir et discrétion, afin qu'elles ne. s'écartent de la règle, ni en deçà ni au-delà. Aussi Boèce a-t-il dit : les vertus tiennent le milieu. Si on dépasse la borne, ou si on reste en deçà, on s'éloigne de la vertu.

6. Le sixième don, c'est l'esprit d'intelligence, se rapportant à cette sixième béatitude: «Bienheureux ceux qui ont le coeur pur, parce qu'ils verront Dieu (Matth. V, 8). » Si le regard de l'esprit n'est point purifié avec soin, l'âme ne peut comprendre nettement, les choses divines et mystiques. Il est écrit, en effet : «L'Esprit-Saint de la discipline fuira la fiction et se dérobera aux pensées qui sont sans intelligence (Sap. I, 5). » C'est pourquoi Salomon a dit : « Les pensées mauvaises sont une abomination pour le Seigneur. Car les idées perverses séparent de Dieu (Sap. I, 3). » L'homme qui veut avoir une intelligence pure et lucide, doit donc s'appliquer à écarter les fantômes et les brouillards des mauvaises pensées, et à conserver son coeur en toute diligence et précaution. Aussi le même Salomon a-t-il écrit: «Gardez votre coeur avec to•ite l'attention possible, parce que c'est de lui que procède la vie (Prov. IV, 13). »

7. Le septième don est l'esprit de sagesse, c'est une saveur intérieure et un goût très-suave. Aussi le Psalmiste en parle-t-il ainsi : « Goûtez et voyez que le Seigneur est doux (Psalm. XXXIII, 9). » Et ailleurs « Livrez-vous au loisir et voyez (Psal. XIV, 11). » Et encore : « Approchez-vous de lui, et soyez illuminés (Psalm. XXXVI, 6). » Parce goût extérieur de la sagesse divine, nous savourons à l'avance, quelque chose des réalités divines, c'est-à-dire, nous contemplons combien il est agréable de se trouver au milieu des choeurs des anges, où rien ne pourra se trouver de déplaisant, où rien ne pourra manquer de ce qui peut plaire. Cette septième grâce se rapporte à cette béatitude véritable, dont le Seigneur a dit : « Bienheureux ceux qui sont pacifiques, parce qu'ils seront appelés enfants de Dieu (Matth. V, 9).» Effectivement, ceux qui ont l'esprit calme et serein, goûtent plus doucement et voient plus clairement. Car, plus un homme est sage, plus il se montre sage. D'où cette parole de Salomon : « La doctrine de l'homme se reconnaît à la patience. » Ailleurs, il est dit de ceux qui sont dans ce cas : « une grande paix est réservée à ceux qui aiment votre loi, et il n'y a pas de scandale pour eux (Psal. CXVIII, 165), » les sept grâces sont les sept femmes qui prirent un seul homme ; les sept esprits qui se reposent sur une fleur; les sept flammes qui brillent sur les chandeliers ; les sept yeux placés sur la pierre, les sept esprits qui se tiennent devant le trône de Dieu.

Haut du document

Précédente Accueil Remonter Suivante