Guerre - XIII
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

Guerre - I
Guerre - II
Guerre - III
Guerre - IV
Guerre - V
Guerre - VI
Guerre - VII
Guerre - VIII
Guerre - IX
Guerre - X
Guerre - XI
Guerre - XII
Guerre - XIII
Guerre - XIV
Guerre - XV
Guerre - XVI
Guerre - XVII
Guerre - XVIII
Guerre - XIX

 

Sœur Thérèse relève un blessé sur le champ de bataille.  Suite de protections dont elle l'entoure  pendant trois années de guerre.

Lettre naïve d'un soldat.

Guérison inespérée d'un soldat intoxiqué par les gaz.

Protection en faveur d'un soldat  attaqué par un chien de guerre.

« Rendons grâces à notre chère petite Thérèse ! »

« Le petit soldat de Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus. »

Apparition de Sœur Thérèse à un pauvre troupier.

 

Sœur Thérèse relève un blessé sur le champ de bataille.
Suite de protections dont elle l'entoure
pendant trois années de guerre.

 

Octobre 1917.

 

Roger Lefebvre, âgé de vingt-neuf ans, couvreur à Saint-Aubin-du-Thenney (Eure), et père de famille, partit pour la guerre en août 1914, et fut incorporé au 224e d'infanterie. Il avait une confiance sans bornes envers Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus, qu'il se mit à invoquer, assure-t-il, plus de vingt fois par jour. En outre, il portait sur lui sa relique et son image.

Voici maintenant la merveilleuse protection dont il fut l'objet : Le 17 septembre 1914, à La Neuville près de Reims, vers 4 heures et demie de l'après-midi, dans un combat où pleuvaient les obus, il fut blessé par six éclats de ces projectiles, qui lui coupèrent plusieurs veines du cou, le blessèrent à la tête, au visage, à la cuisse, et lui firent au pied une terrible entaille. Le malheureux tomba et perdit connaissance.

Revenant à lui par la fraîcheur du soir, il se trouva baigné dans son sang qui continuait à couler à flots de ses plaies béantes, et, se sentant d'une faiblesse à mourir, il s'écria avec une foi ardente : Ma Sœur Thérèse, venez à mon secours ! Aussitôt, il vit auprès de lui la petite sainte, belle et compatissante; elle tenait d'une main un grand crucifix, et de l'autre, prenant avec tendresse le bras droit du mourant, elle le releva, lui sourit et disparut...

A cet instant qu'il n'oubliera jamais, le soldat se trouva tout autre : subitement son sang cessa de couler, comme si une main céleste eût bandé ses blessures; alors, sans plus ressentir la moindre

 

133

 

souffrance, il courut à un poste de secours qui se trouvait à 400 mètres du champ de bataille.

Une circonstance remarquable de son temps passé aux ambulances fut que ses souffrances ne revinrent pas, bien que la plaie affreuse du pied nécessitât des opérations endurées à l'état de veille.

Complètement guéri, l'heureux soldat vint à Lisieux, avec sa femme, le 4 février 1915, remercier Sœur Thérèse à son tombeau, comme il en avait fait le vœu. De là il se rendit au Carmel, et la Mère Prieure, accompagnée d'une autre religieuse, entendit de sa bouche le récit ému et plein de simplicité de la grâce reçue. « J'ai raconté à tous ceux que j'ai pu ce qui m'est arrivé, dit-il; voyez-vous, le cœur m'en saute encore quand j'y pense ! »

« Repartirez-vous au front, puisque vous voilà guéri? » interrogea la Mère Prieure; et le brave troupier de répondre avec élan : « Oh ! oui, ma Sœur, bientôt, et je vous assure que c'est sans crainte, car ma Sœur Thérèse, qui m'a protégé une fois, me protégera toujours. »

La parfaite bonne foi du soldat Lefebvre (d'ailleurs très estimé du curé de son village) fut attestée par plusieurs personnes fort sérieuses. Citons, parmi elles, un vénérable prêtre du diocèse d'Angers, M. l'abbé Maurier, professeur à l'externat Saint-Maurille de cette ville, et M. le vicomte Alfred de Rougé qui eut plusieurs mois dans son ambulance « le protégé de Sœur Thérèse », comme lui-même se désigne toujours. M. de Rougé le déclare « chrétien fervent et convaincu, professant une dévotion touchante pour sa sainte Protectrice; de plus, très intelligent et incapable d'avoir été dupe d'une illusion ».

La suite de son histoire et la fidélité de sa reconnaissance achèvent de le prouver. Après avoir regagné son dépôt et attaché désormais au 24e d'infanterie, Roger Lefebvre fut dirigé à nouveau sur le front le 15 décembre 1915; à chacune de ses permissions, il se faisait un devoir d'accomplir un pèlerinage à Lisieux. Lui-même résume, dans une lettre du 26 août 1917, comment Sœur Thérèse lui continua son assistance.

« J'ai pu constater bien des fois, écrit-il, que j'étais toujours protégé. Au mois de mai 1916, je suis allé sur la tombe de Sœur Thérèse et n'ayant qu'une peur, celle d'être prisonnier, je lui demandai la mort de préférence à la captivité. Mais cependant je lui dis que, si je ne pouvais échapper à ce dernier malheur, je sois au moins grand blessé, car j'aurais des chances d'être rapatrié.

«Le 1er juin suivant, dans un combat, les Allemands nous ayant contournés, nous n'avions plus qu'à nous rendre; mais je sentis en moi quelque chose qui me commandait de résister, et je rejoignis mon capitaine avec trois camarades. Là, malgré les sommations de l'ennemi qui voulait nous forcer à jeter les armes, on se défendit avec acharnement. Au bout d'une minute, deux d'entre nous étaient tués, et moi je recevais une balle dans l'épaule droite; mais je parvins encore à lancer deux grenades de la main gauche. Alors je fus de nouveau blessé dans le côté droit et à l'épaule gauche et je tombai sur

 

134

 

le dos ne pouvant plus bouger. Bientôt mon dernier camarade succomba à son tour, ainsi que le capitaine qui se fit tuer à bout portant, ne voulant pas se rendre. Pour moi, un soldat allemand me coucha en joue pour m'achever, mais un officier arrêta son bras; je suis resté ainsi trois jours, étendu, sans pouvoir faire aucun mouvement, mais, dans mon épreuve, je voyais bien que ma sainte Protectrice ne m'abandonnait pas. J'étais dans un boyau très étroit, et l'ennemi avançait, gagnant du terrain; je vis ainsi défiler près de moi des centaines de soldats allemands en rangs pressés. Eh bien ! pas un seul ne passa sur moi, et tous, au contraire, au risque de se faire tuer, montèrent sur le bord du talus, pour ne pas me toucher.

« Cependant, j'étais à bout de forces et je souffrais tant que le troisième jour je demandai à ma petite Sœur Thérèse de me débarrasser de mes douleurs en m'envoyant la mort. Au même instant, sans que je puisse m'expliquer comment, car tout seul je ne pouvais pas me remuer du tout, et j'étais de plus en plus faible, je me trouvai subitement debout dans la tranchée et je pus marcher. Je rencontrai des Allemands, et l'un d'eux me donna à boire du café, plutôt qu'à un autre blessé allemand, qui n'était pas content de cela; mais je le compris bien par son geste, l'officier qui me donna à boire dut lui dire que j'étais plus blessé que lui, et on ne lui donna que de l'eau. On m'indiqua ensuite un poste de secours, et, comme le bombardement de notre artillerie continuait sans trêve pour regagner le terrain perdu, et atteignait le poste, un aumônier militaire allemand me fit descendre, avec une précaution qui me toucha beaucoup, dans un trou d'obus, tout près de là. Enfin, on me dirigea à l'arrière, dans un hôpital, car j'étais trop blessé, et là je fus opéré de suite. Après cela, on me transporta à l'hôpital de Stuttgart où je trouvai de bonnes religieuses qui me soignèrent très bien.

«  Je suis resté en Allemagne jusqu'au 15 décembre, jour où j'ai été rapatrié en Suisse comme grand blessé, bien que je sois à peu près complètement remis. C'est là que j'ai connu le soldat Latus, si malade de la tuberculose, et que je lui ai appris à prier la Sœur Thérèse. D m'a écouté et a été tout de suite guéri, comme il a dû l'écrire au Carmel (1). Pourtant il m'était toujours impossible de me servir de ma main droite, qui manquait de force, et, à la suite d'une opération au coude du même bras brisé, il s'y formait toujours des abcès; alors je commençai des neuvaines à Sœur Thérèse, et à la fin de la deuxième

 

(1) Au mois de mars de cette année, il y avait aussi un autre soldat très malade. J'ai été le voir et je lui ai dit de demander à ma chère protectrice sa guérison. Il m'a répondu oui, et sur ce je suis rentré à l'hôtel. Une fois dans ma chambre, j'ai prié ma « petite Thérèse » pour mon pauvre camarade, afin que s'il ne devait pas guérir, du moins qu'il meure heureux. Peut-être dix minutes après ma prière, J'ai senti une odeur de violette dans ma chambre, et je ne pouvais comprendre d'où elle venait, sinon de ma chère petite sainte. Le lendemain matin, j'ai respiré encore ce parfum dans l'escalier, et j'ai du m'arrêter tant c'était fort!... Peut-être une demi-heure après, j'apprenais que mon camarade était mort, et je suis sûr que Soeur Thérèse avait voulu m'annoncer qu'il mourait heureux.

 

135

 

neuvaine les abcès étaient guéris, et, de plus, je pouvais me servir librement de ma main droite. Depuis ce jour, je n'ai plus rien souffert ; je suis rentré en France au mois de juillet, et rendu à ma petite famille bien heureuse de me revoir. Voilà l'exposition bien sincère de ce qui m'est arrivé grâce à Sœur Thérèse. Si on le juge utile à sa gloire, je laisse la liberté de le faire connaître. »

Le protégé de Sœur Thérèse,
Roger Lefebvre,

soldat au 24e d'inf.

 

Quelques jours après son retour au milieu des siens, le brave soldat accourait à Lisieux avec sa femme et ses enfants, en pèlerinage de reconnaissance. Il y retourna encore plusieurs fois, car lui aussi bien que sa femme assurent n'avoir pas de plus grande joie que celle de venir prier sur la tombe de Sœur Thérèse. Aux dernières nouvelles, datant d'octobre, l'heureux privilégié avait pu reprendre, malgré son coude droit ankylosé, le périlleux métier de couvreur qu'il exerçait précédemment.

 

Lettre naïve d'un soldat.

 

Aux Armées, le 5 octobre 1917.

 

Ma très Révérende Mère,

 

Je viens vous accuser réception et surtout vous remercier du beau livre de Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus que vous avez été si bonne de m'envoyer.

Misérable pécheur, je n'étais pas digne de connaître cette âme pure; cette lecture-là m'a touché si fort dans le fond de mon cœur qu'elle m'a coupé tout appétit; je veux toujours lire ce livre, et les heures ne sont plus assez longues pour que je me contente et que j'en goûte toutes les beautés.

Pardonnez-moi, mais, malgré mes péchés, j'ose chérir cette petite Sœur si bonne et si belle.

Depuis le début de l'épouvantable guerre, je n'ai jamais vécu des journées aussi tranquilles, je ne pense plus au danger et n'en ai plus de frayeur, en compagnie de Sœur Thérèse.

Que Dieu vous bénisse, ma très Rde Mère.

 

Un catholique tout dévoué,

D. A.,

9e Art. à pied, 12e B.

 

136

 

Guérison inespérée d'un soldat intoxiqué par les gaz.

 

G. B. C, 15e corps. 9 octobre 1917.

 

Je soussigné, chanoine Henri Binet, aumônier militaire au G. B. G., certifie ce qui suit :

Dans les premiers jours de septembre 1917, j'ai assisté le soldat Ambert, du ...e régiment d'infanterie, appartenant à une famille chrétienne de Marseille. Il avait été intoxiqué par les gaz, et son cas se présentait fort sérieux suivant les effets externes et internes qu étaient à craindre.

De lui-même, dès son arrivée à l'ambulance, le malade m'exprima le désir de communier, et en même temps, rendu aveugle par les gaz, il me pria spontanément de placer sous son oreiller une image-relique de Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus qu'il possédait, et il ne cessait d'invoquer la sainte.

Néanmoins, son état empira, tout son visage n'était plus qu'une croûte purulente, les voies respiratoires paraissaient profondément atteintes et la fièvre se maintenait très élevée. Le major, finalement, le déclara perdu, et, de fait, plusieurs de ses camarades moins atteints succombèrent.

Je visitais régulièrement le bon jeune homme, lui demandant s'il se confiait toujours à Sœur Thérèse, que moi-même j'intéressais tant à lui. Invariablement, même lorsqu'il semblait absorbé au point de n'avoir presque plus de connaissance, il me répondait : « Oui, je me confie toujours à elle ! » Et contre toute attente, il y eut abaissement de la température, la cicatrisation externe commença, le corps, devenu comme un squelette, reprit un aspect de plus en plus normal, les yeux se rouvrirent et la congestion des bronches se dissipa. Bref, à la fin de septembre, je le quittai en pleine convalescence.

 

H. Binet,
chanoine honoraire,
aumônier volontaire.

 

Protection en faveur d'un soldat
attaqué par un chien de guerre.

 

Aux Armées, le 21 octobre 1917.

 

Je fis connaissance avec Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus grâce à un vénérable aumônier qui me donna son image. Je l'emportai, comme une relique, au front, et j'ai bien des fois expérimenté la protection dont elle me couvrait. Voici le fait le plus saillant :

Le soir de la Pentecôte, le 11 juin 1916, après une pieuse journée, je regagnais mon cantonnement près d'Arras, seul sur la route, quand j'aperçus, à la lueur des fusées-signaux, un gros chien qui

 

137

 

après m'avoir flairé s'élança brusquement sur moi, me mordant à la jambe gauche sans lâcher prise, et essayant de m'en traîner. Me sentant perdu, car je n'avais aucune arme, j'invoquai avec confiance la petite Sœur Thérèse. L'effet de mon invocation fut immédiat. Le molosse desserra sa gueule et je m'arrachai aisément de son étreinte; puis il s'enfuit avec un sourd grognement. A sa façon d'attaquer, je supposai que c'était un chien de guerre ennemi, exercé à la chasse du soldat français.

Cette morsure m'éloigna momentanément du front, car l'on m'envoya à l'Institut Pasteur, à Paris, et pendant mon traitement antirabique, ma batterie subit de grosses pertes dans la Somme. J'y vois une deuxième protection ; la troisième fut d'être attaché, à mon retour de Paris, à un nouveau dépôt, au Havre, ce qui me permit de faire quatre fois le pèlerinage de Lisieux. Que Sœur Thérèse me continue son aide, car elle sait bien mon désir d'être le plus dévoué de ses admirateurs !

 

Côme Camélio,

XIIe, 3e R. A. L.

 

Ce soldat se présenta au parloir du Carmel de Lisieux à l'un de ses pèlerinages, et y fit le récit verbal de la protection reçue. Il attribua à Sœur Thérèse d'être revenu indemne de la guerre.

 

« Rendons grâces à notre chère petite Thérèse ! »

 

Communiqué par le Carmel d'Oloron.

 

Brest (Finistère). 25 octobre 1917.

 

Victoire ! Je suis reçu agent technique, avec le n° 7. Rendons grâces à notre chère petite Thérèse qui m'a si bien exaucé.

Elle ne m'a pas trompé, car, en l'invoquant ces jours derniers, elle m'avait déjà fait pressentir mon rang d'admission. Voici comment : L'image de Sœur Thérèse s'étant échappée de mon livre de messe, je l'avais replacée au hasard. Quelques jours après, priant pour le succès de mon examen, j'entendis comme une voix qui me disait : « Regarde où tu as placé l'image. » Sceptique, je regardai et la trouvai à cette page de l'Évangile qui s'adaptait bien à mon cas : Les ouvriers de la dernière heure! J'en étais un, moi, qui me présentais presque sans préparation. « Les derniers seront les premiers », dit le texte sacré, et je communiquai à ma femme cette prévision que les résultats ont confirmée. Chère petite Thérèse! de ma vie je n'oublierai cela, et pour la faire mieux connaître je vais distribuer son image 'à tous les amis de mon groupe.

 

Alexandre Theven.

 

138

 

Le frère de ce soldat a été préservé de la mort par une image de Sœur Thérèse mise dans un petit carnet, sur sa poitrine.

Un éclat d'obus est venu frapper ce carnet et le carboniser, tandis que l'image est restée intacte, et que le soldat n'a eu aucune égratignure.

Sa fille a été également sauvée par la petite sainte dans une grave maladie.

 

« Le petit soldat de Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus. »

 

Du Front, 19 octobre 1916.

 

Madame la Supérieure,

 

Depuis que j'invoque Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus, il me semble ne plus vivre sur la terre, tant j'ai de joie dans le cœur et dans l'âme. Je n'ai plus le « cafard » comme j'avais auparavant; au contraire,le courage me vient à supporter toutes les peines et les souffrances que j'endure en ce moment. La petite sainte m'aide à porter ma croix chaque jour et à suivre les traces de Jésus, et quand j'ai fini de porter une croix, l'autre croix me revient sans me décourager.

Ce matin j'ai eu le bonheur de communier, et je veux vous dire comment c'est arrivé. Bien avant mes camarades, j'étais rendu à la cuisine roulante pour chercher « le jus », mais il n'était pas fait; donc me voilà à attendre en fumant ma pipe. Quand tout à coup une voix me dit en moi-même : Tu as le temps, va à l'église recevoir le pain des forts. C'était ma petite Sœur Thérèse qui me disait cela. Aussi, l'écoutant fidèlement, j'éteignis ma pipe et je partis pour l'église. Des prêtres-soldats y disaient la messe. Je demandai tout de suite si je pouvais communier, et l'on me répondit que oui. Alors je demandai pardon à Dieu de mes fautes, je me confessai, je communiai et, en sortant, je me sentais plus fort que j'étais quand je suis parti, et je remerciais la petite sainte de m'avoir envoyé sa voix.

Je lui confie ma pauvre vieille maman, ma femme et mes deux petits enfants.

Recevez, Madame la Supérieure, mes sincères salutations. Je finis ma lettre, car je vais à mon occupation habituelle. Le petit soldat de Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus,

 

Jules Provost,
147e d'Inf., C e A, 4e groupe.

 

DU MÊME :

 

11 novembre 1916.

 

Voici dix jours que je viens de passer dans les tranchées sous un bombardement effroyable, et je remercie Dieu de m'avoir conservé la

 

139

 

vie. La nuit, pendant que j'étais de garde à côté de ma mitrailleuse, je disais toujours mon chapelet, et les obus passaient au-dessus de moi et éclataient avec un bruit d'enfer sans me toucher. Mais ce n'est pas étonnant, car Sœur Thérèse est auprès de moi et je vous certifie qu'elle me protège. Aussi je distribue ses médailles et ses images aux camarades, et ils sont si contents que je n'aurai pas peur de dépenser tout l'argent que je gagnerai pour acheter de ces chers souvenirs.

J'ai déjà souffert pour la religion et j'ai été brutalisé parce que j'allais à la messe; mais j'offre ces coups pour le salut de la France et pour gagner le ciel.

Le petit breton mitrailleur de Sœur Thérèse,

 

Jules Provost.

 

DU MÊME :

 

7 novembre 1917.

 

Ma bonne Supérieure,

 

Je viens vous dire que j'ai eu chez moi un petit miracle de la chère Sœur Thérèse. Ma femme souffrait d'une maladie du cuir chevelu et tous les remèdes qu'on essayait ne lui faisaient rien... Alors voilà que dimanche j'ai eu la bonne inspiration de mettre la relique de Sœur Thérèse sur la tète de ma pauvre femme, et au bout de trois ou quatre jours tout le mal avait disparu. Qu'elle est une douce Protectrice, la petite sainte ! Je veux placer son grand portrait dans mon foyer pour qu'elle nous bénisse toujours. J'ai eu l'occasion de donner son image à un brave soldat annamite, catholique, et il l'a vite envoyée à sa famille. J'étais tout fier de penser qu'ainsi la Sœur Thérèse serait connue jusqu'au Tonkin. Je suis toujours le croyant de votre petite sainte.

 

Jules Provost.

 

Le soldat Jules Provost, ayant été envoyé sur le front d'Orient, en 1918, continua d'y ressentir les effets de la protection de Sœur Thérèse, et fut rendu à sa famille. Il envoya au Carmel sa croix de guerre.

 

Apparition de Sœur Thérèse à un pauvre troupier.

 

Du Front, le 11 novembre 1917.

 

Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus, priez pour nous !

Au mois de juin de cette année, je me trouvais à Vailly (Aisne), dans les immenses carrières dites de « Maison rouge ». C'était une triste position, car nous endurions des bombardements terribles.

 

140

 

 

Entre les 9 et 12 juin, une nuit où je dormais dans notre grand tunnel d'abri, je me réveillai et je pensai à invoquer Sœur Thérèse. Aussitôt je vis comme une clarté, et la petite Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus qui souriait en me regardant. Oh! quel air de bonté avait cette sainte pour moi! Au bout d'un instant, elle disparut. Je suis sûr qu'elle voulut, en se montrant à moi, m'encourager et me consoler à l'avance du grand malheur de la mort de ma bonne mère. Étant parti en permission quatre jours plus tard, j'arrivai au pays, qu'elle était déjà enterrée. Je garderai toujours un doux souvenir de cette vision, et, avec plus de confiance encore qu'auparavant, je me recommande à ma petite Sœur Thérèse.

 

E. T.

16e territorial, 9e Cie

 

Précédente Accueil Suivante