HOMÉLIE XIII
Précédente Accueil Remonter Suivante

 

Accueil
Remonter
AVERTISSEMENT
HOMÉLIE I
HOMÉLIE II
HOMÉLIE III
HOMÉLIE IV
HOMÉLIE V
HOMÉLIE VI
HOMÉLIE VII
HOMÉLIE VIII
HOMÉLIE IX
HOMÉLIE X
HOMÉLIE XI
HOMÉLIE XII
HOMÉLIE XIII
HOMÉLIE XIV
HOMÉLIE XV
HOMÉLIE XVI
HOMÉLIE XVII
HOMÉLIE XVIII
HOMÉLIE XIX
HOMÉLIE XX
HOMÉLIE XXI
HOMÉLIE XXII
HOMÉLIE XXIII
HOMÉLIE XXIV
HOMÉLIE XXV
HOMÉLIE XXVI
HOMÉLIE XXVII
HOMÉLIE XXVIII
HOMÉLIE XXIX
HOMÉLIE XXX
HOMÉLIE XXXI
HOMÉLIE XXXII
HOMÉLIE XXXIII
HOMÉLIE XXXIV
HOMÉLIE XXXV
HOMÉLIE XXXVI
HOMÉLIE XXXVII
HOMÉLIE XXXVIII
HOMÉLIE XXXIX
HOMÉLIE XL
HOMÉLIE XLI
HOMÉLIE XLII
HOMÉLIE XLIII
HOMÉLIE XLIV
HOMÉLIE XLV
HOMÉLIE XLVI
HOMÉLIE XLVII
HOMÉLIE XLVIII
HOMÉLIE XLIX
HOMÉLIE L
HOMÉLIE LI
HOMÉLIE LII
HOMÉLIE LIII
HOMÉLIE LIV
HOMÉLIE LV
HOMÉLIE LVI
HOMÉLIE LVII
HOMÉLIE LVIII
HOMÉLIE LIX
HOMÉLIE LX
HOMÉLIE LXI
HOMÉLIE LXII
HOMÉLIE LXIII
HOMÉLIE LXIV
HOMÉLIE LXV
HOMÉLIE LXVI
HOMÉLIE LXVII

TREIZIÈME HOMÉLIE. « Or le Seigneur Dieu avait dans Éden, vers l'Orient, un jardin de délices, et il y plaça l'homme qu'il avait formé. » (Gen. II, 8.)

 

ANALYSE.

 

1. Saint Chrysostome se réjouit de l'empressement de ses auditeurs, et leur promet d'y répondre par un zèle nouveau. —  2. Il reprend ensuite brièvement le récit de la formation de l'homme; et réfute en passant l'erreur de ceux qui regardaient l’âme comme une partie de la divinité. —  3. Abordant les paroles de son texte, il dit que le mot planté qu'emploie l'Écriture, exprime qu'à l'ordre du Seigneur là terre produisit les différents arbres du jardin de délices; et il ajoute que Moïse en détermine le lieu pour confondre par avance les fables dé quelques hérétiques. — 4. Le Seigneur y plaça l'homme afin qu'il jouit de toutes ses beautés et de tous ses agréments, et il lui défendit de toucher au fruit de l'arbre de vie, pour éprouver son obéissance, et lui rappeler sa dépendance.

 

1. Votre empressement et votre ardeur, votre attention et votre concours me ravissent d'admiration ; aussi, malgré le sentiment de ma faiblesse, je me propose de dresser chaque jour pour vous la table d'un festin spirituel. Sans doute cette table sera pauvre et frugale; mais j'ai confiance en votre zèle, et je sais que vous écouterez ma parole avec plus de joie que l'on n'en témoigne pour un repas grossier et matériel. Ne voyons-nous pas en effet que l'appétit des convives supplée à la frugalité de la table et à la pauvreté de l'hôte, en sorte qu'un maigre repas est mangé avec grand plaisir; tout au contraire, si on n'apporte qu'un faible appétit à un somptueux festin, la variété et l'abondance des mets deviennent inutiles, parce que personne ne peut en user pleinement? Mais ici, par la grâce de Dieu , vous vous approchez de cette table spirituelle pleins de ferveur et d'une pieuse avidité , et de mon côté je ne suis pas moins empressé à vous distribuer la parole sainte , parce que je sais que vous l'entendez avec une oreille bien disposée.

Le laboureur qui a trouvé un champ gras et fertile, le cultive avec le plus grand soin; il travaille le sol , le laboure et en arrache les épines ; il l'ensemence ensuite largement, et, tout rempli de confiance et d'espoir, il attend chaque jour le développement du grain qu'il a confié à une terre féconde. Cependant, il base ses calculs sur la fertilité du sol, et s'apprête à recueillir le centuple de ce qu'il a semé. C'est .ainsi qu'en voyant chaque jour votre ferveur s'accroître, votre empressement s'augmenter (71) et votre zèle se développer, je conçois les meilleures espérances; aussi, suis-je animé d'une ardeur nouvelle pour vous instruire , afin d'avancer quelque peu votre perfection , la gloire de Dieu et l'honneur de l'Eglise. Mais rappelons d'abord, s'il vous plaît, le sujet de notre dernier entretien, et puis nous passerons à l'explication du passage qui vient d'être lu. Voici donc ce que je vous disais, et ce que je vous développais en terminant notre dernière conférence; il est nécessaire d'y revenir brièvement : et Dieu forma l'homme du limon de la terre; et il répandit sur son visage un souffle de vie, et l'homme devint vivant et animé.

Or, je vous faisais observer, comme je le fais encore en ce moment, et comme je ne cesserai de le dire, que Dieu a donné à l'homme des marques d'une bonté extrême; il s'est occupé de notre salut avec un soin tout particulier, et il a comblé l'homme des plus grands honneurs. Bien plus, sa parole et ses actes ont déclaré hautement qu'à ses yeux l'homme était au-dessus de toutes les autres créatures: aussi, ne sera-t-il pas inutile de revenir sur ce sujet; car de même que les aromates rendent plus de parfum, selon qu'on les pétrit davantage, nos saintes Ecritures offrent à nos méditations profondes et multipliées, des trésors nouveaux, et elles présentent à notre piété des richesses immenses. Et Dieu forma l'homme du limon de la terre. Remarquez ici, je vous prie, combien ce langage diffère de celui que Dieu employa pour produire les autres créatures. Il dit, selon Moïse : Que la lumière soit, et la lumière fut; que le firmament soit, que les eaux se réunissent, que des corps lumineux soient, que la terre produise les plantes, que les eaux produisent les animaux qui nagent, et que la terre enfante les animaux vivants. C'est ainsi qu'une seule parole tira du néant toutes les créatures; mais s'agit-il de l'homme, Moïse dit : Et Dieu forma l'homme; cette expression, qui se proportionne à notre faiblesse, désigne également le mode de notre création et sa supériorité sur les créations antérieures. Car, pour parler un langage tout humain, elle-nous montre le Seigneur formant de ses propres mains le corps de l'homme; aussi, le bienheureux Job a-t-il dit:Vos mains m'ont formé et elles ont façonné mon corps. (Job, X, 8.) Nul doute que si Dieu eût commandé à la terre de produire l'homme, celle-ci n'eût exécuté cet ordre, mais il a voulu que le mode même de notre création nous fût une leçon d'humilité, et que ce souvenir nous retînt dans la dépendance qui convient à notre nature. Voilà pourquoi Moïse décrit si explicitement cette création, et nous dit que Dieu forma l'homme du limon de la terre.

2. Mais observez aussi combien ce mode de création nous est honorable; car Dieu ne prit pas seulement de la terre pour en former l'homme, mais du limon, de la poussière, tout ce qu'il y a de plus vil; et c'est ce limon et cette poussière qui, à son ordre, devint le corps de l'homme. Sa parole avait précédemment tiré la terre du néant, et, alors il voulut qu'un peu de limon se changeât en le corps de l'homme. Aussi, est-ce avec délices que je répète cette exclamation du Psalmiste : Qui racontera la puissance du Seigneur, et qui publiera toutes les louanges qui lui sont dues ? (Ps. CV, 2.) Et en effet, à quel degré d'honneur n'a-t-il pas élevé l'homme formé du limon de la terre ! et de quels bienfaits ne le comble-t-il pas tout aussitôt, lui donnant ainsi des témoignages d'une bonté toute spéciale! Car, dit l'Ecriture : Dieu répandit sur le visage de l'homme un souffle de vie; et il devint vivant et animé.

Mais ici, quelques- insensés qui ne suivent que leurs propres raisonnements, qui n'ont aucunes pensées dignes de Dieu, et qui né comprennent point la condescendance du langage de l'Ecriture, osent affirmer que notre âme est une portion de la divinité. O démence ! ô folie! combien sont nombreuses les voies de perdition que le démon ouvre devant ses sectateurs ! Car, voyez par quels chemins différents ils courent tous à leur perte. Les uns s'appuient sur ce mot : Dieu répandit un souffle, et ils en concluent que nos âmes sont une portion de la divinité; et les autres disent même qu'après la mort l'âme passe dans le corps des plus vils animaux. Quelle doctrine extravagante et dangereuse ! c'est que leur raison, obscurcie par d'épaisses ténèbres, ne peut comprendre le sens de l'Ecriture; aussi, semblables à des aveugles, ils tombent tous dans différents précipices; car les uns élèvent l'âme au-dessus de sa dignité, et les autres l'abaissent au-dessous.

S'ils veulent donner à Dieu une bouche parce que l'Ecriture dit qu'il répandit un souffle de vie sur le visage de l'homme, il faut donc également qu'ils lui donnent des mains puisque la même Ecriture dit qu'il forma l'homme. Mais il vaut mieux taire de pareilles extravagances (72) que s'exposer soi-même à tenir un langage insensé; évitons donc de suivre ces hérétiques dans les sentiers multipliés de leurs erreurs et attachons-nous à l'Écriture qui s'explique par elle-même; seulement la simplicité de ses expressions ne doit point nous arrêter, parce que cette simplicité n'a pour cause que la faiblesse de notre intelligence. Eh ! comment l'oreille de l'homme pourrait-elle recueillir la parole de Dieu, si cette parole ne s'accommodait à son infirmité? Convaincus de notre impuissance et de la véracité de Dieu, nous ne devons interpréter l'Écriture que dans un sens qui soit digne de lui; c'est pourquoi il faut écarter de Dieu toute idée de membres et de formes corporelles, et ne rien imaginer qui le déshonorerait; car, il est un être simple, immatériel, et qui ne tombe point sous les sens; et si nous lui donnons un corps et des membres, nous nous engagerons soudain dans les erreurs grossières du paganisme.

Quand vous lisez donc dans l'Écriture que Dieu forma l'homme, élevez-vous jusqu'à l'idée de cette puissance créatrice qui avait dit précédemment que la lumière soit. Et lorsque vous lisez encore que Dieu répandit surie visage de l'homme un souffle de vie, pensez également que ce même Dieu qui avait créé les anges , intelligences spirituelles, voulut unir au corps de l'homme, formé du limon de la terre, une âme raisonnable qui fit mouvoir les membres de ce corps. Et en effet, on peut dire que ce corps, l'oeuvre par excellence du Seigneur ; gisait sur la terre comme un instrument qui a besoin d'être touché. Oui, il était comme une lyre qui attend une main habile ; et l'âme, en imprimant à ces membres un mouvement harmonieux, leur fait rendre des sons qui sont agréables au Créateur. Et Dieu répandit sur le visage de l'homme un souffle de vie; et l'homme devint vivant et animé. Que signifie cette parole : il répandit un souffle de vie ? Elle nous apprend que Dieu unit au corps de l'homme une âme vivante qui lui communiqua la vie et le mouvement , et qui se servit des membres de ce même corps pour exercer ses propres facultés.

3. Mais je reviens encore sur la différence qui existe entre la création des animaux et celle de cet être raisonnable que nous appelons l'homme. Au sujet des premiers, Dieu avait dit : que les eaux produisent les animaux qui nagent; et soudain les eaux enfantèrent les poissons. Et de même il avait dit : que la terre produise des animaux vivants; mais il n'en est pas ainsi de l'homme. D'abord son corps fut formé du limon de la terre, et il reçut ensuite une âme raisonnable qui lui donna la vie et le mouvement. Aussi Moïse dit-il en parlant des animaux : leur vie est dans le sang. (Lév. XVII, 11.) Notre âme au contraire est une substance spirituelle et immortelle, et elle surpasse le corps de tout l'intervalle qui sépare une pure intelligence d'un corps brut et grossier. Mais peut-être me ferez-vous cette question : si l'âme est plus noble que le corps, pourquoi a-t-il été créé le premier, et l'âme la dernière? Eh ! ne voyez-vous pas, mon cher frère, que ce même ordre a été suivi dans la création ? Car le Seigneur fit d'abord le ciel et la terre, le soleil et la lune, lés animaux et toutes les autres créatures, et il forma ensuite l'homme qui devait leur commander. C'est ainsi que dans la création de l'homme, le corps a été formé le premier et l'âme la dernière, quoiqu'elle soit plus noble et plus excellente.

Observez encore que les animaux, étant destinés au service de l'homme, devaient être créés avant lui, pour qu'il pût tout d'abord les employer. Et de même le corps fut formé avant l'âme, afin que dès l'instant où elle existerait, par un acte de l'ineffable sagesse du Seigneur, elle pût agir au moyen du corps. Et Dieu, dit l'Écriture , planta un jardin de délices, dans Eden, vers l'Orient, et il y plaça l'homme qu'il avait formé. Oh ! combien le Seigneur se montre-t-il bon et généreux envers l'homme ! il avait créé l'univers pour lui, et voici que dès le premier instant de son existence, il le comble de nouveaux bienfaits. Car c'est pour lui qu'il planta un jardin de délices, dans Eden , vers l'Orient. Mais ici, mon cher frère, si l'on n'interprétait ces paroles dans un sens digne de Dieu, on tomberait dans l'abîme de l'extravagance. Et en effet que diront ceux qui prennent à la lettre et dans un sens humain tout ce que l'Écriture dit de Dieu ? il planta un jardin de délices : eh quoi ! eut-il besoin pour embellir ce jardin de travailler la terre, et d'y employer ses soins et son industrie ? A Dieu ne plaise ! Et cette expression, le Seigneur planta, signifie seulement qu'à son ordre la terre produisit le jardin de délices que l'homme devait habiter. C'est en effet pour l'homme que ce jardin fut planté ; et l'Écriture le marque expressément. Dieu, dit-elle, planta un jardin de délices dans (73) Eden, vers l'Orient, et il y plaça l'homme qu'il avait formé.

Je remarque aussi que Moïse spécifie le lieu où ce jardin était placé, afin de prévenir les vains discours de ceux qui veulent abuser de notre simplicité. Ils nous affirment que ce jardin était dans le ciel , et non sur la terre, et nous débitent mille autres fables semblables. L'extrême exactitude de l'historien sacré n'a pu les empêcher de s'enorgueillir de leur éloquence, et de leur science toute profane. Aussi osent-ils combattre l’Ecriture, et soutenir que le paradis terrestre n'existait point sur la terre. C'est ainsi qu'ils adoptent un sens tout contraire à celui de l’Ecriture, et qu'ils suivent une route semée d'erreurs en entendant du ciel ce qui est dit de la terre. Mais dans quel abîme ne seraient-ils point tombés, si, par l'inspiration divine, Moïse n'eût employé un langage simple et familier ! Sans doute l’Ecriture interprète elle-même ses enseignements, et ne donne aucune prise à l'erreur ; mais parce que plusieurs la lisent ou l'écoutent bien moins pour y chercher la doctrine du salut que l'agrément de l'esprit, ils préfèrent les interprétations qui les flattent à celles qui les instruiraient. C'est pourquoi je vous conjure de fermer l'oreille à tous ces discours séducteurs, et de n'entendre l’Ecriture que conformément aux saints canons. Ainsi quand elle nous dit que Dieu planta à l'orient d'Eden un jardin de délices, donnez à ce mot, mon cher frère, un sens digne de Dieu, et croyez qu'à l'ordre du Seigneur un jardin se forma dans le lieu que l’Ecriture désigne. Car on ne peut, sans un grand danger pour soi et pour ses auditeurs, préférer ses propres interprétations au sens vrai et réel des divines Ecritures.

4. Et Dieu y plaça l'homme qu'il avait formé. Voyez ici combien le Seigneur honora l'homme dès le premier instant de son existence. Il l'avait créé hors du paradis , mais il l'y introduisit immédiatement, afin d'éveiller en son coeur le sentiment de la reconnaissance, et de lui faire apprécier l'honneur qui lui était accordé. Il plaça donc dans le paradis l'homme qu'il avait formé; ce mot : il plaça, signifie que Dieu commanda à l'homme d'habiter le paradis terrestre, pour qu'il goûtât tous les charmes de ce séjour délicieux , et qu'il s'en montrât reconnaissant envers son bienfaiteur. Et en effet ces bontés du Seigneur étaient toutes gratuites , puisqu'elles prévenaient dans l'homme jusqu'au plus léger mérite. Ainsi ne vous étonnez point de cette expression : il plaça, car l’Ecriture ici, comme toujours, emploie un langage tout humain , afin de se rendre plus accessible et plus utile. C'est ainsi qu'en parlant des étoiles, elle avait dit précédemment que Dieu les plaça dans le ciel. Certes, l'écrivain sacré n'a point voulu nous faire croire que les astres sont attachés fixement à la place qu'ils occupent , puisqu'ils ont chacun leur mouvement de rotation; il s'est proposé seulement de nous enseigner que le Seigneur leur ordonna, de briller dans les espaces célestes, de même qu'il commanda à l'homme d'habiter le paradis terrestre.

Et Dieu, continue l’Ecriture, fit sortir de la terre toute sorte d'arbres beaux à voir, et dont les fruits étaient doux à manger : et au milieu du jardin étaient l'arbre de vie et l'arbre de la science du bien et du mal. (Gen. II, 9.) Voici, de la part du Seigneur un nouveau bienfait qui se rapporte tout spécialement à l'homme. Il lui destinait le paradis terrestre pour habitation: aussi fit-il sortir de la terre toutes sortes d'arbres dont l'aspect était agréable à la vue, et le fruit doux au goût. Toutes sortes d'arbres, dit expressément l’Ecriture, qui étaient beaux à voir, c'est-à-dire qui réjouissaient le regard de l'homme, et dont les fruits étaient doux à manger, c'est-à-dire qui lui fournissaient une nourriture délicieuse. Ajoutez encore que le nombre et la variété de ces arbres produisaient pour l'homme des charmes nouveaux; car vous ne sauriez nommer une seule espèce qui ne s'y trouvât pas. Mais si l'habitation de l'homme était si gracieuse, sa vie n'était pas moins admirable. Il vivait sur la terre comme un ange, et quoique revêtu d'un corps il n'en souffrait point les dures nécessités. C'était le roi de la création, portant la pourpre et le diadème; et parmi l'abondance de tous les biens, il coulait dans, le paradis terrestre une douce et libre existence.

Et au milieu du jardin étaient l'arbre de vie, et l'arbre de la science du bien et du mal. Après nous avoir appris qu'à l'ordre du Seigneur, la terre produisit toute sorte d'arbres beaux à la vue et dont les fruits étaient doux au goût, Moïse ajoute : qu'au milieu du jardin étaient l'arbre de vie, et l'arbre de la science du bien et du mal. C'est que le Créateur, dans sa prescience divine, n'ignorait point que par la suite l'homme abuserait de sa liberté et de sa (74) sécurité. Aussi plaça-t-il au milieu du paradis l'arbre de vie, et l'arbre de la science du bien et du mal, parce qu'il se proposait d'en défendre l'usage à l'homme. Et le but de cette défense devait être d'abord de rappeler à l'homme que Dieu lui donnait par bonté et par générosité l'usage de tous les autres arbres, et puis, qu'il était son Maître, non moins que celui de toutes les créatures. La mention de ces deux arbres amène naturellement celle des quatre fleuves qui sortaient d'une seule et même source, et qui se divisant ensuite en quatre branches, arrosaient les diverses contrées du globe, et en marquaient la séparation.

Mais il est possible qu'ici ceux qui ne veulent parler que d'après leur propre sagesse soutiennent que ces fleuves n'étaient point de véritables fleuves, ni ces eaux de véritables eaux. Laissons-les débiter ces rêveries à des auditeurs qui leur prêtent une oreille trop crédule; et pour nous, repoussons de tels hommes, et n'ajoutons aucune foi à leurs paroles. Car nous devons croire fermement tout ce que contiennent les divines Ecritures, et en nous attachant à leur véritable sens, nous imprimerons dans nos âmes la saine et vraie doctrine. Mais nous devons également régler notre vie sur leurs maximes, en sorte que nos moeurs rendent témoignage à la sainteté de la doctrine, et que la doctrine soit elle-même la règle de nos moeurs. Et en effet il est essentiel, si nous voulons éviter l'enfer et gagner le ciel, que nous brillions de la double auréole d'une foi orthodoxe et d'une conduite irréprochable. Eh ! dites-le-moi, peut-on appeler utile l'arbre élancé qui se couvre de feuilles, et ne se couronne jamais de fruits? Ainsi sont ces chrétiens orthodoxes dans leur foi, et hérétiques dans leur conduite.

D'ailleurs Jésus-Christ ne déclare heureux que celui qui fait et qui enseigne. (Matth. V, 19.) Car l'enseignement qui repose sur les actions est bien plus sûr et bien plus persuasif que celui qui ne s'appuie que sur de vaines paroles. Et en effet, le silence et l'obscurité n'empêchent point que nos bonnes oeuvres n'édifient nos frères, soit par nos exemples, soit par le récit qui leur en est fait. De plus, nous y trouvons nous-mêmes une source de grâces parce que, selon la mesure de nos forces, nous sommes cause que ceux qui nous voient glorifient le Seigneur. C'est ainsi que les bons exemples d'un chrétien sont autant de langues qui se multiplient comme à l'infini pour remercier et louer le Dieu de l'univers. Car non-seulement les témoins de sa vie l'admirent, et glorifient le Seigneur, mais les étrangers eux-mêmes, quelle que soit la distance des lieux qui les séparent; et les ennemis, non moins que les amis, s'édifient de sa vertu, et vénèrent son éminente sainteté. Telle est en effet la puissance de la vertu, qu'elle ferme la bouche à ses plus opiniâtres contradicteurs ; et de même qu'un oeil faible ne peut supporter l'éclat du soleil, le vice ne saurait sans honte contempler la vertu en face, il est contraint de se cacher, et de s'avouer vaincu. Convaincus de ces vérités, embrassons donc le parti de la vertu, et pour mieux régler notre vie, et assurer notre salut, évitons avec soin jusqu'aux péchés les plus légers dans nos paroles et nos actions; car nous ne tomberons point en des fautes graves, si nous sommes en garde contre les moindres, et, avec le secours de la grâce, nous pourrons, en avançant en âge, avancer aussi en sainteté. C'est ainsi que nous échapperons aux peines de l'enfer, et que nous acquerrons les biens éternels du ciel, par la grâce et la miséricorde de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui soient, avec le Père et l'Esprit-Saint, la gloire, l'honneur et l'empire, maintenant et dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 

Haut du document

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante