HOMÉLIE XIV
Précédente Accueil Remonter Suivante

 

Accueil
Remonter
AVERTISSEMENT
HOMÉLIE I
HOMÉLIE II
HOMÉLIE III
HOMÉLIE IV
HOMÉLIE V
HOMÉLIE VI
HOMÉLIE VII
HOMÉLIE VIII
HOMÉLIE IX
HOMÉLIE X
HOMÉLIE XI
HOMÉLIE XII
HOMÉLIE XIII
HOMÉLIE XIV
HOMÉLIE XV
HOMÉLIE XVI
HOMÉLIE XVII
HOMÉLIE XVIII
HOMÉLIE XIX
HOMÉLIE XX
HOMÉLIE XXI
HOMÉLIE XXII
HOMÉLIE XXIII
HOMÉLIE XXIV
HOMÉLIE XXV
HOMÉLIE XXVI
HOMÉLIE XXVII
HOMÉLIE XXVIII
HOMÉLIE XXIX
HOMÉLIE XXX
HOMÉLIE XXXI
HOMÉLIE XXXII
HOMÉLIE XXXIII
HOMÉLIE XXXIV
HOMÉLIE XXXV
HOMÉLIE XXXVI
HOMÉLIE XXXVII
HOMÉLIE XXXVIII
HOMÉLIE XXXIX
HOMÉLIE XL
HOMÉLIE XLI
HOMÉLIE XLII
HOMÉLIE XLIII
HOMÉLIE XLIV
HOMÉLIE XLV
HOMÉLIE XLVI
HOMÉLIE XLVII
HOMÉLIE XLVIII
HOMÉLIE XLIX
HOMÉLIE L
HOMÉLIE LI
HOMÉLIE LII
HOMÉLIE LIII
HOMÉLIE LIV
HOMÉLIE LV
HOMÉLIE LVI
HOMÉLIE LVII
HOMÉLIE LVIII
HOMÉLIE LIX
HOMÉLIE LX
HOMÉLIE LXI
HOMÉLIE LXII
HOMÉLIE LXIII
HOMÉLIE LXIV
HOMÉLIE LXV
HOMÉLIE LXVI
HOMÉLIE LXVII

QUATORZIÈME HOMÉLIE. « Et le Seigneur, Dieu prit. l'homme qu'il avait formé, et le plaça dans le jardin de délices pour le cultiver et le garder. » (Gen. II. 25.)

 

 

ANALYSE.

 

1. Saint Chrysostome exhorte d'abord ses auditeurs à rechercher les divers sens profonds et mystérieux de l’Ecriture en leur rappelant avec quelle ardeur les plongeurs se livrent à la pèche des perlés. — 2. Puis il aborde l'explication de son texte, et observe que cette expression, le Seigneur Dieu; n'indique point, entre le Père et le Fils, comme le pensaient certains hérétiques, quelque différence d'attribut ou de souveraineté. —  3. Il remarque ensuite que le travail fut imposé à l'homme comme un préservatif contre l'oisiveté, mais que ce travail n'était qu'une douce occupation, et non une pratique. —  La défense que le Seigneur fit à Adam A manger du fruit de l'arbre de la science du bien et du mal, avait pour objet d'exercer son obéissance et de le tenir dans la dépendance et la soumission; et quoique la femme ne fùt pas encore créée, Dieu la comprit dans cette défense, afin qu'Adam la lui fît ensuite connaître. —  4. Au sujet de la création de la femme, l'orateur observe qu'ici, comme dans la création de l'homme, Dieu s'adresse à son Fils, et qu'il révèle la dignité de la femme en disant qu'elle fut formée pour être la compagne de l'homme. —  5.  Il explique ensuite comment Adam nomma les divers animaux par un acte d'autorité, ainsi qu'un maître nomme ses serviteurs, et. termine en priant ses auditeurs de garder le souvenir de ses instructions.

 

1. Aujourd'hui encore, si vous le trouvez bon, je reprendrai le sujet de notre dernier entretien , et je vous en développerai de nouveau la doctrine spirituelle : car le texte sacré, qui vient d'être lu, renferme de grands mystères, et il est nécessaire, pour en retirer quelque fruit, de les approfondir, et de les étudier avec attention, Les pécheurs qui s'occupent de la pêche' dés perles, ne les recueillent qu'au prix de grandes fatigues, et en bravant les flots et les abîmes de l'Océan; mais combien plus devons-nous appliquer notre esprit à sonder les profondeurs des saintes Ecritures, et à y chercher les véritables pierres précieuses. Toutefois, ne vous effrayez point, mon cher frère, lorsqu'on vous parle d'abîmes et de profondeurs : car il ne s'agit pas ici d'explorer une mer orageuse. La grâce de l'Esprit-Saint, qui nous dirige par ses divines clartés, facilite notre travail et nous le rend fructueux. Les pêcheurs de perles font rarement fortune, et souvent même cette pêche leur devient funeste et cause leur perte; du moins le plaisir du succès n'en égale jamais les suites fâcheuses, puisque la vue de ce trésor excite contre eux les regards de la cupidité, et arme le bras de l'avarice. Et, en effet, la possession de quelques perles, loin de nous être véritablement utile, ne produit trop souvent que la discorde et-la mort, car elle irrite l'avarice et enflamme la cupidité, en sorte qu'elle met en péril la vie même de celui qui a trouvé ce trésor.

Mais les pierres précieuses que renferment nos saintes Ecritures ne nous offrent aucun danger semblable ; si leur prix est au-dessus de toute estimation, la joie de les posséder est inaltérable, et bien supérieure à toutes les joies humaines; c'est ce que nous apprend le Psalmiste quand il s'écrie : Seigneur, vos paroles sont beaucoup plus désirables que l'or et les pierres précieuses. (Ps. XVIII, 11.) Mais s'il met ainsi la loi divine en regard des matières les plus estimées, il sait aussi l'apprécier bien au-dessus d'elles en disant que cette loi leur est de beaucoup supérieure : Seigneur, dit-il, vos paroles sont beaucoup plus désirables que l'or et les pierres précieuses. Certes, ce n'est point là, dans la pensée du Psalmiste, une comparaison de parfaite égalité ; mais parce que l'or et les pierreries sont parmi nous les objets les (76) plus estimés, il les indique pour marquer l'excellence de la loi divine, et nous faire connaître que nous devons désirer ces oracles de l'Esprit-Saint avec plus d'ardeur que les hommes ne recherchent l'or et les pierres précieuses. L'Écriture ne compare, en effet, les choses spirituelles aux choses sensibles qu'afin de relever l'utilité et la supériorité de ces dernières; ainsi le Psalmiste ajoute qu'elles sont plus douces que les rayons du miel. Ici encore il ne veut pas établir une comparaison exacte, ni dire que le miel et la loi divine peuvent nous causer un égal plaisir, mais c'est qu'il n'a pu trouver dans la nature d'autres objets plus propres à nous faire comprendre la douceur de cette loi. Il cite donc l'or, les pierreries et le miel pour nous faire mieux apprécier l'excellence des oracles sacrés, et nous apprendre que l'intelligence des dogmes divins apporte plus de joie que la possession de ces trésors périssables.

Dans l'Évangile Jésus-Christ emploie la même méthode; et comme un jour ses apôtres lui demandèrent l'explication de la parabole du bon grain et de l'ivraie, que l'homme ennemi avait semée parmi le froment, il daigna leur en expliquer en détail toutes les parties. Ainsi il leur, dit quel était ce champ et ce père de famille qui avait semé le bon grain, ce que, signifiait l'ivraie et quel était l'homme ennemi qui l'avait répandue; il leur dit quels étaient les moissonneurs et ce que représentait la moisson , et il termina toutes ses explications par ces mots : Alors les justes resplendiront comme le soleil dans- le royaume de leur père. (Matth. XIII, 43.) Sans doute leur éclat surpassera celui de cet astre, et néanmoins le Sauveur dit qu'ils égaleront sa splendeur, parce que la nature n'offre rien de plus brillant que le soleil. Dans ces sortes de comparaisons il faut donc bien moins s'arrêter au terme lui-même que s'en servir pour s'élever, des objets sensibles et matériels , jusqu'à l'éminente supériorité des choses spirituelles. Or, nous ne saurons jamais rechercher celles-ci avec trop d'empressement, car elles découlent de Dieu, et remplissent l'âme d'une joie ineffable: c'est pourquoi prêtez , à mes instructions , une oreille avide et attentive, afin que vous y trouviez les vrais richesses du salut, et que vous rentriez dans vos maisons tout remplis des principes de la sagesse qui est selon Dieu.

2, écoutons donc l'explication du passage de la Genèse, qui vient d'être lu, et rejetons toute pensée profane. ou indifférente; car l'Écriture est un code descendu du ciel pour notre salut. Quand on donne lecture d'un rescrit impérial, le silence le plus profond s'établit et soudain cesse le moindre bruit et la plus légère agitation ; toutes; les oreilles sont attentives et tous sont impatients de connaître les volontés du prince. Celui-là s'exposerait donc à un grand danger, qui même, par un léger bruit, interromprait cette lecture; mais l'Église nous commande une crainte bien plus respectueuse et un silence plus,profond encore. Nous devons également réprimer le tumulte des pensées profanes et étrangères , si nous voulons bien comprendre ces instructions et mériter, par notre docilité , que le Roi des cieux. nous approuve et qu'il nous récompense en nous accordant des grâces nouvelles et plus abondantes.

Mais il est temps d'entendre les instructions, que nous donne l'écrivain sacré, qui parlait bien moins de lui-même que par l'inspiration du Saint-Esprit : Et le Seigneur Dieu, dit-il, prit l'homme qu'il avait formé; il joint ensemble , dès le commencement de la phrase, les mots : Seigneur Dieu, pour nous indiquer qu'il y a ici un secret et un mystère, et que ces deux termes signifient une seule et même chose. Au reste je ne fais point cette remarque sans motif ; c'est afin qu'entendant l'Apôtre nous dire : Il n'y a qu'un seul Dieu, le Père , d'où procèdent toutes choses, et un seul Seigneur, Jésus-Christ par qui toutes choses ont été faites (I Cor. VIII, 6 ) , vous ne pensiez point qu'il existe quelque différence entre ces termes, et qu'ils marquent l'un, un caractère de supériorité, et l'autre, un caractère d'infériorité. L'Écriture les emploie donc indifféremment, et elle prévient ainsi toute dispute qui tendrait, par une fausse interprétation, à altérer nos dogmes sacrés. L'examen même du texte que je cite prouve, en effet, que l'Écriture n'attache à ces deux mots aucune signification spéciale et distincte ; car à quelle personne de la Trinité l'hérétique veut-il rapporter cette phrase : Et le Seigneur Dieu prit l’homme ? Au Père seul, soit. Mais écoutez l'Apôtre qui nous dit: Il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, d’où procèdent toutes choses, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui toutes choses ont été faites. Ne voyez-vous pas qu'il nomme le Fils Seigneur ? et pourquoi donc dire que le mot Seigneur signifie quelque chose de plus grand que le mot Dieu ? c'est une absurdité et un affreux blasphème: mais dès que l'on s'écarte des règles d'une saine interprétation de l'Ecriture, et que l'on ne suit que son propre raisonnement , on déraisonne, et l'on soulève contre la vraie doctrine mille disputes inutiles et oiseuses.

Et le Seigneur Dieu prit l'homme qu'il avait formé, et il le plaça dans le jardin de délices, pour qu'il le cultivât et qu'il le gardât. Admirez ici les soins de la Providence à l'égard de l'homme : hier, l'écrivain sacré nous disait gaie Dieu avait planté un jardin de délices, et qu'il y avait placé l'homme pour qu'il y demeurât et qu'il y jouît de ses divers agréments; mais voici qu'aujourd'hui Moïse revient encore sur cette ineffable bonté du Créateur, et il nous (lit une seconde fois que le Seigneur Dieu prit l'homme qu'il avait formé, et qu'il le plaça dans un jardina de délices; et observez qu'il ne dit pas seulement : et Dieu le plaça dans un jardin, mais : dans un jardin de délices, pour nous faire entendre combien cette demeure était agréable. Après avoir ainsi rapporté que Dieu plaça l'homme dans un jardin de délices, il ajoute afin qu'il le cultivât et qu'il le gardât. C'est ici encore le trait d'une amoureuse Providence. Et en effet, au milieu des délices de ce jardin, où tout réjouissait sa vue et flattait ses sens, l'homme eût, pu s'enorgueillir de l'excès de son bonheur; car l'oisiveté enseigne tous les vices. (Eccli. XXXIII, 29.) Aussi le Seigneur lui commanda-t-il de cultiver ce jardin et de le garder.

Mais, direz-vous, le paradis terrestre avait-il donc besoin des soins de l'homme? Non sans doute;. et cependant, le Seigneur voulut que la garde et la culture de ce jardin offrissent à l’homme une occupation douce et modérée. Supposez-le entièrement oisif, et cette grande oisiveté n'eût pas tardé à le rendre paresseux et négligent. Une occultation douce et facile le maintenait au contraire dans une humble dépendance. Et en effet, ce mot : pour qu'il le cultivât, n'est point mis ici sans motif, et il signifie que l'homme ne devait pas oublier que Dieu était son maître, et qu'il ne lui avait donné la jouissance de ce jardin de délices qu'à la condition d'en avoir soin; car le Seigneur fait toutes choses pour l'utilité de l'homme, soit qu'il le comble de bienfaits, soit qu'il lui donne la liberté d'en abuser. Nous n'existions pas encore, que déjà son immense bonté nous avait préparé les biens ineffables du ciel. C'est ce que nous apprennent ces paroles de Jésus-Christ: Venez, les bénis de mon Père, possédez le royaume qui vous a été préparé avant la création du monde. (Matth. XXV, 34.) Mais, à plus forte raison, cette même bonté nous fournit-elle abondamment les biens de la vie présente.

3. Rappelons, en quelques mots, les bienfaits du Seigneur à l'égard de l'homme. D'abord il le tira du néant, et il forma son corps du limon de. la terre; il répandit ensuite sur son visage un souffle divin, et lui communiqua ainsi le don inestimable d'une âme spirituelle; enfin, il créa pour lui un jardin de délices, et il l'y plaça. Peu satisfait encore , comme un bon père qui aime son enfant, Dieu semble craindre qu'au sein d'un. entier repos et d'une pleine liberté, l'homme, jeune et inexpérimenté, ne s'enfle d'orgueil et de vanité; c'est pourquoi il songe à lui donner une occupation douce et modérée. Le Seigneur commanda donc à Adam de cultiver et de garder le paradis terrestre, afin qu'au milieu des délices de ce séjour et de la sécurité d'un paisible repos, ce double soin le retînt dans les limites d'une humble dépendance. Tels sont les premiers bienfaits que le Seigneur accorde à l'homme immédiatement après sa création; et ceux qui vont suivre n'attesteront pas moins son extrême bonté et sa souveraine bienveillance.

Or, que dit l'Ecriture? Et le Seigneur Dieu fit une recommandation à Adam. Ici encore l'écrivain sacré, selon son habitude, joint ces deux mots : Seigneur et Dieu, afin de mieux nous inculquer la vraie doctrine et confondre ceux qui, osant établir entre eux quelque distinction, attribuent l'un de ces noms au Père, et l'autre au Fils. Et le Seigneur Dieu fit une recommandation à Adam. Quel trait de bonté dans ce seul mot : Dieu fit une recommandations! Qui ne l'admirerait! et quelle parole pourrait dignement l'exprimer! Car voyez comme, dès le principe, Dieu respecte la dignité de l'homme : il ne lui intime ni un ordre absolu, ni un commandement exprès; mais il lui fait une simple recommandation. Comme un ami traite avec son ami d'une affaire importante, ainsi le Seigneur traite avec Adam. On dirait qu'il veut l'engager, par un sentiment d'honneur, à se montrer soumis et obéissant.

 

78

 

Et le Seigneur Dieu fit une recommandation à Adam, et il lui dit: mangez de tous les fruits des arbres du paradis; mais ne mangez point du fruit de l'arbre de la science du bien et du mal, car le jour même où vous en mangerez, vous mourrez très-certainement. (Gen. II, 17.) L'observation de ce précepte était bien facile. Mais, comprenez, mon cher frère, combien la paresse est un grand mal : elle rend difficiles les choses les plus aisées; et au contraire, l'ardeur et l'activité rendent aisées les choses les plus difficiles. Eh ! dites-le moi, Dieu pouvait-il faire à l'homme une recommandation plus simple et plus facile, et pouvait-il le combler de plus d'honneur ! Il lui permettait d'habiter le paradis terrestre et de récréer ses regards par la beauté des objets qu'il renfermait. Combien douce et agréable était cette vue, et combien exquis les fruits dont il se nourrissait l Et en effet, quel plaisir de voir la fertilité des arbres fruitiers, la variété des fleurs, la diversité des plantes, le feuillage qui pare les arbres comme d'une belle chevelure, et ces mille autres beautés que renfermait vraisemblablement un jardin que Dieu lui-même avait planté. C'est ce que l'Ecriture nous a précédemment insinué quand elle nous a dit que Dieu fit sortir de la terre toute sorte d'arbres beaux à voir, et dont les fruits étaient doux à manger. Aussi pouvons-nous comprendre combien a été coupable la négligence et l'intempérance de l'homme qui, au sein d'une telle abondance, transgressa le commandement du Seigneur.

Représentez-vous l'honneur et la dignité dont le Seigneur environna le premier homme. II le plaça dans le paradis terrestre et lui dressa une table séparée et particulière, afin qu'il ne pût même soupçonner que le Créateur lui avait destiné la même nourriture qu'aux animaux. Mais il était comme le roi de la nature, et il jouissait dans le paradis terrestre de mille délices; il avait aussi, en sa qualité de maître des animaux, une demeure séparée et une habitation meilleure. Et le Seigneur Dieu fit une recommandation à Adam et il lui dit : mangez de tous les fruits des arbres du paradis; mais ne mangez point du fruit de l'arbre de la science du bien et du mal, car le jour même où vous en mangerez, vous mourrez certainement. C'est comme s'il lui eût dit : est-ce que je vous impose une obligation grave et difficile? non sans doute, puisque je vous abandonne les fruits de tous les arbres, à l'exception d'un seul; et si je sanctionne ma défense par la menace des plus terribles châtiments, c'est pour que du moins la crainte vous retienne dans l'obéissance. Le Seigneur en usait donc envers le premier homme, comme un maître généreux et magnifique qui nous céderait un superbe. palais, à la condition que nous reconnaîtrions son droit de suzeraineté pour une modique redevance; et de même le Seigneur, toujours bon et miséricordieux, permit à Adam l'usage des fruits de tous les arbres, et n'en excepta qu'un seul, afin de lui rappeler qu'il dépendait de Dieu et qu'il devait obéir à tous ses commandements.

4. Mais qui pourrait dignement, exprimer, combien fut grande alors la bonté du Seigneur l Adam ne pouvait encore présenter aucun mérite, et quelles faveurs néanmoins ne reçut-il pas ! Car ce n'est ni. la moitié des fruits que le Seigneur lui abandonne, ni un grand nombre d'arbres qu'il se réserve, en lui permettant l'usage des autres ; il veut au contraire qu'il mange de tous les fruits des arbres du paradis, et s'il en excepte un seul, c'est uniquement pour que l'homme le reconnaisse comme l'auteur et le principe de tous ces biens. Considérez encore ici quelle fut envers la femme la. bonté du Seigneur, et de quels honneurs il la combla. Elle n'existait pas encore, et déjà il la comprenait dans ce commandement : Ne mangez pas de ce fruit, car au jour où vous en mangerez vous mourrez certainement. Ainsi dès le commencement Dieu déclare que l'homme et la femme ne sont qu'un, et que l'homme, selon la parole de l'Apôtre, est le chef de la femme. (Eph. V, 23.) Il s'adresse donc à tous deux, afin que plus tard, lorsque la femme aura été formée de l'homme, elle reçoive de celui-ci la connaissance de cette défense.

Je n'ignore point les questions que l'on propose d'ordinaire touchant cet arbre, ni les objections de certains hérétiques qui parlent avec une téméraire audace, et qui s'efforcent de rejeter sur Dieu le péché de l'homme. Pourquoi, disent-ils, le Seigneur a-t-il fait cette défense, sachant bien que l'homme ne la respecterait pas? Pourquoi encore a-t-il planté cet arbre dans le paradis? La réponse à ces questions et à beaucoup d'autres m'entraînerait à parler avant le temps de la faute originelle, et il vaut mieux attendre que le récit de Moïse nous y conduise. Quand nous serons donc arrivés à cet endroit de la Genèse, je vus dirai plus à propos ce que m'inspirera la grave divine pour (79) vous développer le véritable sens de l'Écriture. Vous acquerrez ainsi la vraie connaissance des choses, et vous rendrez à Dieu la gloire qu'il mérite sans lui imputer une faute dont l'homme seul est coupable. C'est pourquoi abordons, si vous le voulez bien, l'explication des versets qui suivent immédiatement.

Et le Seigneur Dieu dit : il n'est pas bon que l'homme soit seul. L'Écriture répète ici cette expression qu'elle a déjà employée : le Seigneur Dieu, afin que nous la retenions bien, et que nous ne préférions pas à ses enseignements-là nos vaines interprétations. Et le Seigneur Dieu dit: il n'est pas bon que l'homme soit seul. Voyez comme le Dieu bon ne cesse d'accumuler sur l'homme bienfaits sur bienfaits, et comme dans sa généreuse libéralité il entoure de nouveaux honneurs cet être doué de raison. Son but est de lui rendre la vie plus douce et plus agréable. Et le Seigneur Dieu dit : il n'est pas bon que l'homme soit seul; faisons-lui une aide semblable à lui. Ici Dieu emploie pour la seconde fois cette expression : faisons. Au moment de créer l'homme, il avait dit : faisons l'homme à notre image et à notre ressemblance ; et sur le point de former la femme , il dit également : faisons. Mais à qui adresse-t-il cette parole ? Certes ce n'est point à quelque puissance créée, mais à celui qu'il a engendré, à ce fils unique qui est l'ange du grand conseil et le prince de la paix. Et afin qu'Adam sût que la femme qui allait être formée lui serait égale en dignité , Dieu répète les mêmes termes qu'il avait employés pour sa création, et dit : faisons à l'homme une aide qui lui soit semblable.

Ces deux mots aide et semblable renferment un sens qu'il faut peser mûrement. Je ne veux pas, dit le Seigneur, que l'homme soit seul, et il convient de lui donner une compagne qui le console, et qui lui vienne en aide. Telle est la mission de la femme. Aussi après avoir dit faisons-lui une aide , il ajoute immédiatement : « qui soit semblable à lui. » Or cette dernière parole ne doit point s'entendre des animaux, ni des oiseaux que le Seigneur va amener devant Adam. Et en effet, quoiqu'ils lui soient d'un grand secours dans ses travaux, ils sont privés de raison, et par conséquent bien inférieurs à la femme qui en est douée. Aussi l'écrivain sacré rapporte d'abord cette parole une aide semblable à lui, et puis il ajoute : le Seigneur après avoir formé de la terre tous les animaux de la terre et tous les oiseaux du ciel, les fit venir devant Adam, afin qu'Adam vît comme il les nommerait; et le nom qu'Adam donna à chaque animal est son propre nom. Tout ceci ne fut pas fait au hasard , mais en prévision de l'avenir. Car Dieu, qui n'ignorait pas que bientôt l'homme deviendrait prévaricateur, a voulu par là nous montrer de quels trésors de science il l'avait enrichi en le créant. Aussi lorsqu'Adam viola le commandement du Seigneur, gardons-nous bien de penser qu'il pécha par ignorance, tandis qu'il agit sciemment et par malice.

5. Le récit de Moïse nous révèle en effet combien était étendue la science du premier homme. Le Seigneur, dit-il, fit venir devant Adam tous les animaux, afin qu'Adam vît comme il les nommerait. Dieu en agit ainsi pour lui donner occasion de faire usage de ses vastes connaissances. Aussi l'Écriture ajouta-t-elle que le nom qu'Adam donna à chaque animal est son propre nom. Mais ici, outre la science d'Adam, nous voyons dans cette imposition du nom une preuve de son domaine sur les animaux. Car c'est ainsi, qu'en signe de son autorité, un maître change le nom de l'esclave qu'il achète. Le Seigneur amena donc à Adam tous les animaux afin qu'il les nomma comme étant leur maître. Ne passez pas légèrement sur ce fait, mon cher frère; mais considérez combien devait être vaste et profonde la science d'Adam pour qu'il donnât un nom propre et convenable aux oiseaux et aux reptiles, aux bêtes féroces et aux animaux domestiques ou sauvages, aux poissons qui vivent dans les eaux et aux insectes que produit la terre. L'Écriture nous dit en effet que le nom qu'Adam donna à chaque animal, est son propre nom.

N'est-ce pas ici un acte formel de puissance et de suprême autorité? Mais observez encore que les lions et les léopards, les vipères et les scorpions, les serpents et tous les monstres s'étant présentés humblement devant Adam pour rendre hommage à son empire, et en recevoir un nom, celui-ci n'en parut nullement effrayé. Evitons donc d'accuser le Dieu qui ses a créés, et de proférer contre lui , ou plutôt contre nous-mêmes cet imprudent blasphème pourquoi Dieu a-t-il créé ces animaux ? Car tous alors, les bêtes féroces comme les animaux domestiques, reconnurent leur dépendance; et Adam, en leur donnant un nom, fit (80) manifestement acte d'autorité. Or ils conservent aujourd'hui encore le nom qu'il leur imposa, et Dieu l'a permis, afin de perpétuer le souvenir des faveurs dont il avait comblé l'homme. Aussi, en voyant que dans le principe les animaux lui étaient soumis , ne pouvons-nous attribuer à une autre cause qu'à son péché l'affaiblissement et presque la ruine de ce souverain domaine.

Et Adam donna leurs noms aux animaux domestiques, aux oiseaux du ciel, et aux bêtes sauvages. Ces paroles nous apprennent, mon cher frère, combien grande était dans Adam la liberté de la volonté, et l'étendue de la science. Ainsi nous ne saurions dire qu'il ne connaissait pas le bien et le mal. Car n'était-il pas profondément instruit et savant celui qui put donner un nom propre et convenable aux animaux domestiques, aux oiseaux du ciel et aux bêtes sauvages , sans confondre les espèces, et sans imposer aux animaux domestiques des noms qui eussent convenus aux bêtes sauvages, ou à celles-ci des noms qui eussent convenu aux premiers? Conjecturez de là quelle est la puissance de ce souffle de vie que le,Seigneur répandit dans l'homme, et quelle est la science de cette âme spirituelle qu'il lui donna. Et en effet, l'homme est un animal raisonnable, qui se compose de deux natures, d'une âme spirituelle, et d'un corps matériel. Or celui-ci est, par rapport à l'âme, comme un instrument entre les mains d'un excellent artiste. Mais en considérant l'excellence d'un être si parfait, admirez la sagesse du Créateur. Oui, si la beauté des cieux, quand on y réfléchit attentivement, nous porte à célébrer les louanges d'un Dieu créateur, combien plus encore l'étude de l'homme, doué de raison, comblé d'honneurs dès le premier instant de sa création , et enrichi des dons les plus merveilleux, ne doit-elle pas nous exciter à célébrer par de continuelles louanges l'Auteur de ces merveilles, et à rendre gloire à Dieu selon nos forces !

Je voudrais aborder l'explication des versets suivants, mais je crains d'avoir déjà, par ce long entretien, fatigué votre attention; aussi vaut-il mieux ne pas le prolonger. Car l'important n'est pas que je vous dise beaucoup de choses, mais que vous reteniez ce que je vous dis ; il ne suffit même pas que vous sachiez pour vous seuls le sens des saintes Écritures; mais il faut encore que vous puissiez le faire connaître à vos frères et le leur expliquer. Je vous engage donc à vous entretenir, au sortir de cette assemblée, du sujet que je viens de traiter, et à vous communiquer mutuellement vos souvenirs. Ce sera un excellent moyen de vous rappeler l'ensemble: et le détail de cet entretien, en sorte qu'arrivés dans vos maisons, vous pourrez en méditer la céleste doctrine. D'ailleurs, cette attention à écouter la parole divine, et cette application à la méditer, vous faciliteront les moyens de calmer le tumulte de vos passions, et d'éviter les embûches du démon.

Et en effet, quand cet esprit mauvais voit une âme tout occupée des choses de Dieu, et comme tout absorbée en de saintes pensées, il n'ose s'en approcher, et il s'en éloigne promptement. Car l'action de l'Esprit-Saint en cette âme est un feu qui le met en fuite. Appliquons-nous donc à ce pieux exercice, afin d'en retirer de si précieux avantages, de vaincre l’ennemi de notre salut, et de mériter des grâces plus abondantes. Par là tout nous succédera heureusement, les difficultés s'aplaniront, le mal lui-même se changera en bien, et les, malheurs de la vie présente ne pourront nous attrister. Car si nous nous occupons exclusivement des choses de Dieu, il prendra soin lui-même de notre existence. Sous sa conduite nous traverserons sans naufrage la mer orageuse de ce monde, et sa main nous dirigera heureusement vers le port du salut. C'est à lui seul qu'appartiennent la, gloire et l'empire, maintenant et .toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 

Haut du document

 

 

 Précédente Accueil Remonter Suivante