PSAUME CXXX
Précédente Accueil Remonter Suivante

 

Accueil
Remonter
PSAUME III
PSAUME IV
PSAUME V
PSAUME VI
PSAUME VII
PSAUME VIII
PSAUME IX
PSAUME X
PSAUME XI
PSAUME XII
PSAUME XLI
PSAUME XLIII
PSAUME XLIV
PSAUME XLV
PSAUME XLVI
PSAUME XLVII
PSAUME XLVIII
PSAUME XLIX
PSAUME CVIII
PSAUME CIX
PSAUME CX
PSAUME CXI
PSAUME CXII
PSAUME CXIII
PSAUME CXIV
PSAUME CXV
PSAUME CXVI
PSAUME CXVII
PSAUME CXIX
PSAUME CXX
PSAUME CXXI
PSAUME CXXII
PSAUME CXXIII
PSAUME CXXIV
PSAUME CXXV
PSAUME CXXVI
PSAUME CXXVII
PSAUME CXXVIII
PSAUME CXXIX
PSAUME CXXX
PSAUME CXXXI
PSAUME CXXXII
PSAUME CXXXIII
PSAUME CXXXIV
PSAUME CXXXV
PSAUME CXXXVI
PSAUME CXXXVII
PSAUME CXXXVIII
PSAUME CXXXIX
PSAUME CXL
PSAUME CXLI
PSAUME CXLII
PSAUME CXLIII
PSAUME CXLIV
PSAUME CXLV
PSAUME CXLVI
PSAUME CXLVII
PSAUME CXLVIII
PSAUME CXLIX
PSAUME CL

EXPLICATION DU PSAUME CXXX. 1. « SEIGNEUR, MON COEUR NE S'EST POINT ÉLEVÉ D'ORGUEIL, ET MES YEUX NE SE SONT PAS FIÉREMENT PORTÉS EN HAUT. » — AUTRE TEXTE : « MES YEUX NE SE SONT POINT ÉLEVÉS D'ORGUEIL, ET JE N'AI PAS MARCHÉ AU MILIEU DES CHOSES GRANDES, NI AU MILIEU DES CHOSES SURPRENANTES ET AU-DESSUS DE MOI. » — AUTRE TEXTE : « AU MILIEU DES CHOSES MAGNIFIQUES. » — AUTRE TEXTE : « AU MILIEU DES CHOSES POMPEUSES, NI  AU MILIEU DES CHOSES DONT LA GRANDEUR FUT AU-DESSUS DE MOI (1). »

 

ANALYSE.

 

Quand est-ce qu'il est permis de se glorifier. C'est même quelquefois un devoir pour nous. — Combien nous devons fuir l'orgueil et la société des orgueilleux.

 

1. Eh quoi ! saint Paul, tout en y étant forcé, dit que c'est une folie, de se louer soi-même; aussi ajoute-t-il : «Je me suis glorifié a follement, c'est vous qui m'y avez forcé. » (II Cor. XII, 11.) Comment donc le Prophète a-t-il ignoré cela et se glorifie-t-il maintenant, non pas devant deux ou trois personnes, non pas devant une dizaine d'auditeurs, mais à la face du monde entier? Et voici en quels termes il se glorifie : Je suis humble et modéré, je suis excessivement humble, je suis simple; car c'est là le sens de : « Comme est l'enfant a sevré à l'égard de sa mère (2). » Pourquoi donc tient-il ce langage? C'est qu'il n'est pas toujours défendu de se glorifier et que dans Certains cas cela est même nécessaire; bien plus, il y a des circonstances où ce n'est pas en nous glorifiant, mais en ne nous glorifiant pas, que nous serions insensés. C'est pour cela que le même saint Paul nous dit : « Que celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur. » (II Cor. X, 17.) En effet, celui qui ne se glorifie point de la croix, est le plus insensé et le plus coupable des hommes, celui qui ne se glorifie pas de la foi est le plus malheureux des mortels, celui qui ne se glorifie point et ne se confie point en ces choses-là périra infailliblement. Aussi l'Apôtre disait-il plein d'assurance « Quant à moi, à Dieu ne plaise que je me glorifie, excepté dans la croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ. » (Gal. VI, 14.) Et l'on trouve ailleurs dans l'Ecriture : « Que le riche ne se glorifie pas dans sa richesse, ni le sage dans sa sagesse, ruais voici de quoi il doit se glorifier, c'est de comprendre et de connaître le Seigneur. » (Jér. IX, 23, 24.) Quelle est donc la mauvaise manière de se glorifier ? C'est quand nous le faisons comme le Pharisien. (Luc, XVIII.) Et pourquoi, demandera-t-on, saint Paul a-t-il dit           : « Je me suis glorifié (206) follement, c'est vous qui m'y avez forcé? » Parce qu'il racontait les actions méritoires de sa vie, sa belle conduite, choses qu'il n'aurait pas dû proclamer s'il n'y avait pas eu nécessité. Il dit aussi un peu plus haut : « Même si je veux me glorifier, je ne serai pas insensé, car je dirai la vérité. » (II Cor. XII, 6.) De sorte que celui qui dit la vérité, quand la circonstance l'y détermine, n'est pas un insensé. Ainsi le Prophète non plus n'était pas insensé lorsqu'il se glorifiait, car il disait la vérité. Mais quel est le motif qui l'a amené à tenir ce langage? C'était pour apprendre à ceux qui l'écoutaient qu'après avoir été délivrés de leurs maux, ils ne devaient pas s'abandonner de nouveau au vertige de l'orgueil, ni dégagés de leurs chaînes, retomber par de nouveaux écarts, dans la nécessité d'une autre captivité. Ainsi, en racontant sa propre conduite, il corrige l'auditeur et il ne dit pas : Je me suis senti élevé d'orgueil , mais j'ai maîtrisé ma passion; il dit : « Mon coeur ne s'est point élevé d'orgueil; » c'est-à-dire, la malice n'a pas même effleuré mon âme. Sa pensée était comme un port tranquille où n'entrent point les flots de ce mal qui est la cause de tous les autres, la source des plus grandes iniquités. Que veut-il dire par ces paroles : « Seigneur, mon coeur ne s'est point enflé d'orgueil et mes yeux ne se sont pas fièrement portés en haut? » Cela signifie : Je n'ai point froncé les sourcils, ni dressé la tête. Car le mal de l'orgueil, en débordant de la source de passion qui est au dedans de nous, reproduit sur notre corps même l'expression de ce bouillonnement intérieur. « Et je n'ai pas marché au a milieu des choses grandes, ni des choses surprenantes et au-dessus de moi. » Que signifie : « Au milieu des choses grandes? » Cela veut dire : Parmi les hommes orgueilleux, riches, vains et arrogants. Voyez-vous quelle humilité rigoureuse ? Non-seulement il était lui-même exempt de cette plaie, mais il allait jusqu'à fuir les gens qui en étaient dévorés et dans sa grande haine pour l'orgueil, il se dérobait à de telles sociétés. Car comme il détestait ce vice, non-seulement il s'y dérobait, non-seulement il lui fermait tout accès à sa pensée, mais encore il fuyait à une grande distance de ceux qui s'y abandonnaient, de sorte que même de ce côté il n'en pouvait subir la contagion.

Or ce n'est pas un faible mérite que de fuir les arrogants, de haïr les orgueilleux, de s'écarter d'eux et de les avoir en horreur : c'est la plus grande sûreté pour la vertu et la meilleure garde pour l'humilité. « Ni au milieu des choses surprenantes et au-dessus de moi.» Ou autrement : « Ni au milieu des choses dont la grandeur fût au-dessus de moi (1). « Si je n'ai pas été humble dans mes sentiments, mais haut dans mes pensées, comme est l'enfant sevré à l'égard de sa mère, vous rétribuerez mon âme en conséquence. » Ou autrement : « Que mon âme soit rétribuée en conséquence. » Il use ici d'une transposition; c'est comme s'il y avait : Si je n'ai pas été humble comme est l'enfant sevré à l'égard de sa mère, si j'ai été haut dans mes pensées, que mon âme soit rétribuée en conséquence. Et le sens, le voici : Non-seulement j'étais pur du vice, je veux parler de l'orgueil; non -seulement j'étais étranger à ceux qui le nourrissaient en eux-mêmes, mais je cultivais au dernier point la vertu opposée à ce vice, savoir, l'humilité, la modération, la contrition. C'est cela même que Jésus-Christ commandait à ses disciples en ces termes : « Si vous ne changez et si vous ne devenez comme les enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. » ( Matth. XVIII, 3.) Ainsi le Prophète veut dire : J'ai eu autant d'humilité que l'enfant à la mamelle. Car de même que cet enfant se tient attaché à sa mère, qu'il est humble, qu'il est exempt de tout, orgueil, qu'il a en partage l'innocence et la simplicité; ainsi étais-je à l'égard de Dieu, me tenant continuellement attaché à lui. Et ce n'est pas au. hasard qu'il donne pour exemple l'enfant que l'on a sevré; il veut nous représenter la tribulation, la détresse, le chagrin, la grandeur des maux. Ainsi, comme l'enfant qu'on vient d'arracher à la mamelle, ne se détache pas pour cela de sa mère, mais qu'avec des plaintes et des larmes, des impatiences, des inquiétudes et des gémissements, il persiste à rester attaché à celle, qui lui a donné le jour, et ne veut pas s'en séparer; de même, dit le Prophète, quoique je fusse dans les tribulations, dans la détresse, dans de nombreux malheurs, je restais attaché à Dieu. Et s'il n'en a pas été ainsi, que mon âme reçoive sa rétribution, c'est-à-dire que je subisse le dernier châtiment. « Qu'Israël espère dans le Seigneur, depuis maintenant et jusque dans l'éternité (4)! » Vous le voyez, comme je vous le disais en (207) commençant, pour les choses qui regardent la foi et les dogmes, il faut, même sans motif particulier, se glorifier continuellement, et celui qui ne s'en glorifie pas est perdu; et quant aux actions méritoires de notre vie, nous ne devons jamais reculer à nous en glorifier, quand les circonstances nous y amènent. Et quelles circonstances? Elles sont nombreuses et diverses, et l'instruction de nos auditeurs est de ce nombre. Le Prophète le savait bien; c'est ce qui fait que, pour nous montrer qu'il rapporte ses propres mérites, afin d'entraîner ses auditeurs au même zèle, il ajoute ces paroles : « Qu'Israël espère dans le Seigneur, depuis maintenant et jusque dans l'éternité : » C'est comme s'il nous disait Quand même les malheurs, les découragements, les guerres, les captivités, n'importe quels maux imprévus viendraient vous assiéger, tenez-vous attaché à l'espérance en Dieu, à l'attente des biens futurs, et alors vous ne pouvez manquer d'obtenir une bonne fin, car Dieu récompensera par la délivrance de vos maux votre bonne espérance d'ici-bas, en Jésus-Christ Notre-Seigneur, auquel appartiennent la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 

Haut du document

 

 

 Précédente Accueil Remonter Suivante