II THESSALONICIENS I
Précédente Accueil Remonter Suivante

 

Accueil
Remonter
I THESSALONICIENS I
I THESSALONICIENS II
I THESSALONICIENS III
I THESSALONICIENS IV
I THESSALONICIENS V
I THESSALONICIENS VI
I THESSALONICIENS VII
I THESSALONICIENS VIII
I THESSALONICIENS IX
I THESSALONICIENS X
I THESSALONICIENS XI
II THESSALONICIENS I
II THESSALONICIENS II
II THESSALONICIENS III
II THESSALONICIENS IV
II THESSALONICIENS V

COMMENTAIRE SUR LA DEUXIEME ÉPITRE AUX THESSALONICIENS.

 

ARGUMENT. — HOMÉLIE PREMIÈRE.

 

Analyse.

 

1. Pour quels motifs saint Paul envoie aux Thessaloniciens cette seconde lettre. — Sur les imposteurs qui prétendent que la résurrection est un fait déjà accompli, qui fondent leurs enseignements sur la parole de l'apôtre lui-même. — De l'enseignement de Jésus-Christ à ses sujet.

2. Contre l'orgueil qui vient de l'ignorance où l'on est de Dieu. — L'orgueil, commencement de tout péché. Tourments que causent les passions mauvaises. — Vanité des choses humaines, qui ne sont que de purs songes.

 

1. En disant dans la première épître: « Jour et nuit nous désirons vous voir, et encore nous n'y résistons plus, et encore nous sommes restés seuls à Athènes, et j'ai envoyé Timothée » (I Thess. III, 10, 1 , 2); par toutes ces expressions, il marque son désir de se rendre auprès de ceux de Thessalonique. C'est, à ce qu'il semble, parce qu'il n'a pas encore pu satisfaire son désir, c'est parce qu'il lui est impossible de leur communiquer de vive voix les enseignements dont ils avaient encore besoin, qu'il leur écrit cette seconde lettré, destinée à le remplacer auprès d'eux. Il n'était pas allé les voir; c'est ce que l'on peut conjecturer des paroles de cette lettre même, où il dit : « Nous vous conjurons, mes frères, par l'avènement de Notre-Seigneur Jésus-Christ». (II Thess. II, 1.) Car dans la première lettre il leur disait : « Pour ce qui regarde les temps et les moments, il n'est pas besoin de vous en écrire ». (I Thess. V,1.) S'il avait fait le voyage, une lettre eût été inutile; mais la question ayant été ajournées, il leur écrit. Il s'exprime ainsi, dans l'épître à Timothée : « Quelques-uns bouleversent la foi, en disant que la résurrection est déjà arrivée ». (II Tim. II , 18.) Le but de ces prédicateurs de mensonges était, en étant aux fidèles toute grande et glorieuse espérance, de les décourager devant les fatigues. L'espérance redressait les fidèles, les empêchait de succomber aux maux présents. C'était, pour eux, comme une ancre que le démon voulût briser. Or, ne pouvant leur persuader gaie les choses futures n'étaient que des mensonges, Il s'y prit d'une autre manière; il envoya de ces hommes perdus qui devaient lui servir à tromper les fidèles en leur insinuant que cette grande et glorieuse destinée avait reçu sots accomplissement. Et tantôt ces imposteurs disaient que la résurrection était déjà arrivée; tantôt , que le jugement était proche , qu'on allait voir paraître le Christ; ils voulaient envelopper (246) jusqu'au Christ dans leurs mensonges. En montrant qu'il n'y a plus désormais ni rémunération, ni jugement, ni châtiment, ni supplice pour les coupables, ils voulaient rendre les oppresseurs plus audacieux, et enlever à leurs victimes toute énergie. Et ce qu'il y a de plus grave, c'est que, parmi ces imposteurs, les uns envoyaient des paroles qu'ils prétendaient sorties de la bouche de Paul; les autres allaient jusqu'à fabriquer des lettres qu'il était censé avoir écrites.

Voilà pourquoi l'apôtre, pour s'opposer à ces hommes, disait : « Que vous ne vous laissiez pas ébranler ni par quelques prophéties, ni par quelques discours, ni par quelques lettres qu'on supposerait venir de nous». — « Ni par quelques prophéties». (II Thess. II, 2.) Il indique par là les faux prophètes; mais comment s'y reconnaître, dira-t-on ? par le signe qu'il donne. Aussi ajoute-t-il : « Je vous salue de ma propre main, moi Paul; c'est là mon seing, dans toutes mes lettres j'écris ainsi. La grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous ». (Ibid. III,17,18.) Il ne dit pas que ce qu'il écrit soit son signe, car il est vraisemblable que d'autres aussi l'avaient imité, mais il dit : Je vous écris ma salutation de ma propre main. C'est ce qui se passe aujourd'hui encore parmi nous. La suscription des lettres montre qui les écrit. Maintenant il les avertit des maux dont ils sont infectés; il les loue, pour le présent, et il tire de l'avenir les exhortations qu'il leur envoie. Il les avertit, en leur parlant du supplice, de la distribution des biens qui leur sont préparés; il insiste sur ce point où il répand la lumière; sans indiquer l'époque précise, il montre le signe qui fera reconnaître les derniers temps, à savoir, l'antéchrist. Pour procurer la certitude à l'âme faible, il ne suffit pas de lui parler simplement, il faut lui donner des signes et des preuves. Le Christ se montre plein de sollicitude à cet égard; assis sur la montagne, il met un soin extrême à révéler à ses disciples tout ce qui concerne la consommation des temps. Pourquoi? pour ne pas laisser le champ libre à ceux qui introduisent les antéchrists et les pseudochrists. Lui-même donne beaucoup de signes; il en donne un surtout et c'est le plus grand: Quand l'Evangile aura été prêché dans toutes les nations. Il donne encore un second signe pour qu'on ne se trompe pas sur son avènement : « Il viendra » , dit-il, « comme l'éclair » ; il ne se cachera pas dans un coin; on le verra partout resplendissant. Il n'a besoin de personne pour l'annoncer, tant sa splendeur éclate; l'éclair aussi n'a pas besoin qu'on l'annonce. Jésus-Christ dit encore quelque part, en parlant de l'antéchrist : « Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne m'avez pas reçu ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez ». (Jean, V, 43.)

Il donne aussi comme des signes de son arrivée, les calamités survenant coup sur coup, des malheurs inexprimables. Autre signe encore : la venue d'Elie. Or, à cette époque, les habitants de Thessalonique étaient dans le doute, et leur doute nous a été utile à nous-mêmes, car les paroles de l'apôtre ne devaient pas servir seulement aux hommes de Thessalonique, mais à nous-mêmes, pour nous délivrer de fables puériles et d'extravagances de vieilles femmes. N'avez-vous pas entendu souvent, dans votre enfance, certaines conversations sans fin, sur l'antéchrist et sur la génuflexion?. Ce sont des impostures que le démon fait entrer dans nos âmes encore tendres, de telle sorte que cette croyance se fortifie en nous, quand nous grandissons, et trompe nos esprits. Paul, parlant de l'antéchrist, n'aurait pas négligé ces fables, s'il y eût eu du profit pour nous à nous en parler. Ne cherchons donc pas de pareils signes, car il ne viendra pas ainsi, fléchissant les genoux. Mais, « s'élevant au-dessus de tout ce qui est appelé Dieu, ou adoré, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, voulant lui-même passer pour Dieu ». (II Thess. II, 4.) Car, de même que c'est l'arrogance qui a causé la chute du démon, de même celui que le démon fait mouvoir, est rempli d'arrogance.

2. Aussi, je vous en prie, appliquons-nous tous à repousser ce vice loin de nous, afin de ne pas subir le même jugement, de ne pas encourir la même peine, de ne pas partager le même supplice. « Que ce ne soit point un néophyte » , dit-il, « de peur qu'enflé d'orgueil il ne tombe dans la même condamnation que le démon ». (I Tim. III, 6.) Ainsi, celui qui est enflé d'orgueil, sera puni de la même manière que le démon. « Car le commencement de l'orgueil, c'est de méconnaître le Seigneur». (Eccl. X, 14.) Le commencement du péché c'est l'orgueil. C'est là le premier élan, le premier mouvement vers le mal ; peut-être en est-ce et la racine et (247) la base. Le mot « commencement » veut dire, en effet, le premier élan vers le mal, ou ce qui le constitue: par exemple, si l'on disait que s'abstenir des mauvais spectacles c'est le commencement de la chasteté, cela signifierait le premier élan, le premier pas dans la voie de la chasteté. Si au contraire nous disons: Le commencement de la chasteté c'est le jeûne; c'est comme si nous disions Voilà ce qui la fonde, ce qui la constitue. Ainsi, le commencement du péché c'est l’orgueil ; c'est par lui, en effet, que tout péché commence, c'est l'orgueil qui forme le péché. En effet, quelles que soient nos bonnes oeuvres, ce vice les détruit; c'est comme une racine quine permet pas aux plantes de prendre de la consistance. Voyez, par exemple, toutes les bonnes actions du pharisien, elles lui ont été inutiles parce qu'il n'en a pas coupé la funeste racine; la racine a tout perdu et corrompu. De l'orgueil naissent le mépris des pauvres, la cupidité, l'amour de la prédominance, le désir d'une gloire insatiable. Un homme de ce caractère est porté à se venger de tous les outrages, car l'orgueil ne souffre pas les insultes qui viennent même des plus puissants, à plus forte raison celles qui viennent des plus faibles. Mais celui qui ne peut souffrir l'insulte, ne peut supporter aucun mal. Voyez comme il est vrai de dire que l'orgueil est le commencement du péché ; mais est-il bien vrai que le commencement de l'orgueil, c'est de méconnaître le Seigneur?

Assurément, car celui qui connaît Dieu, comme il faut le connaître, celui qui sait que le Fils de Dieu s'est abaissé à un état si humble, celui-là ne cherche pas à s'élever; celui, au contraire, qui ne sait pas ces choses, s'enfle et s'élève; car l'orgueil le prédispose à l'arrogance. En effet, dites-moi comment ceux qui font la guerre à l'Eglise, peuvent-ils prétendre qu'ils connaissent Dieu? N'est-ce pas là une folie orgueilleuse ? Et voyez dans quel précipice les jette l'ignorance où ils sont de Dieu ; car si Dieu aime un coeur contrit, en revanche il résiste aux superbes; c'est aux humbles qu'il réserve sa grâce. Non, aucun malheur n'est comparable à l'orgueil ; de l'homme, il fait un démon, insolent, blasphémateur, parjure; l'orgueil fait qu'on aspire au carnage ; car toujours l'orgueilleux vit dans les douleurs, toujours indigné, toujours chagrin, et rien ne peut rassasier la funeste passion qui le tourmente ; il verrait l'empereur incliné devant lui et l'adorant, qu'il ne serait pas rassasié, il lui faudrait plus encore. Plus les avares amassent, plus ils ont de besoins. De même pour ces âmes superbes; de quelque gloire qu'elles jouissent, c'est pour elles une raison d'en désirer une plus grande; la passion s'augmente (car c'est une passion). Or, la passion ne connaît pas la mesure ; elle ne s'arrête qu'après avoir tué celui qui la porte en soi. Ne voyez-vous pas combien de gens ivres, toujours altérés, car la passion mauvaise n'est pas un désir fondé sur la nature, mais une dépravation, une maladie. Ne voyez-vous pas que les affamés ont toujours faire? Cette infirmité, comme disent les médecins, franchit toutes les limites de la nature; ainsi ces investigateurs curieux et oisifs ont beau apprendre, ils ne s'arrêtent pas; c'est une passion mauvaise, et qui ne connaît pas de bornes. Et ceux maintenant qui trouvent des charmes aux plaisirs impurs, ceux-là non plus ne s'arrêtent pas. « [Car pour le fornicateur », dit l'Ecriture, « toute espèce de pain est agréable»] (Ecclés. XXIII, 20) ; il ne s'arrêtera que quand il sera dévoré ; c'est une passion. Mais, si ce sont là des passions funestes, elles ne sont pas toutefois incurables, la cure en est possible, et beaucoup plus possible que pour les affections du corps; nous n'avons qu'à vouloir, nous pouvons les éteindre. Comment donc; éteindre l'orgueil ? Connaissons Dieu. Si notre orgueil provient de l'ignorance où nous sommes en ce qui concerne Dieu, la connaissance de Dieu chasse l'orgueil. Pensez à la géhenne, pensez à ceux qui sont bien meilleurs que vous, pensez à toutes les expiations que vous devez à Dieu, de telles pensées auront bien vite réduit, bien vite dompté votre esprit superbe.

Mais c'est ce qui vous est impossible? Vous êtes trop faible? Pensez aux choses- présentes, à la nature humaine, au néant de l'homme. A la vue d'un mort qu'on porte sur la place publique, des enfants orphelins qui le suivent, de sa veuve brisée par la douleur, de ses serviteurs qui se lamentent, de ses amis dans l'affliction, considérez le néant des choses présentes, qui ne sont que des ombres, des songes, rien de plus. Vous ne le voulez pas? Pensez à ces riches qui ont péri dans les guerres ; voyez ces maisons de grands et illustres personnages, ces splendides demeures maintenant abattues; pensez à toute la puissance qu'ils possédaient, (248) dont il ne reste pas aujourd'hui un souvenir. Il n'est pas de jour, si vous voulez, qui ne vous présente de pareils exemples, des princes laissant leur place à d'autres, des richesses confisquées. «Un grand nombre de rois se sont assis sur la terre nue, et celui qu'on ne soupçonnait pas, a porté le diadème». (Ecclés. XI, 5.) N'est-ce pas l'histoire de tous les jours? Ne tournons-nous pas sur une roue ? Lisez, si vous voulez, nos livres, et les livres profanes (car les livres du dehors sont remplis de pareils exemples) si vous dédaignez nos écritures par orgueil; si les ouvrages des philosophes provoquent votre admiration, eh bien, consultez-les; vous y trouverez des leçons, ils vous parleront des malheurs antiques, poètes, orateurs, maîtres de philosophie, tous les écrivains quels qu'ils soient. Partout, si vous voulez, les exemples se montreront à vous. Si vous ne voulez rien entendre parmi eux, considérez notre nature même, son origine, sa fin; appréciez ce que vous pouvez valoir, quand vous dormez: n'est-il pas vrai que le moindre animal pourrait vous ôter la vie? Que de fois un animalcule, tombant du haut d'un toit, ou crève l'œil, ou fait courir quelque autre danger ! Eh quoi? n'êtes-vous pas plus faible que tout animal, quel qu'il soit? Eh ! que me dites-vous? que vous avez le privilège de la raison? Eh bien, vous ne l'avez pas, la raison, et ce qui prouve qu'elle vous manque, c'est votre présomption. Qu'est-ce qui vous inspire votre fierté, répondez-moi la bonne constitution de votre corps? Mais les animaux l'emportent sur vous. Et cela est vrai aussi des brigands, des meurtriers, des profanateurs de sépultures. Mais votre intelligence? Mais l'intelligence ne se manifeste pas par la présomption ; voilà donc tout d'abord qui vous dépouille de votre intelligence. Sachons donc abaisser clos sentiments présomptueux, devenons modestes, humbles, doux et pacifiques car voilà ceux que le Christ regarde comme heureux avant tous les autres: « Bienheureux les pauvres d'esprit » (Matth. V, 3; et XI, 29); et sa voix nous crie encore : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur». Aussi a-t-il lavé les pieds de ses disciples, nous donnant par là un exemple d'humilité. Appliquons-nous à profiter de tous ces discours, afin de pouvoir obtenir les biens promis par lui à ceux qui l'aiment, par la grâce et par la bonté, etc., etc.

 

 

Haut du document

 

Précédente Accueil Remonter Suivante